dimanche 14 juillet 2024

Législatives : les Français imposent une clarification bienvenue

Bien sûr, alors que l’issue la plus probable des législatives est un accord technique Renaissance / LR qui prolongerait l’expérience Macron, un tel jugement pourra paraître surprenant. Mais plus j’y réfléchis, plus je me dis qu’une telle issue est peut-être la meilleure, en ce qu’elle devrait nous permettre d’avoir un vrai débat en 2027, qui pourrait enfin nous permettre de tourner la page des politiques oligarchistes, tout en restreignant la capacité de nuire du président, qui perd en capacité d’action.

 


Victoire temporaire des castors et dernière chance du bloc central ?

 

mardi 9 juillet 2024

Faux-semblants et victoire très relative

« Victoire de la gauche », « score surprise du Nouveau Front Populaire », Mélenchon réclamant Matignon et l’application sans le moindre compromis de son programme. Dimanche soir a été digne de la quatrième dimension tant les faux-semblants se sont à nouveau multipliés. Bien sûr, l’alliance de gauche termine à la première place, mais ses gains étaient anticipés et elle n’est pas en position d’imposer quoique ce soit au pays, échouant à plus de 100 sièges de la majorité absolue.

 


Trois blocs et une impasse ?

 

mardi 2 juillet 2024

Les Français dissolvent Macron

Le pari de l’artificier de l’Élysée est perdu. Pour effacer la lourde défaite des élections européennes, il a fait le pari d’une dissolution pour passer à autre chose, pensant pouvoir compter sur le rejet suscité par le RN et Mélenchon et la division de la gauche pour étendre son bloc central. Mais aussi baroque soit-il, un accord a été trouvé à gauche, reprenant celui de 2022. Et surtout, Macron s’est révélé être celui qui est le plus repoussant, subissant un revers historique, seulement dépassé par celui du PS en 93.


 

Une vraie révolte démocratique

 

lundi 24 juin 2024

Attal, Bardella, Mélenchon : stigmatisation et moindre mal

Dimanche prochain, au terme d’une campagne ridicule par sa brièveté, nous devrons voter. Un choix devra être fait, en prenant en compte les innombrables faux-semblants des candidats. S’il est clair qu’il faut s’opposer au camp présidentiel et défaire un maximum de ses candidats, notamment les ministres, se pose ensuite la question des candidats qu’il faudrait privilégier dimanche prochain.

 


Mais qui est le moins repoussant ?

 

samedi 22 juin 2024

Le bal des faux-semblants électoraux

Bien sûr, il y a souvent des faux semblants et des postures électoralistes dans les campagnes électorales. Mais, là, avec une campagne bien trop courte, nous atteignons sans doute un niveau particulièrement élevé de déclarations qui n’engagent que ceux qui les écoutent. Plutôt que des débats de fond sur de vrais orientations politiques, les caricatures, les postures et les contradictions fleurissent...

 


Mais pour qui et quoi votons-nous ?

 

dimanche 9 juin 2024

Une victoire par KO et un coup de poker

Elle est loin l’élection européenne de 2019, quand la liste de Bardella avait devancé de moins d’un point celle de la peu fringante Nathalie Loiseau, 23,4% contre 22,4%. En 2022, Macron avait pu aspirer les voix du PS et de LR. Mais deux ans de plus ont encore réduit l’attrait du camp présidentiel et renforcé son opposition. Et avec la dissolution décidée par Macron, le RN semble aux portes du pouvoir.

 


Vers Marine Le Pen à Matignon ?

 

dimanche 2 juin 2024

Dimanche, votons, et votons contre Macron et l’UE !

Dimanche prochain auront lieu les élections européennes, des élections où la participation est faible. Mais sachant que l’électorat de l’exécutif (âgé et aisé) vote davantage, il est critique que tous ceux qui s’opposent à la politique détestable de la macronie s’expriment, pour que le score de la liste Hayer soit le plus bas possible. C’est aussi un moyen d’exprimer son opinion sur l’UE. Pour ces deux raisons, mon vote ira, comme en 2019, pour la liste des Patriotes menée par Florian Philippot.


 

Non à l’UE et à Macron, oui au Frexit

 

dimanche 26 mai 2024

La macronie, faussaire de statistiques

Normalement, ce sont les régimes autoritaires, ou les démocraties pas entièrement fonctionnelles qui cèdent à ce genre de manœuvre, qui reposent sur un déséquilibre des pouvoirs, un rapport à la réalité très distant, et des médias trop complaisants avec le pouvoir. Malheureusement, c’est une pratique à laquelle l’exécutif cède de plus en plus avec deux nouveaux exemples cette semaine.

 


Maquiller les échecs en succès