lundi 12 décembre 2011

Le grand bluff du « acheter français »


C’est le grand coup de bluff idéologique des derniers jours. François Bayrou et François Hollande ont pris position en faveur d’un patriotisme économique destiné à pousser l’achat de produits français. Mais il est difficile de ne pas y voir une simple gesticulation électoraliste.

Du protectionnisme mou

D’un côté, on peut se féliciter que des candidats établis reprennent une partie du vocable et même des idées des tenants de la démondialisation. Ce faisant, ils contribuent à populariser des thèmes importants et pourraient bien faciliter le travail des véritables partisans du protectionnisme tel que Nicolas Dupont-Aignan. Il est très positif que Bayrou parle d’acheter français ou Hollande dise que « la désindustrialisation que nous avons connue n'est pas une fatalité ».

En effet, il est absolument primordial que la France se réindustrialise et ne laisse plus filer ses emplois industriels, comme cela se passe depuis 40 ans et plus encore depuis 10 ans. En une décennie, nous avons perdu près d’un million d’emplois. Derrière les rodomontades de Nicolas Sarkozy, les constructeurs automobiles, et plus spécialement Renault, dont l’Etat est pourtant actionnaire, ont massivement délocalisé leur production ainsi que l’achat de leurs pièces détachées.

Des positions contradictoires

Mais les positions de ces deux candidats doivent-elles être prises pour argent comptant ? En effet, cela fait des années que le parti socialiste nous parle d’un libre-échange plus juste, plus équilibré, pour au final ne rien faire une fois au pouvoir ou accepter des traités européens dignes d’ayatollahs néolibéraux. Si l’objectif est intéressant, il n’y a pas de moyens évoqués. Comment ces candidats feraient-ils pour rééquilibrer la balance commerciale de notre pays ?

Sont-ils prêts à mettre en place des barrières douanières ou non douanières, des quotas ? Sont-ils prêts à le faire à l’échelle de la France au cas où, très probable, il soit impossible de faire cela à l’échelle européenne ? Voici de vraies questions qui fâcheraient très probablement les deux François tant il est clair que leurs déclarations semblent des vœux pieux qu’ils jetteraient aux orties s’ils arrivaient au pouvoir. La tribune d’Henri Weber était extrêmement timorée.

Il faut d’abord produire en France

La position du président du Modem pose un autre problème, à savoir celui de culpabiliser les Français. C’est comme s’il disait que c’est ne pas être un bon français que d’acheter des produits fabriqués en Chine. Mais si beaucoup de nos compatriotes le font, c’est souvent soit parce qu’ils n’ont pas d’autres choix (toutes les voitures vendues moins de dix mille euros sont produites en dehors de France), soit parce que leur pouvoir d’achat ne permet pas autre chose.

Bien sûr, il faut informer les consommateurs de la provenance des produits qu’ils achètent, mais il faut surtout faire en sorte que produire en France ne revienne pas forcément plus cher qu’importer des produits d’Asie ou d’ailleurs, comme le font très bien les pays d’Amérique Latine, par un ensemble de mesures protectionnistes (quotas, des droits de douane ou autres). Mieux, les initiatives de l’association pour un débat sur le libre-échange démontrent l’adhésion des Français.

Le débat sur le fait d’acheter des produits français n’est pas totalement inintéressant mais il est profondément superficiel. Ceux qui en parlent ne sont absolument pas prêts à prendre les mesures qui nous permettraient de véritablement relancer notre industrie. 

41 commentaires:

  1. Bonjour,

    A propos du protectionnisme je m'etonne que vous n'évoquiez jamais l' article 3 de la VERSION CONSOLIDÉE DU TRAITÉ SUR LE FONCTIONNEMENT DE L'UNION EUROPÉENNE qui donne une compétence exclusive a l'UE en la matière
    De ce fait NDA a beau proclamer qu'il va rétablir les frontières et des droits de douane ,il n'en a pas le droit ...à moins de violer à la fois la constitution française qui oblige l'etat à respecter les traités ratifiés et le traité de lisbonne ...seul une sortie de l'UE via l'article 50 de ce mème traité donnerai une l'égalité juridique à la france sur ces thèmes et sur bien d'autres...

    RépondreSupprimer
  2. Et comment fait on pour savoir le pourcentage de valeur ajoutée française dans un produit qui comprend toujours une part importée, ne serait ce que le pétrole pour le fabriquer, l'énergie nécessaire au transport, matières plastiques ou métalliques...

    Olaf

    RépondreSupprimer
  3. De toute façons, c'est mal parti pour l'industrie française, bientôt plus de profs :

    http://www.vousnousils.fr/2011/12/09/lycee-professionnel-il-n%E2%80%99y-aura-bientot-plus-d%E2%80%99enseignants-518033

    Une grosse différence avec l'Allemagne où les métiers techniques et scientifiques bénéficient d'une politique et d'une reconnaissance sociale réels.

    Olaf

    RépondreSupprimer
  4. @trasfi j paul :
    "à moins de violer à la fois la constitution française qui oblige l'etat à respecter les traités ratifiés et le traité de lisbonne" Il faudrait expliquer cela à certains qui depuis quelques temps ne se gênent pas pour s'assoir sur les traités divers et avariés.

    @Olaf : et oui, la première des choses a faire devrait être de reconsidérer les travaux manuels - ça fait 30 ans qu'on entend ça, et 30 ans qu'on le déconsidère de plus en plus.

    RépondreSupprimer
  5. "toutes les voitures vendues moins de dix mille euros sont produites en dehors de France"

    C'est faux ou du moins ça pourrait l'être.
    Vous devriez jeter un oeil ici : http://www.mdi.lu/index.php

    Il s'agît du projet de voiture à air comprimé de l'ingénieur Guy Nègre. Outre l'aspect très écologique de la voiture, visiblement ça marche, le concept industriel développé en parallèle (fabriquer la voiture chez le concessionnaire pour éviter de la transporter et donc dans de petites usines proches du consommateur) est très intéressant.

    Mais on en parle depuis plus de 10 ans. Pourquoi n'est-elle toujours pas sur le marché français (alors que a priori le véhicule n'est pas polluant et pas plus dangereux qu'un autre) : mystère ! Vue les espérances de la technologie, il serait bon de se pencher politiquement sur le problème. Ce serait un grand pas dans l'indépendance énergétique de la France (et des autres aussi d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
  6. De fait NDA propose une sortie de l'ue l'Europe des Nations c'est bien cela et n'a rien a voir avec l'ue et ceux qui propose une véritable formation sont les artisans pas les Lycée pro donc rien n'est perdu

    RépondreSupprimer
  7. Le développement des transports en commun est également une solution pour réduire la part de l'automobile qui maintenant est un désastre écologique

    RépondreSupprimer
  8. Le contexte est en train de changer :

    "Il y a 10 ans les robots de Fanuc ou de Panasonic pouvaient remplacer un travailleur paye $ 50 dollars de l’heure (GM)

    Nous en sommes apparemment à un seuil de $ 2 par heure (inferieur au cout du travail en Chine)"

    http://lafaillitedeletat.com/2011/12/03/noel-en-decembre/

    Olaf

    RépondreSupprimer
  9. @ Ovide
    Pourquoi n'est-elle pas produite ?
    Simplement parce qu'elle n'a aucune autonomie : à peine quelques dizaines de km.
    Je suis allé voir MDI à Carros il y a quelques années et j'y ai rencontré Guy Nègre: ils ont été infoutus de seulement me montrer un groupe électrogène à air comprimé qui fonctionne...
    Je me demande même s'il n'y a pas une arnaque financière derrière tout cela ?

    RépondreSupprimer
  10. @Ovide : MDI... mouarf. Trop longtemps que ça dure, il a plumé des crédules en leur vendant des usines qui ne servent a rien. Ses protos sont de ridicules "teuf-teufs" fragiles, bruyants, lent, inconfortables, non adapté à la réalité. Même comme voiturette de golf ca ne convient pas, trop bruyant ! Il me semble qu'il n'y a que des aéroports qui lui en ont pris quelques unes, 'pour voir'... Marché de niche.
    Et de manière générale, puisque vous abordez le domaine automobile, il serait temps que l’état mette sont nez là dedans avant que l'on perde absolument toute cette industrie.
    Les politiques industrielle de Renault et Peugeot sont suicidaires : véhicules non adaptés, délocalisations stupides, choix technologiques aberrants (full électrique chez Renault, et hybride mazout chez Peugeot, promis depuis des années et encore et toujours retardé car trop complexe a mettre au point), etc etc...

    @Olaf : un travailleur payé 50$/heure ?? où ca? sans doutes le prix que coute le salarié, mais certainement pas ce qu'il est payé !!!
    Les chiffres de cet articles me semblent un peu exagérés, et quoi qu'il en soit, il faudra toujours fabriquer ces usines, il a donc un créneau a prendre : Fabriquer des robots...

    Et l'Homme dans tout ca ? si ils comptes sur les robots pour acheter Tv et voitures, ils sont mal barrés...
    Que les robots remplacent/assistent l'homme pour les travaux difficile, ok. Mais a quoi bon une société ou tout serait fait par des robots? C'est là que le politique doit taper du point sur la table, pour limiter ces dérives.

    RépondreSupprimer
  11. Alain34

    Vous pouvez taper tant que vous voulez sur la table ça ne changera rien au phénomène...

    Quant aux usines, quand elles sont construites, elles sont là pour un moment.

    Donc la question, c'est comment répartir les revenus, revenu garanti entre autres avec ou sans travail, et avoir des emplois qui ne relèvent plus de la production industrielle.

    Si on suit votre raisonnement, supprimons les tracteurs, les camions, les ordinateurs...pour lutter contre le chômage, absurde.

    Olaf

    RépondreSupprimer
  12. @Olaf : Apprenez a lire : "Que les robots remplacent/assistent l'homme pour les travaux difficile, ok. Mais a quoi bon une société ou tout serait fait par des robots?"
    Si je suis votre raisonnement comme vous suivez le mien, autant supprimer l'homme pour laisser la place a la machine.

    Bref... Avoir des emplois qui ne relèvent plus de la production industrielle ? mouarf, c'est a peu pres ce que l'on nous vends depuis plus de 30ans, on voit le résultat.

    RépondreSupprimer
  13. Lundi 12 décembre 2011 :

    Exode des riches Français qui fuient la France vers la Suisse.

    Le directeur de la rédaction de Challenge, Pierre-Henri de Menthon, qui intervient dans la chronique « Les coulisses des entreprises » sur BFM Business, annonce que les Français riches sont en train de quitter la France à vitesse grand V.

    De ce fait, on peut se demander s’il y a un pilote dans l’avion France…

    On assiste à une sécurisation de l’épargne des Français les plus riches qui retirent leur argent des banques spécialisées, une situation similaire à la crise financière de 1929 aux USA.

    Pierre-Henri de Menthon pointe notamment le fait que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »

    Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :

    « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions affluent tous les jours. »

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_oEWxIkVA7o#!

    RépondreSupprimer
  14. @ Jean-Paul

    Je devine d'où vient ce commentaire... Lisez notre programme et vous verrez : "Partant de cette analyse, et plutôt que de chercher à transformer des traités qui ne sont pas réformables, nous proposons donc de dénoncer l’ensemble des traités européens. Ils sont illégitimes depuis le non des peuples au référendum de 2005, trahi par la ratification du traité de Lisbonne en 2008 par le PS et l’UMP".

    Avec notre méthode, nous pouvons dès le premier jour mener des politiques en accord avec l'intérêt général de la nation. Pourquoi s'embourber dans les procédures aléatoires de l'article 50 ? Quelle drôle de soumission à l'ordre juridique européen !

    @ Patrice Lamy

    L'automobile ne sera pas ad vitam aeternam un désastre écologique. L'électrique arrive et Renault pourrait bien en être le le pionnier.

    @ A-J H

    Merci pour cette précision. Je l'ignorai.

    @ Tous,

    L'essentiel, c'est de lutter contre le chômage et donc de relocaliser une part importante de notre consommation.

    RépondreSupprimer
  15. Alain34

    mouarf, vous avez rien pigé, mort de rire.

    RépondreSupprimer
  16. @ Laurent

    Ce qu'il y a de mieux dans ton billet, c'est le dernier sous-titre : "il faut d'abord produire en France". Je dois changer mon PC ; où est-ce que je trouve un PC fabriqué en France ?? Tout cela nous montre à quel point tous ces gens nous prennent pour des brèles (tu le dis en termes plus polis, mais ça revient au même…).

    Sans parler de tous ceux qui persistent dans leur dénonciation du "fétichisme industriel" (quelle trouvaille), parce qu'il y en a encore un paquet. Allons… On a fermé toutes nos mines, on ferme nos usines à tour de bras, on supprime des postes d'enseignants à tour de bras, on condamne la recherche fondamentale et appliquée à la disette, et un beau matin on s'avise que, tiens, "les caisses sont vides", ça alors. Mais enfin de qui se moque-t-on ?

    Quant à l'idée consistant à nous spécialiser dans les activités à haute valeur ajoutée, elle est totalement hallucinante. Comme si un ouvrier de l'automobile allait se mettre subitement à pondre des logiciels ou des molécules dès le moment où son usine ferme. En réalité, cet ouvrier est alors au chômage, il ne produit plus ni voitures, ni logiciels, ni molécules, il ne produit plus rien. Il est dans la merde, et le pays s'est appauvri, donc nous nous sommes tous appauvris (mais surtout lui bien sûr).

    RépondreSupprimer
  17. Il me semble que parler réindustrialisation, c'est parler d'argent. Sauf si l'on considère une collectivisation des moyens de production, il faudrait donc parler d'investissements privés, de gros investissements privés.
    Sans rien y connaître et pour lancer le débat, disons 10 Milliards d'EUR par an pendant 10 ans ???

    IMHO, je ne vois pas comment on peut obtenir de tels montants sans le concours des multinationales françaises qui, pour l'instant, investissent ailleurs. D'un simple point de vue économique, j'ai bien du mal à leur donner tort au vue des perspectives des marchés brésiliens, indiens ou chinois.

    Bayrou, avec son slogan et vous, avec le protectionnisme semblez croire que l'opinion des CEO pourrait changer. Expliquez-nous svp.

    RépondreSupprimer
  18. @ nœuddechaise

    Je ne partage pas vos interrogations. Quand il s'agit de réindustrialiser, on peut faire appel à la création monétaire. Si on crée de nouveaux actifs, la masse globale de richesses augmente, donc aucun risque d'inflation. A coup de commandes publiques, ça marche très bien. C'est ce que l'on n'hésite jamais à faire en temps de guerre (c'est ainsi que les Alliés ont écrasé le troisième reich), mais bizarrement il y a beaucoup plus de réticences en temps de paix… Cela dit, le protectionnisme reste incontournable pour que les CEO changent de stratégie, ou alors c'est comme essayer de remplir un seau sans fond.

    RépondreSupprimer
  19. @AJHolbecq et Alain34

    Merci pour les précisions. Je n'ai découvert ce truc là qu'assez récemment en fait. C'est vrai que sur le papier, c'est séduisant comme technologie, cela m'avait un peu guérit de mon pessimisme énergétique et c'est dommage si ça ne marche pas, finalement...

    RépondreSupprimer
  20. @Ovide
    Il se trouve que je connais bien MDI et ses voitures révolutionnaires qui ne consomment que de l'air comprimé et restituent dans l'atmosphère de l'eau condensée. Difficile de faire plus écologique comme moyen de propulsion.
    Sauf que, indépendament de l'autonomie et du rendement du moteur à air qui pose problème comme l'ont déja expliqué AJH et Alain34 avec justesse, il existe 2 problèmes de fond qui n'ont pas été évoqués :
    - quelle énergie pour faire comprimer l'air dans le réservoir à air comprimé ? Il s'agit d'énergie électrique (dans le modèle développé par MDI) donc d'énergie nucléaire. Voilà qui contredit l'argument écologiste.
    - comment convaincre le consommateur de s'installer au volant d'une voiture avec juste sous le siège une bonbonne d'air comprimé à 300 bar ! (il faut 200 litres d'air comprimé à 300 bar pour le rendement énergétique d'1 litre d'essence) ? Je vous laisse imaginer le désastre en cas d'accident de la route même si le réservoir en carbone est très résistant parait il :-). Je referme la parenthèse.

    @LP
    Le slogan de Bayrou sur le made in France, c'est du bluff avant d'être un changement sur le fond, je suis d'accord avec l'analyse.
    Cependant, comme Sarkozy en 2007 avait vendu "travailler plus pour gagner plus" sans se soucier de savoir comment garder nos emplois, MM. Bayrou et Hollande plus récemment vendent une politique protectionniste qu'ils seraient incapables de réaliser une fois au pouvoir. Ils misent sur l'incompétence d'une large majorité d'électeurs* et sur ce dernier point ils n'ont pas complètement tort. Hélas !

    (*) Autrement dit par feu Georges Frêche "Moi, je fais campagne pour les cons".

    RépondreSupprimer
  21. Vous n'avez pas du tout lu les propositions des Bayrou pour rédiger ce type d'article. Il Souhaite la création d'un label X% français pour connaitre la part du produit fabriqué en France. A produits comparables et prix comparables, les français pourront choisir le produit français. C'est une incitation, pas une culpabilisation.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour,
    la proposition de Bayrou (j'avoue ne pas réellement connaître celle de Hollande) est un poil plus compliquée que vous le présentez. Elle est incitative, et non coercitive (ou culpabilisante).

    Elle fonctionne en deux points. Premier point, informer le consommateur sur le pourcentage du produit réellement produit en France.

    Second point, le consommateur peut donc, s'il en a les moyens et l'envie, acheter un produit au moins partiellement produit en France. Il n'est pas question d'acheter 100% Français (donc pas de culpabilisation), mais un peu, en fonction de ses moyens.

    Bayrou reconnaît lui-même qu'il est impossible (et également non souhaitable) de consommer 100% Français. Ce projet a pour but de réduire le déficit commercial de la France à 0. Une fois qu'on est à 0 euros de déficit commercial, on ne perd pas d'argent qui part à l'étranger, et on n'appauvrit pas non plus d'autre pays.

    Maxime

    RépondreSupprimer
  23. @Ben
    Vous avez mal lu, voici ce que dit LP :
    "Mais si beaucoup de nos compatriotes le font [acheter made in China ou ailleurs], c’est souvent soit parce qu’ils n’ont pas d’autres choix, soit parce que leur pouvoir d’achat ne permet pas autre chose."
    Bien entendu, imposer un marquage strict X% France de tous les produits est une bonne idée mais comment imposer quoi que ce soit aux frontières françaises sans désobéïr au règlementations européennes ? François Bayrou n'a rien dit sur ce point.

    RépondreSupprimer
  24. http://www.20minutes.fr/article/633465/planete-l-union-europeenne-prete-500-millions-euros-chine

    marrant non ?

    RépondreSupprimer
  25. Bayrou qui parle d'acheter Français et qui roule en Audi c'est comme Charles Aznavour qui parle de patriotisme fiscal il a eu vite fait de la fermer .
    L ' automobile électrique ne résout aucun problème elle le déplace seulement si tout le monde se déplaçaient en électrique il faudrait 10 centrales nucléaires de plus j'en viens a penser que la seule solution c'est la sobriété le local le negawatt et dans ce cas il faut repenser complétement la société qui ne serait plus bâtit sur le profit mercantile mais sur le profit intellectuel

    RépondreSupprimer
  26. @Patrice Lamy,
    - voyez comme la culpabilisation a du bon : désormais F. BAYROU roulera en Twingo (selon son entourage) ! :)
    Autre expérience individuelle : ma phobie des 4X4 (et l'affichage d'un certain mépris envers leurs détenteurs) auraient influencé un de mes proches qui n'a pas recouru à cet achat (à ce qu'il m'en dit, non sans ironie) !
    mode "dérision ON" : culpabilisons ! culpabilisons !

    Signé : PeutMieuxFaire (PMF)

    RépondreSupprimer
  27. pourquoi pas PMF , mais ces gugusses sont vraiement ridicules

    RépondreSupprimer
  28. Tous ces colosses aux pieds d'argile vont fonder une chorale "achetons français" en ayant contribué au déclin de la France sciemment, par incompétence ou les deux ou laisser faire.

    Voilà subitement qu'ils retrouvent des accents patrotiques en continuant à poursuivre la politique néfaste de l'EUROLAND pour bourrer les urnes comme en Russie.

    La croissance absente, les pauvres n'auront comme non choix que de consommer chinois ce qui inscrira dans le marbre notre dépendance au fond de secours du F.M.I.

    Autrement dit, se faire financer par les bourreaux de nos bourrins ou nos bourreaux de nos bourreaux.

    Triste époque où être lucide s'apparente à un véritable chemin de croix.

    GAIA

    RépondreSupprimer
  29. Commentaire clair et lucide. Les campagnes électorales ne sont plus qu'une vaste criée politique où les candidats doivent trouver la formule la plus courte et la plus vendeuse, sans approfondir ce qu'il y a derrière. Triste République que la nôtre.

    RépondreSupprimer
  30. @ Maxime
    Le martinet est t'il autorisé par l'europe fédéraliste ?
    De préférence made in china.
    Fouettés par où ils ont péchés ,
    on se passera de leur avis mais les lanières seront t'elles assez solides ? Alors ce sera le supplice de la chèvre avec du gros sel ou l'immonde vin rosé européen, moitié tambouillage blanc-rouge, une horrible piquette, label garanti u.f. sans protection ou une bonne bolée de Roundup façon Monsanto.
    La guerre est déclarée.
    GAIA

    RépondreSupprimer
  31. @Santufayan,

    Merci encore pour les précisions. Je fais parti de ces écologistes pour qui le problème du pétrole est largement plus préoccupant que celui du nucléaire (qui l'est aussi mais une moindre mesure). Donc que l'on recharge des voitures à air (dans le cas idéal d'une technologie au point) avec de l'énergie nucléaire ne me dérange pas. Au moins, je pourrais respirer tranquille dans les villes et mes enfants aussi. On meurt plus du pétrole que du nucléaire...

    Sur celui du risque, les voitures au GPL existent et roulent il me semble et l'on dit grand bien de la voiture à hydrogène comme carburant d'avenir (qui n'en sera jamais un). Pourtant l'hydrogène, en cas d'accident, ça peut aussi faire un joli boum...

    @Gaia

    Tout à fait d'accord, entendre Hollande entamer la rengaine de l'acheter français alors qu'il a des types comme Pascal Lamy ou Delors dans ses rangs, c'est pathétique en plus d'être du foutage de gueule de haut niveau.

    RépondreSupprimer
  32. @ Joe

    C'est clair, sur les ordinateurs, aujourd'hui, on ne peut pas changer les choses à court terme, mais on peut le faire sur les automobiles par exemple. Et, à moyen terme, on peut aussi imposer la fabrication de téléphones ou d'ordinateurs en France, comme le font l'Argentine ou le Brésil...

    @ Ben et Maxime

    L'idée de F.Bayrou est intéressante (elle figure dans le programme de DLR depuis 2007 d'ailleurs). Mais elle pose deux problèmes à mon sens :
    - je trouve que ce raisonnement est culpabilisant (in fine, cela revient à sous-entendre que nous avons des problèmes parce que les Français n'achètent pas suffisamment français)
    - le problème, c'est beaucoup plus la production en France

    RépondreSupprimer
  33. @Ovide
    Désolé mais je suis d'accord avec Patrice Lamy, la voiture électrique (batterie ou indirectement via le moteur à air par exemple) est périmée avant même d'être entrée en fonction. Je préfère ne pas engager de débat sur le nucléaire civil ici car c'est HS.

    Derrière l'idée d'acheter Français voire régional, il se cache aussi celle - plus écologiste celle là - de rapprocher le producteur du consommateur en limitant le transport des marchandises. Je ne trouve pas cette idée culpabilisante mais au contraire pleine de bon sens. C'est comme rapprocher les élus politiques du citoyen qui vit au quotidien suivant leurs décisions (un des objectifs du souverainisme).

    RépondreSupprimer
  34. @Tous: ne comptez pas sur les entreprise du cac40 pour reindustrialiser la France. Les CEO sont des salariés comme les autres et obéissent aveuglément aux actionnaires représentés au conseil d'administration. Ils veulent des profits à 2 chiffres coûte que coûte. Donc comme la variable d'ajustement la plus simple est la masse salariale ils délocalisent.

    RépondreSupprimer
  35. @tous: Jacques Delors et consorts sont des technocrates, et comme disait feu Coluche: "si on donnait le Sahara aux technocrates dans dix ans ils importeraient du Sable". Ces gens là ne sont pas humains, ils théorisent tout, c'est les rois du yaka faucon. L'Europe est une idée à eux, pas aux français. Un état indépendant est le garant du bien être de ses citoyens. La France avec sa force de dissuasion est à l'abri de la guerre sauf que maintenant grâce à Chirac et ses copains énarques le bouton nucléaire est dans les mains d'un général américain. Et oui le fait de réintégrer le commandement de l'Otan consiste à mettre à la disposition des USA l'arsenal militaire français. D'où notre expédition en Adghanistan, en Cote d'ivoire, en Lybie, et bientôt en Syrie dont je signale au passage que nos forces spéciales forment et arment des islamistes intégristes en Turquie à la frontière syrienne pour provoquer des tueries innommables et déstabiliser Bachar El-Assad et le renverser.

    RépondreSupprimer
  36. @Tous, une idée pour relancer l'emploi : actuellement nous importons des produits finis, exemples des ordinateurs. Hors ces produits finis représentent sous leur forme finale un volume non négligeable qui imposent de les stocker dans des milliers de contenaires. Au lieu de cela importons les pièces détachées le volume va donc diminuer énormément, puis montons des usines d'assemblage manuel en France, en dehors du fait que ces emplois de masse ne nécessitent pas une formation poussée cela permettrait de remettre au travail une grande partie des sans emplois. Avec un salaire et une couverture sociale ces nouveaux salariés deviendront des consommateurs comme les autres et participeront au retour de la croissance. Et en plus ça diminuera la pollution due au transport de ses milliers de contenaires économisés.

    RépondreSupprimer
  37. @Santufayan

    Oui, acheter français cela s'appelle de la relocalisation. Or, tout le monde s'y met. C'est une tendance de fond aux États-Unis par exemple où le mot locavorisme est à la mode depuis quelques années (2007). Finalement, acheter français.... c'est être très mondialisé et c'est d'ailleurs cela qui permet à ce zouave de Hollande de proposer une telle idée. Il y a 10 ans, il n'aurait pas pu le faire sans être taxé de frontisme aujourd'hui il est tendance. Comme quoi...

    Sur la voiture, je ne suis pas en désaccord avec vous. Je sais bien que la voiture électrique est condamnée d'avance et que son utilisation restera marginale (autolib', etc). Tout simplement par ce que son "réservoir", la batterie, à un rapport poids/énergie contenue qui est très très loin derrière celui des carburants en général et du pétrole en particulier.. La voiture électrique existe depuis plus de 100 ans et c'est une voiture électrique qui la première a atteint les 100 km/h. Donc si elle avait un quelconque avantage sur les voitures à pétrole, elle aurait fait florès depuis longtemps. Les nouvelles batteries, lithium, etc, ne vont y changer grand-chose.

    Il n'en reste pas moins que le pétrole tue dans les villes et qu'il faut s'en débarrasser...

    RépondreSupprimer
  38. Prenez exemple sur nos élus :
    Achetez Français !
    Exemple : http://absurde.over-blog.net/article-achetez-fran-ais-92463120.html

    RépondreSupprimer
  39. Sur le protectionnisme qui redonne la compétitivité nécessaire aux produits made in France, voici une interview de M. Wauquiez datée de ce samedi 17/12 "Laurent Wauquiez pour un protectionnisme moderne" dans LeMonde.fr :
    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/17/laurent-wauquiez-pour-un-protectionnisme-moderne_1620065_1471069.html#ens_id=1170028

    Cette question/réponse indique la stratégie de l'UMP sur ce sujet (c'est à dire glisser insidieusement du libre-échange mondialisé vers un protectionnisme pur jus, mais non assumé) :

    "LeMonde > Etes-vous d'accord avec Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon ?
    L.W. > Pas du tout. Leur approche est nationale. Leur protectionnisme enferme, celui que je prône protège. La question du protectionnisme sera au coeur de la campagne."

    L'UMP, comme MM. Bayrou et Hollande viennent progressivement reprendre les positions protectionnistes qui sont celles de DLR (en plus d'être celles du PG et du FN). Jusqu'où vont ils aller ? Jusqu'à demander eux aussi un référendum national sur la sortie de l'euro ? Cette stratégie pourrait être gagnante. Sa réussite sera sera mesurée au fil des sondages lors du 1er trimestre 2012; par exemple si NDA, MLP et Mélenchon ne progressent pas dans les sondages malgré la crise qui va crescendo ce sera un premier indicateur.

    RépondreSupprimer
  40. Un article de SuperNo a été publié sur le sujet "Ils ont vendu la France, mais nous ordonnent d’acheter français !" :
    http://www.superno.com/blog/2011/12/ils-ont-vendu-la-france-mais-nous-ordonnent-dacheter-francais/

    Les socialistes en prennent pour leur compte au même titre qu'EELV, l'UMP et le Modem. Pourtant, l'auteur n'est pas encarté au FN loin de là.
    Sinon, SuperNo est parfois excessif mais c'est toujours pour la bonne cause : faire passer le message en gras et souligné. A lire ou relire sans modération :-) je suis certain que tous ici approuveront sans réserve.

    RépondreSupprimer
  41. c'est clair qu'il faut informer les consommateurs de la provenance des produits. j'aimerais pas acheter des produits dont je ne sais pas l'origine et ses éléments.

    RépondreSupprimer