vendredi 29 mai 2015

Les 10 ans d’une forfaiture démocratique

En 2005, nous étions prêts de 55% des citoyens à nous être déplacés (en plus grand nombre que lors des dernières élections départementales ou européennes), pour refuser le traité constitutionnel européen. Mais trois ans après, les parlementaires violaient la parole populaire en ratifiant le traité de Lisbonne.



La démocratie bafouée et bâillonnée

Ce qui s’est passé depuis le 29 mai 2005 est grave. Bien sûr, d’un strict point de vue constitutionnel, cela était sans doute possible et ne violait peut-être pas les textes qui régissent notre organisation politique, encore que cela est sans doute plus que questionnable. Mais si le même scénario s’était produit ailleurs, qu’aurions-nous dit ? Imaginons un instant que Poutine ait perdu un référendum de la même façon, puis, que trois ans plus tard, il ait fait valider le même texte, à peine remanié pour vaguement donner le change, par les parlementaires. Serge July, qui avait littéralement insulté les Français qui avaient eu l’audace de ne pas suivre les lumières des penseurs correcto-maximo, n’aurait-il pas hurlé au fascisme, à la dictature, au viol inacceptable de la volonté populaire exprimée par référendum ?

Imagine-t-on le Général de Gaulle, après le référendum perdu d’avril 1969 revenir quelque temps plus tard avec un texte à peine remanié pour le faire passer par les parlementaires ? Il est bien évident que cette voie est une vraie forfaiture démocratique. A minima, nos dirigeants devaient proposer le nouveau texte, même à peine modifié, au suffrage populaire, comme le font l’Irlande ou le Danemark. Ce qui a été décidé par les citoyens ne doit pouvoir être défait que par eux. Ce faisant, PS, UMP, Centristes et écologistes ont trahi la démocratie en s’asseyant sur la volonté populaire pour adopter un texte similaire à celui refusé le 29 mai trois ans après. Cela est d’autant plus choquant que ce référendum avait provoqué un immense débat dans le pays, aboutissant à une très forte participation le jour du vote.

Ce que cela dit de l’Europe et de nos dirigeants

Mais cet épisode a au moins le mérite d’en dire long sur le projet européen actuel et nos dirigeants. Cette Europe refuse les non, comme on a pu le voir ailleurs, démontrant ses tendances totalitaires. C’est la nature même de son organisation qui pousse à cela. Dans cette organisation bureaucratique et centralisée, ses dirigeants ne veulent voir qu’une tête, uniforme. Donc ils préfèrent passer outre l’opinion citoyenne plutôt que de remettre en cause cette vision centralisée et uniformisatrice, qui n’est pas sans rien devoir à notre vision de l’Etat. Si l’Europe s’était organisée d’une manière souple et à géométrie variable, les pays pourraient facilement ne pas rejoindre un projet, chacun prendrait ce qu’il souhaite, tout en conservant la capacité de changer d’opinion. La démocratie serait respectée.

Mais dans un tel shéma, les Etats, et donc les peuples qui élisent leurs dirigeants, auraient gardé le pouvoir. Finalement, nos dirigeants, qui peuvent devenir des eurocrates, tel Pierre Moscovici, apprécient sans doute de couper le lien avec cette démocratie exigeante, qui impose de rendre des comptes et d’accepter la loi de la majorité. Ayant renoncé à penser, ils perdent aussi les réflexes démocratiques du débat contradictoire ou le fait d’accepter l’alternance. Voilà sans doute pourquoi, ils versent lentement mais sûrement vers une sorte de totalitarisme relativement doux, où les traités deviennent une cage, dorée pour certains, qui restreint sans cesse davantage la capacité d’action des dirigeants, et donc du peuple. Et parallèlement, le débat public tend s’hystérise, tout en devenant de plus en plus superficiel.


Pour changer, il faudra sans doute balayer les partis qui se partagent le pouvoir depuis si longtemps, et qui ont perdu tout sens démocratique en ratifiant le traité de Lisbonne après le vote du 29 mai 2005. Bonne nouvelle : le vent du changement souffle déjà en Italie, en Grèce et en Espagne.

44 commentaires:

  1. "Baillonnée", à mon avis.

    RépondreSupprimer
  2. Vous parlez des eurocrates et vous n'abordez pas le point central : l'UE est un système de domination des pays européens par les Etats Unis comme prophétisé par De Gaulle "(le syndic extérieur") et par les communistes ("non à l'Europe américaine") en leurs temps. L'UE est la face politique de la médaille dont l'OTAN est la face militaire. Les eurocrates ne sont que les moyens de faire avancer le projet.
    Pourquoi un "gaulliste" n'affirme-t-il pas cette évidence?

    Le Gars Huzac

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour à tous

    Ayant participé à la campagne du non à l'époque avec ATTAC, je souscris totalement à ce que dit Laurent et rien que pour cela les candidats PS et UMP UDI n'auront plus jamais ma voix.
    J'ajouterai à cela le fait que l'europe est au service de la finance internationale, les banques et les transnationales. On retrouve une féodalité planétaire et ploutocrate. A cet égard la façon dont se déroulent le fameux accord TAFTA est symptomatique de ce que défend l'europe et de sa nature profonde!
    Je pense que en 2005 nous n'avons peut-être pas été assez offensif sur les questions de démocratie et ensuite on a fait selon moi l'erreur (mea-culpa personnel aussi) de ne pas avoir pu s'unir au delà du clivage droite et gauche pour des alternatives. Je me rappelle de l'ébauche de "cahiers de doléances" sur l'europe, il y avait un grand mouvement à lancer. On a tous une responsabilité dans cet échec alors qu'il y avait un vrai espoir pour autre chose.
    10 ans après je ressens cela de façon un peu douloureuse.
    Merci à Laurent de toujours rappeler cette forfaiture.

    RépondreSupprimer
  4. Forfaiture, c'est bien le mot qui convient !

    RépondreSupprimer
  5. Analyse foireuse, c'est en raison d'une réticence des gouvernements européens pour entre autres donner plus de poids au parlement européen, au lieu de l'intergouvernementalité actuelle, et plus de budget européen que l'Europe ne fonctionne pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La blague...

      Les élus nationaux ont fait le choix du ni-ni :

      Ni souveraineté nationale, ni souveraineté fédérale.

      Et encore plus marrant, il faudrait baisser le impôts nationaux, et augmenter les impôts européens ?

      Ou en augmente le budget avec la planche à billets ?

      On s'interdit soi-disant la politique de la planche à billets à l'échelle nationale, pour mieux pratiquer la planche à billets pour sauver les banques et promettre des fonds de garantis -pour re-sauver les banques ; et les pays en défauts-...

      J'adore l'U.E.

      Supprimer
    2. Ben oui; les états de l'UE n'ont pas souhaité transférer suffisamment de leur souveraineté et donc ça déconne.

      Supprimer
    3. @Anonyme 29 mai 2015 19:18

      Tout comme le communisme a échoué du fait d'un manque de communisme. On connait la chanson. L'UE est une religion.

      Supprimer
    4. @ Anonyme 29 mai 2015 19:18

      Si « l'UE ne fonctionne pas correctement » et provoque des dégâts, cela ne tient pas au fait que les pays lui ont pas transféré "suffisamment de leur souveraineté".
      La raison principale de cet échec* pour les peuples européens est connu : les pays sont complétement différents les uns des autres sur les plans politique, économique, fiscal, social, culturel et plutôt que prendre du temps pour les faire converger, les dirigeants ont choisi de réaliser l'union à marche forcée. Pourquoi les politiques ont-ils fait ce choix me direz-vous ? Très simple. Pour se servir de cette union et de ses multiples traités (suivez mon regard) pour imposer leurs vues en faisant de l'UE un formidable levier au service du libéralisme. C'est si clair que Madelin a déclaré en 1992 :" « Le traité de Maastricht agit comme une assurance-vie contre le retour à l’expérience socialiste pure et dure. » Et le prix Nobel d’économie Gary Becker déclarait : « Le droit du travail et la protection de l’environnement sont devenus excessifs dans la plupart des pays développés. Le libre-échange va réprimer certains de ces excès en obligeant chacun à rester concurrentiel face aux importations des pays en voie de développement » (Business, 9/08/93).
      *Morale de l’histoire : « l’Union européenne ne fonctionne pas correctement » pour les citoyens-travailleurs-consommateurs, mais elle joue parfaitement son rôle voulu par les dirigeants politiques et économiques qui en ont fait une formidable arme de guerre contre la démocratie, la liberté et nos droits politiques, économiques et sociaux. L’UE est une défaite des peuples, mais une victoire pour le libéralisme.

      DemOs

      Supprimer
  6. Oui NDA ... Debout le Peuple ! http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Le-peuple-debout

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui c'est passé est anticonstitutionnel et une tratrise a la nation.
    A une autre époque on aurait raccourci les parlementaires traites qui ont votés ce scandale.

    Demonstration par Philippe Seguin lors du traité de Mastrich

    https://www.youtube.com/watch?v=_oN-DxnGPZQ

    Mario

    RépondreSupprimer
  8. Moi ce qui m'inquiète, après dix ans, c'est la permanence de la domination de l'esprit "oui-oui tina" dans l'esprit des Français, malgré la crise. La courte hausse du "non" que le sondage du Figaro pourrait faire espérer me semble plutôt décevante. Et je ne parle plus politique à la plupart de mes proches parce qu'ils s'enferment toujours d'avantage dans le prêt-à-penser libérale libertaire européiste.

    Guadet

    RépondreSupprimer
  9. " Nos dirigeants versent lentement mais sûrement vers une sorte de totalitarisme relativement doux." On ne peut pas dire que le totalitarisme est doux parce qu'il n'use ni de la torture, ni du crime. Je considère, pour ce qui me concerne, que ce totalitarisme est violent, rude, brutal et qu'il ouvre la voie à la dictature, comme le démontrent les craintes exprimées par nombre d'entre eux au sujet des dernières lois liberticides. Jacques Sapir parle, lui, de "crise de la démocratie institutionnelle", d'une "crise de légitimité qui touche nos institutions." Dans cette affaire, les politiques portent une responsabilité majeure dans un système politique à bout se souffle. Il ne s'agit pas de mettre en place une VIème République, mais de redonner le pouvoir au peuple français en revenant à un système représentatif avec des élus qui agissent dans l'intérêt général et non dans le leur. Il est nécessaire de se poser des questions sur les modalités de choix des candidats, le cumul des mandats, la responsabilité des élus, le recours à l'initiative populaire , au référendum, l'existence des deux Chambres, des Conseils et institutions existantes, bref de questionner nos institutions pour vivifier la démocratie. En effet, s'il est un bien un domaine où il faut agir, c'est sur nos institutions, lieux de conservatisme et de privilèges corporatistes tant décriés par notre bien aimé Président.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  10. Samedi 30 mai 2015 :

    Sondage : 72 % des Français ne veulent pas revoir Sarkozy en 2017.

    Selon le sondage Odoxa pour I-Télé et «Le Parisien - Aujourd'hui en France», 72 % des Français ne veulent pas que Nicolas Sarkozy soit de nouveau candidat à l'élection présidentielle.

    A la même question, mais concernant François Hollande, ils étaient 77 % à faire la même réponse la semaine dernière.

    http://www.leparisien.fr/politique/sondage-72-des-francais-ne-veulent-pas-revoir-sarkozy-en-2017-29-05-2015-4815113.php

    Sarkozy, c'est fini.

    Hollande, c'est fini.

    Sarkozy et Hollande, c'est le passé.

    RépondreSupprimer
  11. Anonyme29 mai 2015 23:41

    Le souverainisme est tout autant une religion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme30 mai 2015 08:53

      Vous dites :

      "Le souverainisme est tout autant une religion..."

      Non c'est une condition concrète de la liberté d'un peuple. La liberté, l'autonomie de choix pour soi-même est de l'ordre de ce qui est toujours souhaitable, comme il est toujours souhaitable pour un individu de choisir librement pour lui-même. Le souverainisme est une condition de la liberté, pas une idéologie programmant le bonheur au nom du divin marché ou de la fraternité communiste obligatoire. La libre disposition de soi, sur le plan individuel ou collectif, ce n'est pas une idéologie, mais une exigence pour toute être, toute nation se souhaitant responsable et libre. L'UE, Bruxelles, c'est l'asservissement. L'asservissement aux intérêts économiques et financiers, à l'atlantisme définitif, cette autre célébration permanente du capitalisme absolu, au final au libéralisme total, cette grande réification du monde et des hommes portant en son sein la religion de la marchandise. L'impérialisme américain pour moi c'est non ! No way !

      Supprimer
  12. "La liberté, l'autonomie de choix pour soi-même est de l'ordre de ce qui est toujours souhaitable, comme il est toujours souhaitable pour un individu de choisir librement pour lui-même."

    Herblay va vous taxer de libéralisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme30 mai 2015 10:00

      Vous confondez le libéralisme avec la liberté. Vous confondez même une certaine liberté attachée au commerce et à l'industrie avec vos théories globales, appelées "libéralisme", et qui elles font de tout de la marchandise (le réel aujourd'hui). L'homo oeconomicus est une machine à calculer, donc une machine. On ne pense pas sérieusement la liberté humaine avec les mots de l'économie et du capitalisme absolu et même du libéralisme en son sens ancien.

      Supprimer
  13. "Vous confondez même une certaine liberté attachée au commerce et à l'industrie avec vos théories globales, appelées "libéralisme""

    Vous parlez à qui, là ? Qu'est ce que vous savez de moi pour m'attribuer des théories ? Faut aller prendre tes pilules pour te calmer, parce que c'est vraiment très con ce que tu racontes à mon sujet.

    Les souverainistes deviennent de plus en plus abrutis, la pauvre cloche de Polony vient de nous pondre un club. Elle pourra inviter la Coralie Delaume pour des gueuletons entre réactionnaires rassis.

    Herblay y fera ses sermons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme30 mai 2015 13:31

      Vous êtes vraiment très en colère. En cas de gueuleton j'estimerais pour ma part tout à fait opportun de partager avec vous, en toute fraternité, la joie d'un débat ouvert et sincère autour de nos désaccords.

      Amicalement.

      Supprimer
    2. C'est toi qui doit te calmer.

      Supprimer

  14. @ Le Gars Huzac

    Pas d’accord sur votre interprétation de l’UE. Elle est beaucoup trop perméable à l’influence étasunienne, mais ce n’est tout de même pas un système conçu pour cela. Cela y aboutit en partie par d’autres mécanismes.

    @ André, Démos, Mario

    Merci. Tout est dans le « relativement ». Après, ce n’est pas le régime d’Arabie Saoudite

    @ Anonyme 14:33

    L’argumentation des euro-béats est toujours aussi robuste. Plus d’intégration nous amène au contraire à plus de crises et de difficultés, comme nous le voyons depuis l’arrivée de l’euro. Votre raisonnement est le même que les communistes qui disaient que le communisme échouait parce qu’ils n’étaient pas allés assez loin.

    @ Guadet

    Cela finira par craquer

    @ BA

    Merci

    @ Anonyme de 13:31

    Vos commentaires transpirent d’ouverture d’esprit…

    RépondreSupprimer
  15. " Plus d’intégration nous amène au contraire à plus de crises et de difficultés, comme nous le voyons depuis l’arrivée de l’euro."

    Je vous signale que les différentes guerres, dont la défaite de la seconde guerre mondiale ne doivent rien à l'UE, car la France était tellement souveraine à l'époque qu'il a fallu qu'elle soit sauvée par l'intervention d'autres pays, US, GB et URSS.

    Le chômage et d'autres problèmes sévissent en France depuis bien avant l'Euro. Bientôt, les souveraino-béats accuseront l'Euro d'être à l'origine du sida et d'ébola.

    Vous savez pertinemment que le problème de l'Euro est qu'il n'est pas soutenu par suffisamment d'intégration fiscale et budgétaire, ce qu'ont fait les USA et qui ne fonctionne pas si mal.

    Donc arrêtez de comparer mensongèrement et stupidement la zone Euro avec l'URSS, vous êtes vraiment très con.

    RépondreSupprimer
  16. Je trouve comique que vous dénigrez l'URSS quand il y a quelques semaines vous reprochiez à Hollande de ne pas s'être rendu en Russie pour les commémorations de la seconde guerre mondiale.

    L'URSS avait une armée, ses goulags, un seul gouvernement, une seule politique étrangère. Quel est donc le rapport avec la zone Euro ? Aucun.

    En comparant stupidement la zone Euro avec l'URSS, vous faites exactement comme les libéraux qui en tiennent une couche tout autant épaisse que vous.

    En 1970, la France souveraine s'est prise une branlée magistrale. En 1914, la France souveraine et son état major de crétins qui envoyait par milliers les français au casse pipe pour rien a failli tomber si les USA et la GB n'étaient pas intervenus massivement.

    En 1939, la France souveraine s'est prise à nouveau une branlée colossale par l'Allemagne et c'est l'URSS entre autres qui l'a sortie des ronces. De Gaulle n'était qu'un pitre opportuniste qui a profité de l'intervention des puissances mondiales de l'époque pour se faire une place dans l'histoire. Sans l'URSS et les USA, de Gaulle serait oublié depuis longtemps.

    Votre souverainisme gaulliste de pacotille est grotesque et ne tient pas un instant la route face à l'histoire de la France qui est bien plus terne que vos petits rêves kitsch.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme30 mai 2015 19:06
      @ Anonyme 30 mai 2015 20:13

      Pourquoi avoir recours à un tel vocabulaire ? J'avoue que je ne comprends pas.

      Supprimer
  17. Anonyme30 mai 2015 20:46

    Vous comprenez pas, ça ne m'étonne pas de la part d'un lecteur d'un réactionnaire borné comme Herblay.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme30 mai 2015 20:52

      Qu'entendez-vous par réactionnaire ? Comment définissez-vous cette notion ?

      Supprimer
  18. Anonyme30 mai 2015 20:54

    Réactionnaire est celui qui veut faire croire que l'histoire est figée et qui s'invente une époque idéale comme celle des années 60 de de Gaulle qui n'avait rien d'idéal, lui aussi un réactionnaire attardé. Herblay est un réactionnaire car il ne comprend rien de l'évolution du monde et des techniques. C'est ce genre d'aveugle et sourd qui prépare les pires hécatombes, il est aussi idiot que les libéraux.

    Il croit que sa conception de la souveraineté est le modèle idéal, alors que toute l'histoire démontre l'inverse. La France souveraine ce sont les colonies, les débâcles face aux armées allemandes, mais aussi Napoléon qui a mis à feu et à sang l'Europe pour que l'Angleterre et la Russie finissent heureusement par abattre cet empereur ridicule et meurtrier.

    Herblay est une farce kitsch de très mauvais goût, un gus inculte sur le plan historique qui raconte des contes de fées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme30 mai 2015 21:15

      J'abandonne.

      Ce soir sur France 3 à 23:00 (la télé... mais bon...) un documentaire de Cédric Klapisch sur Aurélie Dupont (incarnation de la grâce).

      En attendant, et pour que vous gardiez votre calme :
      https://www.youtube.com/watch?v=olDMp-jt7zA
      https://www.youtube.com/watch?v=SUaMJ_xGK9o

      Supprimer
  19. La soirée du 29 Mai 2005 fut pour moi un plaisir inégalé. Jamais avant, jamais depuis j'ai pu jouir d'une victoire politique...même si elle fut courte. D'ailleurs, je ne fus pas étonné de la suite car j'avais bien cerné l'autoritarisme soft de nos technocrates.
    A Nantes, on s'est réjouit dans les rues fraternellement. On s'est regroupé sous les fenêtres de la mairie pour chanter et narguer JM Ayrault. Il y avait un air de prise de la Bastille. Qu'est-ce que çà fait du bien ces moments-là...

    Après tout a merdé c'est sûr, surtout parce que nos leaders du NON ne se sont pas montré à la hauteur. Le vieil attachement au clivage gauche-droite, la guéguerre des écuries...Je leur en veux à ces ânes de nous avoir fait perdre notre temps, à nous Peuple de France, qui avons pourtant la force de retourner la situation européenne!

    Mélenchon en 2012 avait commencé à relever le flambeau mais il a fini par s'échouer sur ce même écueil de ne vouloir représenter que son camp (en crachant sur le reste en plus).

    Le FN commence à montrer son vrai visage de ramassis d'opportunistes sans scrupule, qui se servent du pouvoir politique et de l'argent public pour s'enrichir sans vergogne. Ils serviront le capitalisme financier sans états d'âme et sans retenue s'ils arrivent au pouvoir.

    C'est donc à nous citoyens de base qu'il revient de créer le mouvement de convergence pour la souveraineté populaire. Notre pays a besoin de nous. Le futur est entre nos mains. Nos enfants doivent nous contraindre à agir en commençant par nous rassembler.

    Soyons radicaux: UMPS qu'ils s'en aillent tous!
    Mais soyons aussi pragmatiques: mettons en sourdine nos petites marottes politiques et accordons nous sur l'essentiel: rétablir la démocratie, pour que l'Intérêt Général soit à nouveau le gouvernail!

    Toutes les dernières élections nous le montre: il y a une majorité pour un renversement politique. ET JE SUIS SUR QUE LA LIGNE POLITIQUE POUR LA RASSEMBLER EXISTE ET QU'ELLE EST A NOTRE PORTEE!

    Cordialement à tous et à toi Laurent...

    RépondreSupprimer
  20. Très bon article.
    Ce qui m'attriste le plus...ce n'est pas ce hold-up démocratique prévisible de la part de l'ump et du ps mais .. l'absence de réaction du peuple ! Jusqu'à cet 'anniversaire' qui n'a pas mobilisé grand monde... Dommage.
    A quand un vrai réveil ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est complètement vrai. On était que 2000 dans les rues de Versailles en 2008 lorsque le "congrès" était réuni pour commettre sa forfaiture. Où sont passés les autres révoltés à ce moment-là? J'avais fait le déplacement de Nantes exprès parce que je savais que c'était un moment majeur où le peuple devait manifester sa colère!
      Et puis pour les 10 ans du Non, il n'y a pas eu de banquets républicains organisés par les opposants d'alors au TCE, à commencer par un Mélenchon toujours en quête de rebond populaire. Quelle occasion manquée!

      Supprimer
  21. Aurélie Dupont (incarnation de la grâce), franchement, qu'est ce que ça apporte de genre de conneries gracieuses. Vous croyez vraiment que la caissière ou le chômeur sont aidés par les pirouettes narcissiques d'artistes payés par leurs impôts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme30 mai 2015 22:33

      Probablement le sont-ils par le capitalisme mondialisé de l'UE, notamment de l'UE, qui distribue l'austérité, la misère et le chômage, au nom de fluidité totale du marché et de cette concurrence pure et parfaite calibrée pour venir à bout des frontières. Votre modèle de société existe déjà figurez-vous, ça s'appelle la jungle. La gestion du matériel humain y est parfaitement à l'équilibre. D'ailleurs, depuis 20 ans, la réussite du capitalisme mondialisé est totale. Les riches n'ont jamais été aussi riches et la bourse brille au soleil dans un magnifique ciel d'inanité ou le réel n'a jamais cours.

      Supprimer
  22. @ Anonyme

    L’euro ne marchera jamais. L’intégration fiscale et budgétaire de la Tchécoslovaquie pendant 70 ans n’a pas réussi à en faire une Zone Monétaire Optimale, d’où une séparation monétaire rapide après la séparation des Etats. Alors, à l’échelle de la zone euro… C’est une blague.

    L’URSS n’a jamais été un modèle pour moi, même si je reconnais son rôle dans la chute d’Hitler.

    @ Jauresist

    Merci pour ce commentaire, qui améliore grandement le flux. Bien d’accord sur la conclusion ! Il y a des choses à faire. Je crois que le réveil pourra venir quand les illusions seront tombées sur le PS et l’UMP (fait) et que l’opposition alternative républicaine s’incarnera dans le bon groupe et la bonne personne

    RépondreSupprimer
  23. Nous vous conseillons et vous écoutons pour vous procurer un service personnalisé.

    RépondreSupprimer
  24. Notre entreprise de plomberie vous offre un travail fiable et soigné, des artisans plombiers professionnels et experts dans le domaine de plomberie, une intervention rapide, disponibilité 7j/7 et 24 h/24, des tarifs pas chers et concurrentiels avec un devis gratuit et sans engagement.
    Pour toute information complémentaire sur nos tarifs et nos prestations, n’hésitez pas à nous contacter : plombier montpellier et plombier boulogne

    RépondreSupprimer
  25. Visitez notre site web ou appelez nous par téléphone .Nous sommes toujours à votre service : plombier paris 1 ; plombier paris 2 et plombier paris 4

    RépondreSupprimer
  26. n’hésitez pas à contacter notre plombier le plus proche de votre lieu d’habitation :
    plombier courbevoie
    plombier neuilly sur seine
    plombier antony

    RépondreSupprimer
  27. Notre plombier vous garantit un travail précis et des tarifs étudiés : plombier bagneux et plombier bagneux et plombier clichy ; plombier clichy

    RépondreSupprimer