dimanche 3 septembre 2017

Non au saumonstre dans nos assiettes !

L’information est absolument effarante. Le Canada vient d’autoriser la commercialisation d’un saumon OGM, dont les caractéristiques font frémir. Pire, cette commercialisation se fera de manière opaque pour les consommateurs, qui ne seront pas informés. Une information d’autant plus inquiétante que le CETA sera mis en place ce mois-ci. Et si cela lui permettait d’arriver en France ?


Les profits contre la santé et la transparence

Décidément, on ne peut pas faire confiance aux pays d’Amérique du Nord pour mettre en place des règles protectrices pour les citoyens. Après l’eau du robinet empoisonnée, le poulet au chlore, le bœuf aux hormones et autres joyeusités, qui jouent sans doute un rôle dans la piètre santé des habitants du continent, voici le premier animal génétiquement modifié. Bien évidement, ce saumon est plus gros, tout en atteignant sa taille adulte presque deux fois plus vite : 16 à 18 mois au lieu de 30 à 48 mois « grâce » à l’implantation d’un gène d’hormone de croissance ! Et pour couronner le tout, le Canada de Trudeau accepte la vente de ce monstre, mais sans en informer ses propres citoyens !

Ceci est révoltant, alors que des médecins s’inquiètent de la croissance trop rapide des enfants notamment en Amérique (avec des signes de puberté pour une fille sur cinq à 8 ans !), ce qui pourrait être lié aux perturbateurs endocriniens ou aux hormones de croissance données au bétail. Maintenant, ce sont carrément les gènes des saumons qui sont modifiés, sans qu’aucune étude sérieuse et contradictoire n’ait été faite, les producteurs du saumon se contentant d’évoquer le gain en coût de production. A supposer qu’il faille même accepter un test, n’aurait-il pas été possible de tester l’impact de la consommation d’un tel saumon par des animaux, sur une longue durée ?

Et quelle honte que les citoyens ne soient même pas mis au courant de la nature d’un tel saumon ! Encore une fois, la globalisation ultralibérale montre qu’elle n’est pas transparente et préfère l’opacité, ce qui n’incite pas à la confiance. Plus globalement, les intérêts du monde des affaires semblent toujours avoir la priorité, qu’il s’agisse du renouvellement de la licence du glyphosate dans l’UE, de la présence de nanoparticules dans les confiseries. Pour mémoire, il y a 4 ans et demi, l’UE avait déjà autorisé les lobbys à donner à manger du porc et du poulet aux poissons. Il est révoltant de voir que nos dirigeants laissent faire de telles expérimentations et transforment les citoyens en cobayes.


Merci à France Inter d’avoir évoqué ce véritable scandale alimentaire, extraordinairement révélateur de tout ce qui ne va pas dans cette globalisation ultralibérale : les profits qui passent avant tout, santé et information des citoyens, nos dirigeants prenant en catimini des décisions totalement révoltantes. Trudeau accepterait-il de donner à manger de ce saumonstre deux fois par semaine à ses enfants ?

5 commentaires:

  1. Quelque chose peut-être plus dans votre goût :

    http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/505795/decouverte-de-l-hormone-de-l-altruisme-et-de-l-empathie

    une hormone antixénophobie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant3 septembre 2017 à 19:47

      Et votre stupidité est toujours aussi présente quant à elle...
      Merci à Laurent de donner de genre d'information prouvant la folie qui fait primer l'argent sur l'homme.

      Supprimer
  2. 100%d'accord Laurent!

    Sans même parler de l'utilité, il est inacceptable que la consommation d'OGM se fasse à l'insu du choix des consommateurs.
    L'étiquetage des viandes d'animaux nourris avec des OGM devrait être obligatoire.
    Le pouvoir des lobbys, c'est le coeur de ce que nous devons dénoncer.
    Comme s'y emploie Elise Lucet qui s'engage de façon remarquable.

    RépondreSupprimer
  3. C'est simpliste ce que je vais écrire mais ce genre d'info' (merci cher Laurent) me conforte dans mon idée d'avoir arrêté progressivement de manger de la viande et du poisson, de louer depuis 2 ans un jardin ouvrier où je cultive une grande partie de mes légumes et d'acheter mes produits laitiers et œufs chez un fromager. Et sincèrement j'ai fait des économies.Cela ne signifie pas que je suis tombée dans un espèce de délire anti-viande, pro végétalisme (ou végétarien) ni que j'en suis revenue à la bougie ou l'eau au puits mais depuis que j'ai procédé tranquillement à cette modification de vie alimentaire, je me sens mieux. Après, je n'ai pas de leçons à donner aux autres, chacun agit comme il veut et surtout comme il peut.
    Bonne rentrée à toutes et touS
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  4. Lundi 4 septembre 2017 :

    Emmanuel Macron n'a plus que 30 % d'opinions favorables dans les sondages.

    La popularité de Macron dégringole encore en septembre.

    Dans notre baromètre mensuel YouGov, le couple exécutif voit son image se dégrader une nouvelle fois à la rentrée après un été compliqué.

    Le mois d'août fut morose, la rentrée n'est guère plus réjouissante. La cote de popularité du couple exécutif poursuit sa chute vertigineuse.

    Selon notre baromètre mensuel réalisé par YouGov pour Le HuffPost et CNews, Emmanuel Macron voit son image se dégrader pour le deuxième mois consécutif dans l'opinion. Sa cote de confiance perd 6 points en septembre pour atteindre 30% d'opinions favorables, après en avoir perdu 7 au mois d'août.

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/09/03/exclusif-la-popularite-de-macron-degringole-encore-en-septembre_a_23194143/

    RépondreSupprimer