lundi 30 août 2021

En 2022, LR… se saborde définitivement ?

La dernière semaine a permis une grande clarification du paysage politique du premier parti d’opposition parlementaire. Avec les forfaits de Wauquiez et Retailleau, et les annonces de candidature de Barnier, Juvin et Ciotti, se dessine un probable duel entre Valérie Pécresse et Xavier Bertrand pour porter les couleurs de LR en 2022. Le chant du cygne pour la droite traditionnelle ?

 


Encéphalogramme plat

 

Ce qui est frappant aujourd’hui, c’est l’effacement des lignes conservatrice et souverainiste pour 2022. Bien sûr, Eric Ciotti représentera officiellement la première, mais ses chances de représenter sa famille sont probablement presque nulles. Laurent Wauquiez ou Bruno Retailleau, qui avaient une vraie légitimité pour incarner une ligne plus droitière et conservatrice, ont choisi de reculer devant l’obstacle. C’est assez étonnant tant leur discours incarne une ligne plus différenciée de celle du président de la République que celle des autres principaux prétendants, Bertrand, Pécresse ou Barnier, qui incarnent une ligne assez modérée qui semble très compatible, pour ne pas dire plus, avec celle du président de la République. Difficile d’imaginer qu’ils mèneraient une politique très différente de celle de Macron.

 

Bien sûr, comme le note Bruno Retailleau, Bertrand, Pécresse et Barnier ont pris des positions très fermes sur la question de l’immigration, annonçant tous des moratoires, et de l’insécurité. Pour le chef des sénateurs LR, c’est une reprise de la ligne qu’il tient depuis des années, rendant sa candidature inutile, ses idées étant largement représentées, mais ces prises de position sont aussi révélatrices que délicates. Révélatrices car cela montre en creux que ce sont les seuls sujets sur lesquels LR peut encore arriver à mettre en difficulté Macron, en tenant une ligne plus dure que lui, leur permettant de construire un positionnement un minimum différencié de celui de la majorité. Mais un tel choix n’en reste pas moins extrêmement risqué et présente des angles morts colossaux pour les dits Républicains.

 

D’abord, il y a une inadéquation de ces trois modérés à tenir ce discours. Bertrand et Pécresse critiquaient la droitisation de LR : il est donc surprenant qu’ils finissent par le dépasser par la droite sur l’immigration. En outre, les électeurs qui attendent un vrai changement sur ces questions pourront-ils accorder la moindre confiance au parti de Sarkozy, si dur en mots et en communication, et si mou au pouvoir, supprimant alors 10 000 postes de policiers, les privant de moyens, et mettant aussi fin à la double peine ? Les déclarations de Bertrand, Pécresse et Barnier ne ressemblent-elles pas trop à de simples gesticulations électoralistes pour être crédibles ? En outre, miser là-dessus ne risque-t-il pas de renforcer le RN ou un Zemmour en embuscade, qui pourraient être plus crédibles sur ces sujets ?

 

Il est probable que l’aile droite de LR passe son tour en 2022, en jugeant que ses chances sont limitées, tant en interne qu’en externe. Une nouvelle défaite pour Wauquiez pourrait définitivement le placer hors jeu, alors qu’il a réussi à se remettre de l’échec de 2019. Wauquiez juge peut-être que 2022 est déjà perdu, qu’il vaut mieux la jouer collectif, pour pouvoir ramasser la mise après la présidentielle. En effet, le contexte de 2027 pourrait lui être plus favorable, dans une configuration où 2022 serait la redite de 2017, affaiblissant un RN incapable de l’emporter et avec un Macron sur le départ dans cinq ans, qui pourrait alors donner un plus grand espace politique à l’opposition de droite. Dans un tel contexte, et en réfléchissant uniquement à son intérêt personnel, faire l’impasse sur 2022 pourrait être intéressant.

 

Sauf qu’un tel calcul me semble très périlleux. La candidature du vieux haut fonctionnaire très confirmiste qu’est Michel Barnier ne risquant guère de mobiliser les foules, il est probable que l’affrontement se focalise sur le duel Pécresse / Bertrand, dont on se demande bien comment il pourra être arbitré, étant donné que le second dit qu’il sera candidat de toutes les façons, sans demander l’avis de LR. Quelle curieuse évolution que celle de LR où les deux favoris pour le représenter à la présidentielle sont deux figures qui l’ont quitté il y a des années, et qui semblent très proches idéologiquement de l’exécutif en place. LR ne semble plus avoir, ni de programme, ni de candidat à défendre à la présidentielle…

 

Mais l’impasse dans laquelle me semble entrer LR est probablement positive. En effet, ne plus parvenir à incarner une véritable opposition d’un point de vue idéologique ouvre la voie à l’émergence de nouvelles réelles propositions alternatives, tant le vide semble se faire autour de Macron. Bien sûr, une véritable alternative proche du pouvoir peut sembler une idée lointaine, mais il me semble que tous les jours, les conditions pour que cela arrive se réunissent davantage…

7 commentaires:

  1. « Mais l’impasse dans laquelle me semble entrer LR est probablement positive. En effet, ne plus parvenir à incarner une véritable opposition d’un point de vue idéologique ouvre la voie à l’émergence de nouvelles réelles propositions alternatives »

    On peut toujours essayer de se rassurer, mais je doute que ça soit le cas. Je pensais en 2017 que l'effondrement du PS allait faire émerger quelque chose à gauche, et ça a failli se passer avec LFI. Hélas, le soufflet est vite retombé et ce qui reste aujourd'hui, c'est la fragmentation. C'est peut-être la même chose qui attend la droite. Lorsque je vois les dérives des souverainistes qui sombrent dans le complotisme anti-vaccin, j'ai des sérieux doutes sur leur capacité à incarner une alternative crédible.

    RépondreSupprimer
  2. La Grande Alternative arrive, le mage Herblay l'a aperçue dans sa boule de cristal.

    Mais pas en 2022. Il faudra attendre, au moins, jusqu'à 2027, nous dit le mage, et accepter 5 années supplémentaires de macronisme, sans le frein apporté par l'espoir d'une ré-élection (puisque Macron ne sera plus éligible en 2027, et n'a pour le moins pas de dauphin clair dans son camp).

    Quant à l'idée que le RN pourrait, et peut-être avec avantage, jouer ce rôle de bouche-trou de 2022 à 2027, pendant que la Grande Alternative se construirait, le mage Herblay se refuse même à l'envisager.

    Ce n'est pas qu'il soit démontré que ce serait pire que Macron ; au contraire, ce qu'Herblay craindrait plutôt, c'est que ce soit ne serait-ce qu'un peu mieux.

    Car cela montrerait qu'il s'est planté, dans les grandes largeurs, pendant des années, ce qui n'est naturellement pas envisageable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyez ce que Macron a fait, en manière d'européisme, en 5 ans, avec la crainte de ne pas être ré-élu en cas de contestation.

      Et imaginez ce qu'il pourrait faire lors de 5 nouvelles années, sans la crainte de ne pas être ré-élu...

      Supprimer
  3. D'une certaine manière Hollande et Macron ont gagné, au prix du sabordage de la Gauche. Pour LR, se démarquer de Macron sur le sociétal ne sert à rien : les changements induits par 68 ont fini par irriguer en partie de son électorat. Promettre la révolution thatchérienne non plus car : 1) les contraintes européennes suffisent à pousser les gouvernements dans un sens réformiste modéré. 2) ils l'ont trop promise pour être crus. Du coup LR fait double emploi avec LREM. Durcir les choses sur le régalien et l'identitaire ne fera que rappeler les désillusions suscitées par Sarkozy chez l'électorat frontiste. Et d'ailleurs Bertrand, Pécresse et Barnier représentent une ligne très Macron-compatible. Ce serait sanctionner Bonnet Blanc en élisant Blanc Bonnet. La seule planche de salut serait une alliance avec le FN dont les cadres frontistes ne voudront surtout pas à cause de l'expérience du PCF en 1981. Mais sinon faut-il pleurer la chute d'une bande de politiciens aussi poseurs que les socialistes post-1983?

    JZ

    RépondreSupprimer
  4. Ce sont plus des candidatures pour intégrer le gouvernement de l'éborgneur que des candidatures pour être président.

    RépondreSupprimer
  5. @ Moi

    La limite en effet, c’est que 2022 vient très vite en effet. Il est tout sauf sûr que nous puissions échapper à une triste réédition de 2017.

    @ Troll

    C’est donc cela la raison de vos mauvaises humeurs et votre imagination débordante ! Vous croyez aux sciences occultes !

    Je comprends mieux pourquoi vous intervenez n’importe comment, souvent sans rapport avec les sujets, en inventant sans cesse des dires que j’aurais tenus (et que je n’ai jamais tenus), comme cette fois-ci à nouveau.

    @ JZ

    C’est clair que je ne vais pas pleurer. Une nouvelle élimination au premier tour, avec un score à la Hamon, mériterait au contraire le champagne. Leur seule planche de salut, c’est le caractère hautement détestable de Macron, qui pulvérise Sarkozy ici, mais cela risque d’être court…

    @ Anonyme 7h20

    Probablement

    RépondreSupprimer
  6. LE PRÊT ENTRE PARTICULIER SERIEUX ET FIABLE
    Mme ELEDGE Anne , vous disposez d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme à toute personne sérieuse voulant de ce prêt. Effectuer votre demande de prêt urgent? Demandez Votre Crédit Facilement et l'obtenez sous 48H !
    Prêt de particuliers à particuliers, prêt financier, prêt entre particuliers facile et rapide.
    Contacte :
    Eledgefinance@financier.com
    Eledgefinance@gmail.com
    https://wa.me/c/33751945409
    Merci à vous. 

    RépondreSupprimer