jeudi 3 mai 2018

Après le PS, objectif LR pour Macron



Ne plus laisser d’oxygène à la droite

Trois sondages sont extraordinairement révélateurs de sa stratégie. Bien qu’impopulaire, Macron est à 36% au premier tour, contre 8% pour Wauquiez ! Il obtient 57% d’opinion favorable auprès des sympathisants LR, contre 40% au niveau national. D’ailleurs, dernièrement, un sondage révélait que pour les Français, LREM est de plus en plus un mouvement de droite. Après avoir mis le PS dans une position impossible entre la France Insoumise et son mouvement, il semble bien que Macron tente de coincer LR dans une position impossible entre le FN et LREM. D’ailleurs, ne peut-on pas voir dans le choix du nom de son mouvement, La République En Marche, une indication de sa seconde cible ?

Sur le plan économique, on savait déjà que Macron ne laisserait pas beaucoup d’espace à la droite, entre des baisses d’impôts pour les plus riches et les entreprises et une déconstruction du droit du travail, que personne à droite n’avait osé défendre de manière aussi radicale depuis 1986. Les candidats des primaires de 2017 avaient tenté de jouer la surenchère dans la coupe des dépenses publiques, avec le succès que l’on sait. Mais Macron ne s’arrête pas à cela. Avec Blanquer à l’éducation nationale, ses déclarations devant des évêques, ou la récente loi sur l’immigration, il coupe l’herbe sous le pied de la droite sur de plus en plus de sujets. Que reste-t-il à Laurent Wauquiez et ses troupes ?

Comme de 2012 à 2017, le pouvoir distord l’espace politique pour le retailler à son avantage. Le mouvement à droite du quinquennat Hollande a réussi l’exploit de placer dans une impasse son opposition, alors même que la majorité était extraordinairement impopulaire. Tout autant que les affaires, le virage à droite toute des dits Républicains pour se distinguer des sortants l’a placé dans un réduit sans avenir. En poursuivant dans cette direction, on se demander bien quel espace il pourra rester aux troupes de Laurent Wauquiez, d’autant plus que le FN a abandonné l’épouvantail de la sortie de l’euro, brouillant plus encore les distinctions entre les deux oppositions venues de droite à la majorité actuelle.


Après avoir battu Marine Le Pen, Macron parie sans doute sur un affrontement avec Mélenchon en 2022, en comprimant toujours plus l’espace politique qui existe à sa droite. Bien sûr, dans une vision politicienne, certains peuvent se dire que la seule issue serait une union allant de Wauquiez à Le Pen, mais outre son caractère improbable, cela se ferait sur une ligne aussi mauvaise que perdante.

22 commentaires:

  1. Un duel Macron/Mélenchon en 2022, je suis pour. Ca nous rappellera le duel Giscard/Mitterrand en 1981. Mitterrand avait gagné.

    RépondreSupprimer
  2. Il s'agirait plutôt d'entre 2016 et 2017 qu'entre 2012 et 2017 ?

    RépondreSupprimer
  3. Si une union LR FN se ferait sur une mauvaise ligne (c'est à dire une ligne libérale en économie), c'est parce que vous n'avez pas voulu soutenir le FN en 2017 lorsqu'il avait une ligne non libérale.

    Il fallait donc les soutenir, comme l'a fait Dupont-Aignan, afin de les maintenir sur leur ligne non libérale.

    Il y a urgence à empêcher les vandales européistes de continuer leur oeuvre, et les caprices de diva des zozos qui se cherchent un Vichy pour se rêver gaullistes ne sont plus de saison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Donc, c'est parce qu'on n'a pas soutenu le FN qu'il change de ligne. Cela démontre la faiblesse de ses convictions !
      Quant à NDA, il a changé de ligne, lui aussi...

      Supprimer
    2. NDA et FN ne sont que des girouettes opportunistes.

      Supprimer
    3. NDA après 2 (semi) échecs aux présidentielles a en effet évolué ... Tout en maintenant le principal de son programme (opposition aux lois sur le travail, à la réforme de la sncf etc...). Cette évolution je ne suis pas pour mais je la comprends car c'est sans doute la seule qui pourra faire avancer nos idées. Quand il s'adresse à Wauquiez, c'est en réalité les personnes qui votent LR (encore nombreuses) qui l'intéressent. Je ne sais si cela sera 'rentable' mais, pour l'instant, je ne vois aucune autre stratégie politique possible. Il est facile de critiquer NDA mais j'attends des nouvelles propositions réalistes de 'gaullistes'... en vain. Je ne parle pas d'un éniemme lancement de groupuscule sans aucun avenir.

      Supprimer
    4. @ Anonyme 8h37

      Non, bien de 2012 à 2017 : je parle du mandat Hollande

      @ Anonyme 9h22

      Si le choix individuel de NDA n’y a rien changé, alors, le mien est encore plus anecdotique. La prestation au débat du second tour confirmait mes analyses, tout comme le revirement de ligne. J’ai bien fait de ne pas le soutenir. Le FN permet justement aux vandales eurolibéraux de faire avancer leurs idées. Il n’y avait pas des millions de gaullistes qui ont refusé de voter MLP en mai 2017… C’est parce qu’il y a le FN que cet agenda progresse, parce que ce parti stérilise les voix d’opposition. Ce qui est fort, c’est que 2017 a complètement confirmé mon analyse (nullité de MLP, manque de conviction, impossibilité du FN d’arriver au pouvoir), mais comme vous essayez de détourner le débat (ce n’est pas moi qui ait pesé beaucoup depuis mon Aventin, sachant l’écart colossal du second tour).

      Et le recul sur la question européenne du FN et de DLF est incompatible avec mes idées, outre le fait d’être une colossale erreur stratégique.

      Supprimer
  4. Si E.Macron ne lâche pas sur la réforme SNCF et notamment le statut des cheminots (car les Français ne veulent pas de l'ouverture à la concurrence ou du moins s'il y en a une ils veulent que l'Etat puisse encore garder la main, les Français sont pour dézinguer le statut des cheminots), si E. Macron parvient à faire passer Action publique 2022 avec remise en cause du statut de fonctionnaire, si E. Macron arrive à faire passer sa loi pirouette sur l'asile et l'immigration, sauf à se prendre une catastrophe imprévisible et qui fera de gros dégâts, il a gagné son 2ème mandat pour 2022...alors la question est : il l'a gagné hélas ? ou il l'a gagné tant mieux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou bien l'inverse : s'il parvient à faire passer sa politique, et que ça ne marche pas (ce qui est probable), il peut devenir impopulaire et perdre en 2022.

      Supprimer
    2. Je suis assez d'accord avec votre post. Je pense que E.Macron a toutes ses chances pour 2022 au regard des raisons que vous invoquez. Cependant ! attention ! lui est venu de nulle part (ou du moins personne ne misait un kopeck sur son dos) et hop ! à 39 ans le voilà président ! les Françaises et Français semblent avoir pris goût à la guillotine électorale et aiment chanter "je suis un aventurier..." donc Macron pourrait être victime du même coup de poker qu'il a fait en 2017 !
      Bonne soirée
      Sylvie

      Supprimer
    3. "Les Françaises et Français semblent avoir pris goût à la guillotine électorale et aiment chanter "je suis un aventurier..."....et j'ajouterai en dansant "la java des bombes atomiques" !
      Car je trouve que lors des élections présidentielles de 2017 ils ont aimé jouer avec des bombes atomiques: Fillon, la bombe lui a pété en pleine tête et hop ! vitrifié. M. Le Pen parvenue au 2ème tour et hop ! une bombe atomique qui s'est révélée être un pétard mouillé. E. Macron: une bombe atomique bien dissimulée qui l'est entrain d'actionner en s'attaquant au rail et au statut des cheminots et d'ici peu à la fonction et action publiques à la française, pendant qu'il avantage sans peur et sans complexe une caste par rapport au reste de la population.
      Que va-t-il rester en 2022 ? Et E. Macron a-t-il bien revêtu la combinaison qui le protège de la bombe qu'il a allumée ? Bah...comme l'anonyme du 3 mai de 11:14 je penche sur la bonne combinaison et sa victoire en 2022.
      Content de vous lire de nouveau ;-)

      Salutations républicaines cher Laurent !
      Je vous ai fait un peu faux bond ces derniers temps mais je vous avouerai que si l'économie m'intéresse je ne suis pas un fan absolu. Or, je vous trouvais très versé dans l'éco' ces derniers temps ;-)
      L'Anonyme du Jour

      Supprimer
  5. Quand tu dis que si union des droites allant de Wauquiez à Le Pen (que tu juges improbables) "se ferait sur une ligne aussi mauvaise que perdante", je crois que tu t'avances un peu trop.

    Je te laisse ton appréciation sur la qualité de cette ligne, qui t'appartient tout en m'étonnant un peu au vu de tes positions passées, mais sur laquelle il n'y a au fond pas à discuter.

    Je comprends tout à fait que tu estimes que l'union des droites serait perdante. C'est ma foi fort possible : On a beau dire ce qu'on veut, mais Macron est bien plus habile que ses prédécesseurs, il bénéficie d'une conjoncture économique favorable, il fait certaines réformes qu'on n'avait que trop attendues même si son orientation économique reste globalement mauvaises.

    Ce qui est certain, c'est que si LR ne se résout pas à l'union des droites, c'est foutu. On peut raisonnablement penser que l'étiage à 8% des LR n'est pas très sérieux et ne reflète pas le poids réél de ce parti. Mais, à moins d'un effondrement du FN qui ne vient pas malgré le catastrophique débat de son chef de fil, même revenu à un niveau plus élevé, on ne voit pas commun les LR pourront se hisser jusqu'au 2ème tour des présidentielles, et on ne voit pas comment non plus le candidat FN pourrait renverser Macron en 2022 sans soutien des LR. C'est malheureux, mais il n'y a pas d'autre option.

    Je crains qu'il ne faille se résoudre à ce qui est le plus probable : une réélection triomphale de Macron dans 4 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "il bénéficie d'une conjoncture économique favorable", mais ça ne va pas durer jusqu'en 2022...

      Supprimer
    2. Il y a peu de chances que la conjoncture économique demeure favorable, en France, jusqu'à 2022 pour diverses raisons qu'il serait un peu long à expliquer ici. Mais Macron pourra toujours espérer n'avoir aucun candidat "crédible" en face lors des présidentielles 2022.

      Supprimer
  6. "Après avoir battu Marine Le Pen, Macron parie sans doute sur un affrontement avec Mélenchon en 2022"
    Pourquoi pas, dans ce cas, papy Méluche à 71 balais (quand même !) ne se sentirait plus pisser, et il ferait peut-être un score encore pire que la Lepen.

    Mais bon, 4 ans, c'est long. On a encore le temps de faire de belles hypothèses dans tous les sens.
    Au niveau des hommes, ça peut changer très vite, quand on voit ce qui s'est passé entre 2016 et 2017...
    Et puis est-ce que Méluche et Macron auront encore envie de se représenter dans 4 ans, pas sûr, pour l'un comme pour l'autre.

    Par contre au niveau des décisions politiques, on est certain du sens dans lequel cela va aller.
    Là, il n'y a aucun doute, alors que ça soit avec biloute, trucmuche ou le nouveau lapin sorti du chapeau, tout ça c'est du cirque plus ou moins bien réussi...

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me parait plus évident que Macron se représente en 2022 sauf scénario improbable d'une hollandisation que Méluche. Etant donné l'âge de ce dernier...

      Supprimer
    2. Macron est en train d'ouvrir un espace politique béant à gauche et le PS n'est plus là pour l'occuper. Quand à Mélenchon, vous êtes sans doutes de droite et vous ne vous rendez pas compte de l’euphorie que créerait une vraie possibilité de victoire. L'espoir d'un monde meilleur et d'un vrai changement humaniste permettrait le recrutement immédiat de centaines de milliers de militants qui dans leurs familles, leurs cercles d'amis ou de collègues feront campagne. Melenchon n'est pas le Pen et si il arrive à avoir un discours sur l'immigration ferme, crédible et humaniste, je ne miserais pas sur Macron en cas de second tour contre la France insoumise.

      Supprimer
    3. @red2, j'admire ton optimisme.
      "Quand à Mélenchon, vous êtes sans doutes de droite et vous ne vous rendez pas compte de l’euphorie que créerait une vraie possibilité de victoire. L'espoir d'un monde meilleur et d'un vrai changement humaniste permettrait le recrutement immédiat de centaines de milliers de militants qui dans leurs familles, leurs cercles d'amis ou de collègues feront campagne."

      Tout cela par rapport à un gus qui ne se sent plus pêter et qui a passé 30 ans comme sénateur P"S".
      Tout est dit, bravo, tu es mon nouveau héro !
      Bien rouge einh mon gars, comme le steak, hé hé, voire même trostsko-marxiste... Ouah !

      ***Jacko***

      Supprimer
    4. Ah oui, au fait "red2", je ne suis pas "de droite" pour ta gouverne de bobo :) Je n'ai jamais voté à "droite", même pas au "centre" de ma vie, gugus.

      ***Jacko***

      Supprimer
  7. @anonyme

    Trump à 72 ans... Et il existe d'autres candidats de valeurs au sein de la France insoumise, notamment Eric Coquerel qui est un vrai souverainiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coquerel, un vrai souverainiste ? Cela reste à voir ! Cependant il n'a pas la crédibilité de JLM.

      Supprimer
  8. @ Moi

    Bien d’accord. Il me semble que cela va passer, mais qu’il restera impopulaire. Et surtout, la nouvelle bulle financière a toutes les chances d’exploser avant 2022, ce qui pèsera aussi sur son bilan…

    @ Sylvie

    Bien d’accord. L’élection de 2022 est loin d’être écrite. Le vainqueur de 2017 n’était même pas connu à ce stade…

    @ L’anonyme du jour

    Salutations également

    @ Tythan

    Je doute que la conjoncture économique reste favorable 5 ans… Des réformes attendues ? Lesquelles ? Je crois plutôt que son agenda est impopulaire mais que l’opposition ne cristallise pas, ni sur le FN, ni sur LFI (marquant les limites de Mélenchon). Pas sûr que LR vale plus que 8% sous un Macron qui mène si largement sa politique. Mauvaise ligne de l’union LR-FN, sur presque tout : économie, europe et je doute même que sur certains sujets de société, leur ligne serait la bonne dans le carcan de l’UE…

    @ red2

    Je suis bien d’accord sur l’espace politique. D’où l’erreur fondamentale de NDA… Il faudrait une sacrée révolution copernicienne de Mélenchon pour qu’il ait une chance face à Macron.

    @ Jacko

    C’est clair que Mélenchon créé de l’enthousiasme, mais son discours (et son attitude) me semble très fondamentalement minoritaire et comporte trop de limites pour ne pas pousser le marais politique dans les bras de Macron (tout en étant incapable de récupérer la majeure partie des électeurs FN)

    RépondreSupprimer