mardi 3 avril 2012

Trois raisons d’aimer la nation


Depuis 1945 en Europe, beaucoup considèrent les nations avec méfiance, comme si cette structure de l’organisation humaine portait en elle la seule responsabilité des guerres qui ont déchiré le monde. Et si ce n’était pas le cas ? Et si les nations étaient là pour le bien de l’humanité ?

La nation, c’est une communauté culturelle

En effet, le point fondamental d’une nation est le fait qu’elle constitue une communauté pour les hommes. Avec la famille, il s’agit sans doute de la communauté la plus importante pour les individus, celle qui reste à vie, le point fixe de toute une existence, quand les amis, les entreprises ou les lieux d’habitation peuvent changer. Cette communauté est fondamentale pour déterminer l’identité de tous ses membres.

En outre, cette communauté est profondément culturelle. A chaque nation est attaché un système de valeurs distinctes et d’habitudes qui caractérisent la communauté nationale. Les Français ne sont pas des Etasuniens ni des Italiens ou des Allemands. L’identité nationale porte une part essentielle dans la constitution de l’identité de chaque individu.

La nation, c’est la solidarité

L’adjectif qui vient le plus souvent après le mot « solidarité » est « nationale ». En effet, c’est dans le cadre national qu’existe la plus forte solidarité entre membres d’une même communauté (après la famille bien sûr). C’est dans le cadre national, et donc grâce à la nation, que ceux qui travaillent paient les retraites de ceux qui ont travaillé. C’est dans le cadre national que les cotisations des biens portants servent à soigner les traitements des malades.

C’est dans le cadre national que la communauté toute entière contribue à l’avenir, de multiples façons. C’est la nation qui favorise le renouvellement démographique, c’est elle qui investit dans l’éducation de ses enfants. C’est elle qui, traditionnellement, investissait dans les infrastructures d’avenir (énergie, transports, télécommunications), ce qui a poussé à la création des services publics nationaux. Bref, la nationalité, c’est le lien le plus fort qui unie les êtres humains après la famille.

La nation, c’est le moyen d’agir sur son destin

Et si la nation est le lieu de la solidarité nationale, c’est parce que c’est la communauté la mieux à même de conjuguer à la fois une unité suffisamment forte avec une taille assez grande pour permettre aux hommes qui la composent d’agir sur leur destin. Les deux conditions sont essentielles. Il faut une grande unité, un vécu important et des valeurs communes pour que la minorité accepte sans broncher les choix de la majorité. La force du lien commun impose la taille de la nation.

C’est par les nations que les hommes ont pu se libérer des féodalités, devenir libres de leur destin tout en ayant la capacité d’agir sur leur destin collectif. Mais seule une unité très forte permet à une communauté nationale de tenir. Les exemples de l’URSS, de la Yougoslavie, de la Tchécoslovaquie et de la Belgique montrent que les constructions artificielles qui nient les réalités nationales ne peuvent pas durer très longtemps et finissent par se dissoudre.

La nation n’est pas la cause des guerres

Bien sûr, ce sont souvent les nations qui ont porté des guerres sanglantes et volontiers inhumaines. Mais cela ne signifie pas forcément qu’elles en soient directement responsables. Les nations n’ont été que les véhicules des guerres que parce qu’elles sont la communauté d’action de références des êtres humains, le moyen pour eux d’agir sur leur destin, pour le bien, comme pour le mal… Les nations sont humaines et elles souffrent des mêmes travers que les hommes.

C’est pour cela que vouloir museler les nations n’est pas le moyen d’éviter les guerres, pour deux raisons. Tout d’abord, les structures supranationales seront tout aussi promptes à guerroyer que les nations car elles aussi sont humaines… Ce n’est pas parce que l’on passe à l’échelle européenne que les humains seront moins violents. Au contraire, la négation des réalités nationales peut provoquer des conflits sanglants, comme on le voit tout autour du monde.

Ce n’est pas en sautant sur notre chaise en disant « nation, nation, nation » ou « la France, la France, la France » que nous lutterons contre les clichés puissamment ancrés dans l’inconscient collectif. Nous devons expliquer méthodiquement l’apport fondamental de la nation à l’humanité.

23 commentaires:

  1. "En outre, cette communauté est profondément culturelle. A chaque nation est attaché un système de valeurs distinctes et d’habitudes qui caractérisent la communauté nationale"
    ABSOLUMENT et ce n'est pas rejeter les autres que d'affirmer que notre nation est portée depuis 2000 ans par une forte empreinte "catholique". Il suffit de parcourir le pays pour s'en rendre compte. Nier cela c'est nier l'essence même de ce qu'est la france. Et vouloir museler la nation, c'est courir le risque de voir le communautarisme faire exploser ce qui reste encore d'unité dans notre pays.
    Bien sûr cela évolue et change (et changera encore bcp) mais à un rythme lent, la nation est en perpétuel changement. Mais elle est le socle, le repère.
    Merci Laurent pour cet article encore une fois parfaitement juste.

    RépondreSupprimer
  2. Très bel article, l'un des meilleurs que j'aie lus sur ce blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent article.
      Merci Laurent, trop peu de gens parlent encore de la Nation avec les yeux qui pétillent, comme probablement les vôtres.
      Jean-Paul

      Supprimer
  3. Mardi 3 avril 2012 :

    Espagne : la dette publique va bondir à 79,8 % du PIB en 2012.

    La dette publique de l’Espagne devrait bondir de plus de onze points en 2012, à 79,8 % du PIB, a annoncé mardi le gouvernement, contraint à un effort de rigueur sans précédent pour rétablir la confiance des marchés et de ses partenaires européens.

    La dette publique passera de 68,5 % du PIB à la fin 2011 à 79,8 % du PIB, un niveau qui reste inférieur au chiffre de 90,4 % qui sera la moyenne de la zone euro, a indiqué le ministère espagnol du Budget, en marge de la présentation au Parlement du budget 2012 du pays, marqué par des mesures de rigueur sans précédent.

    http://www.romandie.com/news/n/_Espagne_la_dette_publique_va_bondir_a_798_du_PIB_en_2012_44030420121349.asp

    Espagne : le chômage atteint un nouveau record.

    L’Espagne compte 4,75 millions de chômeurs en mars, a annoncé le ministère de l’Emploi. Il s’agit du huitième mois consécutif de hausse du chiffre du chômage, ce qui le situe à un niveau record depuis la première diffusion de ces statistiques mensuelles en 1996, et a fortiori depuis le début de la crise en 2008.

    En mars, 38.769 chômeurs de plus ont été comptabilisés, soit une augmentation de + 0,8 % par rapport à février, et + 9,6 % sur l’année.

    Avec une économie atone, le pays souffre du taux de chômage le plus élevé parmi les pays de l’OCDE et de l’Union européenne : selon l’Institut national de la statistique (Ine), ce taux était de 22,85 % de la population active fin 2011.

    Pour l’office européen des statistiques, Eurostat, l’Espagne affichait même un taux de chômage de 23,6 % en février.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201989789921-espagne-le-chomage-atteint-un-nouveau-record-309046.php

    RépondreSupprimer
  4. Et finalement, comme disait Seguin, le sentiment de Nation c'est ce qui fait qu'une minorité se soumet aux lois de la majorité.

    RépondreSupprimer
  5. Il faudrait ressortir cette vieille loi pour certains de nos chers politiciens.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_avec_l%27ennemi

    RépondreSupprimer
  6. Arthur Antunes Coimbra3 avril 2012 22:13

    Il y a les grandes phrases et il y a le choix de DLR au second tour ! Je m'interroge...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Noël CHASSIGNEUX4 avril 2012 22:43

      Cesser de vouloir polémiquer à tout prix Arthur ! DLR et NDA n'appelleront pas à voter pour NS au second tour puisque c'est ce que vous semblez sous-entendre !

      Supprimer
  7. Nous venons de vivre un quinquennat marqué par la volonté de faire de l’identité nationale un marqueur politique… que dit l’archéologie de ce qu’est la France ?

    Jean-Paul Demoule: Elle montre que l’histoire de la France est celle de brassages et de mélanges. Et que l’idée d’une permanence et d’une essence de «La France» est finalement sans fondement. Chateaubriand déjà le montrait en se moquant des cérémonies à la mémoire de Clovis. Il n’y a jamais eu de commencement de la France, il y a une construction permanente, qui implique tous les habitants, d’où qu’ils viennent.

    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/04/larch%C3%A9ologie-a-retrouv%C3%A9-lhistoire-de-france.html

    RépondreSupprimer
  8. @ Olaf

    Je suis d'accord avec cette citation. C'est aussi ce qui me pousse à m'opposer à certains...

    @ Arthur

    Le choix que j'ai exprimé est le mien, pas celui du parti. Je m'exprime ici à titre personnel. Mais j'assume complètement, pour toutes les raisons exprimées dans de nombreux papiers, et notamment celui sur l'impasse Le Pen.

    @ Jean-Paul, Dominique, Anonyme

    Merci

    RépondreSupprimer
  9. Patrie et Nation.N'est-ce pas moins belliqueux de parler de Patrie que de Nation?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arthur Antunes Coimbra4 avril 2012 20:30

      Non, où alors Jaurès est très vilain et très belliqueux tout plein.

      Sciences-Po Paris ?

      Supprimer
  10. Arthur Antunes Coimbra4 avril 2012 20:28

    @LP,

    Au moins les choses sont clairs, enfin su je vous comprends bien.

    A gauche Mélenchon est debout sur les tables pour expliquer qu'il votera pour Hollande qui n'est pas de gauche, et vous, manifestement, renchérissez en votant UMP après nous avoir expliqué à quel point la politique de Nico était contraire à votre programme.

    On sait désormais qui incarne le changement populaire et républicain !

    Merci.

    RépondreSupprimer
  11. Mercredi 4 avril 2012 :

    Chahutée sur les marchés, l'Espagne ne parvient pas à rassurer.

    Regain de tension sur les marchés, explosion de la dette, chômage record : les mauvaises nouvelles ne laissent aucun répit au gouvernement espagnol au moment où il entreprend un effort de rigueur inédit, en espérant convaincre que le pays pourra se passer d'une aide extérieure.

    Après des semaines de détente sur les marchés alimentée par la manne de liquidités de la Banque Centrale Européenne (BCE), l'Espagne a dû concéder mercredi des taux en nette hausse lors de la première émission obligataire lancée après la présentation du budget 2012.

    "L'Espagne revient au coeur de la tourmente", affirme Soledad Pellon, analyste de la maison de courtage IG Markets, pour qui l'émission est "un échec absolu".

    http://www.boursorama.com/actualites/chahutee-sur-les-marches-l-espagne-ne-parvient-pas-a-rassurer-5a5d4471f1aa7d179b488eaea70ca69b

    Comment les Bourses européennes ont-elles réagi aux mauvaises nouvelles venues d'Espagne ?

    Suisse : baisse de - 1,47 %
    Pays-Bas : baisse de - 2,53 %
    France : baisse de - 2,74 %
    Norvège : baisse de - 1,27 %
    Pologne : baisse de - 1,81%
    Allemagne : baisse de - 2,84 %
    Italie : baisse de - 2,42 %
    Belgique : baisse de - 3,10 %
    Espagne : baisse de - 2,09 %
    Royaume Uni : baisse de - 2,30 %

    RépondreSupprimer
  12. patrice lamy5 avril 2012 07:47

    NDA a CLAIREMENT dit qu'il ne donnerait pas de consigne de vote au second tour s'il n'y était pas , ses partisans étant des adultes capables de réfléchir par eux même ce que ne sont apparemment pas les autres .
    Je pense que pour nous si il se confirme que le second tour soit un Hollande Sarkozy il est souhaitable de Hollande gagne ce qui fera exploser l'ump et nous pourrons a ce moment créer un parti avec les Gaulliste qui se sont perdu dans ces méandres

    RépondreSupprimer
  13. @ Arthur

    Je n'ai jamais dit que je voterai NS au second tour dans la configuration qui se profile. Vous extrapolez. Je voterai sans doute blanc car pour moi, c'est bonnet blanc et blanc bonnet sur la question fondamentale de la mondialisation néolibérale.

    @ Patrice

    Très juste, mais je ne crois pas que l'UMP éclatera. Le parti se rangera derrière Copé je pense.

    RépondreSupprimer
  14. Pinsolle
    " Les Français ne sont pas des Etasuniens ni des Italiens ou des Allemands."

    Vu de l'extérieur je penses que dans l'imaginaire étranger ce qui caractérise la France par rapport à l'Italie et aux USA c'est surtout un antisémitisme banalisé dans la société et une islamisation exponentielle qui n'existe pas dans les deux autres pays. Pour le reste les français mangent plus aux macdo que les italiens donc l'exception française c'est assez pipeau.

    RépondreSupprimer
  15. Arthur Antunes Coimbra7 avril 2012 10:12

    @LP,

    C'est pour cela qu'il y a un autre choix vous permettant une réelle alternative, et évitant le piège du "bonnet blanc blanc bonnet". Ce choix, vous refusez de le faire alors que vous partagez - votre programme - l'essentiel des orientations politiques de MLP, et êtes en opposition franche avec le programme commun de l'UMPS. DLR vote donc UMPS dès le 1er tour !

    ps : j'attends toujours votre fameuse définition de l'extrême droite.

    RépondreSupprimer
  16. @ Fiorino

    Pas du tout d'accord. L'exemple du McDo est un peu anecdotique tout de même. On peut penser au cinéma national, beaucoup plus solide chez nous que presque partout ailleurs.

    @ Arthur

    Je ne vais pas revenir sur MLP, je me suis expliquer 100 fois...

    Parti d'extrême-droite, c'est un ensemble :
    - parti dont le logo est directement tiré des néofascistes italiens
    - parti présente des nazillons aux élections
    - parti dont la présidente pose avec des nazillons tout sourire
    - parti dont un des principaux dirigeants (L.Alliot) publie sur son site un hommage à Bastien Thiry
    - parti dont la présidente parle d'admiration à l'égard de Poutine

    Vous pouvez toujours aller sur les papiers où je parle de MLP pour compléter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais le cinéma français ne gagne à l'étranger que quand il est en anglais ou il véhicule de valeurs américaines. Le cinéma français n'est pas solide il est soutenu par l'Etat, mais finalement n'apporte aucune vision particulière du monde. The Artist on ne peut pas dire que ce soit un film qui montre la culture française.

      Supprimer
    2. Arthur Antunes Coimbra12 avril 2012 21:41

      @LP,

      Non, toujours pas. Il y a des textes.Je sais, c'est étonnant, mais des individus - connus même - sans cursus économique, et simplement versé dans la philosophie, ont un jour, et avant vous, décidé de définir l'extrême droite. Incroyable non ?

      Supprimer
    3. Poutine, un homme admirable oui certainement pour qui respecte l'idée de nation, même si ce n'est pas un saint (mais De Gaulle ne plus ne l'était pas; demandez aux harkis; je l'admire mais je ne l'idéalise pas) . Lisez ce qu'en dit Jacques Sapir, à mon sens un des es^prits les plus puissants de ce siècle (le Nouveau XXIe siècle, mais vous l'avez sûrement lu). Jouer les vierges effarouchées devant Poutine, c'est sans doute un des marqueurs de l'impossibilité de s'affranchir du système, et donc un marqueur de la stérilité politique.

      Supprimer
    4. Cher Laurent, sur Poutine je vous signale ce papier d'Aymeric Chauprade:

      http://blog.realpolitik.tv/2012/03/bonne-nouvelle-pour-la-multipolarite/

      Dommage que vous vous associez au "déchainement médiatique" dont parle Chauprade contre cet homme dont les objectifs et la stratégie multipolaires devraient pourtant vous réjouir... Mais j'ai noté une certaine ambiguité, ou complaisance de DLR à l'égard des Etats-Unis, c'est d'ailleurs pour tout vous dire une des raisons qui m'ont fait préférer le FN.

      Extrait de l'article de Chauprade:
      "Nous pouvons affirmer aujourd’hui que Poutine va consolider le monde multipolaire qui se dessine et achever sa mise en déroute de l’oligarchie américaine et de son Etat profond dont l’action occulte et agressive (à l’œuvre en ce moment en Syrie) ne cesse de miner, chaque jour un peu plus, les possibilités de paix dans le monde.
      Qu’est-ce qui nous permet d’affirmer cela ? La simple observation du déchaînement médiatique contre Poutine, que chacun d’entre nous aura pu observer, ces derniers mois, en Europe comme aux Etats-Unis. Manque de chance pour nos habituels aboyeurs de leçons démocratiques (qui ne sont en fait que les bons petits soldats de l’oligarchie occidentale), le peuple russe soutient massivement Poutine."

      D'ailleurs, Laurent, quelles sont les positions de DLR à l'égard du droit d'ingérence (sur lequel le livre de Jacques Sapir sus-référence contient des pages lumineuses et définitives)?

      Supprimer