mardi 17 janvier 2017

Le faux succès des primaires et la déroute annoncée de François Fillon (1/2) (billet invité)




Comme lors de primaires socialistes de 2007 et 2012, médias et partis politiques y sont allés de cœur pour célébrer le succès des primaires de la « droite et du centre ».

Bien peu ont dénoncé la pensée simpliste qui consiste à croire que le  vote suffit à fonder la démocratie (quels grands démocrates alors que tous ces potentats élus à coup de 90% des suffrages !) alors que c’est le citoyen qui fonde la démocratie. Et qu’en conséquence, le vote ne peut être démocratique si le corps électoral n’est pas clairement défini (avec donc un « dedans » et un « dehors », ceux qui en font partie et ceux qui n’en font pas), ce que l’on a clairement vu avec ces primaires de novembre et le jeu trouble, ou pour le moins suspect, joué par les « sympathisants » de gauche et du Front national qui se sont rendus aux urnes des « Républicains » et affidés.

Autre élément également peu relevé : la formidable machine à éliminer les voix dissidentes qu’est le processus des primaires, que ces voix soient à l’intérieur du parti (M. Guaino pour Les « Républicains », M. Filoche pour le parti « socialiste »), ou à l’extérieur (tout élément extérieur au parti mais sur une ligne politique supposée proche étant, au nom de « l’unité » - voire du « Front républicain » -, sommé de se taire ou de se rallier au principe des primaires, desquelles il peut très bien finalement se faire éjecter comme ce fut le cas pour M. Larrouturou). Enfin, le système des primaires suppose qu’il existerait un ensemble, plus ou moins figé, d’électeurs qui seraient irrémédiablement de « la droite et du centre ». En gros, un « peuple de droite », comme il existerait un « peuple de gauche » (personne ne semblant encore avoir l’audace de mentionner l’existence d’un « peuple du FN »). Et donc, de fait plus de « peuple français », soit une négation complète de la République (qui suppose l’unité et l’unicité des membres de la Cité) d’une part et de la démocratie d’autre part (puisque les citoyens seraient cantonnés à une posture idéologique déterminée par des apparatchiks de partis, sans y changer). Ajoutons en outre que le principe même des primaires à l’intérieur d’une même « famille » politique consiste bien davantage à désigner un individu-candidat qu’à former un programme politique collectif (sur ce point la convergence idéologique des candidats à la primaire « de la droite et du centre » était flagrante), autre déni de démocratie qui vise à interdire au citoyen la participation effective à la politique qui sera conduite pourtant en son nom.

La deuxième escroquerie consiste à présenter les primaires comme une source de légitimité et de rassemblement dès lors qu’elles déplacent quelques millions de votants. Or, avec ses 4,3 millions de votants, la primaire de « la droite et du centre » n’a déplacé même pas 10% du corps électoral (9,3% pour être précis[i]). Et si l’on prend en compte les électeurs de la « droite et du centre » - ou supposés tels – ceux-ci regroupaient au premier tour des présidentielles de 2012 (Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan) 13,7 millions d’électeurs. Ce qui signifie donc que la primaire de la « droite et du centre » n’a réussi à déplacer même pas un électeur « de droite et du centre » sur trois (et même pas un sur deux si l’on ne prend en compte que les suffrages recueillis par Nicolas Sarkozy). Vraiment pas de quoi pavoiser !

A suivre : la déroute annoncée de François Fillon (jeudi)



[i] En prenant comme base le nombre d’inscrits à la présidentielle de 2012, ce qui ne représente pas la totalité d’un corps électoral qui en outre a cru numériquement depuis 2012.

12 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Sur l'escroquerie des primaires, je suis bien d'accord.
    Sur la déroute annoncée de Fillon, j'aimerais que vous ayez raison mais ça me semble prématuré de faire cette prédiction aujourd'hui. Et puis, si Fillon perd, c'est Macron qui gagne... Je ne vois pas d'autre alternative pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une foule d'alternatives, d'autant plus que nous ne connaissons pas tous les candidats. Je rejoins amplement Laurent sur son analyse du cas Macron : c'est une bulle médiatique qui ne parviendra jamais à fédérer les classes populaires, ni même les classes moyennes.
      En fait, à peu près tout est possible, y compris des hypothèses peu réjouissantes telles qu'une 2nd tour Mélenchon-Le Pen (hypothèse que je trouve comme l'une des plus probables à heure actuelle)

      Supprimer
  3. Ces primaires sont totalement contraires à l'esprit de la 5°...une sorte d'oligarchie choisit en effet un candidat pour le compte des millions d'électeurs et leur impose son choix...cela n'a plus rien de démocratique , mais correspond bien à la vision du microcosme "le peuple est capable de tout" donc, ça y est à défaut de supprimer le peuple, ils suppriment le choix du peuple...

    RépondreSupprimer
  4. Je me pose la question de savoir si en fait les primaires que l'on présente comme un système transparent, une démocratie directe etc etc n'est pas en fait tout le contraire ? Pourquoi ne pourrait-il pas y avoir 7 prétendants de droite et 7 prétendants ou plus ou moins pour l'élection présidentielle ? L'écrémage se faisant via l'obtention des 500 ou pas ! Certains et certaines ne se reconnaissent pas en F. Fillon (surtout depuis qu'il s'est posé comme un disciple du thatchérisme...même à droite, beaucoup s'étouffent). A gauche, E. Macron semble rassembler alors que les candidats à la primaire sont plutôt fades et ennuyeux (quand ils ne se trimbalent pas avec le bilan du quinquennat finissant). Car il n'y a pas une gauche ou une droite mais bien des gauches et des droites comme il y a des centres, des gauches de la gauche, des droites dures et décomplexées, des extrêmes droite. Mais bon... que voulez-vous ? c'est l'ère de l'aseptisé, de l'homogène , du consensus ma pauvre Lucette !
    Merci pour ce billet très intéressant
    Bonne journée
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  5. De manière plus crue : Fillon a voulu séduire les retraités égoïstes qui le sont depuis leurs 58 ans mais veulent 70 ans pour les autres. Il a voulu séduire les conservateurs de la Côte-d'Azur à coups d'uniforme à l'école et de retour du service militaire. Il a racolé les DRH et les "managers" à la con en proposant un programme néolibéral. Et il a dit qu'il serait inflexible.

    Eh bien maintenant, c'est coincé pour élargir. Juppé était plus vieux mais moins ringard, il aurait eu plus de chances.

    Ils sont pris au propre piège de leurs primaires et, franchement, on ne va pas les plaindre. Le PS devrait disparaître comme de l'huile, dixit Mélenchon, mais j'espère aussi la disparition des Ripoux-Blicains...

    RépondreSupprimer
  6. "des 500 SIGNATURES ou pas " c'est plus compréhensible comme cela :-)
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  7. Fillon, comme Macron, sont des mondialistes partisans du libre échange généralisé et ils résument cela en se déclarant "européens"
    Trump, Président des Etats Unis,pays qui a fabriqué ce qu'on appelle l'Europe, vient de les lâcher en rase-campagne. Situation interessante car cette prétendue Europe, aux contours indéfinis, car telle était la volonté de ses véritables créateurs, qui avaient mis en place le système "OTAN + UE", va devoir maintenant montrer qu'elle existe par elle-même. Totalement illusoire, car non créée dans cette optique.
    Ils vont s'agiter dans tous les sens, mais cela restera vain. Le seul élément qui, comme disait de Gaulle, aurait pu remplir le rôle "d'agent fédérateur" vient de déclarer forfait. Le Brexit achévera la destruction, probablement accélérée par d'autres départs. Marine Le Pen va pouvoir jouer gagnante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'oligarchie européenne a perdu son maître : elle se comporte comme un canard sans tête et panique.

      c'est le moment rêvé, pour les Peuples, de s'en débarrasser...

      Supprimer
  8. Pour l'instant les primaires de la "droite et du centre" et de la "gauche" font le jeu de Macron, qui n'est soit disant ni de droite ni de gauche et qui ne parle jamais du centre. Il arrive à être nulle part et partout à la fois, et tout cela sans programme, chapeau l'artiste !

    Si le même Macron venait à l'emporter, le concept même des primaires en France pourrait avoir du plomb dans l'aile et les mines déconfites du lendemain de l'élection ainsi que les commentaires et les prises de position des uns et des autres pourraient avoir une certaine saveur.

    Macron ou la version française de "l'illusionniste" ou de "insaisissable"...

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  9. @ Axel

    Très juste et gaullien

    @ Sylvie

    Tristement juste. Bonne soirée à vous

    @ Rodolphe

    On peut avoir de grosses surprises, mais lesquelles ?

    @ Jacko

    J’en viens à relativiser mon jugement sur la bulle…

    RépondreSupprimer
  10. Record historique battu !

    Pour empêcher l'effondrement total du système européen, la Banque Centrale Européenne a été obligée de racheter 24,7 milliards d'euros en une semaine !

    Vous avez bien lu : 24,7 milliards d'euros en une semaine !

    Pour empêcher l'effondrement total du système européen, la BCE est obligée de racheter :

    - des obligations d'Etat pourries, qui n'ont plus aucune valeur,

    - et aussi des obligations d'entreprise, dont la valeur dépend de la soi-disant « croissance économique », qui ne cesse de baisser en Europe.

    Problème :

    1- Les pays membres de la zone euro sont en faillite, et ils ne pourront jamais rembourser leur dette publique.

    2- A part en Allemagne, les entreprises privées de la zone euro ne connaissent pas la soi-disant « croissance économique », qui aurait dû créer des millions d'emplois dans la zone euro. Rappelez-vous des promesses qu'on nous avait faites au moment de la création de l'euro.

    3- Toute la zone euro est en faillite, et il n'y a plus que la Banque Centrale Européenne pour empêcher l'effondrement du système.

    4- Malheureusement, une banque centrale n'a jamais pu, ne peut pas, et ne pourra jamais empêcher une crise financière. Lors de la prochaine crise financière, c'est toute la zone euro qui explosera, et sa banque centrale explosera avec elle.

    Lundi 16 janvier 2017 :

    La BCE a acheté pour 24,7 milliards d'euros d'actifs en une semaine, un record.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-bce-a-achete-pour-24-7-milliards-d-euros-d-actifs-en-une-semaine-un-record-3171a89d1668028ae8b5e02891fdf5fe

    RépondreSupprimer