samedi 1 octobre 2011

Leçons internationales pour améliorer l’école


Comme régulièrement, The Economist a publié il y a deux semaines un dossier passionnant sur la révolution scolaire. L’hebdomadaire britannique libéral analyse les résultats des tests PISA et de l’étude de McKinsey pour en tirer des leçons sur les meilleures pratiques en matière d’éducation.

Les bonnes pratiques internationales

Le journal soutient que l’argent ne fait pas tout en soulignant les succès de pays qui dépensent moins que la moyenne et le relatif échec des Etats-Unis qui dépensent pourtant plus que les autres. Néanmoins, d’autres points modèrent cette analyse. Tout d’abord, l’inégalité scolaire est un critère fondamental de la réussite d’un système. Quand l’école oublie ses élèves en difficulté, c’est tout le système scolaire qui en pâtit. Or les inégalités ne cessent de grimper, notamment aux Etats-Unis.

Ils soulignent qu’outre-Atlantique, la performance des élèves s’explique à 60% par les facteurs familiaux, démontrant la panne de l’ascenseur social étasunien. The Economist souligne l’importance du facteur culturel dans la réussite de nombreux pays asiatiques, au prix cependant d’une forte pression sur les élèves. Néanmoins, d’autres pays réussissent différemment. Quatre critères majeurs se dégagent : l’autonomie, la réussite des moins bons élèves, le choix et un statut attrayant pour les enseignants.

Le journal revient également sur les pratiques pédagogistes, qualifiées de « laissez-faire », en Français dans le texte et mettant au centre du système éducatif l’enfant. Il souligne que ces pratiques reculent aujourd’hui du fait de mauvais résultats et qu’il est essentiel d’acquérir d’abord les bases avec un enseignement traditionnel, tant d’un point de vue de la discipline dans l’établissement que de l’apprentissage des bases, comme la lecture, l’écriture et le calcul.

Voyage dans l’excellence scolaire

L’Ontario a obtenu des résultats impressionnants en adaptant son offre scolaire au niveau des élèves mais aussi en y mettant les moyens (le budget a augmenté de 30% depuis 2004. La Pologne est aussi citée en exemple pour l’autonomie de ses établissements (tout en conservant un financement et une administration centralisée) et ses tests nationaux qui permettent de suivre les progrès des élèves. Néanmoins, certains soulignent que ce système entretient une pression trop forte.

La Saxe est également montrée en exemple : elle n’a conservé que deux des trois catégories d’école qui existent en Allemagne et a déplacé à 13 ans au lieu de 11, l’âge auquel les élèves sont orientés. Le maintien de deux niveaux permet d’introduire de la compétition et de différencier mais sans le côté trop discriminant d’un 3ème niveau trop stigmatisant. Enfin, le statut des professeurs, tant d’un point de vue académique que social, est un élément essentiel de la réussite d’un système.

Leçons dans le débat Français

Même s’il faut garder à l’esprit l’orientation très libérale du journal, cela a le mérite d’apporter de l’eau au moulin du débat en France. Tout d’abord, cela valide clairement la nécessité d’une plus grande discipline dans les établissements, sujet sur lequel le gouvernement ne progresse que très timidement. Ensuite, cela valide a contrario tout l’intérêt des examens nationaux qui permettent de mesurer la performance d’un établissement de manière objective, malgré le fiasco de cette année.

Ensuite, cela démontre clairement qu’il y a un énorme problème en France, comme l’illustre l’effondrement du nombre de candidats au Capes depuis une dizaine d’années. Cette évolution est dramatique pour l’évolution du système scolaire national et démontre l’échec patent du gouvernement sur la question de l’éducation. Le gouvernement a été incapable de s’attaquer à la question fondamentale des conditions de travail des professeurs, qui ne cessent de se détériorer.

La réforme de l’éducation nationale devra être une priorité des années à venir. C’est pourquoi il est essentiel de garder un œil sur les bonnes pratiques internationales, qui ne sont pas tendres avec les politiques mises en place par les socialistes comme par Nicolas Sarkozy.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire