jeudi 29 avril 2021

Toute la campagne des Verts doit être retirée !

Papier publié sur le FigaroVox hier

 

Imaginons que le RN ait fait une campagne appelant les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales en soulignant que certains groupes, ou Daniel Cohn-Bendit, eux, ont prévu d’aller voter. La tempête médiatique aurait été considérable, et les écologistes n’auraient pas été les derniers à convoquer les heures les plus noires de notre histoire en dénonçant cette stigmatisation. Si la campagne des Verts en Ile de France a suscité la critique, le retrait d’un visuel est insuffisant : toute la campagne doit être retirée.

 


Une campagne digne de l’extrême-droite

 

Le respect de la planète est une noble cause, d’autant plus que le mouvement écologiste s’en est emparé très tôt, dès les premières alertes, et on peut penser qu’il est un aiguillon très utile à la prise de conscience de la faille gigantesque de notre modèle économique, bien trop indifférent au sort de la planète qui nous porte. C’est ce qui explique les percées électorales épisodiques des Verts depuis quelques années. Mais depuis leur accession au pouvoir dans plusieurs grandes villes, les polémiques ne cessent de se multiplier, et finissent par dessiner un portrait inquiétant de cette famille politique, ce que l’épisode de la campagne de communication de Julien Bayou renforce encore une fois.

 

Guillaume Tabard, du Figaro, a bien raison de parler de « faute » en soulignant que cette campagne est « juste de l’amalgame, de la stigmatisation, du sectarisme », et repose sur « la désignation d’un bouc émissaire, d’une incarnation d’une horreur qu’il faut combattre ». Ce faisant, difficile de ne pas voir que cette communication repose sur les mêmes mécanismes que ceux de l’extrême-droite à l’égard de l’étranger ou de certains groupes. Et encore, il s’agit plus des mécanismes de l’extrême-droite de Le Pen père, que de sa fille, qui semble soudainement plus modérée dans sa communication que les jeunes pousses Vertes. Car finalement, la stigmatisation sans nuance des boomers n’est peut-être pas ce qu’il y a de pire dans cette campagne, même si cette généralisation est complètement ridicule, comme le pointe bien Anne-Sophie Chazaud dans le FigaroVox.

 

Les attaques ad hominem contre Eric Zemmour et Alain Finkielkraut me semblent finalement bien plus révoltantes, pour plusieurs raisons. Même si on peut ne pas être d’accord avec eux, les dénoncer de la sorte, en faire une forme d’incarnation du mal, revient à en faire des cibles, ce dont ils n’ont pas besoin, tant les deux hommes souffrent déjà d’attaques contre leurs personnes. Il y a une forme d’acharnement très malsain à renforcer leur statut de bouc émissaire aux yeux d’une certaine frange d’activistes, dont les Verts sont proches. Même si ce n’est pas explicite, cette campagne est une forme d’incitation à la haine de deux intellectuels, dont les Verts et Julien Bayou cherchent à tirer profit. Et parce qu’il s’agit d’invidivus et non de groupes, cette incitation à la haine en devient particulièrement dangereuse. Enfin, leur religion pose aussi la question de la porosité de cette gauche à l’antisémitisme.

 


Plus globalement, depuis un an, les Verts révèlent un visage de plus en plus inquiétant, aux relents très extrêmes, comme le note Anne-Sophie Chazaud. La volonté récemment exprimée par la maire de Poitiers de changer les rêves des enfants, par son caractère profondément orwellien, a des relents totalitaires. En outre, il ne faut pas oublier qu’Airbus est un fleuron de la France, ce qui importera peu aux Verts sans doute, et que l’entreprise développe déjà des avions à l’hydrogène. La volonté de faire table rase de traditions pourtant fortement ancrées dans la population (sapin de Noël, tour de France) semble indiquer une volonté de rééducation des foules qui n’est pas sans écho avec les pratiques des régimes totalitaires, d’autant plus qu’elle se fait de manière particulièrement sectaire et intolérante.

 

Pour couronner le tout, la réaction des Verts aux polémiques est bien politicienne. Ils disent voir dans ces attaques la main de la majorité, afin de déconsidérer toute critique. Mais ce faisant, ils montrent surtout leur refus de se remettre en question, et une capacité à détourner le débat quand ils sont mis en difficulté. Et la réaction de Julien Bayou à la polémique sur sa campagne est profondément malhonnête. Dire qu’il n’aurait pas validé le visuel « boomer » est sans doute un gros mensonge, un « scénario », comme il semble l’avoir admis. Le processus de création d’une communication comprend plusieurs étapes, qu’il n’a pas pu ignorées, et il est très probable qu’il a au moins validé l’idée créative et les différents angles, dont celui des boomers. En outre, il s’était empressé de la diffuser sur son compte

 

Au final, ce n’est pas seulement le visuel sur les boomers qui pose problème, d’autant plus qu’il est surtout néfaste pour les Verts. C’est toute cette campagne, et particulièrement les affiches visant Zemmour et Finkielkraut, qui devraient être retirées. Mettre une cible dans le dos d’un intellectuel est inadmissible.

9 commentaires:

  1. Bonjour Laurent,

    Billet intéressant qui met bien en lumière la tournure que prend le mouvement écologique en France ! Quel dommage ! car sincèrement la France est prête et a déjà bien intégré qu'il faut revoir notre façon de consommer, ouvrir notre économie à l'économie verte, sociale ou encore solidaire, l'éducation de nos enfants et de nos jeunes vis à vis de l'environnement etc...

    Personnellement je suis un boomer pour reprendre l'expression consacrée. Je vote et j'avoue que depuis quelques années je ne vote pas nécessairement de façon linéaire.
    Et surtout je n'ai pas attendu les écologistes et surtout leurs nouvelles têtes pour essayer à mon niveau de faire quelque chose.

    RépondreSupprimer
  2. Salutations républicaines cher Laurent,
    Désolée je vous ai un peu perdu de lecture ces derniers temps!

    Commentaires sur votre billet :
    Les écologistes hypothèquent au fur et à mesure leur victoire aux européennes et aux municipales. En effet; leurs sorties, leurs actions et l'argumentaire qui va avec révèlent une idéologie et des pratiques idéologisées extrêmement marquées. Or, pour beaucoup ils sont à l'ouest. Non pas que les Fraçais.es refusent l'écologie. Au contraire...je reste persuadée que le pays s'y est mis et bien mis mais pas à n'importe quel prix et pas sur les bases d'idées antirépublicaines et démocratiques par endroit.

    Je vais vous donner 2 exemples :
    - le sapin de Noël : on se rappelle cette polémique du maire de Bordeaux plus de sapin coupé-mort. Puis rétropédalage. J'habite une commune de plus de 20 000 habitants dont le maire a adopté cette idée de sapin coupé-mort il y a ....4 ans ! Tout simplement il a expliqué qu'il était avec son conseil municipal et une partie de l'opposition dans une démarche de développement durable en achetant des sapins fabriqués à partir de lamelles de bois recyclées ou branches récupérées et travaillées. Donc sapins (car plusieurs et plusieurs tailles) qui se conservent, qui sont esthétiques et qui ont fait bosser une petite entreprise paysagiste-décoration verte française. Les habitant.es ont totalement adhéré et personne ne songerait en arrière. Mais pas d'idéologie anti-Noël voire anti-chrétienne derrière la démarche. Une vraie démarche écologique. La ville de mes parents plus modestes s'y est mise l'année dernière sur les mêmes principes.

    - les cantines : là c'est la ville où est installée une partie de famille. Pareil plus de 20 000 habitant.es. Leur commune a décidé il y a maintenant plus de 6 ans (précédent mandat) de revoir le marché public des cantines. Premier point : constituer une régie municipale pour pouvoir réaliser une partie des repas dans les cuisines des cantines. On est d'accord on est sur la préparation d'entrées fraîche, de desserts types entremets, crèmes ou encore des cuissons des légumes. Ensuite, obliger le(s) prestataire(s) à s'approvisionner en Ile de France. Enfin, une jour sans viande, privilégier la viande blanche et essayer d'avoir 2 jours de poissons. Et ça marche ! c'est très bien accepté par les parents ! Pendant la crise, en effet la mairie a géré les repas avec une réduction des choix mais pas parce qu'il manquait de la viande mais...parce que le poisson coûte plus cher surtout si vous voulez du poisson français ou européen et il y a eu une flambée du prix de l'oeuf.

    Ces 2 exemples qui n'ont pas flambé les villes en question ni choqué etc...car bien expliqué, fondé sur une vraie politique environnementale et de bien-être et les citoyenn.es de ce pays comprennent où se trouvent leurs intérêts.

    Bonne journée
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  3. J'ai écrit trop vite sans me relire donc petite correction :

    "on se rappelle cette polémique du maire de Bordeaux plus de sapin coupé-mort. Puis rétropédalage. J'habite une commune de plus de 20 000 habitants dont le maire a adopté d'abandonner cette idée de sapin coupé-mort il y a ....4 ans !"

    Donc le maire est passé à l'idée du sapin en matériaux recyclé ! et fini le sapin coupé-mort !

    Sylvie

    RépondreSupprimer
  4. Vous critiquez les Verts, mais dans votre attitude envers Zemmour par exemple vous êtes juste quelques pas en arrière d'eux, en termes de rigidité idéologique.

    L'avenir de votre attitude :

    https://www.marianne.net/agora/humeurs/charlotte-dornellas-censuree-a-t-on-deja-vu-une-voix-off-contaminer-des-telespectateurs

    RépondreSupprimer
  5. @ Anonyme

    Merci pour votre témoignage.

    @ Sylvie,

    Cela fait plaisir de vous relire. Merci pour vos exemples qui montrent la différence entre ce que devraient être les Verts et ce qu'ils sont.

    @ Troll

    Encore une fois, du grand délire. En quoi mon attitude serait "quelques pas en arrières des Verts" au sujet de Zemmour.

    Comme d'habitude, vous racontez n'importe quoi. C'est bien pour cela que vous ne pouvez vous raccrocher à aucun écrit de ma part, aucune citation, comme toujours. Vos commentaires n'ont aucun sens.

    RépondreSupprimer
  6. Depuis quand Zemmour et Finkielkraut sont des intellectuels ? Ce sont des tarés dont un agresseur sexuel. Vous êtes pitoyable à prendre la défense de 2 débiles mentaux nauséabonds, ce qui vous rend nauséabond.

    RépondreSupprimer
  7. Probablement bien plus intellectuel que vous, c'est clair. Et la présomption d'innocence ?
    Votre conception du nauséabond m'indiffère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un oligophrène comme vous, Zemmour et Finkielkraut sont des intellectuels, on a compris vos symptômes de lissencéphalie.

      Supprimer
    2. Oui, ce sont des intellectuels, au sens de toute les définitions classiques du mot, en premier lieu de celle de Schumpeter (https://www.institutcoppet.org/la-sociologie-de-lintellectuel-par-joseph-schumpeter-1942/). Les qualifier ainsi ne revient en rien à les flatter et certainement pas à les faire passer pour des "penseurs". personnellement, je les tiens semble-t-il en plus piètre estime que Laurent Herblay et cela ne m'empêche nullement de les considérer comme membre de la classe intellectuelle.

      Supprimer