jeudi 1 mars 2012

1000 milliards pour les banques, l’austérité pour les peuples !


Comment ne pas être pris de vertige par les décisions prises dans cette Europe ? En un peu plus de deux mois, la BCE vient de prêter pas moins de 1000 milliards d’euros aux banques privés, au moment même où les dirigeants européens n’ont que la rigueur à la bouche.

La monnaie des banquiers

L’euro est bel et bien la monnaie des banquiers. Alors que les Etats sont étranglés par les contraintes des marchés financiers et se voient imposer des cures d’austérité monstrueuses, les banques viennent de bénéficier de deux opérations « crédit ouvert » où la BCE leur a accordé 1000 milliards d’euros de crédits à trois ans. Après les 489 milliards du mois de décembre, l’opération d’hier a porté sur la bagatelle de 529 milliards ! 10% du PIB européen en deux mois !

Il y a deux choses absolument scandaleuses à propos de ces opérations. Tout d’abord, elle se fait en absence totale de contrôle démocratique. Comment de telles sommes peuvent-elles être accordées au système financier sans la moindre consultation des peuples ou de leurs représentants ? Ensuite, cela entretient l’aléa moral incroyable de ce secteur financier car ces aides le sauvent sans la moindre contrepartie. Si les banques vont mal, elles doivent être recapitalisées !

Ensuite, comment ne pas être totalement outré par une telle opération alors qu’une semaine auparavant, le président de la BCE a donné une interview au Wall Street Journal, comme le rapporte Olivier Berruyer sur son blog. Mario Draghi a déclaré que « le modèle social européen est mort », que le temps de l’emploi à vie est « révolu » et appelé à tenir les objectifs budgétaires, en baissant les dépenses mais sans toucher aux impôts ! Il dit se soucier des marchés plus que du cours de l’euro…

La création monétaire en question

La décision d’hier a néanmoins un aspect positif (en cherchant bien). En effet, les 1000 milliards d’euros prêtés aux banques l’ont été par simple création monétaire de la BCE. Tout le monde comprend bien que la Banque Centrale Européenne n’avait pas cette somme là qui dormait dans ces comptes (son bilan dépassait 2700 milliards en fin d’année, en hausse de 500 milliards sur trois mois, comme le rapporte les Echos). Elle a donc créé 1000 milliards d’euros en quelques mois !

Dès lors, cela amène à se poser deux questions. Tout d’abord, comment se fait-il que les pères la vertu qui froncent les sourcils quand on évoque toute monétisation par l’Etat ou qui demandent l’austérité aux peuples, ne s’émeuvent pas davantage de ce laxisme à grande échelle ? Avec 1000 milliards, on pourrait faire beaucoup de choses. Pourquoi faudrait-il que cela serve à refinancer les banques ? Le bilan de la BCE a plus que doublé depuis la crise : est-ce normal ?

Deuxièmement, cela montre qu’il est possible de monétiser la dette publique à hauteur de 5% du PIB par an puisque ce ne représente, pour un an, que la moitié des sommes engagées en trois mois par la BCE. Et selon le contexte, cela peut ne pas être inflationniste. Mais surtout, il est incroyable que l’utilisation de la création monétaire au simple service des banques ne provoque pas un débat plus important, d’autant plus que les peuples subissent une austérité sauvage.

Ces opérations de la BCE sont proprement révoltantes et démontre que cette Europe ne tourne vraiment pas ronds. L’euro est au service exclusif des banques et asservit les peuples. Le seul point positif est que ces opérations le révèlent de manière transparente.

8 commentaires:

  1. C'est 8 fois le budget de l'U.E.
    S'ils voulaient vraiment faire du "fédéralisme" il suffisait que ce montant soit transféré dans une structure de financement de grands projets européens de transition énergétique et écologique, ce qui en plus aurait donné du travail à des millions de gens (un salarié direct coûte en moyenne 50 K€ et il faut rajouter les emplois indirects)

    RépondreSupprimer
  2. Dernière nouvelle : le chômage monte, monte, monte ! Maintenant à 10.7 % dans la zone euro. Terrible. http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-01032012-AP/EN/3-01032012-AP-EN.PDF

    RépondreSupprimer
  3. Votre site est très bien
    Je publie aussi des articles sur la shère gaulliste et les classes moyennes
    Est ce que vous pouvez faire un échange de lein sachant que votre site figure en bonne place sur le mien
    tout va tres bien Mme la Marquise
    http://www.wmaker.net/mappemonde/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. patrice lamy1 mars 2012 15:07

      oui ce site est très bien notamment par sa vision humaniste voir par exemple l'article sur Geneviève de Gaulle et Germaine Tillon malheureusement bien oublié

      Supprimer
  4. Jeudi 1er mars 2012 :

    Les créanciers privés ont prêté 200 milliards d'euros à l'Etat grec. Sur ces 200 milliards, les créanciers privés vont perdre 107 milliards, qui ne leur seront jamais remboursés.

    Que croyez-vous qu'il arriva ?

    L'ISDA, association de référence sur les CDS a annoncé jeudi que l'opération de restructuration de la dette grecque ne constituait pas selon elle un événement de crédit  !  !  !

    Mort de rire !

    C'est du pipeau, ces CDS !

    L'ISDA, association de référence sur les CDS a annoncé jeudi que l'opération de restructuration de la dette grecque ne constituait pas selon elle un événement de crédit et que ces contrats d'assurance ne seront pas pour l'heure déclenchés sur la Grèce.

    http://www.romandie.com/news/n/_Grece_pas_d_evenement_de_credit_selon_l_ISDA_les_CDS_pas_declenches010320121413.asp

    RépondreSupprimer
  5. Je comprend pourquoi NDA est à 0,5% dans les intentions de vote. Ici pendant que les indépendatistes basques et les socialos chautent un présidente de droite on fait un petit clein d'oeil à besançenot dont les sbires ont ejecté votre candidat. Tu parles de souveranisme et de nation. Vous essaiez de vous allier avec des forces anti-france et en plus il ne veulent pas de vous.

    RépondreSupprimer
  6. On n'en attendait pas moins de l'ex employé de Goldman Sachs Mario Draghi! Cependant la Fed fait le même politique d'arrosage monétaire pour les banques et éteindre la menace systémique de faillites bancaires.

    RépondreSupprimer
  7. @ Cording

    Sauf que la Fed achète en masse de la dette souveraine, ce qui profite à tout le monde. Et au final, la BCE finit par être encore plus radicale dans l'utilisation de méthodes non conventionnelles.

    @ Fiorino

    Ce papier a été publié avant les incidents de Bayonne.

    @ Tout va très bien

    Merci pour la publicité. Bien sûr.

    @ A-J H

    Très juste.

    RépondreSupprimer