vendredi 13 janvier 2012

Une campagne présidentielle très ouverte


L’intérêt grandissant des Français pour la politique, qui s’illustre par les très bonnes audiences des émissions politiques, promet une élection présidentielle passionnante. Les trois mois de campagne à venir seront sans doute l’occasion de nombreuses surprises…

Des favoris affaiblis

Même si les deux favoris sont encore en tête des sondages, il ne faut pas oublier que nous n’avons pas encore l’égalité des temps de parole, qui contribuera à redistribuer les cartes courant mars. En effet, il reste encore beaucoup de temps et les positions peuvent encore énormément bouger, ce qu’elles ne manqueront pas de faire quand tous les candidats disposeront de la même exposition médiatique. En outre, les deux grands favoris n’abordent pas l’élection en bonne posture.

Le moins que l’on puisse dire est que le début de campagne de François Hollande est poussif. Le candidat du Parti Socialiste semble surtout compter sur le rejet de Nicolas Sarkozy pour l’emporter. Mais surtout, il se montre hésitant dans ses choix, comme l’illustrent ses tergiversations sur la réforme fiscale, ce qui entretient le procès d’un candidat flou et mou. Ses valses hésitations apparentes sur le choix du local de campagne avaient donné le ton de la campagne.

En face, jamais un président sortant n’avait démarré aussi bas dans les sondages (Nicolas Sarkozy est toujours donné battu par 8 à 14 points au second tour). Et s’il occupe l’agenda médiatique avec des annonces désordonnées pour éviter le débat sur son bilan, cela démontre la superficialité de son mode de gouvernement. En outre, l’agressivité de ses troupes, pourrait lasser des Français qui veulent du respect. Bernard Accoyer a largement dépassé les bornes de la décence.

Des outsiders en embuscade

Deux outsiders se détachent pour l’instant, mais ils ne sont pas sans limite. François Bayrou semble être l’épouvantail de cette campagne d’autant plus qu’il part plus haut qu’en 2007 et qu’il pourrait récolter les déçus de l’UMP et du PS. Mais cette candidature est avant tout une aventure personnelle. Pire, le candidat du Modem a montré sa malhonnêteté en mentant sur son vote sur le traité de Lisbonne samedi dernier, comme le rapporte Yohann Duval sur son blog.

Bref, le candidat centriste n’est qu’un ersatz d’alternative, un aventurier ui ne propose pas grand chose de différent aux Français. Marine Le Pen n’est en aucun cas une alternative souhaitable ou crédible. Par-delà tout ce que charrie le Front National, et qui suffit largement à la disqualifier, elle nous propose la même attitude politicienne que le PS et l’UMP en prônant l’amnistie routière ou en effectuant un 180° sur son programme économique, ce qui fait douter de sa sincérité.

Bien sûr, les différentiels d’exposition médiatique font que pour l’instant, seuls ces deux là émergent. Mais dès que les temps de parole se rapprocheront, alors les porteurs d’un discours véritablement et républicain pourront enfin émerger. Avoir 1% ou moins dans les sondages aujourd’hui n’est en aucun cas prédictif du potentiel électoral d’un candidat. Ce n’est que le 22 avril que l’on pourra juger du véritable potentiel des candidats. Nul doute qu’il y aura de vraies surprises.

Entre une crise économique dont ne parvenons pas à sortir, un PS et un UMP à bout de souffle et incapables d’y répondre, les circonstances sont réunies pour l’émergence d’un homme de caractère et de convictions. Bref, tout est réuni pour l’émergence de Nicolas Dupont-Aignan.

18 commentaires:

  1. Bayrou est en effet une roue de secours de l'UMPS, même si je serais moins sévère sur le parcours du personnage, qui a au moins eu le courage d'une "traversée du désert" et ose quelques idées personnelles... Ses chances ne me paraissent pas si négligeables, pour peu que Sarkozy se prenne un peu plus les pieds dans le tapis...

    Concernant NDA, je suis bien d'accord que les 1% dont il est aujourd'hui crédité ne sont pas significatifs - mais à partir de février l'agenda médiatique sera monopolisé par les "grands" candidats et les autres risquent d'être marginalisés. Le problème n'est pas seulement un temps de parole à la télé, encore faut-il que les électeurs ne zappent pas, saturés par la cacophonie... Forcer l'attention sans tomber dans la provocation et les numéros de cirque est un exercice difficile !

    Et il ne faudra pas oublier que les préoccupations des milieux populaires restent centrées sur l'emploi et la protection sociale. NDA parle beaucoup de protectionnisme, mais il faudrait élargir le propos.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Pour capter l'attention des spectateurs, je conseillerais à NDA de s'entourer d'une troupe de mariachis.

    RépondreSupprimer
  4. Qui a dit :

    « je serais très étonné que l’euro, dans sa forme actuelle, survive à l’année 2011 » ?

    Donc l'émergence de NDA : bof !

    RépondreSupprimer
  5. L'€uro a survécu à 2011 et survivra peut être a 2012 parcequ'"ils" ont trouvé un moyen de gagner du temps.. enfin, acheter du temps (avec notre pognon), ce qui va reculer l'inévitable et faire encore plus mal quand ça pètera (cf les magouilles avec la BCE qui ressemble plus a de la cavalerie qu'a autre chose)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mourir" pour des idées, ça peut être acceptable, mais pour une monnaie...c'est inconcevable

      Supprimer
  6. Et ne pas oublier que 25% des électeurs n'ont actuellement aucune idée du candidat pour lequel ils voteront!
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/avez-vous-choisi-votre-candidat-a-la-presidentielle_1069509.html

    RépondreSupprimer
  7. sur l'amnistie routière NDA serait bien inspiré de suivre les paroles de Georges Pompidou qui disait " arrêtez d"emmerder les Français " nous savons que l'automobile en France est une pompe a fric et les lois stupides sur le tabac et la prostitution ne sont pas négligeable dans la montée du FN l'hygienisme est sans doute plus terrifiant que le populisme de certain et va tout a fait bien avec le monde aseptisé des euromondialistes .
    Pour le moment il n'y a toujours que 2 candidats l'euromondialiste umps qu'on l'appelle sarkozy hollande ou bayrou et Marine Le Pen et je suis d'accord avec j Halpen les milieux populaires veulent de l'emploi et de la protection sociale pour le moment c'est MLP qui rafle la mise NDA ne doit rien lâcher sur ce sujet et s'expliquer clairement sur la création d'emploi

    RépondreSupprimer
  8. Hors sujet
    le suivi des commentaires par messagerie a encore disparu ?

    RépondreSupprimer
  9. Supposons que Marine Le Pen arrive au second tour face à un candidat UMPS. Que ferez-vous, et quelles consigne donnera DLR ? Je vois trois hypothèses :
    1°) Vous votez pour la candidate souverainiste, au mépris de vos soi-disant scrupules "moraux".
    2°) Vous votez pour le candidat socialo-libéralo-européiste, et montrez de la sorte que vous êtes complice du système, voire que DLR est en réalité un sous-marin UMP inventé pour voler quelques voix au FN (opération ratée pour le moment).
    3°) Vous vous abstenez, prouvant que vous êtes un opposant de salon, et que la France sera morte avant que vous ayez levé le petit doigt pour la sauver concrètement.

    Dans la "vraie vie", on ne fait pas de la politique sans mettre les mains dans le cambouis. Dans la "vraie vie", il n'y a pas d'espace politique pour NDA, sauf à se rallier à un pôle souverainiste qui ne peut avoir que le FN comme centre de gravité.

    RépondreSupprimer
  10. L'UMPS a reussi a imposer l'idée que la France est incapable d'être un pays independant. Ils ne peuvent plus defendre leurs idées alors ils se contentent de prétendre que ca sera pire sans eux. Je crains que ce discours soit efficace pour l'instant. La peur de sortir des traités est un vrai probleme pour les souverainistes.

    Je pense qu'il est important de d’abord restaurer la confiance des français envers leur pays. Que c'est plus l'UE qui a besoin de la France pour exister que l'inverse.

    A partir de là ils ne craindront plus la sortie de l'euro et de l'U.E.

    RépondreSupprimer
  11. L'agence de notation financière Standard & Poor's a décidé de dégrader la France en lui retirant sa note d'excellence triple A, mais en revanche elle a maintenu les notations AAA de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, a indiqué à l'AFP vendredi une source gouvernementale.

    "La France perd son triple A", a souligné cette source sous couvert de l'anonymat, ajoutant que d'autres pays allaient sans doute subir le même sort.

    L'Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas jouissent d'un triple A. L'agence a informé ces gouvernements de sa décision, selon la source.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-france-degradee-allemagne-pays-bas-et-luxembourg-epargnes-5fc03954cd7c385c5d7f651966d9e193

    RépondreSupprimer
  12. Vendredi 13 janvier 2012 :

    Grèce : taux des obligations à un an : 396,637 %.
    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 163,237 %.
    Grèce : taux des obligations à 5 ans : 51,697 %.
    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 34,364 %.

    Le ministre de l'Economie François Baroin a confirmé sur France 2 que la France avait perdu son triple A auprès de Standard & Poor's, avec une note abaissée d'un cran, à AA+. "Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais ce n'est pas une catastrophe", a-t-il estimé sur France 2.

    Pour sa part, le conseiller spécial du président français Henri Guaino s'est évertué, à cent jours de la présidentielle, à défendre le chef de l'Etat, qui sera candidat selon toute vraisemblance, et à replacer l'abaissement de la note de la dette à long terme de la France dans le contexte de la crise de la zone euro.

    "Vous voyez bien que toute la zone euro est en crise, a-t-il fait valoir. Le mauvais coup qui pourrait être porté contre la France, c'est que la zone euro explose", a-t-il ajouté.

    http://www.romandie.com/news/n/_Perte_du_triple_A_Sarkozy_reunit_ses_principaux_ministres130120122001.asp

    RépondreSupprimer
  13. @ J Halpern et Patrice

    En mars, nous aurons tout le loisir de développer nos thèmes. Avant, cela sera difficile, mais l'appel d'air de l'égalisation des temps de parole nous sera très profitable. Soyons patients.

    @ Patrice

    Pas d'accord sur l'amnistie routière. Cela provoquait tout de même une augmentation du nombre de morts sur les routes...

    @ Sibuet

    DLR n'a pas vocation a être le rabatteur de quiconque. A titre purement personnel, j'ai déjà exprimé mon choix très souvent. Cherchez dans les archives de ce blog ou du précédent en tapant "Marine Le Pen".

    Le FN est de facto complice du système. Assez fort pour stériliser une part importante de l'opposition au système et assez repoussant (à juste titre) pour rester à des années lumières du pouvoir. En dix ans, la part des Français d'accord avec ses idées (sondage absurde car on ne sait pas de quelles idées on parle : s'agissait-il du FN ultralibéral il y a 5 ou 10 ans ?), a seulement progressé de 3 points, ce qui, vu le contexte pourtant très porteur, démontre qu'il s'agit d'une impasse électorale, qui de facto, maintient le PS et l'UMP au pouvoir. 40 ans de FN, ça suffit ! Outre tous les aspects nauséabonds de ce parti, les Français ont besoin d'autre chose.

    RépondreSupprimer
  14. Vendredi 13 janvier 2012 :

    Pronostic : cinq Etats du sud de l'Europe vont quitter la zone euro (Espagne, Italie, Portugal, Chypre, Grèce).

    Standard and Poor's abaisse de deux crans la note de l'Espagne, de l'Italie, du Portugal et de Chypre, tous les quatre avec perspective négative.

    La zone euro va exploser : les cinq Etats du sud de l'Europe ne pourront pas rester dans la zone euro.

    Lisez cet article :

    Sont abaissées de deux crans les notes : de l'Espagne, qui chute à un simple A avec perspective négative ; de l'Italie, qui chute à BBB+ ; du Portugal, qui passe à BB en catégorie spéculative ; et enfin de Chypre, qui passe à BB+ en catégorie spéculative.

    Sont abaissées d'un cran les notes : de la France, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de l'Autriche, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de la Slovénie, de la Slovaquie et de Malte.

    Se maintiennent en revanche : le AAA de l'Allemagne, sous perspective stable, ainsi que le AAA de la Finlande, quant à lui sous perspective négative.

    Tous les pays de la zone euro sont désormais en perspective négative, sauf l'Allemagne et la Slovaquie.

    http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/01/13/la-bourse-de-paris-dans-le-rouge_1629457_1581613.html#ens_id=1626411

    RépondreSupprimer
  15. Si nous arrêtions de fantasmer sur ces notations la FRANCE se retrouve comme les USA la CHINE et le JAPON et alors ?
    Oui il y a bien un problème c'est que ceux ci ont une banque centrale en propre en se foutent de la notation et que sommes comme des andouilles (ne pas confondre avec l'andouillette AAAAA) avec l'euro et la BCE

    RépondreSupprimer
  16. Je regrette vraiment que S&P ne nous ait pas dégradé à triple C ou encore moins. Peut être dans ce cas nous sentirions-nous *obligés* de nous pencher sur le 123 de Lisbonne

    RépondreSupprimer