jeudi 18 février 2016

Campagne de 2012 : Sarkozy forcément coupable ?




Escroc et menteur ou incompétent notoire ?

Bien sûr, il faut garder en mémoire que les affaires ne représentent pas forcément un coup d’arrêt pour nos politiques, comme on a pu le voir avec Jacques Chirac en 2002 ou dans quelques municipalités. Le pire est encore à craindre ici. Néanmoins, l’affaire de la campagne de 2012 représente tout de même une énorme épine pour Nicolas Sarkozy. Voici un candidat, président en exercice, garant des lois et de leur application qui a dépensé près de 40 millions d’euros, quand le plafond légal était un peu supérieur à 20 millions. Bien sûr, son camp tente de faire porter la responsabilité sur le parti, et donc Jean-François Copé et Bygmalion. Mais, même à supposer que Nicolas Sarkozy n’ait pas eu ni connaissance ni conscience de cet énorme dérapage des dépenses, cela n’est guère flatteur pour lui.

Non seulement, cela pose la question de son sévère manque de jugement mais aussi du choix de l’équipe qu’il a mise en place, qui n’aurait pas cru bon de l’alerter des dérapages, à moins qu’elle n’ait été elle-aussi incompétente au point de ne pas voir qu’elle dépensait presque le double du plafond légal. Evidemment, s’il en avait conscience, alors, Nicolas Sarkozy n’est qu’un escroc et un menteur. Dans les deux cas, n’est-il pas profondément disqualifié pour la présidence de la République, tâche autrement plus loude et complexe que la campagne présidentielle. S’il n’est pas capable de bien faire gérer une telle campagne, comment pourrait-il bien faire gérer un pays ? Pire encore, les nombreuses affaires rattachées à sa personne lui donnent un parfum de souffre théoriquement peu compatible avec l’Elysée.


Il est sans doute impossible de conclure définitivement sur la suite de la carrière de Nicolas Sarkozy. Mais on peut croire que cette affaire le blesse mortellement et sera disqualificatoire pour 2017. En somme, cela serait relativement heureux (même si les autres candidats font malheureusement relativiser ce jugement) et est sans doute probable. Verdict dans quelques mois.

23 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ce Monsieur est le champion du monde de l'embrouille, je n'arrive toujours pas à comprendre comment il est encore éligible avec toutes ses casseroles

      Supprimer
  2. Comme je pense la plupart des lecteurs de ce blog, je juge très sévèrement le bilan politique ainsi que la personnalité de Nicolas Sarkozy.


    Mais pour moi, l'interrogation "Dans les deux cas, n’est-il pas profondément disqualifié pour la présidence de la République, tâche autrement plus loude et complexe que la campagne présidentielle?" relève de l'anti-sarkozysme primaire.

    On dira ce qu'on voudra de Nicolas Sarkozy, mais c'est notre ancien président de la république. Lors de certaines crises particulièrement aiguës, (et je pense à la crise financière ou à la crise georgienne), si on peut bien sûr contester les choix qu'il a fait, il a fait preuve de sa capacité à trancher. On peut penser qu'il a eu tort d'avoir agi comme il l'a fait, mais on ne peut pas lui dénier qu'il a su jongler entre des intérêts antagonistes et pressions très fortes, bref, accompli une tâche très lourde et complexe.

    Sur le fond, dans l'alternative peu flatteuses que tu évoques entre escroc ou incompétent, tu vas beaucoup trop loin. Sans faire de complotisme, on peut supposer que N Sarkozy a entendu s'affranchir de la règle du plafond des 20 millions d'euros de dépenses, mais bien entendu ne peut l'assumer publiquement et préfère donc passer pour un "incompétent". Franchement, j'ai beau chercher, je ne vois pas où est le mal, et cette joie mauvaise qu'ont les détracteurs de N Sarkozy à scruter le moindre de ses faux pas est un peu ridicule.

    Si cette infraction bénigne concernait un homme politique dont il serait les supporters, la plupart des détracteurs de N Sarkozy ne lui reprocheraient pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bénin?...20.000.000 € de fraude, car c'en est une...

      Supprimer
  3. Coupable peut être, responsable surement, il a essayé de faire le "nettoyage" pendant son mandat!

    RépondreSupprimer
  4. Que de naïveté que de croire encore en la quelconque responsabilité, compétence, honnêteté, responsabilité ...

    une seule chose à faire pour changer tout cela : la responsabilité financière en nom propre !

    Toucher au portefeuille privé est la seule bonne façon de faire à tous les niveaux de responsabilité : politique, économique, finance...

    Le reste n'est que fadaise !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas pro-Sarkozy loin de là, mais bon, sur ce sujet, son avocat va boire du petit lait car il y aura très certainement un non lieu.
    Encore un leurre plus ou moins grossier.

    A titre de comparaison, la campagne des présidentielles des USA a été estimée à 2,6 milliards de USDol, plus de 1 Md par candidat (780 millions d'Euros).

    Le volume de dépenses ne justifie pas tout vu que Sarko, malgré ses 20 millions de dépassement, a quand même perdu.
    Pour ceux qui travaillent dans des grosses boites, le nombre de "projets" à plus de 20 millions d'euros qui finissent à la poubelle alors que tout le monde s'est sucré au passage ne sont pas si rares que ça.

    Lavrilleux, Copé and Co sont les rois des faux-culs, qui se font passer pour les blanches colombes alors qu'ils savent très bien comment fonctionnent les choses et qu'ils en profitent quand tout va bien. Mais quand ça les touche directement, c'est sauve qui peut.

    Comme Laurent le faisait remarquer, Chirac a été élu en 2002 malgré des casseroles certainement plus sensibles. Ce qui compte après c'est l'affect de l'électeur.

    Hollande n'a aucun intérêt à ce que son meilleur ennemi ne puisse pas gagner les primaires de droite. cqfd

    Sarkozy profite de son statut actuel pour se laver des casseroles qu'il traine. Vu sons âge, il ne peut pas encore bénéficier de l'absolution Alzeimer de Chi-Chi.

    Le feuilleton continue. Suite au prochain épisode.

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  6. "je ne vois pas où est le mal, et cette joie mauvaise qu'ont les détracteurs de N Sarkozy à scruter le moindre de ses faux pas est un peu ridicule."

    Elle est bien bonne celle là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 20.000.000 € issus des impôts de son peuple, et vous ne voyez pas où est le mal?...et oui, les impôts l'auraient remboursé s'il n'avait pas été pris les doigts dans la confiture...

      Supprimer
  7. Bien sûr qu'il était coupable. Soit d'avoir fermé les yeux, soit d'avoir rien voulu savoir.

    Et oui c'est grave. Et oui il doit payer, pour l'exemple. Et tant pis si ce n'est pas juste parce que plein d'autres l'ont fait avant lui. Et tant pis si on se prive de ses qualités car en effet, il en a.

    Mais je suis désolé, je pense qu'on a vraiment plus a perdre à accepter qu'un homme politique se sorte indemne d'une bourde aussi monumentale. Enfin quand même, c'est le double ! Comment voulez-vous rétablir un lien avec les électeurs qui subissent une tolérance zéro sur des évènements comparables à leur niveau ?

    Moi j'attends qu'il assume, et donc qu'il paye, d'une manière ou d'une autre. Et ensuite, quand sa dette sera acquittée, il pourra faire amende honorable. Et oui je veux bien lui donner une deuxième chance, entendre qu'il est désolé et qu'il a changé. Mais l'exonérer de sa responsabilité, ne pas reconnaitre son erreur, c'est niet. Ou alors moi je veux le même traitement si mon expert comptable se trompe de 100% dans les déclaration sociales de la SARL sont je suis gérant.

    Xavier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarkozy est surtout coupable d'être un escroc professionnel !

      Un tel dépassement de budget ne s'explique que par le simple fait qu'il n'y a pas de contrôle... et donc, les trésoriers et les chefs de parti vont très loin dans l'abus de bien sociaux et autre magouilles !

      Supprimer
  8. ça fait quand même des mois que ça dure et l'UMP est aujourd'hui en faillite depuis de longs mois voire années maintenant. (on peut trouver les comptes)
    ses fonds propres sont négatifs, et sa dette est de l'ordre de 40 à 50 millions d'euros..

    en dehors du fait que ce mec là s'en tirera, les morales de cette histoire sont momentanément les suivantes

    1° les banques tiennent l'UMP, donc le LR depuis de longs mois, ce sont elles qui financent de bastringue pourri. En plaçant un candidat à la tête du pays, vous placez la banque qui aura financé. Le retour d'ascenseur à ce niveau là est une pratique courante..

    2° les gaziers se couchent sur les lois et donnent des leçons de gestion à toute la France alors qu'ils sont totalement incapables de gérer la moindre PME correctement..

    3° il faut rappeler qu'une quête a été organisée pour renflouer le bordel qui ne l'est toujours pas. cette quête permettait d'ailleurs aux donateurs de faire payer l'état à hauteur du crédit d'impôt prévu aux dons (d'ici peu que cette assoss soit considérée comme d'utilité publique, il n'y a pas loin) et un paquet de mecs ont refilé leurs frics pour couvrir l'incompétence notoire dont il est fait état. Il est probable que parmi ceux des fidèles qui ont renfloué, rappellent la bouche en cul de poule en permanence que l'assistanat des autres c'est très vilain..


    irresponsable, incapable et inconscient dans la la toute puissance, et ce n'est pas le seul. A ce niveau là, ils sont nombreux à avoir pété un câble

    Stan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. As-tu lu l'anecdote croustillante sur l'installation de Baylet dans l'hôtel de Castries en lieu et place des services du ministère du Logement de la nouvelle ministre soi-disant écologiste Cosse ? Cela donne une idée de ce qui motive nos majestés. Si au moins, si l'on peut dire, elles se contentaient de servir, mais elles sont de surcroît incompétentes et, de plus, dangereuses.

      DemOs

      Supprimer
    2. Lire : si, au moins, elles se contentaient de SE servir. Si elles servaient l'intérêt général, cela se saurait.

      Supprimer
    3. DEMOS

      non je ne suis l'actualité politique, la seule chose qui est sûre, c'est qu'effectivement les ors de la république ne sont plus que des tremplins pour toute une bande de serviteurs sans caractère...

      c'est peut être pour cette raison qu'ils finissent par faire de l'autoritarisme faute d'autorité...

      Stan

      Supprimer
  9. En matières de magouilles économiques et politiques l'élève Sarkozy a dépassé le maître Chirac. Le premier a été un affairiste avant même d'être président et comme le second il peut compter sur la lenteur et la complaisance de la justice, des méandres du droit que ses avocats sauront bien utiliser pour faire trainer les procédures et obtenir des non-lieu dans les affaires où il est question. Par exemple la justice a condamné Kerviel contre son employeur la Société Générale alors que cette dernière à bien su en profiter tant qu'elle était gagnante. On ne fera pas croire à n'importe quel citoyen qu'elle n'était pas au courant des énormes risques que prenait son trader sous des responsables aveugles ou bienveillants. De la même façon la justice sera indulgente pour Sarkozy. Pour les citoyens ordinaires elle est bien plus sévère! Il serait déjà en prison préventive. Telle devrai être sa place.

    RépondreSupprimer
  10. Ce qui est sidérant, c'est que ces affaires trainent en longueur en raison d'un budget francais de la justice minimaliste :

    http://www.latribune.fr/opinions/blogs/le-blog-du-contrarian/le-cote-absurde-de-la-force-525599.html

    RépondreSupprimer
  11. Incapables de gérer les finances d'un parti politique, ni celle d'une campagne électorale, ces gens donnent des leçons de morale et prétendent diriger le pays à nouveau! Et l'opinion reste placide. Certains ne sont pas loin de trouver ça normal. Stupéfiant!

    RépondreSupprimer
  12. Infraction bénigne ? Il a dépensé près du double du plafond légal. Pour moi, c'est une faute lourde. Cela aurait été une infraction bénigne s'il avait dépensé un million de plus.
    Et sur les crises qu'il a gérées, il n'a pas eu un apport incroyable. Il a semé le chaos en Libye, intervention que j'ai eu le tort de soutenir, montrant que je ne suis pas si primaire. Et sur la crise financière, il n'était pas le seul à la manœuvre. Il a aussi dit beaucoup de sottises (les parasites fiscaux) et n'a rien réglé sur le fond

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarkozy n'a rien réglé sur le fond, c'est même le contraire. Servile vis-à-vis de Merkel, suiviste des Etats-Unis, il n'a rien fait d'autre que de "se mettre dans la roue" des puissants. Et il vaut mieux ne pas parler de sa politique internationale catastrophique qui n'a fait qu'aggraver les désordres. Tu me diras, son successeur est encore pire que lui, ce qui est un vrai exploit.

      DemOs

      Supprimer
  13. http://www.liberation.fr/france/2016/02/16/sarkozy-dans-la-fosse-bygmalion_1433876

    L'intervention en Libye aurait eu du sens si elle avait été suivie correctement. La non intervention en Syrie montre que c'est tout autant inefficace.

    Ne pas intervenir, c'est laisser d'autres puissances intervenir.

    RépondreSupprimer
  14. N.Sarkozy a tout par l'ambition la capacité d'être un escroc en sachant que la justice trouve rarement la preuve ultime du crime financier du fait de la série d'intermédiaires qui s'occupent des affaire d'argent.

    Sarkozy est un conformiste atlantiste et néolibéral, il a inséré la France dans l'euro plus que jamais tout en liquéfiant l'indépendance de la France devant l'Otan et cela en préparant l'ébauche de la politique d'austérité que va -célébrer- F.Hollande.

    L'ambition personnelle exclusive de N.Sarkozy est ce qui fait le tombeau de la démocratie de représentation.

    Sarkozy ne fait que s'aimer et n'est en plus que la caricature la plus complète du prince ambitieux de Machiavel!

    RépondreSupprimer
  15. @ Jacko

    Certes, les USA fonctionnent différemment (et c’est sans doute très mauvais), mais c’est légal. Sarkozy, ici, a violé la loi dans les grandes largeurs

    @ Xavier, Stan et Jacques

    Merci

    @ Anonyme 22h47

    Un peu court cette théorie, quand on voit ce qui se passe en Irak, mais aussi le chaos actuel en Libye. Ceux qui poussaient à l’intervention avaient-ils prévus cela à l’époque ?

    RépondreSupprimer