jeudi 26 avril 2012

Comprendre le vote Front National


Le score de Marine Le Pen, même s’il faut le relativiser par le fait qu’il est inférieur d’un point au score de son père et celui de Bruno Mégret en 2002, n’en reste pas moins important. L’occasion de se pencher sur les raisons qui expliquent ce vote qui a rassemblé près d’un Français sur cinq.

Un vote qu’il faut écouter

Le score du Front National est un des faits marquants du premier tour, qu’analyse de manière très intéressante le blog Mes élucubrations. Encore une fois, quelques bonnes consciences, à gauche, n’ont pas hésité à attaquer de manière violente ce vote, notamment sur Canal Plus. Ce mépris et cette suffisance sont inacceptables, comme le rapporte Aurélien Denizeau. Si on peut critiquer les politiques, en démocratie, il n’est pas normal de critiquer un vote, qui doit avant tout être entendu.

Emmanuel Todd avait dit que les électeurs du FN ne sont pas racistes, mais qu’ils sont malheureux. J’ajouterai qu’ils sont en colère, en colère (légitime) contre deux partis dominants qui les ont abandonnés face à une mondialisation qui détruit leurs emplois et leur pouvoir d’achat. Ils sont également en colère contre les mensonges et le double langage de ces gouvernements qui ont échoué depuis trente ans à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Ils sont également en colère contre le laxisme de nos dirigeants face à la montée continue de l’insécurité depuis quinze ans, face au sentiment d’impunité qui se développe chez certains délinquants, face aux remises en cause de notre République et un certain laisser-faire sur l’immigration, malgré les beaux discours. Et il faut être clair, toutes ces préoccupations sont parfaitement légitimes. Et le FN est pour l’instant le principal réceptacle de ces électeurs.

Les électeurs ne sont pas le parti

Car si j’ai toujours été très sévère à l’égard du Front National, je n’ai jamais critiqué ses électeurs. Suite aux élections cantonales, j’ai expliqué que ce vote était, logiquement, social. J’ai également pris leur défense face aux attaques de Sophia Aram. Aujourd’hui, il est logique que les classes populaires votent fortement pour ce parti car PS et UMP sont responsables de la situation et ni le Modem ni même le Front de Gauche ne répondent vraiment à leurs attentes.

Mais ce n’est pas parce qu’on cherche à comprendre ses électeurs qu’il faut être indulgent ou complaisant avec le FN. Le PS a raison de s’adresser aux électeurs de Marine Le Pen, mais ses propositions sont très éloignées de leurs attentes, comme l’explique bien Laurent Bouvet dans le Monde. Nicolas Sarkozy a également raison de leur parler, mais ses paroles sont souvent des impostures, totalement contradictoires avec ce qu’il a fait depuis cinq ans.

Le problème avec le Front National, c’est la nature même de ce parti. Une journaliste, Claire Checcaglini, a raconté par le menu les pratiques de la fédération des Hauts de Seine qui démontrent que ce parti reste ancré à l’extrême droite. Dernièrement, un jeune responsable départemental du FNJ de 17 ans, Damien Nicolas, a remis sa démission au bout d’un an dans une lettre ouverte postée sur Facebook où il revient sur les nombreuses raisons qui l’ont poussé à partir.

Il met en cause certaines contradictions dans le discours (l’alliance avec le Vlaams Belang, le discours régionaliste en Corse…). Il dénonce les « éléments extrême droitards (…) des gens ouvertement racistes (…) souvent proches du Bloc Identitaire ». Il critique « l’apéro saucisson pinard à Barbès, destiné à stigmatiser nos compatriotes musulmans et à les rejeter plutôt qu’à leur montrer que nous sommes prêts à les accepter dans notre société ».

Bref, s’il faut essayer de comprendre le vote Front National et ne pas le stigmatiser, le FN reste pour moi un parti d’extrême droite avec lequel je ne veux rien avoir à faire, même si certains militants, républicains sincères, peuvent s’y égarer avec le discours tactique et calculée de Marine Le Pen.

35 commentaires:

  1. Je suis tout à faire d'accord avec sur votre analyse, elle est très pertinente.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis assez d'accord avec l'article qui suit :

    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4878

    Très probablement, les une grande partie des votants du FN ne souffrent pas de l'immigration mais du fantasme que les immigrés leurs enlèvent le pain de la bouche et sont la cause du chômage, de la dette, et que sais je encore...vieille rengaine depuis les débuts du FN.

    La plupart de ceux que j'ai rencontrés qui votent FN n'ont quasiment pas de culture économique ou sociologique, ne vivent pas dans des quartiers défavorisés. Ne connaissent de l'immigration que ce qu'ils voient dans les médias, n'ont jamais lu en entier des études diverses sur l'immigration.

    Sont souvent des plus de 60 ans sans gros problèmes économiques, mais psychotent pour un oui ou un non.

    RépondreSupprimer
  3. Tout a fait...
    A propos de stigmatisation, je vous conseille ca :
    http://www.youtube.com/watch?v=CNCiWstNJ34

    RépondreSupprimer
  4. pourquoi l’apéro saucissons pinard est il plus stigmatisant que le couscous thé a la menthe de la mairie de Paris ?

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord avec cette analyse. Les électeurs du Fn doivent être en effet pris en considération, et expriment davantage une colère.
    De plus, respecter les électeurs du Fn ne signifie en rien adhérer à l'idéologie du Fn. Certes, Marine Le Pen a opéré ce qui peut apparaître comme un tournant étatiste mais cela serait un contresens de dire qu'elle est gaulliste. En effet, sous un vernis de préoccupations gaullistes, le Front National appartient encore à la culture politique de l'extrême-droite et du populisme, héritier en cela d'une tradition française allant de Boulanger à Poujade.
    Le problème, c'est que beaucoup de gaullistes et de républicains ont franchi le Rubicon, et cru en MLP, à mon sens à tort.
    Mais je suis persuadé que la refondation d'un grand parti républicain et gaulliste dont Nicolas Dupont-Aignan serait un des hommes clés, permettrait à ces électeurs déçus de la politique de revenir dans le giron républicain.

    RépondreSupprimer
  6. Autant le projet communautariste des dirigeants du FN mérite d'être combattu, autant les bons résultats du FN témoignent d'un refus de la résignation dans une partie des classes populaires. Ce mouvement est porteur d'espoir même s'il faudra qu'il se dégage du FN pour porter ses fruits. Quand au racisme, il représente la direction dans laquelle le discours du FN canalise le mécontentement populaire. C'est une détestable lecture de problèmes réels ; l'immigration clandestine par exemple peut donner lieu à une défense de la Loi et du droit du travail, ou bien à un discours anti-immigré. Face aux prières publiques on peut faire respecter l'ordre public ou stigmatiser l'islam. Et ainsi de suite. C'est en celà que le FN est nuisible et dangereux. Aux républicains de formuler et de porter d'autres réponses à ces questions que l'UMPS ignore.

    RépondreSupprimer
  7. Voilà ce que disait SuperNo dans son billet du 11 mars dernier. On n'accusera pas SuperNo d'être d'extrême-droite, tout de même ! Et pourtant, c'est l'analyse la plus pertinente que je connaisse de ce qu'est devenu le FN, et du traitement IMBECILE du réel problème qu'il représente par les média.

    "De même, lors de la dernière intervention de Marine Le Pen sur TF1, on a vu Michel Field lui parler avec la même gravité de Brasillach. C’est bien une discussion d’intello parisien, ça. Je suis prêt à parier que 95% des électeurs de Mme Le Pen ne savent pas qui était Brasillach, et qu’en plus ils s’en tapent complètement ! Ces zintellos parisiens devraient parfois sortir un peu de leurs salons luxueux, ils se rendraient peut-être compte que si certains, ultraminoritaires, votaient et votent encore FHaine par antisémitisme et nostalgie du IIIe Reich, le gros des troupes se fout totalement de cette idéologie, et trouvent “simplement” qu’il y a trop de musulmans, de noirs et de Roumains en France.

    Field se donne l’illusion d’être un courageux combattant qui lutte contre le retour de la “Bête Immonde tapie dans le Ventre Toujours Fécond”, alors qu’il est avant tout un représentant de l’élite médiatique totalement déconnectée de la réalité populaire, tout simplement à côté de la plaque."

    Cela dit, je suis évidemment d'accord avec le fait que le FN porte avec lui des risques d'une dérive parfaitement odieuse et inacceptable.

    Sancelrien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage car Brasillach était un vrai salaud mais un formidable romancier c'est vrai que Michel Fields que j'aime bien malgré tout car il a interrogé NDA comme un vrai journaliste a servi de punching ball a MLP sur TF1 ; mais je pense que le FN était plus un parti de nostalgiques de L'Algerie Française que du III Reich et que JMLP est un populiste provocateur plus qu'un admirateur de H Himmler
      Finalement les zelites médiatiques sont les plus grand pourvoyeurs de voix du FN par pure imbecilité

      Supprimer
  8. Le FN?
    "It's the economy,stupid!"
    Clinton
    ...

    Peut être qu'un jour je comprendrai pourquoi NDA se saborde depuis maintenant près de 5 ans.
    Quand la crise a redoublé,en 2007,il était le meilleur,et de loin,mais il a dérivé pour finir par s'échouer à l'extrême gauche(sur le plan économique).
    Son programme se confondait avec celui de Le Pen et de Mélenchon(qui c'est vrai ont pillé ses idées les plus absurdes),il s'est enfermé tout seul dans un piège mortel(avec comme point d'orgue son sourire en coin et sa réponse évasive quand un journaleux lui a demandé si vraiment il pourrait prendre Le Pen comme 1er ministre,un suicide politique en direct!),il n'a pas compris que plus Le Pen dérivait vers lui(vers la gauche...)plus il devait revenir chasser sur les terres de la droite et sur celle de Bayrou.
    Comment ne pas avoir compris que l'UMP allait disparaitre,au profit de nouvelles droites,une "populaire"(ou plus justement populiste),et puis une "libéral",parce que sur le marché du populisme NDA n'avait aucune chance face au FN,il devait revenir vers la classe moyenne(abandonnée par le FN).A plus forte raison parce que ce positionnement n'était pas simplement une vulgaire stratégie politique,quand on a la prétention de prendre le pouvoir on s'adresse à la France,on n'adopte pas une stratégie de niche(!),déjà occupée par des candidats plus "identifiés".
    Et quand on veut conquérir la classe moyenne,conservatrice sur le plan financier,on ne propose pas de la ruiner(même Le Pen a fini par comprendre que ce pan de son programme était un repousoir)!

    Maintenant vous êtes dans de beaux draps,si la droite populiste c'est le Front familial et la gauche populiste c'est Mélenchon NDA c'est quoi(avec ses idées de l'extrême gauche préhistorique)?
    Evidemment vous allez me répondre ni de droite ni de gauche de France.
    Ce que je vous répète depuis 4 ans(!),souverainiste et libéral,"de gauche"(il faut espérer qu'avant 2037 NDA va comprendre qu'un gaulliste social peut très bien être étiqueté libéral de gauche!).
    S'adresser à la classe moyenne(qui entreprend)pour finir par convaincre les classes populaires.
    Notez que si vous aviez adopté ce positionnement Fiaskozy aurait probablement eu son billet pour le second tour mais d'extrême justesse,Bayrou ne pèserait plus grand chose,et DLR aurait profité de l'atomisation de l'UMP.

    A propos des 20% du Front familial
    Je n'ai entendu qu'un "éditorialiste"(son nom m'échappe)noter l'évidence,c'est aussi le vote de ceux qui n'ont plus les moyens de vivre dans les grandes villes,de ceux qui se sont replié à la périphérie,ou plus loin encore,ceux qui depuis 10 ans supportent une hausse sensible des prix de l'énergie(bref rien à voir avec Maurras,Pétain,le nationalisme,ou le racisme).
    Mais ces Français ont voté pour un parti qui propose une dévaluation et un contrôle des loyers(votre génial programme)!
    C'est à se taper la tête par terre,à désespérer du suffrage universel.

    Mais manifestement à DLR vous êtes content de vous,vous trouvez les résultats encourageants,la ligne la bonne.

    PS:Naturellement je n'ai pas voté,et je n'irai pas voté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clinton qui est ce ?

      Supprimer
  9. @ Balthazar

    Complètement d'accord sur votre point à propos du FN, qui est très juste. Sur DLR, il ne faut pas sous-estimer le temps nécessaire pour établir un nouveau parti depuis zéro, ce qui m'amène à modérer votre jugement sur notre score (tout comme sur le programme "d'extrême-gauche", sachant que nous avions au moins 3 candidats bien plus à gauche que nous...). Néanmoins, merci pour votre analyse, motivée et riche, qu'il faut forcément prendre en compte pour avancer demain.

    @ Sancelrien

    Très juste. J'avais fait un papier il y a un an sur les intellos de gauche, qui, en pensant combattre le FN, finissent en fait par le renforcer...

    @ J.Halpern

    Extrêmement précis, juste et républicain. Merci.

    @ Anonyme

    Merci

    @ Patrice Lamy

    Là n'est pas la question. Le premier est dans une logique de guerre des civilisations à mille lieues de notre modèle républicain.

    @ Olaf

    Merci. Je vais lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non les deux sont dans une logique de guerre sectaire qui est la plus terrible et c'est pourquoi la Republique doit combattre les sectes même si certains les appellent religions

      Supprimer
    2. "Tous les cultes sont également permis et protégés. Mais, dans aucuns des engagements civils, les considérations de culte ne sont permises, et tout acte où il est parlé de culte est nul.
      Les temples publics sont ouverts à tous les cultes.
      Les rites extérieurs sont défendus ; les rites intérieurs ne peuvent être troublés.
      Le prêtre d'aucun culte ne peut paraître en public avec ses attributs, sous peine de bannissement."
      (Antoine de Saint-Just / 1767-1794 / L'esprit de la révolution, quelques institutions morales sur les fêtes)

      Supprimer
  10. @ Laurent Pinsolle

    Je me demande quelle est votre position concernant le droit de vote des étrangers aux élections locales ?

    Ce n'est pas vraiment le sujet de cet article mais il est d'actualité et plus ou moins concomitant.

    Je comprends et je trouve normal qu'on veuille intégrer les étrangers à notre société.
    Mais le droit de vote ne devrait pas être un moyen, plutôt la reconnaissance pour l'individu qu'il est pleinement intégré.
    A partir de l’instant où il est intégré, l’étranger doit pouvoir demander et obtenir la nationalité (à la condition évidement qu’il comprenne, accepte et respecte les manières de vivre de ce pays).
    De cette façon il deviendrait un citoyen et aurait le droit de vote à TOUTES les élections.

    Mais je ne comprends pas comment on peut envisager de diviser la citoyenneté :
    comment peut-on être un "demi citoyen" à savoir pouvoir voter à certaines élections (locales) et pas à d’autres (nationales).
    On est pleinement citoyen ou on ne l’est pas. On ne peut pas l’être seulement en partie.

    Le droit de vote est attaché à la citoyenneté.

    La citoyenneté est attachée à la nationalité.

    Le citoyen de la République française est de nationalité française. Il n’est pas étranger : son pays est la France.
    On ne peut pas être citoyen ET étranger, c’est une évidence puisque ce dernier est étranger à la Cité (et que celle-ci appartient aux citoyens). Donner le droit de vote aux étrangers n’a pas de sens.

    Tous les citoyens sont égaux. Se serait introduire une inégalité entre citoyens que de distinguer les droits de vote qui leur sont attachés.

    D’ailleurs on parle couramment DU droit de vote : il n’y en a qu’un seul, non divisible, qui donne droit sur tous les scrutins.

    Je n’ai jamais bien saisi comment on n’avait pu introduire ce curieux précédent qu’est le droit de vote local des européens au sein de l’Union européenne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'universalité des droits de l'homme : tout humain sur un territoire doit avoir le droit de se prononcer sur les lois auquel il y est soumis. C'est son humanité qui fait de lui un citoyen. Aucun rapport, en ce qui me concerne en tant que chrétien athée, entre citoyenneté et nationnalité!

      Supprimer
    2. Bien on donnera le droit de vote aux touristes s'il se trouvent en France lors des élections. On se demande bien pourquoi De Gaulle ou Jaurès n'y ont pas pensé avant.

      Supprimer
    3. @ Le Vaurais

      Dans ce cas tout étranger n'en est plus un dés lors qu'il entre sur le territoire ???
      De plus selon votre manière de décrire les choses :
      " tout humain sur un territoire doit avoir le droit de se prononcer sur les lois auquel il y est soumis " ;
      dans ce cas il faudrait donc lui donner le droit de vote à toutes les élections, y comprit nationales.

      On en revient donc au problème d'indivisibilité du droit de vote et de la citoyenneté (le 1er découlant nécessairement de la 2nd).

      De plus vous confondez les droits de l’homme et les droits du citoyen.

      Cet humain qui entre sur le territoire d'un État devrait avant cela se renseigner sur les lois de ce pays, et si il est en désaccord ne pas y entrer, non ?

      Enfin il faut remarquer que la citoyenneté est bien attachée à la nationalité dans les faits.

      Supprimer
  11. @ Patrice Lamy

    L'apéro saucisson pinard avait une dimension islamophobe très marquée. Je ne pense pas que ce soit le cas de l'autre initiative. N'oublions pas que le couscous est un plat très populaire.

    @ RomainC

    Complètement d'accord. Je suis contre le droit de vote pour les étrangers. La citoyenneté va avec la nationalité et ne saurait être divisée. C'était un point qui me choquait dès 1992 avec le référendum sur Maastricht.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. là je ne suis vraiment pas d'accord il faut renvoyer les stigmatisés dos a dos et être très ferme nous ne devons pas a DLR être un clone de terra nova . Quand je parle du couscous de la mairie de Paris c'est la fête organisée pour la fin du ramadan par le citoyen maire et si l’apéro était islamophobe le couscous de la mairie était islamophile c'est pareil , ignoble dans les deux cas

      Supprimer
    2. sur le vote des étrangers d'accord ; hollande le veux nous pouvons nous poser la question de savoir si ce n'est pas la voiture balai du FN .
      Qu'en est t'il de l'assesseure au foulard islamique ?

      Supprimer
    3. @ Patrice Lamy

      Le premier stigmatise, pas le second il me semble. Nous avons de la marge avant d’être un clone de Terra Nova il me semble… Naturellement totalement hostile à une assesseure avec un foulard.

      Supprimer
  12. De : La Gaule

    1)
    Bien que faisant parti désormais des intouchables, ceux qui n’ont fait qu’exprimer des fantasmes bizarres en votant Marine Le Pen dimanche dernier, je me permets de vous proposer cette vidéo de la dernière émission de Taddei, que j’ai repiquée sur le blog de Malika Sorel (etc.), sur laquelle d’ailleurs je reviendrai plus loin.

    http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1557

    Elle me parait tellement représentative cette vidéo ! C’est moins le niveau du débat qui est en jeu, puisque Taddei est quand même l’un des derniers à présenter des plateaux qui tiennent la route sur des sujets généralement intéressants.
    Mais imaginez un instant que le brave bougre dont parlait olaf tombe là-dessus. Qu’est-ce qu’il va pouvoir tirer de cette omelette ?

    (Au passage, je répondrai à olaf que la majorité des votants n’ont qu’une approche fantasmatique de l’immigration, même ceux qui ont une grande culture économique et sociologique, surtout si celle-ci ne leur sert qu’à lire des études qui vont les conforter dans leurs fantasmes. Lisez Guilluy, lequel n’est pas le moins inculte en la matière, l’immigration soit on la subit, soit on la fuit, soit on a les moyens de s’en préserver par de multiples moyens qui vont du digicode d’immeuble à la carte scolaire. Personne n’investit non plus dans un produit financier refuge baptisé « richesse immigrée sécurité ». Par ailleurs Todd a dit depuis longtemps que la peur de l’immigré n’était qu’une variable secondaire et symbolique du vote FN, j’en ai encore parlé hier avec mon voisin marocain).

    Concernant les échanges en eux-mêmes de l’émission, que voit-on ?

    …/…

    RépondreSupprimer
  13. 2)
    Baverez fait du Baverez en exhortant les responsables à cessez l’enfumage pour revenir, devinez quoi, au réel et aux problèmes concrets des français. Il ne sera pas dit que les dits problèmes n’ont rien à voir avec la réalité du libéralisme actuel. Ouf ! Connaissant l’oiseau, je le redoutais.
    Paul Aries s’agite comme un prophète et conceptise à tout va, on dirait un Soral de gauche, avec la barbe et les cheveux en plus.
    Madame Sorman, qui est la « fille de » de la bande, tient à rester dans le cadre strict des questions de M. Taddei, sans doute parce que cela lui permet de rester dans la sociologie de salon et l’insignifiance de propos.
    Philippe Nemo (jamais entendu parler sauf dans mes lectures de jeunesse, je l’imagine d’ailleurs mal aux commandes du Nautilus) joue une partition à mi-chemin entre M. Loyal et M. Prud’homme. Quoique grand philosophe, cet homme vit dans un monde simple. La crise est financière, on a trop dépensé, on va payer, normal. Il a trop dépensé, il va payer, normal. Là, c’est moi qui extrapole. En tout cas il a l’air ravi du programme.
    PM Couteaux, généralement pertinent à l’écrit, est comme d’habitude particulièrement mauvais à l’oral. Il fait le bredouilleur de service et passe pour un mal poli en n’arrêtant pas de couper Todd. C’est fou ce que les anciens de la fondation Marc Bloch ont l’air de ne plus s’aimer.
    Manu Todd est plutôt bon, même si ses moues dubitatives donnent l’impression qu’il ne croit plus trop en ce qu’il dit. Il faut dire que son histoire de la réintégration de la nation à gauche a l’air toujours aussi tirée par ses cheveux. Je l’avais suggéré à Yann un jour, ce type file le mauvais virus de toutes les grandes stars de rock. La fuite dans l’introspection permanente.
    Madame Sorel domine les débats. Depuis qu’elle a dévoilé la veille du scrutin pour qui elle roulait (noblement, courageusement, magnifiquement, ont salué ceux qui l’adorent sur son blog), elle a pris une envergure certaine. Je sais que si elle perdait son temps à me répondre, elle me dirait qu’elle ne roule que pour la France. Là est son problème.
    Cette dame porte en elle la nostalgie inconsolable des élites méritocratique de l’ère gaullienne et attend leur retour comme d’autres les DC4 de l’Amérique éternelle et invincible. Elle pense que cette résurrection est possible avec ceux-là même qui en ont organisé leur mise à mort, dans un nouveau contexte d’affairisme généralisé et amoral (qu’elle lise « le président des riches » de Michel et Monique Pinçon).
    En attendant, c’est une petite citoyenne toute simple comme les autres qui passent son temps à regarder la télé pour s’informer. Sauf qu’elle, est beaucoup plus intelligente que la moyenne des électeurs, ces buses. Elle seule, en effet, a compris que tout ce que l’on disait de Nicolas dans les médias était faux, les louanges sur le drôle rabâchées cinq ans durant par les mêmes médias étant hors sujet (elle a quand même une mémoire sélective cette petite).
    Nicolas a juste eu le tord d’aller boire un jus au Fouquet’s, un soir d’euphorie de jeunesse. C’est tout…
    Madame Wievorka, à mon avis la plus humble et la plus profonde de ce débat, lui a gentiment fait remarquer que, comme tous les électeurs, sur les lieux de son travail et ailleurs, elle avait aussi des yeux pour voir et pour constater!
    Sinon, sur son constat final que le problème de l’Europe d’aujourd’hui est avant tout d’ordre culturel, pas grand-chose à rajouter. Ce problème possède une dynamique qui lui est propre et qu’aucune réponse économique stricte ne résoudra, surtout si l’on considère cette réponse stricte comme prioritaire. Les « surprises » de dimanche aussi en découlent (concernant votre champion j’aurais préféré une autre bonne surprise, mais, quitte à vous navrer, je crois qu’un certain gaullisme est bien mort).
    Bon vent Laurent, et bon « barrage contre le fascisme ». Essayez de ne pas vous y noyer.

    La Gaule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais 203 le Gaullisme fonctionne sur effondrement nous y allons en klaxonnant il faut attendre le moment M

      Supprimer
    2. La Gaule

      Malika Sorel est tout simplement une groupie de Sarko, ce qu'elle raconte est assez insignifiant.

      Nemo au moins raison, la dette, dépenser plus que ses recettes, est un gros boulet dont je ne vois comment s'en débarrasser sans faire défaut, bientôt 90% pour la France, seuil fatal quand la croissance est en berne.

      Cette émission de Tadéi a fait l'impasse sur les chiffres de l'immigration, qui manquent de précision :

      "on n’insulte personne en identifiant aussi les domaines où ça coince, pour mesurer les efforts à accomplir. Prévenons d’emblée : l’approche économique procure moins de frissons qu’une envolée sur l’islam, une pétition contre le fascisme ou un reportage sur la polygamie. Mais elle ressemble furieusement, elle, à la réalité. Car, dans cette affaire, tout le monde pense coûts et bénéfices."

      http://www.capital.fr/enquetes/dossiers/le-vrai-bilan-economique-de-l-immigration-554216/%28offset%29/1

      J'estime qu'un immigré, sous condition de 5 ans de résidence dans le pays, d'une correcte maitrise de la langue, sans casier judiciaire et qu'il en fasse la demande, devrait pourvoir voter localement. Ce serait un premier pas vers l'intégration puis la nationalité.

      Supprimer
    3. 1)
      Oui, je suis d’accord avec vous, ce sera le défaut où « rien », c’est-à-dire une catastrophe sans nom. Mais je n’ai pas constaté que c’était aussi l’opinion du grand philosophe Nemo.

      2)
      Sur le coût de l’immigration la bataille des chiffres a fait rage depuis la monographie suivante (que vous pouvez donc commander en suivant la procédure), et sans éclaircir quoi que ce soit au final :

      http://www.contribuables.org/2011/06/30/ce-que-nous-coute-l%E2%80%99immigration-irreguliere/

      Il est clair par contre que l’étude de Gourévitch rejoint complètement l’approche qui était celle de Maurice Allais sur la question, et qui n’a pas peu contribué à sa mise sous l’éteignoir :

      http://www.polemia.com/article.php?id=2618
      (Mais vous allez dire que je n’ai que des références douteuses)

      Il a été aussi objecté à Gourévitch d’avoir pêché par omission, en oubliant la part des travailleurs étrangers irréguliers qui aboutit dans les caisses des fonds de retraites, et sans que cela puisse leur bénéficier un jour, comme cela est exposé à la fin de l’article suivant :

      http://www.contribuables.org/2010/04/28/immigration-la-guerre-des-chiffres-est-declaree-la-monographie-publiee-par-contribuables-associes-dans-le-journal-l-humanite/

      A l’heure où tous les fonds de retraite sont virtuellement en faillite, à la mesure du reste, cet argument a-t-il encore un sens ?

      3)
      Je ne comprends pas le passage que vous soulignez. Veut-on dire que l’Islam, la polygamie où le fascisme ne font pas partie de la réalité ? Ou alors veut-on dire que ces phénomènes ne peuvent faire l’objet d’une évaluation comptable claire, avec bilan consolidé, en terme de coûts et bénéfices ? C’est d’ailleurs parfaitement exact, mais cela ne signifie pas qu’ils n’existent pas non plus.
      En termes strictement comptables il reste possible aussi de soutenir, comme Draghi, comme Bernanke, que la crise est dans la tête.

      4)
      Sur le droit de vote, constat d’incompatibilité totale avec vous. Ce droit doit être acquis par l’intégration, elle-même fruit d’une démarche individuelle profonde, et surtout pas objectivable en termes comptables simples (du genre bilan : 5 ans dans le coin + le bon formulaire). Sur ce point au moins la groupie, comme vous l’appelez, a raison.

      A un de ces jours sans doute.
      Ailleurs.
      LG

      Supprimer
  14. @ La Gaule
    Todd s'est trompé sur la baisse de la natalité dans le monde arabe (elle remonte), il a fait croire aux français avec son encquête des années '90 qu'ils étaient le champion des marriage mixtes (il a continuait jusqu'à que Elisabeth Lévy lui fasse finalement remaraquer que son enquête était très datée), mais ils se trouve toujours des gens pour l'encenser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison. Todd est un anthropologue génial par l'audace de ses thèses. Sorti de cela c'est un brave type comme vous et moi, à l'image de toutes les idoles.

      Idem
      LG

      Supprimer
  15. Récaldini Jean François27 avril 2012 13:20

    Vous jugez un parti que vous ne connaissez pas sur des on dit. Moi je suis membre du FN, fils et petit fils de résistants (croix du combattant volontaire), nous accueillons tous les français qui aiment la France quel que soit leur origine ou leur religion. Si vous étiez venu au meeting formidable du zénith, vous y auriez vu des gens d'origine maghrébine, de couleur brandissant des drapeaux français. Vous nous qualifiez d’extrême droite alors que vous savez très bien que Marine est détestée par les groupuscules de cette extrême droite. De rivarol, au parti de la France en passant par l'oeuvre française, la nouvelle droite populaire etc ... . La preuve en est qu'ils ont voulu présenter un candidat à la présidentielle contre nous (Lang). Croyez vous que si nous étions d'extrême droite, des chevénementistes, des gaullistes comme Paul Marie Couteaux, des anciens du MPF et de DLR nous auraient rejoints ! Soyons sérieux, je sais bien que vous essayez par tous les moyens de rabattre les voix de Marine vers Dupont Aignan, mais vous ne comprenez pas que ce vote est un vote d'adhésion et que dans mon département des Ardennes ou Marine a obtenu 24.50 % des voix avec des dizaines de petites villes et villages entre 30 et 40 % des voix, nous rencontrons des gens qui souhaitent la victoire de Marine, et qui pour eux est un véritable espoir !!! Alors de grâce, arrêtez vos mensonges qui commencent à devenir lassant et arrêtez de nous qualifier d’extrémistes du matin au soir et regardez la réalité en face !
    PS : que pensez vous du sondage révélant que 64 % des électeurs de sarkozy sont favorables à une alliance avec le FN ! Fichtre 40 % des électeurs français sont d'accord avec ce que représente le FN, dingue, non ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, je trouve que le spectacle de meetingers s'époumonnant est toujours un spectacle affligeant : ce devrait être interdit.
      Sur le classement des lepénistes, non, personnellement les situè-je au centre, ne serait-ce que par leur sociologie ; nombre de français ne se reconnaissant pas en situation de choix, nombre se situait au niveau zéro de la politique et ce, toutes écuries électorales confondues.
      Enfin, ce n'est pas parce que M.LE PEN serait sociologique centrale, qu'elle serait moins dangereuse ou moins braque.

      Supprimer
    2. @J-F Récaldini

      Ce qu'il y lieu de relever c'est qu'il y a emploi d'une notion, celle d'extrême droite, sans que jamais cette notion ne soit sérieusement définie et ainsi évoquée selon les définitions consensuellement admises par l'université. Tout le sérieux annoncé de l'analyse s'effondre sur ce seul point. Expliquer que Marine Le Pen est d'extrême droite n'a aucun sens. Le cirque médiatique actuelle sur la compatibilité de MLP avec la République est d'un ridicule grandiloquent. MLP est très proche (extrêmement) des thèses Chevènementistes et tire à mon sens avec plus de pertinence les conséquences politiques de son républicanisme - civique - que ne le faisait le Ché. Voilà malheureusement ce qu'est devenue la politique, un cirque peu sérieux où l'on vend des candidats comme on vend de la lessive. Que l'on nous fasse état d'une définition consensuellement admise de l'extrême droite et après cela nous pourrons discuter sérieusement et relever avec facilité ce qui n'est que posture militante face à MLP. Tout le reste est mise en cause gratuite et intimidation médiatique. La fonction journalistique, indispensable en démocratie, est malheureusement très mal remplie par le journalisme de 2012.

      Supprimer
  16. Non, sur le principe et notamment le droit de critiquer, on ne pouvait durablement faire de distingo entre élus et électeurs sans amoindrir la qualité du débat...et rogner sur la liberté de communiquer...et rogner sur la liberté de penser.
    Si c'est la professionnalisation des édiles qui posait problème, il fallait le dire...et bien voir que toutes les écuries électorales en étaient également frappées.
    Quant à l'ethnicisme et s'il fallait en juger à la couleur de peau des députés, c'était loin d'être une exclusivité marinaro-lepéniste : tout le monde en croquait : il était seulement interdit de le dire !!

    RépondreSupprimer
  17. Pour comprendre le vote FN, il faut avoir été en interne au FN , il faut avoir mené campagne et avoir rencontré les électeurs, qui pour la plupart ne sont pas des nostalgiques d'Himmler, Heydrich ou autres.

    RépondreSupprimer
  18. @LP,

    Bravo pour votre résultat de premier tour. Vous avez presque quadruplé le score annoncé par les sondages : c'est assurément la plus belle "surprise" de ce 22 avril 2012. Un grand mouvement est en marche, porté par la jeunesse. Ces 1,79 % sont les prémices d'une révolution intellectuelle et politique de premier ordre, une lame de fond qui suit la courbe exponentielle de l'apparition de la joie véritable.

    Haut les coeurs !

    RépondreSupprimer
  19. @ La Gaule

    Merci pour le lien. Je vais essayer de le regarder. Il se trouve que je connais Malika depuis plus de cinq ans. J’étais assez surpris par son choix car ce n’était pas sa vision des choses en 2007, mais je le respecte.

    Ce n’est pas un « barrage contre le fascisme » que je fais. Le FN n’est pas un parti fasciste. Mais il reste un parti extrémiste à mon sens, et même si je respecte ses électeurs (comme je respecte tous les électeurs), je ne veux pas d’un parti extrémiste au pouvoir et c’est un combat que je continuerai à mener. Soit dit en passant, quand Mélenchon parle de « faire les poches » aux riches, pour le coup, il passe la ligne rouge entre gauche de la gauche et extrême gauche.

    Sur le coût de l’immigration, j’avais regardé la question il y a un an et quand on fait la somme des différentes études, cela donne l’impression que c’est équilibré.

    @ Olaf

    Je peux témoigner. Malika est tout sauf une groupie de Sarkozy et elle dit des choses très intéressantes.

    Sur la dette, il y a d’autres solutions : une monétisation raisonnable (5% du PIB, qui permettrait de faire descendre notre endettement de 90 à 72% du PIB en 5 ans en équilibrant le commerce extérieur) ou un petit peu plus d’inflation (comme le propose Krugman).

    Pour moi, le droit de vote va avec la citoyenneté, donc je suis opposé au droit de vote des étrangers.

    @ Fiorino

    Aujourd’hui, la natalité est au même niveau qu’en France de l’autre côté de la Méditerranée…

    @ JF Recaldini

    Je persiste. Je pense que le FN est un parti extrémiste. Après, comme je le dis dans ce papier, j’admets parfaitement que des républicains sincères l’aient rejoint à la fois pour des raisons d’efficacité électorale (parti qui pèse dans les votes) que grâce au vernis que Marine Le Pen y a apporté, mais j’ai déjà dénombré des dizaines de faits ou déclarations qui placent clairement le FN à l’extrême droite.

    Je ne dénie pas qu’il y ait une adhésion de la part des électeurs.

    @ Global Tartarin

    Un parti, ce n’est pas qu’un programme, calibré à l’extrême. Ce sont aussi ses leaders, leur passé, leurs déclarations, son histoire….

    @ Patrick Mennessier

    Complètement d’accord. Sur les électeurs, je partage bien évidemment ce point de vue.

    @ Kleist

    Merci.

    RépondreSupprimer