samedi 18 juin 2016

La Grande-Bretagne sortira-t-elle de l’UE ?




Une issue devenue inévitable ?

Même si j’y suis favorable (tout comme à celle de la France), je n’y croyais pas trop, ne pensant pas qu’à la première occasion, les citoyens en profiteraient pour tirer leur révérence à cette construction monstrueuse. Mais, comme le note Elie Arié dans Marianne, la campagne des opposants au Brexit semblait encore plus mal partie que celle des soutiens au TCE en 2005. Non seulement la plupart des ténors des grands partis soutiennent le maintien, mais ils le font avec la même suffisance et utilisation de la peur pour convaincre, sauf qu’il assez ridicule de pointer un risque pour la croissance étant donné le niveau de la croissance de l’UE depuis de longues années. On retrouve la même opposition entre les élites et le peuple, et le même renversement des sondages pendant la campagne.


Et avec la mauvaise image de la plupart des dirigeants politiques (il leur suffit désormais d’être le moins mal-aimé pour l’emporter) et assez largement des élites, le relatif unanimisme de la Grande-Bretagne du haut était sans doute devenu un facteur clé de succès pour le Brexit. Après tout, les pays qui ne sont pas dans l’UE ne s’en portent pas plus mal en Europe et cela permettrait à Londres d’échapper aux règles ubuesques, à une contribution budgétaire significative, tout en regagnant une plus grande liberté encore pour décider de son destin à l’abri de toutes les camisoles juridiques mises en place dans les traités, même si le pays s’en est déjà protégé d’une bonne partie. Tout semblait réuni pour que le début de la fin de l’Union Européenne commence dès le 23 juin, un prélude à sa disparition.


D’ailleurs, avant l’assassinat de Jo Cox, un vent de panique soufflait sur les eurobéats. Les bourses de la planète s’émouvaient de la perspective d’une victoire du Brexit. Jeudi prochain, espérons malgré tout que les britanniques choisiront de ne pas voter comme les marchés financiers, et choisiront la voie de la liberté et de cette pleine démocratie, chères à tous ceux pour qui le 18 juin est important…

46 commentaires:

  1. Quelle liberté ? Que la GB sorte de l'UE et on verra le résultat, bien loin de ce que vous racontez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @18 juin 2016 à 08:14

      La GB hors de l'UE, c'est au moins un peuple affranchi du machin européen, c'est un début, celui de l'espoir et du renouveau, pour enfin sortir de cette terrible spirale de l'échec.

      Rester dans l'UE nourrirait la tristesse, ce serait une catastrophe pour la liberté des anglais.

      Il faut un vrai printemps de la liberté, pour tous les peuples d'Europe.

      Supprimer
  2. Vous soutenez l'UKIP qui est ultra libéral et inégalitaire en plus d'être xénophobe ?

    Vous n'avez pas honte ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme18 juin 2016 à 08:17

      Il ne faut pas avoir peur de sortir de l'UE. Bon nombre de ceux qui veulent sortir de l'UE en GB ne sont membres d'aucun parti.

      Supprimer
  3. "La GB hors de l'UE, c'est au moins un peuple affranchi du machin européen"

    Dès quelle sera sortie par la grande porte, la GB reviendra signer des accords par la petite porte, car la City ne peut tout simplement pas être exclue des marchés européens. Les problèmes sociaux de la GB n'ont rien à voir avec l'UE, mais tout à voir avec ses politiciens ultra libéraux comme ceux de l'UKIP qui ne pensent qu'à accroitre les inégalités.

    Les souverainistes sont des benêts qui ne comprennent rien à l'économie actuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme18 juin 2016 à 08:39

      L'économie n'est qu'un discours technique et/ou idéologique sans lien nécessaire au réel. Une entreprise a besoin d'un expert comptable et de connaître son métier. Un Etat a besoin d'être dirigé par un homme d'Etat et non un économiste. Mes deux années d'économie ont été pour moi une perte de temps quasi irréparable, du temps perdu qui aurait pu être mis à profit par la lecture d'oeuvres littéraires ou philosophiques recelant du sens.

      Je ne sais pas à quoi sert l'économie des économistes. Qui sait à quoi cela sert, si ce n'est la construction - ou la déconstruction, ce qui n'est donc pas un acte purement positif - d'un discours idéologique notamment dans l'espace public ?

      Sortir de l'UE est sortir de l'UE, ce n'est pas signer d'autres traités, mais juste sortir de l'UE. Il ne faut pas avoir peur.

      UKIP m'est parfaitement indifférent. Je ne suis pas libéral. Je crois à l'unité du libéralisme et à son dépassement nécessaire.

      Il ne faut pas avoir peur de sortir de l'UE.

      Supprimer
    2. @Anonyme

      Parce qu'agir dans l'intérêt de la City c'est agir dans l'intérêt des anglais? Je crois que c'est plutôt vous qui ne comprenez pas grand chose à l'économie. Remarquez c'est normal si vous êtes un libéral. Le libéralisme étant à peu près aussi scientifique que l'astrologie.

      La Grande-Bretagne comme la plupart des pays occidenaux s'est désindustrialisé sous l'effet du libre-échange mortifère. Elle a compensé cela en développant la piraterie financière qui lui permet de faire semblant d'être encore un pays développé, mais elle accumule comme les USA ou la France d'énormes déficit commerciaux. Le modèle qui fonde la croissance grac eà la finaciarisation n'a été bénéfique qu'à une minuscule partie de la population anglaise excluant une grande partie de la population. La mort de la City et de son influence néfaste sur la politique anglaise serait à mon sens la meilleurs chsoe qui puisse arriver à ce pays. Le forçant à se réindustrialiser.

      Si la sortie de l'UE ne résoudra pas ces problèmes, la dévaluation aura au moins le mérite d'améliorer un peu la situation de l'industrie anglaise. En attendant que les anglais comme les autres occidentaux ouvrent les yeux sur l'échec patent de la mondialisation libérale et des absurdités de ces théories fumeuses.

      Supprimer
  4. Je ne peux pas m’empêcher de faire le parallèle entre l’assassinat de cette député Britannique pro-UE quelques semaines avant le referendum et celui de la ministre Suédoise Anna Lindh pro-Euro en septembre 2003, peu de temps avant le referendum de la Suède sur l’entrée dans l’euro.

    Je ne crois pas à un complot afin de renforcer le camp du « remain ». Toutefois je me dis que les « candidats du système », peuvent être perçus, à juste titre, comme ne défendant pas l’intérêt du peuple et l’intérêt général. Ils peuvent agacer de nombreuses personnes et pousser certains extrémistes à vouloir commettre un meurtre.

    EB.

    RépondreSupprimer
  5. "Sortir de l'UE est sortir de l'UE, ce n'est pas signer d'autres traités, mais juste sortir de l'UE."

    Non, même la Suisse a signé des accords avec l'UE, la GB sera obligée de le faire en cas Brexit qui ne sera qu'une palinodie. Que le Brexit l'emporte serait une bonne chose qui démontrerait toute la tartufferie de ce vote.

    Les problèmes de la GB viennent de ses politiciens et un Brexit le confirmerait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme18 juin 2016 à 09:11

      Non, rien ne vous oblige à signer des traités.

      Par ailleurs, le fait que ces traités soient aussi mauvais que l'UE en termes d'indépendance ne valide en rien l'UE.

      Rien ne sert de qualifier une servitude pour une autre, que celle-ci s'exprime dans ou en dehors de l'UE.

      Qu'il faille remplacer démocratiquement les représentations politiques en Europe lors des élections à venir est une évidence. Il faut même un très important renforcement des contrôles démocratiques, pas seulement s'agissant du lobbying.

      La question des partis devra être posée, notamment dans une situation ou ces partis ne font pas ou font l'inverse des projets pour lesquels ils ont été élus, de surcroît quand il font la même politique et qu'il n'y a plus qu'une fausse alternative démocratique (LR-UMPS-EEVL-FDG-UDI...)

      En dernier lieu, la question des médias devra également être posée. Il est temps d'organiser des contre-pouvoirs ou un contrôle démocratique de ce pouvoir qui n'a pas fait l'objet d'articles dans la constitution de 1958 - l'époque n'était pas alors hyper-médiatique.

      Supprimer
  6. "Non, rien ne vous oblige à signer des traités."

    Si, la réalité des échanges mondiaux, à moins de se transformer en Corée du Nord. Même la Suisse prétendument souveraine a signé des traités avec l'UE et doit répondre de ses agissements bancaires devant les USA.

    RépondreSupprimer
  7. @Anonyme18 juin 2016 à 09:35

    Rien ne vous oblige à signer des textes défavorables, sauf si vous n'êtes plus souverain. Il ne s'agit pas de pas pas signer de traités, mais de ne pas signer ceux qui ne garantissent pas nos libertés politiques et nos libertés de peuple.

    Etre forcé à signer un texte que l'on ne veut pas ou comportant des mesures qui atteignent de manière décisive votre souveraineté n'est-ce pas là un acte d'agression ?

    Etrange alternative consistant à dire soit vous signez soit vous être la Corée. Je ne signe pas je ne suis pas la Corée, je m'organise pour garantir mon autonomie et ma souveraineté. A défaut, la politique et la démocratie n'ont plus de sens.

    Il n'y a pas de réalité politique hors des choix politiques effectuées et qui peuvent dès lors être autres.

    RépondreSupprimer
  8. "mais de ne pas signer ceux qui ne garantissent pas nos libertés politiques et nos libertés de peuple"

    Un pays qui signe un traité est obligé de faire des concessions, sinon il ne signe aucun traité. Aucun pays ne peut signer un traité en voulant le beurre et l'argent du beurre, ce que tente en permanence la GB. En cas de Brexit, la GB sera contrainte de signer des traités, sinon son économie dégringolera, c'est incontournable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme18 juin 2016 à 10:03

      Il ne s'agit pas, encore une fois, de ne pas signer de traité, mais de ne pas signer ceux qui ne garantissent pas nos libertés politiques et de peuple. Maintenant, je peux entendre que certains préfèrent une tutelle, la tutelle américaine par exemple. Pour ma part, je ne souhaite aucune tutelle, juste des rapports d'équilibre et d'égalité. Cela étant, on peut parfaitement être contre cela. C'est un choix.

      Je ne vois pas par ailleurs d'exposé précis quant à ces fameux traités en vertu desquels un défaut de signature entraînerait une chute de l'économie.

      Je ne vois pas d'exposé précis permettant d'indiquer qu'une chute est incontournable, je ne vois aucun élément concret et rationnel pour un tel effet, exposé dans le détail, et en lien de surcroît à des textes concrets comme relevé ci-dessus.

      Haruspice ?

      Les pays hors UE s'en sortent plutôt mieux. D'autres pays ont récemment refusé l'UE et/ou l'Euro.

      C'est l'UE qui est une catastrophe politique, sociale, économique, démocratique... pour notre pays et d'autres au sein de l'UE.

      Il ne faut pas avoir peur de sortir de l'UE. Les marchés sont pour la sortie ? Voilà déjà un indice sur les intérêts véritablement menacées.

      Supprimer
  9. "Je ne vois pas par ailleurs d'exposé précis quant à ces fameux traités en vertu desquels un défaut de signature entraînerait une chute de l'économie."

    Patience, en cas de Brexit vous verrez mieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme18 juin 2016 à 11:02

      Y a longtemps que les libéraux scrutent les boules de cristal, habillant ces images qu'ils voient apparaître dans l'instrument et qui ne sont que le reflet de leurs yeux, de scientificité. Les prédictions 3 jours avant le crash économique de 2008 ont été de l'ordre du superbe ! Mais ça continue de plus belle... parfois les mêmes...

      Sur le prix de la liberté, ceci, qui date de 1668 :


      "Un Loup n'avait que les os et la peau,
      Tant les chiens faisaient bonne garde.
      Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
      Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.
      L'attaquer, le mettre en quartiers,
      Sire Loup l'eût fait volontiers ;
      Mais il fallait livrer bataille,
      Et le Mâtin était de taille
      À se défendre hardiment.
      Le Loup donc l'aborde humblement,
      Entre en propos, et lui fait compliment
      Sur son embonpoint, qu'il admire.
      « Il ne tiendra qu'à vous beau sire,
      D'être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
      Quittez les bois, vous ferez bien :
      Vos pareils y sont misérables,
      Cancres, hères, et pauvres diables,
      Dont la condition est de mourir de faim.
      Car quoi ? rien d'assuré : point de franche lippée ;
      Tout à la pointe de l'épée.
      Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. »
      Le Loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
      - Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
      Portants bâtons, et mendiants ;
      Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
      Moyennant quoi votre salaire
      Sera force reliefs de toutes les façons :
      Os de poulets, os de pigeons,
      Sans parler de mainte caresse. »
      Le Loup déjà se forge une félicité
      Qui le fait pleurer de tendresse.
      Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
      « Qu'est-ce là ? lui dit-il. - Rien. - Quoi ? rien ? - Peu de chose.
      - Mais encore ? - Le collier dont je suis attaché
      De ce que vous voyez est peut-être la cause.
      - Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
      Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu'importe ?
      - Il importe si bien, que de tous vos repas
      Je ne veux en aucune sorte,
      Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. »
      Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor."

      — Jean de La Fontaine, Fables de La Fontaine, Le Loup et le Chien

      Supprimer
  10. Malheureusement pour nous le Brexit est mort avec cette depute.Cela aurait donne plus de poids a la France et facilite la destruction de ce cauchemar.

    Il semble que la Hollande va etre oblige de faire un referumdum sur la sortie de l'UE tres bientot.

    C'est le debut de la fin, mais cela va prendre bien trop de temps pour sauver la generation actuelle de jeunes qui sont sans espoir.La France ne retrouvera pas le bonheur avant un bail.

    RépondreSupprimer
  11. "La Grande-Bretagne comme la plupart des pays occidenaux s'est désindustrialisé sous l'effet du libre-échange mortifère."

    Monsieur je sais tout, la désindustrialisation des emplois est le fait de l'automatisation de l'industrie et de la saturation des marchés occidentaux en produits industriels. Personne ne va acheter 2 frigos quand il n'en a besoin que d'un seul. Il est totalement ridicule de croire que l'industrie puisse résorber le chômage, à moins de retourner 200 ans en arrière et de supprimer les automatismes. Vous le savez très bien, mais ne cessez de vous illusionner.

    Si la City se casse la figure, ce sont des milliers d'emplois de services qui disparaissent dont ceux de ceux qui auront voté pour le Brexit qui vont regretter amèrement leur décision et aucune industrie ne leur fournira un emploi, sauf à être payés comme des roumains.

    RépondreSupprimer
  12. @ Anonymes

    8h14 : la liberté de ne pas avoir toutes les contraintes légales de ces traités ubuesques
    8h17 : je n’ai jamais dit que je soutenais UKIP. Incapable de défendre vos idées, vous vous contentez de boules puantes. Bonjour le niveau !
    8h27 : merci !
    8h39 : oui, elle signera des accords, mais vu que le principe de l’UE, c’est d’ouvrir tout à tout le monde, pas beaucoup de risque pour Londres. Après, les britanniques font ce qu’ils veulent chez eux.
    9h35 : la Suisse est bien plus souveraine que les pays de l’UE. Le grand classique de la Corée du Nord… Le Japon, la Corée du Sud sont des pays bien plus souverains aussi
    10h03 : pas besoin de signer tous les traités de l’UE pour être prospères (notez que l’UE est plutôt moins prospère que tous les autres pays dits développés). Entre l’UE et la Corée du Nord, il y a de la marge
    10h30 : merci
    12h08 : regardez la balance commerciale industrielle de la France ou de la Grande-Bretagne : il n’y a pas que l’automatisation. Pensez à l’habillement, l’électronique ou les jouets par exemple

    @ Yann

    Merci

    @ Lowcarber

    Cela prendra un peu de temps, mais ce référendum restera une plaie béante pour le machin européen, même si le Brexit ne gagnera pas. Ce sera une prochaine fois.

    RépondreSupprimer
  13. L'habillement qui crée des emplois, mon œil :
    http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/25/adidas-robots-allemagne_n_10130678.html

    La Suisse est liée à l'UE par de nombreux accords.

    Bien sûr que si que soutenez UKIP depuis des années, pas la peine de vous cacher derrière votre petit doigt.

    Le Japon, quelle souveraineté ? Il est dépendant de ses exportations et du parapluie militaire des USA.

    "mais vu que le principe de l’UE, c’est d’ouvrir tout à tout le monde, pas beaucoup de risque pour Londres."

    Alors là, attendons un peu de voir en cas de Brexit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme anti-Brexit

      Merci de montrer à quel point vous paniquez et la nullité absolue de vos arguments.
      Sur l’habillement, c’est un changement récent qui n’annule pas le fait que les emplois du secteur, encore largement présent dans les pays dits développés il y a 50 ans, sont presque tous partis. Bien sûr, mais la Suisse peut être bien plus sélective. Non, je ne soutiens pas UKIP. Vous inventez. Le Japon fait ce qu’il veut dans bien des domaines, protégeant son industrie et son agriculture par exemple. Attendons de voir : c’est le discours des eurobéats depuis plus de 40 ans…

      Supprimer
  14. C'est vrai que la Russie souveraine est en plein forme :

    https://ecointerview.wordpress.com/2016/06/08/lechec-du-protectionnisme-en-russie/

    RépondreSupprimer
  15. "Y a longtemps que les libéraux scrutent les boules de cristal"

    En cas de Brexit, la GB continuera d'appliquer des politiques libérales et donc son échec continuera discréditant le Brexit aux yeux des autres pays tentés de suivre l'exemple anglais.

    RépondreSupprimer
  16. @Anonyme18 juin 2016 à 16:36

    "En cas de Brexit, la GB continuera d'appliquer des politiques libérales"

    Il revient au peuple anglais de changer la donne aux prochaines élections.

    2008 fut une belle année prédictive non ?

    RépondreSupprimer
  17. "Il revient au peuple anglais de changer la donne aux prochaines élections."

    Ah oui, en votant pour Farage ?

    Selon Krugman :

    "la Grande Bretagne finirait par être 2% plus pauvre que ce qu’elle serait sinon"

    https://www.rtbf.be/info/dossier/chroniques/detail_crainte-horreur-et-brexit-paul-krugman?id=9329945

    RépondreSupprimer
  18. "Merci de montrer à quel point vous paniquez et la nullité absolue de vos arguments."

    Belle affirmation d'une parfaite nullité, je ne panique pas un seul instant, c'est semble t il plutôt vous qui paniquez à l'idée d'un échec du oui au Brexit ou, pire encore, qu'il y ait un Brexit n'apportant strictement rien sur le plan économique, un pétard mouillé...

    Je vous signale que la GB a gardé sa monnaie et n'a pas signé le TSCG, qu'a t elle fait de cette autonomie ? Rien, à part appliquer des potions libérales. Le Brexit ne lui apportera rien de plus sur le plan économique.

    "Sur l’habillement, c’est un changement récent"

    Ca impacte tous les secteurs industriels et explique les performances industrielles de l'Allemagne qui a bien plus de robots que la France.

    Les performances du Japon ? Avec une dette de 250% du PIB ? Sérieusement...

    RépondreSupprimer
  19. "Le Japon, la Corée du Sud sont des pays bien plus souverains aussi"

    Vous comparez des torchons et des serviettes, l'économie GB repose sur le hub de la City qui est le point nodal de la finance et des paradis fiscaux, et ca fait longtemps que son industrie a fondu, rien à voir avec le Japon.

    Que la GB applique des mesures protectionnistes et les rétorsions des autres pays asphyxiera la City.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant19 juin 2016 à 14:33

      Bla bla bla... Vos idées échouent et les faits le démontrent. Et vous prétendez vouloir donner des leçons ? Quelle farce !

      Supprimer
  20. Cet assassinat pourrait ressembler à un complot des pro brexit tant qu'il y aurait eu ou y aurait un début de panique des financiers et de leurs politiciens de service.

    La peur est le moyen clé des tenants européistes dans une nation qui comme toutes les autres en Occident est ramollie dans la consommation de masse et un esprit de corps assoupie, néantisé presque depuis que la formation militaire s'est dégagé de la civilisation occidentale.

    Le citoyen réduit à sa pension de retraite lorsque sorti du travail est devenu le maillon faible des référendums. Reste à voir si le peuple qui a soutenu Churchill existe suffisamment pour oser sortir de la patente,machin de Bruxelles. Remarque de honte pour le parti travailliste qui croirait avec son chef à une -Europe sociale- pourtant en voie de disparition et qui ose appuyer le maintien à Bruxelles.

    Se permettre un -choking-!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet assassinat pourrait ressembler à un complot des anti-brexit tant qu'il y aurait eu ou y aurait un début de panique des financiers et de leurs politiciens de service.

      Supprimer
  21. "Cet assassinat pourrait ressembler à un complot des anti-brexit"

    Ben oui, c'est un coup des Illuminati.

    RépondreSupprimer
  22. Anonyme n°1 contre Anonyme n°2: retour des trolls, c'est reparti, quel dommage pour ce blog qui serait intéressant sans ça.

    RépondreSupprimer
  23. " quel dommage pour ce blog qui serait intéressant sans ça."

    Ah bon, un blog intéressant serait celui qui conforte des idées absurdes ? Un troll, c'est celui qui conteste des conceptions absurdes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant19 juin 2016 à 14:31

      L'absurdité c'est VOUS !

      Supprimer
  24. La mode consiste depuis trente ans chez les gens raffinés et bien mis à ne plus voir de complots nul part, or les complots ça existe aussi à un niveau donné.

    Ceux qui ont assassinés John F.Kennedy n'ont pas fait de complot?

    Les anti-brexits trouve parmi leurs arguments que le nationalisme ou patriotisme serait d'essence fasciste et là que voilà Euréka! Un extrémiste trouve le moyen de tuer une député en criant -Grande Bretagne d'abord!

    Croit t-on vraiment que nous vivons dans une démocratie remarquable? Ce n'est pas le cas. Le cas de l'Union Européenne prouve que le pouvoir est dans les mains de supposés spécialistes ou juges plus que jamais et que les électeurs votent de plus en plus pour donner quelques poussières de pouvoir à des gouverneurs d'États à Paris et Rome, Madrid en voie de devenir des gouverneurs de provinces.

    Tout est possible dans ce monde. Si les élites voient le Brexit comme possibilité qui se matérialise, ils feront des choses douteuses et feront marcher au maximum la machine de peur.

    Entre la peur du fascisme super médiatisé et le spectre de la faillite de l'État britannique. Les élites et leurs médias y vont à fond pour effrayer l'électeur.

    RépondreSupprimer
  25. Le problème sera toujours présent, les peuples ne seront toujours pas favorable a la construction européenne et sans l'adhésion très majoritaire de la population nous n'aurons que l'incertitude de l'avenir et aucune confiance!


    RépondreSupprimer
  26. Royaume-Uni : le Brexit en recul dans les sondages après le meurtre de Jo Cox:

    https://fr.news.yahoo.com/royaume-uni-brexit-recul-sondages-apr%C3%A8s-meurtre-jo-084343090.html?nhp=1

    Un meurtre qui tombe à pic pour les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’UE qui sans doute n’espéraient pas un tel soutien. Espérons-le du moins.

    RépondreSupprimer
  27. Je me souviens que pendant une campagne référendaire sur l'Europe en Suede un des partisans du oui était morte également.

    RépondreSupprimer
  28. Herblay, vous pouvez être fier, vous attirez les complotistes, ca démontre le haut niveau de vos "réflexions". Les Bremain ont donc commandité l'assassinat de Jo Cox...

    Plus prosaïquement, c'est l'Euro Foot qui pourrait faire basculer vers le Brexit :

    https://www.washingtonpost.com/news/monkey-cage/wp/2016/06/17/will-winning-games-help-england-remain-in-the-e-u-yes-the-euro-2016-soccer-outcome-matters/?postshare=6971466323479269&tid=ss_tw-bottom

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant19 juin 2016 à 14:29

      Mais bien sûr... Les gens réfléchissent, est-ce votre cas ? L'histoire a montré des complots. En outre, comme cela a été rappelé plus haut, lors du référendum suédois sur l'euro en 2003, une partisane de la monnaie unique avait aussi été assassinée. Etrange, non ?... Le cynisme existe en politique, et ce, au plus haut niveau car la vie, pour certains, a peu de prix, surtout si celle-ci "sert" leur cause. Force est de constater que ce regrettable assassinat arrive à pic pour les partisans de l'UE en Grande-Bretagne. C'est un fait que vous ne pouvez nier vous et vos amis qui n'ont que mépris pour les démocraties "nationales" et le suffrage universel.

      Supprimer
  29. "Force est de constater que ce regrettable assassinat arrive à pic pour les partisans de l'UE en Grande-Bretagne."

    Votre paranoïa arrive à pic aussi, faut aller consulter un psychiatre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant19 juin 2016 à 20:27

      Vu votre obsession à vouloir contredire anonymement et en écrivant des bêtises sur ce blog, je crois que la consultation s'impose pour votre propre cas...

      Supprimer
  30. @ Anonymes

    16h36 : c’est au peuple britannique de choisir sa direction politique
    17h31 : ces calculs sont très aléatoires, et le mauvais taux de croissance de l’UE depuis longtemps démontre qu’y appartenir n’est pas forcément un avantage
    17h52 : je ne vois pas en quoi on peut dire que je panique. Je suis très calme. Si nous ne gagnons pas cette fois, il y a aura d’autres votes. La boite de Pandore a été ouverte. Elle ne refermera pas. Je vous rassure : je savais pour la monnaie… Londres applique les politiques que le peuple valide lors des élections. Vous avez une façon de détourner le débat qui me fait penser que vous êtes peut-être membre de l’escouade européenne d’Internet. Et la dette du Japon démontre justement qu’une politique alternative est utile puisque le pays ne souffre pas d’avoir une dette à 250% de son pays : il n’est pas l’otage des marchés, ce qui relativise certains discours.
    18h43 : je n’ai jamais dit que ces pays étaient en tout point similaires. Vous critiquez des propos que je n’ai pas tenus. Possible sur le protectionnisme et la City, mais je n’ai pas dit le contraire
    13h20 : encore une fois, vous caricaturez les propos qui ont été tenus. Cela démontre sans doute la très grande faiblesse de vos arguments…

    @ Jacques

    Je préfère utiliser la censure avec la plus grande parcimonie

    RépondreSupprimer
  31. "la dette du Japon démontre justement qu’une politique alternative est utile puisque le pays ne souffre pas d’avoir une dette à 250% de son pays"

    Un jour le couperet tombera.

    "je n’ai jamais dit que ces pays étaient en tout point similaires."
    Vous les comparez, ce qui est impossible.

    "La boite de Pandore a été ouverte. Elle ne refermera pas."

    Vous n'en savez strictement rien.

    "le mauvais taux de croissance de l’UE depuis longtemps démontre qu’y appartenir n’est pas forcément un avantage"

    Faux jusqu'en 2008 !

    "Londres applique les politiques que le peuple valide lors des élections."

    Un référendum sur un tel sujet ne correspond à aucune politique, c'est juste un vote aléatoire à 50/50 totalement irrationnel.

    RépondreSupprimer
  32. "Vous avez une façon de détourner le débat qui me fait penser que vous êtes peut-être membre de l’escouade européenne d’Internet."

    Encore un complotiste paranoïaque ! Argument complètement ridicule, ad hominem. Vous êtes au bout du bout.

    RépondreSupprimer
  33. @ Anonyme

    2h05 : cela fait longtemps que le Japon affiche une énorme de dettes sans conséquences problématiques sur les taux d’emprunts ou son refinancement. Le couperet tarde tellement à venir que cela pourrait montrer tout simplement la réussite de cet aspect de sa politique.
    Impossible ? Pourquoi ?
    Sur la boîte de Pandore, on verra dans les prochaines années.
    Le taux de croissance de l’UE n’est pas bon depuis la mise en place de l’euro.
    Un tel vote donne encore plus de liberté d’actions aux britanniques pour mener la politique qu’ils souhaitent. En cela, il est parfaitement souhaitable.
    2h10 : en même temps, ces escouades existent et vous commentez de manière anonyme…

    RépondreSupprimer