jeudi 25 février 2016

Et comme par hasard, le chômage baissa…

Après septembre et novembre, pour la troisième fois en cinq mois, le nombre de chômeurs de catégorie A a reculé, de 27 900 en janvier. Des résultats bien commodes pour un président qui a lié son sort et sa nouvelle candidature à une baisse du chômage. Trop heureux pour être honnête ?



Des statistiques complexes, opaques et trafiquées ?

mercredi 24 février 2016

Le PS vire à droite, les démocrates à gauche

Il y a encore quelques années, il était entendu que la vie politique étasunienne était bien plus à droite que la nôtre. On pouvait penser que les démocrates étaient peu éloignés de notre droite. Mais la percée de Bernie Sanders et la politique menée par le P’S’ remettent en cause les préjugés.



Le grand chassé-croisé idéologique

dimanche 14 février 2016

Hollande et quelques écolos s’entendent pour sauver leurs places




L’alliance des petits intérêts

Il y a cinq ans, tout allait bien pour le PS et les écologistes. Ces derniers avaient fait une percée historique en 2009 et 2010, gagnant une floppée d’élus, quand les dits socialistes ne semblaient pas mal partis pour battre un président sortant décidemment impopulaire et qui alternait défaite sur défaite. Cinq ans après, la gueule de bois est sévère pour les alliés de 2012 : les Verts ont perdu la majorité de leurs élus et François Hollande bat des records d’impopularité, son parti n’étant plus que le troisième de France et leur alliance semblait récemment bien loin. Sauf que les deux anciens partenaires ont une forte capacité de nuisance, l’un sur l’autre. Une candidature écologiste peut contribuer à une élimination du président au premier tour, quand le PS peut renvoyer EELV de l’Assemblée Nationale.

Dès lors, il n’est pas totalement surprenant que les deux parties aient pu trouver un terrain d’entente en cette année pré-électorale. Outre tout ce que représente le fait de faire partie du gouvernement, la nomination de trois écologistes c’est du gagnant-gagnant. Pour Hollande, cela éloigne en partie le spectre d’un écologiste à la présidentielle : on souhaite bien du courage à Cécile Duflot pour essayer d’y aller, sachant qu’elle subirait le procès de favoriser la droite et l’extrême-droite. Et pour les écolos, cela permet sans doute de sécuriser leurs sièges parlementaires, qu’ils pourront d’autant mieux conserver si Hollande repasse et si le PS leur garde des circonscriptions réservées, ce qui serait plus qu’improbable si leur candidature à la présidentielle contribuait à l’élimination du président sortant dès le premier tour.

Hollande et Sarkozy contre Juppé ?

vendredi 12 février 2016

Pour une réforme radicale de la fiscalité (billet invité)

Billet invité de l’œil de Brutus

« Plurimae leges pessima respublica »
Adage romain.
      

Déjà annoncée comme le grand chantier de la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy puis symbolique promesse de campagne d'un François Hollande qui s'empressa de la mettre aux oubliettes (comme à peu près toutes les autres), la réforme de fond de la fiscalité française est perpétuellement remise aux callendes grecques. Serpent de mer[1] (parmi tant d’autres !) de la vie politique française, il s'avère en pratique que chaque réformette (et il y en eu tant  !) n’a fait que rajouter un étage à un édifice devenu kafkaïen dans lequel le législateur ne peut que se perdre. Avant que cet édifice brimbalant ne s’écroule de lui-même, il est donc plus qu’urgent de le raser pour reconstruire une architecture simple et audible des citoyens afin que l’on puisse à nouveau proclamer « nul n’est censé ignorer la loi ». Je remets donc en ligne les éléments qui me semblent aujourd'hui les plus pertinents d'une réflexion menée il y a déjà cinq ans ... et qui repennent même de l'actualité avec le commencement prochain du procès Cahuzac.

Une fiscalité obscure qui ne nourrit que l’injustice et l’incitation à la tricherie.

dimanche 7 février 2016

Nicolas Sarkozy, le candidat qui sent le renfermé

L’ancien président de la République poursuit sa rentrée politique en vue des primaires. Après la sortie de son livre, il a présenté son programme économique, puis a participé à Des Paroles et des Actes. Où l’on constate, s’il en était besoin, que son mea culpa n’est que de façade, tant le candidat de 2016 reprend les recettes de 2017, sur le fond comme sur la forme.



Le programme réchauffé du bonimenteur de service

vendredi 5 février 2016

Trois oppositions factices (billet invité)

Billet invité de Marc Rameaux, qui vient de publier « Portrait de l’homme moderne »


Tout débutant en philosophie sait qu’un véritable questionnement commence par une aporie, une impasse qui apparaît comme insoluble, entre deux termes contradictoires. Le jeune disciple apprend par la suite qu’un véritable concept - de ceux qui donnent à la pensée sa valeur - ne peut pour cette raison être jamais nommé : un concept est la tension qui réside entre deux thématiques contradictoires, il n’est jamais l’une seule de ces thématiques.

mercredi 3 février 2016

mardi 2 février 2016