lundi 21 avril 2014

L’appel à la désobéissance européenne d’Aurélien Bernier


Je ne connaissais pas vraiment le M’PEP avant d’être allé à un colloque passionnant qu’ils organisaient sur la question européenne en juin 2011. L’occasion d’acheter le dernier livre du porte-parole du mouvement, Aurélien Bernier, « Désobéissons à l’Union européenne ».


Une vraie communauté de pensée

Il faut être clair, au sujet de l’Europe, je n’ai pas trouvé l’épaisseur d’un papier à cigarette entre les idées du M’PEP et les nôtres. Naturellement, sur d’autres questions, nous pouvons diverger (encore que, beaucoup moins qu’on ne pourrait le croire), mais l’ensemble de l’analyse de l’auteur sur les carences de l’Europe qui s’est construite depuis l’Acte Unique rejoint complètement la mienne.

Aurélien Bernier commence par évoquer les « non » français (à 54,7%) et hollandais (à 61,6%) du printemps 2005 pour regretter une « victoire gâchée ». Il dénonce cette Europe qui « interdit toute mesure contraire aux intérêts des transnationales et des marchés financiers ». Il souligne que les plans européens « ne relèvent en rien de la solidarité entre Etats européens, (ils) assurent d’abord et avant tout aux banques et aux investisseurs qu’ils sauveront leurs mises ».

Il affirme très pertinemment que « les déficits et la dette publics créés par l’eurolibéralisme justifient d’aller encore plus loin dans l’eurolibéralisme ». Il dénonce « l’échec de la gauche de gouvernement qui entend pratiquer l’alternance mais ne propose aucune alternative » et « un ordre juridique qui ne repose sur aucune légitimité populaire, qui prétend planifier une politique invariable, (…) qui ne laisse plus aucune place pour d’autres politiques économiques, sociales ou environnementales ».

Une forteresse ultralibérale et anti-démocratique


En 1957, Pierre Mendès-France disait de la CEE : « Le projet du marché commun tel qu’il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du 20ème siècle selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes : soit elle recourt à une dictature interne (…) soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique exercera en réalité la puissance publique ».

Aujourd’hui, non seulement « toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les Etats membres en entre Etats membres et les pays tiers sont interdites », mais « l’unanimité est requise pour l’adoption de mesures (…) qui constituent un pas en arrière dans le droit communautaire en ce qui concerne la libéralisation des mouvements de capitaux à destination ou en provenance de pays tiers ». En clair, le Luxembourg pourrait empêcher tout pays de restreindre les mouvements de capitaux !

Pour l’auteur, l’Acte Unique marque un tournant avec la liberté de circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux, et qui fera dire à Margaret Thatcher qu’il « ravive la finalité libérale, libre-échangiste et dérégulatrice (du traité de Rome) ». Il note que la Cour de Justice Européenne a imposé une régression du droit social, en permettant par exemple à une entreprise polonaise installée en Allemagne de verser des salaires inférieurs au salaire minimum allemand !
Développant la genèse du projet européen, il cite Jean Monnet : « au point de vue économique, il est essentiel que soit empêchée dès l’origine la reconstitution des souverainetés économiques ». Il souligne à quel point les discours dominant caricature le débat en opposant « d’un côté, les affreux nationalistes rétrogrades, forcément xénophobes, qui refusent la construction européenne, et de l’autre, les progressistes ouverts et bardés de sentiments généreux qui la soutiennent ».

Aurélien Bernier dénonce « un arsenal juridique érigé contre les peuples » et note la lente insidieuse dérive qui a fait prévaloir le droit européen sur les droits nationaux, y compris les Constitutions ! Il souligne qu’un nouveau gouvernement « ne peut pas mettre en œuvre une législation qui contreviendrait aux principes de l’Union » ! Pour lui, « il en est fini de la souveraineté pleine et entière du législateur français ». Il note qu’en Allemagne la cour de Karlsruhe a refusé cet engrenage en juin 2009.

L’auteur reprend l’exemple des OGM (que j’ai souvent traité sur le blog) pour démontrer le caractère anti-démocratique de cette Europe qui prétend imposer la volonté des technocrates à la majorité des Etats. Un réquisitoire efficace pour se débarrasser définitivement de l’UE.

Source : Aurélien Bernier et le M’PEP, « Désobéissons à l’Union Européenne », 1001 Nuits, 1ère publication en août 2011

57 commentaires:

  1. Je suis totalement d'accord avec les analyses d'Aurélien Bernier et je conseille à chacun de lire ce petit livre . Par contre le M'PEP - je ne sais si A.B. en est encore adhérent - fait une grave erreur politique et démocratique en appelant à l'abstention lors des européennes..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en termine la lecture. Et je partage totalement l'avis de AJH: tout ce qui y est exposé correspond parfaitement à mes opinions/convictions. Sauf la conclusion: pas question de voter avec mes pieds.

      Supprimer
  2. @A-J Holbcq,
    pas d'accord avec vous: l'abstention est la seule forme possible de protestation contre ce parlement croupion et prétexte! Participer à son élection, c'est légitimer une supercherie, un déni de démocratie! Outre son impuissance, le parlement européen, comme toute émanation de l'UE, est corrupteur, et je peux au moins vous donnez deux exemples.
    En France, cela fait 30 ans que le FN est systématiquement représenté au PE, qui a été sa seule tribune politique depuis ce temps, et longtemps été la source de rémunération pour ses dirigeants! C'est un grand paradoxe que de savoir que c'est l'UE qui a pourvu à la subsistance d'un parti qui se prétend euro-sceptique.Or, on ne mord jamais la main qui vous nourrit: ce seul fait-là explique les ambiguïtés du FN à l'égard du discours européen, notamment sur la sortie de l'euro (position incompréhensible et contradictoire), et sur la souveraineté du pays (sortir de l'UE est exclu pour le FN). De même, les partis de l'extrême-gauche européenne, comme la GUE, sont tous aussi pro-européens, du moins faiblement anti-européens, précisément parce qu'ils jouent le jeu de l'UE.
    Deuxième exemple, qui s'il n'a rien avoir avec le PE, est assez voisin: c'est celui de l'ETUC, mieux connu en France sous le nom de Confédération Européenne des Syndicats (European Trade Union Confederation). Fondé directement par la Commission Européenne, cette émanation de l'UE a induit chez les syndicats français un tropisme pro-UE. Si la CFDT a rapidement adhéré à cette coquille vide, la CGT y a longtemps été hostile car elle savait ce qu'il en coûtait d'y adhérer: cela valait reconnaissance à l'adhésion aux idées européennes. C'est sous Bernard Thibault que la CGT a fini par devenir membre du CES, et les résultats ne sont pas faits attendre: si en 92, la CGT appelait à voter contre Maastricht, en 2005, elle appelait à la liberté de vote, faute de pouvoir appeler à voter oui au TCE! En effet, si le sommet était converti à l'UE, la base cégétiste était férocement contre la ratification! Voilà pourquoi participer à une émanation de l'UE est problématique car l'UE profondément corruptrice.

    CVT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut absolument voter contre l'UMP et le PS. Choisir de s'abstenir est une grave erreur et n'a aucun sens ou plutôt donnera lieu à des analyses contradictoires, comme ce fut le cas pour les dernières municipales en France il y a quelques semaines. Rappelez-vous : certains y voient un "désir" de plus de droite, d'autres un désaveu de la politique de la "gauche" socialiste par l'abstention et les derniers un rejet d'Hollande à titre personnel. La passivité n'a jamais mené à rien d'autre qu'à conforter les pouvoirs autoritaires. C'est le cas de l'UE et de ses technocrates auxquels il est nécessaire de donner une gifle, une leçon avec force.
      Votez le 25 mai contre l'UMP et le PS ou acceptez l'idée de voir les politiques de régression politique, sociale, économique, culturelle s'amplifier et le Traité transatlantique passer "comme une lettre à la poste". Grâce à vous.
      Grâce à vous.

      Demos

      Supprimer
    2. Bien que je vous rejoigne sur le gros de votre analyse, il n'empêche que vous ne devez pas ignorer que l'enjeu majeur de cette législature sera la ratification du traité transatlantique.
      Face à cette monstruosité, je pense qu'au moins pour cette élection, nous devrions tous faire l'effort de voter pour les listes - que ce soit DLR ou d'autres - qui se sont clairement positionnées contre cette ratification.

      Olivier

      Supprimer
    3. @Olivier,
      il y a pourtant une façon simple de dénoncer tout traité signé par l'UE au nom des états-membre présent ou à venir: sortir de l'UE! Aucun peuple ne peut être contraint contre son gré à subir des lois qui ne sont faites que pour le big business américain: c'est une violation manifeste de souveraineté, sous couvert de respect des traités!

      CVT

      Supprimer
    4. @Démos,
      je pense sincèrement que le Parlement Européen est la seule instance pour laquelle l'abstention est nécessaire, voire indispensable: quoi que la Commission Européenne propose, ce parlement n'a aucune moyen de l'entraver définitivement si le conseil de l'Europe est d'accord. Donc peine perdue: c'est un vrai déni de démocratie en soi!
      En plus, ce parlement n'est pas l'émanation d'un peuple européen, mais une instance technocratique: donc l'argument du vote comme résultat d'une lutte historique ne tient pas.
      Enfin, je répète ce que j'ai dit à AJ Holbecq: cela fait 30 ans que le FN, parti supposé anti-européen, vit de cette institution. Croyez-vous vraiment que l'UE ne soit pas capable de vivre correctement avec un opposition en son sein? Au contraire, l'opposition permet de la légitimer...

      CVT

      Supprimer
  3. @ CVT

    " l'UE profondément corruptrice" ... comme toute autre institution (municipalités, parlement, etc.). Le prix de la pureté est la marginalité définitive : l'on n'a jamais vu un parti se construire sur l'abstention. Et cette dernière n'a aucune portée politique, sauf dans un contexte révolutionnaire dont nous sommes très loin. Rejoindre le camp des pêcheurs à la ligne et des éternels désabusés ne nous avancera pas d'un iota. Notre problème est d'imposer me thème de la souveraineté dans le débat politique et que DLR atteigne le seuil de crédibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement d'accord avec vous. Réagissez, ne vous laissez pas endormir ! La passivité, le retrait du jeu politique nous précipiteraient (précipiteront) vers notre fin.

      Demos

      Supprimer
    2. @J.Halpern,
      habituellement, je suis quelqu'un de civique, et ça m'en coûte beaucoup d'appeler à ne pas voter, mais en l'espèce, et dans le cas PARTICULIER du parlement européen, il le faut boycotter cette élection.
      Ce parlement, contrairement aux institutions nationales, n'est pas l'émanation du peuple, mais résulte de l'octroi d'une charte rédigée par les technocrates européens. A partir du moment où sa légitimité n'est pas populaire mais technocratique, je n'ai AUCUN remord à appeler au boycott, d'autant que c'est EXPRES qu'on nous demande d'élire une assemblée IMPUISSANTE et INCAPABLE!
      Posez-vous la question de savoir ce que vous aller faire avec une assemblée euro-sceptique, voire euro-phobe: elle sera empêchée par les statuts de l'UE!

      CVT

      Supprimer
    3. @ J. Halpern,
      Et ça sert à quoi d'aller voter ? pour que certains fassent dire aux résultats des suffrages ce qu'ils ont envie.

      Voter pour qui ? des parties qui font des résultats lamentables et sont donc majestueusement ignorés !

      Voter pour quoi ? on fait comment quand on se reconnait dans un aucun parti ?

      Voter pour des gens qui auront le pouvoir (fin en soi) et en font ce qu'ils veulent ? bôf. Voter pour des gens qui sont mandatés pour n'appliquer que le programme pour lequel ils ont été élus ? chiche !

      Supprimer
  4. @CVT
    La vraie contestation c'est le vote pour ceux qui veulent limiter les pouvoirs de l'UE, en attendant 2017.
    Vous avez le choix : DLR ou FN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @A-J Holbecq,
      cette assemblée européenne est incapable! A partir de là, je ne vois pas comment elle pourrait entraver les desseins de l'UE. Et quand bien même elle y parviendrait, on persistera à justifier son existence, alors qu'elle ne sera à rien, ou au mieux, à enlever encore plus de légitimité aux parlements nationaux.


      CVT

      Supprimer
    2. Il n'y a pas que DLR ou le FN, il y a le FG aussi! C'est malhonnête de l'ignorer ou de le récuser. L'imposture technocratique pro-capitaliste de l'UE est centrale depuis 2005 dans le discours de ce mouvement!

      Supprimer
    3. @ A-J Holbecq,
      Sans parler du fait que j'ai certains désaccords graves avec DLR, ce parti fait (malheureusement ?) des scores lamentables pour ne pas dire minables !

      C'est bien beau, mais à la vitesse à laquelle les choses ne changent pas pour DLR, on aura eu la guerre civile OU la dictature totale des ultra-libéraux avant que DLR fasse un résultat décent aux élections (quel que soit l'échelon) ^^'.

      Supprimer
  5. @CVT

    Les politiciens s'en moquent des abstentions, tant qu'ils sont élus par les électeurs restants. Non, le seul moyen est de mettre en péril leur sinécures et d'aller voter pour d'autres parties DLR, UPR, FN, ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec DLR et le FN c'est l'europe des nations et la renégociation des traités non merci!

      Supprimer
    2. @Anonyme 12:26
      donc vous préférez l'Europe féodale des mafias et des financiers, c'est ça?

      La vérité, c'est qu'à l'heure actuelle, il n'y a pas d'autres possibilités: soit la souveraineté des nations, soit le féodalisme capitaliste/mafia.

      CVT

      Supprimer
    3. Et bien non figurez vous, moi je suis pour la sortie unilatérale par l'article 50 du TUE que l'UPR qui est le seul mouvement en France à le proposer. Votre Europe des nations ne veut rien dire, avoir l'accord unanime des 28 Etats membres est impossible. La seule solution légale est donc la sortie unilatérale. C'est pourquoi DLR et le FN avec leurs "autre Europe" n'ont aucune crédibilité à mes yeux.

      Supprimer
    4. @Anonyme 14:54,
      je ne dis pas le contraire! Je suis moi aussi pour une sortie pure et simple de l'UE, ce qui nous ramènera donc au status quo ante bellum: un retour aux nations libres et souveraines en Europe! L'Europe des nations n'a pas à être construite, elle existe déjà: le continent géographique européen existe sans que nous ayons besoin de le recréer...
      C'est important à préciser, car je trouve aussi que DLR est ambigu sur ce point de vocabulaire.
      Sinon, ma remarque est valable: seul un retour du contrôle aux frontières permettra d'endiguer les mafieux et les financiers.

      CVT

      Supprimer
    5. Nous sommes bien d'accord, sauf sur l'ambiguité de DLR et du FN qui est dû pour moi à un manque de courage ! Ces 2 mouvements ont le privilège de passer dans les médias (surtout le FN) mais ne font aucune proposition claire et tranchée! Dans ces conditions rien ne permettra aux français d'accomplir le grand effort mental nécessaire pour admettre une rupture nette avec l'euro, l'UE ainsi que l'OTAN (DLR souhaite rester dans le commandement intégré alors que cet organe n'a plus aucune justification si ce n'est la prééminence géopolitique des Etats-unis). Si je regarde à la lettre les propositions des différents mouvements sur ces questions un seul me parait avoir la bonne analyse du point de vue du droit et de l'histoire : L'UPR de François asselineau.

      Supprimer
    6. Pour ma part, je pense que la sortie directe de l'UE n'est pas forcément le scénario le plus intelligent. Je pense que dans un premier temps la France doit tenter la stratégie de la désobéissance aux traités, en prenant des dispositions unilatérales concernant la monétisation de la dette et la régulation bancaire. Elle doit engager le bras de fer avec la Commission et l'Allemagne en particulier mais tout en exprimant son souhait de redéfinir le projet européen de coopération. Le repli national pur et simple, s'il doit être envisagé, ne doit être qu'un deuxième choix car il signifie le risque d'un retour à la concurrence primaire entre nations.

      Supprimer
    7. @Jauresist,
      désolé, mais la sortie de l'UE (je ne suis pas membre de l'UPR) est la plus honnête et surtout la plus responsable!
      Un traité engage un pays, et commencer à déroger, c'est reprendre sa parole. C'est désobéir qui est infantile, et surtout, c'est le règne de l'arbitraire: pourquoi désobéir dans certains cas et se soumettre pour d'autres?
      J'ai toujours détesté l'arbitraire en général, et ce n'est pas moi qui vais lutter pour instaurer des règles auxquelles je vais déroger à ma guise.

      CVT

      Supprimer
    8. Une sortie unilatérale n'est absolument pas un repli sur soi, le monde verra simplement que la France a retrouvé son indépendance et sa volonté propre. La désobéissance au traité est complétement absurde il s'agit ici de relations entre Etats souverains, si vous bafouez vos engagements vous violez la souveraineté des autres Etats. Sans compter les multiples incohérences que cela pourrait avoir selon les traités on resterait avec l'euro mais on prendrait "des dispositions unilatérales concernant la monétisation"..... Comment vous défendez ça du point de vue du droit et de la diplomatie? Avec cette méthode on risque d'être complétement discrédité, au contraire avec l'article 50 du TUE on met les points sur les "i" tout en restant dans la plus parfaite légalité. Quant au retour à la concurrence primaire des Etats je pense moi qu'en restant dans l'euro aboutira à des tensions très graves l'Allemagne et la France ne pouvant pas avoir la même monnaie leurs économie étant trop différente.

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens tout d'abord à féliciter Laurent Pinsolle de faire état d'une "communauté de pensée" avec A.Bernier. et le M'PEP, pour la valeur des arguments et idées exposés sur l'UE, et surtout de montrer ainsi qu'il ne réagit pas en boutiquier de parti ; contrairement à d'autres leaders "patriotes", tels qu'Asselineau ou Soral.pour ne pas les nommer ...

      Supprimer
    2. Je tiens également à féliciter L. Pinsolle d'avoir eu le courage de publier cet article. Le M'PEP a en effet, pour un gaulliste, un coté sympathique. Mais il faudrait que l'on m'explique en quoi s'abstenir aux élections peut-être en quoi que ce soit efficace ?
      Autre question: Pourquoi L. Pinsolle n'êtes-vous pas vice-président de DLR ? Le parti a, à mon avis, bien besoin de vous.
      Lenormand

      Supprimer
    3. Laurent est trop occupé à haïr MLP et à se désintéresser des sujets qu'elle a souillés. C'est malheureux, parce que c'est la seule ( et là, je dis sérieusement que c'est malheureux ) à avoir la moindre chance de nous débarrasser de l'UMPS.

      Sancelrien


      Supprimer
  7. @Tous,
    Ouahhh! Et bien, si je m'y attendais: autant de réactions, ça fait au coeur :-)!
    Le parlement européen n'a aucun moyen d'empêcher une quelconque ratification des traités signés par l'UE! La meilleure preuve en est la directive emploi-service, mieux connue sous le nom de directive Bolkestein. Elle est en vigueur, alors même que le PE s'y était opposé!
    Vous savez tous comme moi, que par construction, le PE ne peut s'opposer à la fois à la Commission Européen et au Conseil Européen! C'est leurrer les électeurs que leur faire croire qu'une assemblée majoritairement euro-sceptique pourra corriger, voire empêcher, un biais atlantisme! C'est d'ailleurs la justification de son mode d'élection au suffrage universel...
    Vous savez pertinemment que la seule façon d'agir propre, simple (je n'ai pas dit FACILE...) et compréhensible par les électeurs, c'est de dénoncer les traités européens en sortant de l'UE. Toute participation au système européïste ne fera que le légitimer...
    Auparavant, je pensais comme vous qu'il fallait subvertir le régime européïste, mais nous n'avons plus de temps à perdre: il va chuter, et ça faire très mal! 100 ans après la Grande Guerre, l'UE est en train de semer les graines de la haine entre les peuples, et pire, même à l'intérieur des peuples; il faut arrêter immédiatement les frais...


    CVT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La seule façon d'agir propre .... par les électeurs, c'est de dénoncer les traités européens en sortant de l'UE". "Le parlement européen n'a aucun moyen ..". Il ne faudrait donc rien faire ou continuer à nous lamenter sans agir.

      CVT, il faut voter contre l'UE et ses promoteurs (UMP, PS) lors des élections européennes et contre l'UE et ses promoteurs (UMP, PS) lors des élections nationales. CQFD. Si nous avons perdu notre souveraineté, si nous sommes dans une société post-démocratique, si nos sociétés et nous-mêmes sommes au service des transnationales et des riches, c'est bien grâce à la complicité des Hollande, Sarkozy, Giscard, Delors, Monnet et bien d'autres ... En tant que citoyens, nous devons nous exprimer pour ou contre cette politique, d'autant plus que, dans la société civile et dans les entreprises, c'est le calme plat. De ce côté, aucune réaction, aucune manifestation, une résignation totale et une passivité que rien ne vient troubler et, de l'autre, des perroquets et des médias, qui continuent à nous seriner qu'il faut continuer sur la même voie, qu'il serait dangereux d'abandonner l'euro.
      "Arrêter les frais", cela signifie d'abord voter contre l'UMP et le PS, ensuite s'opposer à tout ce qui permet de près ou de loin à la propagande libérale de s'imposer ouvertement ou insidieusement.

      Le choix est, on ne peut plus simple, baisser les bras ou se battre.

      Demos

      Supprimer
    2. @Démos,
      pas d'accord: je n'ai jamais vu de combat qui soit gagné sur le terrain et les idées des adversaires! Seule les élections nationales et portant sur les intérêts de la nation sont légitimes. Ce n'est pas le cas du Parlement Européen, qui prétend dégager un intérêt général européen sans peuple du même nom!
      Désolé, mais participer à cette parodie de vote pour protester contre le système, c'est se moquer du monde, et surtout des électeurs!


      CVT

      Supprimer
    3. Je peux comprendre ta position, mais, d'abord, ton abstention ne sera pas comptabilisée comme un rejet de la politique européenne, et, ensuite, l'abstention favorise les partis les plus puissants, alors qu'il existe des alternatives présentant un intérêt certain.

      Demos

      Supprimer
  8. Pourquoi faudrait-il désobéir à des traités que nous avons signés alors que ces mêmes traités prévoient que l'on peut en sortir ?
    JJ

    RépondreSupprimer
  9. En règle générale je m'abstiens quand je ne trouve pas de différence significative entre les candidats qui briguent mon suffrage, mais ce ne sera pas le cas aux prochaines européennes puisqu'il y aura des listes souverainistes.

    Par contre l'argument de ceux qui disent que de toute façon le PE n'a aucun pouvoir est plus troublant.

    Cependant on peut imaginer qu'un PE a majorité eurosceptique utilise son budget pour promouvoir la cause souverainiste dans les médias.

    Ou pas ?

    Et puis il y a le parti Pirate, qui combat à la fois les états nationaux, l'OTAN, et le super-état européen. Ils sont clairement opposés au projet de traité de libre-échange transatlantique. S'il est vrai que là se trouve l'enjeu principal du scrutin, ils seront nos alliés.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ivan,
      si vous combattez les Etats-nations, alors vous combattez la démocratie et le droit de vote. Dès lors, vous ne valez pas mieux que les ultra-libéraux...
      J'ai toujours détesté les anarchistes, ils ne pensent qu'à leur gueule, et ils sont du même métal que les libéraux. En gros, ils sont pour un monde de renards libres dans un poulailler libre: en effet, sans état, qui fera respecter les lois?
      D'ailleurs, ce n'est pas pour rien qu'on parle de libéralisme-libertaire...

      CVT

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord avec les pirates sur la question de la nation.

      Ils considèrent l'état national comme un simple prédateur, certes moins redoutable que les sociétés privées multinationales et les organisations politiques supranationales qui servent leurs intérêts, alors que cette position ne se défend dans le cas de la Suède, berceau du parti Pirate, que depuis le virage néolibéral qui a suivi l'assassinat d'Olof Palme.

      (j'ai toujours pensé qu'il y avait un rapport entre la liquidation physique d'Olof Palme, l’enterrement de son agenda économique et social pour la Suède et le démantèlement de son œuvre, certes moins clair que dans le cas du Chili après l'élimination de Salvador Allende, mais il reste des ombres importantes sur cette affaire que l'avenir pourrait encore éclairer)

      Sur l'UE, rien ne me choque dans la position certes timorée des pirates islandais :

      "Pirates stand for transparency and direct democracy. Therefore we want the whole accession process to be open and for all information to be available. The public should then make a well-informed decision via a binding referendum. It is not the role of political parties to decide for or against EU membership, but they should be prepared for either decision."

      En gros : du moment que ce sont les citoyens en toute transparence et pas les partis dans l'opacité qui décident de l'entrée, et que la sortie se décide de la même façon...

      http://www.piratar.is/policies/?lang=en

      Pour moi ils sont anti-UE sans le savoir.

      De toute façon je ne vois ce que cela aurait de choquant de voter au PE avec les pirates (et avec l'UKIP) contre le traité transatlantique.

      Ivan

      Supprimer
  10. voila une petite vidéo du parlement européen qui résume beaucoup de chose........a voir.http://www.youtube.com/embed/jbLFo02jlH8

    RépondreSupprimer
  11. il n’y aurait (probablement) pas eu de divergence économique notable dans la zone euro après 2008 si plusieurs des mesures raisonnables suivantes avaient été prises, AUCUNE N’EXIGEANT UN BUDGET EUROPEEN PLUS IMPORTANT : 1) si le « sauvetage des banques » s’était accompagné de contreparties exigées en faveur de l’économie réelle, d’une vraie séparation bancaire, et si besoin de prises de contrôle des banques les plus dangereuses ; 2) si la BCE avait coupé l’herbe sous le pied aux « marchés » en prêtant (directement ou indirectement) à 1 % aux Etats les plus endettés ; 3) si une partie des dettes publiques excessives, en particulier en Grèce, avait été jugée illégitime (ce qui était bien le cas) et annulée ; et 4) si la stratégie européenne d’austérité publique (dont même le FMI a fini par admettre qu’elle était dommageable) avait été rejetée.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/04/17/sortir-de-l%E2%80%99euro-de-l%E2%80%99union-23-les-oppositions-de-fond/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme 18:37

      Que de "si"... ce pauvre Gadrey cherche désespérément à imaginer une usine à gaz qui sauverait l'Euro... comme si tous les traités européens ne s'opposaient à cette solution (prise de contrôle des banques, refinancement des états, etc.).

      Et même si une bonne fée voulait bien transformer les citrouilles en carrosses, il resterait encore le différentiel croissant de productivité qui nécessite des dévaluations ou un prélèvement massif sur l'économie allemande.

      Tout ceci manque totalement de sérieux...

      Supprimer
    2. Ca fait effectivement beaucoup de si...

      Supprimer
  12. https://vimeo.com/92040925
    Cette excellent entretien documentaire avec Aurélien Bernier

    RépondreSupprimer
  13. @ A-J H

    Bien d’accord sur l’appel à l’abstention du M’PEP qui m’a beaucoup surpris.

    Selon le programme et l’évolution, on pourrait ajouter le FG à la liste.

    @ CVT

    L’abstention ne change rien à rien comme le montre l’évolution de l’UE parallèlement à l’augmentation de l’abstention lors des élections européennes. Et si les opposants à l’UE s’abstiennent, cela renforce le nombre de parlementaires des partis qui y sont favorables…

    Voter le 25 mai, c’est exprimer une opinion sur l’UE et envoyer des vigiles à Strasbourg. Et donc, voter FN n’est pas une bonne idée vu le bilan de ses députés depuis des années…

    @ Demos

    Bien d’accord

    @ Olivier

    Je vais y revenir (longuement) dans les prochains jours

    @ Anonyme pro-UPR et JJ

    Nous avons proposé la dénonciation des traités dans notre programme en 2012. Notre position sur les traités européens est très claire : une sortie immédiate de l’ordre juridique européenne. En passant par l’article 50, l’UPR propose de prolonger le bagne pendant 2 ans. Nos propositions sont donc plus fortes que les siennes.

    @ Patrice Albert

    Merci

    @ Sancelrien

    Je me désintéresse des sujets que MLP a souillés ? Vous avez plus ridicule comme attaque ? Je viens de publier 3 papiers sur un livre qui veut casser l’euro… C’est le FN qui empêche la France de se débarrasser de l’UMP et du PS.

    @ Ivan

    Nous sommes clairement opposés au traité transatlantique…

    @ J Halpern

    Bien vu. Certains votent pour une Europe imaginaire qui irait dans le sens strictement opposé de celui qu’elle prend depuis des décennies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent Pinsolle,
      [Nous avons proposé la dénonciation des traités dans notre programme en 2012. Notre position sur les traités européens est très claire : une sortie immédiate de l’ordre juridique européenne.]

      non, justement, ce n'est pas clair du tout: depuis deux ans, j'attends de savoir ce que DLR appelle ordre juridique européen. Pour moi, c'est flou et quand c'est flou, il y a un loup. Le seul statut possible, si on ne veut pas être soumis aux traités, c'est de le dénoncer unilatéralement. Or la seule façon de la faire, c'est de sortir de l'UE, et seul l'article 50 le permet. Vous allez encore arguer qu'il faut deux ans, mais c'est une durée maximale, et en plus, d'autres articles internationaux peuvent s'appliquer au cas où, car on ne peut contraindre indéfiniment un pays à rester sous un régime transitoire, c'est contraire à l'idée même de souveraineté.
      Le vrai problème, c'est que personne ne veut reconnaître chez DLR qu'il faut que la France retrouve sa pleine et entière souveraineté HORS DE L'UE, et ce quelqu'en soit les modalités!


      CVT

      Supprimer
    2. @ Monsieur Pinsolle,
      Nous ne voulons pas envoyer des vigiles à Strasbourg, nous voulons des gens qui disent clairement : stop. L'U.E. doit être dissoute, désintégrer, et on verra plus tard si on peut faire autre chose autrement.

      Si c'est pour regarder très attentivement l'U.E. ultra-libérale sortir toujours plus de traités qui renforcent les précédents... ça sert à rien d'être vigilant. La blague.

      Il est impossible de réformer le système de l 'intérieur, ni même de l'influencer.
      Les idées ultra-libérales sont tellement bien implantées dans le esprits, ça va être très dur de changer de cap.

      Probablement même qu'il faudrait une catastrophe, pour que les ultra-libéraux se remettent en question (rien de réjouissant).

      Supprimer
  14. Plus de 20 ans pour construire une europe bancale qui amènerait un sursaut de réformes, 6 ans à attendre depuis 2008 des réformes qui ne viennent pas...

    6 ans c'est plus que la guerre de 14-18 ou celle 39-45.

    Les politiques qui s'accrochent à l'Euro le font pour sauver leur carrière car ils savent que dès la fin de l'euro leur carrière sera terminée, ils seront discrédités définitivement.

    RépondreSupprimer
  15. "C'est le FN qui empêche la France de se débarasser de l'UMP et du PS".

    Parfaitement d'accord M.Pinsolle!
    Le FN c'est l'épouvantail bien utile du système pour faire peur aux classes moyennes.
    C'est pour cela qu'il y a depuis quelques années une bulle médiatique autour de lui qui lui profite.
    Le CSA récemment a épinglé BFMTV qui avait accordé 46% de temps d'antenne politique lors des municipales au FN...
    Au deuxième tour, le FN perdra toujours face à l'UMPS, question de réaction démocratique primaire du peuple de gauche, c'est comme çà.

    Bravo LP, c'est vrai que c'est appréciable de constater que vous ne forcez pas l'esprit de boutique. La solution passera par là!
    Vivement qu'on se mette au travail de rassemblement entre citoyens de divers horizons, mais de bonne volonté!

    L'abstention ne mènera nulle part. Avec 10% de suffrages exprimés, nos dirigeants se trouveront toujours légitimes à jouer la farce démocratique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jauresist,
      [Avec 10% de suffrages exprimés, nos dirigeants se trouveront toujours légitimes à jouer la farce démocratique.]
      Et bien ainsi soit-il! Quand vous aurez mis 1/4 à 1/3 d'euro-sceptiques au parlement européen, et que le traité sera ratifié malgré tout, qu'allez vous faire?
      Vous savez parfaitement que pour sortir de ce piège, il faudra d'une façon ou d'une autre sortir de l'UE car ce sera le seul moyen légal de dénoncer ces accords de libre-échange transatlantiques faits sur le dos des peuples.


      CVT

      Supprimer
  16. Complètement d'accord avec tes deux dernières observations, mais je ne partage pas du tout le point de vue de Laurent sur "le FN, qui empêche la France de se débarrasser de l'UMP et du PS". C'est le système politique français actuel, qui est en cause en garantissant la mainmise de partis, comme l'UMP et le PS, qui sont de véritables entreprises, puissantes et structurées, ne fonctionnant que pour capter le pouvoir et en user au profit de ses membres et des intérêts qu'ils servent. Le modèle actuel est dépassé et montre ses limites et il faut changer de paradigme avec des citoyens élus et non les représentants d'un appareil pour une durée limitée et non à vie. Au passage, il serait utile pour l'époque est à la baisse des dépenses inutiles d'envisager la suppression de nombreuses institutions aussi inutiles que coûteuses, comme le Sénat ou le CES même si cela n'est pas à l'ordre du jour pour ceux qui veulent continuer à bénéficier d'une rente de situation.

    RépondreSupprimer
  17. @ CVT

    La dénonciation des traités, c’est tout de même clair et cela signifie très clairement que nous souhaitons que la France retrouve sa pleine et entière souveraineté. Et il est ridicule de dire que seul l’article 50 permet de sortir de ces traités. Je vous renvoie à mon dernier papier sur le sujet :

    http://www.gaullistelibre.com/2013/04/de-larticle-50-de-leurope-et-de-lupr.html

    L’abstention change encore moins les choses que le fait d’augmenter la part de voix des opposants à l’UE.

    @ Abd_Salam

    Vu que les choses ne se décident pas à cette élection, le rôle des élus est en parti d’être des vigies. Même si les Français votaient à 60% pour des partis hostiles à cette UE, cela n’impliquerait pas immédiatement un changement de politique. C’est en 2017 que nous pourrons véritablement changer.

    @ Jauresist

    Merci. Bien d’accord sur le rassemblement

    @ Démos

    Ce ne sont pas les institutions qui empêchent de sortir du duo PS-UMP, c’est le fait que le 1er parti alternatif soit le FN, un parti suffisamment repoussant pour qu’une majorité lui préfère des partis qu’ils n’aiment pourtant pas (PS ou UMP) plutôt que de les installer au pouvoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se pose tout de même la question de savoir comment proposer et développer une vision alternative structurée capable de "séduire" sans les tromper les électeurs. Sans vouloir faire l'apologie de MLP, il faut noter que le FN sait reprendre à son compte et porter les thèmes, qui intéressent les Français, même si l'engagement est incertain. Dans le fond, le FN est-il responsable ou le seul responsable, c'est selon, de notre incapacité à fédérer les énergies et les bonnes volontés ? Je ne le crois pas sauf à considérer que les Français ne sont pas à la hauteur de notre démocratie.

      Demos

      Supprimer
    2. @ Monsieur Pinsolle,
      Vous confirmez que les élections européennes ne servent à rien. Pire, participer à ce cirque lui donne de la légitimité.

      Supprimer
  18. Je sais que vous n'aimez pas le juridisme mais je vais en faire quand même un peu.

    Si on dénonce le traité on dénonce en même temps son article 50 et donc on n'a plus de raison de l'appliquer.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  19. Pour les fétichistes de l'article 50, je vous laisse méditer ça :

    De Gaulle : « C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit ‘je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp !’ Ce sont des histoire de juristes et de diplomates, tout ça »

    Donc article 50 ou pas, on s'en contrefout. Si on veut se barrer, on se barre. Point.

    Un excellent billet qui reprend cette citation et d'autres : http://www.gaullistelibre.com/2013/04/de-larticle-50-de-leurope-et-de-lupr.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que disait le Général en privé. En public, il aurait dit la même chose d'une autre manière, par exemple celle que je propose.

      Ivan

      Supprimer
    2. @ Ivan
      Sauf que le Général n'a pas vu la France dans l'état actuel des choses, et n'a pas eu affaire avec les branl... qu'on connait à Bruxelles. Moi, je débarquerais en DS et en chars Leclerc au pied de l'immeuble de la Comission et je te les convoquerais sur place. Au bout d'un moment faut les secouer ces gens-là, et se marrer un peu aussi ;)


      Blague à part, d'accord avec vous, faut aussi garder et surtout conserver sa crédibilité. Mais bon parfois...


      Olivier

      Supprimer
  20. @ Démos

    Le FN existe depuis 42 ans et n’a jamais rien changé pour les Français. Et la mauvaise défense des idées qu’ils reprennent limite leur progression (cf démontage de la monnaie unique). Ce ne sont pas les Français qui sont en cause, mais bien le FN, qui n’est pas à hauteur de la France.

    @ Bip

    Merci

    @ Olivier

    Il faut détruire la Commission, la BCE et la Cour de Justice Européenne qui ont apporté essentiellement de la misère sociale et un affaiblissement de la démocratie.

    RépondreSupprimer
  21. OUI, mais, LES PEUPLES, le PEUPLE FRANCAIS, en ce qui nous concerne a t'il un jour eut un jour, réellement l'IDEE, de "mettre tout sans dessus dessous ? je ne le pense pas! !!! C'est cependant la seule solution qu nous reste crédible.... mais, les ELITES sont précautionneux de maintenir la situation telle quelle et de conserver leur puissance !
    LE PROBLEME, car c'est réellement le VRAI PROBLEME; c'est que ce MACHIN, au même titre, tant en FRANCE qu'en EUROPE a été construit de toutes pièces pat la volonté des OLLIGARCHES de toutes tendances, pour leurs intérêts personnels et ceux d'une CASTE PRIVILEGIEE !!! Tout est très bien ficelè, noeud après noeud, pour éviter toute entrée, toute incursion d'un groupe d'individus dangereux dans la bergerie, qui risqueraient de démonter pièce par pièce ce système (ils ne veulent pas de la proportionnelle intégrale !!) Pour nous français, le SYSTEME est particulièrement OPAQUE et la population scindée en 2 catégories de gens : les TENANTS du SYSTEME qui ont toutes les clefs du POUVOIR, qui détiennent les clefs des verrous de l'OPACITE, les codes secrets, les passe-droits, tout leur est permis, à eux et à leurs amis (corruption sur le dos du peuple)...
    Ensemble, GAUCHE et DROITE réunis, tous les PARTIS POLITIQUES SONT UNIS (comme au FRONT) sur des apparences enfumantes (ils nous trompent par des postures)pour défendre leur TRESOR de GUERRE.
    ON CONSTATE l'état lamentable dans lequel ils nous ont placés, la misère du peuple qui devient de plus en plus grande, SERT à cette OLLIGARCHIE qui tente de se donner bonne conscience, mais, les notes sont fausses, la cacophonie devient insupportable, la mélodie est indécente (mais, comment faire).. CAR dans ce concert, chacun des "grands" dispose de sa cour, qu'il a choyée, protégée, aidée, favorisée, en CLAIR une GARDE RAPPROCHEE,(qu'ils ont cooptée dans toutes les institutions) . Pieds et mains liés, ces cooptés, salariés de la fonction publique, sont victimes de la pression du système corporatiste électoral, mais tellement bien favorisés et nantis, choyés, qu'en définitive ils s'y trouvent bien, et, qu(ils ne trouveront pas mieux ailleurs ? POURQUOI ne se trouveraient t'ils pas bien puisqu'ils bénéficient de l'IILLEGALITE et de l'INJUSTICE au détriment du reste du PEUPLE.... L'écart grandi, les INJUSTICES vont GRANDISSANTES, mais le CLAN reste le CLAN, il faut montrer PATTE BLANCHE pour y être accepté, et surtyou être pistonné !!!! Ne fait pas partie de l'élite qui veut ????
    AINSI est la FRANCE, ainsi est l'EUROPE. Je crains malgré tout ce qu'on vous raconte que les élections européennes ne sont qu'une épisode dans la CONTINUITE !!! QUI PEUT encore croire que les choses demain seront différentes : Elles seront peut être même encore PIRES !!!! QUI SAIT !!!!!

    RépondreSupprimer