mercredi 18 décembre 2013

Intégration : la faute de Jean-Marc Ayrault


C’est une des polémiques les plus vives de ces derniers jours : le rapport ubuesque sur l’intégration publié et commandé par Matignon. Une remise en cause profonde de notre modèle républicain qui a provoqué un tel tollé qu’elle ne devrait heureusement pas avoir des conséquences.



La France mise entre parenthèse

Heureusement qu’une grande majorité des commentateurs de la vie politique ont vivement attaqué ce rapport, de Malika Sorel Sutter pour l’Express ou Le Figaro à Nicolas Domenach pour Marianne. Tout doit être jeté. Malika Sorel Sutter dénonce « une rupture assumée avec l’héritage du peuple français (…) une multitude de mesures dignes d’une véritable police de la pensée ». Elle dénonce la remise en cause du français au profit de la langue parlé dans la famille, la volonté de renforcer le caractère culpabilisateur des programmes d’histoire, la remise en cause de l’interdiction du voile à l’école et le fait que le mot « devoir » n’apparaisse que 13 fois, contre 440 fois pour le mot « droit ».

Dans l’Express, elle affirme que « ce rapport part du principe que la France est coupable et raciste ». Voilà un bon résumé. Car ce rapport vise ni plus ni moins à détruire l’identité de notre pays, en promouvant non seulement ce qui n’est pas français en France, mais également en salissant tout ce qui est français. Pour reprendre l’analyse de Malika Sorel Sutter dans son premier livre « Le puzzle de l’intégration », comment espérer assimiler les immigrés si les seuls messages qu’ils reçoivent de l’Etat sont la critique de la France et une préférence pour leur culture d’origine. Au contraire, il faut valoriser notre pays et ce qu’il apporte (qui est immense) et les aider à apprendre notre langue et notre culture.

Le pied nickelé de Matignon ?

Je vous invite à aller sur le site de Debout la République pour lire nos 35 propositions pour réconcilier les Français, issu d’un travail réalisé par Eric Anceau et Jean-Pierre Gérard et l’audition de Maxime Tandonnet, Michèle Tribalat (dont vous retrouverez une interview croisée très intéressante sur Atlantico), Dominique Jamet, Camel Bechikh, Marc Le Bris ou l’amiral Alain Coldefy. NDA a répondu en parlant « d’euthanasie de la République » aux propositions délirantes de cette gauche qui déteste tellement la France qu’elle souhaite la voir se dissoudre, comme l’a dit la nouvelle secrétaire des Verts.

On ne sait que penser de la publication de ce rapport. Comme le souligne Malika Sorel-Sutter, la cohérence de l’ensemble indique sans doute que les rédacteurs étaient des militants, ce que les services de Matignon ne devaient théoriquement pas ignorer. Il y a trois explications possibles : une manœuvre mitterrandienne pour pousser le Front National, mais ce faisant, le Premier Ministre semble surtout s’être fait du mal à lui-même, soit il s’agissait d’un ballon d’essai de cette gauche multiculturaliste, et il faut donc la combattre, soit il s’agit d’une nouvelle bourde de cette équipe vraiment pas à la hauteur.

Jean-Marc Ayrault a bien fait une grave faute politique en publiant sans s’en distancier ce rapport sur le site de Matignon. Et les trois explications que l’on peut imaginer sont toutes critiquables. Mais le plus important est de s’opposer le plus fermement possible à cette volonté de dépeçage de la France.

60 commentaires:

  1. Vous vous souvenez peut-être que j'avais déjè régi ici-même il y a deux jours ?
    Même s'il y a une manoeuvre électoraliste évidente ( d'ailleurs risquée parce que beaucoup de gens, dont moi, dont tellement exaspérés qu'ils veulent absolument renverser la, table, se débarrasser de ce parti unique à deux têtes et à voter FN s'il n'y a pas d'autres solutions pour y arriver ) il est possible, hélas, qu'il s'agisse d'un ballon d'essai ou même d'une véritable feuille de route.
    Ce gouvernement hait tellement la France qu'il nous conduit tout droit à la guerre civile ( cette éventualité est évoquée partout, de plus en plus fréquemment ) et pour ma part ( prière de ne pas rire, je suis TRES sérieux ) je suis prêt à me procurer une AK-47 et à me faire tuer pour que mes enfants et petits-enfants restent français.

    Sancelrien

    RépondreSupprimer
  2. Je crois a la manœuvre électoraliste mais comme cette bande d’abrutis n'ont pas le talent de F Mitterand ils risquent un sérieux retour de bâton . Je suis comme Sancelrien je vais renverser la table avec ou sans NDA .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les soc' lib' ne sont pas républicains, comme nous le savons depuis qu'ils ont violé le suffrage universel lors du référendum du 29 mai 2005 sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe .
      Je suis d'accord avec vous et je répète ce que je viens d'écrire il y a quelques minutes : ils sont plus qu'irresponsables, ils sont dangereux.

      Demos

      Supprimer
    2. Je pense également que les médias majoritairement bobobisou pour faire simple se sont ce sont aperçus du danger d’où la volée de bois vert

      Supprimer
  3. Quand on lit ca apres ce 'rapport', ca fait tout drôle...
    http://www.rue89.com/2013/12/17/bougrab-combat-laicite-perds-parfois-espoir-248375

    RépondreSupprimer
  4. Si vous voulez lire la pauvre défense de l'illustre Thierry Tuot, qui essaie déjà de se débiner, et voir sa photo ( il sourit en transpirant d'épouvante et il serre les dents pour ne pas les claquer ), photo qu'il suffit de regarder trois secondes pour savoir à quelle sale petite **#§** on a affaire, c'est ici :

    http://www.lepoint.fr/societe/rapport-sur-l-integration-on-sert-la-soupe-aux-islamistes-17-12-2013-1770634_23.php

    Pour moi il n'y a aucun doute : tout, absolument tout ce que contient ce rapport a été dicté à monsieur Tuot qui ne s'est rendu compte de rien : vous comprenez qu'un grand patriote comme lui ne se serait jamais prêté à une telle chose !

    Ce rapport a été VOULU, au mot près, par monsieur Ayrault et monsieur Hollande. La seule chose qui les dérange, c'est le timing.

    Sancelrien


    RépondreSupprimer
  5. Ces rapports sont problématiques, et au delà c'est le traitement du sujet par les médias et politiques qui pose problème.

    Une bonne partie des "issus de" est en cours d'intégration, ce qui pose problème ce sont les excités dans les banlieues et l'instrumentalisation de l'islam pour certains, ce qui serait sans doute facile à traiter avec un discours unanime.

    Mais il est à craindre que le traitement du sujet en forme de controverse finisse aussi par envenimer les choses même chez ceux qui ne posent pas problème. Par exemple, la campagne de Sarkozy en 2012 était sans doute excessive, et la polémique sur l'identité nationale en 2009-2010 a sans doute aussi été facteur de division (et les responsabilités en sont partagées, même si sans doute plus à gauche).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui concerne les médias, il y a aussi un travail de sape qui est mené par certains et qui complique les choses.

      Ainsi, en 2000, la campagne menée par les médias de gauche, le Monde en tête, sur la torture en Algérie.
      Ce sujet a été volontairement repris, mis en avant et sans doute exagéré dans la présentation de ce qui s'est passé (je ne crois pas un instant que les paras français aient pendu des enfants devant leur mère, par exemple : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1097 ).

      On est allé chercher Massu, qui avait 92 ans à l'époque (et devait donc commencer à pédaler dans la semoule), pour lui faire dire dans une interview qui n'a pas été publiée en entier qu'on "aurait pu faire autrement".
      Or, il en a donné une seconde dans laquelle il dit le contraire :

      http://www.algeria-watch.org/farticle/1954-62/1954-62_Massu.htm
      "Mon nom a toujours été associé à la torture, ce que j'ai trouvé très dur à vivre. J'ai toujours été cloué au pilori, alors que j'ai essayé de faire bien d'autres choses à Alger, en particulier mener une action sociale en profondeur avec mon épouse. Il n'y a pas eu besoin d'utiliser la torture dans toutes les circonstances, on l'oublie trop souvent et on tente aujourd'hui de noircir le tableau. Pour briser la grève des dockers, par exemple, je me rappelle avoir trouvé astucieux qu'on paye les hommes pour contrecarrer cette initiative du FLN, et ça a marché ! On reparle aujourd'hui beaucoup de la torture en Algérie, j'ai du mal à comprendre pourquoi on soulève à nouveau cette question, je n'en vois pas bien l'utilité. On oublie aussi de rappeler ce que les types du FLN ont fait sur leurs propres compatriotes et le fait qu'ils se sont comportés comme des sauvages.
      (...)
      Le Monde : Vous avez dit aussi qu'"on aurait pu procéder autrement" qu'avec la torture en Algérie

      Le général Jacques Massu : On aurait dû faire autrement, c'est surtout cela ce que je pense. Mais quoi, comment ? Je ne le sais pas. Il aurait fallu chercher, tenter de trouver. On n'a malheureusement pas réussi, ni Salan, ni Allard, ni moi, ni personne."

      Il dit donc qu'on revient volontairement sur ce sujet, qu'on essaie de noircir le tableau et qu'on aurait du faire autrement si possible, sans savoir comment...

      Bref, une campagne de presse a été menée sur ce sujet en 2000. En 2001, la Marseillaise a été sifflée lors du match France Agérie, et en 2005 il y a eu les émeutes, dépeintes par certains comme justifiées (est-ce bien sûr ?) et motivant la discrimination positive, pour ceux dont c'était déjà le fond de commerce.

      Et cette couverture est par ailleurs liée à de nouvelles demandes de l'Algérie, en cours de sortie de sa guerre civile :

      http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=22
      "La revendication algérienne de repentance unilatérale de la France (2004)
      Article publié dans Némésis, revue d’analyse juridique et politique, Presses Universitaires de Perpignan, n° 5, 2004, pp. 103-140.
      (...)
      En réalité, tout le monde avait bien compris qu’il s’agissait d’une demande de repentance et de réparation (morale et/ou matérielle) pour les crimes commis par la France en Algérie de 1830 à 1962. Cette demande n’a fait qu’exaspérer la guerre des mémoires en France, d’autant plus qu’elle fut presque immédiatement suivie par une campagne de presse en ce sens, lancée par Le Monde et relayée par L’Humanité et par Libération. Deux ans et demi plus tard, le président algérien a semblé l’avoir oubliée en recevant chaleureusement son homologue français en Algérie en mars 2003, mais cet oubli lui fut sévèrement reproché par de nombreux commentateurs algériens comme une trahison de l’honneur national."

      Supprimer
    2. Au sujet des programmes scolaires, et plus largement de la perception de la colonisation.
      ***

      A travers cet hommage à l'historien Daniel Lefeuvre :

      http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=310

      Guy Pervillé montre qu'il y a des controverses importantes dans le milieu de l'histoire de la colonisation, particulièrement de l'Algérie.

      La perception de certains historiens est en effet orientée par un anticolonialisme lié au point de vue dominant actuellement, qui finit par orienter leurs travaux.

      Pour prendre un exemple concret, dans le documentaire "Maurice Papon, itinéraire d'un homme d'ordre" diffusé sur France 3 il y a 2 ou 3 ans, et disponible sur internet, un historien revient sur les villages Delouvrier, qui avaient pour but de regrouper les civils algériens évacués par la France de régions qu'elle souhaitait interdire au FLN.
      Ces civils n'ont donc pas pu cultiver leur terre pendant plusieurs années, et l'historien concluait : "l'agriculture algérienne ne s'en et pas relevée, elle ne s'en relèvera peut-être jamais."

      Or, une telle conclusion est dépourvue de bon sens. Au cours de la première guerre mondiale, les civils français ont bien du évacuer leurs terres dans toute la bande des tranchées (plusieurs kilomètres de large, plusieurs centaines de km de long). Cette bande de terre a été labourée par les obus. Et très rapidement après la première guerre mondiale, ces terres avaient pourtant été remises en culture.
      On voit donc que si l'Algérie (riche du pétrole mis en exploitation pour eux par les Français) ne s'est pas occupée de remettre en état son agriculture, c'est de sa faute et non de la nôtre.
      Mais l'historien du documentaire cité, orienté par l'air du temps ou souhaitant donner des gages, diffuse largement l'opinion contraire...

      ***
      Le problème n'est donc pas uniquement de ne pas trop insister dans les programmes scolaires sur la colonisation, mais aussi que certains historiens en reviennent à un état d'esprit plus objectif voire moins militant...

      Vaste tâche.

      Supprimer
  6. Malika Sorel Présidente, vite !

    RépondreSupprimer
  7. La lecture conjointe du fameux rapport et des nombreuses critiques qui l’ont reçu laisse une impression très étrange. Avons-nous lu le même texte ? Entre le catalogue plus ou moins intéressant des bonnes intentions des rédacteurs (souvent la répétition de choses entendues depuis des années) et la volée de bois vert qui l’a accompagné, il existe un gouffre. Ainsi, on ne voit pas très bien en quoi la proposition de doubler le nombre de lycées où l’on enseigne l’arabe en LV2 (soit un passage éventuel de 8 à 16) puisse paraître si choquante. Après tout, l’arabe est une grande langue internationale au même titre que le chinois (autrement mieux représenté dans ce pays) et une grande langue historique, au même titre que le latin (beaucoup moins utilisé aujourd’hui). Il mérite peut-être d’être mieux enseigné. Les critiques sur ce point sont surréalistes.
    On en dira de même de tout le reste. Evoquer la campagne d’Italie, la victoire française de Monte Cassino ou l’épopée des FFL ne me paraît pas aller contre l’esprit de la République – j’ai envie de dire, au contraire. Montrer qu’il existe entre les communautés issues de l’immigration et la France une histoire commune n’est pas un crime contre la nation. Il ne faut pas pousser.
    Ce sont davantage les réactions qu’engendre ce malheureux rapport qui posent problème. Il semble bien qu’il y ait actuellement en France, une crispation irrationnelle dès que l’on aborde la question de l’immigration et de l’Islam, comme si ces sujets étaient devenus des tabous. La France est un vieux pays catholique (religion monolithique s’il en est) qui a toujours eu un gros problème avec les minorités religieuses et dont l’histoire est émaillée de crises, de massacres et de carnages qu’on a tendance à oublier. Elle est ce pays qui a envoyé ses croisés contre les Cathares, ses dragons contre les Protestants et ses colonnes infernales contre les Catholiques de Vendée. Et le retour actuel à l’aspiration à une uniformité religieuse sous obédience laïque est assez inquiétant. Et on se dit qu’on aimerait lire sur cette question un peu plus de discours raisonnables et un peu moins de paranoïa collective.
    Même si les fameux rapports ne sont pas très intéressants (le discours bisounours est un peu exaspérant) ils ne méritent pas l’hystérie qu’ils ont provoquée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clairement, vous ne voyez pas où cela mène. C'est beaucoup plus grave qu'un "discours bisounours". Les chefs socialistes ( laissons de côté les militants naïfs ) haïssent la France et la nouvelle présidente d'EELV, madame Cosse je crois, veut "que la France se dissolve".
      Pour une fois on ne peut pas leur reprocher d'être hypocrites. Là-dessus si la disparition de la France organisée par son propre gouvernement ne vous dérange pas elle me dérange, moi. Il faudra me tuer d'abord. Et nous serons quelques-uns comme cela.

      Sancelrien


      Sancelrien

      Supprimer
    2. Le rapport ne propose pas seulement d'enseigner l'arabe en LV2, mais de le considérer à égalité avec le français. Ce qui serait une rupture avec les fondements de la construction de la France depuis le début du XVIe et, à ce titre, suscite une fort légitime émotion, ne vous déplaise.

      Par ailleurs, il recommande de baser l'apprentissage de la langue française sur la langue du milieu familial, et de donner la prééminence à cette langue du milieu familial.
      C'est donc exactement l'inverse de la trajectoire suivie par l'Allemagne :
      http://pedrocordoba.blog.lemonde.fr/2013/04/03/les-vertus-germaniques/

      et à ce titre le rapport est effectivement néfaste.

      Le rapport propose aussi de pénaliser un délit de harcèlement racial, et d'interdire à la presse de mentionner par exemple l'origine des mis en cause dans des faits de délinquance. C'est à dire un retour à la censure.

      Les armées d'Italie étaient composées à plus de 40% d'Européens. Si on regarde les catégories les plus mobilisées par la France après le débarquement allié en Afrique du Nord, ce sont les pieds-noirs qui ont été les plus concernés : mobilisés à plus de 10%, contre une mobilisation à environ 1% pour les musulmans.
      Nul doute que la participation des pieds-noirs à ces campagnes sera fortement mise en avant...

      Après le débarquement en Provence, les FFI ont été intégrés (150 000 personnes) et les Européens étaient donc majoritaires.

      De même, le traitement de l'esclavage relève de la propagande :
      - les habitants des DOM n'ont pas été personnellement pénalisés
      - au contraire, ils ont eu la chance de ne pas naitre en Afriqque
      - la principale traite, en terme de volume et d'antériorité, est la traite musulmane, qui concernait aussi les Européens faits prisonniers par Turcs ou Barbaresques. Cette traite n'est pas abordée par Ayraut/Taubira, ce qui montre bien l'esprit de propagande.
      - ce sont la France et l'Angleterre qui ont aboli l'esclavage.

      Votre vision de l'histoire de France relève, elle aussi, de la bien-pensance.
      Les prétendus différends liés aux minorités religieuses sont liées à l'unification de l'espace national, le regard que vous portez sur leur déroulement est donc à la fois anachronique et appauvrissant, puisque vous ne comprenez pas la raison profonde de ces conflits.
      Et il est facile d'en surestimer les victimes, à des fins de propagande. C'est notamment fréquemment le cas pour l'Inquisition.

      Supprimer
    3. « Même si les fameux rapports ne sont pas très intéressants (le discours bisounours est un peu exaspérant) ils ne méritent pas l’hystérie qu’ils ont provoquée. »

      Je suis d'accord sur la nécessité d'éviter l'hystérie, Mais sur un sujet aussi important, tenir en public un discours bisounours ne peut pas ne pas poser problème. Il ne suffit pas qu'une illusion soit bien intentionnée, pour qu'elle cesse d'être néfaste. J'aurais partagé une partie de votre lecture des faits (une partie seulement) il y a une quinzaine d'années. Plus maintenant.

      Aussi attaché qu'on soit à l'idée de tolérance au sens des Lumières, il faut constater qu'elle recule en Europe, et que le christianisme n'en est pas la cause. L'étude récente de Ruud Koopmans, réalisée pour le Wissenschaftzentrum Berlin für Sozialforschung et portant sur 9000 musulmans d'origine turque ou marocaine vivant en France, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Belgique et Suède, révèle la montée en puissance du fondamentalisme musulman. Les deux tiers des musulmans interrogés affirment par exemple que les règles de leur religion sont plus importantes à leurs yeux que les lois séculières du pays dans lequel ils vivent. Plus de la moitié estiment que leur foi repose sur la fidélité aux sources intangibles de la tradition. Les trois quarts sont d'accord avec l'idée que cette loi religieuse est à la fois unique et impérative pour tous les croyants. Au total, 44 % des musulmans interrogés dans ces pays d'Europe occidentale sont d'accord avec ces trois propositions.

      http://www.wzb.eu/sites/default/files/u6/koopmans_englisch_ed.pdf

      YPB

      Supprimer
    4. Votre document est très intéressant, YPB.

      Supprimer
    5. Le document parle aussi d'une minorité turque alevite, plus tolérante. Est-ce qu'il y a un lien avec les alaouites de Syrie...?

      Supprimer
    6. J’ai une raison toute personnelle de ne pas me sentir très ému par ce rapport. J’ai participé à une sorte de séminaire sur la question de l’intégration à la fin des années 80 et dont les conclusions étaient les mêmes et quasiment dans les mêmes termes. Il y a quelque chose de rassurant (mais aussi de désespérant) de voir que sur la même question on aboutisse aux mêmes conclusions à 25 ans d’écart. Il est intéressant de constater que ces conclusions étaient reçues avec une indifférence bienveillante à l’époque et qu’elles le soient avec de hauts cris aujourd’hui (nos connaissances sur l’Islam n’ont pas beaucoup progressé).
      La question de la langue arabe me paraît significative. A l’époque, la proposition de doter quelques lycées de l’enseignement de l’arabe était considérée comme hautement innovante et riche d’avenir. C’était même la proposition principale. Quand je vois qu’aujourd’hui, il y a 8 lycées en France qui l’enseignent, je me dis que cette innovation n’a pas eu beaucoup de succès. La conclusion que j’en tire c’est qu’il faut voir toutes ces propositions comme des propositions verbales n’ayant aucune chance d’être mises en application, sinon à la marge.
      Quant au reste, et ayant cette expérience, je garde l’idée principale. Le plus important, c’est ici la réaction au rapport et non le rapport lui-même.

      Supprimer
    7. Et c'est très bien cette réaction face à des gens qui détestent tout ce qui est français, le drapeaux, la langue qui devrait devenir une langue parmi d'autres, quand à l'arabe pourquoi l'arabe classique ? Et le turc ? Les langues africaines ? Pourquoi privilégier une communauté parmi les autres ? S'il n'y pas cet engouement pour l'arabe c'est parce que le chinois ouvre à une culture bcp plus intéressante qu'à la culture de l'arabe venant des pays du golfe et non pas l'arabe maghrébin. Ps. dans les annés '80 l'immigration n'était pas encore aussi forte je signale par ailleurs qu'en '80 le Conseil d'Etat a autorisé le regroupement familial polygame pendant que vous reflechissiez sur l'arabe à l'école (supprimé après par Pasqua)

      Supprimer
    8. Les conclusions de ce séminaire d'il y a 25 ans avaient-elles été remises au premier ministre de l'époque, pour mise en oeuvre ?

      "Il est intéressant de constater que ces conclusions étaient reçues avec une indifférence bienveillante à l’époque et qu’elles le soient avec de hauts cris aujourd’hui (nos connaissances sur l’Islam n’ont pas beaucoup progressé)"

      En 25 ans, l'immigration originaire des pays islamique a, elle, progressé.
      Depuis 1997, on est à environ 200 000 arrivées légales par an, dont environ 100 000 d'Afrique et environ 50 000 d'Afrique du Nord. Faites le calcul, sans oublier la Turquie...

      Quant à la connaissance de l'Islam, il ne vous aura sans doute pas échappé que quelques événements frappants, de divers type et gravité, ont eu lieu depuis :
      - guerre civile algérienne et attentats de 95
      - attentats aux Etats-Unis
      - dépeçage d'un soldat anglais en pleine rue, au nom de l'islam
      - émeutes de 2005
      - affaire des caricatures de Mahomet, incendie de Charlie Hebdo
      - ...


      Supprimer
    9. "On est à environ 200 000 arrivées légales par an, dont environ 100 000 d'Afrique et environ 50 000 d'Afrique du Nord. Faites le calcul,"

      Heu ? Dois-je les compter séparément ou indistinctement ?
      Vous comptez l'Afrique du Nord dans l'Afrique ou non ?

      Supprimer
    10. @ Léonard

      Dans les années 80, on pouvait encore se permettre de relativiser les problèmes, parce qu'on vivait dans l'illusion qu'ils étaient provisoires, qu'ils correspondaient à un moment de l'histoire de l'immigration et de l'intégration. Trente ans plus tard, on s'aperçoit que les choses n'ont pas progressé dans le sens attendu.

      YPB

      Supprimer
    11. Mon cher Léonard, ce n'est pas le discours, mais toi qui est un bisounours. Les soc' lib' au pouvoir sont en parfaite harmonie avec des militants et des théoriciens communautaristes, qui méprisent notre République et veulent la "foutre en l'air'. La coupe, qui avait déjà été bien remplie par Sarkozy et ses séides, est pleine à ras bord, d'exaspération et de colère, grâce aux guignols socialos.
      Elle va bientôt déborder et on ne peut qu'en vouloir à ces apprentis sorciers amoraux et bas du front.

      Demos

      Supprimer
    12. à YPB : Je vous rejoins pour dire que l'intégration est moins rapide qu'on pouvait l'espérer il y a 25 ans. Mais elle se fait et reste dans la norme mondiale à la fois par ses formes et ses effets. Il est décevant de voir que nous n'échappons pas aux règles de fonctionnement des migrations. peut-être avons-nous été prétentieux en ce domaine.
      Ne soyez pas inquiet des phénomènes de survalorisation de la culture des pays d'origine (religion, nourriture, fêtes, liens, ...). C'est partout pareil dans le monde. Nous en avons encore pour quelques années. N'oubliez pas le fait majeur : les enfants d'immigrés sont considérés comme des étrangers dans le pays d'origine de leurs parents.
      En matière d'intégration, c'est comme pour le reste, l'urgence c'est de regagner la souveraineté du pays, relancer l'économie et notamment l'industrie (les immigrants sont souvent des entrepreneurs, il faut en profiter) et assurer un service public important (profs, militaires, policiers, infirmières, ...) avec une visibilité de descendants de migrants qui réussissent dans ce domaine. Bref, mener la politique de DLR c'est l'assurance d'une intégration réussie.

      Supprimer
    13. "Ne soyez pas inquiet des phénomènes de survalorisation de la culture des pays d'origine (religion, nourriture, fêtes, liens, ...). C'est partout pareil dans le monde."
      Celle la dans le discours bisounours je ne l'avais encore lu
      Nous devons parler d'assimilation et pas d’intégration la seule façon qu'a une nation de fonctionner correctement .
      La visibilité des migrants concept raciste est assez étonnant et nous rappelle les heures les plus noire de notre histoire ; poil au Montoire

      Supprimer
    14. "Celle la dans le discours bisounours je ne l'avais encore lu"

      @ Patrice Lamy, c'est parce que vous ne vous êtes jamais vraiment intéressé à la question. C'est pourtant un grand classique. Dès qu'on s'intéresse un minimum à la question des migrations, c'est quelque chose que l'on connaît. A titre d'exemple célèbre, la valorisation de la culture irlandaise dans le cinéma de John Ford (ce qui n'empêchera pas ce dernier d'être un des chantres de la nation américaine, comme quoi l'un et l'autre ne s'excluent pas vraiment). Je vous invite à relire les textes de Cherif Cadi sur le cas de l'Islam, datés sûrement, naïfs probablement (surtout pour les yeux de tout islamophobe ignare), mais tellement justes.

      Supprimer
    15. Je préfère lire Oriana Fallaci si vous passez par la Toscane allez déposer une rose sur sa tombe

      Supprimer
    16. A chacun ses préférences, entre ce militaire français qui a côtoyé Lawrence d'Arabie et tant fait pour notre pays et une militante italienne exaltée, ma préférence va au premier. Question de goût.

      Supprimer
  8. rien n'est dû au hasard tout est là et tout est dit, imperturbable et "droite" dans ses bottes notre gauche française dans ce qu'elle a de plus nocif . ces bottes là aussi font du bruit ...un conseil laissez les AK 47 ou elles sont et gardez votre calme plutôt que vs excitez !

    RépondreSupprimer
  9. bonjour !
    le préambule de votre article commence mal
    "heureusement, il ne devrait pas y avoir de conséquences"
    bien sûr que si il y en aura !
    Tout ce que la gauche arrive à détruire (et il lui reste encore 3 ans)
    la "droite" sera incapable de le reconstruire.
    Que ce soit la peine de mort, le rmi (qui paye ouvertement les gens sans travailler), le pacs (l'huile pour faire passer le mariage homo), l'euro (avec Chirac); la droite ne remet jamais rien en cause de ce qu'à fait la gauche.

    Ensuite , 13 "devoirs" et 440 "droits" oui, mais depuis combien de décennies est-ce vrai ?
    N'est ce pas tout simplement le lot de la république, de la démocratie
    où l'on descend une "marche" à chaque génération... (et nous arrivons au fond !)
    Quand à vos 35 propositions ; on se demande c'est qu'est la "droite" ou le "gaullisme" pour vous : entre la no1 (100 000 à 200 000 immigrés /an !!!),
    la no9 (ame est remplacée mais pas supprimée)
    et toujours de la laïcité (8 propositions) alors que c'est un poison spirituel qui n'apporte aucune solution et qui ne règlera AUCUN problème
    (la laïcité étant pour moi une sorte de ligne maginot)

    Suggérer qu'il s'agisse d'une manœuvre politicienne qui a été évitée alors qu'il s'agit d'une décadence de civilisation qui est intégralement en cours
    permet de rester bien au chaud sans trop régler le problème ...

    Je nous souhaite à tous très très très bonne chance pour l'avenir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous faites parti des raisons pourquoi DLR ne décollera jamais ,j’espère que vous vous en rendez compte. les mesures que vous évoquez n'ont pas remis en cause car il y a un consensus national sur ces sujets, pas parce-que c'est de droite ou de gauche... vouloir remettre en cause par exemple la peine de Mort ou le Pacs c'est se condamnée ne jamais etre majoritaire... Ca vous affiche à l’extrême droite et c'est idiot surtout que ce n'est que des sujets de société bien secondaire comparé au enjeux actuel de survie économique à court terme du pays...

      Supprimer
    2. bonjour cher red2 !
      eh bien nous sommes d'accord sur un point : "DLR ne décollera jamais"
      Et ceci pour de nombreuses raisons ...

      Votre réponse montre combien vous êtez contaminé par la gauche:
      quand vous me dites "à l'extrême droite" vous montrez combien vous respectez
      la consigne mitterrandienne de fractionnement de la droite .
      Obéïr à Mitterand 30 ans après : chapeau !

      Quand à dire que les sujets que j'évoque (la peine de mort, le pacs,le rmi...) sont "secondaire" vous montrez bien votre renoncement idéologique.
      Mais là aussi, qui a dit "après moi, il n'y aura que des gestionnaires..." ?
      euh , ha oui, Mitterand !

      Quand à votre "concensus nationnal" il est essentiellement fait de ce que j'ai appellé
      "descendre une marche à chaque génération" : on s'y est habitué et on a renoncé à se battre
      mais cela ne signifie pas DU TOUT que ces règles soient profitables pour le pays à long terme...

      Quand au "court terme" je le laisse à la gauche ; pour moi, la droite s'occupe justement du long terme.

      cordialement

      Supprimer
  10. "Le mot « devoir » n’apparaisse que 13 fois, contre 440 fois pour le mot « droit »"

    A noter que le rapport ne doit pas etre loin de l'exact inverse dans les 35 propositions de DLR. De meme pour celui entre les mots "interdire" et "encourager".

    Entre ces deux formes d'exces, il serait bon de trouver une voie d'equilibre .

    Talisker.


    RépondreSupprimer
  11. @ Léonard
    Pour la battaile de montecassino il fauda aussi évoque les viols commis de façon massive par les soldats musulmans. Pour l'enseignement de l'arabe vous voulez appliquer la politique d'arabisation promue par les pays du golfe ? On fait quoi des berbères ? Si non le fait que vous ne soyez pas choqué par un rapport qui critique l’obsession du drapeaux qui met le français comme une langue parmi d'autre ça prouve bien que la France a vraiment envie d'abdiquer et de devenir une sorte de communauté des communautés. Un rapport dans lequel on cite des sociologues des indigènes de la République c'est dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire passer le nombre d'établissements scolaires où l'arabe est enseigné de 8 à 12 (dans le meilleur des cas) ne me paraît pas, à proprement parler, une "politique d'arabisation" bien redoutable. Mais on a le droit d'avoir une opinion divergente.

      Supprimer
    2. Dans le rapport il est dit de développer l'arabe sur TOUT le territoire et de casser la primauté du français. Sachiez par ailleurs qu'il y a déjà des mairies que du primaire payent des prof d'arabe et culture algérienne sauf que la majorité des petits sont d'afrique subsaharienne.. 8 à 12 c'est sur Paris.

      Supprimer
    3. Franchement, est-ce que vous avez lu les "conneries" écrites à longueur de pages dans les rapports, qui se trouvent sur le site du Premier ministre ?. "Faire France", "le vivre ensemble", "l'inclusion (au lieu de l'intégration) sur le modèle anglais.
      Mais d'où sortent les abrutis dégénérés qui font ce genre de rapport ? N'y a pas d'hommes et de femmes suffisamment responsables et sensés dans notre pays pour aller chercher de tels énergumènes ? Il faut vraiment que les socialos arrêtent de faire bouillir la marmite. Sans quoi elle va leur péter à la figure.

      Supprimer
  12. Pour rester dans la lignée des sujets abordés régulièrement sur son blog par Laurent, je vous signale un article intéressant intitulé : "Une relocalisation ? Non, merci !" paru le 13 décembre 2013. Intéressant en ce qu'il montre les méthodes brutales et scandaleuses des grands groupes vis-à-vis des salariés, ici des salariés tunisiens exploités, avilis, martyrisés. Ecoeurant, inadmissible et, demain, ayez bien à l'esprit que cela pourrait bientôt se passer de la même façon chez nous.

    Le changement, c'est maintenant avec la pression permanente exercée par les libéraux via les médias sur les salaires et le Code du travail.

    Demos

    RépondreSupprimer
  13. Laurent,
    Les quelques éléments de ces rapports ont dû rendre furieux nombre de nos concitoyens, comme je l'ai été moi-même. Les sociaux libéraux ne sont pas seulement irresponsables, ils sont dangereux.
    Où vont-ils s'arrêter ?

    Demos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Sociaux Libéraux sont comme les RadSoc même engeance ils donnent les plein pouvoirs a Petain quand cela les arrangent pour continuer les magouilles dans la collaboration l'ue maintenant .

      Supprimer
  14. @ Tous

    J’avais oublié de faire un lien vers l’analyse de Michèle Tribalat dans Atlantico :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/integration-5-rapports-qui-poussent-france-voie-multiculturalisme-choisi-sans-dire-trop-haut-michele-tribalat-920510.html#3I6pUhRLKkzlIrDa.99

    @ Sancelrien

    Je ne pense pas du tout qu’il y ait un risque de guerre civile. L’unité reste beaucoup plus forte dans notre pays que dans d’autres et il n’y a pas de guerre civile dans ces autres pays. Le gouvernement et M.Tuot sont totalement ridicules.

    @ Alain34

    Merci pour ce lien

    @ Anonyme 12:00

    Complètement d’accord

    @ Anonyme 12:16

    Assez d’accord, mais je pense que la tendance de fond n’est pas si mauvaise. En même temps, si on regarde sur 30 ans, certes, il y a une montée de l’islamisme radical et c’est inquiétant et il faut le combattre mais je pense aussi que la majorité de la population est devenue plus attachée à la laïcité et à la France (cf interdiction du voile à l’école, puis de la burqa, PS qui chante la Marseillaise depuis 2007…).

    @ Léonard

    D’accord sur la crispation, mais le fait qu’il y ait certaines propositions positives (pour être honnête, je n’ai pas lu le rapport) n’enlève rien au fait qu’il y a des propositions très choquantes (voile, remise en cause du français, refuser de mentionner l’origine d’une personne dans les actes de délinquance, une histoire sous influence qui dénigre la France…) qu’il faut dénoncer.

    Certes, les propositions du rapport d’il y a 25 ans n’ont pas été appliquées, mais pour éviter que celles de ce rapport le soit, il faut en parler et s’y opposer.

    @ YPB

    Je vais essayer de lire cette étude

    @ Anonyme 20:39

    Attention, il s’agit d’entrées brutes. Ce chiffre ne prend pas en compte les sorties, qui tournent autour de 100 000, soit un solde net moitié moindre. Et il y a un tiers des entrées qui sont des étudiants, qui en général, repartent.

    @ jmespe

    On verra.

    @ Talisker

    Il y a peut-être un certain retard à rattraper…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun autre pays n'est mené par un gouvernement qui le hait et veut le détruire.
      Sancelrien

      Supprimer
    2. Nous sommes en guerre civile larvée il manque l'allumette et pas uniquement en France voir ce qui se passe en Italie en Belgique ou au Royaume Uni

      Supprimer
  15. Je suis allé survoler le rapport moi-meme hier soir et l'impression que j'en ai est que l'on fait beaucoup de bruit sur pas grand chose.

    L'apprentissage du Francais et des valeurs republicaines est eplicitement mis en avant. L'Arabe est mentionné au meme titre que l'Allemand ou le Chinois (ce sont toutes des grandes langues internationales). L'apprentissage des langues maternelles à l'ecole est proposé dans le but qu'il ait lieu dans un cadre republicain plutot qu'au sein des lieux de culte par des predicateurs religieux potentiellement bourreurs de crane...

    Bref, apres consultation du document, je rejoins l'avis de Leonard : beaucoup d'exageration dans les medias pour un rapport finalement assez creux.

    Je vous invite à regarder par vous-meme : http://www.gouvernement.fr/presse/refondation-de-la-politique-d-integration-releve-de-conclusions

    Pour ma part, je piocherais une trentaine de mesures "positives" dans ce rapport, et je les accolerais à la trentaine de mesures "negatives" dans celui de DLR, ce qui donnerait au total une politique équilibrée, ferme mais non stigmatisante.

    Talisker.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas l’apprentissage des langues maternelles mais l'apprentissage de l'arabe, c'est une menace régulière si vous n'enseignez pas l'arabe on devient islamistes. Si non je recopie ce message ici :

      dans un rapport qui contient des propositions bien autrement inquiétantes, comme la reconnaissance de l’héritage arabo-musulman de la France ou le délit de harcèlement racial”

      j’en ai lu 3 sur les 5 pour l’instant, et c’est tout à fait vrai. Incompréhensible que l’on ait commandé, publié et surtout qu’on ait rétribué sur les deniers publics ce monuments de telles conneries.
      Pour résumer, c’est dans l’esprit “indigeste de la république”.
      Vous pourrez y lire que la France a “une conception ethnique de la nation” (déja rien que ça… j’ignorais que le droit du sol était une conception ethnique).
      Que l’esprit des cours à l’école sont dans une “logique ethnonationaliste”. Qu’il faudrait d’ailleurs mettre fin à la primauté exclusive de la langue française dans l’Education nationale.
      On y dénonce aussi “l’invocation frénétique au drapeau” .
      Bref c’est un manifeste en faveur de la désintégration de l’identité française, rien de moins.
      carrément dingue.

      Supprimer
    2. Voyons voir dans le texte-meme du rapport les points que vous soulevez :

      "Dans un souci d’exemplarité, [nous conseillons de] revisiter tous les registres lexicaux utilisées au sein et par les institutions d'action publique tout comme par les médias et les partis politiques. Concrètement cela peut se traduire par (...) le fait d’étudier le recours à la sanction pour contraindre à la non-désignation. On peut se référer dans ce domaine à ce qui est développé au Royaume-Uni ou encore au Canada visant la mise en place d’un délit de "harcèlement racial". L’intérêt de cette notion réside dans le fait que sont mis en cause non seulement les propos ou actes racistes mais aussi le fait d’être humilié injustement en raison des origines." (Connaissance-Reconnaissance, p.14)

      "La courbe des langues montre une augmentation de l'apprentissage de l'anglais, du chinois et de l'espagnol. Cependant il serait nécessaire d'impulser une dynamique
      nouvelle d'apprentissage de l'allemand (en perte de vitesse) et de l'arabe. Si on se réfère aux données sur l'Académie de Paris 2, l'enseignement de la langue arabe en LV2 ou LV3 au lycée, dans le secteur public, n'est proposé que dans 8 établissements parisiens, dont 2 en sections internationales et 5 en LIE (Langue Inter-Etablissement, c'est-à-dire
      avec des cours en soirée le mercredi ou le samedi, dans un autre lycée), alors même que l'enseignement du chinois est proposé dans 50 établissements. Il y a matière à
      réflexion sur ce déséquilibre au regard du nombre de personnes potentiellement concernées par ces deux langues.... Si le chinois est une langue d'avenir économique,
      l'arabe l'est aussi. En France, 3 à 4 millions de personnes ont une connaissance au moins minimale de l’arabe et seulement 6000 élèves apprennent l’arabe littéral à l’école.
      Des dizaines de milliers de jeunes apprennent donc l’arabe ailleurs et pas que dans le seul cercle familial." (Connaissance-Reconnaissance, p.35)

      "[Nous preconisons] la reconnaissance de la place essentielle de l'apprentissage et de la valeur de la langue parlée en famille (ou première) comme support à
      l'apprentissage de la langue française et comme un atout de développement du multilinguisme chez tous les élèves, et plus largement de développement de leurs compétences linguistiques." (Connaissance-Reconnaissance, p.39)

      Vais-je encore etre traité de vichyste si je dis que rien ne me choque dans ces passages ?

      Je n'ai rien lu sur l’héritage arabo-musulman de la France, la conception ethnique de la nation ou l'invocation au drapeau. Pourriez vous s'il vous plait m'indiquer la reference ? (nom du rapport parmi les 5 + pages concernées)

      Par contre, j'ai lu :

      "[Nous conseillons de] favoriser un apprentissage à la culture française et permettre ainsi une expérience sensible à travers laquelle, progressivement, s'incarneraient les
      valeurs de la République." (Connaissance-Reconnaissance, p.41)

      On me semble loin de la désintégration de l’identité française, non ?

      Bref, je ne dis pas du tout que ce rapport est parfait, mais il merite surement une critique plus nuancée et rigoureuse que ce qu'on en entend un peu partout, ici compris.

      Talisker.

      Supprimer
    3. L'arabe enseigné dans les lycées n'est pas l'arabe parlé en famille il faut voir le coté vicieux de ce rapport dans les détails. Pour le reste vous pouvez trouver les phrases que j'ai cité avec le moteur de recherche. Sachiez que des sociologues des indigènes de la république son cité pour qui le français est une langue raciste et coloniale. Au contraire c'est bien cette réaction ça montre que c'est fini les trucs francophobes.

      Supprimer
  16. @talisker 1/2
    Document connaissance reconnaissance, page 7 :
    "Seules les personnes devraient avoir le droit de se désigner elles-mêmes, si elles désirent valoriser une filiation, un attachement, une identité."

    suivi de :

    p. 13 "la reconnaissance passe par la non-désignation, puisque désigner c'est assigner et c'est stigmatiser" suivi de "recommandations" aux médias sur la mention de l'origine.

    C'est à dire le retour de la censure...

    p. 11 "Le recours à la notion d'identité nationale présente le risque de faire appel à une idée de la nation d'ordre existentialiste."

    suivi de :

    Recommandations sur l'histoire, qui ne doit plus être "normative", partie 2

    Eh bien si, elle est normative, et c'est normal.
    L'histoire de la France, c'est celle de ses institutions, pas de M. Untel avec sa cornemuse, son chapeau rond et sa bouteille de cidre ou de Mme Y avec son boubou et ses valises.

    Recommandations sur les langues, partie 4

    dont, page 36 : "les langues ne sont pas sur un pied d'égalité et les relations hiérarchiques qu'elles entretiennent contribuent à entretenir une relation inégalitaire, réelle ou imaginaire, entre les locuteurs."

    page 36-37 : "il est essentiel de rappeler, car peu connu, que les langues de France sont : la variété dialectale de l'arabe (arabe maghrébin), le berbère, le yiddish, l'arménien oriental, le judéo-espagnol et le romani. Il s'agit, en fait, de langues qui ne sont considérées comme langues officielles dans aucun autre pays. La France a fait un choix républicain d'accueillir ces langues.
    Cette légitimité républicaine doit pouvoir se décliner et être valorisée de multiples manières(...)".

    page 38 : "Une reconnaissance à acter dès la phase d'installation des migrants (...) La France est un pays plurilingue dont le français est la langue dominante. (...) au rebours de l'idée dominante selon laquelle la langue du pays d'accueil devrait se substituer entièrement et définitivement à leur langue première, les migrants possèdent un répertoire plurilingue (...) toute compétence en langue étrangère, si modeste soit-elle, est digne de respect."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @talisker 2/2

      Eh bien oui, ""les langues ne sont pas sur un pied d'égalité". Cela navre apparemment les auteurs du rapport, mais c'est le cas et cela le restera :
      - le français est, en France, la langue officielle
      - il y a des langues internationales utiles, d'autres moins
      - je sais bien que quelques adolescents boutonneux ont un fantasme de retour à l'utérus avec les langues régionales, mais elles ne sont tout de même pas bien utiles. Quant à l'arménien oriental ou à l'arabe maghrébin, sachant que tout le monde (ou une partie du monde pour l'Algérie) parle français là-bas...

      Document Mobilités sociales, partie leviers transversaux page 69-72
      Ces leviers sont basés sur le découpage en communautés, pouvant se baser sur des class action pour faire valoir leurs "droits" en justice, le tout sous l'arbitrage d'une cour des comptes de l'égalité.

      Cela revient d'une part à quitter le modèle républicain, basé sur l'égalité des individus (cf constitution). Et, d'autre part, à durcir les relations sociales en y faisant entrer le droit, comme le mentionne Duteurtre :
      http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/benoit-duteurtre-le-peril-fasciste-13-12-2013-1769134_1913.php

      De plus, ceci se base non plus sur l'égalité entre individus, mais sur l'égalité entre catégories sociales, ici ethniques, utilisées pour mesurer les "inégalités" non plus sur la base de comportements concrets de discrimination, mais sur la base de statistiques.

      Pourquoi est-ce que cela ne va pas ?
      Parce que sur cette base, les filles sont :
      - discriminées (honteusement, bien sûr) pour les études d'ingénieurs puisqu'il n'y a que 25% de filles.
      - favorisées (honteusement, ou peut-être pas) pour les études de médecine, puisqu'il y a 60% de filles en PCEM2
      - favorisées (honteusement, ou peut-être pas) pour les études de magistrat, puisqu'il y a un pourcentage de filles encore plus élevées dans ces filières.

      Est-ce le cas, avec des cas de discrimination tordus ? Ou bien est-ce que l'utilisation de statistiques pour mesurer les discriminations est compliqué, ouvert à toutes les manipulations (et par ailleurs contraire au modèle républicain) ?

      Le communautarisme le plus casse-bombons de l'affaire est d'ailleurs, peut-être, le communautarisme des sociologues, qui appellent dans le rapport Connaissance et reconnaissance à l'attribution de postes, de crédits et d'influence aux chercheurs en sociologie.
      Dont on connait, en France, l'immense valeur intellectuelle...

      Supprimer
    2. Merci bien pour ces references precises.

      Je vais aller regarder les passages concernés plus en detail pour approfondir mon avis sur ce rapport.

      Talisker.

      Supprimer
  17. @ Talisker

    Mais je ne pense pas que la mission de la République Française soit de garantir l’apprentissage de la langue d’origine des familles d’origine immigrée. La seule mission de notre République, assimilatrice, est d’assurer un bon apprentissage du français. Si on devait faire quelque chose en plus, ce serait de faciliter l’apprentissage des parents. Après, je ne dis pas que tout est à jeter, mais sur ce point précis, je suis d’accord avec la critique.

    @ Anonyme

    Merci pour ces précisions. Les passages sur les langues sont particulièrement choquants. La France n’est pas un pays plurilingue dont le français est la langue dominante, mais un pays dont la seule langue officielle et partagée par tous est le français. Vouloir remettre cela en cause, c’est refuser l’unité de la République. Il ne doit surtout pas y avoir de pied d’égalité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le "assimilatrice"

      Supprimer
  18. Une des premières missions de l'école publique devrait être de corriger les inégalités et non les aggraver.

    Les enfants qui entendent parler arabe à la maison étant avantagés dans cette discipline et désavantagés en français l'école devrait proposer des cours d'arabe au petit Benoît et de français au petit Mohamed. Le contraire de ce que préconisent les partisans de la société multiculturelle.

    On ne parle pas assez du problème des langues régionales, tout aussi scandaleux et dangereux pour la République. Quand j'étais à Strasbourg j'ai été indigné de trouver des offres d'emplois dans le quotidien régional réservés aux chômeurs qui parlent le dialecte local.

    On m'a répondu "ce n'est pas pour vous (sous entendu les français de l'intérieur comme ils appellent leurs compatriotes non alsaciens) mais les arabes" Au moins c'était clair. Les partisans de la promotion des langues d'origine et régionales ne sont pas les vecteurs inconscients mais conscients du racisme et des discriminations.

    Par ailleurs, comment peut-on défendre le voile islamique à l'école au nom de la lutte contre les discriminations alors que les islamistes n'imposent cette obligation qu'aux filles et aux femmes de manière purement discriminatoire ?

    Quand au nom de l'égalité on traite de la même manière ceux qui luttent pour l'égalité et ceux qui luttent contre on a perdu de vue l'objectif initial et sacrifié la fin aux moyens. On arrive à cette absurdité que les ennemis de la laïcité défendent les discriminations entre les individus au nom de l'égalité entre les cultures.

    Cette option profondément aliénante est incompatible avec la philosophie humanisme. L'humaniste considère que la culture, un outil créé par et pour l'homme, doit être à son service et pas l'inverse.

    Cela implique que l'individu a parfaitement le droit de renier la culture de ses parents s'il considère que celle de son pays est un outil plus puissant pour son épanouissement personnel, exactement comme il a le droit de jeter à la poubelle l'ancien marteau de son père au profit d'un nouveau modèle plus efficace sans se faire insulter.

    Lui dénier ce droit ou essayer de le culpabiliser à cause de cela c'est encore lui infliger une discrimination.

    RépondreSupprimer
  19. Je ne sais pas encore pour qui voter aux prochaines élections. Dommage ce ne sera pas pour DLR, alors que je suis d'accord avec lui sur de nombreux sujets comme la laïcité, la souveraineté ou l'Europe.

    Mais jamais je n'accepterai qu'on aggrave encore les persécutions barbares dont sont victimes les couples franco-extracommunautaires, notamment depuis les lois Pasqua et Sarkozy. Or il est impossible autrement de diminuer de moitié "l'immigration" familiale comme le propose le 1ère des 35 propositions de DLR, soi-disant pour réconcilier les français.

    Comment peut-on imaginer réconcilier les français en donnant encore plus de pouvoirs à ceux parmi eux qui oppriment les autres ?

    Si au moins cette proposition était motivée par les capacités d'accueil de la France ! Mais ce n'est pas le cas puisque seuls les ressortissants extracommunautaires (hors UE et EEE) parmi les conjoints de français sont concernés par l'obligation de visa et le monstrueux parcours du combattant qu'ils doivent réussir, qui dure souvent des années, pour avoir le droit de commencer une vie familiale normale.

    Accessoirement la proposition d'un délai de carence de 2 ans pour le minimum vieillesse m'a bien fait rire. Le délai actuellement en vigueur est de 10 ans de séjour régulier avec autorisation de travail. Ce qui ne me choquerait même pas, d'ailleurs, si j'étais sûr que ce délai n'est pas opposable à un couple de retraités franco-extracommunautaire.

    Comme pour le RSA. Si le conjoint extracommunautaire ne justifie pas de 5 ans de séjour régulier avec autorisation de travail le montant du RSA du couple sera calculé comme celui d'un célibataire français (qui doit remplir personnellement les conditions d'éligibilité et donc avoir atteint l'âge de 25 ans, quel que soit celui de son époux ou de son épouse) mais les ressources des DEUX conjoints seront déduites du RSA calculé comme pour une personne seule !

    Il arrive donc que le conjoint extracommunautaire travaille toute la journée pour rien et ne puisse pas ramener un centime de plus pour le ménage en rentrant le soir à la maison.

    Abject.

    RépondreSupprimer
  20. Les Anonymes s'il ne veulent pas mettre leur nom pourraient ils prendre un pseudo pour la compréhension des textes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, c'était un oubli.

      Mon pseudo est Ivan, messages 18:18 et 18:02 aujourd'hui.

      Mais pour la compréhension des messages, je ne vois pas trop ce que cela change.

      Cordialement.

      Ivan

      Supprimer
    2. Je voulus dire que certains écrivent par pavés successifs qui est une suite ; pendant que nous écrivons un autre peut s' insérer etc ...
      Donc peut être nom et numérotation ; mais c'est une sujétion

      Supprimer
    3. Merci

      J'avais écrit un seul message, mais je suis tombé sur la limite des 4098 caractères et j'ai été obligé de le couper en 2.

      Ivan

      Supprimer
  21. @Laurent Pinsolle,
    je me souviendrais toujours de la phrase de Jean Braudrillard à propos de l'anti-racisme, et notamment celui prôné par SOS-Racisme. Il disait que si SOS Baleine avait été créée pour sauver les baleines, SOS Racisme lui a été créé pour sauver le racisme, et donc les racistes!
    En fait, ce rapport DEGUEULASSE est avant tout une insulte pour les Français comme moi, nés de parents étrangers qui ont fait l'effort de vivre à la française, et à faire de leur enfants des citoyens français ordinaires, et des gens systématiquement rattachés à leur pays d'origine. C'est vrai, nous le sommes, mais cela reste DU DOMAINE FAMILIAL DONC PRIVE!!! Nous sommes citoyens français, et rien d'autres.
    Le pire, dans cet histoire, c'est que les vrais racistes, ce sont ceux qui ont pondu cet oeuf pourri: en clair, afin d'éliminer des concurrents pour les postes les plus influents, ces tartuffes essaient de maintenir les descendants des pays étrangers dans leur culture d'origine, et ceux afin de les rendre inaptes à vivre avec le reste de la société française. D'une certaine façon, au nom d'une prétendue supériorité morale de l'étranger sur l'autochtone français, ils affirment qu'il faut -subvertir les usages, l'histoire et la langue française; mais c'est irréaliste, car en fait, le vrai but est d'empêcher les enfants d'étrangers de monter dans la société française pour concurrencer leur propres enfants...
    En tant que fils d'immigré, les pires racistes que j'ai pu croiser n'étaient pas au FN, mais à gauche! En effet, ayant fait des études supérieures, les gauchos essaient systématiquement de me renvoyer à ma condition d'étranger, sous couvert d'exotisme. En clair, ils me dénient ma qualité de citoyen français, en me demandant pourquoi je ne retourne pas dans le pays de mes ancêtres... D'une certaine façon, je ne suis JAMAIS leur égal... C'est une version pervertie du mythe du bon sauvage de Rousseau, qui a envoyé une grande partie de la mentalité de la gauche. Contrairement à un discours répandue, celle-ci ne considère pas l'étranger comme leur égaux, mais comme des victimes. Encore une fois, c'est le même mécanisme que celui qui a justifié la colonisation sous Jules Ferry à la fin du XIXè siècle. Car oui, c'est bien la gauche qui a été à l'origine de la colonisation, au nom de la prétendue supériorité de la civilisation française sur celles des pays africains. Au XXIè siècle, la même gauche utilise cette fois-ci la supériorité morale des étrangers pour saper l'unité et l'âme du pays. Mais en fait, elle ne rend aucun service à ces étrangers, et même le contraire: elle détourne ceux des étrangers qui sont en cours d'intégration, voire d'assimilation, et donne une prime au plus parasitaires des immigrés, du moins à ceux qui sont partisans du moindre effort.
    En gros, c'est un des textes les plus racistes que j'ai pu connaître depuis ma naissance. Même le FN, qui avait au moins la vertu d'afficher la couleur, n'était pas descendu aussi bas dans l'hypocrisie et l'abjection...


    CVT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour CVT

      "en clair, afin d'éliminer des concurrents pour les postes les plus influents, ces tartuffes essaient de maintenir les descendants des pays étrangers dans leur culture d'origine, et ceux afin de les rendre inaptes à vivre avec le reste de la société française. (...)
      car en fait, le vrai but est d'empêcher les enfants d'étrangers de monter dans la société française pour concurrencer leur propres enfants..."

      Comme cela est vrai !

      Ou bien toutes les cultures sont égales, et alors les hommes ne le sont pas, puisque les cultures qui nient l'égalité entre les hommes (et entre les hommes et les femmes) sont considérées comme acceptables au même titre que les autres.

      Ou bien tous les hommes sont égaux, et alors les cultures ne peuvent pas l'être, puisque chaque homme a le droit de cultiver celle qui lui offre les meilleures chances d'épanouissement personnel ou de promotion sociale et de remiser les autres au placard.

      Et le pire c'est que bien souvent se sont ceux là même qui complotent pour empêcher les fils d'immigrés de disputer les places à leurs propres enfants qui se sont arrangés, sans aucune nécessité, pour qu'il n'y ait pas assez de place à la fois pour leurs enfants et ceux des autres.

      S'ils n'avaient pas, par exemple, imposé en ville les abominables normes d'urbanisme malthusiennes (hauteurs limites de construction, coefficients d'occupation des cols, quartiers entiers classés et inconstructibles...) il n'y aurait pas de pénurie de logements en ville, il y aurait de la place pour tout le monde, et ils ne se verraient pas obligés maintenant de persécuter vos enfants pour permettre aux leurs d'habiter en ville.

      Par contre, ne croyez surtout pas que la droite vaille mieux que la gauche, sur ce point comme sur les autres.

      C'est bien la droite (Chirac puis Tibéri) qui a détruit massivement des logements à Paris et transformé la capitale en cité interdite, ruinant tout espoir de promotion sociale pour les enfants des classes populaires, issues ou non de l'immigration. A quoi bon travailler dur pour réussir les concours d'entrée les plus difficiles si de toute façon vos parents ne pourront jamais vous payer un studio à Paris pour venir y étudier sur un pied d'égalité avec les fils de bourgeois ?

      Ivan

      Supprimer
    2. Je suis en train de revoir un feuilleton de ma jeunesse "Le temps des copains" début des années 60 calqué sur la vie des étudiants provinciaux a Paris ; j'ai l'impression que rien n'a changé .
      Ce feuilleton a eu un succès fabuleux a l’époque et 50 ans plus tard c'est une intéressante étude sociologique

      Supprimer