mercredi 11 mai 2016

Que penser des 180° de Donald Trump sur le SMIC et les impôts ?




Opportunisme au carré ou vraie (nouvelle) conviction ?

Le changement est spectaculaire : alors qu’il disait que 7,25 dollars de l’heure était « trop élevé », il affirme désormais « je ne sais pas comment les gens s’en sortent à 7,25 dollars de l’heure (…) je n’ai encore rien décidé en termes de chiffres. Mais je pense que les gens doivent recevoir plus ». Idem sur le taux d’impôt des plus riches : alors qu’il prévoyait une diminution du taux marginal, de 39,6 à 25%, il affirme maintenant qu’il va « un peu augmenter (…) Je suis prêt à payer plus. Et vous savez quoi ? Les riches sont prêts à payer plus ». Devant les réactions, il a dit « c’est vrai, c’est un revirement. J’ai le droit de changer d’avis » tout en nuançant « je ne suis pas en train de croire que cela pourrait être adopté ». Hillary Clinton a répliqué en invitant ses compatriotes à « ne pas croire à ce revirement ». 

Bien sûr, des changements aussi radicaux en pleine campagne créent un fort doute. Néanmoins, il faut aussi se souvenir que Donald Trump était déjà plus modéré que ses rivaux républicains économiquement, au point de s’être attiré il y a quelques mois le soutien, partiel bien sûr, de Paul Krugman, le « prix Nobel d’économie » qui penche pourtant plutôt pour les démocrates, et pas forcément les plus centristes.  Bref, ce changement de fusil, aussi fort soit-il, n’est pas totalement incohérent avec le discours économique global du futur candidat républicain, qui adopte un discours économique décidément éloigné de l’extrémisme libéral de ses rivaux malheureux, piochant dans les discours des deux candidats démocrates plutôt que de se laisser entrainer dans la dérive droitière effarante de ceux qu’il a battu.

En soit, cela est plutôt positif, même si des doutes persisteront toujours étant donnés les grands écarts que Donald Trump fait. On peut se demander s’il ne s’agit pas ici un moyen de se rallier plus encore les classes populaires, face à une Hillary Clinton qu’il peindrait comme la candidate de Wall Street. La manœuvre est un peu grosse de la part d’un magnat milliardaire, mais le tir de barrage des médias et des élites de son parti a sans doute donné beaucoup de crédits à un Trump paradoxal candidat anti-élite, ce qu’il parachève avec son 180° sur le SMIC et l’imposition des plus riches. Après le succès de Bernie Sanders, on pourrait finir par croire qu’il va essayer de rallier une partie des électeurs du sénateur du Vermont pour essayer de défier les sondages qui le donnent largement perdant face à Hillary Clinton.

Difficile de savoir en revanche si un président Trump aurait la volonté, puis réussirait, à mettre en place de telles mesures, tout comme un protectionnisme contre la Chine. Sa grande flexibilité idéologique amène à douter de sa sincérité et à craindre que ce ne soit que des postures.

20 commentaires:

  1. Ce virage de Trump traduit son réalisme politique et économique malgré tous ses excès. Ce n'est pas un idéologue comme ses rivaux du Parti Républicain. N'étant pas prisonnier de Wall Street ni du Big Business il peut se permettre cela contre Hillary Clinton qui l'incarne si bien. La "Reine du chaos" comme l'a surnommé Diana Johnstone une journaliste étatsunienne parce qu'elle a approuvé toutes les guerres qu'on conduit son pays depuis la Somalie en 1992. A cet égard, notamment, elle me parait plus dangereuse que Trump.

    RépondreSupprimer
  2. J'aurai tendance à lui accorder le bénéfice du doute pour deux raisons au moins:
    - Seuls les politiques de carrières s'interdisent ouvertement des revirements car: cela ne fait pas sérieux, car on n'a pas le droit de se tromper, parce que l'on baigne dans l'idéologie et dans un entre-soi permanent
    - son électorat populaire ne doit pas être nécessairement hostile à cela

    RépondreSupprimer
  3. Espérons qu'il soit élu, ne serait-ce que pour mettre un terme aux jacassements multiculturalistes.

    RépondreSupprimer
  4. Savez vous ou peut on trouver une citation non charcutée de Trump à propos de l'entrée de musulmans aux USA ? Cela me parait un point vraiment discutable de son programme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les frontières sont périmées" ou "Ils sont chez eux chez nous", c'est très discutable aussi, et heureusement ça n'a pas été mis en oeuvre au pied de la lettre.

      Trump indique par cette phrase que les musulmans n'ont pas vocation à venir s'installer en masse aux US, et il n'y a vraiment rien de discutable là-dedans.

      C'est au contraire éminemment souhaitable, et on ne peut qu'espérer qu'une élection de Trump fasse changer l'état d'esprit de nos provinciaux de dirigeants sur ce point.

      Supprimer
    2. Mais vous êtes peut-être amateur de concerts de rap à Verdun ?

      On ne sait jamais, les décisionns qui ont conduit à l'état actuel de la France ont bien dû être approuvées par une poignée de neu-neu, et il peut y en avoir qui viennent ici...

      Supprimer
    3. J'ai demandé d'en savoir plus car cette proposition me parait effarante en effet.

      Tous les musulmans sont interdit d'entrer. Il ne s'agit plus d'un filtrage intelligent aux frontières sur des critères permettant de protéger la société tout en restant juste.
      Cette proposition ruine le travail de réhabilitation idéologique des frontières en les rendant «  bêtes et méchantes » . Comme les mondialistes veulent le faire croire.
      Faire le raccourci musulman = racaille ou terroriste, est totalement injuste.
      Ces personnes peuvent être athées, mais la tradition de l'islam n'envisage pas l'apostasie et sont donc toujours considérés musulmanes quoiqu'ils fassent. Tous ceux qui vivent dans la France réelle connaissent au moins une de ces personnes qui boivent ou ne font pas le ramadan. Même si ils ne représentaient que 2% des personnes qui portent un prénom musulman ( je ne le crois pas la pratique de l'islam recule ) une loi les mettant dans le même sac, en se basant sur l'origine des parents ou le prénom, serait inique.
      Je comprends tout à fait la souffrance des habitants des quartiers ou règne l'incivilité mais vouloir regler ces problèmes en négligeant la justice sera contre productif, il existe d'autres solutions.

      Bravo à Trump pour ses déclarations pacifiques à propos des relations avec la Russie et sur l'OTAN, mais sur les musulmans sa proposition me paraît tellement déraisonnable que je me demandes si il n'y a pas eu manipulation de ces propos par nos médias. Si ce n'est pas le cas, il sera hors de question de le cautionner pour ma part.

      Supprimer
    4. Non, comme je vous le dit même si Trump a dit cela ce qu'il fera est simplement arrêter l'importation de musulmans.

      Quant aux musulmans gentils, ils existent effectivement, mais il y a comme le disait le général de Gaulle dans la célèbre citation reprise par Morano une question de nombre et d'identité.

      Vous voyez bien que le clientélisme politique envers les minorités pousse au grand n'importe quoi. C'était prévisible, et évitable : il suffisait (il suffit) de suivre le conseil de de Gaulle et de ne pas laisser les minorités prendre une taille trop importante.

      Donc les qualités morales des personnes concernées ne sont en aucun cas le seul aspect du problème.

      Et, très franchement, vu les énormes problèmes que posent ces minorités, on serait mieux sans (ou à la rigueur avec des effectifs plus raisonnables). On ne parle pratiquement que d'eux et des aménagements à faire pour les arranger, chaque jour que Dieu fait ; ça va bien 5 minutes, non ?

      Supprimer
  5. Je voudrais faire une observation sur le scandale que les socialauds mettent en scéne avec un argumentaire dénué de sens. Je veux parler de la destruction aussi violente que systématique de notre démocratie politique, économique et sociale. La loi El Komhri contre les salariés de ce pays n'a qj'un seul et unique objectif : éviter la formidable déflagration sociale qui se produira à cause de la concurrence débridée et déloyale avec des pays aux revenus salariés 10 fois inférieurs aux nôtres, concurrence décidée par l'OMC et voulue par cette UE ultra libérale. Pensez-vous que nos concitoyens vont accepter indéfiniment de voir le chômage continuer à augmemter sans rien faire. Ce qui se joue aujourd'hui est essentiel, historique pour nous et nos enfants. Vous pouvez empêcher ces apprentis sorciers de mettre le feu à NOTRE maison.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  6. "On sait que, dans le cas ou une motion de censure serait votée, la logique, et la pratique (1962) voudraient que le gouvernement dissolve l’Assemblée et convoque de nouvelles élections. Sauf que, nous sommes dans l’état d‘urgence et que l’Assemblée ne peut être dissoute."

    Intéressant, non ?

    http://russeurope.hypotheses.org/4941

    Malheureusement nos élus sont tellement lâches que même dans ces conditions je crains qu'ils n'osent pas voter la censure.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  7. Valls aurait-il la mémoire courte ?

    http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/les-deputes-votent-linterdiction-de-la-dissolution-de-lassemblee-nationale

    Il y a même eu un amendement (rejeté, malheureusement) qui prévoyait qu'on ne puisse pas toucher à la constitution pendant l'état d'urgence.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  8. Zut ! Je crois que Sapir s'est emmêlé les pinceaux :

    Article 4

    La loi portant prorogation de l'état d'urgence est caduque à l'issue d'un délai de quinze jours francs suivant la date de démission du Gouvernement ou de dissolution de l'Assemblée nationale.

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

    Ivan

    RépondreSupprimer
  9. Au lieu de focaliser les regards et les commentaires allant tous dans le même sens et faisant de Trump un épouvantail, celles et ceux qui disposent de bon sens et de bonne foi, surtout, devraient se pencher sur les exploits de Madame Hillary Clinton.
    Quelles sont les différences entre cette dame et George W. ? Réfléchissez et cherchez les différences et les points communs. Qui a financé et qui financera les campagnes ? Les banques et les multinationales ou les fonds publics ? Pour qui agissent-ils ? Pour leurs généreux donateurs ou pour les citoyens américains ? Quelles sont les prises de position ou décisions significatives de l'un et de l'autre ? Quelle a été ou que sera la stratégie politique internationale de l'une et de l'autre ? Dans quels buts ? Quel rôle ont-ils joué jusqu'à ce jour dans les désastres des campagnes guerrières de l'Oncle Sam ?
    Ah, un dernier mot, vous savez peut-être que des puissants se sont réunis en Floride il y a quelques semaines pour parler des moyens de faire obstacle à Trump, car le candidat le plus dangereux pour l'establishment n'est pas celui que l'on croit, hein, Hillary ! Nous en reparlerons.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  10. Face au néolibéralisme gauchisé électoraliste de H.Clinton, face à la droitisation poussée des Démocrates depuis Lyndon B.Johnson depuis presque 50 ans, l'assassinat du candidat Bob Kennedy à part que par la venue forte de l'indépendant Sanders. Comment ne pas voir que Trump est en train de se positionner à gauche de Clinton qui se positionne à droite de Trump avec sa réputation méritée de Madame Establishment!

    Si Trump n'est qu'un social darwiniste qui se sert de moyens machiavéliques pour atteindre le pouvoir tout en n'étant qu'un politicien typique. Nous ne pourrons le voir que s'il est élu.

    Selon sa carrière, c'est un prédateur dans son usage de la (tu est viré!) téléréalité mais face à l'hypocrisie mensongère d'hillary. Trump peut gagner.

    Voter pour Clinton c'est se mépriser en tant que citoyen américain. La sympathie d'un Georges Cloney n'y change rien. Cet acteur est aussi à gauche qu'un multimillionnaire de Wall Street!

    Il y a l'ombre de Sanders contre Madame Clint à la condition qu'il ne marchande pas avec cette candidate à prétention monarchique parce qu'autrement Sanders y perdrait toute crédibilité. La vice présidence Sanders vaudrait quelles concessions politiques économiques de Clinton face au libre échange intégral? Afin de respecter les positions du candidat Sanders qui à encore 10% de chances de gagner l'investiture démocrate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le site lescrises.fr, tu pourras trouver un article du 13 mars convaincant, "le mouvement illusoire de Bernie Sanders", par Chris Hedges sur le positionnement de Sanders, qui rentrera dans le rang le moment venu devant Clinton sans remettre en cause l'establishment. De deux choses l'une, soit nous acceptons de voir les choses comme elles sont, soit nous préférons les légendes et les contes de fée. Ceci dit, la compromission des démocrates ne légitime pas pour autant la candidature de ce brave Donald.

      DemOs

      Supprimer
  11. Réponse rapide : Carlosduvrait@yahoo.fr
    Je recommande à toute le monde le taux est bas.
    Plus de besoin de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions favorables.Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels allant de 2000 EUROS jusqu'à 1.000.000 EUROS avec un taux d'intérêt nominal de 1,5% quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et la date. Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels : Carlosduvrait@yahoo.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ben vrai, Carlos ? Vous me mettrez 1.000.000 svp. Merci.

      Supprimer
  12. Les Etats-Unis, un modèle à suivre.

    Les Etats-Unis, un modèle pour tous les pays de la planète.

    Les Etats-Unis nous montrent ce que sera le XXIe siècle.

    Le XXIe siècle verra le retour des esclaves, qui resteront debout dans leurs usines pendant des heures, qui pisseront et qui chieront dans leurs couches-culottes.

    Vendredi 13 mai 2016 :

    Etats-Unis : privés de pause-toilettes, des employés portent des couches.

    Les employés du secteur volailler aux Etats-Unis travaillent dans un tel climat de peur qu'ils n'osent pas demander de pause pour aller aux toilettes et portent des couches au travail, affirme l'ONG britannique Oxfam dans une étude.

    D'après ce rapport publié mardi 10 mai, «la grande majorité» des 250.000 ouvriers du secteur avicole américain «dit ne pas bénéficier de pauses-toilettes adéquates», en «claire violation des lois américaines de sécurité au travail». 

    Ils «luttent pour s'adapter à ce déni d'un besoin humain de base. Ils urinent et défèquent debout face à la ligne d'assemblage, portent des couches au travail, réduisent leurs prises de liquides et fluides à des niveaux dangereux» et risquent «de graves problèmes de santé», martèle l'étude.

    Les chefs de ligne refusent aux ouvriers ces pauses «parce qu'ils sont sous pression pour maintenir la vitesse de production», fait valoir Oxfam. «Le secteur volailler affiche aujourd'hui des bénéfices records» tandis que «les ouvriers gagnent de faibles salaires, souffrent de taux élevés de blessures et maladies, évoluent dans des conditions difficiles» et «un climat de peur», dénonce l'étude.

    http://www.leparisien.fr/economie/etats-unis-prives-de-pause-toilettes-des-employes-portent-des-couches-13-05-2016-5791913.php

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Mr/Mme
    J'offre des prêts allant de 1000 € à 100.000.000 € à n'importe qui
    peut rembourser avec intérêts. Pour chaque personne intéressée. Je
    suis prêt pour des prêts internationaux pour les gens partout dans le
    monde. Contactez-nous aujourd'hui si votre demande est éventuellement
    d'actualité en nous mentionnant le montant exact de votre demande et
    en Mentionnant la Durée de l'emprunt. Je suis prêt à répondre parmi
    les 48 heures suivant la réception de la question.
    Courriel : sabajeanot@outlook.fr

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Mr/Mme
    J'offre des prêts allant de 1000 € à 100.000.000 € à n'importe qui
    peut rembourser avec intérêts. Pour chaque personne intéressée. Je
    suis prêt pour des prêts internationaux pour les gens partout dans le
    monde. Contactez-nous aujourd'hui si votre demande est éventuellement
    d'actualité en nous mentionnant le montant exact de votre demande et
    en Mentionnant la Durée de l'emprunt. Je suis prêt à répondre parmi
    les 48 heures suivant la réception de la question.
    Courriel : sabajeanot@outlook.fr

    RépondreSupprimer