mercredi 29 août 2018

Budget 2019 : Macron, ou Sarkozy et Hollande en pire

Il y a deux mois, Macron espérait probablement encore capitaliser sur un éventuel succès de l’équipe de France à la coupe du monde de football. Aujourd’hui, non seulement ses grossières gesticulations n’ont convaincu personne, mais après l’affaire Benalla, son budget 2019 pourrait le précipiter plus bas encore que ses prédécesseurs. Pas étonnant vu qu’il suit le chemin qu’il leur conseillait…

Austérité, Injustice et régression sociale

Les choix ont un sens auquel il est difficile d’échapper. Déjà, les milliards de baisses d’impôts pour les plus riches et les entreprises, alors qu’il augmentait la CSG pour les retraites et diminuait les APL lui avaient valu le juste qualificatif de président des ultra-riches, le programme de cette rentrée va accentuer ce sentiment. Dire que l’on parlait encore il y a quelques semaines d’une possible inflexion sociale… La note est salée pour les retraités et bien des titulaires d’allocations qui vont les voir progresser de seulement 0,3% en 2019 et 2020, moins de 20% du niveau de l’inflation. Avec la hausse de la CSG, c’est presque 5% de pouvoir d’achat qui aura été pris aux retraités en seulement 3 ans !

En outre, le gouvernement remet partiellement en œuvre les baisses de cotisations sociales sur les heures supplémentaires. Pas sûr que cette reprise paresseuse des années Sarkozy contribue à la popularité de l’équipe en place, tant ce dernier avait laissé un mauvais souvenir. Le discours sur la défense du travail est une copie usée et guère crédible, alors que le nombre de chômeurs a rebondi en juillet. La France n’a pas besoin de faire plus travailler ceux qui ont un travail, mais de créer davantage d’emplois… Bref, entre une reprise des années Sarkozy et une redite de la baisse des prestations sociales des années Hollande, Macron reprend le pire des 10 dernières années

Bien sûr, pour tenter de donner le change, le gouvernement a fini par annoncer le décalage de neuf mois d’une baisse de charge pour les entreprises et sembler équilibrer les efforts demandés. Sauf que la ficelle est absolument énorme. D’une part, Macron saigne une nouvelle fois les titulaires de prestations, le tout de manière cumulative (les effets des non revalorisations se cumulant dans le temps). De l’autre, il ne fait que différer légèrement les nouveaux cadeaux aux patrons, qui, s’ils râlent, ne peuvent que reconnaître que beaucoup leur a déjà été donné depuis 15 mois. Bref, ce nouvel épisode va une nouvelle fois alimenter le très juste procès social de cette équipe oligarchique.


En fait, Macron fait la même erreur que Sarkozy sur la fin de son mandat et Hollande à son début : pour tenter de tenir les objectifs européens, il coupe dans les budgets par une politique austéritaire qui va plomber la croissance, alors même que les baisses d’impôts sur les plus riches et les entreprises n’apportent rien. Et s’il finissait par tomber plus encore que ses deux prédécesseurs ?

Illustration reprise au très bon site Le Vent se lève

22 commentaires:

  1. Eh oui, Macron suit la même pente que Hollande et connaîtra le même destin. On pouvait prévoir ça depuis le début. Reste à savoir qui va profiter de cette impopularité.

    RépondreSupprimer
  2. David Desgouilles fait un constat et pose une question : Macron vient de perdre sa caution écologiste, alors que les illusions relatives à sa politique sociale se sont déjà envolées ; que va-t-il lui rester (http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/08/28/31001-20180828ARTFIG00204-david-desgouilles-la-seule-victoire-de-nicolas-hulot-est-en-realite-celle-de-philippe-de-villiers.php) ?

    La réponse me semble assez évidente. L'un des éléments centraux de son identité politique est l'engagement européiste. Il lui reste donc la possibilité de sauter sur son siège en criant « vive l'Europe ! ». Il le fera parce qu'il est programmé pour cela et que le cœur de son électorat ne peut envisager une autre politique. Mais, compte-tenu de l'évolution actuelle de l'Europe, c'est déjà une impasse.

    Il ne lui restera plus que la surenchère dans une stratégie à la Terra Nova, visant à plaire aux femmes, aux jeunes diplômés, et avant tout à cette "France de la diversité" inaccessible aux idées du FN que le rapport de 2012 du think tank socialiste désignait comme devant être le cœur de cible de la campagne. Macron a déjà multiplié les appels du pied en direction de ce que Terra Nova appelait alors un "électorat progressiste sur le plan culturel", par ses reprises du langage codé des Indigènes de la République (les références aux "mâles blancs"), ou par un discours sur la laïcité qui reflète peut-être, selon Fatiha Boudjalat, une attirance sincère pour le modèle multiculturaliste canadien. On peut s'attendre aussi à une surenchère dans le féminisme opportuniste.

    YPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais s'il tente de séduire cet électorat "progressiste sur le plan culturel", il risque de perdre l'électorat de droite qui avait voté Fillon.

      Supprimer
    2. @Moi

      Il ne le perdra pas dans sa totalité. Les valeurs culturelles n'obsèdent pas tant que ça la bourgeoisie hors-sol tant que ses intérêts de classe n'en sont pas affectés.

      YPB

      Supprimer
    3. S'il s'agit de sortir brutalement de l'euro et de de l'UE aujourd'hui ou dans un ans, oui, ce n'est pas réaliste. Mais où en sera l'opinion dans quelques années ? Quels seront les rapports de force politiques ? Le scénario qui a porté Macron au pouvoir aurait passé pour de la mauvaise politique-fiction en 2012.

      YPB

      Supprimer
    4. Que les politiques de transfert de souveraineté s'accélèrent et on verra bien que l'opinion n'est pas si lente que cela à évoluer.

      Et personne ici n'a jamais conchié les électeurs qui votent FN. La direction du parti, leur programme, c'est totalement autre chose.

      YPB

      Supprimer
    5. Pourquoi voter pour des frontistes sectaires qui ne viennent ici que pour troller ? Ce n'est pas en conchiant les souverainistes non FN qui ne veulent pas voter pour ce parti que vous les convaincrez de modifier leur point de vue. C'est pourtant exactement ce que vous faite ici en permanence. Cherchez par ailleurs d'autres blogs plus ouverts à la critique et au débat qu'ici. Vous risquez de chercher longtemps.

      Pour vaincre le macronisme sur la base d'un programme souverainiste, il faudrait réunir des forces hétéroclites au sein d'un front du refus. Tout indique pour l'heure que le frontisme actuel n'est pas le cœur potentiel d'une telle coalition. J'aurais été moins pessimiste si les philippotistes avaient renforcé leur poids au sein du FN après l'échec de MLP à la présidentielle. Mais c'est le contraire qui s'est produit.

      YPB

      Supprimer
  3. @ Troll

    Je vous ai déjà laissé plus d'espace que de raison. Vous êtes ici sur mon blog. J'ai donc décidé de mettre fin à vos interpellations sempiternelles sur les mêmes sujets (immigration, FN), auxquelles j'ai déjà consacré beaucoup trop de temps à répéter les mêmes choses. En outre, ceci pollue les débats sur les sujets sur lesquels j'écris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel dommage que vous ne puissiez censurer les électeurs, Herblay...

      Supprimer
    2. Les électeurs ne vous ont pas donné raison aux dernières présidentielles. Par ailleurs, effacer un message que l'on a déjà lu dix fois ici, compte-tenu de la manière dont vous le récitez en boucle, n'a rien à voir avec de la censure. C'est juste du ménage.

      Sinon, pour rester dans le sujet du jour, Olivier Passet se livre pour Xerfi Canal à une analyse très proche de celle de Laurent Herblay sur les erreurs de pilotage budgétaire de Macron : http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-OPA-Macron-a-t-il-commis-une-erreur-de-pilotage-budgetaire--7896_3746241.html

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    7. Ben voyons !

      Les souverainistes du FN ont été désavoués, ils ont tous dû partir avec Philippot, et ensuite ils devraient voter pour le RN au nom du souverainisme, qui donne des boutons à l'appareil du RN !

      Ivan

      Supprimer
    8. En appeler aux souverainistes de gauche après avoir renvoyé aux calendes grecques la retraite à 60 ans et renoncé à la sortie de l'Euro, poignardant au passage dans le dos ceux qui avaient voté FN au 1er tour, voilà donc une tentative qui n'a pas eu le succès escompté ?

      Comme c'est étrange !

      Je n'aime guère Philippot, mais sur ce coup là je suis sûr qu'il est innocent.

      Ivan

      Supprimer
    9. « c'est le fait que ce programme n'ait pas fait le plein qui conduit à une remise en cause »

      En gros, d'après vous, s'ils ne gagnent pas les élections sur un programme, il est normal qu'ils changent de programme ?

      OK. Appliquons. Leur programme sur l'immigration n'a pas permis leur victoire. Il a même effrayé certain(e)s. Il faut donc abandonner ce programme. Si l'on suit votre raisonnement bien sûr.

      On comprend mieux que le FN ait, en quelques années, été tour à tour européen, puis souverainiste, néolibéral reagano-thatchérien, avant d'être keynésien, etc.

      Vous avez plus qu'un petit problème avec la bonne foi. Sans parler de la logique.

      YPB

      Supprimer
    10. Le FN s'est opposé à Maastricht et a prétendu défendre le modèle social français, quatre années seulement après avoir réclamé « l'adaptation de notre économie à l’échéance européenne de 1992 par une réduction des charges fiscales et sociales ». C'était le programme de 1988, lorsque JMLP ne jugeait pas incongru de terminer un meeting par l'hymne européen.

      Lors de la discussion sur la ratification de l'Acte unique européen, en 1986, alors que les communistes dénonçaient un traité organisant la libéralisation des marchés au profit des multinationales, et le risque de mise en cause des acquis sociaux par des politiques de flexibilité et d’austérité, les élus frontistes s'abstinrent sur un texte qui prévoyait pourtant rien moins que la disparition des frontières douanières (voir les rappels de François Ruffin dans son livre « Pauvres actionnaires » - Quarante ans de discours économique du Front national passés au crible).

      Vous dites que le manque de succès électoral de la ligne Philippot a conduit à ce qu'il perde assez d'influence pour pour devoir partir. Mais la présence de MLP au second tour était bel et bien déjà un succès électoral et il était largement dû à la ligne Philippot. L'étude des scores électoraux du FN montre que ceux-ci décollent à partir de 2012, lorsque MLP engage le parti dans une stratégie de dédiabolisation dont Philippot est devenu le principal promoteur. Cette dynamique de succès n'a pas permis pour autant à MLP de remporter la présidentielle. Mais en quoi la ligne Philippot, qui a conduit le FN vers ses scores électoraux les plus élevés jamais obtenus, en serait-elle seule responsable ? L'inconsistance intellectuelle et les flottements stratégiques de MLP n'y sont pas pour rien.

      Je me souviens d'avoir ironisé ici, au moins à deux reprises, sur le voyage américain de 2011, au cours duquel MLP avait tenté de rencontrer à la fois Joseph Stiglitz et Ron Paul... Un keynésien et un libertarien. Difficile de faire plus œcuménique ! On croirait entendre Macron proclamer en 2014 à qui veut l'entendre qu'il est socialiste et l'assume, deux ans avant de faire savoir qu'il ne l'a jamais été...

      La mémoire vous manque par conséquent. Et l'honnêteté aussi, puisque je confirme que vous avez falsifié les propos de Malika Sorel en plaçant entre guillemets, comme si vous les citiez textuellement, des paroles mettant en cause précisément Laurent Herblay en tant qu'ancien porte-parole de DLF, alors qu'elles n'ont jamais été prononcées. Voilà qui éclaire sur la valeur à accorder à l'interprétation que vous faites des propos du général de Gaulle.

      YPB

      Supprimer
    11. « Les propos de Malika Sorel mettent en cause l'irréalisme des "élites de commandement" françaises, je pensais que cela ferait plaisir à Herblay de s'y voir assimiler [...] Mais modifier même entre guillemet "élites de commandement" pour "ex porte parole de DLF" ne consiste pas un mensonge »

      Si, c'est un mensonge. Les guillemets servent justement à cela : marquer qu'on cite exactement, sans modification, les propos d'une personne. Le coup de l'ironie est grotesque et hypocrite. Que vous l'invoquiez aussi tardivement est révélateur. Avec de tels procédés, on fait dire n'importe quoi à n'importe qui, ce qui était exactement votre but.

      Affirmer que le succès électoral du FN à partir de 2012 tient principalement à sa position sur l'immigration est tout aussi grotesque. Ce qui caractérise cette époque est d'abord le repositionnement plus social, keynésien, du FN, ainsi que le retour à un discours franchement europhobe. Pour ce qui est du discours anti-immigration, il a toujours fait partie du bagage du FN. Rien n'indique qu'en 2012 les Français y aient été soudainement plus sensibles, d'autant plus que la France ne fait pas partie des pays qui ont pu se sentir submergés par la vague migratoire des années 2010.

      Les faiblesses de votre analyse se révèlent vraiment lorsque vous affirmez avec une assurance comique que le réalisme du FN sur l'immigration n'a pas permis d'obtenir significativement plus de voix au second tour. Or, MLP a enregistré au second tour de la présidentielle le meilleur total de voix jamais obtenu par le FN depuis sa fondation, soit 10,6 millions de voix, représentant le double du score réalisé par JMLP en 2002 (http://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/score-historique-de-marine-le-pen-le-vote-fn-en-constante-augmentation-depuis-dix-ans-07-05-2017-6912330.php).

      Votre constat factuel est donc tout simplement faux. Par ailleurs, expliquer que cela n'ait pas suffit par la malveillance des méchants gaullistes sociaux est ridicule. Vous êtes incapable d'analyser la défaite de MLP autrmeent que comme résultant d'une querelle de famille interne à la droite. C'est typique de l'esprit de secte que vous attribuez à autrui. Or, si 7 % seulement des partisans de Mélenchon ont voté MLP au second tour, plus de 40 % se sont abstenus ou ont voté blanc ou nul, plutôt que de voter Macron. Il y avait là l'une des clés du scrutin et ce n'est certainement pas en accentuant son discours anti-immigration que MLP aurait attiré à elle ces électeur.

      Enfin et surtout, cela réfute totalement votre argument selon lequel l'essentiel du succès du FN serait lié à son discours sur l'immigration. Avec un programme moins exclusivement axé sur l'immigration que celui de JMLP (et cette volonté de diversifier les axes programmatiques avait clairement été affichée par Philippot au cours de la campagne), MLP a réussi à doubler le score de son père. Votre analyse ne tient pas devant ce fait.

      YPB

      Supprimer
    12. Je n'inverse pas le calendrier, c'est bien lors du débat d'entre-deux-tours que MLP a publiquement renié les deux engagements les plus importants qu'elle avait pris avant le 1er tour, sur les retraites et sur l'Euro.

      Or MLP avait fait un score très honorable au 1er tour puisqu'elle s'était qualifiée pour le second en battant Mélenchon sans avoir son charisme, ni celui de son père (à elle)

      Ce qui devrait vous inquiéter c'est que Macron était au courant. Il savait exactement sur quoi elle allait se renier, puisqu'il l'a interrogée précisément sur ces deux points et ne l'a pas lâchée avant qu'elle se renie complètement.

      Il y avait donc une taupe macroniste dans l'entourage de MLP ou de NDA (mouillé jusqu'au cou dans cette trahison, il en était probablement l'instigateur) mais vous préférez vous en prendre à LH, tant pis pour vous.

      Alors comme cela vous êtes personnellement favorable au recul de l'âge de la retraite ? C'est logique si on arrête l'immigration complétement il y a un risque que le chômage diminue, même un petit peu, et que les salaires augmentent, même un petit peu.

      Quelle horreur ! Il faut à tout prix empêcher cela. La seule solution est de reculer encore l'âge de la retraite, effectivement.

      Vous oubliez juste un détail ennuyeux : les souverainistes de gauche ne sont ni racistes ni xénophobes, s'ils sont contre l'immigration économique c'est uniquement à cause de ce problème du chômage et des salaires.

      Ivan

      Supprimer
    13. @YPB

      Je viens de lire votre dernier commentaire, après avoir envoyé mon avant-dernier.

      D'accord avec vous sur de nombreux points.

      Sur les guillemets : je les utilise uniquement en coordination avec la commande copier-coller, il ne me viendrait pas à l'esprit de taper mon propre texte et de le mettre entre guillemets.

      Sur les 7 % seulement de partisans de Mélenchon qui ont voté MLP au second tour : vous parlez des présidentielles, mais au second tour des législatives les électeurs FN ont fait élire des députés LFI, et inversement !

      La personnalité de MLP ne jouait plus...

      Je ne crois pas que MLP aurait gagné la présidentielle si elle n'avait pas trahi ceux qui lui avaient fait confiance au 1er tour, mais je suis sûr qu'elle aurait eu beaucoup plus de députés aux législatives, et LFI aussi.

      Aujourd'hui Macron ne serait pas dans une position aussi confortable.

      Ivan

      Supprimer
  4. Ah Ah Ah !

    Je ferai cela à la fin de mon mandat ! Comme les politiciens pourris de l'establishment auxquels nous sommes habitués depuis si longtemps, qui s'en foutent de ne pas être réélus parce que les boîtes privés qu'ils ont enrichi pendant leur mandat les repêchent ensuite à prix d'or.

    Le problème, c'est qu'avant le 1er tour la retraite à 60 ans avec 40 années de cotisation ce n'était pas du tout cela : c'était l'une des 10 mesures d'urgence que MLP s'engageait à prendre immédiatement si elle était élue parce que pour cela il n'était pas besoin d'attendre la sortie de l'Euro.

    Sur l'Euro, justement : "Les Français ne paieront pas avec des euros, mais avec des francs, et les grandes entreprises et les banques centrales paieront avec des euros"

    Vous n'avez pas honte de croire que si on sortait de l'Euro, les grandes entreprises seraient toujours obligées de payer en Euros ? Votre salaire aussi, peut-être ? Vous ne voyez pas que MLP s'en fiche complètement, qu'elle dit n'importe quoi, n'y comprend rien et n'a aucune chance de nous sortir de ce piège ?

    Ivan

    RépondreSupprimer