mercredi 14 janvier 2015

Aujourd’hui, #JachèteCharlie


Aujourd’hui, après le raz de marée populaire de dimanche, où nous avons été près de quatre millions à défiler pour la liberté d’expression et contre les horreurs commises la semaine dernière, on peut espérer un nouveau raz de marée chez les libraires, avec la sortie du nouveau Charlie Hebdo.


Un petit geste pour la liberté

Il faut être honnête, ce sera la première fois que j’achèterai Charlie Hebdo, mais en faisant ce geste, c’est un moyen de rendre hommage aux victimes des barbares islamistes et signifier mon attachement aux valeurs de la République, la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité. Plus Charlie Hebdo se vendra, plus les fondamentalistes perdront. Et le fait que le grand mufti d’Egypte soit choqué pousse plutôt à en faire la publicité au nom de la liberté d’expression, d’autant plus que cette une, expliquée par Luz au Figaro, est assez remarquable. Non seulement, en dessinant Mahomet, le journal ne recule pas, courageusement, démontrant que la barbarie n’a pas gagné. Mais en plus, il le fait d’une manière très élégante, la réaction de vrais républicains qui ne tombent pas dans la logique du pire.

Un vrai message d’espoir

Après avoir montré au monde entier la mobilisation de tout un peuple pour défendre la démocratie et la liberté face aux fondamentalistes, ce nouveau geste peut être un nouveau message d’espoir. Il n’est pas un blanc seing pour tout ce que le journal a produit, mais une réponse profondément politique aux extrémistes qui veulent nous faire taire au nom de leur vision fondamentaliste et inhumaine de la religion. Et ce geste s’additionnerait à la mobilisation des jours précédents. Comment ne pas se réjouire de voir tout un peuple mobilisé en même temps pour défendre la liberté et rendre hommage aux forces de l’ordre ? Comment ne pas se réjouire de voir tout un peuple et nos élus se réapproprier la Marseillaise, qui avait malheureusement quitté trop de cénacles dans les années 1980 ?

Bien sûr, il a fallu beaucoup d’horreurs pour produire cette réaction, mais la réaction des Français, laïcs ou de toutes les religions, me semble une belle promesse d’avenir qui montre la force de nos valeurs et du lien qui nous unit, au contraire de certains fantasmes pessimistes. Pour cela aussi, merci Charlie !

39 commentaires:

  1. Je trouve qu'avec cette une on peut dire que Charlie est bien mort : pas d'humour, pas de satire. Plantu aurait pu faire la même.
    Je ne crois pas qu'acheter Charlie Hebdo soit dans la lignée de dimanche. Ne pas acheter Charlie Hebdo après avoir défilé dimanche, c'est montrer qu'on est prêt à défendre les idées auxquelles on n'adhère pas.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. A propos de trois citoyens français :

    les deux frères Chérif Kouachi et Saïd Kouachi
    Amedy Coulibaly.

    De qui se réclament ces trois citoyens français ?

    Réponse :

    Vendredi, Amedy Coulibaly, le preneur d'otages de la porte de Vincennes, avait appelé de lui-même BFM TV vers 15 heures. Amedy Coulibaly s'était revendiqué de Daech (acronyme de l'Etat islamique en Irak et au Levant), qui mène aujourd'hui une guerre en Irak et en Syrie.
    Amedy Coulibaly avait affirmé avoir reçu des instructions du califat, dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi pour mener les attaques de Montrouge (jeudi), où il a tué une policière, et de Vincennes (vendredi), où il a tué quatre clients de l'Hyper Cacher.

    Quant à Chérif Kouachi :

    Chérif Kouachi, joint ce matin par BFM TV, a affirmé avoir été missionné par "Al Qaida du Yémen".

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/bfmtv-a-ete-en-contact-avec-cherif-kouachi-et-amedy-coulibaly-recit-et-extraits-sonores-384343.html

    Mercredi 14 janvier 2015 :

    Attentats à Paris : Al-Qaïda au Yémen revendique l'attentat contre Charlie Hebdo.

    « Des héros ont été recrutés et ils ont agi », a déclaré dans la vidéo mise en ligne sur un site islamiste l'un des dirigeants d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Nasser Ben Ali al-Anassi.

    Trois citoyens français.

    Trois citoyens qui ont trahi la France.

    Trois traîtres.

    Nous avons été trahis.

    Nous avons été trahis par des Français, qui sont ici, en France, et qui sont une Cinquième colonne.

    Oui, il existe une Cinquième colonne, ici, en France.

    Les traîtres sont parmi nous.

    RépondreSupprimer
  4. Je vois qu'ici on est convaincu de la thèse officielle de ces odieux attentats, qu'on compare à juste titre au 11 septembre 2001.. Personnellement je m’interroge sur les auteurs et les véritables commanditaires de cette attaque. Les incohérences factuelles que révèlent les débuts de l’enquête, nous amènent à rester vigilants. A qui profite le crime ? Je suis solidaire des victimes, mais je ne suis pas Charlie.
    http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/01/selon-paul-craig-roberts-les-attaques-terroristes-a-paris-ont-ete-concues-par-la-cia-pour-renforcer-le-statut-de-vassal-de-la-france

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, al qaida et daesh sont financés par la CIA, et la CIA est financée par les Illuminatis dont le chef suprême est Belzébuth, c'est bien connu.

      Supprimer
    2. C'est tout à fait vrai. Au départ d'Al Qaida et de Daesch il y a des magouilles de la CIA. Après évidemment la CIA a perdu le contrôle.

      Supprimer
  5. Finalement, Laurent Herblay, est-ce que vous êtes plutôt sur d'accord avec Charlie, ou plutôt d'accord avec Charlie* ?

    * ce Charlie là :

    http://www.pointsdereperes.com/articles/charles-de-gaulle

    RépondreSupprimer
  6. Vous confondez réflexion et émotion. Par contre votre édito aurait beaucoup plus intéressant si vous aviez dénoncé la petite comédie unanimiste de nos officiels qui ont su récupérer une émotion populaire. Je suis un peu saturé de slogans et de grands mots. Vous proposez que l'on s'embrasse tous sur la bouche... mais être républicain est une exigence, une discipline et un courage qui est quelque chose de permanent. Ce n'est pas parce que l'on a défilé dimanche et acheté ce matin le dernier Charlie Hebdo que l'on est un peu meilleur que les autres. Être français, c'est aussi ne bas baisser les bras devant les autres cultures. Dimanche dernier, nous avons récupéré un peu de fierté dans un grand homme de sacralité. Vive la Liberté, l'Egalité et la Fraternité même si on n' était pas là ce jour-là et qu'on a a jamais aimé le journal Charlie Hebdo.

    RépondreSupprimer
  7. C'est toujours gênant ceux qui prétendent parler au nom du peuple dont certainement quelques uns dans cette marche :

    Il y aurait enfin matière à questionner la réalité de l’« union nationale » qu’on célèbre en tous sens. Tout porte à croire que le cortège parisien, si immense qu’il ait été, s’est montré d’une remarquable homogénéité sociologique : blanc, urbain, éduqué. C’est que le nombre brut n’est pas en soi un indicateur de représentativité : il suffit que soit exceptionnellement élevé le taux de mobilisation d’un certain sous-ensemble de la population pour produire un résultat pareil.

    http://blog.mondediplo.net/2015-01-13-Charlie-a-tout-prix

    Aussi, rappeler les nombreux dérapages pas anodins de Charlie les 10 dernières, c'est être un saligaud blasphémateur, Charlie est devenu sacré pour beaucoup maintenant. Il y a eu une telle sanctification de Charlie que ca en est devenu doucereux.

    J'ai acheté Charlie du Pr Choron, lu Cavanna, Reiser, j'ai acheté Charlie de l'époque Val avec des bons articles comme ceux de Maris ou Pelloux, mais certaines caricatures venues de Hollande sentaient mauvais, l'article de Misrahi encensant Fallaci c'était nauséabond...mais on a plus le droit de le dire, blasphème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'a plus le droit ? Même si la pensée unique, celle que les dirigeants et les médias promeuvent, occupe tout l'espace et nous opprime, rien ne nous interdit de nous exprimer si nous respectons la loi d'autant que nous sommes nombreux à ne pas partager les idées et les choix de nos zélites. En vérité, on n'a les droits qu'on se donne.

      Supprimer
  8. "venues de Hollande", le pays pas Flamby.

    RépondreSupprimer
  9. Je remarque que vous critiquez la position du grand mufti d'Egypte. Ce qui m'a frappé moi dans sa réaction, c'est qu'il utilise le même charabia que les apprentis-censeurs d'aujourd'hui en France (cf. la garde à vue de Dieudonné) : il y aurait certains discours de "haine" qui justifieraient une interdiction. C'est étonnant cette floraison d'utilisations du concept de de "haine" pour désigner les opinions contraires aux siennes. En fait ce qu'ils nous disent c'est qu'eux sont des "gentils", alors que les autres sont des "méchants". On est en pleine infantilisation, ramenés aux querelles de cour de récréation (d'écoles maternelles).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parler d'"apprentis censeurs" est franchement grotesque. Dessiner une caricature équivaudrait donc à faire l'apologie d'un criminel ou à exécuter un salut national-socialiste. Etonnant, non ? Tu vas bientôt nous raconter qu'au nom de la liberté d'expression, on peut tout dire et tout écrire. Un bel exemple de la pensée relativiste qui considère que tout se vaut et qu'on peut tout mettre sur le même plan. Les dictateurs et les opprimés. Les artistes et les criminels. Les abrutis fanatiques et les esprits éclairés. Tous égaux.
      Je t'invite à nous raconter comment se vit la liberté d'expression et la liberté en général dans ces aimables contrées que sont les pays du Moyen Orient et à nous expliquer aussi pourquoi certains de leurs dirigeants, qui eux ne sont pas des "apprentis censeurs", condamnent un blogueur à dix ans de prison et à mille coups de fouet pour "avoir insulté l'islam".
      Enfin, je ne vois ce que vient faire cette idée d'un "concept de haine" en référence à un individu provocateur et raciste qui fait du prosélytisme. Nul besoin de lois, ni de décrets supplémentaires pour punir et sanctionner des criminels et leurs apologues. Arrive un moment où il est nécessaire que le pouvoir fasse preuve de fermeté - simplement, sans excès - pour en finir avec nos pratiques laxistes qui autorisent les ennemis de la liberté à abuser de notre faiblesse.

      DemOs

      DemOs

      Supprimer
    2. C'est tellement facile de se dire pour la liberté d'expression, et ensuite de noircir ses adversaires pour dire qu'ils ont franchi la limite et que cette liberté ne s'applique pas à eux.
      C'est exactement ce qui se passait dans les anciens pays communistes d'Europe de l'est, en particulier l'ex-URSS.
      A ce compte là tout le monde est pour la liberté d'expression, seules diffèrent les "limites".

      Supprimer
  10. Bonhomme de neige interdit en Arabie Saoudite, ces wahhabites sont d'une connerie indépassable :

    http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2015/01/13/frosty-fatwa-saudi-cleric-bans-snowmen/?utm_content=buffer6b0a9&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça n'a rien de "con". Leur religion interdit simplement de faire des représentations d'êtres humains.

      Supprimer
    2. Ah ! Ils ont des appareils photos, ils regardent la télé, lisent les journaux avec des photos de gus, mais le bonhomme de neige verboten, non mais allo quoi.

      De plus, c'est plus subtil que ça, y aurait il un culte du bonhomme de neige ? :

      Selon le lieu et le support où elle est placée, toutefois, l'image peut être licite ou non. Là encore, ce précepte semble lié à « la préoccupation de ne pas susciter un culte ».

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Repr%C3%A9sentation_figur%C3%A9e_dans_les_arts_de_l%27Islam

      Supprimer
    3. C'est d'une connerie intersidérale un bonhomme de neige est une représentation de bonhomme de neige

      Supprimer
  11. Bien sûr qu'il faut acheter Charlie. Il est essentiel que le journal reparaisse et continue longtemps. Sa disparition serait la victoire des assassins. Je l'achetais régulièrement au temps de ma jeunesse, et puis, j'avais arrêté, ça ne m'intéressait plus. Je vais me faire un peu violence pour m'y abonner, mais la liberté d'expression, c'est aussi celle de ceux avec qui on n'est pas d'accord, ou qui n'ont pas le même goût que soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il faut surtout c'est que la presse et la population ne cèdent pas aux menaces et n'abandonnent pas la tradition du droit au blasphème dans notre pays. Cela passe notamment par le langage et par l'abandon de ce mot débile d'islamophobie. L'islam comme toute religion et idéologie est totalement critiquable en France. Il faut l'affirmer, le répéter, et ne rien céder. Cela fait trop longtemps que l'on fait des accommodements avec les uns et les autres.

      Il en va de même avec le débat politique ou la liberté d'expression sur bon nombre de sujets comme la sortie de l'euro ou de l'UE sont littéralement interdites. Cette attaque contre Charlie Hebdo n'est finalement que le résultat d'une réduction progressive de la liberté d'expression depuis les années 70 sur tout un tas de domaines. L'on refuse de parler, de démontrer, on limite la politique à l'expression de sentimentalisme et d'émotion et l'on jette la raison par-dessus bord. Voilà où l'on en arrive à force de ne pas parler des problèmes, et de faire du sophisme au lieu de débattre de façon rationnelle.

      Supprimer
    2. "Je préfère mourir debout que vivre à genoux". Belle formule reprise par Charb. Elle peut sembler pompeuse ou vide de sens pour certains, mais je sais qu'elle traduit bien l'état d'esprit de nombreux Français qui ont marché ce dernier week-end. Ceux qui ont tué ont touché à ce qui est dans notre inconscient collectif et leurs amis devront comprendre que, jamais, nous n'accepterons de nous soumettre à leur idéologie.

      Nos aïeux ont payé cher pour que nous ayons le droit d'être libres sur les plans politique et religieux. Nous sommes libres et nous ne renoncerons pas. Jamais.

      DemOs

      Supprimer
    3. @DemOs

      Certes, mais nous sommes nos meilleurs ennemis. Au final ce ne sont pas les islamistes qui ont réellement instauré la police de la pensée, mais bien les Français eux-mêmes. On fait sans arrêt des amalgames, on pratique couramment les raccourcis intellectuels. On interdit tel ou tel sujet parce que trop sensible. On avait même réussi à faire du drapeau français un symbole fasciste. C'est dire dans quel délire la société française en est arrivée.

      Supprimer
    4. Nous portons évidemment une part de responsabilité dans ce qui nous arrive, mais elle est très limitée.
      Car ce sont bien les classes dirigeantes, les "zélites" qui ont "instauré la police de la pensée". Winston Smith, le héros de 1984, employé du Parti Extérieur, est-il responsable de son sort et de l'existence de Big Brother ? Non. La seule chose qu'on puisse lui regretter est qu'il ne fasse rien pour renverser le système, mais nous savons également que seule la violence peut venir à bout de l'hydre. Ceux qui dirigent ont Tout : l'argent, la culture, la matière grise qu'elle soit chez eux ou qu'ils achètent et l'homme est si résigné.

      DemOs

      Supprimer
  12. Merci à CVT, je ne savais pas que Cyran était cité dans le texte de Berruyer. Or Cyran lors du premier attentat avait écrit une pétition CONTRE le soutien à Charlie Hebdo.
    http://www.marianne.net/Charlie-Hebdo-des-combattants-de-la-laicite-cible-privilegiee-des-islamo-gauchistes_a243709.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois avouer que Berruyer baisse de plus en plus dans mon estime. Il devrait se contenter de parler d'économie, d'ailleurs il ne parle pratiquement plus d'économie. Plus le temps avance, plus j'ai l'impression qu'il fait de la course à l'audience en parlant exclusivement des sujets en vogue pour surfer sur la vague. Serait-il le nouveau Paul Jorion ?

      Supprimer
    2. Peut-être que Berruyer se rend compte que tous les sujets sont liés, que les forces qui poussent l'économie dans un sens ou un autre sont les mêmes qui interviennent dans la géopolitique. Je pense qu'il n'a pas tort.
      Mais c'est vrai que l'article de Cyran était mal venu, comme une sorte de justification à l'attentat. C'est toujours la même histoire : peu de positions de principe, mais à géométrie variable en fonction de ceux qui participent à tel ou tel évènement, l'attentat devrait s'apprécier en fonction du comportement précédent des victimes. En ce moment cette absence de principes se déchaine dans l'autre sens, avec la "liberté d'expression" à géométrie variable.

      Supprimer
    3. Idem Yann et sur ces sujets les articles sont du gloubi glouba

      Supprimer
  13. Pour moi, rien n'est pardonné. L'idéologie véhiculée par Charlie Hebdo reste un ennemi irréductible. Un ennemi à combattre avec des arguments, pas avec des mitraillettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marc-Antoine,
      encore une fois, CH a une idéologie iconoclaste, libérale-libertaire. Parler d'ennemi, c'est déjà être dans une logique de guerre, mais je crois que votre haine vous fait passer à côté de l'essentiel: c'est notre liberté de conscience, et notre cher droit au blasphème qui a été bafoué ce 7 janvier 2015, et c'est suffisamment grave pour qu'on passe au-dessus du contenu de CH. J'aurais été autant choqué si on avait flingué la rédaction de Minute...


      CVT

      Supprimer
  14. @ Rieux

    Après, chacun fait comme il veut. Mais un maximum de ventes, c’est un beau symbole à mon sens

    @ Patrice

    Attention à ne pas voir des complots partout

    @ Jo Cavalie

    Pas d’accord sur la comédie unanimiste. Ne pouvons-nous pas nous rassembler pour dénoncer le fait que des terroristes tuent des personnes du fait de ce qu’elles ont dit ou dessiné. Bien d’accord sur le fait qu’il n’y avait pas besoin d’aimait particulièrement Charlie Hebdo, que je n’avais jamais acheté.

    @ Anonyme

    J’imagine qu’en dehors de Paris, les manifestants étaient sans doute plus divers. Il ne faut pas exagérer : Berruyer a dit ce qu’il pense de Charlie Hebdo et son papier a eu un énorme succès.

    @ Toutatis

    Pas faux

    @ Demos

    Merci. Je suis d’accord, il faut la liberté d’expression, mais je ne suis pas favorable à la façon de faire des Etats-Unis où l’on peut absolument tout dire. Il faut un minimum de limites, mais il faut aussi être prêt à en mettre.

    @ Jacques

    Merci

    @ Yann

    Très juste. J’ai peur que Berruyer tombe dans dans un esprit de contradiction anti-système un peu trop systématique.

    @ Marc-Antoine

    Oui, n’est-il pas inadmissible qu’un ennemi de débat soit tué pour ce qu’il a dit dans une démocratie comme la nôtre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Laurent

      "Oui, n’est-il pas inadmissible qu’un ennemi de débat soit tué pour ce qu’il a dit dans une démocratie comme la nôtre ?"

      Oui, mais un journal qui se proclame lui-même "irresponsable" et qui abuse systématiquement de la liberté d'expression et du "droit au blasphème" a-t-il vraiment sa place dans une démocratie comme la nôtre ?

      Je pense que la justice française a été défaillante dans cette affaire. Publier en "une" que "le Coran c'est de la merde, ça n'arrête pas les balles" n'est pas admissible dans une République laïque qui est censée respecter (au moins formellement) les religions. Après cela, il ne faut pas trop s'étonner si des "anges exterminateurs" viennent se substituer à la justice des hommes en semant le chaos et la mort sur leur passage.

      Supprimer
    2. "Publier en "une" que "le Coran c'est de la merde, ça n'arrête pas les balles" n'est pas admissible dans une République laïque qui est censée respecter (au moins formellement) les religions"

      Désolé mais Charlie Hebdo n'a jamais prétendu représenter a République. Ils ne représente qu'un courant de pensée qui doit être protégé par la République sur un pied d'égalité avec les autres.

      Ivan

      Supprimer
    3. @ Ivan

      "Désolé mais Charlie Hebdo n'a jamais prétendu représenter a République. Ils ne représente qu'un courant de pensée qui doit être protégé par la République sur un pied d'égalité avec les autres."

      Non seulement CH ne représentait pas la République mais il représentait à mes yeux l'anti-République. Je ne vois pas pourquoi la République devrait protéger des irresponsables qui ne respectent rien. La liberté consiste aussi à réfléchir aux conséquences de ce qu'on dit, écrit et dessine. On ne peut pas à la fois conchier la police et se placer sous la protection de la police quand cela tourne mal.

      Supprimer
  15. @ Laurent Herblay
    Vous avez parfaitement le droit de manifester pour dénoncer le terrorisme et chacun a la liberté, le droit et aussi l’obligation de dire ce qu’il pense pour aider le bien commun : c'est même une obligation ! Mais il y a tant de gens qui parlent mal des religions, qui s’en moquent, qui jouent avec la religion des autres. Ceux-là provoquent… Chaque religion a de la dignité, chaque religion qui respecte la vie humaine et l’homme, et on ne peut pas dire ou faire n'importe quoi sur elle… c’est une limite. Il y a des limites à la liberté d'expression. Par contre, la récupération politique qui fait gagner des points dans les sondages à François hollande est ridicule.

    RépondreSupprimer
  16. Je n'ai pas acheté Charlie et j'en suis plutôt fier et pourtant je suis patriote 24/24 et 7/7 et toujours ému par al marseillaise!

    Froisser la mémoire des uns est un délit.
    Froisser la Foi des autres est un délice...
    Il n'y a plus de Justice... mais un caprice de riches...

    Je suis encore bouleversée par la dernière publication de Charlie Hebdo... Je n'en reviens toujours pas... de ce manque d'intelligence et d'à-propos.
    Ce n'est plus Charlie, l'auteur du délit mais toute la France qui incite à la violence et à la perte des évidences.
    En quoi une nouvelle caricature du prophète aurait pu nous épargner une défaite et nous permettre de redresser la tête ?
    Une foutaise de plus glissée parmi les fausses thèses.
    Parce que la France s'est trahie en revendiquant la UNE de Charlie. La dernière en date est une sorte d'échec et mat !
    Ce n'est plus d'une libre maladresse qu'il s'agit mais d'une injure voulue, entretenue et soutenue par un État dans tous ses états ! Sous prétexte que la France ne craint pas les menaces, c'est notre bon sens à tous, qui passe à l'as.
    Tous les ingrédients sont réunis pour opposer deux figures composées : la judéo-chrétienne et l'arabo-musulmane... La guerre comme naguère parce que nous croyons dur comme fer à l'universalité de nos valeurs, à la nécessité de les imposer à la terre entière. On n'a donc pas fini d'essuyer les revers...

    Qui suis-je ?
    Je suis la pauvreté...
    J'habite juste à côté de la vérité.
    En prison...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2015/01/un-etat-sans-foi-ni-loi/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @thierry delbos

      Le problème c'est que l'islam est aussi universaliste. Croire qu'en arrêtant le blasphème ils nous laisseront tranquilles est similaire à la pensée pacifiste en 39. On connait la suite. Les gens qui se sont fait massacrer récemment au Nigeria, ont-ils été aussi punis parce que la presse nigériane blasphémait le prophète de l'islam? À un moment donner il faut un peu ouvrir les yeux. Il y a bien un islamo-nazisme qui s'est développé et qui tend à vouloir imposer par la violence à la terre entière sa façon de penser. Cela n'excuse en aucun cas bien au contraire les âneries occidentales au Moyen-Orient. Nous n'aurions jamais dû intervenir là-bas, surtout les Américains en Irak en 2003. Mais cela ne change rien au fait qu'il y a bien une violence d'origine idéologique qui s'y est développée. Du reste ce sont les pays arabes les plus nantis à savoir ceux du Golfe qui font monter la sauce à coup de pétrodollars depuis des années.

      Si aujourd'hui on interdit le blasphème pour l'islam, demain ils réclameront l’abrogation de l'interdiction du voile dans les écoles. Puis ils réclameront l'interdiction du porc, etc.. C'est déjà le cas dans bon nombre de quartiers dits sensibles. Par la violence ils imposeront systématiquement toutes les bigoteries les plus stupides et sans vous en rendre compte par petit bout vous aurez fini par abandonner totalement vos propres droits. De toute manière avec ce type d'idéologues vous n'irez jamais assez loin, vous ne serez jamais assez pur à leurs yeux.

      Nous sommes en France pas en Algérie, pas au Maroc, pas en Turquie, pas au Sénégal. Si en tant que souverainiste, j'interdis à mon pays de faire la police ailleurs. De la même manière, je n'accepte pas que d'autres imposent leurs lois dans mon pays. Au final même si l'islam recouvrait la terre entière ils continueraient leur guerre en prétextant que le voisin est un mauvais musulman pour quelques raisons absurdes. Je suis abasourdi par l'aveuglement de certains, ce n'est pas comme si ce genre de phénomène était totalement inconnu en Europe non ?

      Supprimer
    2. Il est effarant que des "républicains" puissent se laisser aller à écrire que "Charlie" serait (un peu, beaucoup ?) responsable des attentats (comme les jupes trop courtes sont responsables du viol, n'est-ce pas ?). Nous n'avons pas à juger de l'opportunité des caricatures de Charlie mais de leur droit. Face à l'agression des fanatiques, nous ne préservons notre paix sociale et notre modèle politique qu'en restant ferme sur nos principes, et pas en cherchant je ne sait quels accommodements avec l'immonde - qui, comme le montre Yann, en exigera toujours plus s'il trouve des collabos pour le satisfaire. Les manifestations d'hier soir dans plusieurs pays "musulmans" confirment bien que nous sommes en face d'une entreprise mondiale et coordonnée de destruction de notre civilisation.
      "Tous les ingrédients sont réunis pour opposer deux figures composées : la judéo-chrétienne et l'arabo-musulmane..." écrivez-vous. C'est le but des terroristes, que vous confortez en les confondant avec "les Musulmans" qu'il s'agirait de ne pas "blesser". Non : nous nous adressons aux citoyens, pas aux "Musulmans" ni à aucune confession en particulier. Il s'agit de revenir à NOS fondamentaux : la liberté et la souveraineté contre l'obscurantisme et le totalitarisme.

      Supprimer
    3. accessoirement, je n'ai jamais été un fan de Charlie, mais je trouve sa "Une" EXCELLENTE ; elle réussit à faire passer le juste message : nous ne céderons pas aux fanatiques, nous réaffirmons notre droit à dessiner ce que nous voulons, y compris Mahomet. Mais celui du dessin n'est pas celui des terroristes : il pleure les victimes et défend Charlie, il représente les vrais Musulmans, ceux qui acceptent la République et ne demande qu'à participer à la citoyenneté au même titre que les membres de toute autre confession.

      Supprimer