dimanche 21 août 2016

Quand les défenseurs du burkini pédalent dans la semoule

Les débats sur l’interdiction du burkini se poursuivent, de manière enflammée, comme sur le blog depuis quelques jours. Un débat qui révèle la pauvreté et la myopie de l’argumentation de ceux qui défendent le port du burkini, poussant une majorité grandissante dans le refus de cet outil de promotion de l’islamisme mais aussi d’une vision inquiétante de la place des femmes.



Tout sauf un vêtement comme un autre

Edwy Plenel a été bien mal inspiré de faire du burkini un « vêtement comme un autre », comme le démontre bien, sur Médiapart, qui a eu l’intégrité journalistique de publier un droit de réponse à la prise de position de son patron, une Marocaine de culture musulmane, Fatiha Daoudi. Il est tout de même assez incroyable qu’Edwy Plenel fasse de l’interdiction du burkini un « oubli des libertés fondamentales » et place la défense de son port à la suite de 1789, 1848 ou 1936, même si celle de 1968 peut avoir du sens. Il ose écrire « nous cédons nos libertés individuelles au profit d’une logique autoritaire et discriminatoire qui, dans le premier cas, vise les femmes en continuant d’en faire une minorité politique opprimée, et dans le second cas, vise les musulmanes en les constituant comme minorité à exclure ».

Pour lui, ce serait l’interdiction du burkini qui opprimerait les femmes et ferait des musulmanes une minorité à exclure ! Passons sur le fait qu’il confonde une petite minorité avec l’ensemble des musulmanes. Fatiha Daoudi fait un sort à ses arguments, notant que la comparaison avec la soutane est ridicule puisque cette dernière est portée par des religieux et non par tous les croyants. Elle soutient que « le burkini n’est pas un vêtement professionnel mais une suite logique du voile et de la burqa. C’est un carcan sophistiqué dans lequel on enferme les femmes (…) votre permissivité creuse la tombe des droits acquis par les femmes ». Dans Marianne, c’est la secrétaire nationale du MRC à l’éducation, Fatiha Boudjahlat, qui dénonce aussi cette tribune en y voyant une position raciste et anti-républicaine.

Sur le blog, on m’a signalé la tribune de Nathalie Goulet, sénatrice centriste, qui ne va pas rehausser l’image peu flatteuse que j’ai de cette famille politique. Dans un papier du Huffington Post, très ouvert à la défense du port du burkini, nous avons droit à une série d’arguments plus effarants les uns que les autres : refus de l’islamophobie (faisant du burkini une partie intégrante de la religion musulmane), défense des libertés, et caricature outrancière des arguments du camp adverse. Pourtant, il y a matière à débat, entre la condition féminime ou la place que l’on peut accorder au fait religieux dans le pays de la loi de 1905. Mais plutôt que débattre sur le fond, elle préfère la facilité de l’entretien d’un faux débat : c’est plus facile, comme elle l’avait fait en faisant du « Golfe-bashing une xénophobie populiste ».

Sur le blog, les défenseurs du burkini sont également en grande difficulté, entre comparaisons hasardeuses, et évocation des libertés individuelles. Mais ils finissent par admettre que le port du burkini n’est pas toujours pleinement libre et qu’il est parfois un instrument politique, deux cas de figure qui légitiment parfaitement son interdiction ! D’autres évoquent la pudeur ou la protection des UVs, mais il existe d’autres façons d’atteindre ces objectifs sans avoir recours à un vêtement au sens aussi lourd. Et surtout, il semble toujours y avoir un angle-mort dans leur raisonnement, à savoir les cas de femmes portant le burkini parce que leurs proches leur impose ou celles qui le font parce que c’est le seul moyen d’avoir la paix (raisonnement qui peut valoir pour le voile). Pour celles-là aussi, l’interdiction est souhaitable.


Mais dans les heurts de ces débats, ce que je trouve positif, c’est qu’une grande majorité se rassemble pour l’interdiction du burkini, une partie de la gauche la plus relativiste finissant par comprendre tout ce qu’il y a derrière ce morceau de tissus : un instrument d’oppression des femmes par les islamistes, et une promotion de l’islamisme le plus obscur, auquel il faut s’opposer, et sans doute par la loi.

49 commentaires:

  1. Les "droits des femmes", j'en ai un peu ras la casquette d'en entendre parler.

    Il y a des droits de l'homme (humain) et du citoyen, c'est bien assez.

    N'oublions pas que cette insistance sur la défense des femmes en tant que "minorité" fait le lit de la défense des autres minorités, et que ce thème de la défense des minorités est une partie de ce qui nous paralyse.

    Par exemple, sur le thème de la discrimination positive (dispositif injuste et très dangereux), ceux qui cherchent à l'imposer ont pour stratégie de passer d'abord par les femmes : pour les élections (innombrables lois du PS), puis dans la fonction publique (loi de l'insupportable Sarkozy juste avant la présidentielle, votée à l'unanimité moins 2 à l'assemblée) puis aux concours des grandes écoles (cela fait partie intégrante des attaques contre les écoles d'ingénieur).

    Mais, derrière cela, c'est bien la discrimination positive pour les minorités visibles qu'ils essaient d'imposer. Actuellement les concours d'entrée en école d'ingénieurs sont menacés par ce biais.

    Il faut donc arrêter de mettre l'accent sur cette agitation politique permanente autour de la "minorité" femme, notamment car elle finit toujours par déboucher sur des mesures pour les autres minorités.

    Dans le cas présent, il est bien suffisant (et plus exact) de dire que c'est l'islam (via ses militants hommes et femmes) qui essaie de s'imposer dans l'espace public.

    RépondreSupprimer
  2. "la comparaison avec la soutane est ridicule puisque cette dernière est portée par des religieux et non par tous les croyants"

    C'est vous le ridicule pantin, un religieux est, au regard du droit laïc, un citoyen comme un autre et ne bénéficie donc d'aucun privilège particulier de droit vestimentaire à connotation religieuse par rapport à un autre citoyen de la même religion. Les juifs portent la kippa sans être des rabins, des bouddhistes portent la robe sans être des lamas...

    Les signes d'appartenance religieuse ne sont pas interdits en lieux publics, donc ni la kippa, ni le foulard, ni la soutane, ni le burkini. Votre interdiction du burkini est une infraction à la loi doublée d'une discrimination.

    Déjà là, vous ne comprenez rien aux principes de non discrimination, montrant donc en quoi, comme d'habitude, vous pédalez complètement dans la choucroute.

    Que la burkini puisse être éventuellement imposée n'est pas une seconde un argument pour imposer son interdiction, pas plus le fait que certains maris non musulmans peuvent interdire le port de la minijupe, le nudisme ou le topless à leur femme devrait justifier une quelconque loi sur la tenue empêchant ce comportement du mari autoritaire.

    Si une femme est contrainte contre son gré à porter le burkini, cela relève de la plainte pour entrave à liberté auprès de la justice. C'est exactement le cas identique si le mari l'empêche de manger tel ou tel aliment, ou l'oblige à porter le voile dans la rue, ou à ne pas regarder tel type de film, ou lire tel type de livre.

    Votre conception de la justice et de la sanction est totalement débile. Sous prétexte que certains sont contraints à ceci cela, alors il faut interdire. Donc si un gosse ou une femme sont obligés contre leur gré à bouffer des épinards, alors il faut interdire les épinards...

    Toute religion a ses divers courants et pratiques. Que des musulmanes ne portent pas le burkini n'entraine pas que d'autres devraient être contraintes de ne pas le porter alors qu'elles le souhaitent, c'est un choix qui ne dépend pas de votre petit nombril de moraliste normalisateur borné.

    "D’autres évoquent la pudeur ou la protection des UVs"

    Oui, on peut aussi évoquer le confort, car le maillot de bain classique serre le corps, d'où l'intérêt d'un vêtement ample qui ne serre pas le corps pour ceux qui ne veulent pas pratiquer le nudisme. Nager dans un vêtement ample fait d'un tissu de texture particulière peut présenter un plaisir que l'on ne trouve pas avec le maillot de bain standard.

    " mais il existe d’autres façons d’atteindre ces objectifs sans avoir recours à un vêtement au sens aussi lourd."

    In fine, pour finir votre gloubi boulga de la façon la plus tartuffe qui soit, vous préconisez donc un burkini qui ne s’appellerait pas burkini, qui aurait une coupe et une couleur définis par une norme ISO, un "burkini" normalisé made in France, un uniforme donc, comme les juifs avaient droit à une étoile jaune ?

    Il y a trois libertés fondamentales : la liberté d’opinion et de religion, celle de se vêtir à sa guise et celle d’aller et venir. Ceci ne peut dépendre des goûts et caprices de loufe-dingue de votre acabit.

    L'interdiction du bukini n'empêchera pas un mari de forcer sa femme à porter le foulard, à des rapports sexuels non souhaités et à toutes autres sortes de comportements délictueux qui relèvent de la plainte et de la procédure de divorce.

    L'interdiction du burkini revient à cacher la poussière sous le tapis concernant les musulmanes brimées qui ne souhaitent pas le porter et revient à une privation de liberté brimant celles qui souhaitent le porter.

    Cette interdiction est donc une parfaite connerie sur le plan social, constitutionnel et juridique alors qu'il existe déjà des lois applicables pour empêcher le port du burkini forcé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends bien votre argumentation.
      Mais vous êtes obligés de prendre ce ton insultant ?
      Vous manquez d'assurance en vous en rajouter en tentant ainsi d'intimider votre contradicteur ?

      Supprimer
    2. Dans votre "argumentaire" vous ne citez a aucun moment ce que signifie le port de ce vêtement qui sert à cacher la femme. (les hommes ne doivent surtout pas la regarder, vous imaginez il faut protéger sa vertu, elle n'est pas capable de le faire)
      Le burkini a une finalité contrairement à d'autres vêtements. Il sert aussi a rappeler qui est supérieur dans le couple. Les autres vêtements ont-ils ce but et cette conséquence ?
      De plus, trouvez-moi la sourate ou le prophète Muhammad préconise le port du burkini si cela est bien dans la pratique de leur religion et de ses pratiques et courant divers comme vous dites.

      Vous rappelez la plainte en cas de contrainte, mais on sait que les femmes battues ne vont pas toutes voir la police déposer plainte vu l'avenir inconnu qu'elles peuvent avoir si elles sont sans emploi ou qualification alors on subit. Ici, c'est par la loi qu'on peut faire quelque chose contre "ça"
      Évidemment, l'égalité homme-femme est imparfaite mais si on peut intervenir, mieux vaut le faire que laisser subir.

      HMS

      Supprimer
    3. La plainte...travaillant dans des milieux judiciaires et policiers, je peux vous assurer qu'il ne faut pas longtemps pour que les plaintes soient retirées...le mari tape...mais il a raison...la femme n'a pas fait ce qu'on attendait d'elle...cessez de rêver tout éveillé, ou surtout de vous cacher derrière des grands principes pour , vous, ne pas être embêté...oui ça cache la poussière sous le tapis, mais vous votre attitude aboutit à laisser la maison déguelasse, parce que brancher l'aspirateur est complexe et nécessite une longue réflexion...de toute façon le conflit entr eles communautés explosera un jour car les musulmans ne veulent pas de notre "vivre ensemble" ils veulent vivre entre eux...

      Supprimer
  3. La panique et les excès des partisans du Burkini me rappelle celles des partisans du Bremain sentant que quelquechose est en train de leur échapper.

    J'y vois un signe très encourageant.

    RépondreSupprimer
  4. "La panique et les excès des partisans du Burkini"

    Ne renversez pas les rôles, c'est vous qui paniquez au point de vous évanouir et de chier dans votre slip à la vue d'un foulard ou d'un burkini.

    Il ne s'agit pas de partisans du burkini, mais de partisans de la liberté, car en commençant avec l'interdiction du burkini ce sont d'autres libertés qui seront progressivement grignotées de façon parfaitement arbitraire et contraire aux principes démocratiques.

    Cette affaire révèle la folie et la profonde stupidité des nationalistes saucisson-pinard qui font le jeu du FN bien plus dangereux que les musulmans qui n'ont pas un parti politique avec des députés.

    Avec Herblay, on a pas un gaulliste libre, mais un gogoliste libre d'emmerder le monde avec ses interdits stupides...

    Que des débiles mentaux dans votre genre fanatisés par des imbéciles patentés comme Herblay ne le comprennent pas ne m'étonne pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liberté par l'esclavage...intéressant comme théorie...je vous rappelle cependant un principe que vous et les vôtres ont oublié...l'intérêt particulier s'arrête là où il contrarie l'intérêt général...et l'intérêt général de La Liberté, c'est de casser dans l'oeuf les manoeuvres isolées de ceux qui veulent islamiser la France...Un grand cerveau comme vous certainement hyper diplômé et chargé de fonctions de direction que les péquins que nous sommes ne peuvent pas comprendre devrait le savoir...

      Supprimer
  5. Je suis d'accord en tous points avec "Anonyme"
    Communiste je vous lis souvent avec plaisir: mais dans le cas présent vous vous égarez M. le Gaulliste Libre qui veut restreindre la liberté des autres par voie musclée (l'interdiction).
    Luttez, luttons contre les oppresseurs masculins (quand c'est avéré qu'ils sont à la source) mais j'ai fait mon sondage sur Facebook auprès de musulmanes non pratiquantes et qui vont à la plage à la façon autorisée par vous (maillot ou deux pièces?) elles c'est en bikini.
    L'une, marocaine, vit en France, l'autre est Tunisienne et vit à Monastir: la réponse est unanime:elles rigolent de notre bêtise franchouillarde (chacun s'habille à la façon qui lui plait)

    RépondreSupprimer
  6. "me rappelle celles des partisans du Bremain sentant que quelquechose est en train de leur échapper"

    Aucune panique chez ceux qui ridiculisaient le Brexit, puisque qu'ils y trouvaient une occasion de virer par la même occasion la GB de l'UE.

    Le résultat du Brexit montre que les anglais s'en mordent les doigts et en retardent l'échéance, Farage et BoJo se sont ridiculisés en prenant leurs jambes à leur cou.

    Les pro-Brexit sont définitivement ridiculisés avec leur victoire à la Pyrrhus et paniquent chaque jour de plus en plus devant l'ineptie de leur choix.

    RépondreSupprimer
  7. @LH

    Je suis d'accord avec ta position pour l'interdiction du burkini et une fermeté accrue face aux manifestations d'un intégrisme conquérant.

    Cependant, je persiste à penser que cette fermeté doit être empreinte d'une certaine compréhension des facteurs qui nourrissent cette radicalisation.

    Je persiste à penser que cette radicalisation est un symptôme d'un certain dévoiement de la libération des femmes, instrumentalisée, érotisée à outrance par le système marchand.


    Il faut donc accompagner cette fermeté vis-à-vis du rigorisme religieux d'une plus forte régulation de l'Etat vis-à-vis de l'érotisation galopante dans les médias et l'espace public.

    J'ose donc espérer qu'en parallèle de ton intransigeance vis-à-vis des vêtements islamiques, tu es aussi favorable par exemple à l'uniforme à l'école.

    Sur ce sujet, tu n'as pas répondu en tout cas.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord. Ce serait donner aux fondamentalistes des excuses. Vous parlez d'un phénomène contemporain. La vision rabaissante de la femme par certains musulmans, elle date du moyen-age.

      La lutte contre l'érotisation est effectivement une nécessité.
      Mais elle doit être traitée en parallèle, sans faire de rapprochement.

      Envoyer un message "donnant donnant" serait contreproductif

      Cordialement

      Supprimer
    2. Mais cher monsieur c'est en cours...personne ne le voit...mais pour moi qui ai connu les années 70...trouvez moi à part à Pigalle un cinéma qui projette du porno, montrez moi à la télé une série un peu érotique à des heures de grande écoute..
      Expliquez moi pourquoi une chaîne du satellite, vient de virer une ancienne star du porno, pour la remplacer par une des plus nunuches parmi nos ministres de droite?...
      La prise ne main par les bien pensants du milieu audiovisuel a tellement commencé, qu'elle satisfait pleinement certains radicaux...ouvrez les yeux...c'est déjà trop tard...vos petites filles porteront le voile...

      Supprimer
  8. JE SUIS FATIHA DAOUDI

    RépondreSupprimer
  9. " Ce que notre collègue voudrait atteindre dans la soutane, c’est le moyen qu’elle procure de se distinguer facilement des autres citoyens.
    Mais la soutane une fois supprimée, l’ingéniosité combinée des prêtres et des tailleurs aurait tôt fait de créer un vêtement nouveau pour permettre au passant de distinguer au premier coup d’œil un prêtre de tout autre citoyen.
    La commission a pensé qu’en régime de séparation la question du costume ecclésiastique ne pouvait plus se poser. La soutane devient dès le lendemain de la séparation un costume comme un autre. C’est la seule position qui nous ait paru conforme au principe même de la séparation. "
    Aristide Briand, Rapporteur de la Loi de séparation des églises et de l'Etat, 26 juin 1905.

    Je pense que des esprits autrement plus affutés qu'Herblay ont alimenté le débat depuis plus de 100 ans, mieux vaut les lire que ce nain de la réflexion qu'est Herblay.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas souvenir d'avoir entendu Laurent interdire aux imams de se promener en djellaba.

      Dommage que les musulmans étaient si peu représentés en France en 1905, nous aurions surement d'autres textes.

      Supprimer
    2. La burkini est devenue un costume ecclesiastique ?

      Et bien je savais le pape François ouvert aux autres religions, mais alors là, chapeau !

      Et les imams, vous les avez prévenus ?

      Supprimer
  10. Je n'ai pas souvenir d'avoir entendu Laurent interdire aux imams de se promener en djellaba.


    RépondreSupprimer
  11. Pourquoi permettre aux femmes d’accéder aux plages quand on peut aussi bien les opprimer en les cloîtrant à la maison ? L’argument de l’oppression bute ici sur une contradiction. Si les intégristes sont eux-aussi hostiles à ce fameux burkini, c’est bien parce que ce dernier leur permet d’accéder aux plages, à des lieux publics où l’on se dénude et donc aux autres formes de présence. Il me semble, mais on peut penser autrement, qu’autoriser le spectacle de l’hédonisme occidental n’est pas l’expression la plus virulente de l’intégrisme et parler d’oppression me paraît du coup exagéré.
    Si on y regarde de près, c’est davantage faire le jeu de ces intégristes que d’interdire les plages à toute forme d’expression de l’Islam. Car pour le coup, laisser les femmes à la maison, leur interdire le bain, l’accès au soleil, au spectacle des vacances n’est pas non plus la manière la plus efficace de promouvoir l’émancipation.
    Sujet pas si simple. Si les défenseurs du burkini n’ont pas d’argument décisif, les opposants n’en présentent pas vraiment non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne n'a dit que c'était simple. Aucun sujet de société n'est simple. Mais le statu quo est la pire des solutions. A un moment il faut trancher. Comme nous avons su le faire récemment pour le mariage pour tous.

      Supprimer
    2. Personne n'a parlé de leur interdire l'accès aux plages. Seuls les vêtements religieux le seraient. Les musulmanes pourraient toujours se couvrir de vêtements neutres (pantalon, veste...)
      Arrêtons de caricaturer en permanence au lieu de contre-argumenter sérieusement

      Supprimer
    3. Ce que veut dire Paul Emile, c'est que le Burkini permet l'accès à la plage à celles qui avant n'avaient pas d'autre choix que de rester chez elle. Et donc supprimer le burkini ne supprime pas l'oppression, elle la déplace.

      Supprimer
    4. "Pourquoi permettre aux femmes d’accéder aux plages quand on peut aussi bien les opprimer en les cloîtrant à la maison ? "

      D'après les intégristes, les femmes n'ont pas le droit de montrer autre chose que main, visage et pieds. En gros, seuls leurs mari et enfants ont le droit de voir le reste.

      Pour les femmes, la solution est soit de rester chez elles, soit de venir sur la plage toute habillée, et de se baigner ainsi.

      Le concept du burkini, c'est d'avoir une tenue habillée confortabe pour les deux situations : au sec sur la plage, et à la baignade.

      Personnellement je rejoins l'avis de Fatiha Daoudi (merci Laurent pour le lien) : il faut interdire la Burkini. Je ne reviens pas sur son argumentaire : suivez le lien, tout est dit.

      Mais alors que faire pour celles qui n'auront d'autre choix que de rester chez elles au lieu d'aller a la plage, et dont nous n'aurons pas résolu le problème ? Et bien je n'en sais rien. Mais c'est pas une raison pour se résigner à autoriser le Burkini.

      Pour répondre à cette question, nous pourrions commencer pas donner la parole aux femmes telles que Fatiha Daoui. Elles pourraient par exemple nous donner le cahier des charges d'un bon imam républicain. Tous ceux qui ne le respecteraient seraient illégaux, et mis dehors s'ils sont étrangers.

      Supprimer
  12. " les plages républicaines et laïques prétendent interdire à des citoyennes de se baigner en burkini, les mêmes n’osant par "pudeur" sans doute rappeler que les femmes juives orthodoxes portent exactement les mêmes tenues "tsnouot" modestes, souvent dans des plages "communautaires". Tant il est évident que ce n’est pas la tenue qui est visée mais celles qui la portent parce qu’elles sont musulmanes."

    http://www.ujfp.org/spip.php?article5097

    "Ces amalgames sont absurdes. Le groupe Etat islamique ou les talibans n’autoriseraient jamais le burkini. Au contraire, cette tenue est l’exemple même de la gentrification de la pratique religieuse musulmane dans l'espace occidental. Ce maillot de bain couvrant est symboliquement lié l’ascension sociale de certaines musulmanes. Le porter représente une tentative, pour des femmes, plutôt jeunes, de poser un signe religieux sur une pratique moderne, c'est-à-dire la baignade en famille."

    http://www.francetvinfo.fr/societe/religion/laicite/polemique-sur-le-burkini/pour-les-femmes-qui-le-portent-leburkiniest-un-compromis-entre-la-modernite-et-la-foi_1593515.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ces amalgames sont absurdes. Le groupe Etat islamique ou les talibans n’autoriseraient jamais le burkini."

      Ils n'autorisent pas non plus l'école pour les petites filles. Pourtant, ils nous ont menacé de mort quand on y a interdit le voile.

      Supprimer
    2. "Le porter représente une tentative, pour des femmes, plutôt jeunes, de poser un signe religieux sur une pratique moderne, c'est-à-dire la baignade en famille."

      Elles feraient bien mieux de poser une pratique moderne sur leur religion en suivant l'exemple de leurs grand-mères, qui dans les années soixante portaient le maillot de bain sur les plages de pays ou l'islam est religion d'état.

      Supprimer
    3. "il est évident que ce n’est pas la tenue qui est visée mais celles qui la portent parce qu’elles sont musulmanes."

      La loi d'interdiction du Burkini sur les plages publiques s'appliquera aussi aux tenues équivalents juives le cas échéant (jamais vu pour ma part).

      La kippa est bien évidemment déjà interdite à l'école, tout comme le voile et les grandes croix chrétiennes catholiques ou orthodoxes.

      Supprimer
  13. Je parie que nous avons toujours les mêmes deux camps et le même type d'arguments. Ceux qui sont pour sont les pro-allemands. Rien n'a bougé sauf les attentats et les agressions des islamistes qui ont un peu calmé les adorateurs de la différence.
    Rappelons encore que l'enjeu fondamental sera de résister au racisme allemand. L'islamophobie et le racisme montent dans les pays différentialistes. L'un des critères est simple, le très faible taux de mariages mixtes. L'Allemagne suit avec retard en raison de son passé mais cela émergera un jour.

    RépondreSupprimer
  14. Ce qui apparaît superficiel dans l'affaire burkini ne l'est pas.

    La liberté de culte devrait -ô sacrilège- être relativisé face à l'inscription en droit sans excès mais réellement en droit de droits précis tenant compte en complément de la souveraineté nationale des conditions sociales tenues pour évoluées en 2016-2025.

    Les principes politiques qui organisent des démocraties et l'État refusent sous prétexte de sectes ou religions par -liberté de CULTE en DÉRIVE- permettre le retour futur en probabilité d'une conversion de masse à un fondamentalisme à un droit fondé sur le premier degré: tu vole: tu es amputé, tu commet l'adultère: tu es lapidée femme, sous nombre causes: t es fouetté humain ou tué sous torture.

    Le droit de l'Arabie Saoudite nourri insidieusement par des milliards de subventions pour le salafisme n'a pas à commencer à se voir en émergence en France et en occident ni dans le monde d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  15. Il y a beaucoup de chose qui son juste dans votre texte notamment l'hypocrisie de certains élus qui ont planqué leurs enfants aux USA (moins de 1% de musulmans) comme la Goulet et se fichent de l'avenir de la France. Par contre vous croyez que c'est ça le débat fondamentale ? Quant est-ce qu'on parlera d'immigration et de l'avenir démographique de la France ? Encore cet année les nombres de naissances baisse tandis que celle des femmes étrangères en particulier venant des pays du maghreb ne cessent d'augmenter, on était à 8% pour les seules étrangères maghrébines en 2014. Comme le dit très justement Malika Sorel, comment pouvoir intégrer ces populations qui viennent de pays où il y a un retour aux sources à une religiosité poussée ? je ne suis pas sûr que ce soit en posant tout le temps de plus en plus d'interdits sur le voile, burkini est autres vêtements qu'il faut bien sûr dénoncer idéologiquement mais il faut tenir aussi compte du fait qu'on ne peut pas interdire le burkini au nom de la laïcité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Encore cette année le nombre de naissances baisse tandis que celle des femmes étrangères en particulier venant des pays du maghreb ne cessent d'augmenter, on était à 8% pour les seules étrangères maghrébines en 2014."

      En effet, mais inutile d'expliquer cela à Herblay : il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, or lui a décidé une fois pour toutes que le seul et unique problème de la France c'est le FN.

      Il va se retrouver en djellaba sans même avoir compris ce qui lui arrivait.

      Un portrait de l'INSEE pour 2006-2008, ce qui est déjà un peu loin :

      http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FPORSOC11d_VE22Immig.pdf

      page 4, tableau de bas de page, on est à 16% des naissances ayant au moins un grand-parent immigré originaire du Maghreb (hors pieds-noirs, donc). Il faut y ajouter une partie des naissance d'Afrique et d'Asie, et celles-ci sont dans des ordres de grandeur comparables d'après le graphique page 5.

      Tout ça va mal finir, à l'évidence.

      Supprimer
    2. Notez que c'est bien une situation propre à la France ; au Royaume-Uni, autre pays ayant choisi une forte immigration, le pourcentage de musulmans dans les naissances serait de 9% :

      http://www.dailymail.co.uk/news/article-2536930/One-ten-babies-England-Muslim-Those-practising-religion-soon-outnumber-actively-worshipping-Christians.html

      qui est pourtant considéré comme "a startling figure" :

      "‘It certainly is a startling figure,’ said David Coleman, Professor of Demography at the University of Oxford. ‘We have had substantial immigration of Muslims for a long time.

      ‘Continuing immigration from Pakistan, Bangladesh and India has been added to by new immigration from African countries and from the Middle East. Birth rates of Muslims of Pakistani and Bangladeshi origin remain quite high, although falling. There seem to be very low levels of falling away from religion among Muslims.’"

      Heureusement pour eux, la plupart des pays d'Europe n'auront pas commis cette erreur.

      Supprimer
    3. Ces chiffres sur la démographie, c'est aux musulmans qu'il faut les expliquer. Espérant qu'ils comprennent que c'est dans leur intérêt de s'adapter à nos modes de vie.

      Sinon ça va péter. Comme en Algérie, mais dans l'autre sens. Avec la même issue : victoire pour les locaux, retour au pays d'origine des familles ayant cru pouvoir imposer leur vision. Quelle ironie ... des pieds noirs dans l'autre sens ...

      Supprimer
    4. Ah bon ? A près de 30% de la population de minorités extra-européennes, plus tous les gens d'extrême-gauche, plus les idiots utiles comme Herblay, vous vous imaginez que vous pourrez les faire repartir ou même leur faire adopter les normes que vous considérez comme souhaitable ?

      Chaque année, 100 000 migrants de plus d'Afrique. Mais attention, Herblay veille : le problème, c'est le FN. Rien d'autre.

      Supprimer
    5. Et bien oui. Il suffit de construire des plus grands bateaux.

      Supprimer
    6. Mais arrêtez vos rodomontades ridicules.

      C'est aussi avec ce genre d'auto-aveuglement que les gens ont laissé les choses aller au fil de l'eau.

      Je répète les données :
      - 30% de minorités visibles dans les jeunes générations, depuis au moins 10 ans
      - pour les seuls musulmans, 7% de la population totale
      - l'extrême-gauche, les verts, le PS, les centristes et les pseudo-gaullistes à la Herblay ne veulent pas changer de politique migratoire (le dernier prétend qu'il le veut, mais n'envisage pas de s'allier avec un parti de 20% des voix sur cette ligne sous des prétextes farfelus, ce qui revient exactement au même).

      Les choses ne changeront pas, et d'ici 20 ans au plus, la masse électorale sera telle qu'ils seront en mesure de faire passer à peu près ce qu'ils veulent : ils pourront jouer le rôle d'arbitre dans les élections, donc tout le monde leur fera les yeux doux.

      20 ans, ça vient vite. Il y a 20 ans, nous étions en 1996, où étiez-vous à l'époque ? Est-ce si loin ? Dans 20 ans, vous l'aurez dans le c*l, définitivement. Et il ne se passera probablement rien d'ici là.

      Supprimer
    7. J'ai trouvé : vous êtes chauffeur de taxi !

      Lisez les papiers de Laurent sur Uber. Mais oui, c'est votre ami !

      Supprimer
  16. Un(e) bon(ne) musulman(e) doit imiter Mahomet, or ni Mahomet ni ses nombreuses épouses, concubines et esclaves n'ont jamais été à la plage

    RépondreSupprimer
  17. Le tribunal administratif de Nice vient de rendre son jugement :

     « Même si certaines femmes de confession musulmane déclarent porter, selon leur bon gré, le vêtement dit “burkini”, pour afficher simplement leur religiosité, ce dernier, qui a pour objet de ne pas exposer le corps de la femme (...) peut également être analysé comme l'expression d'un effacement de celle-ci et un abaissement de sa place qui n'est pas conforme à son statut dans une société démocratique »

    Prenons une bière, installons nous confortablement, et attendons les réactions déchainées des partisans de la Burkini qui nous traitaient de fascistes hors la loi. On va bien se marrer.

    RépondreSupprimer
  18. @ Anonyme 8h30

    Non, ce n’est pas assez, car ce sont les femmes qui sont les premières visées et c’est, pour moi, le premier argument à opposer au burkini. Il y a quand même une marge entre le refus du burkini et la discrimination positive pour les minorités visibles, non ?

    @ Anonyme 9h46 & 10h33

    Oui, mais il y a des tenues de travail souvent, et on peut considérer que la soutane est celle de ceux qui consacrent leur vie à la religion. Le burkini est différent car il vise toutes les musulmanes. Justement, les signes d’appartenance sont très réglementés en France : le voile, à l’école ou dans la fonction publique, ou la burka…

    La liberté de se vêtir des femmes, c’est justement ce que vise le burkini, je vous signale. Et je suis d’accord pour dire qu’il faut mener le combat sur toutes les entraves aux libertés des femmes musulmanes.

    Faire du burkini un étendard de la liberté, quelle perversion de la pensée, aussi sincère cela soit-il !

    @ TeoNeo & HMS

    Merci

    @ Gilleron B

    Interdire le burkini, ce n’est pas une grosse contrainte à la liberté des autres étant donné le nombre limité d’utilisateurs de cette « innovation » du 21ème siècle…

    @ Jauresist

    Bien d’accord sur l’attitude. Non seulement, il faut de l’empathie pour les Français musulmans, mais aussi davantage contrôler certains excès publicitaires ou médiatiques (ce que j’ai fait sur la question des mannequins trop maigres, peut inspirer un meilleur contrôle de l’érotisation excessive de certains films ou communications – voir le relâchement excessif des normes pour le cinéma, où un film interdit aux moins de 12 ans équivaut presque à une interdiction aux moins de 18 ans d’il y a 30 ans). Après, il ne faudrait en effet pas lié les deux.

    L’uniforme à l’école me semble plutôt une bonne idée, même si c’est un sujet sur lequel je n’ai pas encore suffisamment réfléchi.

    @ Anonymes qui ont pris ma défense

    Merci

    @ Paul Emile

    Aucun des deux (l’interdiction de la plage comme l’obligation du port du burkini) ne sont acceptables en France. Accepter le second comme un moindre mal du premier revient à s’accomoder avec les islamistes. Aucune contradiction ici, mais une pente dangereuse de votre côté (comment juger le moment où il faut dire non ?). Sur la plage, il y a des types différents de maillot, plus ou moins pudique, et il est toujours possible de garder une partie de ses vêtements.

    @ Anonyme 21h09, 21h15, 22h45

    Merci

    @ Anonyme 14h04

    Ce que vous appelez gentrification, c’est un retour en arrière pour de nombreux pays musulmans où le port de maillots de type occidentaux était courant dans les années 1970…

    @ Fiorino & co

    Sur la démographie, j’essaierai de revenir sur le sujet dans un papier, mais cela prendra quelques jours pour bien le faire. Un point me gêne fortement dans le commentaire de 5h32 : il n’est pas juste de considérer les 16% d’enfants dont un des grands-parents est d’origine du Maghreb comme un tout. C’est un raisonnement aux relents assez nauséabonds. En revanche, les chiffres de l’INSEE sont les bienvenus car en l’absence de chiffres officiels, nous avons droit à n’importe quoi (la fameuse drépanocytose)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité il y a une enquête de l'INED de Tribalat qui montre que 20% naissances ont au moins un grand parents français. En ce qui concerne l'Insee vous le pouvez trouver ici. Mais elle ne concernent que les enfants nées de mère etrangère. Vous pouvez telecharger les ficher XLS et vous avez les nationalités.
      http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=0&ref_id=ir-irsocsd20141

      Supprimer
    2. " il n’est pas juste de considérer les 16% d’enfants dont un des grands-parents est d’origine du Maghreb comme un tout. C’est un raisonnement aux relents assez nauséabonds."

      Nauséabond ?

      Avez-vous entendu parler du regroupement familial et de ses effets ?

      Ce sont pour beaucoup des naturalisés qui se trouvent un époux ou une épouse au pays. (Un exemple récent : le gars venu de Tunisie (en pleine période de chômage de masse) qui a commis un attentat le 14 juillet par exemple.)

      Et même ceux qui se seraient mariés hors regroupement familial seront moins enclins que d'autres à arrêter l'immigration venu de ces pays, donc avec eux les choses se passeront comme le décrit Manent ici :

      http://www.atlantico.fr/decryptage/nus-face-au-terrorisme-comment-europe-pourrait-se-rearmer-moralement-et-ideologiquement-reponse-pierre-manent-2784672.html
      "l faut le souligner : la question musulmane serait un problème majeur pour l’Europe même si le phénomène terroriste nous était épargné. Pourquoi ? L’Europe est un concert de nations démocratiques, c’est-à-dire de corps politiques qui réclament une grande homogénéité sociale et une éducation commune très poussée. L’islam, par ses mœurs et l’ensemble de ses habitus, est très hétérogène et il est installé puissamment en Europe. Ainsi l’Europe subit-elle une hétérogénéité intérieure inédite et contraire à sa nature sociale et morale. Depuis trente ans, elle a préféré faire comme si cette hétérogénéité n’en était pas une, comme si l’islam n’était pas un problème, comme si en somme les musulmans n’existaient pas : le seul problème c’est l’islamophobie, il faut éduquer les petits Français à la diversité, etc. Ces illusions sont aujourd'hui largement dissipées, mais croît en même temps la crainte qu’il ne soit déjà trop tard. La continuité géographique et les flux de populations sont tels entre le monde arabo-musulman et l’Europe, spécialement la France, l’influence des pays du Maghreb sur les musulmans français, de la Turquie sur les Allemands d’origine turque et les Turcs vivant en Allemagne, les nations européennes ont si complètement renoncé à exercer la souveraineté dont elles sont encore constitutionnellement dotées, que l’avenir le plus probable est la formation d’une vaste zone euro-méditerranéenne où les populations musulmanes et les autres s’entremêlent sans se réunir et vivent dans une méfiance réciproque croissante et un désordre des affects et des idées qui rendront impossible une vie commune tant soit peu satisfaisante pour les uns et les autres.

      La seule issue positive réclamerait d’écarter fermement le rêve d’une euro-méditerranée sans frontières, et de nationaliser effectivement l’islam de France en l’incitant ou le forçant à prendre son indépendance par rapport aux pays arabo-musulmans. Il faudrait pour cela que le désir d’indépendance soit partagé par l’ensemble des Français."

      Supprimer
  19. "Oui, mais il y a des tenues de travail souvent, et on peut considérer que la soutane est celle de ceux qui consacrent leur vie à la religion. Le burkini est différent car il vise toutes les musulmanes."

    Au regard de la laïcité, il n'y a pas de différence entre un religieux et un fidèle. La laïcité n'a pas pour rôle d'établir des classifications qui relèvent des décisions internes aux religions.

    Le burkini ne vise pas toutes les musulmanes, car de nombreuses musulmanes ne le portent pas. Le burkini est un choix, aucunement une obligation car les interprétations de l'islam sont diverses comme celles du christianisme. Il n'y a ni pape du christianisme, ni pape de l'islam !

    "Justement, les signes d’appartenance sont très réglementés en France : le voile, à l’école ou dans la fonction publique, ou la burka…"

    Pas dans les lieux publics, le voile est autorisé, rentrez vous ca dans le crâne !

    "La liberté de se vêtir des femmes, c’est justement ce que vise le burkini, je vous signale. Et je suis d’accord pour dire qu’il faut mener le combat sur toutes les entraves aux libertés des femmes musulmanes."

    Donc, vous voulez interdire le burkini et le choix des musulmanes qui font le choix de le porter au nom de la liberté des femmes => vous êtes totalement crétin, bon pour la camisole de force.

    "Il ne va pas de soi que l’on puisse interdire le burkini au nom de la dignité de la personne humaine et/ou d’une défense abstraite de l’égalité des sexes. Car si l’on admet avec le juriste Emmanuel Dreyer que «la dignité humaine, ce qui fait de l’homme un être vivant distinct de tous les autres, c’est son aptitude à comprendre et à vouloir ce qu’il fait», il faut convenir qu’il est assez paradoxal d’invoquer la notion de dignité humaine pour protéger une personne contre elle-même, comme si elle n’était pas suffisamment responsable pour être absolument libre de ses choix dès lors qu’ils ne portent pas directement préjudice à autrui."

    http://www.slate.fr/story/122505/guerre-terrorisme-chasse-burkini

    RépondreSupprimer
  20. "il y a des tenues de travail souvent, et on peut considérer que la soutane est celle de ceux qui consacrent leur vie à la religion."

    Moine ou nonne ne sont ni un travail, ni une profession, vous racontez vraiment n'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  21. Jeudi 25 août 2016 :

    Camp d'été décolonial interdit aux « blancs » : quand l'antiracisme verse dans le racisme.

    FIGAROVOX. - Un camp d'été décolonial se tient du 25 au 28 août 2016 dans un centre de séjour à Reims. Les organisatrices expliquent que celui-ci s'adresse aux victimes du « racisme structurel » et qu'il exclut dès lors les personnes blanches. L'antiracisme est-il devenu raciste ?

    LAURENT BOUVET. - Il y a une forme de racisme en effet dans cette exclusion puisqu'elle s'appuie non pas sur les idées ou les comportements de ceux qui sont exclus mais sur une de leurs caractéristiques physiques, la couleur de leur peau.
    Ce qui soulève, comme toujours en pareil cas, bien des questions : à partir de quel moment est-on «blanc» ou «noir» ? Quid du métissage, dont il faut rappeler, inlassablement, qu'il est la preuve même de l'inexistence des «races humaines» ? Comment justifier qu'on lutte contre une discrimination, raciale en l'occurrence, en provoquant un même type de discrimination à son tour ?
    Bref, il y a là beaucoup de cynisme, de manipulation et, reconnaissons-le, un sens aigu de la communication de la part des organisateurs de cette manifestation qui sans cette publicité n'aurait eu aucun écho.
    J'ajouterai que combattre le racisme mérite mieux que ça, et que ce doit être l'affaire de tous, sans aucune distinction. C'est une garantie non seulement de légitimité de ce combat mais encore d'efficacité. Supposer que, parce qu'on a telle ou telle couleur de peau ou parce que l'on vit des expériences différentes, on ne pourrait pas partager les mêmes valeurs et mener un combat commun, c'est réduire l'humanité de l'Homme, c'est l'abaisser.

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/24/31001-20160824ARTFIG00298-camp-d-ete-decolonial-interdit-aux-blancs-quand-l-antiracisme-verse-dans-le-racisme.php

    RépondreSupprimer
  22. Jeudi 25 août 2016 :

    Une majorité de Français (64 %) opposée au port du burkini sur les plages.

    INFOGRAPHIE - Un sondage de l'Ifop pour Le Figaro montre que 64 % des Français rejettent le burkini.

    Une nette majorité de Français (64 %) est opposée au port du burkini sur les plages, selon un sondage mené par l'Ifop pour Le Figaro auprès d'un échantillon représentatif de 1001 Français entre le 22 et le 24 août.

    Les autres personnes interrogées se disent indifférentes (30 %), seulement 6 % d'entre elles s'affichant favorables.

    Dans le détail :

    52 % des sympathisants du Parti Socialiste sont opposés au port du burkini sur les plages.

    62 % des sympathisants du Front de Gauche sont opposés au port du burkini sur les plages.

    76 % des sympathisants Les Républicains sont opposés au port du burkini sur les plages.

    86 % des sympathisants du Front National sont opposés au port du burkini sur les plages.

    https://www.youtube.com/watch?v=iKYSBwegbqA

    RépondreSupprimer
  23. BA25 août 2016 à 14:07

    Donc si 51% d'un sondage sont pour la peine de mort, on applique la peine de mort ?

    BA, tu es un abruti complet qui se chie dans le froc en permanence, un gros con qui ferait mieux de fermer sa grande gueule.

    RépondreSupprimer
  24. La manifestation organisée à Leucate par le NPA pour soutenir le burkini, montre bien à quel point l'idéologie a remplacé chez ces gens l'intelligence...
    Quant aux 30 qui s'en fichent soyons clairs ils sont la frange la plus dangereuse de notre opinion publique, car raisonnant selon un seul credo "ne m'obligez pas à prendre partie, moi j'ai mon business et il n'y a que ça qui m'intéresse"...Des collabos en devenir...

    RépondreSupprimer