samedi 9 août 2014

Bitcoin : l’effarante complaisance de nos dirigeants


Malgré les nombreux scandales, Bitcoin poursuit son chemin, notamment en France, où, coup sur coup, le ministre Michel Sapin dit que « réguler n’est pas museler » suite à un rapport du ministère et où un rapport du Sénat PS-UMP prend plutôt position en faveur de bitcoin et des monnaies virtuelles.


Unanimisme administration-PS-UMP

Comme le rapporte le Monde, Michel Sapin considère que, si « les monnaies virtuelles sont une réalité qu'il ne faut pas grossir (...), elles témoignent d'une capacité d'innovation qu'il faut promouvoir » et « le système doit être régulé par la puissance publique ». Le rapport du ministère alerte néanmoins sur les utilisations frauduleuses, favorisées par l’anonymat, qu’il faudrait donc pouvoir lever, et souligne aussi la nécessité de mieux protéger les utilisateurs. Le directeur de Tracfin précisait en effet que « les utilisateurs ne profitent d'aucune garantie d'un tiers ou de l'Etat lorsque, par exemple, une plate-forme étrangère comme MtGox met la clé sous la porte ». Bref, les dangers sont pointés mais pas traités.

Le ministre s’est presque fait le promoteur des monnaies virtuelles en disant dans le Monde : « elles ont d'abord un intérêt pratique car elles offrent des possibilités de transactions à coût plus faible que les services de paiement classiques. Elles offrent également une alternative aux consommateurs, une autre philosophie de l'échange, moins institutionnel. C'est un modèle que je respecte, et qui repose sur une capacité d'innovation qu'il faut promouvoir. Pour ce faire, le système doit être régulé, au bon sens du terme, sans jugement de valeur. Réguler n'est pas museler ».


Oui oui au pays de la fausse monnaie

Cet unanimisme m’atterre au lieu de me faire changer d’avis sur ces « monnaies virtuelles », qui ne sont pour moi que billets de Monopoly que trop de gogos prennent pour de l’argent réel alors qu’il s’agit juste d’une énorme escroquerie, quelque soit le raffinement du décryptage ou la « rémunération » des personnes qui contribuent au système. Il est effarant que nos dirigeants (et la plupart des journalistes qui écrivent sur le sujet) ne se posent pas davantage de questions sur les fondements de ces « monnaies » virtuelles, qui ne reposent sur absolument rien. Bien malin le fondateur de Bitcoin qui a peut-être créé la première imprimante virtuelle d’argent sans que grand monde ne s’en aperçoive.

Car par delà tous les inconvénients du système (déjà fortement disqualifiant), il est tout de même incroyable que l’on ne se demande pas davantage s’il faut, ou non, simplement, autoriser les « monnaies » virtuelles. Car ce ne sont pas des monnaies mais une création virtuelle qui ne repose sur rien de réellement concret. Si on suit leur logique, n’importe quel escroc pourrait, demain, créer sa propre monnaie, et devenir riche du jour au lendemain, du moment où il conçoit un système suffisamment sophistiqué pour sembler donner du sens à ce qui n’en a pas. Il est tout de même extrêmement inquiétant de constater que le ministre du budget de la France ne voit pas l’énorme escroquerie qu’est en réalité le bitcoin.

Tout ceci montre, pour ceux qui en douteraient encore, que nos dirigeants, PS et UMP, sont incapables de prendre du recul sur la question fondamentale de la monnaie. Ils ne font que réagir aux évènements sans jamais se poser la question du sens plus global des choses, gérant au lieu de diriger.

9 commentaires:

  1. Excellent article, Laurent, que je partage totalement.
    Mais cette volonté de considérer que le bitcoin est une monnaie va dans le sens de l'abandon de la souveraineté, cet actuel "politiquement correct" .
    Tu vas voir que Valls ou Hollande vont bientôt nous proposer la privatisation de la Banque de France (il faut réduire la dette, hein !)

    RépondreSupprimer
  2. Il faut signaler la proposition de "Nouvelle Donne", le nouveau parti de Larrouturou : créer un revenu de base qui serait financé par une nouvelle monnaie l'euro-franc sur le modèle des monnaies locales. Une façon de faire de la création monétaire malgré l'euro...
    http://www.nouvelledonne.fr/revue-de-presse/nouvelle-donne-veut-verser-un-revenu-de-base-en-euro-francs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Moi

      Nouvelle donne ou "new deal", ce qui renvoie d'ores et déjà à la proximité idéologique habituelle de la gauche américaine avec la démocratie marchande anglo-saxonne.

      L'indépendance n'est pas de ce côté-ci, d'autant qu'il s'agit me semble t-il d'un micro parti manifestement sans assise populaire et électorale.

      Encore un parti européiste qui cite du Delors dans ses propositions sur l'Europe... ou l'antienne du "Pour une autre Europe"... bref, la droite libérale une rose à la main, un nouveau courant du parti socialiste progressant en dehors du parti. Le changement c'est pas pour maintenant.

      Larrouturou est dans le circuit politique depuis déjà un moment non ?

      Supprimer
  3. Philippe Derudder et moi-même avons proposé il y a plus de 2 ans "Une monnaie nationale complémentaire" (éditions Yves Michel) monnaie avec laquelle nous proposons de financer et de rémunérer les activités sociales et sociétales.
    N'oublions pas néanmoins qu'on ne peut distribuer que ce qui est produit ... pour ma part je ne suis pas très partisan d'un "revenu de base" tel que proposé par Larrouturou auquel je préfère largement la "revenu minimum de dignité" de de Villepin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les inventeurs du bit coin ont réussi a imposer leur création, qu'est ce qui bloque pour réaliser concrètement votre idée de monnaie complémentaire? Pourquoi on ne s'y mettrait pas nous aussi?

      Supprimer
    2. Une monnaie qui n'est pas garantie par la collectivité (l'Etat, les Banques Centrales) ne peut qu'aboutir à ça : http://www.bitcoin.fr/pages/Cours-du-bitcoin#main

      La proposition que nous avons faite est justement à l'inverse d'une monnaie spéculative... il faut que son cours soit totalement lié à la monnaie légale et seul un État peut l'imposer.

      Supprimer
  4. Le bitcoin est critiquable par son coté déflationniste notamment, qui n'apporte rien à l'activité économique.
    Néanmoins, avec un euro geré pour les banquiers et les rentiers et protégé par des forces politiques et économiques indétrônables sans révolution, la population va devoir trouver d'autres moyens d’échanger, il faut bien qu'on vive!

    Cette tolérance vis a vis de monnaies non émises par Francfort (tiens tiens, c'est marrant ce nom de ville a t'il eu un effet subliminal sur Trichet ou Balladur ?) pourra être utile dans ce contexte ou la politique monétaire se fait contre le peuple.

    On trouve parmi les informaticiens ou les geeks beaucoup de gens ouverts aux idées neuves.
    Si assez de personnes se rassemblent des programmeurs pourraient créer une banque virtuelle décentralisée ou des crédits, sans taux d'interêt, s'octroient automatiquement si assez de membres votent pour le produit ou le service proposé.
    La monnaie inventée pour l'occasion devra être impérativement fondante sinon ca n'aurait aucun intérêt pour la collectivité.
    Ce sera aussi un moyen de résister pacifiquement. Ils veulent nous contraindre ? Et bien les politiciens verront que l'on a pas besoin d'eux et si une monnaie officielle efficace est crée les monnaies virtuelles cesseront d'être utilisées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 90% de la monnaie (par rapport à M3) n'est pas émise par Francfort mais par les banques commerciales... lesquelles garantissent la transformation de leur monnaie en monnaie centrale (celle de Francfort).... C'est toute la différence avec les monnaies dites "complémentaires" .

      Supprimer
  5. @ A-J H

    Bien vu et merci pour tes travaux.

    @ Moi

    J’ai déjà fait un papier sur le sujet, mais il faut que j’étudie la version de Nouvelle Donne

    @ TeoNeo

    L’utilisation des Bitcoin sert principalement à enrichir ceux qui l’ont créé. Et si les monnaies virtuelles prenaient trop d’importance, nul doute qu’elles finiraient par être interdites ou sacrément réglementées.

    RépondreSupprimer