vendredi 27 janvier 2012

Hollande, Bayrou : des alternatives en carton

Hier, François Hollande a enchaîné présentation de son programme et émission sur France 2. S’il a coupé l’herbe sous le pied de ceux qui lui reprochaient sa mollesse et son manque de propositions, il en ressortait en revanche que l’alternance proposée était très limitée, comme pour François Bayrou.

Hollande, le Don Quichotte de la finance

Le candidat du Parti Socialiste a bien relancé sa campagne. Son discours a plu à gauche,la présentation de mesures concrètes a donné plus de substance à son discours, coupant l’herbe sous le pied de l’UMP qui dénonçait l’absence de programme et sa combativité face à Alain Juppé relativise sa mollesse. Néanmoins, comme l’a noté François Morvan, pour lui « ce qui doit être changé, ce n’est pas le rapport (…) aux marchés, mais le rapport (…) avec nos dirigeants ».

En réalité, l’alternance que propose François Hollande est très limitée. De manière très intéressante, même le Monde en convient, comme le rapporte ce papier « Hollande et la finance : des mesures moins radicales que le slogan ». Même s’il dit que « son adversaire, c’est le monde de la finance », les mesures qu’il propose sont timides. Samuel Laurent souligne qu’elles « ne sont pas des plus radicales. Voire ont été, pour certaines, portées par l’actuelle majorité ».

La séparation des activités de banques de dépôts et de banques d’affaires permet de conserver les deux activités au sein d’une même banque, mais à condition de bien les séparer. Cela reprend les propositions de la commission Vickers, qui pourraient être mises en place par le gouvernement conservateur… Sur la taxe Tobin l’interdiction des produits toxiques ou des parasites fiscaux, la rhétorique reste floue et molle. Et rien n’est dit sur les mouvements de capitaux…

Bayrou, condensé de pensée unique

Mardi matin, le patron du Modem était l’invité de Jean-Michel Aphatie. L’occasion de vérifier une nouvelle fois qu’il ne propose en aucun cas une réelle alternative aux politiques menées depuis près de 30 ans. François Bayrou a critiqué l’attaque du candidat socialiste sur la finance en affirmant que la crise que nous traversons est la conséquence de l’excès de dépenses des gouvernements et non pas du monde financier, qui ne serait responsable que de la crise de 2008.

Il est dommage que Jean-Michel Aphatie n’ait pas eu la présence d’esprit de lui rappeler que c’est tout de même la crise de 2008, provoquée par les excès du monde financier, qui a fait plonger les finances publiques des Etats du monde entier. Le déficit de la France a quadruplé en 2 ans, passant de 2 à 8% du PIB ! Mieux, l’impossibilité pour les Etats de la zone euro de monétiser leur dette, contrairement aux Etats-Unis ou à la Grande-Bretagne, ajoute fortement à la crise.

François Bayrou est revenu sur sa proposition d’acheter français. Mais comme il refuse tout véritable protectionnisme, ses propositions se limitent à un étiquetage des produits français. Un peu juste. Le décalage entre son ambition et le vide de son projet est sidéral. Bref, Bayrou nous vend seulement de la rigueur et un changement de style par rapport à Nicolas Sarkozy. Voilà comment il habille son ambition personnelle, qui est le principal moteur de sa candidature.

Bref, les deux François de la campagne ne représentent en aucun cas une véritable alternative aux politiques menées depuis près de 30 ans. La longueur de la campagne présidentielle et l’égalité de temps de parole devraient permettre aux Français de commencer à le comprendre.

17 commentaires:

  1. Si NDA n'était pas présent au second tour je pense que nous serions obligés de voter pour ce programme minimaliste que propose François Hollande pour "virer" ce personnage indigne de la fonction présidentielle et qui est trop scotché aux privilégiés pour faire autre chose.
    Dans le dernier numéro du FT il y a une critique du capitalisme financier que, presque, seuls eux peuvent se permettre à l'heure actuelle parce que la crise n'a pas encore rendu obsolète tous les dogmes néolibéraux en vigueur depuis 30 ans dans toutes les classes dirigeantes des pays riches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part je ne sais pas encore pour qui je voterai au second tour, mais je sais pour qui je ne voterai pas: pour aucun de ceux qui se sont assis sur les résultats du référendum de 2005. Ce ne sera donc ni Sarko, ni Hollande , ni Bayrou.
      En fait tel que c'est barré, il y a toutes les chances pour que j'aille à la pêche ce jour là ;)

      Supprimer
    2. le bulletin blanc dans ce cas est aussi une bonne réponse si une minorité de Français votent même si la légalité fait passer un Président non représentatif l 'illégitimité est présente dans les esprits

      Supprimer
    3. ""Après la droite française, c'est maintenant l'équipe d'Angela Merkel qui élève la voix contre la volonté de François Hollande de renégocier le traité s'il est élu. "Nous espérons qu’indépendamment du résultat des élections et quelle que soit la personne qui dirigera alors la France, celle-ci respectera les accords passés", a déclaré le nouveau ministre allemand délégué aux Affaires européennes Michael Link lors de sa rencontre avec son homologue français à Berlin mardi 24 janvier.(...)
      Certaines questions restent ouvertes, notamment sur la manière dont François Hollande souhaite renégocier le traité. Il ne s'est pas encore prononcé sur ce sujet, confirme Catherine Trautmann. Mais une chose est claire pour l'eurodéputée : ceci se fera dans le respect des institutions européennes, car "il tient avant tout à ne pas court-circuiter la Commission et le Parlement"."
      http://www.euractiv.fr/traite-allemagne-critique-hollande-article

      Supprimer
    4. On s'en doutait un peu. L'Allemagne ne fait pas que défendre ses intérêts : elle cherche aussi à réduire les intérêts des autres car, aujourd'hui, dans l'UE telle qu'elle est conçue, l'un ne va pas sans l'autre pour Berlin.

      Supprimer
    5. Hollande c'est Pandi Panda.

      Avec l'Allemagne il nous refait le coup du bambou. Comme un petit ékève bien discipliné, il va demander l'autorisation à Angela de rajouter un volet pour exiger
      la croissance dans la discipline budgétaire.
      C'est délirant. Angela ventriloque va pouffer de rire.
      Mais oui François, je vais te prêter de l'argent et te faire un prix d'ami avec tius kes taux d'intérêts que tu devras me rembourser, tu me paieras ainsi un joli petit pactole sur les excédents que nous avons accumulés sur les délocalisations, en profitant de la dérégulation intra européennes pendant que Sarkozy débattait sur la couleur des chaussettes de Fredo, ce qui nous a permis d'être le ledearship pour éponger vos dettes.
      Alors tu vois, François, la croissance c'est comme le papillon sur les roses, c'est l'effet papillon.

      Ca commence bien, F.Hollande comme défenseur des intérêts français renforce la prédominance de l'Allemagne et il voudrait changer la donne.
      Un peu larvaire, non ?

      Supprimer
    6. cording,

      Mais de quel minimum parlez-vous ? Hollande est l'inverse exact de DLR ! Les lignes forces et essentielles de son programme sont en totale opposition à celle de NDA ou Marine. Vous préférez une identité programmatique insignifiante à une identité programmatique signifiante et forte. Aveuglement...

      ps : réponse sur le fond svp, je finis par être lassé des pures attaques de forme...

      Supprimer
    7. Quelle crédibilité donner à un parti qui a été ultralibéral pendant 39 ans et qui n'est devenu dirigiste qu'il y a 1 an. MLP fait du Sarkozy.

      Supprimer
    8. Il n'a pas été ultra libéral pendant 39 ans, cela a concerné une certaine frange, réduite à mon sens, de ses instances, et ne l'est plus depuis bien longtemps.

      Une candidate, un programme, le tout en 2012, c'est de cela dont il s'agit.

      Il faut mieux assumer des évolutions, que des trahisons électorales ou populaires, en disant jaune le matin et vert le lendemain soir : confer l'UMPS.

      Supprimer
  2. L'étiquetage français est quand même un bon début car on prend en compte le lieu d'assemblage de produit fini, l'endroit où la valeur ajoutée a été la plus forte, la pays d'où viennent la majorité des composants… ?

    Et pour l'instant, je n'ai pas vu de réponse claire.

    RépondreSupprimer
  3. @ Anonyme

    C'est un début, mais c'est un peu juste. Que faire quand, pour certaines catégories de produits, tout est produit hors de France. Là, il faut de vraies mesures protectionnistes, comme en Argentine ou au Brésil.

    @ Cording, A-J, Patrice

    Nous verrons. Faisons d'abord la campagne du 1er tour sans se parasiter avec le choix du second car avec cinq semaines d'égalité de temps de parole, les choses vont bouger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.dailymotion.com/video/xkvuz3_francois-hollande-et-la-dette-publique_news

      Et vous voteriez pour celui-ci ? Incompréhensible ! Vous voteriez contre vos idées.

      Hollande et Sarkozy sont sur la même ligne économique et politique, seules quelques rares différences subsistent sur le plan sociétal.

      Devant les caméras le 1er assume le libéralisme économique et feint de refuser le libéralisme sociétal, Hollande fait l'inverse.

      Dès après avoir quitté les plateaux télé ces frères siamois idéologiques iront mener la même politique et remettre la souveraineté du peuple français à l'UE et à la Banque.

      Voilà ce que l'UMPS a fait de la politique. Le peuple n'est plus souverain, nous ne décidons rien et avons été dépossédé de notre capacité politique ; aucun grand média ne se choque de cela ; mais a qui appartiennent-ils ?

      Nous sommes dans une démocratie d'apparence ! Ce sont messieurs Monti, Dhragi, qui ont le pouvoir réel, ou encore Monsieur Barroso.

      Et dire que l'UE fait la leçon à Orban et à tous les pays du monde... quel ridicule...

      Supprimer
  4. François Hollande et les produits toxiques, défaisance de la bad, bank.

    Question posée à F.H. hier soir qu'il a écarté d'un revers de main en disant "On les mets de côté". Mais mettre de côté ne signifie pas que l'on va placer nos noisettes auprès de l'écureuil.

    Rien sur la question et pourtant si F.H. dématérialise la bad bank, il n'en demeur pas moins qu'elle existe et que la note de la spéculation des banques à découvert sera salée.

    Tant de questions restent en suspens.

    Qui paiera la faillite de Dexia et les 5000 communes infectées par les produits toxiques ?
    L'Etat, les banques, les contribuables (flambée T.H. locales).

    Quelles procédures à mettre en place ?

    Dilution en catimini dans la Banque Postale ?

    L'indemnisation de l'Etat, des collectivités, renégociation des contrats,bonus sur unvestissements futurs communes, territoires ?

    Le néant, rien de rien.

    Pourriez-vous, Laurent, mettre le lien sur ce sujet que vous avez traité. En vous remerciant.
    GAIA

    RépondreSupprimer
  5. Une révolution est avant tout une révolution dans les esprits, le reste ne fait que suivre. Vous démontrez qu'on peut être un esprit brillant est passer à côté d'une révolution opérant dans les esprits du plus grand nombre. Progressivement, le mur du mensonge monté autour de Marine s'effondre, et ceux même qui ont gardé les tropismes dépassés d'hier, figés qu'ils sont encore dans un temps qui tout entiers les emprisonne, sentent bien qu'ils jouent avec un coup de retard, une longueur d'esprit de moins. Invariablement, je resterai étonné par ces individus talentueux - dont vous êtes - qui néanmoins passent à côté de ce que tous les autres voient clairement. La "common decency" a choisi son camp, le peuple sait plus et mieux que "l'élite", car le peuple, sans être étranger aux idées, vie dans la vie. Marine 2012 ! et même analyse que vous sur Bayrou et Hollande, qui ne sont que des épiphénomènes politiques, construits malgré tout, avant tout, par la force médiatique ! Oui à la France, non à la loi de 1973 et à ses avatars textuels européens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Errata
      ...et passer...vit la vie.

      Supprimer
  6. @ Gaia

    Voici le lien :

    http://www.gaullistelibre.com/2011/10/collectivites-locales-et-horreur.html

    @ Anonyme

    Mais quel crédit accorder à MLP ? Début 2007, je dénonçais les postures de Nicolas Sarkozy. Pour moi, MLP fait exactement la même chose que lui. Elle tient le discours qu'il faut tenir pour gagner des voix (l'interview d'un sympathisant FN par Coralie Delaume était très instructive). Je ne vois pas pourquoi il faudrait croire le 180° idéologique d'un parti qui était encore ultralibéral début 2011 et dont la conversion est trop récente pour être honnête. Je préfère les originaux (sur l'économie) et la copie tardive.

    En outre, le FN vient avec un nombre de scories (sur lesquels je ne vais pas revenir, j'en ai débattu des dizaines de fois) qui sont totalement inacceptables pour moi.

    RépondreSupprimer
  7. @LP,

    Interviewer un sympathisant pour obtenir les vérités d'un parti, c'est recueillir les positionnements de son exécutif et de son bureau politique ? N'est-ce pas être là à la limite de la malhonnêteté ? Est-ce que ce sont les sympathisants du PS qui gravent dans le marbre les vérités du candidat Hollande ?

    A chaque fois vous passez par un élément extérieur à la candidate, à son programme - à chaque fois - et chacun pourra vérifier, pour refuser de débattre au fond. C'est peu sérieux comme démarche.

    Son programme est clair, son discours est clair.

    Ne voulant aborder le fond vous en êtes maintenant à la lecture dans les arrières pensées.

    Faut-il alors, s'il s'agit de mettre en oeuvre de telles méthodes, que nous revenions sur l'épisode de la FAF, à propos duquel pour ma part et par ailleurs je ne formule aucun avis, me refusant à de tels méthodes ?

    NDA a un programme, celui-ci est sur ses lignes forces proche de celui de Marine, mais je ne dénigrerai pas pour autant, selon des procédés contestables, NDA qui est un candidat de qualité, mais invariablement - et je le regrette sincèrement - à 0,5%.

    Le réel politique est là, devant nous, ce réel c'est aussi un chiffre constant depuis 6 mois !

    Quel acte de MLP, quelle mesure de son programme, posent problème et trahissent la loi républicaine ?

    RépondreSupprimer