samedi 3 mars 2012

Hollande : le changement, c’est du vent !


L’offensive tout azimut de Sarkozy semble échouer. En même temps, on ne voit pas comment des annonces désordonnées pourraient convaincre de réélire le président sortant. Mais si Hollande semble bien parti pour l’emporter, il ne représente en aucun cas l’alternative dont la France a besoin.

Le coup de poker de la tranche à 75%

Le candidat du Parti Socialiste semble avoir trouvé une mesure habile pour occuper le terrain médiatique et mettre son adversaire en difficulté. Pour le coup, l’élève Hollande dépasse le maître Sarkozy. Cette idée est extraordinairement maline. Elle a poussé le président sortant (et probablement bientôt sorti) à défendre les millionnaires contre les mesures de son adversaire. Rien de tel pour réactiver l’image du président des riches à laquelle il essayait d’échapper.

Sur le fond, le PS a beau jeu de rappeler que les niveaux marginaux d’imposition atteignaient 60 à 70% dans les années 1970 avant la vague néolibérale. Comment ne pas songer aussi à cette belle phrase de Tocqueville : « préoccupés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous ». Et qui va pleurer sur une hausse de l’imposition pour les revenus au-delà d’un million ?

Résultat, alors que Nicolas Sarkozy essaie de faire le forcing avant l’égalité des temps de parole (dans moins de trois semaines), son adversaire socialiste le met en échec par une initiative surprise que personne n’avait anticipée et qui rebat les cartes. Bien sûr, on ne peut pas ignorer la dimension communicante de cette annonce. Mais le coup est assez bien joué et le maintien d’une avance de plus de dix points au second tour indique qu’un retournement est peu probable.

Changement ou pas changement ?

Mais l’arbre de la tranche d’imposition à 75% ne doit pas cacher la forêt du programme du candidat. En effet, en absence de frontières sur les mouvements de capitaux ou de biens et de politique protectionniste, l’effet a toutes les chances d’être limité et les effets pervers ne pourront pas être contenus. Mais surtout, comme l’illustre sur son blog Olivier Amiel avec un dessin de Plantu, François Hollande tient un discours différent des deux côtés de la Manche.

Déjà, sa première escapade à Londres avait fait jaser, tant l’ennemi de la finance avait fait des courbettes à la City, affirmant que « la gauche a gouverné pendant 15 ans, pendant lesquels elle a libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n’y a pas de crainte à avoir ». Bref, dormez tranquille, François Hollande va laisser les banques tranquilles, même s’il imposera sans doute des cloisons plus épaisses entre les activités de dépôts et d’affaires.

Il a alterné le chaud et le froid cette semaine en affirmant qu’il n’était pas dangereux mais en dénonçant la finance. Cependant, son programme reste timide sur ce sujet. Et plus globalement, si la différence de style est forte avec le président, tout indique que les différences de fond le sont beaucoup moins, que ce soit cette analyse d’Eric Verhaege sur son livre ou ce papier du Monde, qui recense tout ce que le candidat socialiste se prépare à conserver de l’héritage de son futur prédécesseur.

François Hollande est assez habile et face à un candidat comme Nicolas Sarkozy, il a de bonnes chances de gagner. Malheureusement, nous n’aurons pas l’alternance dont nous avons besoin. Les Français ne vont pas tarder à découvrir que sur le fond, le changement, c’est du vent.

9 commentaires:

  1. patrice lamy3 mars 2012 09:18

    Les Français (il suffit de discuter avec eux) savent déjà que c'est du vent ; malheureusement ils peinent a connaitre les autres candidats ; Bayrou étant aussi du vent et MLP fait toujours peur a une partie de la population ; espéreront que l’égalité du temps de parole fera basculer cela mais l'attitude délibérément clownesque des candidats du système fait écran de fumée et les Français sont las de cela

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas compris ce passage :

    « Sur le fond, le PS a beau jeu de rappeler que les niveaux marginaux d’imposition atteignaient 60 à 70% dans les années 1970 avant la vague néolibérale. Comment ne pas songer aussi à cette belle phrase de Tocqueville : « préoccupés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous ». Et qui va pleurer sur une hausse de l’imposition pour les revenus au-delà d’un million ? »

    DLR n'est plus pour un salaire maximum ?

    RépondreSupprimer
  3. patrice lamy3 mars 2012 14:09

    Dans un communiqué rendu public en date du 7 février 2012, le ministre tunisien de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Abdelwaheb Maâter a rappelé, sur un ton réprobateur, que la France avait conclu avec la Tunisie un programme pour l’emploi des cadres en 2008, prévoyant de recruter quelque 9000 Tunisiens par an en France.

    si c'est vrai de qui se moque t'on ?

    RépondreSupprimer
  4. Julien Cabrera3 mars 2012 14:59

    Laurent, tu peux rappeler aussi qu'il y a peine un mois lors d'une interview avec Piketty, ce même Hollande déclarait qu'il était contre l'idée d'un taux d'imposition confiscatoire. Bref ce n'est que du vent, comme d'habitude

    RépondreSupprimer
  5. patrice lamy3 mars 2012 15:41

    De toute façon cette histoire d'imposition c'est du pipeau ci dessous le liste des 44 Français les plus riches installé en suisse tous le monde est au courant RMC ce n'est pas un vague site web
    http://www.rmc.fr/editorial/205355/les-44-francais-les-plus-riches-exiles-en-suisse/

    la plupart des artistes de la chanson du cinéma et du sport connu y sont aussi

    RépondreSupprimer
  6. @ Laurent Pinsolle
    D'abord la majorité des français ne veut pas de votre changement antieuropéen, pour le reste les français n'auront que le candidat qu'ils méritent, on ne costruit pas un programme politique sur la haïne d'un candidat. Vous avez passé votre temps à faire la morale à l'équipe sarko sur "les propos innaceptable" alors que il y a un florilège de déclaration de De gaulle à faire palire Guéant.

    RépondreSupprimer
  7. A mon avis les français vont vite s'apercevoir que ça sera encore pire, déjà après les propos de Guéant sur le halal qui sont tout à fait justes, en Belgique le droit de vote aux étrangers n'a fait que renforcer les négationnisme du Génocide arménien, on entend: Guéant sali la République, méprisable, indigne, la France mérite mieux etc dois je conclure au fond que la France qui ne pas donner le droit de vote aux étranger est immorale? Et pourquoi uniquement aux municipales alors?

    RépondreSupprimer
  8. @ Anonyme

    Le salaire maximum, c'est dans les entreprises publiques.

    @ Julien

    C'est juste.

    @ Fiorino

    Vous mélangez tout. Toutes les déclarations de Guéant sont publiques. Les déclarations attribuées au Général étaient privées et pour la plupart posthumes, donc sans que l'on puisse être certain qu'il les ait tenu (et prises hors de tout contexte), le tout, de la part d'un homme qui aimait bien provoquer. Bref, il n'y a aucune comparaison possible.

    RépondreSupprimer
  9. patrice lamy6 mars 2012 07:35

    Nous pouvons surtout reprocher a Gueant d’être un plagiaire :
    "Toutes les civilisations ne se valent pas, ni tout dans chacune d’elles" Andre comte Sponville
    Quelques phrase nauséabondes (mot valise qui est en train de remplacer raciste et qui permet de stigmatiser l'autre (stigmatiser tiens !!!))
    Je suis antisémite et antisioniste Mikis Theodorakis
    ‎"La civilisation que représente la France en Afrique est certainement supérieure à l’état présent des indigènes". Jean Jaures
    Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler au progrès réalisé grâce aux efforts de la science et de l’Industrie . Leon Blum

    RépondreSupprimer