jeudi 4 septembre 2014

Le « parti de l’étranger ». Ce qu’il a été, ce qu’il est devenu (billet invité)


Billet invité de Cochin

Hervé Morin, chantre de l’abaissement de la France


Ce mardi 1er septembre, Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, a déclaré sur Europe 1 qu’« il serait incompréhensible que la France livre les Mistral » qu’elle a vendus à la Russie[1]. Une telle déclaration de la part d’un homme qui est l’un des principaux membres de l’UDI montre à quel point les libéraux de notre pays jouent la carte de l’abaissement de la France.

Déjà en 1978, dans son appel de Cochin, qui a gardé malgré les décennies passées toute son actualité, Jacques Chirac avait dénoncé le « parti de l’étranger » oeuvrant continuellement au déclin de notre pays. Comme le savent ceux qui ont un peu étudié l’histoire de France, l’expression de « parti de l’étranger » avait déjà été employée auparavant par les gaullistes. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le général de Gaulle l’avait en effet utilisée pour dénoncer les communistes, qui se trouvaient alors dans une situation de soumission vis-à-vis de la Russie soviétique.

En 1978 cependant, ce ne sont plus les communistes, pourtant encore puissants, qui sont montrés par Jacques Chirac comme ses principaux adversaires politiques et le principal danger pour l’indépendance de la France mais bien les libéraux rangés derrière Valéry Giscard d’Estaing. Un tel constat reste d’une brûlante actualité et a d’ailleurs des fondements historiques solides.

Depuis la Révolution au plus tard, il a existé continuellement au sein du libéralisme français une fraction d’hommes et de femmes qui ont placé au sein des principaux pays rivaux de la France leurs espoirs politiques. Ce sont les libéraux préférant à la Première République, née au lendemain de la victoire de Valmy (« De ce jour et de ce lieu date une époque nouvelle dans l’Histoire du monde » avait dit à son sujet le grand poète allemand Goethe), le modèle anglais d’une monarchie constitutionnelle. Ce sont, tout au long du XIXe siècle, les hommes politiques qui, par crainte du peuple, ont défendu le système du suffrage censitaire à l’anglaise face au principe du suffrage universel. Ce sont, enfin, depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Monnet, les Delors, les Morin, qui n’ont eu de cesse de jouer la carte de l’atlantisme et de l’effacement de la France dans une Europe fédérale.

Depuis les débuts de la construction européenne, atlantisme et fédéralisme sont les deux faces d’une même pièce. La construction européenne, on le sait, a été encouragée par les Etats-Unis, qui y voyaient le moyen le plus sûr de préserver et d’accroître leur sphère d’influence sur le Vieux continent. Les principaux penseurs du fédéralisme européen n’ont eu de cesse quant à eux de faire des Etats-Unis le modèle à imiter.

Lorsqu’Hervé Morin appelle à ne pas honorer le contrat passé avec la Russie, il ne fait qu’illustrer à nouveau un tel constat. Pour lui, en effet, la France ne peut livrer de matériel militaire à un Etat en conflit avec un pays destiné (aux yeux des fédéralistes) à intégrer l’Union européenne. Et peu importe que l’indépendance de la France doive en pâtir : cela, Hervé Morin l’accepte sans problème. En tant qu’ancien ministre de la Défense, il sait en effet parfaitement l’importance du contrat passé avec la Russie. Il sait que si la France n’honorait pas cette commande, elle perdrait toute crédibilité vis-à-vis de futurs clients. Il sait également que, sans les commandes étrangères, l’industrie de l’armement, qui est l’un des fleurons de l’industrie française et dont l’existence est une condition sine qua non d’une politique étrangère menée librement, perdrait inévitablement de son importance. Hervé Morin sait donc que ne pas livrer aujourd’hui les Mistral à la Russie, c’est se placer encore un peu plus demain dans les mains de l’Oncle Sam et d’une hypothétique Europe de la Défense. Tout cela, il en a parfaitement conscience, et il l’a choisi.

Face aux libéraux, rassembler la gauche jacobine et la droite gaulliste

Tout en politique est une affaire de hiérarchisation des priorités. La situation de la France est aujourd’hui bien trop grave pour que ceux qui croient toujours en elle, ceux qui pensent que notre vieux pays a encore un message à porter au monde, ceux qui refusent d’écouter passivement le chant des sirènes fédéralistes, ce chant terrible qui ne mène qu’à la mort, s’entredéchirent. L’époque est aujourd’hui close où la principale menace pour notre pays se trouvait à gauche, au sein d’un parti communiste inféodé à une puissance étrangère.

Notre principal adversaire n’est plus à gauche, ou plutôt il n’est plus seulement à gauche. Libéralisme et fédéralisme ont des soutiens de l’extrême gauche à l’extrême droite de l’échiquier politique français. Face à eux, gauche jacobine et droite gaulliste devront un jour s’entendre, comme elles l’ont déjà fait dans l’histoire.

Nous partageons des valeurs communes : nous croyons au rôle du politique et refusons de voir comme inéluctable le triomphe d’un capitalisme sans règles. Nous savons qu’il existe une nation française, qui ne saurait se réduire à la simple somme des individus qui la composent. Nous refusons d’ailleurs la perversion actuelle de l’individualisme qui mène à l’affaiblissement du sentiment national au profit de communautarismes fondés sur la langue, la religion ou la région d’origine. Nous avons enfin le sens de l’Etat, seule institution capable de mener à bien des politiques conformes à l’intérêt général.

Pour le dire plus simplement, nous croyons en la République et en la France.


P.S. : Ce billet était déjà rédigé lorsque a eu lieu l'annonce par
l'Elysée de la suspension de la livraison du premier Mistral. Quelques
heures après, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon (nul doute que
Jean-Pierre Chevènement fera de même) exprimaient leur indignation devant
une telle mesure, montrant par là à nouveau les convergences qui peuvent
se faire entre droite gaulliste et gauche jacobine.


[1] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/01/97001-20140901FILWWW00084-morin-ne-pas-livrer-les-mistral-a-la-russie.php

87 commentaires:

  1. Les souverainistes dans l'esprit des accords de Munich. Désolé, mais il est temps de dire stop à Poutine :

    Cependant même la mobilisation des Russes du Donbass par les milices a totalement échoué, au final : les gens n'aiment pas qu'on les rançonne tout en parlant en leur nom. D'où décomposition des milices, querelles mafieuses, manoeuvres de l'oligarque Akhmetov qui, après les avoir financées, tente de chapeauter le mécontentement montant des mineurs contre elles, etc. Les seules organisation syndicales indépendantes sont en opposition frontale avec les milices (les communiqués de soi-disant "syndicalistes mineurs" diffusés en boucle d'un site à l'autre de la blogsphère se croyant rouge et de celle des vrais bruns viennent tous de la même source : un "syndicaliste" acheté par les oligarques depuis maintenant plus de 25 ans).

    http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-presumey/310814/ukraine-tres-rapide-billet-detape

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous, vous n'avez pas tout compris!

      (1) le gouvernement Ukrainien actuel est un mélange d'oligarques et de Nazi anti-russe, parler de Munich est dans ce cadre assez savoureux... Par ailleurs ne pas s’étonner du coup des réactions dans les provinces russes et russophones du pays.

      (3) la Russie dispose d'un des plus grand arsenaux nucléaire au monde, on discute donc et on ne fait pas la guerre sous peine d'apocalypse! Moi je n'ai pas envie de mourir avec mon pays pour defendre les mafieux-nazi du gouvernement Ukrainien...

      Je vous conseille grandement le billet de synthèse d'Olivier Berruyer sur cette crise, il vous permettra peut être d'y voir plus clair:
      http://www.les-crises.fr/le-gouvernement-fasciste-de-kiev-que-nous-soutenons/

      Supprimer
    2. @ red2
      Pour l'instant les français meurent pour poutine est ses fachos :
      http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-des-francais-prennent-les-armes-pour-la-russie-31-08-2014-1858753_24.php

      Quand à Berruyer il permet juste de voir qu'il y a des gens en France qui sont pour la disparition d’Israël mais qui en même temps soutiennent de types comme Erdogan et Poutine. 80 journalistes en taule en Turquie c'est beau la vie en France pour Berruyer qui assimile le nouvelobs aux médias français. Il ne manquerait plus qu'un journal de centre gauche se met à soutenir un chef d'Etat ultralibéral et conservateur.

      Supprimer
    3. Les populations du Donbass ont de quoi être en colère parce qu'à chaque fois que l'on renverse le président ukrainien élu, pour le remplacer par un ami des "occidentaux", on veut fermer leurs mines et leurs usines, sous l'influence du FMI et autres. Alors maintenant, ils veulent se gérer eux mêmes ce qui est conforme aux principes de souveraineté populaire.
      En tous cas ca l'est plus que leur demander de voter, puis renverser leur président si il n'est pas comme les ukrainiens de l'Ouest le veulent. Ils ne peuvent plus continuer comme ça.
      Je rappelle qu'ils ont eu 2 renversements de présidents en 10 ans. Et on leur demande d'avoir confiance en Kiev ?

      Supprimer
    4. @ TeoNeo
      Le problème c'est pas la population du Donbass et Kiev mais le fait que poutine joue avec eux. Et le précedent de la Transnistrie docet. Voilà un territoire qu'on a dressé contre la majorité moldave pour ensuite ne pas le reconnaitre (la transnitrie n'est pas reconnue par la Russie) et qui devient le paradis de toutes les mafias. En Ukraine aucun président a été vraiment ami des occidentaux, Ianoukovitch dénonceait Timoshenko car elle était trop pro-russe. Poutine a laissé croire aux rebelles du Donbass qu'il aurait annexé le territoire, mais il a pas envie de payer les retraites d'une population vieillissante, alors il les laisses se faire taper dessous par l'armée ukrainienne. Si non esperons que le cessez le feu dure et que le donbass ait un statut d'autonomie et que cette guerre idiote finisse.

      Supprimer
    5. Il suffit de voir les cartes des élections présidentielles ayant mis Yanoukovitch au pouvoir. L'Est a voté massivement pour lui, et l'Ouest massivement pour Timochenko. Finalement Yanoukovitch l'a emporté de peu.
      Puis au début de l'année l'Ouest a renversé Yanoukovitch par un coup d'état. Coup d'état d'ailleurs encouragé par les puissances occidentales. Il est normal que l'Est se sente lésé et cherche au moins une certaine autonomie. Il est normal aussi que la Russie aide l'Est. Les populations sont très proches de part et d'autre de la frontières. Beaucoup d'Ukrainiens de l'Est ont même la double nationalité, et beaucoup travaillent en Russie.

      Supprimer
    6. @ Touatis
      Parce que la Russie aide l'Est ? Il le laisse se faire bombarder sans vraiment intervenir en leur donnant du matériel... la réalité c'est que dans la carte que vous citez il y a aussi des Oblast comme celui de Kherson limitrophe de la crimée qui ont voté seulement à un peu plus de 50% pour ianoukovitch. Or les rebelles de l'est n'ont pas réussi à bouger de deux oblasts limitropohes à la Russie ou ils ont perdu aussi certaines villes comme Sloviansk. Pour le reste parler de coup d'Etat me paraît assez superficiel mais bon continuez à penser que Poutine à toujours et toujours raison on dirait que ça vous intéresse bcp plus des intérets de la France.

      Supprimer
    7. J'ai du mal à voir où est l'intérèt de la France dans l'encerclement et la neutralisation de la Russie, et encore moins dans le fait d'être les larbins des Américains.

      Supprimer
    8. Touatis, mais personne vous parle d'encercler la Russie c'est vous qui voulez que la Russie reste maitre chez elle dans toute l'ukraine. L'intéret de la France c'est qu'il y a un accord entre les deux parties, pour qu'elle puisse honorer son contrat dont il est question ici. La Russie par ailleurs encerclé par qui ? Mais vous rigolez ? Même si l'Ukraine adhère à l'Otan pour encercler la Russie il faudrait que la Biélorussie, et le Kazhastan en fasse de même.

      Supprimer
    9. Complètement d'accord avec red2 et je salue celui (ou celle) qui est capable de faire une remarque aussi stupide qu'incohérente telle que : "il est temps de dire stop à Poutine". La guerre civile en Ukraine serait donc une guerre contre la France. Proprement délirant !

      Demos

      Supprimer
    10. Il ne semble pas que poutine joue avec la population du Dombass, au contraire. Quand les insurgés ont demandé à être rattachés à la Russie, Poutine les a gentiment envoyé voir ailleurs.

      Ce qui intéressait Poutine en Crimée (et Gazprom), c'est le gaz, les gazoducs les bases militaire et navales. D'où sa réaction rapide pour la Crimée. Le moins qu'on puisse dire c'est que sur le Dombass il n'a pas réagit de la même manière, malgré la demande de la population locale.

      Il semblerait bien que l'agresseur dans cette affaire n'est pas celui que l'on veut nous faire croire.

      Supprimer
  2. Oui c’est une vrai catastrophe cette suspension de la livraison des Mistrals, nous perdons du coup tout ce qui nous reste de crédibilité et donc probablement le contrat du Rafale en Inde et de nombreux autres contrats pour ce qui nous reste d’industrie de défense…

    Donc en plus des 1,2 milliard de recettes que constitue en direct la vente de ces bateaux et donc la mort annoncée d’une partie de nos chantiers navals militaires (Brest, Lorient et Nantes-St Nazaire vous remercieront…), nous perdons probablement aussi les moyens de notre indépendance militaire.

    Sans ventes à l’étranger permettant d’amortir le coût de développement énorme de ses armes modernes, il ne sera plus possible pour un pays comme la France d’en disposer.

    Donc sans contrats en Inde pour les rafales nous n’aurons pas les moyens de préparer le remplacement de cet avion et de mettre en place le programme préparant sa succession; meme chose pour les sous marins, la marine ou l’armée de terre.

    Du coup dans 25-30 ans quand nos rafales seront obsolètes, Nada pour notre armée de l’air! Même chose pour l’armée de terre avec les remplaçant du Famas qu’on se prépare a acheter à l’étranger ou pour nos chars Leclerc (Le Giatt étant fermé et n’ayant réussi qu’a vendre a perte le bousin, terminée la production de chars dans notre beau pays…)

    bref, pauvre France ton armée et ta puissance foutent le camp à cause de tes dirigeant débile et de leurs choix du « parti de l’étranger »...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous exagerez,
      Pour l'instant c'est bien joué, si d'ici là la situation se calme en Ukraine les mistral va être livré, c'est uniquement une déclaration pour faire taire les critiques à l'Otan, il faut pas non plus oublier que la France veut vendre aussi à la Pologne. Or c'est vrai que la Pologne risque de ne pas se satisfaire de l'attitude française mais dans ce cas là pourquoi se mettre dans les marchés ? On verra pour les rafales, il me semble que c'est presque conclu. Il est clair qu'on ne peut pas vendre des avions militaires à la Russie si la situation en Ukraine ne se calme pas.

      Supprimer
    2. Le problème de fond, c'est que Hollande est, comme Sarkozy avant lui, servile, couard, sans aucune vision politique, ni esprit d'initiative. Démission, résignation, pleurnicheries, voilà la posture de nos politiques, qui ont font leur l'idée que notre pays est sous domination allemande et qu'il n'y a pas d'alternative. Merkel a donc réussi là où ses prédécesseurs avaient échoué depuis plus de cent cinquante ans avec la complicité de larbins défaitistes, qui s'imaginent diriger la pièce, alors qu'ils ne sont que des figurants.

      Demos

      Supprimer
    3. Le Rafale vous y croyez encore ?

      Si même les pays qui jettent l'argent par les fenêtres comme le Qatar ou l'Arabie Saoudite ne veulent pas nous l'acheter...

      Ivan

      Supprimer
    4. @ Demos
      Je vous signale que c'est sarkozy qui a signé le contrat avec les russes.

      Supprimer
  3. Je suis d'accord avec ce billet, Morin avait déjà fait pareil lors de la guerre en Irak, mais pourquoi diable toujours ressasser de l'histoire de la France qui doit livrer son message au monde ? La France doit d'abord se redresser économiquement, on ne livre pas des messages au monde avec des beaux discours mais avec des actes. Par ailleurs on ne peut pas livrer un message au monde et puis faire potes avec poutine. Les droits de l'homme poutine ?

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez l'air d'être très bien renseigné sur les déboires de l'un des deux camps, anonyme, mais il faudrait que vous évoquiez aussi les déboires du camp d'en face si vous ne voulez pas qu'on vous prenne pour ce que vous êtes peut-être.
    Il y a deux grandes directions diplomatiques que peut prendre un pays comme le nôtre, en fonction du contexte géopolitique et de ses changements :
    - une diplomatie de la "civilisation", menée par des aristocrates ou des oligarques au nom de l'appartenance du pays à des grandes logiques culturelles dont on peut ne pas toujours remettre en cause l'existence ou la valeur : le christianisme, le marché, la démocratie, l'Occident, l'Europe, l'anticommunisme ou la russophobie... Ce point de vue oblige à organiser l'action diplomatique du pays en fonction de ce ou ceux qui domine(nt) le fait culturel en question. Il est donc logique par exemple de suivre sans la remettre en cause l'action soit des E.U., de l'Allemagne ; plus loin de notre époque celle des Habsbourg de Vienne et Madrid. Richelieu doit se retourner dans sa tombe, mais convenons qu'on ne peut quatre siècles plus tard toujours agir en fonction des principes de Richelieu...
    - Ou bien la recherche systématique, que les opposants qualifieront de paranoïaque ou obsidionale, de l'indépendance diplomatique, reflet de la souveraineté, face à toute tentative d'intégration forcée qui ne correspondrait pas à l'intérêt général des seuls habitants ou citoyens du pays. La première affirmation de cette voie me semble remonter à celle des Capétiens des XIIème et XIIIème siècles face aux Plantegenêts et au Pape (Philippe le Bel qui élimine Boniface VIII au début du XIVème siècle). Ce sont ces très grands souverains qui ont fondé le pays. Cette option amorale conduit par exemple le pays à s'allier au Grand Turc (François Premier), aux princes protestants quand on s'est converti au catholicisme (Henri IV), à pratique l'alliance russe voire à chercher sans succès celle de l'URSS face au danger allemand (IIIème République).
    Tout repose en amont sur la conception que l'on se fait de la souveraineté : la première option diplomatique me semble être celle prise par ceux qui passent la souveraineté par-dessus bord à la moindre tempête.
    Choisis et annonce ton camp, camarade anonyme.

    Francis Commarrieu.

    RépondreSupprimer
  5. red24 septembre 2014 10:30

    Ah, parce que vous avez tout compris, y a pas de mafieux et d'oligarques russophones en Ukraine, mais c'est bien sûr !

    Poutine,l'ex-colonel KGB, la Tchétchénie, fraudeur d'élections,belles références n'est ce pas ?

    L'annexion de la Crimée qui avait depuis le vote de 1991 déjà une grande autonomie, pas de problème, Poutine n'a qu'à se servir avec les applaudissements de Le Pen, Villiers et Mélenchon.

    Je suppose que vous auriez approuvé l’écrasement de l’insurrection de Budapest par les chars russes.

    Quant à Berruyer, il a pété un câble tout comme Todd qui raconte des âneries de plus en plus énormes sur le site de Berruyer dont les commentateurs sont à la limite de la débilité mentale, son blog est devenu une petite secte...

    O Einz s'en est vite carapaté :

    Une thèse essentielle sur la responsabilité de l’UE dans la crise ukrainienne : construction de la thèse et démontage des procédés. Contribution à une critique de la forme et du fond de la contre-information du blog les crises.fr

    http://criseusa.blog.lemonde.fr/2014/07/31/pourquoi-je-ne-publie-plus-sur-le-site-les-crises-fr-de-o-berruyer/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce article, la contre-information est en train de dévenir une propagande dans le site d'OB. Par contre je pense que la solution du conflit passe par un accord avec la Russie et non pas par les sanctions.

      Supprimer
    2. Pour négocier avec des types comme Poutine, ça ne se fait pas qu'avec des bouquets de fleurs, il a déjà largement franchi la ligne jaune.

      Supprimer
    3. "Ah, parce que vous avez tout compris, y a pas de mafieux et d'oligarques russophones en Ukraine, mais c'est bien sûr !"

      Parce que j'ai dis cela peut être?

      "'Poutine,l'ex-colonel KGB, la Tchétchénie, fraudeur d'élections,belles références n'est ce pas ?"

      Poutine vient du KGB et a une cote de popularité à faire pâlir n'importe quel dirigeant européen...

      "L'annexion de la Crimée qui avait depuis le vote de 1991 déjà une grande autonomie, pas de problème, Poutine n'a qu'à se servir avec les applaudissements de Le Pen, Villiers et Mélenchon."

      Il y a eu un referendum...

      "Je suppose que vous auriez approuvé l’écrasement de l’insurrection de Budapest par les chars russes."

      Pure insulte basée sur aucune base solide...

      Donc pour conclure, c'est sur que vous, vous êtes honnêtes et ne déformez pas le sens de mes messages ;-) ainsi que celui articles d'OB. Remettre en cause la propagande occidentale et défendre les intérêts de son pays ne revient pas être pro-poutine!

      Vous êtes trop malhonnête dans vos arguments, Fin de la discussion...

      Supprimer
    4. @ red2
      Mais berruyer ne défend pas les intérêts de son pays, il ne défend que les intérets de poutine et tout ceux qui s'opposent de près ou de loin à l'occident, lisez son billet sur Erdogan où il traite les gens qui critiquent Erdogan de suprématistes blancs, ou alors son billet invité d'un type qui tout en s'augurant la fin d'Israël parles des français comme des perfides colonisateurs comme si les arabes n'avait jamais colonisé personne.

      Supprimer
    5. @ Anonyme 4 septembre 2014 11:24
      Question oligarques, la situation est claire du côté du pouvoir de Kiev : le gouvernement de Kiev a nommé des oligarques comme gouverneurs de grandes régions : Igor Kolomoïski à Dnepropetrovsk (propriétaire du groupe “Privat” qui comprend plus d’une centaine d’entreprises), Sergueï Tarouta à Donetsk (principal actionnaire du groupe métallurgique ISD fondé avec Vitali Gaïdouk – vice-gouverneur de la région de Donetsk à l’époque où Ianoukovitch dirigeait la région), Vladimir Nemirovski – financeur d’Arseni Yatseniouk – à Odessa.
      Ces braves gens, comme le riche Porochenko, ont tout intérêt à remettre la main sur l'est du pays.

      Au lieu d'exprimer une quasi-hystérie, incompréhensible, vis-à-vis des séparatistes, nos bien-aimés dirigeants en France devraient faire preuve de mesure et de prudence face aux deux camps pour pouvoir jouer un rôle de modérateur. Il est insupportable qu'un pays comme le nôtre, qui a été un exemple pour tant d'autres, puisse jouer les supplétifs des Etats-Unis, qui plus est, à notre détriment.

      Demos

      Supprimer
    6. @Fiorino
      Pour la défence d'OB : si dire que Poutine est un moins taré que le gouvernement de Kiev est être pro Poutine (comme le fait OB), alors dire que les Talibans sont un moins fous que l'ALI fait de vous un Talibans en puissance...

      Ceci dit je souscris aux critiques d'Onubre Einz.

      Supprimer
  6. Referendum organisé par Poutine et ses militaires, que dirait on si la France faisait de même en Belgique, Suisse et Québec francophones sous prétexte qu'ils sont francophones ?

    Que Poutine soit prétendument apprécié dans les sondages ne lui donne aucun droit sur l'Ukraine et n'efface pas son passé en Tchétchénie et dans le KGB.

    Poutine viole les frontières et c'est inadmissible, le pire c'est que ce sont des souverainistes qui applaudissent, ca montre l'étendue de leur bêtise. A ce compte, Poutine pourrait tout aussi bien organiser des referendums en Bretagne, Corse, Pays-Basque...why not ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment peut-on écrire de telles imbécillités ? Heureusement, l'anonymat de préservera des rires et des quolibets. Sans suivre ton raisonnement aussi haineux que stupides en ce qu'il compare des lieux et des parcours historiques totalement différents - développe ta culture pour comprendre les événements - je serais curieux de te voir expliquer au nom de quoi la France, l'Allemagne et les autres se mêlent de la situation ukrainienne. A cause de leurs frontières communes avec ce pays ? Par grandeur d'âme ? Pour "exporter" la liberté ? Parce que les Ukrainiens trépignaient d'impatience pour entrer dans l'UE ? Ou parce que les grands patrons de l'UE étaient en appétit face à un marché du travail où le salaire moyen mensuel est de cent euros ? Tu pourras compléter ton propos en me disant ce que feraient les Etats-Unis si les Russes venaient foutre le bazar à leur porte. A ton avis ?

      Demos

      Supprimer
    2. Et au nom de quoi la Russie se melent de la situation ukrainienne ? On voit dans ce post la détestation de la France et la justification de l'impérialisme russe par l'impérialisme américain.

      Supprimer

    3. Parce qu'il y a des russes en Ukraine et que les Ukrainiens veulent installer de nouvelles bases militaires anti-russe à côté de la Russie?

      Supprimer
  7. La malhonnêteté est clairement chez Berruyer dont la clé de voute de son argumentation n'est pas sourcée :

    La source qu’utilise OB est donc un bien un faux grossier. Il était facile de démonter ce canard. Elle joue pourtant un rôle central dans une argumentation faisant porter à l’UE la responsabilité d’une erreur tragique initiale commandant la suite des événements. La contre-information bascule alors inévitablement dans la désinformation que cette contre-information est sensée combattre.

    Au-delà du faux grossier utilisé se pose un problème politique qui aurait dû mettre la puce à l’oreille à notre grand donneur de leçon en matière d’information.

    Imaginons que Barroso ait dit ses paroles, faisons l’hypothèse qu’elles aient bien été reprises par la presse internationale ; quel poids leur accorder ? Aucun ! si cette exclusive Européenne n’est pas dans le texte des accords en train d’être négociés, les propos de Barroso n’engagent que lui. Je mets évidemment OB au défi de trouver cette clause dans les textes de l’UE qu’il évoque.

    http://criseusa.blog.lemonde.fr/2014/07/31/pourquoi-je-ne-publie-plus-sur-le-site-les-crises-fr-de-o-berruyer/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trouvé très convaincante cette justification de Einz.
      Mais une chose est sure en tous cas : les informations que je trouve sur des sites pro-russes comme "Vineyard of the Saker" sont en général complètement ignorées au début par notre presse russophobe, et sont confirmées quelques jours ou semaines après, ce qui montre qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans la presse française.

      Apparemment elle s'informe exclusivement d'après les communiqués de la junte de Kiev, qui sont de plus el plus grotesques, comme cette histoire des 23 blindés détruits qui ont disparu sans laisser de traces dans la nature, ou la récente "invasion", sans parler du krash du MH17 (cette fois c'est aussi Kerry avec sa "montagne de preuves" qui a fait fort).

      Cette affaire ukrainienne démontre en tous cas la nullité de la presse française. Le métier de journaliste semble avoir disparu.

      Je pense que la communication de Kiev est lamentable. Pourquoi avoir d'emblée qualifié de "terroristes" leurs ennemis de l'ouest ? Pourquoi cette suite ininterrompue de communiqués ridicules sur la situation militaire ? Ils sont conseillés par qui , Il n'y a pas d'experts en communication à la CIA ?

      Supprimer
    2. La presse française n'est pas russophobe, Causeur, Marianne, Le Figaro (je continue?) sont pro-poutine et pro-russes, il faut arrêter de vous croire en Russie avec une presse aux ordres et où l'on tue les journalistes.

      Supprimer
    3. Vous avez raison, il y a quelques exceptions (mais le Figaro n'est pas pro-russe, on y trouve un peu de tout). Par exemple ce récent article de Marianne qui décrit bien la situation

      http://www.marianne.net/L-affaire-du-Mistral-ou-la-victoire-de-la-diplomatie-BHL_a240981.html

      Mais à la télévision c'est l'unanimité presque totale, avec comme d'habitude dans ces cas là des "débats" où tous les intervenants sont du même avis.

      Supprimer
    4. Mais, mon gars, nous sommes nombreux à lire des journaux et blogs de tout bord en exerçant notre esprit critique.
      Olivier Berruyer a le mérite d'écrire et de faire s'exprimer sur son blog des gens sérieux et respectés sur de nombreux sujets. Tu devrais plutôt nous parler des nombreux journalistes de la télévision (publique et privée) et de la presse écrite françaises aux ordres, qui font de la désinformation à longueur de journées. Ici, aucun contradicteur, mais le doux ronron de la communication libérale atlantiste.

      Demos

      Supprimer
    5. @ Demos
      Olivyer Berruyer censure systèmatiquement tout les posts qui contredisent ses papiers. Mais ça suffit avec cette histoire de presse écrite aux ordres. On est pas en Russie, vous pouvez pas avoir la pensée unique pour les prorusses.
      @ Touatis
      Faux, Pierre Lorrain, Sapir, Todd invités règulierement et je peux vous citer d'autres des pro-russes qui sont regulièrement invités à C dans l'aire ou dans le débat de France24.

      Supprimer
    6. @Fiorino
      Je veux bien la proportion de pro russes et de russophobes dans "C dans l'air", ou au moins le nom des pro russes en question.
      Sapir et Todd régulièrement invité? Ha ha ha, mieux vaut en rire. Non pas que ce soit faux, ils sont bien invités régulièrement. Seulement dans le même temps nous entendons 10x, 20x plus le même discours mainstream. Les propos de Sapir et de Todd noyés sous des tonnes de poncifs éculés...

      Supprimer
  8. Poutine n'a organisé aucun référendum ni en Crimé ni en Ukraine.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sophisme. De toute façon ça serait théoriquement un post sur les intérets de la France or la tout le monde s'intéresse soit aux intérets de la Russie ou aux intérets de ukrainiens et des pays qui les soutiennent.

      Supprimer
    2. Ce n'est pas un sophisme mais un fait. Il n'y a aucun raisonnement derrière mon affirmation, seulement un constat.

      Mais si vous préférez parler des intérêts de la France, moi aussi. Depuis quand un fournisseur a-t-il intérêt à trahir un client et à s'en vanter bruyamment devant les autres ?

      Si la Russie avait fait quelque chose contre la France ce serait différent. Mais les populations russes de l'Est de l'Ukraine que Poutine cherche à aider sont agressées par le pire ennemi de la France avec les islamistes : les néo-nazis.

      Je ne dit pas que la Russie a toujours été dirigée par des amis du peuple français. Je n'oublie pas Maurice Thorez et son "Il faut savoir arrêter une grève" ni le Staline du socialisme dans un seul pays.

      Ivan

      Supprimer
    3. @ Ivan
      N'importe quoi, lisez cet article :
      http://www.causeur.fr/ukraine-des-antisemites-dans-les-deux-camps-29011.html

      Supprimer
    4. @Fiorino
      D'un côté 4 ministres nazis, de l'autre 2 militants nazis sur facebook. Hmmm, je me demande vraiment quel mouvement est le plus dangereux, vraiment... :(

      Supprimer
  9. Sinon des nouvelles des boîtes noires du MH17 qui sont depuis le 24 juillet en Grande-Bretagne?

    Ou c'est bon on s'en fout de la vérité, on a déjà fait passer le message qu'on voulait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @bip
      Je pense que les enquêteurs prennent toutes les précautions possibles vu les risques qu'une conclusion trop hâtives peut faire courrir.

      Supprimer
  10. "Poutine n'a organisé aucun référendum ni en Crimé ni en Ukraine."

    Ben voyons... et pis il n'a pas annexé la Crimée non plus. Quand bien même il n'aurait pas prétendument organisé le référendum, on se demande bien pourquoi ses militaires surveillaient les bureaux de vote, de quel droit il déclare désormais l'appartenance de la Crimée à la Russie. Imaginons la Corse organisant un référendum d'indépendance sans l'accord des autorités françaises avec de plus des militaires Italiens surveillant les bureaux de vote en toute illégalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rattachement de la Crimée est désormais acté on pourra pas y revenir dessous. Il faut maintenant trouvé une solution pacifique pour terminer le conflit, autonomie accrue pour le Donbass (pas fédéralisation de l'Ukraine comme le veut poutine) en echange d'un Etat unitaire (c'est le cas de l'Italie qui est unitaire avec des régions autonomes avec la possibilité d'enseignement en français et en allemand.

      Supprimer
    2. Il n'est pas sérieux de soutenir que la Russie a annexé la Crimée. A ce compte là on pourrait aussi prétendre que la France a annexé Mayotte sous prétexte que le référendum n'a été reconnu ni par les Comores ni par l'ONU.

      Pourtant ce référendum avait vraiment été organisé par la France et je ne crois pas qu'il y avait des observateurs internationaux. Mais cela ne change rien pour moi.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mayotte

      Ivan



      Supprimer
    3. @ Ivan
      Mayotte n'était pas reconnue par la communauté internationale comme partie des comores, la Crimée faisait partie de l'Ukraine est c'était reconnu par la Russie !!!
      Mais on doit lire n'importe quoi quitte à salir la france pour défendre les intérets de la Russie.

      Supprimer
    4. la "communauté internationale" n'existe pas. C'est un euphémisme servant à désigner le bloc occidental.

      Supprimer
    5. Touatis à l'indépendance de l'Ukraine la Crimée a voté POUR l'indépendance de la Russie, au moment de l'indépendance des Comores, Mayotte a voté CONTRE. C'est une différence de taille. Si la communauté internationale n'existe pas alors pourquoi la France est-elle invoqué le droit international contre l'invasion de l'Irak ?

      Supprimer
    6. L'état Ukrainien n'est pas légal au regard du droit internationnal : soit il s'agit d'une révolution, et une nouvelle constitution doit être votée par référendum, soit il s'agit d'une protestation, et l'ancien président doit être rappelé...

      Supprimer
  11. Pedigree des meneurs du Donbass :

    Les deux larrons qui dirigent la « République populaire » du Donbass sont Pavel Gubarev et Denis Pouchiline. Le premier, patron d'une agende de pub, fut militant néonazi à Moscou dans les années 1990, puis cadre du « Parti Socialiste Progressiste » ukrainien, un parti financé par Lyndon Larouche (dont le représentant français est Jacques Cheminade). Arrêté en mars par l'armée ukrainienne, il a été libéré, Poutine ayant salué sa libération. Il est associé à Denis Pouchiline, capitaliste connu pour avoir dirigé la succursale ukrainienne de MMM, la « pyramide de Ponzi » des privatisations de masses des années 1990, en relation avec l'Etat russe qui était l'organisateur central des privatisations, et faisait pression sur l'Ukraine en ce sens. Valeri Bolotov, « gouverneur populaire » de Lougansk, est un parachutiste de l'armée russe. Ces personnages ne sont pas plus sympathiques que les membres du gouvernement de Kiev, assurément, et représentent des couches sociales similaires -en aucun cas la classe ouvrière.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-presumey/240514/ukraine-storytelling-imperialiste-russe-contre-analyse-des-faits

    RépondreSupprimer
  12. Autres menus détails :

    Dans le story telling « anti-impérialiste » prorusse, les « fascistes » sont à l'ouest et les « antifascistes » à l'Est, comme il se doit, et Svoboda et Pravyi Sector sont là pour l'attester. Or il est à craindre que l'antisémitisme, dans l'Ukraine réelle de maintenant, soit le plus menaçant … dans le Donbass et à Lougansk. Non pas, répétons-le encore, qu'il ne soit pas présent dans Svoboda et Pravyi Sector, mais la réalité démocratique et sociale du mouvement du Maidan ne l'a pas attisé, mais l'a fait reculer ou l'a forcé à se tenir à carreau. Il n'en va pas de même dans le Donbass, où n'est toujours pas éclaircie la provocation massive du 17 avril dernier, lorsque des paramilitaires antiMaidan ont distribué à la sortie des synagogues un document appelant les Juifs à se faire recenser en vue d'être expulsés.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-presumey/240514/ukraine-storytelling-imperialiste-russe-contre-analyse-des-faits

    RépondreSupprimer
  13. Cette histoire révèle en tous cas ce que sont les européistes.

    Rappelons le contexte : on a l'habitude de faire voter les peuples européens pour entériner les étapes de la construction de l'Europe. Quand ils votent "non", on les fait re-voter autant de fois qu'il faut jusqu'à ce qu'ils votent "oui". Et après plus aucun vote pour revenir en arrière. Dans certains cas (notre référendum de 2005) on va même sur s'asseoir sur les résultats du vote et on fait passer le projet par une autre voie.

    En Ukraine, on voit nos chefs européistes (Barroso et Ashton) approuver, et même participer, à un coup d'état contre un président régulièrement élu. On les voit ensuite considérer comme nul et non avenu un référendum en Crimée.

    Ces gens là ont vraiment un problème avec les élections.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Barroso a participé à un coup d'état ? Non, mais c'est n'importe quoi. Le référendum en Crimée n'a aucune légalité donc il est nul.

      Supprimer
    2. c'est comme notre référendum de 2005, aucune légalité non plus.

      Supprimer
  14. Pour tester la grande ouverture et probité de Berruyer, j'ai mis en lien le texte de Présumey, qui ne parle d'ailleurs pas de Berruyer, sur son dernier billet :

    http://www.les-crises.fr/actu-ukraine-03-09/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

    Eh bien Berruyer l'a censuré, ce qui en dit long sur l'honnêteté de ce petit roquet insignifiant qui ne pense qu'à exciter sa meute de commentateurs idiots et crédules. Ce type est un enfumeur...

    RépondreSupprimer
  15. Ce qui est fort drôle est de voir cette vieille obscurantiste communiste de Bleitrach brailleuse

    http://histoireetsociete.wordpress.com/

    reprendre scolairement tous les billets de Berruyer qui lui même est par ailleurs dans le foutoir de sa cervelle un anti-keynésien avéré sur le plan monétaire.

    Quand les crétins se coalisent, le pire est à craindre...

    RépondreSupprimer
  16. Toutatis4 septembre 2014 20:45

    Ben oui un anti-keynésien allié à une vieille folle communiste c'est parlant, tout comme tes coms Demos qui ne comportent pas le début d'une once d'intelligence.

    RépondreSupprimer
  17. Berruyer est par ailleurs très pote avec ce gros porc de Delamarche, qui est tout autant anti-keynésien, et il a fait ses débuts sur le blog de Jorion qui est tout autant anti-keynésien quoiqu'il en dise, car Jorion a toujours soutenu les postions monétaires de Jens Weidmann qui est l'un des plus farouches faucons défenseurs de l'ordolibéralisme monétaire allemand. C'est dire le bordel qui règne dans la tête de Berruyer ou Jorion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'il doit etre bon d'etre anonyme pour pouvoir ecrire des mots eleguants tels que le votre!!!

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. David Thevenon, REALTOR4 septembre 2014 21:44

      L'élégance tu peux te la mettre quelque part, tu vois ?

      Supprimer
    4. @Anonyme

      Quelle finesse et quelle élégance dans les arguments, bravos!

      Supprimer
  18. Vu que la Russie n'est pas en guerre contre l'Ukraine, ou sevissent de simples manifestations pacifiques, comme en Bretagne ou en Corse, l'annulation de ce contrat est incomprehensible. Je ne comprends pas non plus les sanctions contre la Russie. Pourquoi, alors que la Russie est un pays qui s'est ouvert sur le monde, ce revirement? Pourquoi une nouvelle guerre froide?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Vu que la Russie n'est pas en guerre contre l'Ukraine"

      L'annexion de la Crimée c'est pas un acte de guerre ?

      Supprimer
  19. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    COUT ANNUEL de l'immigration en FRANCE !!!

    On m'a donné un cout (important). Je souhaite confirmation qui peut me le donner : le cout net annuel ?

    MERCI

    RépondreSupprimer
  20. Ce serait pas mal que les "Anonyme" prennent un pseudo s'ils postent à de multiples reprises.
    Ça permettrait de gagner en clarté et d'éviter de lire ceux qu'on juge inutiles.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1 (et de détecter les trolls aussi!)

      Supprimer
  21. « Le Président de la République vient de décider de suspendre la livraison à la Russie du 1er navire Mistral, qui devait avoir lieu en novembre 2014. Cette décision est l’exemple même de l’incompétence et l’inconséquence, qui caractérisent la politique étrangère de la France depuis plusieurs années ». (Jacques Sapir)
    Comment un tel imbécile doublé d'un ambitieux malhonnête peut-il diriger notre pays ? Le constat ne fait que donner du crédit aux propositions de réforme du système politique, qui demandent qu'on en finisse avec un système, qui permet à une minorité de capter pouvoir, argent et honneurs.

    Demos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait c'est un référendum révocatoire qu'il faudrait, à 13% d'opinion favorable ce serait vite réglé! (et la même chose se serait passé avec Sarko bien avant 2012...)

      Supprimer
    2. Le Président de la République n'a pas suspendu la vente des mistral il vient de le préciser, donc Sapir est un ignorant et un fanatique prorusse comme la pluspart des gens ici qui n'ont rien à foutre des intérêts de la France tout comme Berruyer qui censure les commentaires sur son blog.

      Supprimer
  22. Qui a fait rentrer les pays de l'est dans l'UE alors qu'il avait menacé d'un véto pour ne pas le mettre en exécution ?
    Chirac, et pourtant tout le monde se déchaine contre Sarko et hollande. Voilà une action qui aurait pu vraiment imprimer une marque française, contrairement à l'opposition sterile (meme si j'était d'accord sur le principe) à la guerre en Irak qui de toute façon a été faite nonobstant les gesticulation de la France qui aurait pu se contenter de ne pas y participer et faire quelque chose de concret pour et mettre son véto à l'entrée des pays antirusses comme la Pologne.

    RépondreSupprimer
  23. C'est comique tous ces anti-capitalistes souverainistes qui finalement ne pensent qu'au pognon perdu suite à l'éventuelle annulation des contrats.

    Ceci dit si ces Mistral étaient vendus à la Russie, pas mal de pays opposés à la politique impérialiste de Poutine bourraient bien décider de cesser d'acheter des armes à la France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il existe effectivement quelques pays pouvant craindre un impérialisme russe, mais en fait très peu, aux alentours de la Russie. Ils sont par contre beaucoup plus nombreux à craindre l'impérialisme américain, soutenu par le système financier mondial actuel. D'un point de vue strictement commercial et pour vendre des armes, il est donc beaucoup plus avantageux de s'en prendre à l'impérialisme américain que de s'en prendre à l'impérialisme russe.

      Supprimer
    2. @Anonyme 5 septembre 2014 09:48

      Grosse probabilité de troll mais on va quand même répondre.

      L'autonomie militaire de la France passe par l'exportation d'armes pour pouvoir financer ses grands programmes.
      Donc à partir du moment où on revient sur des contrats signés, non pas de notre propre volonté et dans notre intérêt, mais sur ordre des USA et de l'Allemagne (la date de l'annonce à la veille du sommet de l'OTAN n'est pas un hasard), beaucoup de pays préféreront d'adresser directement aux USA et à l'Allemagne. Ce sera direct et plus clair.
      Et ceux qui voudraient acheter des armes à des pays indépendants s'adresseront à la Russie, à la Chine...

      Et vous parlez aussi de potentiels clients à l'est de l'Europe, j'imagine nos "amis" de l'UE. Ces "amis" qui n'achètent d'armes qu'aux USA pour bien montrer leur fidélité au patron de l'OTAN.
      Pour la même raison qu'ils sont entrés dans l'UE. Et non pas pour la fable de "la paix, l'amour, l'amitié et la prospérité" entre pays d'Europe.

      Donc voilà, Hollande continue à aller contre l'intérêt de la France.
      D'un autre côté, faut le comprendre. Il est à la tête d'un pays dont la population le déteste. Il ne doit donc pas être très motivé pour améliorer leurs situations.

      Supprimer
  24. bip

    Je ne réponds pas aux idiots qui traitent de troll ceux qui ont un autre point de vue qu'eux.

    RépondreSupprimer
  25. Encore les délires de Todd, Ukrainiens occidentaux égale tous d'extrême droite, ce mec est givré :

    Les Ukrainiens occidentaux veulent adhérer à l’Europe. C’est complètement normal pour eux : pourquoi des mouvements d’extrême droite qui ont une tradition de collaboration avec l’Allemagne nazie refuseraient-ils d’adhérer à une Europe sous contrôle allemand ?

    http://www.les-crises.fr/todd-5-la-montee-en-puissance-du-systeme-allemand-suggere-que-les-etats-unis-et-l-allemagne-vont-au-conflit/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ils ont quand même voté à plus de 25% pour svoboda dans certains Oblast de l'ouest aux dernières législatives...

      Supprimer
  26. Hervé Morin peut se targuer d'avoir reçu le prix qui lui correspondait le mieux :
    http://www.paris-premiere.fr/magazine-les_gerard_de_la_television_2011/news-les_gerard_de_la_television_2011/418160-gerard_du_charisme.html


    Olivier

    RépondreSupprimer
  27. bip5 septembre 2014 18:25

    Par hygiène.

    RépondreSupprimer
  28. Pour t’inciter à te servir de ce que tu as entre les deux oreilles, sortir de ta logique binaire et surtout de ta russophobie, je rappelle un détail qui t’a peut-être échappé : l’union européenne, c’était là son objectif majeur, était censée constituer un bloc solide et cohérent nous plaçant au même niveau que les Etats-Unis. Au lieu de cela, nous suivons servilement les Etats-Unis sur le plan militaire (Ukraine), économique (TAFTA), social, culturel sans compter l’abandon de notre souveraineté et notre soumission aux conservateurs allemands.

    Demos

    RépondreSupprimer
  29. Demos

    Quelle russophobie quand je dénonce les manoeuvres de Poutine ?

    Poutine n'est pas la population russe soumise à l'autocratisme de Poutine. Vous êtes vulgaire dans vos amalgames irrecevables. Les russes ne sont pas Poutine pas plus que Staline. C'est toi idiot toxique qui amalgame un dirigeant sur un siège éjectable avec un peuple qui en chie depuis près d'un siècle à cause de crapules mafieuses comme Poutine et le PC. Espèce d'abruti, va vivre en Russie si ça te plait.

    Sers toi aussi de ta cervelle au lieu de raconter des conneries à 2 balles.

    Tu crois sérieusement que Poutine est le de Gaulle qui manque à la France ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends toujours l'analyse sur l'union européenne, qui devait assurer l'indépendance du continent d'après ses promoteurs et qui passe son temps à courir avec servilité sous la coupe de l'Allemagne sous la derrière les Etats-Unis. Faire perdre sa souveraineté à notre pays pour en faire un auxiliaire de l'Otan, bel exploit !

      Demos

      Supprimer
  30. Demos

    La question posée ici est l'attitude de Poutine, le reste sur l'UE, les US... c'est du blabla sans intérêt, c'est pas Poutine qui va régler les problèmes de l'UE ou de la France.



    RépondreSupprimer
  31. http://www.express.be/joker/fr/platdujour/apres-la-crimee-la-finlande-un-ancien-conseiller-de-poutine-affirme-que-le-president-russe-veut-reformer-lunion-sovitique-de-staline/204033.htm

    RépondreSupprimer