lundi 7 mai 2012

La France tourne la page Sarkozy


Avec 51,7% des suffrages, François Hollande vient d’être élu président de la République, battant Nicolas Sarkozy d’une avance inférieure à ce qui était annoncée. Plus qu’une victoire du candidat socialiste, il s’agit davantage d’une défaite du président sortant.

Un référendum pour ou contre Sarkozy

Hier, un sondage de l’IFOP affirmait que seulement 45% des électeurs de François Hollande ont voté par adhésion au candidat mais que 55% ont davantage voté par opposition au président sortant. La figure très polarisante de Nicolas Sarkozy a largement dominé cette campagne, au point que son opposant a très habilement et très largement utilisé l’image négatif de son adversaire pour gagner, comme lors du débat de l’entre deux tours, plus centré sur le bilan que les programmes.

Mais cette polarisation était sans doute également valable dans l’autre camp. La très forte impopularité du président sortant donne une perspective assez intéressante au plus de 48% des suffrages qu’il a rassemblés au second tour. L’écart finalement relativement serré révèle sans doute que beaucoup d’électeurs ont aussi utilisé le bulletin Nicolas Sarkozy plus comme un bulletin de rejet du candidat socialiste que par adhésion à un président au bilan contestable.

De manière assez intéressante, on peut se demander si, finalement, le virage droitier du président et la guerre de tranchées qu’elle a déclenchée n’a pas finalement en partie fonctionné. En effet, en crispant le climat politique, Nicolas Sarkozy a poussé ses opposants à des outrances ridicules (la comparaison avec Pétain faite par l’Humanité, Jean-Luc Mélenchon qui a parlé de fascisme) qui ont sans doute eu pour conséquence de remobiliser l’électorat de droite.

Une nouvelle époque commence

Nicolas Sarkozy a fait un discours mi-figue, mi-raisin. D’un côté, il a mieux réussi sa sortie que Valéry Giscard d’Estaing ou Lionel Jospin. Il a accepté la défaite avec bonne grâce et a fait preuve de républicanisme en rendant hommage à son adversaire. Sans doute son discours le plus présidentiel. En revanche, il a aussi cédé à ses travers en parlant plus de lui que de la France et en terminant par un « je vous aime », plus digne d’une star que d’un homme d’Etat.

François Hollande a poursuivi sur la lancée de ses meetings avec un discours qui ressemblait beaucoup à ses discours de candidat, tant sur la forme que sur le fond. Il a même affirmé qu’il était socialiste et que son objectif était le rassemblement de la gauche, une déclaration plus digne d’un candidat ou d’un chef de majorité que d’un président de la République, même si ce n’est pas une énorme faute. Malgré tout, il faut lui souhaiter le meilleur, pour la France et les Français.

La campagne pour les législatives a commencé. Les premiers sondages indiquent que l’UMP et le PS resteraient au coude à coude, autour de 30%. Mais le score très élevé du Front National devrait provoquer de très nombreuses triangulaires qui pourraient faire perdre beaucoup de sièges à la majorité actuelle... Décidemment, le choix du PS se fait par défaut. Debout la République sera très largement présent, comme l’a annoncé Nicolas Dupont-Aignan.

La victoire de François Hollande n’est pas aussi large que le discrédit de Nicolas Sarkozy semblait devoir le produire. Ce manque relatif d’enthousiasme lui facilitera-t-il le travail ou le poussera-t-il à être plus imaginatif ? La France en aurait bien besoin et il faut le souhaiter, mais on peut en douter.

59 commentaires:

  1. Je pense que la comparaison de Sarkozy avec Pétain est moins ridicule qu'elle en a l'air (mais pour une autre raison).

    Nicolas Sarkozy a prétendu avoir protégé la France des effets dévastateurs d'une crise sans précédent depuis 1929. Les défenseurs de Pétain expliquaient qu'en faisant don de sa personne à la France, le vieux maréchal avait évité à notre pays défait de connaître le sort funeste de la Pologne, détruite et dépecée. Aujourd'hui, la Grèce en faillite a remplacé la malheureuse Pologne de 1940-45, mais le ressort de l'argumentation reste fondamentalement le même.

    En outre, en acceptant l'affreux pacte d'austérité de Merkel, force est de constater que Sarkozy s'est vraiment couché devant l'Allemagne.

    Cela, les vrais gaullistes ne pouvaient l'accepter. Rien que pour cette raison, il méritait sa défaite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre les vrais gaullistes acceptent très bien une place sans presque drapeaux tricolores bcp de drapeaux algériens, palestiniens et syriens. En fait le vrai gaullistes ne s'intéressen guèrent à la France il ne s'intéressent qu'au respect ou moins du président de la réligion gaulliste. Quand vous commencerez à comprendre qu'on est pas en 1960, mais que les problèmes pour unir les français sont d'abord ici à l'intérieur? C'est pas sarko qui a divisé les français il le sont déjà avec une bonne partie de citoyens qui ont la haïne de leur propre pays toutes orgines confondues, il suffisait d'écouter clementine celarié hier soir.

      Supprimer
    2. D'un côté l'absence révélatrice et de l'autre l'excès, ressemblant dvantage à du marketing, vous êtes fait pour Nous et Vous atomiser.
      Il n'y a aucun patriotisme, aucun amour de la France, chez l'un et l'autre.
      La France vous voulez la voir par terre, les uns lpour la livrer aux islamistes, les autres, sacrifiée sur l'autel du profit, du fric à court terme des marchés financiers.
      Paroles, paroles.

      Vous,n'avez dans la tête que ce que vous avez dans la tripaille.

      GAIA

      Supprimer
    3. Desolé gaia, mais je ne suis pas du tout libéral. MLP qui va au bal des débutants nazie et NDA qui va manifester avec des gens qui haïssent profondement la France aucun des deux me convient. Donc par défaut c'était sarko et je pense que bpc de monde va bien le regretter dans pas mal de temps.

      Supprimer
    4. @fiorino
      Tu es un troll mon ami non? Parce que apparemment tu ne comprends rien au gaullisme, comme beaucoup de Sarkoboys de fait!

      Supprimer
    5. C'est vrai vous vous y comprenez tellement que votre candidat à fait 1,7%

      Supprimer
    6. Oui Sarkozy a bien mérité sa défaite et sans les voix du FN elle aurait été bien plus cuisante. Mais l'essentiel, c'est qu'il disparaisse si possible du paysage politique et qu'il n'en reste qu'un mauvais souvenir, ou mieux, aucun souvenir.

      Supprimer
    7. oui c'est vrai ce le problème principale de la France faire disparaître sarkozy, après tout ira bien. Des souvenir il en laissera forcement comme tout le monde bons ou mauvais. Sans les voix du FN... et les voix des islamistes ou des gauchistes pour hollande ceux là ne vous posent aucun problème.

      Supprimer
    8. Oui, on peut dire que le problème principal, c'était le président ? C'est direct, c'est court, mais, malheureusement, c'est vrai. Pourquoi, me direz-vous ? Un président, qui provoque, qui injurie, qui désigne à longueur de discours les mauvais Français, les immigrés comme responsables de la situation. Un président, qui bombe le torse autant qu'il se soumet à l'extérieur. Un président qui vibrionne, que s'agite dans tous les sens avec des résultats calamiteux. Oui, il nous fallait un autre homme ou une autre femme. Courageux, digne, ayant une vision claire, respectueux des Français.

      Supprimer
    9. D'abors sarkozy n'a pas été battu pour cela mais parce qu'il n'a pas assez mis un pratique toutes ses promeses sur l'immigration d'autant plus qu'hollande est le premier président élu sans la majorité de votant à défaut des votes blancs. En tout cas si hollande est un président digne, avec une vision claire et respectueux des français il y a pas de problème, qu'est-ce que vous faites ici? Regardez comme c'était bo à la Bastille:
      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gG0_qeh3CH0

      Supprimer
    10. De Gaulle a fait comme Hollande. Il a ramené les communistes au pouvoir et dans l'appareil d'Etat, alors que Daladier les avait presque tous coffrés en 39-40. De Gaulle a convaincu Churchill de frapper MErs-el-Kébir (1200 morts). vive de Gaulle !

      Supprimer
  2. @Fiorino
    Si tu prends Clémentine Célarié comme référence, je m'incline :-)).
    Plus sérieusement, je te conseille de ne pas trop regarder la télé si tu veux garder ton libre arbitre. Que signifient les quelques drapeaux algériens vus hier soir place de la Bastille ? Rien ! nada ! Ce type d'argument vulgarisateur n'a pas sa place sur un blog comme celui de Laurent Pinsolle.

    @LP
    En effet, j'ai trouvé le discours de M. Sarkozy très affectif, plein de (fausse) sensiblerie, presque au niveau des déclarations d'amour des jeunes chanteurs pré-pubères (stars ?) à leurs hordes d'admiratrices hystériques. En tout cas, NS termine son mandat comme il l'a commencé : aucune stature présidentielle ni grandeur dans ce discours d'adieu à la Mutualité que j'aurai bien du mal à imaginer dans la bouche de ses prédecesseurs.

    Dans l'ensemble je suis d'accord, les électeurs tournent la page mais avec 3,34% d'écart exprimés entre les 2 candidats il n'y a pas de quoi pavoiser dans le camp Hollande (pour relativiser, les votes blancs/nuls représentent 5,83% des votants c'est à dire un record en nombre). D'ailleurs, je n'ai pas trouvé que l'ambiance était à la fête chez les socialistes sur les plateaux télé hier soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ce moment là demandez à laurent pinsolle d'enlever le lien à causeur sur les sites recommandés, parce que il met bien en evidence cet argument vulgarisateur:
      http://www.causeur.fr/beaucoup-de-drapeaux-a-la-bastille-mais-pas-tous-tricolores,17395

      Supprimer
  3. Ah bon Laurent Pinsolle aurait droit de cité sur causeur (c'est là qu'on me la fait connaître) mais pas les arguments vulgarisateurs de causeur. Il faut vite que E. Lévy écrive "les gaullistes contre le réel"
    http://www.causeur.fr/beaucoup-de-drapeaux-a-la-bastille-mais-pas-tous-tricolores,17395

    RépondreSupprimer
  4. En fait nous sommes dans la liquidation des partis traditionnels, UMP-PS.
    Rejet mutuel de l'un par l'autre et rejet des deux par presque 30 % de votes blancs et abstentions
    y'a pas de quoi "pavoiser" ...... être élu sur une grande partie de forte non adhésion.
    La recomposition va s'amorçer lors des législatives. Les abstentionnistes qui ont fait sciemment ce choix politique vont revenir aux urnes et les socalistes n'échapperont pas à leur recomposition à gauche ni à la recomposition à droite.

    Une majorité présidentielle fragile, très relative déjà en période de soldes.

    Une nouvelle donnée peut s'inviter dans la future cohabitation : Monti, Draghi, Papadémos, la clique des lehman's.

    GAIA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne sommes pas dans aucune liquidation. Vu la défaite honorable de Sarko la stratégie de marine le pen a été un échec, donc pas de possibilité pour les roquins de l'exterieur de faire un hold up sur les députés du var et des am bien implanté sur le terriotire qui ont donné à sarko plus de 60% de voix et c'est une quinzaine des deputés. Je souhaite bonne chance (rire) à marine le pen à henin beaumont ou la gauche a écrasé la droite.

      Supprimer
    2. Très beau, le constat ! Et que proposes-tu plutôt que d'aller voter ? Fêter tous les jours la Saint-Caliméro ? Que le monde est triste et les gens méchants ! C'est pas juste ! Qu'est-ce que tu fais dans ta vie pour que ça change ?

      Supprimer
  5. En palrant d'image de la France les journaux étrangèrs s'amusent à montrer les nombreux jeunes brandissant le drapeaux algérien. Si non le fouquet c'est mal, le jet privé de hollande c'est bien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça , c'est le résultat de la politique menée par votre canasson depuis 10 ans. Une politique de division, de décisions prises à la "va-vite", dans le feu de l'action, de revirements spectaculaires ! A croire que l'ex jouait à l'apprenti sorcier ! Quant au jet de Hollande, ce n'est pas le Sarko one qui en pleine crise a été aménagé à grands frais, et tout ça parce que le petit monsieur était jaloux d'Obama, ce qui peut se comprendre par ailleurs, mais qui ne constitue pas une raison suffisante pour jeter des millions par la fenêtre !

      Supprimer
    2. Cher ami, "comparaison n'est pas raison" dit-on. Comparer le coût d'un voyage Brive-Paris à une dépense de plusieurs dizaines de millions d'euros pour un Boeing, même s'il est baptisé "Air Sarko One", pour faire comme les grands, n'a pas de sens ! Alors, quand je paye un match de foot à Paris, c'est la même chose que si j'achetais le club du PSG ? Ca fait cher ! Quand je paye un match de foot sur Canal Plus, c'est comme si j'achetais la chaîne ? Il n'y a pas à dire, il n'y a aucune différence si ce n'est la mauvaise foi.

      Supprimer
    3. "ça , c'est le résultat de la politique menée par votre canasson depuis 10 ans."

      Vous avez la memoire bien courte. Vous vous rappelez de la victoire de Chirac et de la tête de bernadette devant la drapeau algérien? En realité c'est très pratique en France tout allait bien jusqu'à que sarko casse tout. Mais bien sûr en realité vous avez réussi à casser le thérmometre mais la fièvre est toujours là. A la bastille les clandestins vendents de merguez halal avec taxes annexes pour les organisations islamiques. Et la marseillaise sifflé quand Chirac avait geulé? Tout ça la faute à sarko? En, tout cas on va voir maintenant que vous n'avez plus votre bouc émissaire ce que vous allez faire. Pendant l'époque jospin la France était connu dans le monde pour son inaction vis à vis de l'antisémitisme islamique...

      Supprimer
  6. Finalement l'erreur d'analyse a été du coté de l'ump au vu des résultat ils leurs suffisaient de mettre un candidat plus consensuel que sarkozy ( Juppé par exemple ) pour remporter la mise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas evident, il a été comdamné par la justice et en plus il y a des phrase bcp plus virulente sur l'immigration dans son passé.

      Supprimer
    2. Peu importe, déjà on est débarrassés de la honte de la république, maintenant, il faut lutter pour se débarrasser de la tutelle de l'Allemagne. C'est un vrai combat !

      Supprimer
    3. c'est vrai que Juppé a tourné dhimmi mais c’était un exemple je pense que le rejet de sarkozy a fait basculer et que sans lui le score aurait put être en faveur de l'ump

      Supprimer
    4. De la République Algérienne? vu que c'est surtout cela le drapeaux qui flotté.
      @ patrice lamy
      Il a même pas fait gagner sarko dans sa circonscription il se retire des legislatives alors.

      Supprimer
    5. Franchement, je trouve ça dramatique de parler "d'erreur d'analyse" dans le choix du candidat. Plutôt que de vous interroger sur le casting, vous feriez bien de vous poser quelques questions sur le monde dans lequel vous vivez. Qu'est-ce que vos concitoyens attendent ? Un monde sans entraves, un espace de liberté où le lion libre vit en bonne entente avec les moutons libres, qui attendent paisiblement leur fin ou un monde, certes imparfait, mais où nous savons voir au-delà de notre propre intérêt ? Cela s'appelle, cher Monsieur, l'intérêt général ! Et ça existe, je peux vous le certifier. Encore faut-il en avoir conscience !

      Supprimer
    6. encore faut il ne pas se prendre trop au serieux Monsieur le donneur de leçon

      Supprimer
  7. @ Anonyme

    Comparer de manière extrêmement précautionneuse, pourquoi pas, en précisant bien qu’il s’agit de tel discours avec tel discours. Mais uniquement dans ces conditions. Ce qu’a fait l’Humanité en une est ridicule car ils plaçaient Sarkozy au même niveau que Pétain. Et que je sache, l’Humanité a accepté le pacte entre Staline et Hitler, ce qui est tout de même autre chose que les appels du pied de Sarkozy à l’électorat du FN…

    @ Fiorino

    D’où sortez-vous cela encore ? Ai-je écrit quelque part que les drapeaux de la Bastille ne me posaient pas de problème ? Soit dit en passant, bien sûr que cela est choquant.

    Vous êtes vraiment comme votre modèle Sarkozy à lancer des polémiques ridicules. Et après, vous vous étonnez qu’on ne vous aime pas ou qu’on n’aime pas le président sorti ?

    Aucun risque de regretter Nicolas Sarkozy. Absolument aucun risque.

    C’est sûr que si je dois enlever un lien à chaque fois que j’ai un désaccord, il ne va plus m’en rester beaucoup. Grandissez ! On dirait le président sortant.

    @ Santufayan

    Merci. Complètement d’accord sur Sarkozy. Au début, ça partait bien, puis après, c’est parti à côté. Il n’a pas parlé de la France, il a parlé de lui, comme d’habitude. En voilà un qui n’a rien compris au rôle du président de la République tel que l’avait conçu le Général de Gaulle.

    L’écart est faible en effet. Une surprise pour moi. La crispation de la fin de la campagne a sans doute fini par ressouder l’électorat de droite, qui était exaspéré par certains excès des opposants à Sarkozy (comparaison avec Pétain…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pinsolle, mais c'est un de vos fans santufayan qui a dit que ces genres de chose n'ont pas de place sur votre blog, c'est plutôt à vous de devoir grandir et à voir les divergences que vous avez avec vos fans. Vous lui dites merci alors qu'il s'est arrogé le droit de dire que dans votre blog l'histoire des drapeaux n'a pas de place parce qu'elle est vulgaire
      http://www.marianne2.fr/De-quoi-les-drapeaux-de-la-Bastille-sont-ils-le-nom_a217346.html

      "Aucun risque de regretter Nicolas Sarkozy. Absolument aucun risque."

      Ah ça vous devez attendre encore pour en être sûr grandissait vous aussi Pinsolle, peut-être que c'était la dernière fois qu'on voyait autant de drapeaux français au Trocadéro, je ne sais pas s'il y aura un autre homme capable de supporter les insultes pour avoir justement decomplexé cette France qui aime le drapeaux et qui n'en a pas honte. Cela fait un peu trop british pour vous?

      Supprimer
    2. @Fiorino
      Je ne crois pas que les contributeurs du blog de Laurent sont des "fans", pour reprendre tes propres termes, mais plutôt des citoyens qui s'intéressent et débattent librement de sujets politiques.
      D'autre part, si tu relis mon message je sous-entend que la présence de ces quelques drapeaux étrangers sont le fait de personnes qui ont voulu profiter de l'aubaine (les caméras) sans mauvaises intentions. Rien de plus. Faut il y voir autre chose ? Je crois que non personnellement et l'article que tu cite sur Marianne2 ne prends d'ailleurs pas position.
      Au fait : vulgarisateur = simplificateur. C'est ainsi que je qualifie ton argumentation.

      Supprimer
    3. Santufayan
      Il faut vous mettre d'accord. Contrairement à pinsolle vous pensez que tout va bien que le fait que les drapeaux français était minoritaires par rapport au drapeaux étrangers ne veut rien dire (sachant en plus que le ps avait distribué les drapeaux français alors que les autres étaient spontanés) donc sarko n'a pas divisé les français c'est parfait. Mais alors repondez aussi à pinsolle avec lequel vous avez pas l'air d'accord. En tout cas on verra bien si au moment de la loi sur le vote des étrangers les français seront uni pour dire oui, et si ce qui sont contre seront respectés. Car on sait très bien qu'unir les français veut toujours dire unir tout sauf ce qui sont contre le communautarisme.

      Supprimer
  8. Laurent je me permet d'insister mais la Grèce d'après ce que je lis et entends (N Doze sur BFM ; Le Figaro etc ..) est près de sortir de l'euro ?
    et tous cas c'est dans les tuyaux de l'ue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré Lenglet !
      http://www.youtube.com/watch?v=hFVA8aonJwA

      Haa!!! pendant toute la campagne, la sortie de l'€uro n’était pas envisageable, il fallait même pas en parler, aborder le sujet était se soumettre a railleries et autres rabaissement, ça a été complétement occulté...

      Aujourd'hui, c'est presque devenu une évidence...

      Supprimer
  9. @ Fiorino,

    Je ne pense pas avoir des fans sur ce blog. C'est un lieu où j'expose mes convictions et opinions et j'essaie de susciter le débat d'idées. C'est donc pour cela qu'il n'est pas question d'avoir des commentaires qui vont tous dans le même sens. D'ailleurs, c'est pour cela que je garde les vôtres (d'autant plus qu'ils ne donnent pas une très bonne image des sarkoystes...)

    Sur les drapeaux, je ne sais que dire. Comme si Sarkozy était le seul à s'intéresser au drapeau français... Au contraire, sa présidence faite de bouc émissaires, de déclarations hâtives et de stigmatisation a malheureusement fait du mal à l'idée de nation dans notre pays.

    @ Patrice,

    Papier demain matin. Malheureusement, 150 sièges sur 300 pour le PASOK et ND et quelques sièges supplémentaires pour un parti de gauche qui semble ne pas rejeter le mémorandum.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pinsolle:
      "Au contraire, sa présidence faite de bouc émissaires, de déclarations hâtives et de stigmatisation a malheureusement fait du mal à l'idée de nation dans notre pays"

      Ah oui, et la tête de Bernadette en 2002 devant les drapeax algériens au soir de la victoire contre Le Pen, la marseilleise siflé durant la match par des jeunes beurs sous Chirac-Jospin, c'était encore lui? Soit vous êtes de mauvaise foi, soit vous êtes vraiment aveugle. C'est sarkozy qui a permis de pouvoir librement assumer le mot nation pas vous certainement avec vos discours lénifiant sur l'image de la France dans le monde musulman. Je ne suis pas sarkozyste donc je donne une image de moi même c'est tout, par contre vous êtes gaulliste et vous donnez une image complètement aveuglé par la haïne de ne pas avoir une qulquonque influence sur la droite qui elle connaît un peu mieux le pays, la preuve votre candidat n'a fait qu'1,7% de voix. Si non pas question d'admettre vos erreurs hein?

      Supprimer
    2. @ Fiorino

      Comme d'habitude, vous répondez à côté. Nicolas Sarkozy a abîmé l'idée de nation par ses déclarations ou celles de certains de ses ministres.

      De la haine dans mes propos ? Je laisse les lecteurs jugent.

      Ma seule boussole, ce sont mes convictions. Et les scores électoraux, cela varie avec le temps, surtout pour un jeune parti...

      Supprimer
    3. @Fiorino
      Je crois avoir trouvé votre source d'inspiration ici :
      http://www.frontnational.com/2012/05/drapeaux-etrangers-a-la-bastille-les-memes-quen-2007-a-la-concorde/

      Communiqué de Presse de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National "S’il y a bien une image qui a choqué les Français dimanche soir, c’est l’absence flagrante de drapeaux français lors des manifestations de satisfaction qui ont suivi l’annonce de la défaite de Nicolas Sarkozy."

      Puisque vous n'êtes pas un partisan de l'UMP, si j'ai bien compris vos dernières contributions, vous devriez étudier de plus près le discours du FN sur le sujet qui vous tient à coeur "les drapeaux du 6 mai au soir".
      Attention ! Ne m'accusez pas de vous désigner comme partisan du Front National, ce ne serait que pure interprétation.
      Au passage, la rhétorique utilisée par le FN est régulièrement de déduire des choses fausses (ici, le soit disant communautarisme du PS) à partir de prémisses vraies (ici, les drapeaux étrangers).

      Vous comprenez mieux maintenant pourquoi Laurent Pinsolle rejete votre raisonnement ?

      Supprimer
  10. Communiqué de NDA : "Le temps est venu de tirer les leçons de ces fausses alternances à répétition en proposant aux Français une vraie recomposition politique. Et cette recomposition doit commencer à droite dès maintenant."
    Commencer à droite ? Attention à la villierisation.Entre l'UMP et le FN l'espace est infime. A gauche, il y a fort à parier que des tensions apparaîtront chez les chevènementistes (s'il en reste) et au FdG. Et de toute façon le mouvement contre le néolibéralisme passe par la défense et l'extension des acquis sociaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. NDA a déjà fait cette erreur de maintenir le clivage gauche/droite qui n'a plus cours dans une grande majorité de population ; le terme souverainiste ou nationaliste qui ne me gène pas fait peur ; il s'agit de trouver un qualitatif correct et le promouvoir .
      Cela dit sans stigmatiser les minorités :-)

      Supprimer
  11. D'abord fallait-il rappeler que l'élection du 6 mai s'est jouée à moins d'un pour cent des voix : l'heureux élu a déjà quarante huit pour cent des électeurs contre lui !!!
    Ensuite fallait-il reconnaître à Nicolas SARKOZI d'avoir su rester digne dans l'adversité : il a réussi sa sortie.
    Personnellement, je suis très content qu'un jamais-ministre l'ait emporté : on va voir : il a ses chances : d'abord le prince-président ne dirige personnellement aucun corps d'administration, qu'il ne manque pas d'anciens-ministres prêts à rempiler...et que F.HOLLAND n'est pas un bleu, non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, je trouve qu'on entend de plus en plus tout et n'importe quoi de la part des journalistes. La majorité d'entre eux, me semble-t-il, en tout cas la majorité de ceux et celles qui ont accès aux médias nationaux ! Des questions sans intérêt, une recherche du scoop, des jugements de valeur, oui. Des arguments, de la pédagogie, de la hauteur de vue, il faut vraiment chercher.

      Supprimer
  12. Echec personnel de Sarkozy, désastre pour le PS, droite en forme qui perd son handicap, FN, grand vainqueur si Sarkozy a bien repris ses thèmes de camapgne.
    Si la droite reste coincée entre le PS et le FN, ele n'accède plus au pouvoir seule. Je penche pour un écartèlement entre le FN et le centre.
    Jard

    RépondreSupprimer
  13. Vos articles sont sans aucun doute intéressants, mais naturellement subjectifs. Je respecte vos opinions, que vous exprimez avec modération, mais vous passez sous silence un aspect de la personnalité de notre futur ex-président, qui me semble pourtant essentiel. Que pensez-vous de ses provocations face aux "corps intermédiaires", de son cynisme, de son mépris vis-à-vis des "minorités" et des Français en général ? Et comment illustreriez-vous les mesures prises par notre "président protecteur" ? Qui protégeait qui, en dehors des multinationales et des privilégié(e)s ? Et la morale, est-elle dépassée ? Les siens s'indignent des propos tenus à son endroit. Propos indignes ? Ils ont dû oublier que "qui sème le vent, récolte la tempête". Et ce n'est pas fini. La suite est programmé dans quelques semaines. La chute, acte 2 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que j'entendais par les termes stigmatisation et bouc-émissaire dans un commentaire du blog.

      Complètement d'accord sur "qui sème le vent récolte la tempête"

      Supprimer
  14. En Grèce, le chaos politique ravive le spectre de la faillite.

    La Bourse d'Athènes a dégringolé de 7,6% lundi 7 mai, au lendemain d'élections législatives qui ont lourdement sanctionné les deux partis pro-austérité et envoyé pour la première fois des néonazis au Parlement.

    Que se passera-t-il si la Grèce rejette l'austérité ?

    Si aucun accord de gouvernement n'intervient au terme du processus de négociations, de nouvelles élections pourraient être convoquées dès le mois prochain. Un agenda politique qui est difficilement compatible avec l'agenda de consolidation budgétaire fixé par l'UE et le FMI. D'ici à juin, le nouvel exécutif est en effet censé de nouvelles coupes budgétaires, d'un montant d'environ 11,5 milliards d'euros. Une baisse des salaires des fonctionnaires et des retraites est à prévoir. 150 000 postes de fonctionnaires doivent être supprimés d'ici 5 ans. Or si de nouvelles élections ont lieu, les partis extrémistes pourraient encore monter en puissance, estime Elena Panaritis. Et empêcher le vote de nouvelles mesures d'austérité. L'Europe et le FMI pourraient dès lors refuser de verser à la Grèce les prêts qui lui sont nécessaires pour continuer à rembourser sa dette et à payer ses fonctionnaires. En juin, le pays est censé recevoir une tranche d'environ 30 milliards d'euros de nouveaux prêts. S'il ne les reçoit pas, il fera défaut sur sa dette et sera en faillite. Une sortie de la zone euro pourrait s'en suivre.

    "C'est le scénario du pire qui risque de se réaliser, tant pour la Grèce que pour la zone euro, explique Patrice Gautry, chef économiste d'Union Bancaire Privée. La Grèce, qui ne peut plus se financer sur les marchés, verrait son déficit commercial se creuser en cas de sortie de la zone euro, son inflation augmenter et le pouvoir d'achat de ses citoyens se dégrader. Quant à l'argent prêté depuis deux ans par le FMI et l'Europe [environ 400 milliards d'euros], il serait définitivement perdu en cas de faillite grecque. Sans compter que cela créerait un précédent en zone euro et que les autres pays fragiles - Portugal, Espagne, Irlande, Italie et voire même la France - seraient alors attaqués par les marchés. Ce serait la fin de la zone euro."

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/en-grece-le-chaos-politique-ravive-le-spectre-de-la-faillite_293623.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gautry défonce des portes ouverts les 400 milliard sont de toute façon définitivement perdus ils doivent se balader dans les paradis fiscaux et le pouvoir d'achats passerait en négatif .
      Malheureusement le scenario du pire me semble maintenant la seule solution pour sortir de ce merdier uepeiste

      Supprimer
  15. Mr Pinsolle je ne connais pas votre degré d'influence auprès de Mr Dupont-Aignan mais le communiqué publié est maladroit et pas à la hauteur de l'enjeu. Il est TEMPS de réunir sous un groupe les factions politiques qui placent le principe de souveraineté nationale au-dessus du droit européen et qui veulent sortir de l'euro ou créer une monnaie commune : quels sont les différences PREMIERES fondamentales qui vous empechent d'entamer un dialogue avec le MPEP, le MRC, l'UPR ? Chacun reste dans sa chapelle pour des différences SECONDES qui ne devront se régler qu'après avoir réglé le premier souci : l'UE et l'euro, le libre-échange et les mouvements de capitaux. Or ces quatre forces font le même constat. On devrait attendre d'un parti comme le votre qu'il fasse le premier pas. Je sais qu'il y a quelques années NDA a eu un débat avec ATTAC mais justement le MPEP n'est pas ATTAC, vous vous etes rendu à leur colloque en juin dernier, les points d'accords sont quand même larges...Je suis dépité par ces petites chapelles qui le temps de régler une priorité ne font pas alliance provisoire, temporaire tout ce que vous voulez. J'aimerais bien avoir votre point de vue sur l'absence de stratégie qu'il y a sur ce point là. De Gaulle, le CNR n'avaient-ils pas un souci de rassemblement avant les dissensions secondes ? Cela mérite un post sur ce blog. La situation réclame de la hauteur, pas de la transversalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gauchistes ne veulent pas de NDA il l'ont traité de facho.

      Supprimer
    2. Je veux juste dire que je suis tout a fait d'accord avec L CH et qu'il exprime mieux ce que j'ai voulu dire plusieurs fois sur ce blog.

      Supprimer
    3. @ LCH

      Vous comprendrez bien évidemment que la stratégie de DLR ne se discute pas de manière publique sur un blog. Au mieux, je peux dire que je pense que les souverainistes progressistes ont vocation à se rassembler un jour.

      Je fais toute confiance à Nicolas Dupont-Aignan pour la direction à donner à DLR.

      Supprimer
  16. Je voudrai quand même faire un petit rappel historique. C'est sous la présidence chirac avec la loi sur les singes réligieux à l'école et la loi sur le rôle positif de la colonisation que les conflits en France ce sont exacerbé. C'est là qu'on a vu au plus grand jour une France divisée, c'est là que des livres dans lequelles on explique que l'histoire de France est une succession de turpitudes et que la France est un Etat colonial et tout ça. Qui sont les gaullistes qui ont affronté les indigènes ou toute la gauche multiculturaliste? Il y en a pas. Et encore une fois les "gaullistes" qu'on voit ici préfèrent faire de sarkozy le bouc émissaire de tous les problèmes mais enfin ça durera pas longtemps, en tout cas je signale que déjà Juppé va pas se répresenter.

    RépondreSupprimer
  17. Ca n'est de toute façon qu'un peu plus tôt que les autres, il n'y a en définitive aucun moyen pour un pays (tous) de rembourser sa dette. La France fera à un moment ou un autre également défaut sur sa dette: le seul espoir pour les épargnants qui auront ce jour là la patate chaude dans les mains, c'est qu'on leur paye les (seuls) intérêts jusqu'à leur décès...
    En fait il faudra sérieusement rediscuter de la proposition DLR: je pense que le solde des 100 milliards monétisés chaque année (ca c'est une bonne idée), diminué des intérêts payés, serait bien mieux utilisé en investissement collectifs de transitions énergétique et écologique qu'au remboursement d'une partie du capital de la dette.... on serait dans un défaut progressif qui ne pénaliserait pas les revenus des petits porteurs (assurances vies et fonds de pension) qui n'en peuvent rien et se sont fait gruger depuis Maastricht.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je répondais à NA et à Patrice Lamy

      Supprimer
    2. BA, pas NA :((((

      Supprimer
    3. d'accord !

      Supprimer
  18. Une curiosité, à Mayotte la musulmane le candidat "islamophobe" sarkozy a battu de justesse hollande alors qu'il avait été ecrasé par Ségo en 2007. En Polynesie Sarkozy a gagné aussi, Oscar Temaru qui veut inscrire la polynesie dans les territories à décoloniser à l'onu et qui parle a fait sa déclaration d'indépendance en anglais pour bien marquer que le français est la langue du colonisateur est un ami et soutient de hollande. On verra en tout cas les candidats aux législatives de DDR curieux de voir s'il y a aura tout les français qu'on devrait unir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas faux sur ce sujet

      Supprimer
  19. Citation Marianne2 : "Deux instituts de sondages, Sofres et Ifop confirment un report important (aux alentours de 60%) des voix de Marine Le Pen vers Nicolas Sarkozy. Dans le même mouvement, à 54%, les électeurs de l’UMP estiment (Ifop) qu’un accord entre l'UMP et le FN est souhaitable. La proximité des deux électorats n’a donc jamais était aussi forte."

    Il semblerait d'après ce sondage que le vivier des 1 millions d'électeurs supplémentaires du FN lors du 1er tour (depuis le record de 2002) ne provienne plus cette fois du milieux ouvrier/petis employés eurosceptiques à juste titre, qui ont constitué le gros des bataillons jusqu'ici, mais cette fois d'électeurs UMP décomplexés par Marine Le Pen vs son paternel à l'humour douteux.

    La proximité des électorats FN-UMP et la porosité du fameux cordon sanitaire institué jusqu'à lère Chirac ! Voilà une nouvelle hypothèse qui rend le scrutin de la législative à venir très intéressant !

    Personnellement, j'ai du mal à croire que les électeurs de droite europhiles pourraient soudainement basculer dans le camp souverainiste représenté par le RBM "Bleu Marine". Mais pourquoi pas après tout ... en temps de crise tout devient possible :-). Ce démantèlement de l'UMP serait dès lors une excellente nouvelle également pour DLR qui accueillerait les électeurs ex UMP trop timides pour voter FN.

    Sources :
    http://www.marianne2.fr/Marine-Le-Pen-demande-aux-electeurs-de-l-UMP-de-la-faire-entrer-a-l-Assemblee_a217368.html

    RépondreSupprimer