dimanche 7 avril 2024

Explosion de la violence : l’autre passif de Macron et Darmanin

Samara, Shamseddine : cette semaine encore, l’actualité a charrié son lot de faits divers horribles, démontrant à nouveau l’ensauvagement de notre société, particulièrement criant à l’école, où des élèves sont agressés par d’autres élèves, quand les élèves n’agressent pas leurs professeurs… Des illustrations de l’explosion de la violence en cours depuis 2017, totalement ignorée par Macron et Darmanin, avec la complicité des grands médias, entre passivité révoltante, et refus de regarder la vérité en face.

 


De 640 à 1050 coups et blessures par jour

 

dimanche 31 mars 2024

La méprisable attaque de Macron contre Malika Sorel

Cela a été un des buzz de la semaine : la révélation d’échanges entre Malika Sorel et Macron, où elle lui aurait fait des offres de service. Mais si la contre-offensive médiatique a été véhiculée bien docilement, et sans la moindre contextualisation par Le Canard Enchainé, le Figaro a permis à l’intellectuelle d’y apporter sa réponse. Une réponse auquel je me permets d’apporter ma contribution, parce que je la connais, et que je crois que l’on peut apporter un autre regard, complémentaire, sur cette polémique.

 


Un bien mauvais procès

 

dimanche 24 mars 2024

lundi 11 mars 2024

Ukraine, IVG : les postures outrancières de Macron

Après deux victoires à la Pyrrhus, sur les retraites et la loi immigration, qui avaient renforcé l’hostilité à son égard, Macron voulait se relancer en début d’année avec un changement de gouvernement. Las, son remaniement est un fiasco et il a affronté une révolte paysanne populaire. Et avec une croissance en berne, et l’austérité en marche, il lui fallait des diversions pour tenter de rebondir politiquement : avant le « droit à mourir », cela a été l’inscription de l’IVG dans la Constitution et l’Ukraine.

 


Une manœuvre habile, et une autre ratée

 

dimanche 3 mars 2024

L’amélioration en trompe l’œil du solde commercial

Même les macronistes, pourtant guère avares en postures mensongères, ne se sont pas trop attardés sur le fort rebond du solde commercial en 2023, passé d’un déficit de 163 à 100 milliards d’euros en une seule année. D’abord, cela reste le second déficit le plus élevé de l’histoire. Ensuite, pour qui rentre un minimum dans le détail des chiffres, il y a plus de motifs d’inquiétude qu’à se rassurer.

 


Un rebond purement conjoncturel

 

dimanche 25 février 2024

Macron au Salon de l’Agriculture : la visite façon Pyrrhus

Le roitelet souhaitait probablement démontrer qu’il pouvait passer toute la journée au Salon de l’Agriculture. Il y est parvenu, mais cette démonstration de volontarisme appuyée par des centaines de forces de l’ordre n’est qu’une victoire à la Pyrrhus. En effet, elle démontre à nouveau tout ce qu’il y a de détestable dans cette présidence, totalment égocentrique, malhonnête, autoritaire, et à la communication grossière, voulant mettre en scène des pseudo-débats qui ne sont des harangues à sens unique.

 


La mascarade Macron à nouveau exposée à tous

 

samedi 24 février 2024

Quand l'UE occulte l'origine des produits agricoles

Aujourd’hui, s’est ouvert le Salon de l’Agriculture. La colère légitime des agriculteurs grandit et a eu raison du débat dérisoire proposé par Macron, également refusé par Michel-Edouard Leclerc. Outre la mise en place d’un vrai protectionnisme, comme en Asie, la claire communication de l’origine des produits est une autre revendication légitime. Dans les deux cas, l’UE est l’obstacle à franchir.

 


L’UE, c’est l’opacité pour les consommateurs

 

dimanche 18 février 2024

Vague de violence, vague d’immigration : Darmanin, bon à rien

Il fait beaucoup de bruit, se positionne comme un présidentiable et a déjà pris date pour une sortie de Beauvau, après les JO, comme si sa mission allait être accomplie. Sa position politique, à droite de la macronie, devrait être le bon créneau dans une France qui se droitise. Las, les Français ne lui font guère crédit. Il faut croire que malgré l’indulgence des médias, son bilan calamiteux, à l’image de sa gestion effarante de la finale de la Ligue des Champions de football en 2022, pèse sur son image…

 


Impuissance irréfléchie et autoritarisme arrogant et mensonger

 

dimanche 11 février 2024

Fiasco sur toute la ligne pour le remaniement

Ce début d’année devait permettre une relance du second quinquennat de Macron, après une victoire à la Pyrrhus sur la réforme des retraites. Fin 2023, les sondages étaient calamiteux, pour les européennes comme pour le président, à la popularité proche de ses plus bas. Mais la grande offensive déclenchée par le président, entre conférence de presse et remaniement, a complètement échoué.

 


Le soufflé communicant s’est dégonflé

 

dimanche 28 janvier 2024

Révolte des agriculteurs : quand la colère sociale se rapproche de l’UE

Les dix mesurettes dérisoires du Premier ministre n’ont logiquement pas réussi à éteindre la révolte des agriculteurs : même la très docile FNSEA s’est rapidement prononcée pour une poursuite du mouvement qui pourrait culminer dans un blocus de Paris. Cette révolte, outre le fait d’être juste, tant la condition des agriculteurs est révoltante, a beaucoup à voir avec celle des Gilets Jaunes, mais son grand intérêt est d’exposer par le menu tout ce qui ne va aujourd’hui, à cause de l’UE.

 


L’horreur économique européenne à nu

 

dimanche 21 janvier 2024

Macron et Oudea-Castera, entre mensonges et démagogie

C’est au karcher que Macron essaie de relancer son quinquennat : changement de Premier ministre, nouveaux débauchages LR pour renforcer le virage à droite de fin d’année, conférence de presse au format tout macronien, quelques annonces calibrées pour être populaires… Mais entre la polémique déclenchée par la nouvelle ministre de l’éducation nationale et la tonalité assez lunaire du président, pas sûr que ce déploiement de grands moyens parvienne à quoique ce soit…

 


Droitisation façon café du commerce

 

dimanche 7 janvier 2024

Retraite, chômage, RSA : cette guerre sociale qui s’amplifie

Dans le monde imaginaire de l’exécutif, nous nous serions rapprochés du plein emploi, et il faudrait poursuivre dans les réformes pour enfin revenir à un marché du travail équilibré. Par-delà le mensonge statistique ehonté de ce discours, cela justifie une déconstruction toujours plus extrême de notre modèle social, que l’on peut qualifier de véritable guerre sociale.

 


Les basses œuvres oligarchistes