dimanche 30 juillet 2017

Quel avenir pour LR et le FN après Macron ?




Quelle ligne et quelle dynamique pour ce mandat ?

Quatre questions se posent aux deux grands partis de la droite : quelle ligne économique, quelle ligne sur les questions de société, quelle ligne sur l’Europe et les questions de souveraineté, et quelle ligne sur une éventuelle alliance entre les deux partis ? LR restera probablement fermé à toute alliance, tant que la droite traditionnelle reste puissante électoralement. Sur les questions de société, il est bien évident que LR et FN resteront à droite du gouvernement, même si la remise en cause de la loi Taubira ne semble pas à l’ordre du jour. En revanche, sur l’immigration, on peut imaginer que LR va raidir sa position pour essayer de contrer le FN, malgré le bilan du mandat de Sarkozy dans le domaine.

Si la ligne de LR ne fait guère de doute sur l’Europe (continuité) et l’économie (à droite de Macron, dans un suivisme qui ne craint pas le ridicule), en revanche, la ligne du FN semble assez ouverte, comme l’a montré le séminaire d’il y a quelques jours. Depuis 2012 déjà, le parti lepéniste s’est significativement redroitisé sur l’économie et ne fait plus du souverainisme monétaire, pourtant essentiel, « un préalable » à sa politique. Le FN ne fait pas mystère de la remise en question de la position sur l’euro, qui pourrait devenir le bouc-émissaire commode des résultats en demi-teintes de 2017. Un tel aggiornamento pourrait aussi faciliter la porosité avec l’électorat LR, malgré leurs différences.

Car, après l’échec de 2017, le FN pourrait bien avoir la tentation de prendre LR en sandwich avec la majorité présidentielle. Une poursuite de la droitisation économique et de la modération des positions européennes réduirait les différences entre LR et le FN. Et avec une majorité qui mène une politique très proche de celle des dits Républicains, LR n’aurait plus d’espace politique, devenant trop proche de la majorité actuelle pour pouvoir incarner une véritable opposition. LR suivrait alors le chemin du PS, la frange modérée finissant par être intégrée dans la majorité présidentielle, et la frange plus droitière n’ayant plus comme choix que la marginalité ou l’alliance avec le FN. D’ailleurs, on peut penser que ceux qui prônent une alliance de la droite et du FN veulent surtout faire disparaître LR, au profit du FN….


Dans le contexte actuel, et avec une majorité qui mène une politique très à droite, Les Républicains sont le maillon faible de notre paysage politique. Macron a tout intérêt à favoriser un tripartisme où il serait en position centrale et absorberait la frange dite constructive de LR. Et le FN pourrait solidifier sa position en parvenant à incarner l’opposition de droite à la politique actuelle. Il va sans dire que pour moi, ces questions sont totalement anecdotiques car je ne crois que la question qui se pose aujourd’hui soit de choisir entre la gauche ou la droite, cette façon de voir ne produisant qu’une fausse alternance. Pour moi, le seul débat qui vaille est celui entre partisans et opposants à l’UE et l’euro.

37 commentaires:

  1. Quel avenir AUSSI pour Macron et LREM ? Car on voit bien, déjà, que sa popularité s’effrite quelques semaines seulement après son élection. Qu’en sera-t-il ans 5 ans ? Deviendra-t-il aussi impopulaire, voire plus impopulaire encore, que son prédécesseur Hollande ? Et dans ce cas, le PS et LR ne seront-ils pas tentés de prendre leur revanche en 2022 ? LREM sera-t-elle autre chose qu’une parenthèse ?

    RépondreSupprimer
  2. Avec une perte de popularité de 10 points en 1 mois, à ce rythme, LREM va terminer le quinquennat sur les genoux

    RépondreSupprimer
  3. @LH,

    "Pour moi, le seul débat qui vaille est celui entre partisans et opposants à l’UE et l’euro."

    C'est la vraie question à laquelle il faut en effet donner rapidement une vraie réponse. A ce stade du développement de l'UE et au regard du projet véritable des pro-UE, soit le fédéralisme, c'est un débat qui se traduit par un pour ou contre la France.

    Le fédéralisme amène nécessairement à l'effacement de la France. C'est le projet qui est en cours. Il faudra soit que le peuple se lève soit que nos fameuses "élites" décident de préférer une culture et une vision du mode à leur propre position sociale dans le système UE auquel ils participent. Ce choix, comme tout choix véritable, est un choix de conscience.

    Les hommes politiques sont rares, et j'ai toujours eu le sentiment que pour l'essentiel nous avions affaire à des gestionnaires de patrimoine devenus de surcroît avec l'UE des liquidateurs de patrimoine.

    Qu'est-ce que l'UE ? La pure essence du monstre froid gouverné par le chiffre et la religion du chiffre ; une abominable machine kafkaïenne au service de la puissance économique et financière ; une structure au service de l'écoulement de la marchandise au diapason de l'impérialisme américain - pays par ailleurs où le fossé entre riches et pauvres n'en finit plus de se creuser.

    L'UE c'est la mort programmé de l'âme des peuple au profit d'un marché total peuplé d'unités humaines de consommation, sans passé, sans avenir, accaparées par la digestion et le divertissement.

    L'UE est pour moi le modèle même du projet de dé-civilisation. On voit d'ailleurs poindre la réalité autoritaire du projet UE avec le dernier épisode d'opposition à la politique de la Pologne. Ils n'ont que faire de la liberté des peuples, c'est à dire de leur souveraineté, car depuis longtemps ils considèrent que les peuples ne doivent pas disposer d'eux-mêmes, que c'est eux-mêmes qui doivent disposer des peuples.

    L'UE est une abomination politique, la victoire possible de l'ordre de l'argent et de la marchandise. Alors en effet, il n'y a pas d'autre débat, ou plutôt, c'est le débat essentiel.

    La France s'inscrit elle dans l'ordre de la "philosophie" chrétienne, elle hérite des Evangiles, plus qu'elle n'est fille de l'église

    RépondreSupprimer
  4. "L'UE c'est la mort programmé de l'âme des peuple"

    Qu'est ce que c'est cette histoire farfelue d'âme des peuples ?

    "Le fédéralisme amène nécessairement à l'effacement de la France."

    C'est précisément l'absence de fédéralisme de l'UE qui pose problème et le fédéralisme n'a pas mis fin aux parties constitutives de l'Allemagne, la Suisse ou les USA. La Californie, la Bavière, le canton de Lausanne n'ont pas disparu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme30 juillet 2017 à 09:48

      L'UE est un processus politique avec sa logique propre. L'aboutissement de cette logique c'est l'effacement des structures politiques qu'elle cherche à englober. Les peuples ne décidant plus par et pour eux -mêmes, ils ne sont plus des peuples et transitent vers l'état de population - dans la grande zone commerciale UE.

      L'UE c'est une population dans une zone de marché, un espace commerciale, avec tout en haut les grands détenteurs de capital chargé du bon écoulement de la marchandise (libre circulation en langage UE) et de la bonne accumulation.

      Il y a un Etat fédéral américain en même temps qu'il y a un peuple et une nation américaine. Il n'y a rien de cela s'agissant de l'UE.

      La logique de l'UE c'est ce fédéralisme détaché de la réalité des peuples et de leur histoire, une stricte organisation administrative sans sève démocratique (demos). La France n'est pas une région, pas même un région européenne, c'est la France.

      Un peuple est une histoire, une vision du monde, un message ancien et sans cesse renouvelé. Mettez l'expression d'âme de côté si vous le voulez, il reste qu'un peuple est un peuple et qu'il n'y a pas de peuple européen ; que l'abominable machine UE entend parer le problème par le marché - et pour le marché - en substituant le consommateur déraciné au citoyen enraciné.

      "Faut acheter vendre et consommer coco, c'est ça la vie", voilà le credo de l'UE. Tout le reste est mis à la benne par cette vision commerciale du monde.

      Supprimer
    2. A l'anonyme du 30 Juillet à 9h48.
      Vous écrivez n'importe quoi. Nous sommes dans une construction européenne de type fédéral. Pourquoi ? Parce que le droit européen prime sur le droit national. Parce que les directives européennes doivent être retranscrites dans les nations composantes de l'UE. Vous faites mention des pays tels que les Etats-Unis, l'Allemagne, la Suisse qui ont un système fédéral, mais vous oubliez de dire qu'il s'agit pour ceux-ci d'un seul et même peuple, parlant généralement la même langue et ayant une histoire commune. En effet, le fédéralisme européen tue l'indépendance des nations, c'est à dire leur liberté.

      Supprimer
  5. Votre analyse sous-entend que JLM et la France insoumise est déjà la seule opposition à Macron et son gouvernement. Il ne leur manque plus qu 'un souverainisme plus clairement affirmé et me renoncement à cette incertaine et inutile 6e République pou être gaulliste compatible ce qui est loin d'être possible. JLM ferait alors le tribun nécessaire de nos idées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JLM doit passer la main

      Supprimer
  6. Quel est le véritable enjeu de tout cela?
    On peut feindre de l'ignorer et s'abriter derrière le prétendu "sens de l'histoire" Mais qui fait réellement l'histoire? Les peuples ou bien ceux qui les dirigent,en apparence ou en réalité? Il est interdit de parler d'un complot parce que justement ceux qui sont à l'origine du complot en ont décidé ainsi. Pierre de Villemarest, dans un livre paru il y a une vingtaine d'années, "Le Mondialisme contre nos libertés"(eds l'icone de Marie/CEI) dénançait les sociétés "fabiennes" En gros, celles qui préconisaient "une méthode d'action lente et progressive" à la place d'une attaque directe.Ce principe, hérité de Fabius Cunctator dit "le temporisateur' s'est perpétué depuis le XIXéme siéccle par la 'Fabian Scool of economics" abrité par la London <school of économics. La ligne est simple: rejoindre le socialisme et le capitalisme en les internationalisant, ce qui fait mécaniquement disparaître les démocraties, les Etats-nation et les classes moyennes. Anthony Sutton reprend cette ligne dans "le complot de la Réserve Fédérale" (eds Nouvelle Terre) et de Gaulle avait dénoncé la même chose dans ses conférences entre 1962 et 1967

    RépondreSupprimer
  7. L.H. , vous écrivez " Pour moi, le seul débat qui vaille est celui entre partisans et opposants à l’UE et l’euro. "
    Hélas il y a des opposants à l'UE et à l'euro à gauche (+/- la F.I.) et à droite (DLF,FN et UPR).
    Mais ils sont inconciliables et ce n'est pas un parti politique supplémentaire - le votre en préparation - qui va les recoller, au contraire.
    Louis S.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A court terme, celui de 2022, seuls JLM et la France insoumise SEMBLE en mesure de nous faire sortir de l'euro.

      Supprimer
  8. "Un peuple est une histoire, une vision du monde, un message ancien et sans cesse renouvelé."

    Ah bon, vous croyez sérieusement que les français ont tous la même vision du monde et de l'histoire, qui serait la votre je suppose ?

    La France de la monarchie, des XIX et XX ème siècles n'a jamais empêché le capitalisme et les inégalités, bien avant l'existence de l'UE.

    Faudra relire des livres d'histoire sérieux au sujet des classes sociales françaises, ouvriers, aristocratie, bourgeoisie, monde agricole, des jacqueries, de l'exploitation colonialiste...

    "il n'y a pas de peuple européen" et un breton, catalan, écossais ou corse vous dira pareil concernant les "peuples" français, anglais et espagnols.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme30 juillet 2017 à 11:25

      Quels sont les critères de la citoyenneté bretonne, catalane ou corse ? N'importe quel catalan peut devenir Breton s'il en fait le choix ?

      Je n'ai jamais contesté l'état de domination du capital et des inégalités, y compris dans le schéma républicain français. Je dis simplement que le système UE parachèvera un système profondément violent et impitoyable socialement, car totalement inféodé à l'idéologie du marché et de la marchandise.

      L'UE transforme les peuples en populations, les pays en zone de libre échange, de libre circulation (vocabulaire des traités).

      Nous avons aussi et en effet a examiner le système républicain et ses mécanismes de domination (liens aux grandes puissances d'argent) où ceux par lesquels il est lui-même traversé voire dominé.

      Je suis pour ma part totalement, absolument, anti-libéral, étant entendu que je crois à la promotion et l'institution d'une égalité réelle pouvant seul donné lieu à une liberté réelle, mais hors système de violence (révolution prolétarienne...). Le bourgeois n'est pas mon ennemi (d'ailleurs je n'ai pas d'ennemi, je récuse l'ordre de la concurrence), c'est un être humain au même titre que moi-même capable d'identifier ces mêmes schémas de domination et de ne pas les pratiquer.

      Oui, je crois à un enracinement culturelle, intellectuelle et spirituel commun, et pour moi il est essentiellement chrétien. C'est notre histoire. Le christianisme par ailleurs ne se réduit pas aux églises chrétiennes.

      Supprimer
  9. "Oui, je crois à un enracinement culturelle, intellectuelle et spirituel commun, et pour moi il est essentiellement chrétien. C'est notre histoire."

    Tous les pays de l'UE sont fortement imprégnés de christianisme, les USA aussi, même différentes versions de l'Islam ou du judaïsme reconnaissent la bible comme faisant partie de leurs origines, alors où est le problème ?

    La France s'est construite à partir de zones initialement "souveraines" comme la Bretagne ou appartenant à d'autres pays comme la région de Nice, l'UE suit le même processus d'intégration, aucune différence.

    Les pays "souverains" actuels, USA ou y compris "communistes" comme la Chine, ou ex communistes comme la Russie, sont toujours dans le modèle capitaliste inégalitaire. Votre souveraineté franchouille ne changera rien au processus capitaliste. Vous aurez ce qui s'est toujours produit, une guerre économique des capitalismes nationaux qui ont toujours fait trinquer les classes sociales les plus pauvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme30 juillet 2017 à 13:16

      "Tous les pays de l'UE sont fortement imprégnés de christianisme, les USA aussi, même différentes versions de l'Islam ou du judaïsme reconnaissent la bible comme faisant partie de leurs origines, alors où est le problème ?"

      Je ne porte pas de jugement sur les autres religions, elles sont éminemments respectables. En revanche, indiquer que l'islam reconnaît la Bible comme faisant partie de ses origines me paraît être une erreur. Les personnages dits bibliques évoqués dans le Coran - à commencer par Jésus - n'ont rien à voir avec ceux de la Bible, ce ne sont pas les mêmes. Par ailleurs, il s'agit d'un Dieu différent, il n'y a pas identité de conception avec celui de l'islam. Il n'y a en fait qu'une seule religion du livre, c'est l'Islam, pour qui le livre lui-même est saint. Il n'en est pas de même pour le Christianisme et le Judaïsme.

      Je ne sais ce qu'est la souveraineté "franchouille", ce qui par ailleurs fait état me semble t-il d'une forme de mépris qui sied mal à la cordialité que nous avons partagé jusqu'alors dans le débat.

      Sur l'idée de l'antique guerre des riches contre les pauvres - qui en fait n'est qu'un étage apparent de la guerre de tous contre tous - je suis d'accord avec vous.

      Par ailleurs, vous n'avez pas répondu à mes questions :

      - Quels sont les critères de la citoyenneté bretonne, catalane ou corse ? N'importe quel catalan peut devenir Breton s'il en fait le choix ?

      Cordialement.

      Supprimer
  10. Concernant l'illusion du Brexit, voilà ce qu'en dit Jenni Russel :

    "British business is starting to panic about the imminent damage. Already, banks are starting to move their staff out of London and into Europe, foreign investment is falling, real wages are dropping below inflation again and are forecast to fall further, the Bank of England is warning that household debt is rising to dangerous levels as people borrow to keep up living standards, and British growth in the first two quarters of this year has slumped to just 0.2 percent and 0.3 percent respectively, even as Europe’s growth has risen to more than double that."

    https://www.nytimes.com/2017/07/28/opinion/dunkirk-christopher-nolan-brexit.html?mwrsm=Facebook

    RépondreSupprimer
  11. Tout ça c'est de la tambouille politique pour essayer de se démarquer un peu, à la marge. Les soit-disant "thèmes de société" ont bon dos.
    Au niveau économique et au niveau UE, ils sont tous sur la même ligne, celle du système dominant, et c'est ça qui compte.

    Après, ceux qui gagnent, ce sont ceux qui arrivent à avoir les meilleurs soutiens financiers, économiques, médiatiques, et qui arrivent à trouver la bonne niche marketing, la bonne image, au bon moment, tout en ayant un peu (voire beaucoup) de chance. Et également bien aidés au cas où par l'épouvantail FN, tellement utile.
    C'est ce qui est arrivé à Chirac, Sarko, Hollande et Macron.

    C'est une course de petits chevaux qui ont tous les mêmes propriétaires. Si l'un se plante ou fait un refus d'obstacle (Fabius, Delors, Aubry, Jospin, Bayrou, Royal, DSK, Fillon...), il y a toujours un stock de clones disponibles pour servir les intérêts de leurs maîtres.
    C'est comme au casino, les proprios et l'oligarchie (0,1%) gagnent à tous les coups.
    Le reste, c'est de la littérature et des élucubrations sans fin.

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  12. "le fédéralisme européen tue l'indépendance des nations"

    Le problème est justement qu'il n'y a pas de fédéralisme européen, mais les souverainistes sont prêts à raconter tout et n'importe quoi.


    " la Suisse qui ont un système fédéral, mais vous oubliez de dire qu'il s'agit pour ceux-ci d'un seul et même peuple, parlant généralement la même langue et ayant une histoire commune"

    Il y a 4 langues en Suisse et il y a une histoire commune des pays européens contrairement à ce que vous racontez et qui montre toute votre ignorance de l'histoire, il y a même une histoire commune de l'Europe avec les USA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme du 30 Juillet 16h16. Ignorance de l'histoire écrivez-vous. Vous êtes un comique car vous vous adressez à un historien amateur reconnu. En outre, c'est vous qui une fois de plus mentez car vous n'avez pas répondu sur le fait que nous sommes dans une construction européenne supranationale ou le droit européen prime sur le droit national (qu'est-ce alors si ce n'est du fédéralisme ?).

      Supprimer
  13. "le droit européen prime sur le droit national (qu'est-ce alors si ce n'est du fédéralisme ?)."

    Le droit européen est construit par les pays, gouvernements et parlements, de l'UE, il ne tombe pas du ciel et il ne concerne que certains domaines.

    L'UE n'est pas fédérale pour les simples raisons que le budget de l'UE est moins de 1%, qu'il n'y a pas d'armée européenne, que le pouvoir du parlement UE est très limité par rapport aux parlements des pays fédéraux.

    "vous vous adressez à un historien amateur reconnu."

    Reconnu par qui, par des fumistes comme Lorànt Deutsch qui est un imposteur ?

    RépondreSupprimer
  14. @ Moi

    Mais le PS et LR pourront-ils incarner une quelconque alternative après Macron ?

    @ Anonyme 9h30

    Mais il faudrait des siècles au fédéralisme pour effacer la France… Le projet fédéraliste sera mort bien avant. Et les développements récents, Brexit, crise de la monnaie unique qui n’en finit pas, devraient finir par faire s’effondrer ce château de carte dans les prochaines années. Bien d’accord avec vos commentaires sur l’UE.

    @ Anonyme 9h56

    Je me suis intéressé à LFI pendant la campagne, mais beaucoup de désaccords (6ème République) et d’ambiguité (l’UE) subsistent.

    @ Cliquet

    Merci. Intéressant. Si j’avais autant de temps que je le souhaitais, je l’ajouterais à la très longue liste de livres à lire…

    @ Anonyme 11h20

    Le nombre n’est pas le problème. Il suffit du bon pour l’emporter et tous les partis actuels ont leur limite. Après tout, il y a beaucoup de partis eurolibéraux…

    @ Anonyme 14h08

    Vue extraordinairement partielle et partiale. 1,8% de croissance en 2016, encore 1,7% sur la dernière année. La Grande-Bretagne ne montre toujours pas de signe de décrochage vis-à-vis de l’UE…
    https://www.challenges.fr/finance-et-marche/l-economie-britannique-accelere-legerement-au-2e-trimestre_489672

    @ Jacko

    Pas faux…

    @ Anonyme 17h00

    Les décisions d’un groupe de pays s’imposent aux autres. Si ce n’est pas du fédéralisme…

    RépondreSupprimer
  15. @LH,

    "Mais il faudrait des siècles au fédéralisme pour effacer la France… Le projet fédéraliste sera mort bien avant. Et les développements récents, Brexit, crise de la monnaie unique qui n’en finit pas, devraient finir par faire s’effondrer ce château de carte dans les prochaines années. Bien d’accord avec vos commentaires sur l’UE."

    Rien à ajouter. Cette remise en perspective est par ailleurs utile. Le machin est en effet déjà en train de sombrer.

    RépondreSupprimer
  16. "Et les développements récents, Brexit, crise de la monnaie unique qui n’en finit pas, devraient finir par faire s’effondrer ce château de carte dans les prochaines années"

    La France n'a pas effacé la Bretagne, ni la Corse, ni les USA la Californie.

    Le Brexit sera l'échec qui commence à se révéler qui discréditera les souverainistes archaïques comme vous, destinés aux poubelles de l'histoire.

    Ça doit faire au moins 25 ans que les gugusses de votre genre annoncent la fin de l'UE et... rien, peau de zob, que dalle. La crise est partout, UE ou pas, et elle vient du problème du système actuel financier qu'aucun souverainisme ne résoudra car il en a été le berceau depuis des siècles.

    C'est pour ça que tout le monde se fout de votre souverainisme désuet de pacotille qui n'illusionne que les ploucs de votre acabit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme30 juillet 2017 à 23:04

      Votre déception est compréhensible, ce même si l'UE ne fut pas même une belle idée. Les institutions "vivent" et "meurent", il en va ainsi de l'UE. On peut même parler d'institution mort-née s'agissant de ce bidule né en 1992 pour le plus grand malheur des peuples européens. Voilà, c'est fini. Certains diront que c'est dommage, et d'autres non, mais l'aventure (aventureuse) est bel et bien à son terme. L'UE, on ferme !

      Supprimer
  17. "s'agissant de ce bidule né en 1992"

    Vous vivez sur quelle planète ? L'UE date de bien avant 1992, vous êtes l'incarnation vivante qui prouve l'ignorance crasse des souverainistes. Vous espérez vraiment être pris au sérieux en racontant de telles âneries et attirer des militants dans votre parti mort-né ? Vous aurez quelques bras cassés bas de plafond, ce qui fera long feu avec de tels pieds nickelés, comme c'est le cas avec DLR et le FN, ou Farage qui a déserté en rase campagne après le vote du Brexit, pschitt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme31 juillet 2017 à 12:19

      "L'UE date de bien avant 1992, vous êtes l'incarnation vivante qui prouve l'ignorance crasse des souverainistes"

      UE pour Union Européenne telle qu'instituée et nommée au sein du Traité de Maastricht (avant c'est pas l'UE) :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Maastricht

      http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/union-europeenne/ue-citoyennete/construction-europeenne/quelles-sont-grandes-dates-construction-union-europeenne.html


      Je vous laisse conclure...

      Bien cordialement.

      Supprimer
  18. @ Eurobéat énervé de 23h04

    Comparaison n’est pas raison… L’UE n’a rien à voir avec les grandes nations européennes. Elle finira comme un court et fol épisode de leur histoire.

    Encore une fois, vous tombez à côté sur la fin de l’UE. Même en pleine crise de la zone euro en 2010-2011, j’expliquais que la fin prendrait du temps… Bien sûr, il y a des problèmes de système financier, mais l’UE créé bien des problèmes.

    L’UE est une créature de Maastricht, et donc des années 1990. Avant, il ne vous aura pas échappé qu’il y avait la CEE…

    RépondreSupprimer
  19. LH,

    Pas tout à fait d'accord avec la fin de ton article: "le seul débat qui vaille c'est celui sur l'UE".

    Il est crucial certes mais il n'est pas le seul susceptible de créer des fossés insurmontables.

    Un exemple d'actualité et qui va te parler directement: les migrants.

    Pour moi, il est hors de question de participer à une aventure politique qui se dit "humaniste des deux rives" mais qui aurait concrètement une ligne dure et donc anti-humaniste sur la question des migrants.

    Les traiter, comme fait l'extrême-droite, a priori comme de la vermine voire un danger qu'il convient de balayer, je ne pourrais cautionner cela.

    Pour moi, quand on s'auréole d'humanisme, l'humanitaire prime. Et là quand on voit la détresse de ces damnés de la terre qui ont la chance d'être secourus au milieu de la Méditerranée, quand on sait les atrocités qu'ils fuient et qu'ils ont vécu pendant leur périple, qu'on ne vienne pas me dire qu'il y a du chômage en France et que notre pays, 5ème économie mondiale est trop pauvre pour leur offrir des camps de réfugiés dignes de ce nom.

    Un autre sujet d'incompatibilité fondamentale sera le rapport à la transition écologique. Je suis conscient qu'il faut à ce sujet un volontarisme féroce et que les facades vertes ne suffisent pas.

    Je vais donc venir à la rencontre du 23 Septembre avec ces questionnements-là. J'ai il est vrai quelques appréhensions étant donné qu'il s'agit avant tout d'exfiltrés de Debout La France. J'ai conscience de la nécessité de trouver une ligne qui transcende le clivage gauche-droite, mais je ne suis pas prêt à avaler des couleuvres qui me seraient trop amères.

    Peut-être une liste de discussion entre participants enregistrés serait la bienvenue pour amorcer ces débats?

    Très coopérativement quand même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et là quand on voit la détresse de ces damnés de la terre qui ont la chance d'être secourus au milieu de la Méditerranée"

      Ou à quelques km des côtes libyennes selon un système bien rôdé où sont complices organisations "humanitaires" et passeurs.


      "quand on sait les atrocités qu'ils fuient"

      et où ils laissent leur famille, femmes et enfants ?


      "qu'on ne vienne pas me dire qu'il y a du chômage en France"

      Dormez tranquille...

      Supprimer
    2. vincent nantes1 août 2017 à 13:33

      Et que proposez vous concrètement du haut de votre condescendance?

      Supprimer
    3. De laisser les gens assumer leurs actes.

      Si des peuples veulent faire 10 enfants par femme alors qu'ils ne sont même pas capables de se développer pour assumer la population actuelle, libres à eux.

      Mais il ne faut pas venir pleurer ensuite et exiger d'être aidé.

      C'est le seul service à rendre à l'Afrique. La laisser se développer comme tous les autres endroits du monde qui se sont développés l'ont fait.
      Par eux-mêmes.

      ps : et ne pas nier les souffrances des Français les bien moins lotis pour encore les aggraver.
      Car il est clair que faire venir des masses de pauvres en France, c'est réduire le "gâteau" des plus démunis de France.
      C'est par exemple réduire les APL pour loger les migrants gratuitement.
      C'est aussi exclure du logement social des gens qui y ont droit pour y mettre les derniers arrivés.
      Car c'est jamais les beaux apparts des centre-villes qui leur sont donnés.

      Supprimer
    4. vincent nantes1 août 2017 à 20:50

      Donc pour clarifier votre jargon et faire dans le réel:

      Vous laissez mourir les hommes, femmes et enfants sur leurs radeaux de misère.
      Vous tirez sur les plus chanceux qui arrivent à poser un pied à terre dès lors qu'ils franchissent nos frontières, sans chercher à considérer leur vécu.
      Derrière vos confortables principes libéraux, vous êtes d'une froideur glaçante, proche du fascisme, sans considération pour les inégalités structurelles entre les régions du monde.
      J'espère au moins que vous allez au bout de votre principe de laisser-faire et que vous vous opposez à toute prise d'intérêt française en Afrique.

      Sinon, sur le fait que l'accueil des migrants se ferait forcément en concurrence avec les pauvres de France, que ce serait forcément le partage des miettes, il va de soi que l'accueil planifié d'un certain nb de réfugiés doit se faire en parallèle d'une politique globale redistributive qui reponctionnerait la fortune au lieu de la cajoler.

      Supprimer
    5. <>

      Dites-vous qu'une fois intégré que nous ne tolérerons plus leur venue, peu seront ceux qui essayeront, les organisations de passeurs ayant fait faillite.

      Un blocus organisé par quelques navires des marines européennes suffit à empêcher tout bateau de migrants de sortir des ports. Donc pas de noyade.


      <>

      Vous croyez que vos bons sentiments ont déjà réglé un seul problème dans ce monde autre que celui de vous donner bonne conscience à pas cher ?

      Vous croyez que ce sont vos bons sentiments et votre soit-disant "aide" qui a développé l'Asie ?
      Non. Ce sont les pays d'Asie tout seuls qui ont décidé de mener les politiques adéquates.
      Comme tous les pays qui se sont développés dans le monde.


      <>

      C'est aux Africains de s'y opposer.
      Arrêtez avec esprit digne d'un colon qui pense que l'Afrique a besoin de sa pitié pour retrouver sa liberté.
      La liberté, ça se prend sans demander l'avis à personne.
      Donc peu importe ce que je fais ou ne fais pas. C'est aux Africains de s'organiser s'ils veulent changer les choses.


      <>

      Et vous aviez commencé votre message par <>.
      Le réel c'est que ce sont les mondialistes à la Macron qui ont le pouvoir : oui aux migrants et non à toute régulation financière.

      Alors arrêtez de vous bercer d'illusions. Et assumez de partager une partie de leurs buts.

      Supprimer
    6. Remise des citations dans le message précédent :

      "Vous laissez mourir les hommes, femmes et enfants sur leurs radeaux de misère."

      Dites-vous qu'une fois intégré que nous ne tolérerons plus leur venue, peu seront ceux qui essayeront, les organisations de passeurs ayant fait faillite.

      Un blocus organisé par quelques navires des marines européennes suffit à empêcher tout bateau de migrants de sortir des ports. Donc pas de noyade.


      "Derrière vos confortables principes libéraux, vous êtes d'une froideur glaçante, proche du fascisme, sans considération pour les inégalités structurelles entre les régions du monde."

      Vous croyez que vos bons sentiments ont déjà réglé un seul problème dans ce monde autre que celui de vous donner bonne conscience à pas cher ?

      Vous croyez que ce sont vos bons sentiments et votre soit-disant "aide" qui a développé l'Asie ?
      Non. Ce sont les pays d'Asie tout seuls qui ont décidé de mener les politiques adéquates.
      Comme tous les pays qui se sont développés dans le monde.


      "J'espère au moins que vous allez au bout de votre principe de laisser-faire et que vous vous opposez à toute prise d'intérêt française en Afrique."


      C'est aux Africains de s'y opposer.
      Arrêtez avec esprit digne d'un colon qui pense que l'Afrique a besoin de sa pitié pour retrouver sa liberté.
      La liberté, ça se prend sans demander l'avis à personne.
      Donc peu importe ce que je fais ou ne fais pas. C'est aux Africains de s'organiser s'ils veulent changer les choses.


      "il va de soi que l'accueil planifié d'un certain nb de réfugiés doit se faire en parallèle d'une politique globale redistributive qui reponctionnerait la fortune au lieu de la cajoler."

      Et vous aviez commencé votre message par "faire dans le réel".
      Le réel c'est que ce sont les mondialistes à la Macron qui ont le pouvoir : oui aux migrants et non à toute régulation financière.

      Alors arrêtez de vous bercer d'illusions. Et assumez de partager une partie de leurs buts.

      Supprimer
    7. vincent nantes2 août 2017 à 14:25

      Sur le développement des pays asiatiques:

      1)la Chine s'est développée avant tout grâce à la cupidité des investisseurs occidentaux, qui y ont vu une source de dumping formidable. Les occidentaux ont donc joué un rôle majeur dans ce dvpt.
      2)L'Afrique contrairement à l'Asie est en décomposition politique. De nombreux Etats africains ne gèrent les affaires communes que marginalement et servent avant tout la clique de ceux qui les dirigent.

      L'ingérence de pays comme la France qui a beaucoup d'intérêts en Afrique est donc incontournable pour actionner les leviers de révolution politique en Afrique.

      Je constate donc que vous proposez de tirer sur les migrants. C'est bon de le clarifier.

      Sur la proximité politique que vous me prêtez avec l'oligarchie néolibérale incarnée par Macron, vous pouvez tenter de m'y associer pour me discréditer.

      Je ne vois pas en quoi nous poursuivrions les mêmes buts, sous prétexte qu'il tient un pseudo discours humaniste sur les migrants, démenti dans les faits.

      Je ne me sens pas du tout troublé par vos piètres démonstrations, qui ne font que démontré votre égocentrisme glaçant et à courte vue.

      Supprimer
    8. "la Chine s'est développée avant tout grâce à la cupidité des investisseurs occidentaux, qui y ont vu une source de dumping formidable. Les occidentaux ont donc joué un rôle majeur dans ce dvpt"

      En fait, vous pensez profondément que tout ce qui se passe dans le monde ne dépend que de ce que font ou ne font pas les occidentaux. Que les décisions et les actes des autres peuples dans le monde ne sont que quantité négligeable.
      Un tel mépris me semble assez peu en phase avec la réalité du monde.


      "Je constate donc que vous proposez de tirer sur les migrants."

      Par rapport au blocus ? Il n'est pas nécessaire de tirer, et encore moins de tuer qui que ce soit, pour empêcher une barque de rejoindre la haute-mer.
      Vous l'interceptez. Et vous reconduisez les gens sur la côte. Puis vous détruisez la barque.
      Bilan : 0 mort.
      Contrairement au système à l’œuvre aujourd'hui.
      C'est donc vous qui avez du sang sur les mains, n'inversez pas.


      "Sur la proximité politique que vous me prêtez avec l'oligarchie néolibérale incarnée par Macron, vous pouvez tenter de m'y associer pour me discréditer."

      Vous êtes des alliés objectifs. C'est simplement sur le discours qui justifie ces buts que vous différez.

      Supprimer
  20. @ Vincent

    Sur les migrants, OK pour prendre une part à l’aide temporaire de ceux qui en ont vraiment besoin, du fait d’une guerre civile. En revanche, non aux migrants économiques, qui forment l’immense majorité des migrants. Il y a 6 millions de personnes qui cherchent du travail en France et leur arrivée contribue à accentuer le déséquilibre en faveur des employeurs, qui réclament tous leur arrivée, sachant qu’ils seront les premiers bénéficiaires. En outre, dans une société pas assez claire sur ses règles de vie communes, l’arrivée de personnes aux modes de vie différents a des conséquences très néfastes sur la société. Mais en revanche, bien partant pour discuter de toutes ces questions.

    1- Bien plus compliqué que cela sur la Chine : l’Etat a joué le rôle de grand architecte, usant du protectionnisme, des entreprises publiques et d’une planification à long terme
    2- L’Afrique s’est vue imposer le consensus de Washington (comme l’a dénoncé Stiglitz dans son best seller de 2001), profondément destructeur car ne protégeant pas son économie

    Je n’ai pas vu qu’Abdel propose de tirer sur les migrants. En revanche, il est vrai que le Medef s’était réjoui de l’arrivée des migrants et les accueillait à bras ouverts

    @ Abdel

    Assez largement d’accord avec vous

    RépondreSupprimer