dimanche 7 septembre 2014

Une explication des inégalités dans les pays émergents





La globalisation, vecteur d’inégalités

The Economist admet volontiers que les inégalités augmentent dans les pays émergents. Ils citent la hausse de 9% de l’indice Gini entre 1993 et 2008 pour l’Afrique sub-saharienne, et de 34% pour la Chine depuis 20 ans. Il explique aussi que cela contredit les théories de Ricardo, pour qui le libre-échange devait profiter aux travailleurs « low skill » (bonjour le biais idéologique), comme de 1700 à 1900 en France, où le rapport entre les revenus des 10% qui gagnaient le plus et des 10% qui gagnaient le moins, est passé de 31 à 11. Mais depuis les années 1970 ou 1980 selon les pays, les inégalités explosent, avec le cas des Etats-Unis, comme le rapporte la Fed, qui révèle que de 2010 à 2013, les revenus des 10% les plus riches ont progressé de 10% alors que ceux des 20% les moins riches ont baissé de 8%

Selon Eric Maskin, les travailleurs bien formés des pays émergents sont en contact avec les travailleurs plus productifs des pays dits développés. Et ce contact entre personnes différentes maximiserait la productivité globale, les plus productifs tirant la productivité des moins productifs, dont l’activité est complémentaire de celle des premiers. La mondialisation a démultiplié ce genre de contacts, favorisant donc les travailleurs les mieux formés des pays émergents, par rapport aux moins formés, qui ne sont pas exposés aux travailleurs des pays dits développés. The Economist rapporte que les entreprises exportatrices au Mexique paient des salaires 60% plus élevés que les autres et que les usines des multinationales en Indonésie paient leur encadrement 70% plus cher que les entreprises indonésiennes.

Les zones d’ombre de cette théorie

Même si elle voit sans doute assez juste dans sa globalité, cette étude est critiquable sur deux aspects. D’abord, elle postule que la productivité des travailleurs peu formés dans les pays dits développés est supérieure à celle des travailleurs très formés des pays émergents. Mais ici, l’auteur confond sans doute les revenus ou le PIB / habitant et la productivité. Et si ce raisonnement était juste, alors, les multinationales n’auraient aucune raison pour délocaliser puisque ce qu’’elles perdraient en salaire chez nous serait alors rattrapé par la productivité supérieure. Ce faisant, il apporte de l’eau au moulin de Pascal Lamy, mais des études démontrent que ce raisonnement est totalement faux.

L’autre parti-pris contestable d’Eric Maskin consiste à soutenir que les travailleurs bien formés des pays émergents bénéficient de leur contact avec les travailleurs peu formés des pays dits développés. Mais ici, il se trompe. D’abord, l’explosion des inégalités dans ces pays démontre qu’il y a une zone d’ombre dans son raisonnement car, s’il avait raison, en bénéficiant de la double exposition aux travailleurs les mieux formés des pays émergents et des pays dits développés, alors, les travailleurs les moins formés des pays dits développés devraient bien se porter. La réalité, c’est sans doute que les travailleurs les plus formés des deux types de pays interagissent ensemble, ce qui contribue à leur faire tirer un profit disproportionnel de la mondialisation, qui ignore totalement les travailleurs les moins formés.

Le débat sur les inégalités ne cesse de progresser dans le monde. Mais pour l’instant, malgré des chiffres extraordinairement parlant, il ne trouve pas d’issue politique. Mais tôt ou tard, leur explosion finira par trouver une concrétisation politique, qui mettra enfin une muselière à la mondialisation.

24 commentaires:

  1. Les inégalités dans les pays développés et émergents, tout comme le chômage, touchent les personnes les moins qualifiées.

    RépondreSupprimer
  2. Concernant Poutine, témoignage :

    http://www.express.be/joker/fr/platdujour/apres-la-crimee-la-finlande-un-ancien-conseiller-de-poutine-affirme-que-le-president-russe-veut-reformer-lunion-sovitique-de-staline/204033.htm

    Blague :

    http://www.legorafi.fr/2014/09/03/la-russie-affirme-navoir-aucun-soldat-russe-sur-son-territoire/


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Russie envahir la Finlande, Vous fumez vraisemblablement trop de moquette vous! Ce genre de délire ne serait pas grave si on ne risquait pas de guerre nucléaire en provoquant de manière si outrageante l'ours Russe...

      Supprimer
    2. Un article d'il y a 6 mois, repris nulle part d'un type dont on ne sait pas les véritables raisons de son départ mais qui, d'après wikipedia, a "rejoint en octobre 2006 le Cato Institute, un think-tank libéral de Washington".

      Ça c'est de l'info!!

      Bientôt "un copain d'école du cousin de Poutine annonce que celui-ci veut rattacher l'Allemagne de l'Est à la Russie"...

      Supprimer
    3. L'annexion de la Crimée et autres manoeuvres de Poutine, c'est du pipeau ?

      Le témoignage est cité aussi dans :

      http://www.independent.co.uk/news/world/europe/vladimir-putin-wants-to-regain-finland-for-russia-adviser-says-9224273.html

      A force d'être connardement anti-US vous en êtes stupide. Même Todd reconnait qu'en cas d'exil il n'irait pas en Russie, mais aux USA.

      Supprimer
    4. Et la Crimée, ça vient de nulle part?

      Y a aucun rapport avec le refus des USA-UE d'accepter la décision du président légitime de l'Ukraine d'avoir un accord commercial avec la Russie et donc (au minimum) de soutenir le coup d’État qui a suivi?
      Surtout qu'objectivement cet accord était bien plus dans l'intérêt de l'Ukraine que les clopinettes de l'UE.

      A partir de là, je vois Poutine dans la réaction face aux actions de l'UE-USA et donc pas comme "un mégalomane qui entreprend des annexions tranches par tranches".

      Et donc je considère qu'il est tout à fait possible de régler ça par la négociation plutôt qu'en recréant une guerre froide (ou en en créant une chaude).


      Sinon pour l'"anti-US", on a les USA qui sont devenus la superpuissance qu'ils sont en profitant des 2 guerres mondiales qui ont essentiellement détruit l'Europe. Vu leur situation, il est pas impossible qu'ils pensent "jamais 2 sans 3".
      Donc la situation en Ukraine, ça se règle entre européens. Et pas selon un pays à des milliers de km de là.

      Supprimer
    5. Ianoukovitch a été renversé en raison de ses manipulations mafieuses et de la situation désastreuse de l'Ukraine, comme c'est le cas de la plupart des révolutions sans que la CIA n'ait à s'en mêler particulièrement comme voudraient le croire les paranos complotistes qui nous parlent de Bilderberg, voire des Illuminatis si besoin pour cause de tous les problèmes, y compris mon grille pain en panne.

      Supprimer
  3. red2

    Ah ouais, c'est pas moi qui le dit imbécile patenté, c'est Andrej Illarionov qui le dit, triple buse. Poutine a déjà annexé la Crimée, a des soldats sous false flag en Ukraine. Poutine est un maboule qui veut restaurer l'empire Russe slave orthodoxe comme Hitler voulait le Reich. Ce type est complètement cinglé en plus d'être un autocrate avéré. Il faut des demeurés comme Sapir, Berruyer ou Bleitrach pour abonder dans le sens de Poutine.

    Des guignols comme toi se revendiquent de de Gaulle tout en déroulant le tapis rouge à un mégalomane qui entreprend des annexions tranches par tranches. Pauvre type aveugle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Colin Powell confirme?

      Bon bah alors, à l'attaque!!!

      Supprimer
    2. Bip

      Stupidos, imbécile.

      Supprimer
    3. V'là le retour du crapaud baveux et délirant, incapable d'avoir une idée intelligente.

      Supprimer
  4. bip

    "Y a aucun rapport avec le refus des USA-UE d'accepter la décision du président légitime de l'Ukraine d'avoir un accord commercial avec la Russie et donc (au minimum) de soutenir le coup d’État qui a suivi?"

    Ah, et où avez vous vu que l'UE refusait un quelconque accord bilatéral de l’Ukraine avec la Russie, quelles sont vos sources officielles de l'UE, quels documents mentionnent un tel refus ? J'attends vos preuves d'un tel refus de la part de l'UE. Je vous souhaite bien du courage, car vous défendez la thèse de Berruyer l'imposteur qui n'a jamais apporté la preuve de ce refus tout en faisant la clé de voute de tout son délire pro-Poutine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, j'ai pas de preuve "officielle" du genre une interview de Barroso où il dirait "si l'Ukraine refuse notre accord et préfère celui avec la Russie alors nous organiserons un coup d’État avec les USA pour qu'ils l'acceptent en nous appuyant sur l'ouest ukrainien car ce pays est divisé".

      Sérieusement?

      J'imagine par contre que vous avez pas de preuve "officielle" que les USA n'ont pas attaqué l'Irak parce qu'ils avaient "des armes de destruction massive et attention, ça fait mal!!" et que vous croyez à la version "Ah mince, en fait non... Mais il valait mieux être sûr. Désolé!".

      Supprimer
    2. Anonyme 8 septembre 2014 00:52
      Tu sais ce qu'on fait avec les crapauds baveux et radoteurs, on les écrase d'un coup de talon.

      Supprimer
  5. Que je sache Poutine n'a jamais envahi un pays qui n'a rien avoir avec le sien, sa securité et avec des prétextes fallacieux du genre "armes de destruction massive" par exemple.

    Si les russes avaient envahi des zones ukrainophones, polonaises ou roumaines je serais totalement d'accord pour se porter à leur secours. Mais là les EuroMaidans ont cherché ce qu'il leur arrive. Il leur suffisait d'attendre les élections si ils le trouvent mauvais. Et même des élections anticipées étaient prevues.
    Les Euromaidans ne peuvent pas imposer au Donbass de respecter la constitution alors qu'eux mêmes se permettent de renverser le president. C'est la 2eme fois je le rappelle.

    Se mefier de Poutine, d'accord. Mais toujours en restant honnête. Tomber dans la paranoia, la haine et le mensonge nous menera à la guerre en plus de montrer qu'on ne vaut pas mieux que ceux qu'on accuse.

    RépondreSupprimer
  6. "une interview de Barroso où il dirait "si l'Ukraine refuse notre accord et préfère celui avec la Russie alors nous organiserons un coup d’État avec les USA"

    Quelle source ? Et si il l'a dit, ca n'engage que lui, seuls les textes définitifs comptent et aucun texte d'accord ne contient cette clause.

    Poutine a clairement annexé la Crimée, c'est indiscutable.

    La parano est celle de ceux qui prétendent un complot UE-US.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était de l'ironie... Bien évidemment que Barroso n'a pas dit ça.

      Après sur la Crimée au-delà de tout raisonnement sur le droit, la constitution, la légalité du référendum, etc, on peut dire que c'est une réparation de l'histoire.
      Une terre russe pendant 200 ans, peuplée de russes qui veulent rejoindre la Russie a rejoint la Russie. On va pas déclencher une guerre nucléaire pour ça.

      Supprimer
  7. Voila une source de l'incompatibilité entre l'accord avec l'UE et l'accord eurasiatique.

    http://eeas.europa.eu/delegations/georgia/documents/news/2014/dcfta_advantages_vscustomsunion_2014_01_en.pdf

    Une explication ici et difficile d'accuser Harold Hyman d'être un larbin de Poutine

    http://www.bfmtv.com/international/ukraine-ianoukovitch-navait-pas-totalement-tort-tourner-dos-a-leurope-725330.html

    D'autre part il est difficile de comparer la Crimée, ou la grande majorité des habitants se sentent russes et ou Poutine est populaire, avec la Finlande. Il faut quand même avoir des éléments solides pour de telles accusations.

    RépondreSupprimer
  8. Un autre point de vue sur le rattachement de Mayotte à la France.

    http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2012/08/19/la-france-puissance-occupante-doit-rendre-mayotte-aux-comore.html


    RépondreSupprimer
  9. Il y a des conditionnalités quant à la signature de l’accord, mais pas du tout d'interdire tout accord avec la Russie. C'est bien normal que dans un accord bilatéral UE-Ukraine certaines clauses concernant d'autres traités bilatéraux y figurent, pas de quoi déclencher une guerre. Personne n'a obligé le gouvernement ukrainien à signer. Les causes de la révolte sont bien plus profondes et relèvent d'oligarques ukrainiens, y compris dans la partie russophone qui n'est pas si unie que certains le prétendent.

    La Crimée est russophone ça n'entraine pas que la population se sente russe comme vous le prétendez, pas plus que les wallons, québécois ou suisses francophones se sentent français.

    RépondreSupprimer
  10. Le soit disant stratège Poutine va se prendre les pieds dans le tapis en accumulant les coups foireux :

    En se laissant aspirer par une confrontation inutile et destructrice avec l’Occident, M. Poutine se trompe également de problème. Moscou a beau être paranoïaque dès qu’il s’agit de l’OTAN, le véritable problème stratégique de la Russie est l’émergence de la Chine. Englué comme il l’est dans un bras de fer avec l’Ouest, M. Poutine est devenu du coup un serviteur de la Chine, comme le montre de façon claire le contrat énergétique bancal signé récemment avec la Chine.

    http://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/le-machiavel-du-kremlin-conduit-la-russie-au-desastre-23605/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'émergence de la Chine n'est pas un problème que pour la Russie. Qu'en pense Obama, qui signe des contrats avec tout ce qui bouge après avoir échoué à se mettre d'accord avec les Chinois, propriétaires des Etats-Unis ? A ton avis ? Le jour où le système de Bretton Woods coulera, les Etats-Unis n'existeront plus.

      Supprimer
  11. @Laurent et à tous les commentateurs

    Vous allez blablater jusqu'en 2017 comme çà, à commenter l'actualité à la petite semaine, à vous étriper sur vos petites opinions en jouant à celui qui sera le mieux informé?

    Vous vous contentez de refaire le monde dans votre bocal et ce faisant vous avez votre compte d'action politique. Vous croyez peut-être même servir l'Histoire.

    Mais tout ceci, s'il n'y a pas l'ambition de participer CONCRETEMENT à un rassemblement large capable de concurrencer le FN sur le plan des alternatives à l'UMPS, çà ne fait que grossir un peu plus le brouhaha infernal du comptoir qu'est Internet.

    Nous sommes à une époque où chacun doit se sentir investi du devoir citoyen sans précédent de faire chuter l'ordre établi.

    L'oligarchie a pris le contrôle de la République. Elle est d'ailleurs au pouvoir dans la plupart des pays du monde. Et elle poursuit son rôle absurde d'exploitation sans limites de la nature et des hommes au profit de quelques uns.

    Nous sommes au bord d'une spirale climatique périlleuse, d'un basculement matériel terrible. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de continuer à pérorer nos mécontentements.

    Il faut DEGAGER l'oligarchie en place. C'est le devoir d'insurrection mentionné par la déclaration de 1792.

    Et le FN n'étant pas la solution mais l'ultime chien de garde du système, il faut absolument qu'émerge un autre mouvement rassembleur du peuple.

    Commenter l'actualité du gouvernement ou de l'UE ou des banques, sans afficher cet objectif politique, c'est dérisoire et inutile.

    Dans cette perspective j'adhère complètement à l'idée qu'a lancé Mélenchon de créer un mouvement en vue de 2017 portant uniquement sur la VIème République.

    Il a compris que seule la chute de régime pouvait fédérer la masse des mécontents et que le défaut de démocratie était de toute façon le coeur même du problème.

    Il faut redéfinir les garanties de l'indépendance du pouvoir et des contre-pouvoirs, aujourd'hui complètement noyautée par une classe de vues et d'intérêts.

    Avis à vous camarades! Ne restons pas malgré la bouche ouverte les bras croisés. Et surtout serrons nous les coudes pour les DEGAGER!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chronique de Zemmour à ce sujet : http://www.rtl.fr/actu/politique/eric-zemmour-non-a-la-vieme-republique-7774241180

      Supprimer