dimanche 31 décembre 2017

Immigration, école, économie : après le PS, Macron veut en finir avec LR

Un gouvernement qui supprime l’ISF, baisse de 30% l’impôt sur les sociétés, démantèlement du droit du travail, privatisation d’Aéroport de Paris, contrôle des chômeurs : sur les questions économiques, il est acquis que Macron mène une politique de droite. Mais sur les questions d’éducation et d’immigration, il ne laisse pas beaucoup d’espace non plus à Laurent Wauquiez et aux Républicains…


Une stratégie d’asphyxie politique

Mais que va-t-il rester au nouveau président de LR ? Sur l’économie, il est tout de même difficile de faire plus à droite que le gouvernement actuel. Déjà, François Hollande avait débordé son prédécesseur par la droite sur bien des sujets, comme la baisse des impôts pour les entreprises ou le démantèlement du droit du travail, osant même tenir les promesses que Sarkozy n’avait pas osées tenir, sur le travail du dimanche notamment. Macron déborde de nouveau son ancien mentor par la droite sur bien des sujets, fiscalité, droit du travail : dix ans après, la politique économiques de Sarkozy semble presque prudente et modérée par rapport aux politiques menées par ceux qui lui ont succédé.

Après les innombrables mesures du début de mandat, décembre nous a réservé deux nouvelles annonces dignes de la droite la plus dogmatique. Le gouvernement a ainsi annoncé avoir confié le dossier de la vente d’Aéroports De Paris à Merill Lynch, pas même une banque française… Pourtant, il est ridicule de privatiser un tel monopole de service public. Et pour Noël, la majorité vient d’annoncer le énième plan de durcissement des sanctions pour les chômeurs. Avec plus de six millions de demandeurs d’emplois, et toutes les enquêtes qui montrent que la fraude aux allocations est bien moins importante que la fraude fiscale des entreprises, difficile de ne pas y voir un clair agenda idéologique.

Mais Macron ne se contente pas des sujets économiques. On peut voir dans la séquence de Jean-Michel Blanquer de début décembre une vaste offensive sur un sujet majeur de société. Et entre la promotion de l’uniforme, l’interdiction possible des portables pour la rentrée prochaine et le refus exprimé que les mères voilées accompagnent les enfants, toutes les prises de position du ministre de l’éducation vont dans le sens de l’électorat de droite, quitte à prendre à rebrousse-poil les idées d’une partie non négligeable de la gauche. Paradoxalement, peu de commentateurs semblent avoir vu le travail que fait le ministre en direction de l’électorat de droite pour le président de la République.

La dernière initiative n’est pas la moins audacieuse puisqu’elle porte sur l’immigration, un sujet sur lequel on ne l’attendait pas tellement. Le projet de loi de Gérard Collomb sur l’immigration fait polémiques : pour Benoît Hamon, « ce que fait Macron, Sarkozy n’a même pas osé le faire ». Dans le FigaroVox, Elisabeth Lévy note aussi qu’il va plus loin que ses prédécesseurs et en livre une interprétation intéressante, à savoir que Macron suit simplement l’opinion publique, sans se soucier de la bien-pensance de certains. On peut ajouter que ces critiques servent sans doute le but du locataire de l’Elysée, légitimant son choix, jusque dans les bastions de l’électorat de droite comme le Figaro


11 commentaires:

  1. Pour lutter contre Macron , il faut arrêter de croire au veau d'or et replacer l'économie la ou elle doit être , au service de la société et non la société au service de l'économie .
    Il est important de reparler de planification et le parti qui le fera pourra lutter contre cette affreu président.
    Mélanchon est le seul qui en a parlé pendent la campagne présidentiel et a fait un score intéressant , mais il c'est malheureusement perdu depuis sur des sujets qui n’intéressent que les gauchistes et tellement facilement attaquables par les médias au ordres de nos très chère oligarque.
    Je ne suis pas aussi optimiste que vous sur le ministre de l'éducation . J'aimerai une école public républicaine forte qui forme avant tout des citoyens libre alors que l'objectif de se mandat reste avant tout de former des soldat du capitalisme .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour résumer , mélanchon se trompe en pensant que les socialistes sont libéraux de moeurs (et je parle pas de sa base que j'ai malheureusement fréquenté) plus proche du NPA .
      Et Wauquiez se trompe s'il pense qu'il peu trouvé une majorité avec des conservateurs sociétaux .
      Ces deux oppositions ne feront pas peur au libéral-libertaire oligarque qui n'auront aucun mal de contenir cette opposition.
      Cgrotex

      Supprimer
  2. Juste un partage d'expérience (que je n'applique pas au reste de la terre) : Chef d'entreprise d'architecture d'intérieur, décoration et agencement intérieur, entreprise que j'ai crée il y a 19 ans,au début seul aujourd'hui 27 CDI temps plein et temps partiel, apprentis, personnes en réinsertion (sortie de prison). En 7 ans, 4 création d'emplois. 2 emplois à temps partiel: un architecte d'intérieur et une employée administrative. Le temps partiel consenti : l'architecte d'intérieur est un artiste qui a son atelier ne pouvant pas vivre de sa production artistique. Néanmoins, il veut pouvoir consacrer une partie de son temps à sa vie artistique donc conclusion un CDI de 3 jours. L'autre CDI à temps partiel, je l'ai conclu avec une dame qui a 5 enfants mais qui ne désirait pas rester à la maison exclusivement pour ne pas se couper du monde du travail et avoir 2 jours dans la semaine pour les enfants.
    .../...

    RépondreSupprimer
  3. .../...

    Les 2 autres CDI à temps plein : un(e) employé(e) logisticien(ne) et un(e) responsable de gestion. Pour ces 2 emplois : l'employé logisticien est payé le SMIC sur le marché du travail, je propose un salaire de 1500 euros net (1ère tranche du salaire médian) et l'autre poste salaire net 3375 euros sachant que pour un poste équivalent un homme est payé en moyenne 3600 et une femme 2990 euros.En plus: épargne salariale, mutuelle remboursant les 3 jours de carence en cas d'arrêt maladie et fait du sur-remboursement si le(la) conjoint(e) a une mutuelle qui ne rembourse pas en totalité et puis d'autres avantages, lundi de pentecôte donné aux salariés (pas de retrait d'une RTT ou d'un CA), une forme de comité d'entreprise (je dis bien une forme car nous ne sommes pas 50) qui permet de mutualiser des tarifs pour les loisirs etc etc... Pour l'employé(e) logisticien et le(la) responsable de gestion, très confiant je me suis adressé à Pôle emploi (expériences positives dans le passé notamment au début de mon entreprise mais je marche beaucoup à la petite annonce et le bouche à oreille ou le tissu associatif).Tout confondu j'ai rencontré 17 personnes : 7 responsables et 10 employé(e)s. Je n'en ai recruté aucun !!!!!!!!!!!! Pour les raisons suivantes :
    - pour le logisticien : 5 personnes sont venues uniquement pour avoir leur coup de tampon comme quoi ils ont bien passé l'entretien, le reste ne les intéressait pas : ni le poste, ni le salaire, ni les conditions. Rien ! 3 m'ont quand même directement dit qu'ils avaient encore de la marge avant la diminution drastique puis la fin de leurs droits. Donc ils venaient juste car obligés par Pôle Emploi. 1 autre (je vous jure que c'est vrai) m'a fait un calcul rapido sur le coin de la table : non car je vais payer des impôts et perdre des aides sociales. 1 autre: bah du coup...plus de RSA donc plus d'autres prestations sociales. Les 3 finalistes : une m'a téléphoné pour me dire que bon...au final c'est trop dur comme travail. Un autre ne s'est pas présenté au dernier entretien et le dernier a préféré aller faire la saison d'été en Espagne (pourquoi pas).
    - le poste de responsable : une voulait le poste a temps plein avec salaire à temps plein mais ne pas travailler le mercredi (pas possible), quatre : juste avoir le coup de tampon pour présenter à Pôle emploi, et les 2 derniers n'ont pas donné suite : un passait des entretiens en attendant que Pôle emploi puisse lui payer sa formation à la préparation aux concours de l'administration (ce qu'il a obtenu pendant le processus de recrutement dans mon entreprise) et la dernière : plus de signe de vie au moment de la convocation du dernier entretien.
    Conclusion : j'ai retiré mes offres de Pôle emploi où j'ai été menacé de toutes les représailles administratives qui soient. Rien à faire...j'ai aussi menacé Pôle emploi d'étaler sur la place publique les entretiens et les réponses des chômeurs reçus. Ils ont lâché l'affaire. Je me suis tourné vers le tissu associatif oeuvrant dans l'insertion professionnelle des jeunes ou de personnes en retour à l'emploi etc.. et...j'ai recruté les 2 salariés qui manquaient. D'ici fin 2019 je dois recruter une assistante commerciale (l'actuelle part à la retraite). Je ne passerai pas par Pôle emploi. En revanche, en 19 ans d'existence je me suis mangé du contrôle fiscal, du contrôle URSSAF, du contrôle inspection du travail etc...L'administration n'a jamais rien trouvé car il n'y a rien à trouver. J'ai même eu droit à des félicitations et du vrai conseil pour chef d'entreprise.
    Bonne année
    Franck

    RépondreSupprimer
  4. @ CGrotex

    Bien d’accord sur l’économie, qui n’est qu’un moyen au service d’une fin qui la dépasse : la condition humaine. Mélenchon se trompe sur beaucoup de sujets. Je vais revenir dessus dans les prochains jours, suite à sa participation à l’Emission Politique. Je suis tristement d’accord pour dire qu’avec une telle opposition, et le vent de la conjoncture dans le dos, l’oligo-libéralisme a une bonne position…

    @ Franck

    Témoignage intéressant. Je ne pense pas que l’on puisse forcément extrapoler de votre cas. Des profiteurs, il y a en partout, et même The Economist avait admis que la fraude fiscale, qui n’est que du vol, était surtout un sport de riches. Certaines règles peuvent pousser à des comportements aberrants, mais ce qui compte, c’est que vous ayez trouvé les personnes dont vous aviez besoin. Si le Pôle Emploi ne remplit pas pleinement son rôle, cela peut aussi être la conséquence des priorités et des moyens qui lui sont donnés.
    Bonne année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En bon lecteur de Michel Clouscard , je préfère le terme de libéral-libertaire , l'oligo-libéralisme n'en est qu'une suite logique .
      Je vous souhaite bon année M. Herblay , ainsi qu'a tout les lecteurs de se blogue épris de débats critiques mais courtois .

      Supprimer
  5. @ Franck et @ Laurent

    Franck : merci pour votre témoignage qui rejoint mon expérience. Je suis aussi cheffe d'entreprise. Nous sommes 15 et d'ici avril/mai 2019 je dois recruter un(e) assistant(e)administratif(ve). Le salaire moyen net pour ce type d'emploi est 2345 € pour un homme et plutôt 2000 pour une femme. Comme vous, j'ai coupé la poire en 2 et offrirai homme comme femme 2225 euros net. Mon entreprise est spécialisée dans la fourniture, l'installation et la formation de logiciels informatiques ainsi que la sécurisation des systèmes pour les TPE-PME et les professions libérales. J'ai monté ma société en 2008. Cela marche plutôt bien. Comme vous, pour les salariés qui devraient tourner au SMIC, je les paie à peu près au même niveau net de salaire que vous. Les autres je fais une moyenne entre ce que les statistiques donnent comme salaire moyenne net quand on est un homme et quand on est une femme (d'où la politique de la poire en 2). Pareille que vous : je suis passée par Pôle emploi pour recruter. Sur les 14 employé(e)s (moi je suis la quinzième) seul(e)s 3 viennent de pôle emploi. Le reste : petites annonces et réseaux associatifs. J'ai essayé les cabinets privés : NON et NON car à part la thune et la performance les concernant le reste, ils s'en tapent. Pôle emploi : comme vous j'aurai une liste d'entretiens assez hallucinants. Le coup du calcul des impôts, de la perte des prestations sociales ou encore le coup de cachet j'ai eu aussi. Pour mon recrutement de 2019 je passerai par les assoc' ou la petite annonce toute bête.

    @ Laurent : je suis tout à fait d'accord avec votre réponse. Pas de généralités car aux dernières études, 14% des chômeurs contrôlés sont hors des clous. Moi je pense que c'est le système dans son ensemble qui ne va plus, qui ne motive plus au travail, qui permet la fraude (et la FRAUDE FISCALE EN PARTICULIER), le manque de moyens, des choix politiques courageux et bien expliqués. Je fais part de mes déconvenues avec les chômeurs-pôle emploi rencontrés mais en allant chercher du côté associatif j'ai rencontré (et recruté) des personnes déterminées au travail. Et puis, pas grand chose n'est fait pour la PME-TPE ou mal fait, mal calibré.
    Bonne année
    Sophie

    RépondreSupprimer
  6. Alors vient la question: Mais pour qui roule Macron?
    Ceux qui s'y interessent le savent, et les autres s'en fichent éperdument... Tant qu'il y aura des chaines comme TF1, BFM ou LCI et qu'ils iront déjeuner chez la belle-mère le dimanche, ils continueront...

    RépondreSupprimer
  7. Très peu de budget pour Pôle Emploi, comparé à d'autres pays, dont il faut pas en attendre des miracles :

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1542911229079364&set=a.764254240278404.1073741827.100000815042606&type=3&theater

    RépondreSupprimer
  8. Emmanuel Macron se joint à moi pour vous souhaiter une bonne année 2018 ! Confettis !

    http://media.urtikan.net/wp-content/uploads/2017/12/171231-voeux-macron-2018-deligne.jpg

    RépondreSupprimer
  9. Questionnaire de nouvel an.

    Imaginons que, pour une raison ou pour une autre, des millions d'Anglais et d'Américains souhaitent s'installer en France et y obtenir le droit de vote.
    Imaginons que les partis de droite, pressentant que cela va leur permettre d'appliquer leur programme (Anglais et Américains étant plus néolibéraux que les Français) fassent tout pour leur faciliter l'immigration et l'accession à la citoyenneté.

    Question 1 : dans ce cas, seriez-vous en mesure d'y faire face intellectuellement, en expliquant clairement la manipulation à votre électorat cible ? De leur dire clairement "il faut que la France reste la France, donc les anglo-saxons ne peuvent pas devenir une part important de ses citoyens" ?

    Imaginons de plus qu'après quelques lustres de telle politique, l'Insee sorte une étude montrant que les descendants de ces anglo-saxons sur deux générations, y compris mariages mixtes, sont près de 20% d'une génération.

    Question 2 : approuveriez-vous, dans ces conditions, ceux qui pourraient essayer de nier le problème en prétendant que leurs adversaires qui souhaitent au contraire en parler ont une conception raciste de la citoyenneté ?

    Imaginons à présent que, sur les questions 1 ou 2, vous ayez une attitude différente de celle que vous avez honteusement adoptée sur les questions similaires qui se posent pour l'immigration musulmane.

    Question 3 : cette différence supposée de comportement ne révèlerait-elle pas une incapacité à traiter de la même manière des situations pourtant similaires ? Ne pourrait-on pas alors parler de manque de rigueur et de lâcheté intellectuelle ?

    NB Inutile de vous fendre d'une réponse sur ces questions, bien entendu. Nul ne doute, en effet, de votre capacité à noyer le poisson ; mais cette capacité explique aussi pourquoi il n'y aura jamais "d'alternative".

    RépondreSupprimer