mardi 26 avril 2016

L’UE, encore et toujours au service de Monsanto #NonauRoundUp

Dans l’incroyable feuilleton législatif et légal européen sur les produits que vend Monsanto, la prolongation de l’autorisation de commercialisation de son produit fétiche, le Roundup, révèle à nouveau à quel point les institutions européennes sont prêtes à tout pour défendre les intérêts de cette firme.


Comment passer outre l’avis des peuples européens ?

C’est la question que semble bien se poser la commission européenne depuis des années. Elle avait déjà eu recours aux procédures complètement antidémocratiques de l’UE, nécessitant une majorité qualifiée pour l’empêcher d’interdire d’interdire le fameux maïs MON 810 de Monsanto. Que va-t-elle inventer pour tenter de prolonger la commercialisation du Roundup ? Déjà, fin mars, elle avait préféré repousser un vote, faute d’une majorité. Le Monde révèle aujourd’hui qu’elle va proposer une polongation de 10 ans et non de 15, aux Etats-membres, qui devraient se prononcer les 18 et 19 mai. Les réticences étatiques sont renforcées par le classement, par l’OMS, de la substance comme « cancérogène probable », alors que le processus européen a conclu, au contraire que cela était « improbable ».

Les parlementaires européens se sont donnés bonne conscience en proposant une autorisation pour sept ans, assortie, il est vrai, de plusieurs restrictions, dont aucune n’a été retenue par le projet de la commission. Malheureusement, on peut craindre qu’un compromis soit trouvé dans quelques semaines, qui permettra à la multinationale controversée de poursuivre ses affaires très lucratives en Europe, alors même que de gros soupçons planent sur la dangerosité de ses produits pour notre santé ! La commission lui demande juste de rendre public ses études ! Il est donc important de se mobiliser le plus possible pour dire notre ras-le-bol de la manière dont ce monstre européen fonctionne et tenter, par les opinions publiques, de faire pression sur la décision qui devra être prise dans les prochains jours.

Pour ceux qui pouvaient encore en douter, la persévérance des institutions européens à toujours appuyer les produits de Monsanto, alors même que de nombreux scientifiques pointent les dangers de ses produits, lève un voile sur les motivations de ce projet européen détestable.

Lire :

11 commentaires:

  1. Merci à Laurent de remettre sur le tapis ce scandale de l'UE et la collusion avec Monsanto.
    J'ai une question, existe t-il une pétition de citoyens demandant l'interdiction du round up?
    Sinon on peut la lancer?

    RépondreSupprimer
  2. L'UE veut toujours nous faire croire qu'elle est souveraine dans ses décisions! Mais chaque jours nous constatons qu'il n'y a que les peuples qui n'ont plus d'influence!

    RépondreSupprimer
  3. Herblay s'en prend toujours à l'UE et ne dénonce jamais les problèmes franco-français. Ca démontre toute sa folie de constructiviste anti UE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens Gogol qui se remanifeste. T'en a pas marre le troll de service ?

      Supprimer
    2. Anonyme26 avril 2016 à 14:21

      Juste une précision sur un fait qui a dû t'échapper, camarade : l'incompétence, la malhonnêteté et le cynisme des dirigeants ne s'annulent pas en Europe, comme ailleurs, mais elles s'additionnent. On passe de l'individu à la bande. Un point, c'est tout.

      DemOs

      Supprimer
  4. "l’entourage de la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, confirme que « Paris restera opposé à une remise en selle du glyphosate pour dix ans ».

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/04/22/pesticides-bruxelles-va-proposer-une-reautorisation-du-glyphosate-pour-dix-ans_4907043_3244.html#rGLlVKDjyJvqu4bf.99

    Avec Ségolène Royal à la manoeuvre je crois qu'il va falloir rester très vigilant.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Surtout si l'on se souvient de ses simagrées il y a quelques mois et sa pseudo-révolte contre le Rundop (qu'elle faisait mine de vouloir jeter aux gémonies)... Qui n'a eu pour effet que de faire en sorte que les magasins mettent en tête de gondole ces désherbants !
      Puis se fut le tour de Nutella.
      Puis les centrales nucléaires. Puis NDDL. Puis etc...

      Supprimer
  5. Je me souviens d'une période où il existait un désherbant très efficace, dix fois moins cher que le Rundup, polluant certes mais bien moins que le produit de Mosento (ce produit avait la particularité de détruire toutes les plantes à leur contact mais, contrairement au Rundup, se transformait en engrais dès qu'il touchait la terre et le sable ! Donc, très pratique pour replanter un gazon, par exemple : on détruit l'ancien gazon, on laisse "reposer" trois semaines, on retourne la terre et on sème... Avec le Rundup, il faut attendre au moins trois mois avant de replanter quoi que se soit, et il vaut mieux éviter pour les plantes comestibles !).
    L'UE a interdit ce produit il y a une quinzaine d'année. Pourquoi ? Parce que ce produit avait également la particularité de pourvoir être utilisé pour la fabrication d'engins explosifs. Comme le sucre. Comme le salpêtre. Comme le charbon. Etc. Qui ne sont pas interdits. Et ça n'empêche nullement les terroristes d'utiliser d'autres composants et de faire exploser des engins de mort ! Mon père travaillait dans les mines de potasse et ramenait de ce produit pour l'utiliser comme engrais, alors que la potasse sert aussi à la fabrication d'engins explosifs ! Mais, il est vrai que le chlorate de soude était nettement moins cher que tous les autre désherbants. Et les plantes n'arrivaient pas à s'y adapter. Avec le Rundup, on assiste à de plus en plus de résistances (d'ailleurs, aux USA, l'utilisation de pesticides croît de manière exponentielle avec l'utilisation des OGM, contrairement à ce que nous disent tous ces empoisonneurs du type Mosento, BASF, etc !).

    RépondreSupprimer
  6. Au fait, la catastrophique politique nucléaire française menée par l'état stratège gogoliste, c'est la faute de l'UE ? Si une centrale pète en France, ca va faire un peu plus de dégâts que le Round up, mais ca Herblay, ca lui ferait mal d'en parler...

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/en-france-l-heure-des-comptes-a-sonne-pour-la-filiere-du-nucleaire-566910.html

    RépondreSupprimer
  7. @ André

    Merci

    @ Anonyme 12h33

    Merci

    @ Ivan

    Possible ? J’applaudirai dans ce cas.

    @ CanluCat

    Merci pour ces précisions

    RépondreSupprimer
  8. En attendant, Herblay est toujours muet sur les aberrations de l'état stratège depuis de Gaulle.

    Ca lui troue tellement le cul qu'il en reste coi, préférant se secouer la nouille devant la photo du Général.

    RépondreSupprimer