dimanche 9 juin 2024

Une victoire par KO et un coup de poker

Elle est loin l’élection européenne de 2019, quand la liste de Bardella avait devancé de moins d’un point celle de la peu fringante Nathalie Loiseau, 23,4% contre 22,4%. En 2022, Macron avait pu aspirer les voix du PS et de LR. Mais deux ans de plus ont encore réduit l’attrait du camp présidentiel et renforcé son opposition. Et avec la dissolution décidée par Macron, le RN semble aux portes du pouvoir.

 


Vers Marine Le Pen à Matignon ?

 

Bien sûr, c’était annoncé par les sondages depuis des mois. Déjà, la victoire sur le fil de Bardella en 2019 avait été un choc, un peu amoindri par le fait que les sondages annonçaient un écart plus important. Mais aujourd’hui, ce n’est plus un point qui sépare les deux listes, mais un gouffre colossal, dont l’ampleur est à peine amoindrie par son caractère annoncé. Et, pour qui prend du recul, les mouvements du corps électoral français en deviennent phénoménaux. En 2022, au premier tour, Macron avait approché 28% des suffrages exprimés, et Marine Le Pen dépassé 23%. Par rapport à cette élection, le camp macroniste perd près de la moitié de son soutien et le RN progresse de plus de 8 points ! Pire, il faut rappeler qu’avec une participation de 52%, les quelques 14% de sa liste représente à peine plus de 7% des inscrits. La macronie se réduit au cercle de ses fidèles, et ils sont de moins en moins nombreux.

 

Le RN franchit un vrai cap aujourd’hui. Le parti de Marine Le Pen franchit le cap des 30%, un niveau plus atteint depuis extrêmement longtemps par une liste nationale ou une personne aux élections présidentielles !, En effet, il faut remonter au premier tour des élections présidentielles 1988 pour retrouver un score plus élevé… Autant dire que la dynamique en faveur du RN est extrêmement puissante. On peut y voir trois raisons. La première, clairement, est la volonté d’exprimer le rejet de Macron. Les Français n’en peuvent plus du président et de son exécutif et voter RN est vu comme le meilleur moyen pour signifier une opposition assez radicale au pouvoir en place. La deuxième raison est l’affaiblissement de l’autre grande force d’opposition à Macron, LFI. Mélenchon a réussi à se rendre plus repoussant que le RN et Macron, donnant par ricochet le rôle de principale force d’opposition au Rassemblement National.

 

Enfin, il faut reconnaître que le travail de normalisation du RN se poursuit et que les équipes qui entourent Marine Le Pen sont de moins en moins repoussantes et de plus en plus professionnelles, d’autant plus que les membres de l’exécutif ne sont ni compétents, ni sympathiques… L’arrivée de Malika Sorel et de l’ancien responsable de Frontex ont été des coups réussis, même si Bardella m’a semblé assez vert dans les débats, manquant assez souvent de répartis. Plus globalement, le RN continue à se tempérer et à éviter les polémiques, semblant suivre le chemin de Jacques Chirac, un temps qualifié de « facho », et devenu rassembleur. En outre, par opposition à un exécutif snob, donneur de leçons et sombrant volontiers dans la xénophobie sociale, le RN semble beaucoup plus proche des Français. Marine Le Pen est allée assez loin sur le fond, défendant la liberté de circulation dans l’UE des européens.

 

Le pari de la dissolution est assez risqué, même s’il est en partie compréhensible. Le score d’aujourd’hui pouvait achever de démonétiser Macron et hâter les grandes manœuvres pour 2027, sans lui. Il pouvait continuer à gouverner, difficilement, mais sa majorité aurait tôt fait de l’oublier pour rebondir. Là, il lui donne la possibilité de se reconstruire, éventuellement dans l’opposition. Et après tout, les cohabitations n’ont pas trop mal réussi aux présidents d’alors… Après, quelle sera la configuration des législatives ? Les députés macronistes vont au devant d’un désastre majeur. Mais LR n’est pas serein non plus : y aller seul pourrait les voir continuer à reculer. Et la gauche tient une part importante de l’équation dans ses mains. Divisée, elle sera laminée, et le RN verrait la majorité s’offir à lui. Unie, ce qui ne sera pas facile, elle peut peser et laminer une macronie prise entre deux étaux bien plus puissants qu’elle.

 

Un RN à plus de 30%, pesant plus de deux fois plus qu’un camp présidentiel laminé : c’est le bilan de Macron. Ce dernier a réussi à reprendre l’initiative par la dissolution, mais il pourrait subir une nouvelle défaite cuisante, dans 3 et 4 semaines. A croire que c’est son objectif. Il faut dire que Macron n’est pas très inventif : il pourrait être tenté par une cohabitation pour essayer d’imiter Mitterrand et Chirac.

19 commentaires:

  1. Le très large vote des classes populaires françaises pour l’extrême droite justifie une fois de plus tout le mal qu’on puisse penser d’elles. Quelle honte pour le pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'en revanche ceux qui votent pour LFI qui a fait campagne en excitant les antisémites et qui a envoyé une militant pro-Hamas au parlement ne vous posent aucun problème. Quelle honte votre antiracisme sélectif !!!

      Supprimer
    2. À propos de "Anonyme 10 juin 2024 à 06:41" : mépriser les classes populaires comme vous le faites, c'est exactement ce qu'a fait Macron pendant 7 ans. Le Président en voit aujourd'hui le résultat. Le Méprisant, que vous êtes, le verra dans sa vie.

      Supprimer
  2. @ Laurent Herblay
    Vous pouvez regarder si Anonyme10 juin 2024 à 06:41 poste depuis l'étranger ? C'est pas pour le doxxer mais pour mieux le situer. D'ailleurs je ne comprend pas comment vous avez pu ramasser un tel parasite dans votre blogue. Il vient pourrir TOUS vos billets avec ses élucubrations délirantes et toujours les mêmes fixettes hors-sujet la plupart du temps. Et je suis loin d'être en adoration devant les "classe populaires" néanmoins ce niveau de haine est vraiment insupportable

    RépondreSupprimer
  3. Triomphe pour les partisans du Frexit: 2% des voix!

    RépondreSupprimer
  4. Je vois mal comment le RN pourrait être battu...Le PS qui pourrait amener une opposition a par un tour de passe passe sorti de sa poche un certain Gluksmann encore plus atlantiste et plus belliqueux que Macron autant "Européiste"et un parti de gauche qui le soutiendrait perdrait par ce soutien toute crédibilité...Je pense que l'expression "faire barrage "a été usée par les tristes résultats obtenus???Un pouvoir profondément réactionnaire qu'un certain Gluksmann prolongerait...Encore une fois on aurait "tiré les marrons du feu"

    RépondreSupprimer
  5. @LH:

    Je ne sais pas s'il est pertinent de tirer des plans sur la comète d'une élection qui n’intéresse que peu de Français. Le seul intérêt, c'est de montrer l'effet des sondages: ces derniers ont peut-être encouragé une partie des électeurs frontistes qui seraient normalement allés à la plage à se déplacer pour renforcer la dynamique annoncée. Au-delà du calcul politicien, cette dissolution est ridicule. En dehors des dissolutions post-changement de majorité présidentielle, De Gaulle a dissous suite à 1968, Chirac parce que la France n'était alors pas "qualifiée" pour l'Euro... et Macron suite à une déculottée à une élection mineure aux yeux des Français. Quel que soit le résultat, il s'est déjà ridiculisé.

    On peut y voir un calcul cynique en mode Mitterrand et la cohabitation. J'y vois surtout le réflexe macroniste pavlovien de moi ou le chaos. Déjà il espère que certains à Gauche voteront pour lui afin d'éviter un gouvernement RN pendant les JO. Et que certains autres électeurs voteront pour lui parce qu'ils pensent qu'un gouvernement RN serait mauvais pour l'image internationale de la France au moment des JO. Pari très risqué. Il compte peut-être qu'au vu du calendrier une partie des électeurs qui lui est hostile sera en vacances. Risqué aussi. Surtout, il escompte que le RN n'aura qu'une majorité relative et sera incapable de former une majorité de gouvernement. Et en bon disciple de la Dame de Fer il dira vous voyez bien que There is no alternative.

    Enfin, c'est peut-être une tentative désespérée d'éviter de passer à la postérité comme le président auquel le RN a succédé.

    PS: Entre parenthèses, Jospin avait fait le quinquennat pour en finir avec la cohabitation. Un choix qui avait écourté le temps politique pas que pour le meilleur. Macron réinvente lui la dissolution Chirac.

    JZ

    RépondreSupprimer
  6. Laurent, vous dites : « La deuxième raison est l’affaiblissement de l’autre grande force d’opposition à Macron, LFI. Mélenchon a réussi à se rendre plus repoussant que le RN et Macron, donnant par ricochet le rôle de principale force d’opposition au Rassemblement National. »

    Je vous signale que le score de la liste LFI en 2024 est supérieur de 3,6 points à celui de 2019 et qu'elle gagne 4 sièges au parlement (bidon) de Strasbourg . La poussée spectaculaire du RN n'est donc pas due à l'affaiblissement supposé de LFI.

    En revanche, il est exact que Mélenchon occupe désormais la place de Le Pen (et même de Le Pen père) dans la détestation que lui vouent les journalistes des chaînes d'information continues (particulièrement CNews mais pas qu'elle). Notamment en raison de ses positions - très justes au demeurant - sur le conflit israélo-palestinien qui sont constamment dénigrées. Il ne s'est pas rendu plus repoussant, ON l'a rendu plus repoussant ... à dessein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laurent Herlay10 juin 2024 à 21:24

      @ Anonyme 7h45

      Malheureusement, je ne sais pas comment voir cela… En fait, cela fait 17 ans que je récupère des trolls divers et variés. Ce n’est que le dernier en date

      @ Anonyme 10h26

      Bien d’accord, Glucksman est un Macron bis. Ce soir, il a été nul sur France 2, déjà bouffi d’orgueil… La réalité, c’est qu’il ne sera pas possible d’aller de Mélenchon à Glucksman. Il y aura forcément de la perte en ligne car le grand écart est trop grand. Ils ne pourront sans doute pas allier les 2 et l’absence d’un des deux affaiblira fortement le rassemblement, qui ne pourra pas additionner toutes les voix de dimanche.

      @ JZ

      En même temps, la participation est certes plus faible qu’aux législatives, mais l’écart se réduit. Pas sûr que le RN ait profité d’un boost dimanche. Son électorat a normalement tendance à moins voter aux européennes et pourrait donc être encore plus nombreux aux législatives, ce que le premier sondage semble indiquer, qui le voit à 34%. Pour Macron, difficile de décrypter son comportement. Pari fou ? Calcul machiavélique ? En fait, cela a-t-il seulement un intérêt de le savoir ?

      @ Marc-Antoine

      En effet, si on compare par rapport à 2019, c’est vrai, mais par rapport à 2022, ce n’est pas le cas. Le score de 2019 est lié à un contexte particulier. Je crois que 10% pour LFI, c’est faible après avoir fait plus de 20% aux présidentielles. Il ne faut pas surestimer l’influence de CNews : 3% d’audience… L’effondrement de Mélenchon, c’est son autoritarisme, sa ligne 100% communautariste, d’où le social émerge peu, certains travers, sur le 7 octobre par exemple…

      Supprimer
    2. @ Marc Antoine
      Laurent Herblay a parfaitement raison. Mélenchon est devenu un repoussoir à cause de son communautarisme, sa position sur le conflit israélo-palestinien est d'ailleurs motivé par ça, et plus en général LFI est devenue un repoussoir à cause des mensonges répétées contre le nucléaire, c'est encore LFI qui a demandé à un comité de l'ONU d'accuser la France de racisme, c'est encore Panot qui a fait un tweet en anglais pour accuser la France de persécuter les musulmans au moment de l'affaire de l'Abaya, pour que ce soit repris dans le monde entier par tous ceux qui détestent la France. Avec votre vote pour LFI, uniquement par détestation d'Israël vous n'avez aucune chance d'avoir de l'influence sur le conflit, par contre vous avez validé cette ligne de détestation de la France

      Supprimer
    3. @Marc Antoine
      Voilà où ton vote est allé, à des nervis qui détestent profondément la France https://x.com/ABNantes/status/1800246185380512203

      Supprimer
  7. Laurent, ça n'a aucun sens de comparer des élections européennes et présidentielles. Je vous donne un seul exemple : aux élections européennes de 1994, la liste conduite par Michel Rocard recueille 14 % des suffrages (ce qui, à l'époque, était un très mauvais score pour le PS) ; l'année suivante, aux élections présidentielles, Lionel Jospin recueille 23% des suffrages (et près de 5 millions de voix de plus !). Si votre raisonnement était correct, il faudrait prouver qu'il y a eu des transferts importants d'électeurs de Mélenchon 2022 vers la liste Bardella 2024 ce qui, à ma connaissance, n'est pas du tout le cas.

    Par ailleurs, j'ai cité CNews parce que c'est la chaîne la plus ouvertement hostile à JLM (et la plus favorable aux thèses de l'"extrême droite") mais le dénigrement médiatique dont il fait l'objet est assez général (Le Monde aussi le dénigre). Sur les évènements du 7 octobre et leurs conséquences, j'approuve l'analyse de JLM (et de LFI en général) comme celle de De Villepin. Je ne fais pas partie de ceux qui estiment que JLM (qui a bien des défauts) est devenu "communautariste" par électoralisme. Disons que, contrairement au RN, il va bien au-delà de la seule défense des classes populaires autochtones.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais JLM ne defend pas les classes populaires autochtones d'ailleurs elles ne votent pas majoritairement pour lui. Et oui il est devenu communautariste par électoralisme, il fait un revirement olympique sur la laïcité, sans parler du fait qu'il n'a pas arrêté d'insulter les policiers qui sont massivement issus des classe populaires autochtones ou pas. Vous visiblement vous êtes obsédé par la détestation d'Israël vous en avez pas grand chose à foutre de la France. Quant au dénigrement médiatique il l'a bien cherché avec ses déclarations sur l'antisémitisme "résiduel" les théories complotistes sur l'affaire Merah. Quant à DDV il tapine au Qatar.

      Supprimer
  8. Pour compléter mon objection sur le prétendu "affaiblissement" de LFI, voici ce qu'écrit Gilles Candar (historien, spécialiste de l'histoire des gauches en France) : « Sans doute portée par la mobilisation en faveur de la Palestine, mais pas seulement, LFI démontre qu’elle conserve sa force militante et un soutien électoral consistant. »

    Les 10% de LFI dans une élection qui, traditionnellement, mobilise peu son électorat pourraient très bien se transformer en 20% dans le cas d'une présidentielle (anticipée ou non). Cela dit, je tiens à vous rassurer (?) : le RN a beaucoup plus de chances d'arriver au pouvoir en France dans les prochaines années (voire les prochains mois) que LFI qui en est encore très loin.

    Quant aux accusations d'antisémitisme contre LFI, c'est comme accuser La France libre de De Gaulle d'avoir été germanophobe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Marc Antoine
      "Quant aux accusations d'antisémitisme contre LFI, c'est comme accuser La France libre de De Gaulle d'avoir été germanophobe..."

      Mais c'est quoi cette comparaison absurde ? LFI est parti politique français, la France n'est pas sous occupation d'un pays étranger actuellement et les propos antisémites de LFI, surtout de Mélenchon, sont dirigés contre les Juifs, et ça a commencé déjà avec le complotisme sur l'affaire Merah, tu te rappelles l'islamiste que au nom de la Palestine a tué entre-autres des enfants dans une école juive à Toulouse parce que juifs ? Merci de nous confirmer que tu ne penses qu'à faire que les intérêts des Palestiniens et pas ceux de la France. D'ailleurs même LFI au pouvoir n'aurait aucune influence sur la situation des palestiniens en revanche elle ferait beaucoup de dégâts en France. Sache en plus que pour s'allier aux autres partis de gauche LFI vient de la mettre en sourdine sur la Palestine et de mettre au placard très probablement définitivement JLM.

      Supprimer
    2. Cher Anonyme, contrairement à ce qu'afffirment ses détracteurs, LFI n'est pas un parti antisémite, ni Mélenchon ne tient des propos antisémites. Il ne faut pas croire tout ce que racontent CNews, BFM-TV, le CRIF, la Licra, Ciotti, Habib, BHL, Macron, etc.

      Par contre, prétendre que les Juifs forment un peuple d'élite, sûr de lui et dominateur frise l'antisémitisme. Mais ce n'est pas JLM qui l'a dit, c'est un certain CDG...

      Supprimer
    3. Je n'ai pas besoin de croire, il me suffit d'écouter. Et oui JLM a tenu des propos complotistes et antisémites. Sur l'affaire Merah, mais aussi d'autres propos. Quant au CDG, oui mais il a regretté ensuite dans ses mémoires. Et ce n'est pas le coeur du sujet, LFI est un parti FRANCOPHOBE, je te répète ils sont allés à l'Onu pour le demander d'accuser la France de racisme et de violences policières, Panot a tweeté en anglais pour dire que les musulmans étaient victimes de pérsecutions au moment de l'affaire de l'abaya. Mais toi tu ne réponds jamais sur ça, la seule chose qui t'intéresse c'est "la Palestine".

      Supprimer
    4. Par ailleurs n'oublions pas les députés Portes et Obono qui sont allé chez les "indigènes de la République" dans un meeting pro hamas où on a fait l'apologie du 8 octobre et où on a craché sur la France. Haine d'Israël et haine de la France vont désormais ensemble fait toi une raison

      Supprimer
  9. Laurent Herblay15 juin 2024 à 17:57

    @ Anonyme 11 juin

    Cela a quand même un sens. L’exemple que nous donnez peut-être relativisé par le fait que Rocard affrontait une liste Tapie qui a fait 12%, quand Jospin n’avait pas une telle concurrence. Par rapport à 2022, LFI a perdu sur les autres composantes de la Nupes. Sur le 7 octobre, j’ai préféré la réponse de Ruffin. La ligne CNews reste quand même très minoritaire dans les médias. Pour naviguer sur beaucoup d’entre eux, il y a quand même une large majorité hollando-macroniste. Il est vrai que LFI est souvent attaquée, mais pas moins que le RN. Il est un peu malvenu de la part des défenseurs de Mélenchon de critiquer le traitement médiatique qu’ils applaudissaient quand cela en stigmatisait d’autres.

    Sur les racines de son communautarisme, en effet, il n’est peut-être pas totalement électoraliste, mais aussi idéologique : quand on en vient à voir de manière positive l’anglais fleurir dans nos rues, il y a quand même une indifférence à ce qui fait la France qui est extravagant, et fait qu’il en vient à oublier les classes populaires autochtones.

    @ Marc Antoine,

    Je crois qu’il est un peu illusoire de croire que LFI ne s’est pas affaiblie en comparant avec les résultats de 2019, qui marquaient aussi un affaiblissement. Bien sûr, LFI peut rebondir, mais 20% pour Mélenchon, cela me semble fini. Et la dernière épuration de certains élus ne va améliorer l’image du lider maximo…

    Sur l’anti-sémitisme, notez que ce n’est pas une accusation que je porte à l’encontre de LFI. Même si je suis en désaccord sur certains choix de LFI, j’ai l’impression que cette accusation est, en bonne partie, exagérée et montée en épingle.

    RépondreSupprimer