vendredi 30 décembre 2016

Obama, le comique de stand up de la Maison Blanche


Obama est extraordinairement populaire au sein des élites politico-médiatiques européennes : premier président métisse, beau parleur, au positionnement idéologique très convenable. Mais au final, n’est-il pas que pure forme, sans substance, comme l’indiquent ses dernières saillies, dignes d’une cour de récréation ? D’abord, il y a eu la sortie aussi mesquine que petite, qualifiant la Russie de « petit pays », qui « ne produit rien que quiconque veuille acheter ». Passons sur les valeurs implicites à une telle déclaration… Puis, le vote représailles contre Benjamin Netanyahou sur les colonies, qui ne changera rien à rien, mais qui est plus digne d’un auteur de stand up que d’un président.

Obama, ne serait-il pas qu’un Trump politiquement correct ? Car sur le fond, même sa réforme phare, celle de l’assurance de santé, est extraordinairement décevante. Seul un tiers des étasuniens non couverts le sont aujourd’hui. Et, pire, son coût explose, de 25% en 2017, à 450 dollars par mois pour un quinquagénaire (plus de 5000 dollars par an), un niveau rédibitoire pour beaucoup. Et rien n’a changé sur les inégalités (particulièrement visibles dans le domaine scolaire), sur la violence endémique du pays, ou la dégradation de la santé des citoyens. Bref, Obama aurait sans doute été un meilleur comique de stand up que président, sauf peut-être pour les élites argentées du pays.


28 commentaires:

  1. Pour un gars qui a soutenu le clown Dupontgnangnan, c'est sûr que vous en connaissez un rayon rapport bouffons de haut calibre.

    RépondreSupprimer
  2. Le PIB de la Russie est faible, c'est donc bien un petit pays qui ne vit que de ses ressources géologiques, mais qui se prend pour un empire, ce qui est évidemment ridicule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réduire un pays à un PIB... Résultat d'un pitoyable formatage pseudo-scientifique.

      Supprimer
  3. Il y a un truc qui me fait marrer dans les derniers évènements.

    Depuis des mois, les baltringues et les faux-zintellos ont pour nouvelle lubie de nous mettre en garde, à longueur de journée, contre les "théories du complot"...

    Mais là, les mêmes rigolos (parmi lesquels le petit-fils Mendès et le fils Huchon, ce sont leurs seuls titres universitaires) nous sortent, sans rire, la théorie du grand méchant complot poutinien dont le Brexit et Trump sont le résultat.

    Jamais nos pseudo-zélites formatées n'ont été aussi ridicules et discréditées.

    RépondreSupprimer
  4. "Réduire un pays à un PIB... Résultat d'un pitoyable formatage pseudo-scientifique."

    Je sais, la réalité c'est toujours gênant pour les pro-Poutine et Assad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réalité doit être surtout dure à avaler pour les perdants du conflit en Syrie : les atlantistes, Daesh et et les gentils terroristes modérés de Fabius qui "font du bon boulot".

      Voilà ce qui arrive quand on ne comprend pas que la complexité du monde est multidimensionnelle et non réduite à un chiffre.

      C'est un tout "petit pays" au tout petit PIB méprisé par Rothscild et Soros, mais sa fronde est celle de David.

      Avec un peu de vaseline, vous l'avalerez peut-être pour le nouvel an.
      Bonne année.

      Supprimer
    2. Et les déficits commerciaux abyssaux de la France des USA et de la GB c'est un signe de prospérité peut-être? Non parce que nourrir la croissance du PIB en achetant des produits fabriqués en Chine n'importe quel pays du tiers monde peut le faire avant de plonger en faillite. La Russie n'a pas de dette ni de déficit commercial, elle une économie nettement plus robuste que la notre. Son seul problème est dû à l’influence néfaste des économistes néolibéraux de l'ouest. Du reste l'argument du PIB ne tient pas dans un univers ou les monnaies fluctuent de façon irrationnelle. À quoi ressemblera le PIB US lorsque le monde abandonnera le dollar comme monnaie de change au profit du Yuan chinois? La crise grecque n'a fait que préfigurer ce qui attend la plupart des pays dits « développés » actuels qui vivent à crédit vis-à-vis des puissances asiatiques émergentes. Mais certains ne semblent pas avoir encore compris que le centre du monde avait déjà basculé sur le plan industriel et scientifique.

      Supprimer
  5. "la théorie du grand méchant complot poutinien dont le Brexit et Trump sont le résultat."

    Aucun complot de Poutine qui agit au grand jour en soutenant les partis fachos européens, en favorisant via l'espionnage l'élection de Trump, et bien d'autres choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah ! (rire kouchnérien quand on lui parle de trafic d'organes au Kosovo) Il y croit en plus, au complot, le boulet !

      L'oligarchie accuse donc Poutine de sa propre incurie et de son inaptocratie subie par les peuples depuis 30 ans et invente une théorie du complot à laquelle même un enfant de 5 ans ne croirait pas. Trop facile !

      Vous croyez que les manipulations numériques de la NSA changent mon vote ? D'ailleurs, ça ne m'empêchera pas mettre un coup de pied populiste au Fillon dans 5 mois !

      Supprimer
  6. Pour cet article et le précédent un seul commentaire : la démocratie est morte !
    Les élections ne sont plus qu'un divertissement parmi d'autres destinés à faire passer la ploutocratie mondialisée. Il faut être retombé au niveau d'enfants de cinq ans devant un spectacle de Guignol pour prendre position dans la campagne électorale. Marine ou Mélenchon sont tout autant des marionnettes que les candidats issus de Les Repus socialistes, et cela commence à se voir à un tel point qu'ils utilisent tous, pour masquer cette vérité, la méthode Coué du "Je suis anti-système".

    RépondreSupprimer
  7. https://www.youtube.com/watch?v=I0isGxvP3zY

    Et tant que durera la Russie
    Durera notre chanson...

    https://www.youtube.com/watch?v=wrTK0xGT9NA&t=55s

    RépondreSupprimer
  8. "Avec un peu de vaseline, vous l'avalerez peut-être pour le nouvel an."

    Ca fait semble t il un moment que vous avez avalé le tube de vaseline par le côté anal, ce qui fait de vous un enculé de première.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... Il ne suffit pas de retourner une formule pour faire un effet, même sur les cours de récréation ça ne marche pas.

      Sinon, côté à la fois entubés, envaselinés et enc., vos amis détenant ces trois qualificatifs sont parfaitement cernés ici : http://www.monde-diplomatique.fr/2017/01/RIMBERT/56980

      Supprimer
  9. "L'oligarchie accuse donc Poutine"

    Ben non, Poutine se discrédite lui même de jour en jour avec ses coups foireux.

    RépondreSupprimer
  10. Les pays qui seront de grands pays sont ceux qui montreront leur indépendance financière, énergétique, alimentaire et économique, ainsi que leur volonté patriote et souverainiste, lors de l'effondrement qui s'annonce. Je fais le pari que la Russie en fera partie.
    Bonne année 2017 à tous (ça peut arriver)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...alors que la France basculera définitivement dans le conflit entre "issus de" et "de souche", qui nous pend au nez vu l'irresponsabilité des Herblay et compagnie.

      Supprimer
  11. "Les pays qui seront de grands pays sont ceux qui montreront leur indépendance financière, énergétique, alimentaire et économique,"

    La Russie est du même acabit que le Qatar ou l'Arabie, oligarchie mafieuse autoritariste assise sur du pétrole sans avoir rien fait pour ça et dont l'économie plonge dès que le prix du baril plonge, tu parles d'un modèle...

    Qui profite du pétrole russe, Poutine et la centaine d'oligarque russes proches de lui qui s'en mettent plein les poches et planquent leur pognon dans des paradis fiscaux hors de la Russie.

    Présenter un pays sous la coupe de truands militaristes comme un exemple, c'est une farce ?

    Lorsque l'énergie ne viendra plus des fossiles, la pétrodictature russe plongera définitivement aux oubliettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'avec l'humiliation que Vlad' vient d'affliger, aujourd'hui même, à Obama, vous gagneriez beaucoup à vous taire, au lieu de réciter par cœur votre Quatremer et votre Leparmentier.

      Supprimer
  12. "Je pense qu'avec l'humiliation que Vlad' vient d'affliger"

    Oui, vous et Poutine sont affligeants, ridicules.

    Quelle humiliation, au fait ?

    La Syrie sera pour Poutine ce que l'Afghanistan a été pour l'URSS. Les souverainistes gogoliens qui encensent un Poutine qui viole en permanence les frontières, c'est d'un comique achevé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut se mettre à jour, là. Alep est déjà libéré et nettoyé une bonne fois pour toutes.

      Supprimer
    2. L'indépendant31 décembre 2016 à 12:28

      Le gogol c'est l'anonyme qui pollue et qui est au service de la mondialisation ultralibérlae.

      Supprimer
  13. "Du reste l'argument du PIB ne tient pas dans un univers ou les monnaies fluctuent de façon irrationnelle"

    Ah ouais, alors en quoi l'argument balance commerciale tiendrait donc mieux si l’argument PIB ne vaut pas un clou "dans un univers ou les monnaies fluctuent de façon irrationnelle".

    Raisonnement complètement ubuesque dans la mesure où les pays à fort PIB/habitant datent depuis des décennies et ne se sont pas écroulés malgré vos fluctuations monétaires. Arrêtez de vous prendre pour un économiste, vous n'êtes qu'un guignol.

    RépondreSupprimer
  14. @ Yann

    +1

    @ Albert

    Une démocratie dysfonctionnelle, mais toujours une démocratie tout de même. Nous avons le pouvoir de tout changer en votant (modulo les limites des candidats disponibles)

    @ Anonyme

    Poutine a bien des limites, que j’ai soulignées depuis longtemps, notamment une vision de la démocratie qui ne correspond pas à la mienne ou son caractère oligarchique. Mais de là à dire qu’il se discrédite… Son action en Syrie vaut mieux que celle des USA en Irak ou de la France en Libye. Et pas plus qu’Obama et ses numéros dignes d’un animateur télévision ou de ses contradictions politiques…

    RépondreSupprimer
  15. Obama restera comme un mec assez consensuel mais pas comme un grand président. Le pire c'est qu'il n'a pas forcément tort quand il dit que contre Trump il aurait fait mieux que Clinton.

    Bill aurait fait mieux aussi. Sans parler de Bernie Sanders.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  16. "Son action en Syrie vaut mieux que celle des USA en Irak ou de la France en Libye."

    Vous racontez vraiment n'importe quoi, Poutine soutient Assad qui depuis des décennies, et son père avant, a instrumentalisé divers groupes islamistes extrémistes pour se maintenir au pouvoir qui a produit 300 000 morts et des millions de migrants. Vous êtes vraiment aussi crétin et nocif que vos compères souverainisto Poutiniens-Trumpiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bilan de la guerre totalement injustifiée en Irak menée par les USA est évalué à plus d'un million de morts. Dans cette comptabilité morbide, malheureusement, les USA ont plus de sang sur les mains que la Russie (d'autant plus qu'il est un peu exagéré d'en attribuer la seule responsabilité à la Russie)

      Supprimer
  17. "Dans cette comptabilité morbide, malheureusement, les USA ont plus de sang sur les mains que la Russie"

    Donc tant que Poutine n'aura pas 1 million de morts au compteur, qu'il continue ses déconnages en série, j'ai bon ?

    La Russie est responsable en tant que soutien de Assad depuis le début de la révolte, fournisseur d'armes et maintenant opérant directement avec ses troupes en Syrie.

    Informez vous au lieu de déblatérer des conneries en chœur avec vos potes abrutis souverainistes.

    RépondreSupprimer
  18. yann le borgne

    La solidité de l'économie russe, mouarf !

    http://www.slate.fr/story/132977/2016-poutine-succes-trompe-oeil

    RépondreSupprimer