samedi 28 juin 2014

Face aux mutations de l'UMP et à l'importance grandissante du FN, quel positionnement pour DLR ? (billet invité)

Billet invité de Cochin

Les délires néolibéraux du châtelain Fillon

L'interview accordée récemment par François Fillon au Telegraph ne fait que tristement confirmer les craintes que l'on pouvait avoir sur les évolutions de l'UMP, dont des membres de plus en plus nombreux revendiquent un néolibéralisme décomplexé. Lors du même entretien, l'ancien premier ministre affirme ainsi tout d'abord que les universités françaises sont des « foyers de marxisme » avant de regretter que « la France n'ait jamais eu de révolution thatcherienne ».


François Fillon raisonne ici, comme bon nombre de néolibéraux, avec plusieurs décennies de retard. Pour que les universités françaises soient un foyer de marxisme, il faudrait que les étudiants d'aujourd'hui lisent encore Marx ou ceux qu'il a inspirés, ce qui n'est clairement plus le cas (je me rappelle encore à ce sujet l'étonnement de mon professeur de khâgne à Louis-le-Grand quand il s'était aperçu il y a quelques années que seule une petite poignée d'élèves avaient lu de manière un tant soit peu poussée les oeuvres de Marx).

Bref, François Fillon se contente ici de reprendre de vieux poncifs qui ne renvoient plus à aucune réalité – et l'on pourrait d'ailleurs le regretter car le marxisme, au-delà de tous les problèmes qu'il pose, avait au moins le mérite d'offrir à certains un cadre de pensée cohérent et rigoureux qui leur permettait de mener une réflexion qui ne soit pas simplement superficielle sur l'état de notre société.

L'ancien premier ministre a en réalité très probablement vu dans la dénonciation des « foyers de marxisme » une façon de s'attirer sans trop d'efforts les sympathies de la frange la plus à droite de l'électorat de l'UMP. Échouant depuis deux ans à obtenir la direction de son parti en se livrant à une véritable réflexion sur les causes de la crise française, le voilà bien décidé à s'en emparer en conquérant la notoriété de l'infamie.

C'est d'ailleurs bien ce que montre l'éloge obscène rendu à celle qui fut responsable de l'un des pires drames sociaux qu'ait connu un pays d'Europe occidentale depuis 1945, poussant dans la misère des millions d'ouvriers. Mais soyons tout de même bon joueur et admettons à la décharge du châtelain Fillon qu'un tel drame n'a pas touché l'ensemble des Britanniques : bien loin de pâtir des années Thatcher, la City, et plus généralement les classes les plus riches, virent leur pouvoir se renforcer. En clair, la rigueur à laquelle aspire l'ancien premier ministre ne concernera que les classes populaires et les classes moyennes.

Ces déclarations de François Fillon, qui s'ajoutent à bien d'autres et ont depuis été encore confirmées lors de sa dernière conférence de presse2, illustrent un mouvement global des principaux cadres de l'UMP, qui accentuent leurs penchants néolibéraux. Que n'entend-on pas à ce sujet sur le temps de travail ou sur la création d'un SMIC spécifique pour les jeunes ? Des hommes comme Laurent Wauquiez (le brillant politicien selon lequel le rejet du référendum de 2005 est dû à la volonté des Français de voir clairement affichées les racines chrétiennes de l'Europe dans la constitution3) participent depuis plusieurs années de cet infléchissement de la ligne de l'UMP vers un antiétatisme (s'appuyant en premier lieu sur le rejet de l'impôt) qui n'a pourtant pas toujours caractérisé l'ensemble de la droite française.

Pour ne pas se retrouver asphyxié entre l'UMP et le FN, DLR doit éviter le piège de la droitisation

Au moment où l'UMP accentue son libéralisme économique tout en se rapprochant de l'extrême-droite sur certaines questions, sous l'influence notamment de la Droite forte, il importe de s'interroger sur le positionnement politique actuel de Debout la République. Autant le dire clairement, si j'ai voté en mai dernier pour la liste soutenue par ce parti, ce ne fut pas avec un enthousiasme sans limite mais seulement parce qu'elle me semblait incarner la plus claire proposition de rupture avec l'Union européenne (c'est-à-dire la construction européenne, dans la forme néolibérale avancée qu'elle a prise depuis le début des années 1990).

Sympathisant de DLR depuis sa création, j'ai à chaque fois que cela était possible apporté ma voix à ce parti. Il y a plus d'un an, j'ai même choisi, après avoir longtemps hésité, d'en devenir adhérent. L'élément qui a poussé cette adhésion était un billet de Nicolas Dupont-Aignan publié au moment de la mort de Chavez, billet qui, tout en signalant les défauts du chavisme, rappelait que celui-ci avait incarné « une révolte contre le défaitisme d'Etat incapable de promettre à ses enfants autre chose que la misère »4. Un tel billet paraissait sur le coup témoigner d'une véritable pensée « gaulliste sociale » (l'emploi des guillemets s'impose parce que l'expression a aujourd'hui perdu en grande partie de son sens : s'en réclament aussi bien François Fillon que Laurent Wauquiez), par l'hommage rendu à un homme qui, s'il n'était sans doute pas parfait, avait au moins eu le mérite de soulager une partie de la pauvreté de ses concitoyens par la redistribution d'une part importante de la rente pétrolière (il faudra à ce sujet un jour se demander sérieusement pourquoi des journaux comme Le Monde ou Le Figaro, qui publiaient très régulièrement des articles pour critiquer l'état de démocratie dans le Venezuela chaviste, s'inquiétaient dans le même temps beaucoup moins des conditions de la vie politique dans les pétromonarchies du Golfe).

À mes yeux, un souverainisme qui concentrerait toute son attention à la seule question européenne en délaissant la question sociale est voué à l'échec. Toute réflexion politique sérieuse sur la crise de notre pays doit sans cesser articuler ces deux questions, qui tout en étant intimement liées du fait du caractère néolibéral de l'Union européenne, ne sont pas exactement les mêmes. Ceci est d'autant plus fondamental que ce sont bel et bien les classes qui souffrent le plus dans le contexte actuel qui sont celles auprès de qui le discours de Debout la République est le plus à même de porter.

Renforcer le caractère social de son discours, voilà ce que devrait faire Debout la République, au lieu de dénoncer, comme dans les tracts des dernières élections européennes, la « bureaucratie » et l'« assistanat ». Il faut d'ailleurs noter à ce sujet que : soit le chômage est principalement lié à l'euro et aux politiques économiques menées depuis trente ans et dans ce cas là dénoncer l'assistanat (qui est un phénomène marginal) est un contresens ; soit il est dû à la fainéantise de certains, mais dans ce cas on ne peut plus accuser l'euro ou les politiques néolibérales d'être la cause des maux dont souffre l'économie française.

À l'heure où l'UMP adopte un positionnement de plus en plus droitier et où le Front national voit son audience croître, Debout la République se retrouverait en réalité bien vite asphyxié entre ces deux partis s'il choisissait d'opter pour une ligne plus à droite que celle qu'il a suivie par le passé. Le mouvement prendrait par ailleurs le risque de se couper définitivement des souverainistes de partis plus à gauche, avec lesquels il devra pourtant un jour s'allier s'il veut rassembler une majorité de Français. Si à court terme, une telle ligne pourrait donc permettre de récupérer quelques électeurs, en profitant de la crise – provisoire – de l'UMP, elle condamnerait par la suite le parti à végéter à des niveaux qui furent ceux de l'ancien MPF.

Gageons que Nicolas Dupont-Aignan ne fera pas une telle erreur.

98 commentaires:

  1. @Cochin

    Vous souhaitez faire un constat au sein de ce billet intéressant, mais je ne vois pas à partir de quels éléments concrets vous opérez.

    Vous indiquer que DLR doit "renforcer le caractère social de son discours". Mais quoi s'agit-il, du programme de DLR ou de sa communication ?

    Si comme vous le dites ce parti rejoint les thèses classiques d'une droite plus libérale contestant l'action - ou une action étendue - de l'Etat, permettez-moi de vous rappelez que seule MLP met au coeur de son projet politique cet Etat stratège, régulateur et redistributeur, que vous appelez de voeux.

    Je comprends difficilement après vous avoir lu les raisons pour lesquelles vous ne vous tournez pas vers MLP et son parti, qui semblent correspondre à votre tropisme social et étatiste, entre autres choses, et que je partage totalement.

    Je vous rejoins également sur le cas Chavez, dont l'image et l'action sont ternis par cette presse idéologique et libérale qui domine en France - Chavez n'avait-il pas lui-même à faire face à une presse atlantiste et libérale (radio, télé, presse écrite) dans son propre pays ?

    Vous semblez enfin parler d'extrême-droite à propos du FN d'aujourd'hui, j'avoue sur ce point mon expectative.

    Votre professeur à Louis-le-Grand, n'a pas dû manquer de vous apprendre l'importance des mots et de leur définition, peut-être même en vous proposant des lectures comme 1984 ou LTI de Klemperer. Vous serait-il possible dès lors de m'indiquer la définition que vous donnez de l'extrême droite.

    MLP me semblent incarner en 2014 le souverainisme de gauche majoritaire, les résultats électoraux sont clairs sur ce point, tout comme son programme ou ses prises de positions publiques. Il s'agit-là d'un fait.

    DLR et le FN doivent coexister au sein d'une force commune de rassemblement. Tous les souverainismes doivent être rassemblés, c'est notre seule chance de gagner les échéances à venir.

    RépondreSupprimer
  2. rassemblement quelqu'un que j'approuve sur des bases justes et égales pour tous les français....république une et indivisible (elle n'existe plus) comment faire ? SINON rétablir d'abord la républiqeu et la démocratie !

    RépondreSupprimer
  3. Ne nous fiions pas à Fillon comme on disait dans les manifestations contre le "réforme" des retraites en 2003 ! L'ex-séguiniste a bien oublié toutes les leçons politiques de son ancien mentor puisque ce qu'il préconise comme Reagan et Thatcher et tous les néolibéraux c'est une politique de classe pour enrichir les riches et appauvrir les pauvres. S'il prenait le temps de lire, ce qui risque pas de lui arriver, il devrait lire le livre de Thomas Piketty "le capital au XXIè siècle".

    RépondreSupprimer
  4. Entièrement en accord avec Cochin.
    Les postures "de droite" (mais il en va de même pour celles "de gauche") excluent d'office le rassemblement en essentialisant des comportements et en niant la complexité et les paradoxes qui font de nous des êtres humains.
    "La France, c'est tout à la fois, c'est tous les Français... C'est pas la Gauche, la France !... C'est pas la Droite, la France !..."
    Pascal Mornat

    RépondreSupprimer
  5. Monsieur Fillon devrait prendre connaissance des sujets proposés au Bac ES pour savoir que ni l'école ni l'université ne sont pas des foyers de marxisme mais plutôt de néolibéralisme. Voir à ce sujet le carnet de Jacques Sapir sur "russeurop.hypothèses.org". Sa vision des choses est largement datée!

    RépondreSupprimer
  6. Stupéfait de voir que pour les "gaulliste sociaux" il suffit qu'une leader joue la corde de l'antiaméricanisme pour qu'ils tombent dans le panneaux immédiatement. Pinsolle dont le blogue s'appelait villepiniste en a fait pour ses frais il a du même retirer la photo de son ex star à l'Onu. Donc si je comprend bien tout les problèmes français sont la faute de l'UE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fiorino

      Pour une large part la faute de l'UE, pour une autre celle de nos dirigeants acquis à l'atlantisme le plus définitif - je ne parle pas même de la presse, de grands américains souvent. Droite et gauche sont américaines. Pour ma part, je ne partage pas les valeurs marchandes et capitalistiques des USA. Ces derniers n'ont d'ailleurs inventé ni la liberté ni l'égalité, et je ne suis pas persuadé qu'ils aient inventé grand chose, sauf peut-être le taux de rentabilité interne à 15% au profit des actionnaires. Il y a une phrase très drôle de Clemenceau sur les Etats-Unis d'Amérique.

      Supprimer
  7. Fiorino

    L'état stratège, le protectionnisme intelligent c'est la martingale de DLR qui incante ces mots de façon religieuse. Ils expliquent nulle part comment il va fonctionner leur protectionnisme. Si ce parti arrivait au pouvoir, ce qui m'étonnerait, on assisterait à des choses rigolotes, enfin pas pour tout le monde. Tout ceci est de la vaine agitation et perte d'énergie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme 11:36

      Mais, la plupart des pays du monde disposant d'un état constitué et ancien, ayant des échanges nombreux avec les autres pays, pratiquent le protectionnisme, à commencer par les USA. Il n'y a rien de religieux là-dedans, contrairement au grande prêches européistes appelant à plus de dérégulation donc plus de catastrophes, de souffrances, pour ceux qui déjà sont les plus précaires (Grèce, Espagne, Italie, France...) Quant à l'Etat stratège, cela existe à tout le moins depuis Colbert - il a bien évolué depuis mais les principes de l'Etat interventionniste français sont anciens - en France, renseignez-vous. N'hésitez pas à argumenter sur le fond.

      Supprimer
    2. Le colbertisme qui est une forme de mercantilisme n'a pas du tout été une réussite, renseignez vous. Ah ! Les US sont protectionnistes ? En quoi ? Et est ce que ça leur permet d'avoir de bons résultats ? Non, alors il faudrait plus de protectionnisme ? En quoi l'état est qualifié pour sélectionner tel ou tel secteur de l'économie au détriment de tel autre, car ne vous faites pas d'illusions, le protectionnisme c'est cela. Si vous payez vos chemises plus cher, c'est autant que vous ne dépenserez pas pour des biens et services produits en France. Le protectionnisme est une lubie. Associer le non-protectionnisme à de la non-régulation est faux, les normes sont de la régulation mais ne sont pas du protectionnisme, tout le monde peut produire du moment qu'il respecte la contrainte de la norme.

      Supprimer
    3. Si vous ne savez pas en quoi les US sont protectionnistes c'est que votre connaissance des réalités économiques US vous font bien défaut. Renseignez-vous, donc!
      D'ailleurs si vous n'aviez pas de préjugés vous sauriez que tous les pays sont plus ou moins protectionnistes selon leurs intérêts du moment et que les normes sont une modalité, parmi bien d'autres, du protectionnisme.
      Seule l'UE par sa bêtise et les préjugés de ses dirigeants est la zone la plus ouverte au commerce mondial pour le plus grand malheur de ses populations dont l'oligarchie européiste se contrefiche!

      Supprimer
    4. Mon cher, vous devriez vous renseigner au lieu d'écrire des inepties. Ce sont les nations qui se protègent qui réussissent le mieux au niveau économique, de par leur prospérité et leur taux de chômage plus bas que les autres. Le protectionnisme n'empêche nullement les échanges commerciaux. Il protège les intérêts vitaux d'une nation, nuance... La lecture de Maurice Allais vous ferait le plus grand bien.

      Supprimer
  8. A Georges : Je vous remercie pour votre commentaire.
    Pour répondre rapidement à votre première question, en parlant de « renforcer le caractère social du discours » de DLR, je pense bien évidemment à la fois au programme et à la communication.
    Pour préciser mon papier, je ne dis pas que DLR ait totalement repris à son compte les thèses libérales de plus en plus en vogue à l'UMP. À l'heure actuelle, Nicolas Dupont-Aignan continue de placer l'Etat au coeur de son discours (ne serait-ce que sur le plan de la politique économique). Il y a seulement certains éléments qui font craindre le début d'une évolution sur cette question, dont j'espère bien qu'elle n'aura pas lieu.
    Pour en venir au Front national, je ne suis pas certain qu'au-delà de l'invocation de l'« Etat stratège » Marine Le Pen place au coeur de sa vision du pays l'Etat « régulateur et redistributeur » que vous et moi désirons. Que le discours d'un Florian Philippot soit, à ma connaissance, sur ce point impeccable, on ne peut pas le nier. Mais il reste encore au FN un bon nombre d'anciens poujadistes (n'oublions que le FN est né de là), qui espèrent encore, comme Jean-Marie Le Pen il y a quelques années, un « Reagan français ».
    Sur la question de l'appartenance du FN à l'extrême droite, il faudrait répondre en deux temps. En ce qui concerne une définition précise de l'extrême-droite, je ne pense qu'il soit possible d'en donner une tant ce concept est mouvant (il en va de même pour toutes les catégories politiques, d'ailleurs). Il faut en tout cas à mon avis distinguer d'une part les électeurs et d'autre part le parti et son appareil. Je suis très loin de penser que tous les électeurs du FN sont d'extrême-droite (j'ai même tendance à croire qu'il ne s'agit que d'une minorité d'entre eux). Le parti, à l'inverse, par son discours (les régulières sorties de J.-M. Le Pen, celles de B. Gollnisch, mais aussi certaines interventions de M. Le Pen), par la symbolique sur laquelle il s'appuie (la flamme tricolore, reprise aux néo-fascistes du MSI, certains tracts et certains slogans), par certains points de son programme, reprend tout un ensemble de thématiques propres à l'extrême-droite.
    Pour conclure, le FN reste aujourd'hui un parti agrégeant des courants d'idées opposés sans que l'on sache vraiment lequel domine son appareil, ce qui signifie que l'on ne peut pas savoir avec certitude la politique qu'il mènerait s'il arrivait au pouvoir. Je pense (mais j'espère sincèrement me tromper) que la ligne Philippot est aujourd'hui mise en avant parce qu'elle a fait ses preuves d'un point de vue électoral mais qu'elle serait bien vite abandonnée par le reste de l'appareil si celui-ci était appelé à prendre en mains les destinées du pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Cochin, seule l'unité compte, c'est après que nous traiterons d'affaires "internes". Il ne s'agit pas d'adhérer au FN, mais de trouver un accord acceptable pour faire l'union des souverainistes, d'où qu'ils viennent. J'adhère en effet et sans réserves à la ligne Philippot, mais qui me semble très largement majoritaire parmi les soutiens de MLP et les militants du FN.

      Supprimer
    2. Le FN est un parti dangereux pour la démocratie car il véhicule une tradition caporaliste d'extrême-droite (n'en déplaise à Mme Le Pen qui voulait poursuivre ceux qui l'en afflublaient sic!).
      Les affinités autoritaires de ce parti (amical vis-à-vis de el-Assad ou Poutine soit dit en passant) laisse craindre une tentative de mesures liberticides s'il parvenait au pouvoir.
      Surtout qu'il devrait juguler un désordre social probable, entre les militants de gauche qui occuperaient la rue et les banlieues getthoisées qui s'embraseraient.
      Le FN au pouvoir c'est le désordre assuré et le coup de force sans doute. La France n'a pas besoin de se rajouter ce mal-là!

      Supprimer
  9. @Anonyme

    L'économie quand elle est une contrainte pour les citoyens constitue une entrave à leur liberté et se trouve être bien évidemment du plein ressort de l'Etat. L'affranchissement citoyen passe par la loi et l'Etat, Geoges Burdeau écrivait :"les hommes ont inventé l'Etat pour ne plus obéir aux hommes". Le chrétien Lacordaire rappelait au surplus qu'entre "le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit". Il est du ressort de l'Etat de fixer le cadre d'une liberté du commerce qui peut rapidement se transformer en liberté de rémunérer la force de travail à vil prix. Déconnecter l'économie, la sphère économique privée, du droit citoyen et de l'autonomie que doit garantir à chacun la loi, est une erreur fondamentale. La liberté non-entrave, celle des libéraux, est un non sens partisan, une compréhension partielle de ce qu'est et recouvre la liberté, par suite l’égalité réelle. Le protectionnisme c'est la main de l'Etat sur l'abus et la force contraignante de cette idéologie du commerce et du profit, instituant la concurrence comme norme de régulation principale des échanges - au sens large – et pas seulement à l'évidence au niveau international. Les plus drôle sur le sujet son les libertariens, leur inlassable références à Bastiat, penseur mineur, Von Mises et Hayek, voir l'inénarrable Ayn Rand, qui ne méritent pas plus que quelques heures de lecture afin de prendre acte de ce que sont les égarements d'une certaine "pensée" "libérale" à prétention politique. L'économie n'est pas hors du champ des dominations, dès lors l'Etat est à sa place pour réguler toutes formes de domination, et garantir ainsi à chacun une liberté pleine et entière, loin des forces de la prédation économique contemporaine, qui ne se gène pas pour opérer par les voies internationales. Entre la personne morale privée – parfois mondialisée comme les grandes firmes -et la personne physique, je choisis pour ma part toujours la personne physique. Chacun ses choix.

    ps : vous noterez, sur le Colbertisme, que j'indique que l'Etat stratège contemporain tel qu'évoqué en est une très notable évolution, que c'est le principe interventionniste qui demeure, mais bon ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous mélangez un peu tout, la place du droit, celle de l'état par rapport à celle de l'économie, dans des grandes envolées lyriques.

      Le protectionnisme dans les faits, pas dans des histoires que vous vous racontez, ce sont des arbitrages de l'état la plupart du temps cafouilleux au profit de lobbies nationaux plus ou moins proches du gouvernement et au détriment d'autres acteurs de l'économie en France, dont des revenus modestes ou d'entreprises dans des domaines émergents.

      Ces constatations ne sont pas faites par des adorateurs de Bastiat ou Hayek qui sont des références datées et dépassées tout autant que le colbertisme, mais par des études récentes.

      L'économie actuelle n'a plus rien à voir avec l'époque du vivant de ces auteurs. Et l'état peut tout autant se révéler dominateur et à ce titre favoriser l'oppression.

      Supprimer
    2. Vous écrivez n'importe quoi. Les nations protectionnistes sont celles qui réussissent le mieux. Les faits, les chiffres et l'histoire le prouvent.

      Supprimer
  10. Excellent comme d'habitude...

    Fillon, quel pauvre type... Il parle comme il y a 30 ans, du temps où les 4 ministres communistes de Mitterrand faisaient redouter que l'Armée Rouge ne s'offre une petite promenade de santé par la trouée de Fulda avant de croquer des bretzels à Strasbourg. C'était le bon temps, ça ! https://www.youtube.com/watch?v=nJo3axG-UuM (ma madeleine de Proust).

    Cet ignare ne sait pas qu'en fait, dans les sciences sociales, c'est dans les pays anglo-saxons que l'on trouve encore de vrais foyers universitaires marxistes.

    RépondreSupprimer
  11. @Anonyme

    Je ne mélange pas tout, je vois la politique par des penseurs politiques, la cuisine économique m'est assez indifférente, elle est comme disait De Gaulle l'intendance - qui vient après les grandes décisions politiques. Quant à l'économie politique est elle pour moi parfaitement disqualifiée comme philtre de lecture de ce qui nous est nécessaire aujourd'hui. Je reste favorable à des arbitrages qui servent la France et son indépendance stratégique, l'affaire Alstom est à ce propos un scandale de plus. Qu'appelez-vous lobbies nationaux ? Si ces lobbies défendent les investissements français et surtout l'emploi en France, ce ne sont plus des "lobbies", mais des voies de défense du fait national. Si ce sont des lobbies au services d'intérêts particuliers, il revient à l'Etat d'y mettre un terme et de mieux choisir ses relais d'action. Ce n'est donc pas l'Etatisme ou le protectionnisme qui sont en cause, mais les défaillances de l'Etat contemporain - ceux qui le dirige - lesquelles ne sont en aucun cas de nature à disqualifier l'Etat comme principe régulateur et d'action. Ce sont encore les références de bon nombre de libéraux intervenant dans l'espace politique que celles mentionné - d'accord pour indiquer qu'elles sont dépassées.

    RépondreSupprimer
  12. Rêver, comme le font certains, d’un rassemblement de tous les souverainistes autour de MLP ne me semble pas crédible. Le souverainisme ne suffit pas à former un consensus politique. Une posture souverainiste vis-à-vis de la question européenne est parfaitement compatible avec des positions très contradictoires sur le rôle de l’État, sur la décentralisation, sur les questions sociétales, etc. Les débats qui se déroulent sur ce blog suffisent à l’illustrer.

    Même si l’on s’en tient à la composante centrale de ce mouvement, le souverainisme associé à la défense de l’État social protecteur couvre aujourd’hui un éventail politique qui va de certains sympathisants du FdG au FN dans sa ligne politique actuelle (mais le FN ralliait aussi beaucoup d’électeurs lorsque JMLP mettait en avant son reaganisme), en passant par ce qui reste de gaullistes sociaux à l’UMP, les gens de l’UPR, les soutiens de DLR, ou encore le MRC. Constater qu’il serait souhaitable pour l’intérêt national de voir tous ces gens-là s’associer est une chose ; pousser la naïveté jusqu’à y croire sérieusement en est une autre, car ce qui tend à opposer ces différentes composantes de la nébuleuse souverainiste est au moins aussi important que ce qui pousse à les coaliser.

    Ce qui semble réalisable (je n’ai pas dit probable), compte-tenu des proximités idéologiques, c’est que DLR finisse par s’allier au FN. Il en découlera inévitablement, compte-tenu des profondes réticences des gaullistes sociaux les plus intransigeants (elles s’expriment ici même à chaque fois que la question de l’alliance DLR-FN est posée), une scission au sein de DLR et de son électorat. Au final, le FN ralliera à lui quelques dizaines de milliers d’électeurs supplémentaires et certains cadres. Les survivants de DLR qui n’auront pas choisi l’alliance avec le FN tenteront peut-être l’aventure d’une association avec des souverainistes de gauche, pour autant que ceux-ci soient eux-mêmes capables de surmonter leur fragmentation.

    Je ne vois pas au final quel renforcement des idées souverainistes pourrait sortir de cette aventure. Le FN lui-même n’en serait que très marginalement conforté, tout en apparaissant comme un facteur de division et de querelles au sein du camp souverainiste. Il y aurait eu davantage à espérer pour le succès du souverainisme d’une scission de l’UMP qui aurait clairement séparé les libéraux de ceux dont la référence politique reste la pensée et l’action du général de Gaulle. Mais l’attitude au sein de l’UMP des responsables qui, à un moment ou à un autre, se sont référés au gaullisme social, laisse mal augurer de la probabilité de réalisation d’un tel scénario. Il faudrait des hommes et des femmes ayant assez de conviction et de caractère pour savoir rompre avec le système, et assez de vision politique pour construire une alternative. Ces conditions ne sont toujours pas réunies pour l’instant.

    YPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @YPB

      Si votre propos c'est indiquer que le problème essentiel n'est pas le FN mais les conditions d'un rassemblement, je vous suis totalement. Le renforcement des idées comme vous dites est une chose, l'efficacité politique et électorale peut - malheureusement ou non - en être une autre. Si le choix est entre assumer une certaine diversité de mouvances au sein d'un large rassemblement donnant lieu à des oppositions sur des points non fondamentaux mais permettant de gagner 2017, et la parfaite concordance dans la défaite, je choisis la première solution. MLP me semble ouverte à une alliance avec DLR et les militants et sympathisants UMP. Il faudrait une explosion de l'UMP et un rapprochement avec un nouveau RPR. La solution est de ce côté-ci. Allant de MLP à Guaino, en passant par Chevènement, Philippot et NDA, et tous ceux qui veulent en être, la victoire est possible, le changement souhaité enfin envisageable. La défaite des européistes-libéraux, UMP-PS-UDI-EEVL, est à ce prix.

      Supprimer
    2. Georges, relisez juste les deux premières phrases de mon post précédent, parce qu'il y manifestement malentendu…

      Vous croyez à la possibilité d'une vaste coalition allant de MLP aux chevènementistes, en passant par DLR et les gaullistes sociaux issus d'une scission de l'UMP. C'est justement ce qui ne me semble pas crédible. Les chevènementistes (sans même parler des eurosceptiques du FdG), dans leur grande majorité, ne marcheront pas dans ce sens. Et les dissidents souverainistes de l'UMP, comme les gens de DLR ou de l'UPR se diviseront sur la question de l'alliance avec le FN. À titre personnel, je ne m'associerai pas à une initiative de NDA qui irait dans ce sens, et je sais bien que je ne serai pas le seul. Or, DLR n'est qu'un tout petit parti. De combien le FN peut-il se renforcer en n'attirant qu'une partie de son électorat ? La stratégie du FN (la ligne Philippot) est de nature à le renforcer marginalement sur son aile modérée. Elle ne peut pas, dans les conditions actuelles, déboucher sur une grande coalition de gouvernement.

      Par ailleurs, c'est une erreur de fond de tout ramener à la question de l'efficacité électorale pour rejeter au second plan celle de la programmatique, comme si les deux s'opposaient. Je conçois bien que cette démarche soit profitable au FN, qui a effectivement un intérêt puissant à lisser les divergences idéologiques entre souverainistes pour ne retenir que l'intérêt électoraliste à court terme : « Oublions nos divergences ; ne songeons qu'à battre les européistes ; la réflexion soutenue sur le programme commun viendra plus tard ; le souverainisme est ce qui nous unit ». Mais c'est à l'évidence reculer pour mieux sauter. Pourquoi les éventuels partenaires du FN joueraient-ils ce jeu pour s'apercevoir ensuite qu'ils ont été phagocytés par lui, ont été affaiblis par des scissions, et ont perdu dans cette entreprise une bonne partie de leur électorat originel ainsi que l'essentiel de leur identité ?

      La seule volonté de défaire les européistes ne peut tenir lieu de programme commun. Il faut avoir à proposer aux Français autre chose. Et dès lors que l'on réfléchira à cette autre chose, les divergences de fond au sein du camp eurosceptique ressurgiront inévitablement, avec d'autant plus de force qu'on les aura auparavant occultées.

      YPB

      Supprimer
    3. @YPB,

      Nous verrons Y - vous permettez que je vous appelle Y ? -, mais nécessité fait loi, c'est ma position.

      Supprimer
  13. NON à l'économie étatique... je ne rentre pas dans le dialogue Georges-Cochin....considérant que le social doit suivre l'économie et non la précéder, la rénovation de la république et de la démocratie, l'égalité et la justice pour tous les travailleurs français, nous conduira inévitablement à un rapprochement des patriotes....et le FN... Philippot cité dans ces billets est, oui, un interlocuteur à privilégier... le seul handicap, c'est parfois l'attitude de JMLP !!! avec la patience j'y crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilco,

      L'Etat stratège n'est en aucun cas l'Etat soviétique. Il s'agit d'un outil au service de l'indépendance, de la redistribution et de la régulation. Il ne s'agit pas d'aller au vers le """paradis""" communiste, soyons plus modeste et pragmatique. La liberté du commerce et de l'industrie c'est oui, le marché mondialisé c'est non. CNR droit devant !

      Supprimer
  14. Georges

    Les lobbies agissent en vertu de leurs intérêts particuliers, toujours, et les gouvernements sont toujours amenés à en favoriser pour des raisons de connivence, encore plus dans le cadre du protectionnisme, c'est inévitable. L'état doit donner un cadre général de fonctionnement économique, il n'a pas à s'immiscer à tout bout de champ, à tort et à travers, dans des cas particuliers. Comme vous dites, si l'économie vous indiffère, alors n'y mettez pas plus vos pattes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme

      Eh bien nous éviterons l'inévitable, qui dès lors ne doit pas l'être tant que cela. Je crois à la morale publique, à des hommes qui s'y tiennent, en somme aux hommes d'Etat et au sens de l'Etat et du bien commun qui va avec. La souveraineté populaire a partout sa place dans sa sphère légitime d'influence, qui va jusqu'au cadre d'organisation des rapports privés économiques.

      Cordialement.

      Supprimer
  15. Georges

    Vous pouvez invoquer autant que vous voulez la morale, ça ne change rien au problème. On peut être "moral" et totalement incompétent, ne rien comprendre aux mécanismes en jeu actuellement. Quand je vais chez un garagiste, je ne lui demande pas un certificat de morale, je lui demande de réparer une voiture. Défendre le protectionnisme c'est ne rien comprendre à l'économie actuelle, c'est demander à des ministres incompétents de mettre les mains sous le capot de la voiture et de détraquer le moteur. NDA ou Montebourg ne connaissent rien à l'économie ou à l'industrie, ils ne font que de la communication démagogique à destination des naïfs ignares. L'économie ne se résume pas à être libéral ou non-libéral, deux positions totalement hors sol. Certains libéraux racontent autant de stupidités que les protectionnistes.

    Le colbertisme c'est la politique allemande, des excédents commerciaux au détriment des intérêts de la population allemande. Faire des excédents commerciaux n'a pas plus d'intérêt que faire un déficit commercial.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme,

      C'est tout comprendre à l'économie actuelle que d'exiger de la morale. C'est tout comprendre de la politique que réaliser qu'elle ne se jauge pas à hauteur de simples critères techniciens. On ne s'occupe pas d'un garage - d'une entreprise en général - et d'une panne de moteur comme on s'occupe de tenir la barre d'une nation. Je n'ai pas demandé la mis en oeuvre du Colbertisme en 2014, j'ai fait référence à celui-ci en ce qu'il contenait une des racines d'un certain étatisme à la française, j'entends les principes de ce dernier. Je n'appelle pas à la mise en oeuvre d'un Etat structuré et pensé tel qu'il l'était au XVIIème siècle. Où ai-je d'ailleurs écrit une chose pareille ? Sur le protectionnisme, je vous renvoie aux excellents papiers de Laurent Pinsolle, que vous retrouverez aisément.

      Supprimer
    2. Vos exemples illustrent assez mal votre discours théorique, parce que si les excédents commerciaux allemands relèvent effectivement de ce que l'on peut qualifier de « néomercantilisme », ils ne découlent pas pour l'essentiel d'une stratégie protectionniste. La comparaison avec le colbertisme ne fait qu'ajouter de la confusion au débat.

      Quant à dire que défendre le protectionnisme revient à ne rien comprendre à l'économie actuelle, c'est une affirmation qui relève du mode incantatoire que vous reprochez à vos adversaires. De quelle conception du protectionnisme parle-t-on d'abord ? Il est facile de prétendre réfuter le protectionnisme en s'en tenant à la critique d'un Montebourg. On est confronté à un autre niveau de réflexion lorsqu'on lit des économistes comme Erik Reinert ou Ha-joon Chang, qui ont suffisamment montré à quel point toute l'histoire économique contredisait de manière décisive la thèse de la supériorité du libre-échange. Le protectionnisme et l'intervention vigoureuse de l'État dans l'économie ont été au cœur de quasiment toutes les stratégies de développement national réussies depuis le XVIIIe siècle, dans le monde occidental comme en Asie. Si vous tenez à tout prix à contester le protectionnisme, ce sont des auteurs de cet acabit que vous avez à réfuter.

      YPB

      Supprimer
    3. En quoi vous y connaissez vous en matière économique ? Lisez donc Maurice Allais, Jacques Sapir, etc., cela vous donnera des chiffres et vous fera le plus grand bien.

      Supprimer
  16. Georges, ne niez tout de même pas que nous avons aujourd'hui un état étatique, diviseur et partisan !!!! l'égalité de tous les travailleurs français laisse à désirer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gilco

      Les catégories B et C de la fonction publique - si c'est l'administration que vous visez - gagnent peu pour leur qualification et ne sont pas nécessairement satisfaites de leur conditions de travail - et avec raison. Qui tient au quotidien le service public, en accueillant du public quotidiennement, soit les difficultés sociales importantes que traverse la population française actuellement ? Les cadres A ça dépend des postes, et ce n'est pas nécessairement mieux. Ce constat ne retranche rien aux difficultés du secteur privé, salariés, ou même les TPE/PME qui font face à des cotisations qui ne cessent d'augmenter et sont parfois difficiles à supporter - c'est là aussi un fait.

      Supprimer
  17. eh ben oui, que fait on ? c'est bien de l'admettre, mais il faut proposer une solution alors que nous n'avons pas de croissance, que le chomage augmente, que les charges d'immigration augmentent et que la compétitivité des entreprises est nulle, Que, l'importation n'est pas controlée, ni en qualité ni en valeur et que le fonctionnement conduit a davantage de difficultés pour les petites entreprises ... que fait on ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On quitte l'euro et l'UE, et on décide de retrouver notre souveraineté sur le budget, la monnaie, les frontières, la loi.

      On décide un vaste plan de relance (équipement, recherche et développement et revenu minimum de dignité tel que le proposait Villepin) financé par la création monétaire enfin libérée.

      On applique les propositions de "finance fonctionnelle" proposées il y a plus de 70 ans par Lerner
      http://tinyurl.com/qf6k4nk

      On mets en place la TVA Sociale et les droits de douane pour équilibrer le poids des charges sociales entre productions nationale et importations.

      Arthur

      Supprimer
  18. YPB

    Nous ne sommes plus au XVIII ème siècle, environnements peu concurrentiels, la plupart des auteurs et pas des moindres considèrent le protectionnisme comme une arriération. Le fait des moyens de communication et de transport actuels rend complètement caduque le protectionnisme qui est une idéologie périmée. Même Stiglitz ou Krugman le disent :

    http://www.challenges.fr/economie/20121115.CHA3050/joseph-stiglitz-et-paul-krugman-prix-nobel-d-economie-contestataires.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme 19:03

      Il faudra un jour mener sérieusement une critique de la raison économique. Je n'accorde aucun sérieux pour ma part à l'économie politique, qui n'est rien d'autre que de l'idéologie. Dieu que j'ai pu rire des cours d'économie politique pompeusement débitées en fac, et des inénarrables séances de TD où à la moindre interrogation sur l'étrange équation du tableau noir la réponse était "vous verrez l'année prochaine", et la réponse n'est jamais venue. Galbraith disait lui-même qu'il n'y a aucun lien nécessaire entre ces fuligineuses théories que rien ne valide concrètement, et le réel. L'épisode de la crise de 2008 a fini de décrédibiliser, si ce n'est l'économie, n'exagérons pas, en tout cas les grands et petits barons du genre, tout comme ce prêt à penser économique s'étalant dans les journaux anglo-saxons de référence et autres étonnants titres européens du même genre, également prodigue en parole d'autorité. Le premier pas vers la liberté retrouvées commence par remettre en cause le poids de la "pensée économique" dans l'appréhension du traitement des nécessités politiques contemporaines. Commençons par expurger l'espace public le vocabulaire économique et tous ces concepts creux qui finissent la plupart du temps par nous expliquer qu'il faut plus encore de libéralisme, avec le résultat catastrophique que l'on sait - dérégulez et dérégulez encore, comme il fallait toujours plus de communisme pour arriver à la Vérité du communisme. Quelle discipline a échoué comme a échoué l'économie institutionnelle et universitaire ? Nous la rangerons bientôt au grand magasin du kitch, avec l'astrologie et le tarot de Marseille - quoique ces derniers aient peut-être plus de pertinence. Pensons la liberté avec les outils de la liberté, soit ces outils qui ont fait leur preuves, et grâce auxquels nos principes fondamentaux ont passé avec succès l'épreuve du réel. Qui attend quoi que ce soit des théories économiques ? Mettons de côté l'économie politique et la sociologie politique, et revenons à la philosophie et au droit.

      Supprimer
    2. @Anonyme de 19:03
      Étudier l'évolution économique depuis le XVIIIe siècle ne signifie pas que l'on est tourné vers le passé, mais que l'on situe sa réflexion dans le long terme. Reinert, qui a réuni la plus grande bibibliothèque privée de littérature économique au monde, a bien montré que le débat entre protectionnistes et partisan du libre-échange est aussi ancien que la réflexion économique. Votre commentaire semble indiquer que vous ne connaissez pas les travaux des auteurs que je cite, qui ne sont pas non plus les derniers venus. Et l'évolution de Stiglitz, auquel vous vous référez, s'est faite récemment dans le sens d'une critique de plus en plus acerbe des méfaits de la mondialisation.

      C'est peut-être là d'ailleurs que réside toute la complexité du débat. Le protectionnisme comme idéologie, comme fin en soi, n'est pas défendable, comme l'a souligné un ardent défenseur de certaines mesures protectionniste, Jacques Sapir (http://www.contretemps.eu/archives/protectionnisme-est-ce-bonne-solution). Mais on peut en dire autant de l'idéologie de la mondialisation bienfaisante. La tentative de ringardisation du protectionnisme à laquelle se livrent les partisans inconditionnels du libre-échange relève d'une posture idéologique qui les amène à oblitérer sciemment tous les exemples historiques qui démontrent la pertinence d'un protectionnisme intelligent (c'est-à-dire tout autre chose qu'une politique d'autarcie).

      Voir les intervention de la conférence sur le protectionnisme européen du Lundi 19 Mars 2012 : http://www.manifestepourundebatsurlelibreechange.eu/les-videos-de-la-conference-sur-le-protectionnisme-europeen-de-lundi-19-mars-partie-i-erik-reinert-herve-juvin-jean-luc-greau-claude-rochet-philippe-arondel-philipe-murer/

      YPB

      Supprimer
  19. Georges

    Vous pouvez vous mettre la tête dans la sable et éradiquer l'économie, ça ne changera strictement rien. Vous êtes en plein discours religieux, complètement déconnecté de la matérialité du monde et de l'histoire.

    En quoi le droit sans l'économie peut à lui tout seul rendre compte des phénomènes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme,

      1.Vous remarquerez que je parle de l'économie politique
      2. Vous noterez que je laisse une place à l'économie, sa juste place - et elle est très utile cette économie là.
      3. Vous pourrez relever que l'économie comme science autonome et spécifique est propre à l'ère capitalistique - plus tard son antithèse coco ou marxiste qui reste un économisme - enfin il me semble
      4. Je ne vois pas où je suis dans le discours religieux
      5. L'économie a été il y a longtemps envisagé par la philosophes, et c'était à mon sens plus intéressant que les prétentions mathématiques et théoriques contemporaines
      6. L'homo juridicus précède, et heureusement, l'homo oeconomicus
      7. Quand je tente de penser la liberté - pas par ma modeste personne mais en lisant les auteurs comme on dit - j'obtiens toujours plus de résultats concrets et efficients par des textes de philo que par des graphiques économiques.
      8. Nos libertés son inscrites au sein de constitutions et de normes fondamentales qui ne doivent rien aux théories économiques

      Supprimer
  20. Je lis certains commentaires ici critiquant le protectionnisme qui a largement fait ses preuves en matière économique. N'en déplaise à ce tenant de la pensée unique mondialiste. Il ne faut pas manquer de culot, pour prétendre que cette doctrine économique échoue, alors que tout au contraire elle REUSSIT là ou elle est appliquée (Japon, Argentine, Corée du Sud, Brésil, etc.). Il est évident, qu'au contraire, le libre-échangisme mondial, par la concurrence étrangère et les délocalisations d'entreprises qu'il entraîne, détruit nos emplois et notre économie. Et il faudrait, selon certains, poursuivre dans cette voie absurde qui a largement prouvé ses échecs et sa nocivité ? Quelle folie !

    RépondreSupprimer
  21. François Fillon, comme Alliot-Marie, Juppé, Lemaire, etc., n'a RIEN de gaulliste. En effet, ces personnes l'ont largement prouvé en 2005 en soutenant le "oui" lors du référendum sur le TCE (voir depuis 1992 pour Juppé). L'imposture intellectuelle de ces politiques (et des médias qui les qualifient de "gaullistes"), doit être dénoncée. Le mensonge, ça suffit !

    RépondreSupprimer
  22. François Fillon n'a RIEN de gaulliste (tout comme Juppé, Alliot-Marie,etc.). Il l'a prouvé en 2005 lors du référendum en soutenant le "oui" sur le TCE. L'imposture intellectuelle, ça suffit !

    RépondreSupprimer
  23. Georges

    Le droit ne précède rien du tout contrairement à ce que vous croyez, pas plus que Dieu n'a créé le monde, vous êtes en plein platonisme, voire heidegerisme, soit un essentialiste.

    L'économie ne se revendique pas du tout comme une science autonome, elle fait partie du corpus des sciences sociales. Dire le contraire montre une inculture des recherches actuelles.

    Dire que le droit précède l'économie, c'est du juridisme, c'est toute la faille de l'Euro avec des critères juridiques concernant la dette, le budget et l'inflation.

    Les protectionnistes sont aveugles, car en plus industrialistes. La production de biens et aussi de services s'automatise, donc ne créeront pas d'emplois. Il n'y a plus besoin de délocaliser pour supprimer l'emploi industriel, il suffit d'automatiser. Pinsolle propose donc d'interdire aussi les robots pour maintenir l'emploi ? L'une de ses propositions était d'interdire les caisses automatiques dans les super marchés, c'est dire comme ce pauvre Pinsolle se croit imprégné de la toute puissance interventionniste, alors qu'il est ridicule d’archaïsme. Ce type ne comprend toujours pas l'évolution matérielle et informationnelle de la production, il est né vieux et aveugle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme

      Le juridisme ne correspond pas à la définition que vous en donnez, mais bon...passons... Platonisme ? Alors là je prends, mais pas seulement ! Les analyses de Laurent Pinsolle sur le protectionnisme son justes, pertinentes et au surplus pédagogiques, je ne peux que vous y renvoyer, comme je vous renvoie à celles de Sapir sur le même sujet.

      Cordialement.

      Supprimer
  24. Georges

    Non, les analyses de Pinsolle concernant le protectionnisme ne valent pas un clou et n'abordent jamais le problème de l'automatisation de la production et des technologies de l'information. Faire une telle impasse montre à quel point ils sont aveugles et complètement à côté de la plaque. Il est totalement impossible d'être crédible quand on aborde pas ce sujet comme le font Pinsolle et Sapir, car jamais ils n'abordent ce sujet, ce qui les disqualifie de toute pertinence à moyen terme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que de jugements sur les personnes ! Ca ne vous rend pas credible d'être aussi hargneux.

      Quand les industries sont délocalisées elles sonts moins automatisées parce qu'on compte sur les économies en salaires.
      Il vaut mieux que les industries, au moins certaines, car on perd même l'automobile et des industries à bonne valeur ajoutée, restent au pays et si elles sont automatisées c'est pas forcement une mauvaise chose, c'est mieux qu'aucune industrie en tous cas.

      Supprimer
    2. TeoNeo

      Arrêtez de parler d'industrie, parce que ça ne veut rien dire. On en est plus à compter des boulons ou des vis dans l'industrie. Tout se joue sur les brevets, le design, l'information, les méthodes, les logiciels de méthodes, le marketing...

      Encore une fois, tous ces abrutis de politicards qui parlent d'industrie n'y connaissent rien, de même Pinsolle ou NDA qui n'ont jamais de leur vie développé un seul produit industriel, ni jamais déposé un brevet. Ces mecs racontent donc conneries sur conneries pour la simple raison qu'ils n'ont aucune expérience de ce dont ils parlent. Ce sont des imposteurs.

      Supprimer
    3. TeoNeo

      Vous êtes totalement idiot ou quoi ? Je ne juge pas des personnes, mais les conneries qu'ils racontent qui sont définitivement des conneries. Alors va chier connard à me faire des procès de personnes quand je critique un discours. Trou du cul ! Espèce de faux cul de merde.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Mon cher anonyme. Je compatis à ta douleur. Ne t'en fais pas les choses vont s'arranger. Je te souhaite de guerir et plein de bonnes choses pour ta vie. Courage.

      Supprimer
    6. "Alors va chier connard" : C'est vrai qu'il ne critique que les discours, pas les personne. Et en plus avec des arguments implacables devant lesquels nous nous écroulons tous. LOL

      Supprimer
  25. TeoNeo

    Mais c'est vous qui êtes hargneux en prononçant ce mot. Je dis simplement que Pinsolle et Sapir sont hors sol. A ignorer la réalité, le retour dans ta gueule de celle ci va être un peu plus que hargneux, mais meurtrier. L'automatisation c'est tout ce que ne veut pas cet analphabète de Pinsolle. Je répète que cette tête d’enclume bornée préconise l'interdiction des caisses automatiques dans les super marchés, c'est dire si ce type est complètement guignol. Bientôt les taxis eux même seront automatisés, out les taxis à licence et même les VTC. Ce pauvre Pinsolle avec son NDA sont complètement à la ramasse, aucune vision des évolutions. Et c'est à des clampins pareils que vous accordez votre confiance ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au lieu de critiquer, vous proposez quoi, vous ? De poursuivre dans la voie de la mondialisation qui mène droit dans le mur ? Lisez donc Maurice Allais !

      Supprimer
    2. Mais la mondialisation est inéluctable, pauvre mec. Donc va falloir te renseigner comment faire avec. On s'en fout de Maurice, il est mort. En tous cas, je ne propose pas les conneries de NDA qui ne feront qu'empirer la situation. Ce type est de toute façon inutile, un saltimbanque qui coûte du pognon, tout au plus.

      Supprimer
    3. Le parfait bobo hors-sol inculte, ignare et formaté dans une école à fric de 3ème catégorie : "Mais la mondialisation est inéluctable, pauvre mec".
      Ça croit comprendre les "mécanismes" et le "mââôônde" mieux que tout le monde. en fait, ça a compris un ou deux mécanismes basiques. Ça dessine des courbes et ça les prolonge jusqu'au ciel en nous expliquant que c'est "inéluctable".

      A partir de deux notions basiques (que j'avais apprises en seconde) mal digérés (genre la loi de l'offre et de la demande avec des courbes bien lisses qui se croisent joliment, genre les avantages comparatifs de Ricardo où le transport n'a pas de coût...), ça croit expliquer tout ce qui l'entoure. C'est le propre même du crétin de voir le monde à travers une ou deux théories à la con. Ces crétins-là sont vite rattrapés par la réalité qui est complexe, c'est-à-dire tissée de nombreux éléments expliqués concepts qui interfèrent à des échelles différents et qui font appels à des mécanismes sans rapport entre eux. Alors, ça leur pète à la gueule, comme leur crise.

      Ces cons-là n'ont pas su intégrer les logiques de la théorie du chaos ni la simple idée de discontinuité, c'est pourquoi nous avons vu leur crise venir. C'est un peu comme un débile qui tire sur un élastique, constate que l'élastique s'allonge donc il tire jusqu'au moment où ça llui pète à la gueule.

      Rien de plus grotesque que la morgue de ces petits merdeux en 1ère année d'école à fric ; c'est encore pire quand ils sont vieillis et qu'ils deviennent d'énormes beaufs imbus de leur crasse.

      Supprimer
    4. Il y a un facteur que ces cons-là, précisément, n'ont jamais su intégrer : la géographie.

      Par essence, le monde est anisotrope, rugueux, offre des barrières de toutes sortes (physiques, culturelles, juridiques, fronts et frontières, discontinuités) et eux rêvent d'un monde lisse, isotrope, où le frottement de la distance est abolie.

      Avec les nouvelles technologies, ils ne se sentent plus pisser et croient que leur temps est "inéluctablement" arrivé. Sauf que l'espace résiste, il n'y a rien à faire. Les 20 dernières années ont même vu ressurgir une fracture européenne qu'on croyait effacée : la ligne de démarcation entre l'Empire d'Orient et d'Occident, point de départ de la guerre de Bosnie. Au moment même où ils croyaient enfin effacer les frontière et réacliser leur "utopie" (plutôt leur contre-utopie) a-spatiale, voilà que des lignes vieilles de presque 2000 ans leur ressautent à la gueule.

      Ce qu'il y a de bon, c'est qu'ils sont tellement cons qu'ils ne les connaissent pas, ces lignes. Et surtout, ils ne cherchent pas à les connaître puisque ça ne rentre pas en ligne de compte dans leurs théories de merde. Il y en a partout : en Asie, en Afrique... Autant de pièges à cons néolibéraux. Une de ces marges est entrain de se jouer d'eux : l'Ukraine.

      Comme Napoléon et Hitler, ils sont foutus.

      Supprimer
    5. DUMOUCH

      Toujours aussi niais dumoucheron qui nous fait un gros gloubiboulga en mélangeant tout et nimportenawak. C'est franchement pitoyable. Un morceau de théorie du chaos dont il n'a rien compris, mais ça fait style genre je m'y connais, un gros bout de rugosité pour pimenter sa plâtrée d'arguments sans queue ni tête, 3 pelures de géopolitique sortis de sa poche... Ben oui le transport de marchandises a un coût, mais le non transport a souvent un coût supérieur, mais ça ça le dépasse.

      Supprimer
    6. Dumouch tape sur les écoles de commerce, c'est poilant, Pinsolle sort justement d'une école de commerce. Dès qu'on dit un truc qui plait pas à cromagnon dumouch, hop il sort l'insulte suprême : libéral. Mais qu'il est bête...

      Supprimer
    7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    8. Non, je tape juste sur les écoles de commerce de "3ème catégorie", sans prépa et sans concours, celles où on forme les managers de rayons de chez Leclerc et Carrefour, formatés à licencier une caissière pour récupérer dans les poubelles, et d'où tu sors.

      Supprimer
    9. Dumoucheron faut arrêter d'être obsédé par les écoles de commerce, vraiment, même celles du top classement produisent des demeurés dans ton genre. Tu racontes du gros n'importe quoi, tu fumes la moquette pour te faire des films pareils à mon sujet ? L'intérêt de ton existence c'est de démontrer à quel point DLR peut aussi attirer des dumouch à merdouille. T'es vraiment pathétique, tu dois bien faire marrer autour de toi, le candidat idéal pour un diner de con.

      Supprimer
    10. On avait compris que, légèrement frustré, tu sors d'une de ces écoles de mon cul, certes du bas du classement mais d'où sortent des cadors comme toi ;)

      "dumouch à merdouille"... Avec ça comme unique argument, en effet, tu vas faire fureur dans le dîner de cons...

      Une chose est sure : ta focalisation pathologique sur moi prouve que j'ai tapé là où ça te fait mal.

      Supprimer
    11. Je me rends compte que l'anonyme qui pratique l'insulte, est d'une ignorance crasse en matière économique. Sa réponse au sujet de Maurice Allais, le démontre amplement. Les faits et les chiffres lui donnent tort.

      Supprimer
  26. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  27. Bah non dumouchoir, je sors pas d'une école de ton cul. T'as tout faux.

    T'es vraiment un grand malade, y a pas de doute là dessus. Quand on pense qu'un type comme toi est prof, ça fait peur, purée, ta place est dans un HP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, j'ai tout faux à chaque fois... D'ailleurs on peut vérifier, tes données sont publiques.

      Sinon, pour l'HP, vus tes commentaires, je me méfierais du diagnostic à ta place. Quand on passe sa vie dans une piaule de célibataire à s'inventer une vie de millionnaire sur Internet, on est bon pour la consultation.

      Supprimer
  28. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    Sans parti pris..... du bon sens !!!

    Les journalistes, ces "pisse-menu", ce sont des "semeurs de merde", particulièrement "ANTI-FN primaires"

    à Europe1, Elkabach et sa bande ont été admirablement taclé par Marine LE PEN...qui a déclaré :

    - contre la double nationalisation...
    - être contre la C.E.D.H, qui n'a pas à nous imposer ses décisions sur l'euthanasie, ni sur la GPA pratiquée à l'étranger....
    - ironise sur les prises de positions, notamment des socialistes qui ont choisi JUNCKER, l'homme de la finance et des paradis fiscaux...

    etc...etc....

    ALORS, n'est elle pas pour la souveraineté et la république en FRANCE ?

    RépondreSupprimer
  29. Cherchez l'erreur.....

    Comparaison de prix en restauration à quelques kilomètres de distance :

    - Regardez ces 2 notes de restaurant.

    - Les mêmes repas pour 2 personnes.

    - Le premier en France et l' autre en Allemagne.



    A vous de juger!
    - FRANCE : Repas Italien chez MARIO à STRASBOURG
    - ALLEMAGNE : Repas Italien chez La TOSCANA à OBERKIRCH
    Distance entre les 2 villes : 29 km



    FRANCE : ALLEMAGNE :

    2 personnes 1 Pizza 2 personnes 1 Pizza
    > > > > > 1 Carpaccio de bœuf 1 Carpaccio de bœuf
    > > > > > 1/2 Chianti 1/2 Chianti
    > > > > > 2 Cafés 2 Cafés
    > > > > > Facture TVA 5/5% Facture TVA 19/%
    ------------------------- ------------------------
    43,20 euros 25,50 euros


    Question au restaurateur allemand : Pourquoi une telle différence de prix ?

    Réponse : En Allemagne nous sommes moins taxés par les charges !
    Question : C'est à dire?
    Réponse : Nous ne donnons aucune subvention à qui ne travaille et ne cotise pas !

    nous n'acceptons pas les faux demandeurs d'asile et n’accordons les aides qu'à nos citoyens en priorité.
    Pendant notre scolarité , nos profs font leur job !

    pas de cours politiques insidieux genre fausse laïcité déguisée en combats de classes les riches contre les pauvres,

    les ouvriers contre les patrons.
    Au contraire on privilégie des cours d'économie à tous les niveaux , ce qui fait la force de nos entreprises par la suite.

    Pas de syndicats politiques paralysants ......!
    Et surtout...on évite d'élire des multitudes d' incapables carriéristes responsables et jamais coupables !
    Nous sommes une République Fédérale ; chaque Etat (région) est gouverné par des gens du cru ! pas de parachutages politiquement incorrect !


    NO COMMENT !

    RépondreSupprimer
  30. Dumouch je sais pas où tu vas chercher tout ça, moi je m'invente une vie millionnaire ? Non seulement tu es un parfait connard, mais en plus t'es totalement mythomane. J'ai rarement vu un abruti pareil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Citation : 27 juin à 22h43 sur l'article sur la notation : "T'as une petite entreprise qui vivote, j'ai produit des trucs qui rapportent des dizaines de millions d'Euros permettant de payer les taxes pour payer ton salaire de fat. "

      En plus, tu oublies tes inventions de malade d'un jour sur l'autre. L'internement est urgent !

      Supprimer
  31. DUMOUCH

    Et alors Dugland, j'ai pas dit que je les mettais dans ma poche, t'es tellement bête que tu comprends même ce que tu lis. Bon allez t'es vraiment trop con, va chier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  32. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    OUF ! un GRAND BRAVO aux chefs d'entreprises, qui, ENFIN, après 2 années de promesses inconsidérées, mettent le POUVOIR au PIED DU MUR, devant ses responsabilités
    J'applaudis et approuve la réaction de 9 organisations patronales qui se révoltent et demandent MAINTENANT, de SUITE, au gouvernement
    - les preuves par écrit de leurs propositions pour rendre la compétitivité, donc la croissance et la création d'emploi dans ce pays ...
    - la réalisation immédiate du pacte de responsabilité, et de ne pas mettre de l'huile sur le feu en permanence en disant que le MEDEF a proposé 1000 créations d'emploi : une folie douce, une publicité gratuite, car il est bien évident que la création d'emplois ne se fera que si les charges et les impots baissent : Pour l'instant, nous n'en savons rien et, s'il y a une (petite !) baisse éventuelle, ce sera tout simplement pour effacer une partie de ce qu'ils ont créé au cours des 2 dernières.
    - Que soient fixées avec précision, le montant et le détail de la baisse des dépenses publiques..?.?.
    POUR L'INSTANT et, depuis 2 ans, nous n'en sommes qu'à de vagues promesses, non détaillées dans un flou artistique TOTAL. AUCUN de nos MINISTRES n'a de crédibilité... Ils ont mis la FRANCE à PLAT VENTRE..
    J'espère que beaucoup de mes concitoyens, comme moi apporteront un soutien, sans restriction à ces "courageux Chefs d'entreprises" tout particulièrement les PME-PMI-TPE-ARTISANS- PETITS COMMERCANTS créateur d'emplois....
    - Alignement PUBLIC/PRIVE des salaires, avantages et privilèges, des retraites calculées par points pour tous, en convertissant immédiatement les acquits pour lancer l'application d'une telle réforme au 1er Janvier 2015... C'est techniquement possible, il faut en finir avec l'avancement par glissement d'indice périodique, et, le change de catégories des fonctionnaires 6 mois avant la retraite, il n'y a qu'en FRANCE pour connaitre CELA.

    RépondreSupprimer
  33. DUMOUCH

    T'es un faf de merde, un crétin fini, un parasite qui vit au frais du contribuable. Un petit trouduc sans envergure qui pompe le fric de ceux qui produisent, va te cacher, cloporte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Ah, je vivais des allocs dans un HLM, maintenant j'étale mon fric parait il. Mais t'es tellement con dumouch que c'en est un plaisir. Tu racontes tellement de conneries que t'en es drôle.

      Tu m'épates ducon lajoie, jamais je n'aurais pensé qu'un tel abruti comme toi puisse exister. Le mètre étalon de la stupidité la plus crasse, et dire que les impôts servent à te filer du fric, ça ça me fait moins rire.

      Supprimer
    3. En attendant, le cloporte anonyme qui se cache, c'est toi. Mais avec ton IP, on te retrouvera.

      Supprimer
  34. Dumouch a fait son caca de malade mental vérolé de frustrations :

    " on fera une fournée ; on s'arrangera pour que tu ne puisses pas avoir le temps de faire tes valises. Les agents SNCF nous aideront à te charger dans le wagon spécial. "

    Tout est résumé, ce type est un NAZI militant de DLR. Un national socialiste pourri qui infiltre les souverainistes, qui tolèrent de tels discours de criminel potentiel. Dumouch est un type complètement givré, un type dangereux. Ce mec est digne des collaborateurs de la 2WW, genre Adolphe Benito Glandu. Un raté qui se rêve NAZI.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dumouch

      Ton com, je l'ai copié et je vais l'envoyer à au ministère de l'éducnat pour leur demander si un enseignant est fondé à exprimer des propos de nazi sur le net.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Va-s-y ! Dire que tu mérites le goulag soviétique n'est pas pénalisable. LOL.

      Supprimer
    4. Quant au nazisme, ça va être dur à prouver, ma femme est à moitié noire et à moitié polonaise.

      Supprimer
    5. Quant à l'accusation de nazisme, injure publique à mon nom pour laquelle je vais porter plainte (avec toutes les autres, ça fait un paquet), elle est dors et déjà consignée par capture d'écran sur le site d'un huissier.
      T'es mal, mon pote.

      Supprimer
    6. Quant à mes injures à "anonyme", évidemment, du fait même de l'anonymat, elle est évidemment non recevable pour toi.

      Je suis trésorier d'une association juridique, tu es tombé sur un os.

      Supprimer
    7. Le problème c'est que tu reprends les termes de le pen avec tout l'aspect évidemment nazi, fournée, SNCF et trains de la collaboration vichyste, les trains de la mort. Tu vas vraiment passer pour un abruti de facho au tribunal. Et ça les juges français ils aiment pas les guignolos dans ton genre. Ah ouais t'es trésorier d'une association juridique, et tu crois impressionner qui ? Raclure.

      Supprimer
    8. Il suffit de lire le fil pour voir que tout cela est faux et que le bouffon d'extrême-droite néolibérale, c'est toi. Crevure.

      Pour le reste, les soviétiques avaient des trains et les cheminots sont communistes. LOL.

      Supprimer
    9. Mais non, tu sais très bien que t'es un petit faf foireux et tout le monde l'a vu. Enflure ! Va lécher la marine.

      Supprimer
    10. Un drôle de faf quand même, avec 5 doubles nationalités parmi ses proches plus des années de ZEP (affectation choisie) avec plein d'immigrés où il se sent comme un poisson dans l'eau, sans compter quelques années dans un parti de gauche (quitté pour trahison). Faut vraiment être avoir un cerveau de grenouille pour sortir que je suis un faf, c'est à crever de rire. Surtout quand c'est un faf ultralibéral qui vomit sur les fonctionnaires et les cheminots à longueur d'année qui vous traite de faf... Ce serait comme Pinochet vous donnant des leçons de droits de l'Homme...

      Par contre, là où tu rigoleras moins, c'est que j'ai relevé plus de 20 injures publiques (sans compter celles à Laurent Pinsolle) et que tout est consigné.
      Dans un premier temps, je fais une main courante et le dossier est transmis à mon avocat ; en cas de poursuite ou de la moindre attaque à mon honneur professionnel ou personnel, au moindre coup de fil anonyme (les élèves ont mon téléphone, pas un problème en 12 ans donc je saurais tout de suite d'où ça vient), ce sera transformé immédiatement en plainte.
      Tu n'es pas chefaillon harceleur dans ta boîte à fric de merde, ici.

      Supprimer
  35. Gilbert Perrin a partagé un statut.
    il y a 2 minutes
    Vous me VOYEZ énormément déçu du silence profond au sujet de cette situation . Je sais que sur ce billet, il y a des pour et il y a des contre, mais, autant de silence est vexant ?
    CELA ME LAISSE CROIRE, que contrairement aux sondages qui plongent HOLLANDE au fond du trou, les français approuvent, acceptent sa politique de restriction de notre économie, au profit de l'étranger, de la finance et d'une catégorie de NANTIS, un CORPORATISME vieux de 40 ans, qui nous a conduit au trou et, aujourd'hui à l'asphyxie totale de notre pays...
    les POUR et les CONTRE ont tous la possibilité d'y répondre, je ne suis ni SUFFISANT ni égoiste, j'accepte la contradiction dès lors qu'elle est argumentée et crédible !
    Je suis ECOEURE !!!!
    Gilbert Perrin
    OUF ! un GRAND BRAVO aux chefs d'entreprises, qui, ENFIN, après 2 années de promesses inconsidérées, mettent le POUVOIR au PIED DU MUR, devant ses responsabilités
    J'applaudis et approuve la réaction de 9 organisations patronales qui se révoltent et demandent MAINTENANT, de SUITE, au gouvernement
    - les preuves par écrit de leurs propositions pour rendre la compétitivité, donc la croissance et la création d'emploi dans ce pays ...
    - la réalisation immédiate du pacte de responsabilité, et de ne pas mettre de l'huile sur le feu en permanence en disant que le MEDEF a proposé 1000 créations d'emploi : une folie douce, une publicité gratuite, car il est bien évident que la création d'emplois ne se fera que si les charges et les impots baissent : Pour l'instant, nous n'en savons rien et, s'il y a une (petite !) baisse éventuelle, ce sera tout simplement pour effacer une partie de ce qu'ils ont créé au cours des 2 dernières.
    - Que soient fixées avec précision, le montant et le détail de la baisse des dépenses publiques..?.?.
    POUR L'INSTANT et, depuis 2 ans, nous n'en sommes qu'à de vagues promesses, non détaillées dans un flou artistique TOTAL. AUCUN de nos MINISTRES n'a de crédibilité... Ils ont mis la FRANCE à PLAT VENTRE..
    J'espère que beaucoup de mes concitoyens, comme moi apporteront un soutien, sans restriction à ces "courageux Chefs d'entreprises" tout particulièrement les PME-PMI-TPE-ARTISANS- PETITS COMMERCANTS créateur d'emplois....
    - Alignement PUBLIC/PRIVE des salaires, avantages et privilèges, des retraites calculées par points pour tous, en convertissant immédiatement les acquits pour lancer l'application d'une telle réforme au 1er Janvier 2015... C'est techniquement possible, il faut en finir avec l'avancement par glissement d'indice périodique, et, le change de catégories des fonctionnaires 6 mois avant la retraite, il n'y a qu'en FRANCE pour connaitre CELA.

    RépondreSupprimer
  36. DUMOUCH

    Faf, c'est pas un problème de parti, par exemple t'es un ex-faf de gauche, un rouge brun, maintenant t'es un faf DLR et demain du seras un faf RBM-FN. T'inquiètes, Mussolini a fait le même parcours que toi, t'as rien inventé. T'es un faf par nature, c'est ton ADN parce que t'as 3 neurones dans le crane. T'y peux rien, t'es né faf, tu finiras faf. Quand tu dis des trucs comme SNCF, c'est pour y fourguer des fournées à exterminer, tu l'as écrit noir sur blanc, dis pas le contraire. Un faf qui prône la déportation par les trains et les fournées, c'est en plus un NAZI, donc t'es un NAZI dans tes écrits. DLR ferait bien de se méfier de gus comme toi qui l'infiltrent, t'es pas le premier. Quand Pinsolle parle du FN qui fait le ménage, DLR ferait bien aussi de nettoyer la place de zozos dans ton genre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  37. T'inquiète anonyme, il ne s'agit pas de te fourguer dans un train pour t'exterminer mais juste pour te rééduquer, toi et tous les les gros beaufs de "managers" incultes et formatés qui pourrissent la vie des travailleurs et défèquent leurs théories néolibérales tout en donnant des leçons de bien-pensance.

    RépondreSupprimer
  38. Dumouch raconte pas de conneries, tu connais rien de ce que je fais.

    Tu te gargarises et nous saoule avec des trucs que tu as dû mal digéré pour que tu nous les refourgues ainsi pèle mêle comme évidence de ta prétendue science qui mériterait le Nobel. La culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale, alors toi tu doit bien aimer les tartines. Ceux qui veulent rééduquer comme toi, l'URSS en a connu un paquet qui envoyaient les déviants au goulag. Tu vois bien que t'es un gros faf, tantôt rouge, tantôt brun. Ta place est définitivement au FN, il est en poupe, je suis sûr que d'ici peu tu verras que j'avais bien prévu ta trajectoire. Toi t'es un gros beauf de manager du public qui faire chier comme pas possible ses subalternes, élèves... Tout aussi idiot et pénible que tes équivalents dans le privé. Hein ! Parce que des trouducs, on en trouve dans le privé et idem dans le public.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, "manager" qui pourrit les élèves. LOL, ça il faut le demander aux élèves... A priori, ils ne sont pas de votre avis mais bon, là, ce n'est pas à moi de le dire... Toutefois, je serais assez d'avis qu'ils fassent ma fiche d'évaluation à la place des inspecteurs.

      Pour le reste, l'université a tranché.

      Supprimer
  39. POURQUOI le cohen bendit EST DEVENU FR [!!!] PAS BEAU et très silencieux:<< les Gaullistes........ >>
    :<< http://jean-meyer.blog4ever.com >>

    RépondreSupprimer
  40. POURQUOI le cohen bendit EST DEVENU FR [!!!] PAS BEAU et très silencieux:<< les Gaullistes........ >>
    :<< http://jean-meyer.blog4ever.com >>

    RépondreSupprimer