jeudi 13 décembre 2018

Gilets jaunes : les angles morts sociaux des annonces de Macron



Pseudo-cadeaux en bas, aucune contribution en haut

On peut imaginer que l’Elysée imaginait avoir trouvé la bonne recette pour sortir de la crise : cent euros de plus par mois pour le SMIC, un geste pour les retraités et la reprise d’une des mesures phares de Sarkozy sur les heures supplémentaires. Le cocktail devait sembler réussi : des mesures « de gauche », sur le SMIC et les retraites, tout en se couvrant à droite sur la défiscalisation des heures supplémentaires et l’absence de surcoût pour les employeurs sur le SMIC. L’objectif était sans doute de couper l’herbe sous le pied du PS, qui aura du mal à réclamer une hausse du SMIC plus forte après Hollande, et des Républicains, avec la reprise de Sarkozy et l’absence de surcoût du SMIC.

D’ailleurs, les orateurs du PS et de LR n’étaient guère à l’aise dans leurs réactions. Pourtant, l’opinion n’a pas réagi de manière très positive, le mouvement des gilets jaunes conservant une majorité de soutien à son action, 59% des Français n’ayant pas trouvé le président de la République convaincant. Car derrière le vernis des annonces, on décèle facilement les angles morts de ces mesures, Marianne détaillant ce qu’il y a derrière les 100 euros de hausse du SMIC. En effet, ce qui est frappant avec ces annonces, c’est qu’il n’y a aucune contribution supplémentaire, les 10 milliards de coût de ces mesures n’ayant aucun financement attitré, une bonne indication de leurs angles morts.

En effet, comme souvent, le gouvernement a recours à des exonérations de cotisations sociales : en clair, Macron déshabille la Sécurité Sociale pour donner aux Français. Certes, temporairement cela devrait se faire par le biais d’une augmentation des déficits, mais dès 2020, cela se traduira par une baisse des dépenses publiques, et donc une nouvelle dégradation du service public. Exactement le genre de mesures qui provoquent la non-revalorisation des retraites ou la désertification médicale de la France périphérique des gilets jaunes. Bref, les remèdes de Macron vont aggraver le mal. Et pour courroner le tout, l’exonération des heures supplémentaires crée une concurrence déloyale avec l’emploi de chômeurs, une mesure totalement aberrante en période de chômage de masse.


En clair, même si ces mesures apportent un vrai mieux temporaire à des Français qui souffrent, beaucoup de ceux qui souffrent n’en profiteront pas. Et, pire encore, toutes ces mesures ont des effets secondaires souvent très néfastes. La raison : Macron refuse toujours de mettre en place une fiscalité juste, en profitant au contraire pour créer de nouvelles défiscalisations pour les entreprises…

11 commentaires:

  1. "100 euros de hausse du SMIC"

    Faux, le SMIC est un salaire, là il s'agit d'une aide de l'état n'ouvrant droit à aucun revenus sociaux différés.
    De plus 1,8% de hausse étaient déjà prévus.

    http://gds-ds.org/vers-un-acte-v-de-la-mobilisation-sociale/

    RépondreSupprimer
  2. Ces mesures sont une accélération du programme de Macron.

    Il avait prévu de les appliquer en deuxième partie de quinquennat, espérant redistribuer les fruits de celles prises en début de mandat. Ces fruits n'étant pas encore là, le financement se fera par l'augmentation dette.

    Soit la reprise revient effectivement avant la fin du quinquennat, et Macron retrouvera l'estime des français : "J'ai appliqué mon programme, ça a marché. J'ai entendu le peuple, et j'ai ajusté mon calendrier : plus vite sur la redistribution, moins vite sur la dette".

    Soit elle n'arrive pas, et il perdra ses derniers soutiens.

    RépondreSupprimer
  3. La poussée populaire non encadrée est vouée à se faire rouler dans la farine.

    J'avais déjà signalé que c'était le cas sur l'objectif même du mouvement, puisque la taxe sur le carburant est souhaitable et aurait pu être compensée par l'annulation des taxes sur l'électricité, qui elles ne le sont pas.

    Reste donc à mettre cette poussée en termes politiques, via le ... et DLF (que vous avez, hélas, abandonné, pas assez bien pour vous).

    Ou, si le coeur vous en dit, Asselineau, qui s'est prononcé récemment contre le pacte de Marrakech.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sondage :

      http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/12/13/25001-20181213ARTFIG00048-europeennes-un-sondage-donne-le-rn-en-tete-loin-devant-larem.php

      devrait vous mettre du baume au coeur.

      En effet, Asselineau n'est pas sur les écrans radar (et Philippot à peine à 1%), ce qui vous permet d'espérer de longues années encore d'impuissance volontaire, sur le mode "Ah ! Si les Français ne m'empêchaient pas de mettre en oeuvre mes excellentes idées, avec leurs mauvais candidats...".

      Supprimer
  4. Les exonérations de cotisations sociales sont effectivement détestables, puisqu'elles réduisent le financement de la protection sociale. ça va dans le sens du programme ultra-libéral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, eh bien en effet les éditorialistes habituels appellent à la baisse des dépenses publiques, le Point fait sa couverture sur etc etc.

      Il faudrait pouvoir le dire à ces gens : la taxe sur le carburant est plutôt une bonne chose, car son prix risque d'augmenter.

      Ce qu'il faut baisser pour compenser, et qu'on pourrait baisser, ce sont les taxes sur l'électricité.

      Un *** comme Hulot ayant toutefois participé à la propagande pro-éolienne et panneaux solaires, je pense que beaucoup de GJ ne sont pas au courant.

      Sinon :

      http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2018/12/cherif-chekatt-enfant-monstrue.html
      "La gauche et l’extrême gauche, qui croient reconnaitre dans le musulman le nouveau juif persécuté, se prêtent en fait à une collaboration honteuse quand elles minimisent le danger de l’islamofascisme, pour préférer alerter sur une "ultradroite" qui menacerait la République."

      Ah, s'il n'y avait que la gauche et l'ultragauche...mais, hélas, il y a aussi Herblay.

      Suite du texte :

      "Dans ce contexte, la signature par la France du pacte de l’ONU sur les migrants, lundi au Maroc, consolide la dérive multiculturelle. Le texte incite à "promouvoir le respect mutuel des cultures, des traditions et des coutumes entre les communautés d’accueil et les migrants"."

      Supprimer
  5. @ Anonyme 8h33

    L’impréparation de cette annonce est absolument effarant et démontre un amateurisme incroyable

    @ Anonyme 8h54

    Pas sur le SMIC et l’exemption supplémentaire de hausse de la CSG pour certains retraités, mais sur le reste. D’ici la fin du quinquennat, une crise financière est possible et le caractère néfaste de sa politique n’a aucune chance de relancer la croissance. Il va finir plus bas que Sarkozy et Hollande s’il continue

    @ Anonyme 10h22 & 10h52

    Même s’il n’y a pas de vrai changement politique, ce mouvement prépare l’avenir.

    Le départ de DLR, c’est une divergence de vue politique (entre autres), qui s’est amplifiée avec le temps sur certains sujets (le FN, l’Europe, la vision économique). Donc, je reste bien content d’être parti avant les choix de 2017 (tout en ayant anticipé ce qui s’est passé). Nous verrons bien en 2019 et en 2022…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vous êtes bien libre de partir d'un parti si vous le voulez.

      Sur le FN, je pense toutefois que vous vous trompez. Vous n'arriverez à rien sur la désunion.

      Supprimer
  6. Ivan, Herblay,

    Nous avions parlé l'autre jour de l'évolution du conseil constitutionnel, en rapport avec le pacte de Marrakech.

    J'attire donc votre attention sur le récent colloque de la Fondation Res Publica, et en particulier sur son débat final qui me semble tout à fait s'appliquer.

    https://www.fondation-res-publica.org/Debat-final_a1169.html

    Quelques citations :

    "
    Marie-Françoise Bechtel a parlé de l’École nationale de la magistrature. Justement, le premier président de la Cour de cassation expliquait ce 3 septembre [2] aux magistrats qu’il était en train d’installer qu’il faudrait revoir la jurisprudence Baby-Loup pour s’incliner devant les diktats du comité des droits de l’homme de l’ONU…. Voilà ce qu’en permanence l’on apprend aux élèves- magistrats. On leur apprend à écarter la loi et on leur explique que le jugement en équité et en proportionnalité à l’anglo-saxonne doit désormais être préféré au contrôle de légalité. Il s’agit d’en finir avec le modèle républicain français.
    (...)
    Il faut savoir que tout un pan de la doctrine française se cache derrière la décision du Conseil constitutionnel consacrant la valeur constitutionnelle de la fraternité [3]. Je connais ceux qui ont rédigé les « portes étroites » [4] au Conseil constitutionnel pour y arriver ou qui ont conseillé les associations de défense des migrants irréguliers qui sont intervenues à la QPC.
    (...)
    Il y a eu récemment une pétition de juristes dans Les Échos contre le funeste projet du président de la Cour de cassation d’en faire une cour suprême à l’américaine. Les discours du président Louvel sont une véritable propagande pour le droit européen et le modèle anglo-saxon. Ce qu’il propose est franchement réactionnaire, c’est l’abandon même de la légalité républicaine.

    Jean-Pierre Chevènement
    Évidemment, dans le domaine juridique comme ailleurs, nos élites ont des responsabilités. Il est facile d’incriminer les « populistes » mais le problème est peut-être d’abord celui des élites. Je le vois dans d’autres milieux, à d’autres niveaux. Comment reprendre la main sur tant de sujets essentiels pour notre avenir collectif quand on ne peut s’appuyer sur rien ? Comment faire ce travail de reprise de conscience collective ?
    (...)
    Jean-Pierre Chevènement
    Ce qui vaut aujourd’hui pour la Pologne vaudra pour d’autres dans d’autres domaines. Ce qui est en cause ce sont quelques dispositions, dans le domaine régalien vraiment très étroit, sur lesquelles le tribunal constitutionnel polonais demande que les cours polonaises puissent ne pas demander un avis préjudiciel à la Cour de justice de l’Union européenne. C’est donc une affaire, me semble-t-il, assez minime. Mais dans d’autres domaines – qui intéressent par exemple le contrôle des flux migratoires – il faut savoir que la jurisprudence des cours européennes, CEDH notamment, rend quasiment impossible l’application de notre droit. Nous nous en accommodons. Pour combien de temps ?
    (...)
    Jean-Félix Paganon
    Merci pour toutes ces présentations vraiment passionnantes.

    Une petite remarque : les exposés m’ont semblé extrêmement franco-centrés, euro-centrés ou même occidentalo-centrés. On n’a absolument pas parlé du vaste monde. Or dans le vaste monde ces évolutions, à mon avis, ne sont pas constatées. En Asie comme en Afrique, on observe la montée en puissance d’un sentiment national exacerbé. Les gens ne pensent qu’en termes nationaux.
    "

    RépondreSupprimer
  7. Tout cela est intéressant, et puisque vous m'invitez à commenter je vous donne volontiers mes premières impressions.

    "le jugement en équité et en proportionnalité à l’anglo-saxonne"

    C'est la jurisprudence européenne depuis le début. On ne peut pas avoir deux systèmes juridiques complètement différents au sein d'un même empire. La construction européenne a été initiée par la CIA, il est normal que l'UE parle le langage des anglo-saxons.

    Si le président de la Cour de cassation veut faire de son tribunal une "cour suprême à l’américaine" il marchera sur les plate-bandes du conseil constitutionnel et même du conseil d'état qui ne se laisseront pas faire.

    Sur la Pologne : si elle ne veut pas respecter les traités qu'elle a signé elle est libre de les dénoncer, mais ce serait dommage que cela tombe sur les traités des droits de l'homme quand on pense à ce qu'il y a dans le TUE et le TFUE.

    Même chose pour la France.

    D'un autre côté j'ai parfois des doutes sur le sérieux de Chevènement. Il ose reprocher à l'Allemagne d'avoir démocratiquement choisi la sortie du nucléaire en se passant de la bénédiction du lobby électro-nucléaire français.

    Ce n'est pas comme cela que nous allons convaincre les allemands que nous sommes de vrais démocrates ou de vrais souverainistes et que notre intention de nous libérer des chaines des traités européens est mûrement réfléchie.

    Ivan

    RépondreSupprimer

  8. Une opportunité de financement pour les personnes qui disposent des projets, et d'autres besoins de financement personnels. Vous pouvez obtenir un prêt et résoudre vos difficultés financières. C'est rapide et fiable
    E-mail: prouvost816@gmail.com

    RépondreSupprimer