samedi 4 octobre 2014

La folie des rachats d’action doit être stoppée


Ce n’est pas l’Humanité qui a lancé ce débat, ni même la presse « de gauche », tellement eurolibérale qu’il ne lui vient pas à l’idée de changer quoique ce soit, mais The Economist, le journal des élites globalisées, qui consacre un nouveau dossier à cette nouvelle perversion du néolibéralisme.



Tes actions tu rachèteras

La bible néolibérale n’y va pas par quatre chemins en dénonçant la « cocaïne d’entreprise » et rappelle que « les entreprises dépensent des montants records pour racheter leurs propres actions. Les investisseurs devraient être inquiets ». Le graphique qui suit a tout pour faire peur puisqu’il montre que si la tendance se poursuit, le record de la fin 2007, juste avant le krach de 2008, semble devoir prochainement être battu. Sur les douze derniers mois, les entreprises étasuniennes ont racheté la bagatelle de 500 milliards de dollars de leurs actions, d’Apple à Wal Mart. Exxon y a consacré 200 milliards et IBM y dépense deux fois plus qu’en recherche et développement ! Même les entreprises japonaises s’y mettent.

La situation a atteint de tels extrêmes que 38% des entreprises y consacrent plus que leur trésorerie ne le permet, le reste étant couvert par des emprunts ! The Economist cite le cas de Home Depot, qui, depuis 2008 a consacré 28% de sa trésorerie au paiement des dividendes et 52% à l’achat de ses propres actions, au point d’emprunter 2 milliards en partie pour cela. Depuis 2010, l’action a triplé… Les 500 plus grandes enterprises y consacrent un tiers de leur trésorerie. Apple, après avoir longtemps mis ses actionnaires à la diète, a annoncé vouloir consacrer 130 milliards de dollars à racheter ses actions. The Economist note que le secteur financier avait consacré 207 milliards de dollars pour racheter ses actions de 2006 à 2008, avant d’obtenir 250 milliards de l’Etat pour être sauvé de la faillite en 2009.

La prise de pouvoir des actionnaires

Malgré tout, The Economist soutient que « les rachats d’actions ne sont pas forcément une mauvaise idée. Quand les entreprises achètent leurs actions sur le marché, elles retournent l’argent en trop aux actionnaires d’une manière comparable aux dividendes ». Sauf qu’il démontre bien que le phénomène atteint aujourd’hui un niveau totalement délirant. En outre, il pointe que les mécanismes de rémunération des dirigeants des entreprises alignent leurs intérêts sur ceux des actionnaires avec un biais extrêmement court-termiste qu’il peut pousser à sacrifier les investissements à long terme pour pouvoir racheter toujours davantage d’actions dans une logique de bulle absolument délirante et dangereuse. La Tribune montre également qu’il s’agit d’un moyen commode de déguiser la rémunération de ses salariés.

Du coup, il note que les gestionnaires de fonds commencent à s’inquiéter du manque d’investissement des entreprises et préviennent que « le capitalisme actionnarial doit promouvoir la croissance et la création et non just partager les dépouilles ». Curieusement, The Economist note que le rachat d’actions était interdit avant, que les Etats-Unis ont changé les règles en 1982, le Japon en 1994 et l’Allemagne en 1998. Ce faisant, il donne sans doute malgré lui la solution à cette nouvelle perversion du système économique actuel : il faut purement et simplement interdire les rachats d’action par les entreprises, ou, a minima, le traiter de manière extrêmement dissuasive d’un point de vue fiscal.

Les rachats massifs de leurs propres actions par les grandes entreprises sont un nouveau signe du profond dysfonctionnement du système économique, du fait du règne du laisser-faire et du laisser-passer. L’Etat doit reprendre la main pour le diriger dans le sens de l’intérêt général, et pas ceux des plus riches.

8 commentaires:

  1. A ma connaissance, les rachats d'action d'une entreprise par elle-même sont toujours interdits - à juste titre- en France.
    C'est sûr que c'est interessant pour une entreprise de manipuler le cours de son titre. Certains le font malgré tout en France mais c'est pour de petites entreprises possédées plus ou moins directement par leurs patrons...
    Le système financier mondial est devenu un chateau de cartes qui ne demande qu'à s'écrouler. Tout le monde le sait, mais on le prolonge en appatant des gogos qui croient que "les arbres montent au ciel"

    RépondreSupprimer
  2. Le fonctionnement du système politico-économico-financier actuel, c'est l'histoire du canard sans tête. Il court toujours, mais jusqu'à quand ?

    Demos

    RépondreSupprimer
  3. On donne de l'argent aux riches au prétexte qu'ils en auraient besoin pour investir et créer des emplois. Mais comme cet argent est pris dans la poche des consommateurs la demande s'effondre et du coup il n'y a plus besoin ni d'investissement ni d'embauche pour la satisfaire.

    Alors les riches ne savent plus quoi faire de l'argent qu'on leur donne et ils se mettent à racheter leurs propres actions où à gonfler des bulles spéculatives. Les capitalistes financiers modernes ont oublié la leçon du capitaliste industriel Henry Ford.

    Henry Ford avait créé le produit : l'automobile de tourisme grand public. Il a créé le besoin, en donnant un jour de congé hebdomadaire supplémentaire à ses ouvriers pour qu'ils aient l'usage de la voiture de tourisme (ils n'en avaient pas besoin le reste de la semaine, habitant à côté de leur usine, de l'école, des commerces et de l'église) Et il a créé le revenu nécessaire pour acheter le produit dont il avait créé le besoin en doublant le salaire de ses ouvriers.

    Cette forme de capitalisme aurait pu durer jusqu'à l'épuisement des ressources naturelles non renouvelables et la surexploitation des autres, qui ne manqueront pas d'advenir de toutes façon, mais les capitalistes financiers qui ont succédé aux capitalistes industriels ne l'ont pas voulu.

    Aujourd'hui on créé des produits, on cherche désespérément à en susciter le besoin, mais on refuse systématiquement de concéder le revenu nécessaire pour les acheter !

    Et après ils s'étonnent que la révolution de l'informatique et des NTIC n'a pas créé de croissance ni d'emplois, qu'elle les a plutôt détruits, contrairement à la révolution automobile à son époque.

    Mais cela n'a absolument rien d'étonnant.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  4. Sur un autre sujet :

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/10/03/cedh-12529.html

    encore une institution européenne qui vient foutre le bordel.

    De quoi se mêlent-ils ? Ou plutôt, qui a eu l'idée saugrenue de confier ce genre de pouvoirs à une entité judiciaire externe, en totale rupture avec le rôle de l'Etat en France ?

    RépondreSupprimer
  5. En principe la France a signé la convention européenne des droits de l'homme pour protéger ses propres citoyens quand ils séjournent dans un autre état signataire de cette convention.

    Le fait que les citoyens français aient besoin d’invoquer ce traité international et le tribunal qui est chargé de le faire respecter pour faire valoir leurs droits élémentaires dans leur propre pays est effectivement aberrant.

    Mais à qui la faute ?

    Ivan

    RépondreSupprimer
  6. Aberrant et honteux.

    Il est honteux qu'un citoyen français soit acculé à se tourner vers une juridiction étrangère pour faire respecter ses droits élémentaires dans son propre pays.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  7. Et si la France a signé cette convention, c'est parce qu'elle ne supporterait pas qu'un citoyen français soit maltraité par un état étranger de la même manière qu'il l'est en France, par son propre pays.

    Cela risquerait de tomber parfois sur un français riche et puissant, pas seulement sur les citoyens ordinaires.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  8. @ Cliquet

    Mais je crois que beaucoup d’enterprises le pratiquent

    @ Démos

    Juste

    @ Ivan

    Bien vu

    RépondreSupprimer