mardi 1 mai 2018

Croissance, chômage : l’échec patent du hollando-macronisme



L’échec de la politique dite de l’offre

Les chiffres ne sont pas brillants. Bien sûr, on parle d’une baisse de 33 300 du nombre de demandeurs d’emploi sur un trimestre, et de 48 700 sur un an, mais une baisse de 1,4% en un an, alors même que tout le monde dit que la conjoncture est au mieux depuis dix ans n’est-ce pas totalement dérisoire ? En réalité, cela montre que les politiques menées font que l’amélioration de la conjoncture n’a qu’un impact assez dérisoire sur le front de l’emploi. Et cela est d’autant plus vrai que la majorité précédente a trafiqué les statistiques de l’emploi, imposant une mise à jour trimestrielle, et non plus mensuelle, après quelques changements visant sans doute à flatter son action, ce que révèlent les détails.

En effet, derrière une statistique globale déjà peu glorieuse, si on prend le total de toutes les catégories, le nombre de demandeurs d’emplois ne baisse même pas sur un an, à 6,59 millions ! En effet, le nombre des catégories B et C a augmenté au dernier trimestre, les Echos évoquant « le signe d’une plus grande précarité professionnelle ». Encore pire, le nombre des inscrits de longue durée poursuit sa progression, de 6,5% sur un an, à 2,7 millions, soit 46% des demandeurs d’emploi. Bref, malgré (à cause des ?) les baisses massives de taxes pour les entreprises et la déconstruction du droit du travail, la situation sur le front de l’emploi ne s’améliore toujours pas. Un échec complet !

La situation n’est pas brillante sur le front de la croissance, malgré la relative bonne performance de 2017. Les chiffres du premier trimestre n’ont pas été billants, avec une hausse du PIB qui tombe à 0,3%. La consommation est atone, démontrant l’inégalité profonde des bénéfices que rapporte la meilleure marche du monde des affaires. Les exportations ont légèrement baissé, démontrant le caractère totalement illusoire des baisses de taxes. L’industrie manufacturière a connu un coup de grisou, en baisse de 1,1% : faut-il y voir le rôle du renchérissement de l’euro ? Le secteur productif a été sauvé par la contribution des services, mais aussi de la construction, qui bénéficie des taux très bas.

Bref, en synthèse, ce que la macronie présente comme une embellie, six longues années après l’arrivée au pouvoir de Hollande et de Macron, comme conseiller alors, c’est un chômage stable, à des plus hauts historiques, avec une poursuite de l’aggravation du nombre de chômeurs de longue durée, une croissance atone malgré des taux au plus bas et un recul de l’austérité. En clair, un mauvais bilan par beau temps, qui deviendra désastreux dès que la conjoncture se retournera. La course à la compétitivité engagée depuis six ans est tout simplement folle et il est triste de constater le recul de sa contestation alors même qu’elle ne produit aucun résultat positif et beaucoup de problèmes


10 commentaires:

  1. Il est amusant d'entendre Macron-président critiquer le bilan de Hollande alors qu'il a été son conseiller puis ministre de l'économie.

    Il est aussi amusant d'entendre maintenant Hollande, ex président, critiquer Macron alors qu'il lui a mis le pied à l'étrier depuis 2012.

    RépondreSupprimer
  2. Hi hi !

    http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/30/01003-20180430ARTFIG00246-les-lords-donnent-au-parlement-britannique-le-droit-de-bloquer-le-brexit-en-l-absence-d-accord.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai bien ri, mais pas forcément pour les mêmes motifs.

      L'attitude de la Chambre des Lords confirme exactement le diagnostic de la gauche eurocritique (ce qui ne veut pas dire hostile à l'Europe) qui s'exprime dans des revues comme Spiked ou Jacobin : le véritable enjeu du référendum sur le Brexit étant la démocratie et le rejet d'une politique qui sacrifie les intérêts des milieux populaires, l'opposition butée et les cris d'orfraie de l'oligarchie (http://www.spiked-online.com/newsite/article/brendan-oneill-lords-customs-union/21310 et http://www.spiked-online.com/newsite/article/the-customs-union-con/21330) relèvent d'une logique de classe imparable. On ne pouvait attendre que cela de la part d'une chambre de notables sans mandat démocratique.

      Que la gauche europhile s'associe par ailleurs à la ploutocratie de la chambre des Lords pour dénoncer le Brexit, avec des procédés relevant du terrorisme intellectuel le plus décomplexé, est le signe patent de sa déchéance morale et intellectuelle. Voir sur ce point un récent papier de Bill Mitchell : http://bilbo.economicoutlook.net/blog/?p=39212 (et, dans les réactions à cet article, ce commentaire sur les contradictions du Labour : « The irony is that heroes of the Corbyn supporting left are Tony Benn, Bob Crow and Dennis Skinner… all of whom opposed membership of the EU. In contrast, the vast majority of the LP membership reject Blair and Mandelson who made membership of the EU such a central aspect of the New Labour Project. »).

      Ceux qui s'amusent à effrayer les petits enfants en brandissant la menace de la catastrophe inévitablement engendrée par le Brexit vont tout de même devoir patienter, puisque l'agence Moody's, qu'on ne peut soupçonner de soutenir les thèses eurocritiques, a dû reconnaître que le référendum de 2016 tardait encore à faire sentir des effets délétères pourtant initialement promis comme une conséquence inévitable et immédiate du vote : http://www.cityam.com/284831/brexits-impact-uk-gdp-has-been-relatively-muted-since). Le Brexit n'a pas eu encore lieu et ses effets sont donc imprévisibles ? Sans doute. Mais ce constat discrédite d'abord ceux qui ont proclamé il y a deux ans que l'apocalypse suivrait de peu l'annonce d'un vote en faveur du Brexit. Que May, les Lords, ou les états-majors des partis traînent la patte et refusent de jouer à fond le jeu démocratique n'est pas un argument contre le Brexit, c'est même exactement le contraire. Cela justifie pleinement le refus des brexiters d'être traités comme les Grecs, de se voir jeter à la figure une formule à la Juncker selon laquelle il ne saurait y avoir de choix démocratique contre les traités européens.

      YPB

      Supprimer
    2. La GB a sa monnaie, donc tous les problèmes de la classe pauvre anglaise n'a rien à voir avec l'UE et tout à voir avec ses dirigeants politiques qui avaient largement les mains libres pour mener d'autres politiques. Le Brexit ne changera rien à cette situation et va probablement même l'empirer.

      Supprimer
    3. Pour ce qui est d'abord de la prétendue capacité de la Grande-Bretagne à mener « d'autres politiques », tout en restant dans le cadre de l'UE, il y a des années que les procédures de déficit excessif lancées contre le Royaume-Uni en ont démontré les très étroites limites : par exemple, https://www.la-croix.com/Archives/2007-10-10/La-procedure-de-deficit-excessif-contre-la-Grande-Bretagne-est-close.-_NP_-2007-10-10-303012 et https://www.lesechos.fr/08/07/2008/lesechos.fr/300278810_bruxelles-relance-une-procedure-pour-deficit-excessif-contre-le-royaume-uni.htm. La non-appartenance du Royaume-Uni à la zone euro a donc effectivement empêché de lui infliger des amendes pour non-observation des recommandations communautaires, mais n'a absolument pas empêché la multiplication des recommandations et des mises en garde depuis une décennie : en voir le détail tatillon sur http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2017/12/05/uk-s-deficit-back-below-3percent-of-gdp-council-closes-procedure/. La procédure engagée en 2008 contre un pays qu'il n'était pas de fait possible de sanctionner, n'a été close que le 5 décembre 2017, ce qui atteste suffisamment du caractère obsessionnel de l'idéologie austéritaire européenne.

      La gauche eurocritique britannique à laquelle j'ai fait référence voit donc dans l'UE le cadre privilégié d'imposition d'un ordre économique néolibéral qu'elle rejette. Quelles raisons aurait-elle de préférer Juncker à Cameron, alors que leurs visions de l'économie sont congruentes ? Le problème n'est pas, cependant, qu'économique. L'aile gauche du Labour s'est engagée pour le Brexit non seulement parce qu'elle n'a jamais cru que, dans le cadre institutionnel verrouillé de l'UE, une « autre politique » que celle de l'agenda néolibéral fût possible, mais aussi et surtout parce qu'elle a perçu ce même cadre comme fondamentalement antinomique avec ses exigences démocratiques.

      Toni Benn s'est exprimé avec beaucoup de clarté sur la question :

      « When I saw how the European Union was developing, it was very obvious that what they had in mind was not democratic. I mean, in Britain you vote for the government and therefore the government has to listen to you, and if you don’t like it you can change it. But in Europe all the key positions are appointed, not elected – the Commission, for example. All appointed, not one of them elected.

      [..] And my view about the European Union has always been not that I am hostile to foreigners, but that I am in favour of democracy. And I think out of this story we have to find an answer, because I certainly don’t want to live in hostility to the European Union but I think they are building an empire there and they want us to be a part of that empire, and I don’t want that. » (https://semipartisansam.com/2016/03/03/tony-benn-and-the-left-wing-case-for-brexit/).

      YPB

      Supprimer
    4. J'aurais dû écrire Tony Benn et non Toni. Désolé de l'erreur.

      YPB

      Supprimer
  3. Ce n'est pas seulement un échec du "hollado-macronisme", c'est un échec global de toute la classe politique qui a exercé le pouvoir depuis 35 ans : PS-LR-EELV-LREM. Tous ces partis suivent la même direction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Echec ,ça dépend à quel point de vue on se place et quel crédit on fait à ceux que vous désignez si bien....Je crois au contraire qu'ils ont parfaitement réussi à recréer les inégalités que le Conseil National de la Résistance avait tenté de combattre par la creation de grands services publics????Vous croyez que les Hollande Jospin et son equipe ?Macron ont échoué? Vous leur prêtez vraiment de belles intentions. Ils n'ont que mépris pour les "sans dents"

      Supprimer
  4. L'UE est en train de mettre les mains sur la défense, coeur des Etats :

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/05/02/97002-20180502FILWWW00190-budget-de-l-ue-pres-de-20-milliards-d-euros-pour-l-europe-de-la-defense.php

    https://uk.reuters.com/article/uk-eu-defence-research/trump-and-brexit-give-momentum-to-eu-defence-push-idUKKBN18Y0S7?il=0

    Transmis aux gros malins du "je m'abstiens pour pas voter FN, y'aura pas de transferts de pouvoirs à l'UE si Macron passe" de 2017.

    RépondreSupprimer
  5. LE PRÊT ENTRE PARTICULIER SERIEUX ET FIABLE
    Mme ELEDGE Anne , vous disposez d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme à toute personne sérieuse voulant de ce prêt. Effectuer votre demande de prêt urgent? Demandez Votre Crédit Facilement et l'obtenez sous 48H !
    Prêt de particuliers à particuliers, prêt financier, prêt entre particuliers facile et rapide.
    Contacte :
    Eledgefinance@financier.com
    Eledgefinance@gmail.com
    https://wa.me/c/33751945409
    Merci à vous. 

    RépondreSupprimer