samedi 8 décembre 2018

Des démons qui ressurgiraient et de leur origine


C’est la dernière ficelle à laquelle se raccroche désespérement ce pouvoir, aussi grossière et inefficace soit-elle. Avant la tentative ridicule de Castaner d’assimiler les gilets jaunes à l’extrême-droite, Macron avait évoqué « la lèpre nationaliste » ou « les démons anciens qui ressurgissent ». Mais cette rhétorique usée jusqu’à l’os par le PS depuis des décennies, pourrait se retourner contre lui.


Exagération, intolérance et auto-critique inconsciente

Décidément, cette présidence semble complètement perdue. La superficialité de Macron apparaît au grand jour, pour ceux qui ne s’en étaient pas rendus compte bien auparavant… Qui plus est, sa glissade dans les sondages est probablement largement amortie par l’absence d’une opposition forte et rassembleuse, l’ex-FN, LR et LFI se contentant de rassembler une petite minorité assez forte pour surnager, tout en restant profondément impopulaire pour une grande majorité. Il y a fort à parier que Macron aurait enfoncé tous les records d’impopularité s’il avait eu en face de lui une véritable opposition rassembleuse. Ces dernières mois, le résidant de l’Elysée est devenu un artificier des mots.


Semblant considérer que seule l’opposition avec l’ex-FN pourrait le sauver, il nous joue les grands orgues usés de « la lèpre nationaliste », des « démons anciens qui ressurgissent » et une comparaison hasardeuse avec les années 1930. Jacques Sapir lui règle bien son sort dans un papier où il dénonce ce président qui « veut manipuler une histoire qu’il ne connaît pas ». Car les parallèles que fait Macron ne sont pas habiles. D’abord, comme trop souvent, évoquer à tort et à travers « les heures les plus sombres », ou les années 1930, pour qualifier le Brexit, Salvini ou Orban, est extravagant. Ne dit-on pas que tout ce qui est excessif est insignifiant ? Qui plus est, cette ficelle est extrêmement usée…

Ensuite, cette référence est à double tranchant. Car l’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne a été le produit de la guerre précédente et de la crise économique largement issue de politiques économiques que Macron mène et défend aujourd’hui, comme le rappelle Jacques Sapir… Ce qui a produit la crise de 29, ce sont des inégalités extravagantes, la spéculation financière et un laisser-faire excessif, très exactement la politique que défend Macron depuis 10 ans, comme membre de la commission Attali sous Sarkozy, comme conseiller, puis ministre de Hollande, et enfin président. Bref, Macron joue avec le feu en évoquant les années 1930, qui sont aussi le produit de ses politiques économiques.


Et pour couronner le tout l’apprenti communiquant de l’Elysée ne semble même pas se rendre compte du ridicule de sa déclaration « contre l’Europe ultra-libérale », lui dont toutes les politiques accentuent et prolongent toutes les dérives ultra-libérales de l’UE. En réalité, ce sont ses politiques qui sèment le chaos. Il ne convainc personnes en agitant ces vieilles répliques usées…

40 commentaires:

  1. " l’ex-FN, LR et LFI se contentant de rassembler une petite minorité assez forte pour surnager, tout en restant profondément impopulaire pour une grande majorité. "

    Bonjour Laurent,

    Merci pour votre article.
    Je voulais juste revenir sur cette phrase.
    Je ne partage pas du tout votre opinion.
    Je pense qu'une majorité de gilets ont voté FN non pas par contestation mais par croyance dans le programme. Vous allez sûrement me sortir des sondages. Oui mais vous savez pertinemment que les Françaises et Français (mais pas qu'ex) savent mentir sur leur intention de vote ou leur vote final. Beaucoup de gilets ont dit qu'ils avaient voté blanc ou qu'ils ne s'étaient pas déplacés. Oui les chiffres sortis des urnes le disent mais ceux qui se sont déplacés et qui aujourd'hui disent avoir mis une enveloppe vide dans l'urne ne sont pas dans une majorité sincères. C'est très difficile à prouver mais comment expliquer le score de M.LE PEN et son arrivée au 2ème tour (pas uniquement par le fait que E. Macron a été porté par une faible mobilisation).
    Je repense au 2ème tour en 2002 : même cas de figure, les sondages n'avaient rien calculé dans ce sens. Soit ils avaient minoré soit pas pris en compte mais beaucoup de personnes avaient menti sur leur intention.
    Personnellement, j'étais pas mal à fond dans le mouvement des gilets en novembre. Puis j'ai pas mal décroché pour 3 raisons :
    - manque de temps
    - des comportements, des paroles que vous dites minoritaires et moi je vous réponds : non, elles sont majoritaires et personnellement aboyer sur des gens comme vous et moi qui n'ont pas nécessairement envie de s'engager plus pas très républicain ni démocratique;
    - et du coup la 2ème raison me met mal à l'aise.

    Enfin dans ce que j'ai pu relevé sur les blocages mais aussi quand j'étais à Paris, une majorité de gilets avec qui j'étais et participait aux actions disaient ne pas être allés voter ou avoir voté blanc. Faux, archi-faux les mêmes vous sortent qu'eux avaient voté M LE PEN.

    Mais bon...je sais que vous allez me démontrer par sondages, analyses etc...que ce n'est pas vrai. Et pourtant, la réalité du terrain c'est bien ça aussi.
    Alors que d'habitude les sondages et autres analyses sont souvent mises en doute et suspectées.

    Mais je continuerai à venir faire un tour sur votre blog.
    J'aime bien et souvent j'y trouve mon compte. J'ai beaucoup appris sur l'article sur la privatisation des barrages.

    Salutations
    SP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour SP,

      Merci pour votre post très cordial.
      Je vous rejoins sur pas mal de points.
      Perso', je ne prends pas mes distances avec le mouvement GJ car je n'ai jamais été totalement pour et suis sceptique sur beaucoup de points et comme certains l'ont relevé et vous d'ailleurs sur des comportements, des paroles inutiles voire néfastes au mouvement. De même, je pense que ces comportements et paroles ne sont pas minoritaires. On peut les expliquer mais même les expliquer me turlupine.
      Maintenant vous avez écrit :"
      Enfin dans ce que j'ai pu relevé sur les blocages mais aussi quand j'étais à Paris, une majorité de gilets avec qui j'étais et participait aux actions disaient ne pas être allés voter ou avoir voté blanc. Faux, archi-faux les mêmes vous sortent qu'eux avaient voté M LE PEN."

      Oui il y a sûrement une grande part de dissimulation,de jeu du chat et de la souris avec le vote de pas mal de GJ. Je préfère ces expressions à "mentir" car les personnes que vous avez croisées ne sont peut-être pas sincères et franches mais en face, les candidats et leurs partisans le sont-ils ??? On pourrait dire aussi que beaucoup disent avoir voté M Le Pen mais en fait n'en ont rient fait. Ils ne se sont même pas déplacés au bureau de votes. En gros: votre avis fonctionne dans les 2 sens.
      Mon opinion est comme la vôtre: beaucoup disent ne pas avoir voté ou bulletin blanc mais ont voté M Le Pen. Mais toujours comme vous le dites, dur à prouver. C'est juste une opinion personnelle.

      Bon WE
      Sylvie

      Supprimer
    2. S'ils ont voté MLP par croyance dans le programme ils ont bien raison, puisque ce programme leur est en effet plus favorable que ce qu'on pouvait trouver chez la plupart des autres candidats.

      https://www.rassemblementnational.fr/pdf/144-engagements.pdf

      Programme certes pas parfait, mais si vous le lisez vous y verrez de nombreuses mesures en faveur des catégories sociales composant les Gilets Jaunes (population active de petite classe moyenne).

      La partie sur la Défense (118 à 124) devrait suffire à rassurer Herblay quant au transfert éventuel du siège permanent à l'UE...

      (Herblay n'a pas eu de chance avec les gens qu'il a soutenu, de Villepin à Hulot en passant, selon lui, par Dupont-Aignan (que je trouve personnellement très bien) ; donc il se méfie : chat échaudé craint l'eau froide...espérons qu'il pourra surmonter ses complexes).

      Supprimer
    3. @ SP

      Merci. Majorité de gilets jaunes qui ont voté FN ? Difficile à dire. Qu’une plus forte proportion ait voté FN que dans le reste de la population, c’est évident. Cela fait presque 10 ans que j’écris que ce vote est avant tout social et il est donc logique que les classes sociales qui souffrent votent davantage pour lui. Après, j’ai tout de même l’impression que LFI doit avoir une forte présence tant le discours social d’une partie des gilets jaunes est fort et structuré. Une proportion plus forte que la moyenne s’est probablement abstenu ou a voté blanc. Vu de loin, je parlerais plutôt d’une forte minorité. Il est probable qu’au second tour en 2017, MLP n’ait pas été très loin de Macron pour ceux qui sont mobilisés aujourd’hui. Après, j’imagine qu’il doit y avoir de grosses différences régionales, le FN n’ayant pas la même force partout en France. Cela dit, vous avez raison de dire que le FN est probablement sensiblement plus fort chez les gilets jaunes que dans la moyenne de la population. Après, quand je parle de l’ex-FN, de LFI et de LR, je parlais à l’échelle de la France globalement : aucun des trois ne convainc autre chose qu’une petite minorité et reste très loin d’une position proche de la majorité.

      Salutations républicaines.

      @ Sylvie

      Bien sûr, il y a des comportements révoltants. Vu de loin, j’ai l’impression que c’est une minorité (mais c’est vu de loin), et puis, certaines expressions excessives (quand il n’y a pas de passage à l’acte violent), sont aussi compréhensibles quand on pense à la violence des politiques menées depuis des décennies contre la grande majorité des Français.

      Bonne fin de semaine

      @ Troll frontiste

      Je n’ai jamais soutenu Hulot pour une quelconque élection. J’ai juste soutenu une de ses interventions. Soit vous n’êtes pas capable de faire la différence, soit vos amalgames sont simplement mensongers…

      Supprimer
    4. Bonsoir Laurent,

      Merci pour votre réponse tout à fait posée et acceptable ! Vous voyez la situation de loin certes mais j'entends parfaitement votre argument " certaines expressions excessives (quand il n’y a pas de passage à l’acte violent), sont aussi compréhensibles quand on pense à la violence des politiques menées depuis des décennies contre la grande majorité des Français." Mais je reste sceptique. Et c'est cela qui fait la richesse du débat ! et merci aussi votre toujours sincère courtoisie ;-)
      Sylvie

      Supprimer
  2. Record historique battu : 18 % d'opinions favorables ! ! !

    Pour la première fois depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron voit sa popularité passer sous la barre symbolique des 20 % d'approbation.

    Dans cette enquête en ligne réalisée auprès de 1006 personnes, dans un contexte déjà fortement marqué par la crise sociale et politique des gilets jaunes, le verdict est sans appel pour le couple exécutif. Avec seulement 18 % d'opinions favorables, Emmanuel Macron perd 3 points de confiance, enregistrant une baisse pour le troisième mois consécutif.

    https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/05/popularite-macron-atteint-son-plus-bas-en-pleine-crise-des-gilets-jaunes-sondage-exclusif_a_23609357/?utm_hp_ref=fr-sondages

    RépondreSupprimer
  3. Ce minable Macron a son pouvoir exorbitant en vertu de la 5ème république instituée par de Gaulle que vous glorifiez niaisement :

    "les institutions de la Ve République ont un effet très négatif sur le développement économique et social du pays parce qu’elles engendrent structurellement une inflation législative et une forte instabilité de l’action publique."

    https://www.alternatives-economiques.fr/guillaume-duval/ve-republique-favorise-linstabilite/00086521?fbclid=IwAR33KlB2qUDBru9Tpu-fPUlzrMFAQNpgLwwsERdmTX16K_vzLbfU5cK8tLc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes."

      Supprimer
  4. "Sapir lui règle bien son sort dans un papier où il dénonce ce président qui « veut manipuler une histoire qu’il ne connaît pas »."

    Le nazisme est un nationalisme et la guerre de 14-18, dont celle de 39-45 n'est que la suite logique, a été déclenchée par la conjugaison de nationalismes coloniaux et de politiques libérales économiques, ce qui démontre que le nationalisme est tout à fait compatible avec le libéralisme sauvage. Le FN de JMLP est est fondé historiquement sur un nationalisme libéral, ne l'oubliez pas !

    Le nationalisme et le libéralisme économique sont le ferment de la guerre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des guerres depuis le début de l'humanité. La prétendue lèpre nationaliste évoquée par cet inculte de Macron est ce qui a permis à la France de surmonter l'épreuve de 1914-1918. Sans elle, nous serions devenus une colonie allemande. Et cette même lèpre nationaliste a motivé des millions d'hommes et de femmes dans une lutte à mort contre le nazisme.

      Supprimer
    2. "La prétendue lèpre nationaliste évoquée par cet inculte de Macron est ce qui a permis à la France de surmonter l'épreuve de 1914-1918."

      Pas du tout, ce sont les nationalismes allemands, russes et français qui ont provoqué la boucherie de 14-18. Vous ne comprenez rien à l'histoire.

      Ce sont toujours les nationalismes, les ethnocentrismes, les barbares vus par les grecs qui se la pétaient comme peuple supérieur qui ont toujours déclenché les guerres.

      Même entre villages, les gens se tapaient sur la gueule en prétendant qu'ils sont les "vrais" hommes, et ça continue ces conneries narcissiques xénophobes.

      Supprimer
  5. Macron a tort d'assimiler les gilets jaunes à l'extrême droite (et vous avez tort d'assimiler "l'extrême droite" à la fin du débat, vu ce qu'on met dedans actuellement).

    Mais il y a bien des démons qui risquent de ressurgir, dans cette affaire.

    Une interview de Jancovici de 2005 (13 ans déjà) pour des géologues :

    https://jancovici.com/publications-et-co/interviews/interview-societe-geologique-de-france-decembre-2005/
    "La population mondiale croît et la consommation énergétique aussi. Aucune source fossile ne permettra durablement d’y faire face et le développement des sources renouvelables maîtrisées ne couvrira qu’une partie relativement modeste des usages actuels, pour des raisons spécifique à chaque type d’énergie. Il est donc impératif de réduire la consommation. "

    Le pétrole, il faut s'en passer, et le but de la taxe est donc le bon.

    S'il y a un problème de pouvoir d'achat, il faut donc réduire d'autres taxes pour compenser. Et cela tombe bien, car on peut le faire :

    https://www.sauvonsleclimat.org/fr/base-documentaire/taxe-climat-subventions-enr

    https://jancovici.com/publications-et-co/interviews/une-interview-dans-ouest-france/
    " Aujourd'hui, sur les trente-trois milliards de taxes que l'on prélève sur le carburant, cinq milliards vont financer les panneaux solaires et les éoliennes, et cela devrait passer à sept en 2019. Les éoliennes et panneaux solaires augmentent en retour le prix de l'électricité par rapport au nucléaire existant."

    Autrement dit, la bonne politique est la suivante :
    - maintenir la taxe sur les carburants
    - arrêter les conneries à la Hulot sur les éoliennes et panneaux solaires.

    A plus long terme, il faut prendre conscience d'une chose (qu'a d'ailleurs abordé Macron) : la croissance très forte de la démographie des pays du tiers-monde, et en ce moment particulièrement de l'Afrique, ne peut que conduire à une restriction de la consommation en France si elle continue. Il faut donc leur dire (de manière convaincante) d'arrêter.

    En seriez-vous capable, Herblay, tout manipulé que vous êtes par les professionnels de "l'antiracisme" ? A mon avis, non. Vous préférerez même les laisser envoyer leur population en surnombre en France (ce qui signifiera la disparition de la France).

    RépondreSupprimer
  6. @ BA

    Merci pour l’information. Je l’avais ratée. 18%, c’est tout de même très bas, et rejoint mon papier de mercredi.

    @ Anonyme 11h08

    Instabilité de l’action publique ? Ridicule. Depuis plus de 30 ans, l’action publique est à sens unique dans bien des sujets : UE, libéralisation, baisse de la fiscalité pour les plus forts, recul du service public. Et derrière l’accusation d’instabilité, je vois surtout le reproche de la capacité que donnent nos institutions à un vrai changement. En somme, c’est un compliment.

    @ Anonyme 11h23

    Bien d’accord sur le fait que libéralisme économique et nationalisme sont compatibles. Votre mention du FN de JMLP est juste. Mais l’ultralibéralisme économique, c’est Macron.

    Ensuite, les nations ne sont pas coupables. Elles sont les moyens par lesquels l’humanité agit. Et l’humanité peut parfois être barbare ou guerrière.

    @ Anonyme 14h44

    « Manipulé par les professionnels de l’antiracisme » ? Je ne vois pas en quoi étant donné que je rapporte les études qui montrent le coût de l’immigration et le poids qu’elle fait peser sur les salaires, que je dénonce les pratiques contraires à nos valeurs… Je n’ai pas de problème à dire que les pays en voie de développement ont intérêt à agir rapidement pour maîtriser leur démographie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et derrière l’accusation d’instabilité, je vois surtout le reproche de la capacité que donnent nos institutions à un vrai changement. En somme, c’est un compliment."

      Vous êtes un abruti, depuis 40 ans c'est sans arrêt des réformes plus débiles les unes que les autres, plus personne n'y comprend plus rien, il n'y a aucune sécurité juridique ni visibilité en France.

      Vous êtes pire comme connard que Macron. Ce sont des petits merdeux immatures comme vous, sortis de l'ENA et des écoles de commerce, qui foutent la France dans la merde.

      Supprimer
  7. De 1930 à 1932, il y a eu la politique déflationniste de Heinrich Brüning, qui a empiré fortement les effets de la crise de 1929.
    Pierre Laval fera la même politique entre 1935 et 1936 pour sauver l'étalon-or (*) qui amena le front populaire au pouvoir.
    * un système de parité fixe comme l'Euro, le franc fort, le serpent monétaire et bien d'autres qui tous sautés.

    RépondreSupprimer
  8. Les trolls FN-RN font semblant de croire que si Macron traite les gilets jaunes de fachos, c'est qu'ils doivent avoir vraiment voté MLP !

    (ils font aussi semblant de croire, accessoirement, que tous ceux qui ont voté MLP l'ont fait par conviction fasciste sincère et non par désespoir)

    Ils aimeraient beaucoup que ce se soit vrai, comme BHL, et comme Macron. Mais cela ne marchera pas. Même NDA qui d'habitude n'est pas sérieux se montre un peu moins caricatural en dénonçant les provocations policières.

    Protégé par son immunité parlementaire il peut s'offrir le luxe de dire la vérité de temps en temps en toute impunité.

    On ne nous fera pas croire que les CRS sont d'affreux gauchistes extrémistes qui agressent sauvagement les braves électeurs du RN partisans de l'ordre et de la civilisation, c'est trop gros.

    Pour l'instant la répression a gagné, les gilets jaunes vont panser leurs blessures, mais ce n'est que partie remise car plus rien ne sera comme avant. Cet épisode restera gravé dans la mémoire de la France périphérique comme celui des émeutes de novembre 2005 dans celle des ghettos, et ce n'est pas peu dire.

    Le jour où se produira enfin la jonction entre ces deux France, plus rien ne pourra les arrêter. La France périphérique a cru qu'en se sauvant grâce à la bagnole dans les campagnes et les lotissements pavillonnaires elle pourrait échapper au terrible sort des habitants des ghettos, mais maintenant elle va perdre cette illusion.

    La prochaine fois ce sera bien plus terrible, car Macron et l'oligarchie qui l'a mis là où il est n'ont aucune intention de changer de cap.

    Dés qu'elle a osé contester l'ignoble ordre établi, la France périphérique a eu droit au même déchaînement de barbarie que celle des ghettos.

    Vous pouvez bien être parfaitement blanc, chrétien, français "de souche" etc, rien de tout cela ne vous protégera contre la rapacité insatiable et infinie de l'oligarchie compradore. La douloureuse prise de conscience a commencé.

    https://lundi.am/Violences-policieres

    Une analyse lumineuse de Frédéric Lordon :

    https://www.les-crises.fr/faites-ce-que-vous-voulez-mais-votez-moubarak-par-frederic-lordon/

    Ivan

    RépondreSupprimer
  9. Un sujet un peu plus léger (et encore), les américains découvrent la lune :

    http://www.slate.fr/story/170958/millenials-americains-pas-moins-consumeristes-plus-pauvres

    Ivan

    RépondreSupprimer
  10. Une analyse intéressante du mal français à travers le rôle des élites dirigeantes : Brigitte Granville, Jaume Martorell Cruz, Martha Prevezer, « Elites, Thickets and Institutions:
    French Resistance versus German Adaptation to
    Economic Change, 1945-2015 », Queen Mary University of London, Centre for Globalization Research, CGR Working Paper 63 (http://webspace.qmul.ac.uk/pmartins/CGRWP63.pdf).

    Les auteurs montrent que l’action des représentants de l'État français et des élites dirigeantes du monde économique a joué en faveur d'une forte croissance dans les trois décennies qui ont suivi l’après-guerre, mais qu'elle s'est caractérisée depuis les années 70 par une tendance à résister au changement, dans un contexte de dégradation de la qualité institutionnelle, en particulier depuis le milieu des années 1990. Contrairement à l’Allemagne, la gouvernance en France est demeurée concentrée entre les mains d'une élite dirigeante fermée, dont l'homogénéité découle de son mode de formation, comme de l'interchangeabilité et de l'enchevêtrement des élites de l'État, des entreprises et des médias. L'hypothèse des auteurs est que les membres de cette élite dirigeante ont constitué un réseau de connexions d’intérêts qui a résisté à l’adaptation institutionnelle, dans le but de préserver les positions et les rentes acquises, même lorsque ce conservatisme menaçait d'entraver le développement économique.

    YPB

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour à tous

    Je suis d'accord, les paroles de certains membres du gouvernement (monstre hors de controle, peste brune, ...), sont totalement hors sujet.

    Elles traduisent d'abord une panique et une improvisation totale pour des gens qui n'ont aucune experience.

    Il y a aussi certainement une volonté très maladroite de faire changer l'opinion publique sur la forme qu' a pris le mouvement, qui a bien changé depuis le 17 novembre. Et cette intention je peux la comprendre, car quoi qu'on dise, la popularité du mouvement attise la violence physique.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  12. Acte 5 : samedi 15 décembre 2018.

    https://www.facebook.com/events/198356007780029/

    RépondreSupprimer
  13. Si les Gilets jaunes se présentent aux élections européennes, les Gilets jaunes siphonneront l'électorat du Rassemblement National et de la France Insoumise.

    Elections européennes :

    La République En Marche : 21 %
    Rassemblement National : 14 %
    Europe Ecologie Les Verts : 13 %
    Les Gilets jaunes : 12 %
    Les Républicains : 11 %
    La France Insoumise : 9 %

    Les Gilets jaunes à 12 % aux européennes en cas de candidature.

    Une liste aux couleurs du mouvement des Gilets jaunes aux prochaines élections européennes ponctionnerait d'abord des électeurs au Rassemblement national et à La France insoumise.

    Et si les Gilets jaunes passaient de la rue aux urnes ? Un sondage réalisé les 5 et 6 décembre dernier, commandé par La République en Marche ! et réalisé par l'institut Ipsos, que le JDD s'est procuré, a testé l'hypothèse d'une liste aux couleurs des "Gilets Jaunes" aux élections européennes.

    Si l'élection avait lieu dimanche prochain, une telle liste recueillerait 12 % des voix. Loin derrière une liste En Marche-Modem (21 %), mais en course pour la deuxième place. La liste du Rassemblement national est en effet créditée de 14 %. Contre 13 % pour Europe Ecologie-Les Verts, 11 % pour les Républicains et 9 % pour la France Insoumise.…

    https://www.lejdd.fr/Politique/sondage-les-gilets-jaunes-a-12-aux-europeennes-en-cas-de-candidature-3816677

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'inutilité des sondages : on nous explique que macron doit changer de cap car 80% des français sont favorables aux gilets jaunes.

      Et quand on leur demande pour qui ils voteraient, 12% disent gilet jaune.

      ???

      Supprimer
    2. Mais huit Français sur 10 voteraient pour une autre liste que celle soutenant le Président... Donc c'est parfaitement cohérent.

      Supprimer
    3. Autre liste que rejettent en bloc les gilets jaunes et aussi huit francais sur dix. Donc on tourne en rond.

      Supprimer
    4. "autre liste que rejettent en bloc les gilets jaunes et aussi huit Français sur dix".

      Manifestement, huit Français sur dix ne rejettent pas les listes non-gilets jaunes, puisqu'ils envisagent de voter pour l'une ou l'autre d'entre elles. Et on peut très bien soutenir la contestation des gilets jaunes sans souhaiter qu'ils se substituent aux mouvements politiques. Des partisans du RN soutiennent les gilets jaunes. Des sympathisants de la FI aussi. Cela n'implique évidemment pas qu'ils souhaitent voter pour une seule et même liste aux européennes en laissant tomber les formations qu'ils soutenaient initialement. Donc, le soutien massif aux gilets jaunes est parfaitement compatible avec le maintien d'un certain éparpillement des voix lors des européennes.

      Ce qui serait absurde et contradictoire, ce serait de soutenir les gilets jaunes et Macron en même temps. Pas de soutenir tel ou tel parti d'opposition, tout en accordant sa sympathie à un nouveau mouvement contestataire. Si le sondage est discutable, c'est dans la mesure où il interroge sur les intentions de vote en faveur d'un mouvement naissant, non-structuré, sans leaders désignés et sans programme clair, qui n'est encore qu'une coalition de mécontents venus de tous les horizons. Ce que ce sondage nous apprend, c'est que le mouvement des gilets jaunes a encore du chemin à faire pour se traduire électoralement, bien que l'idée d'une coalition politique des colères populaires commence à émerger.

      Supprimer
    5. Ce que ce sondage nous apprend, c'est qu'on n'est pas sorti de l'auberge.

      Supprimer
  14. Je me réjouis qu'en ayant co-signé une tribune faisant le lien entre l'euro et la situation des gilets jaunes sur le site "Boulevard Voltaire" vous cessiez d'être un spectateur de la vie publique.

    RépondreSupprimer
  15. "Laurent Herblay8 décembre 2018 à 15:43

    @ Troll frontiste

    Je n’ai jamais soutenu Hulot pour une quelconque élection. J’ai juste soutenu une de ses interventions. Soit vous n’êtes pas capable de faire la différence, soit vos amalgames sont simplement mensongers…"


    Bon, bon, ne vous fâchez pas.

    J'essaie simplement de comprendre les traumatismes qui vous poussent à la méfiance envers les figures publiques, et je comprends tout à fait qu'après vous être trompé sur Villepin et (selon vous) Dupont-Aignan vous soyez très complexé à cet égard.

    Comme vous avez aussi fait la même erreur sur Hulot (quoique effectivement hors cadre électoral), cela me semblait pouvoir avoir renforcé vos complexes.

    Mais ce ne sont que des conjectures. L'essentiel pour moi est que vous guérissiez, et que vous arrêtiez de soutenir le privatisateur et saboteur Hulot, ou de laisser passer Micron.

    RépondreSupprimer
  16. "Anonyme9 décembre 2018 à 01:33

    Une analyse intéressante du mal français à travers le rôle des élites dirigeantes : Brigitte Granville, Jaume Martorell Cruz, Martha Prevezer, « Elites, Thickets and Institutions:
    French Resistance versus German Adaptation to
    Economic Change, 1945-2015 », Queen Mary University of London, Centre for Globalization Research, CGR Working Paper 63 (http://webspace.qmul.ac.uk/pmartins/CGRWP63.pdf)."


    Désolé, mais c'est de la branlette et de la propagande.

    Pour vous le faire voir rapidement, je me base sur deux indicateurs utilisé par le document, le premier page 3 (Innovation Union Scoreboard), le deuxième en bas de la page 21 (ils mesurent la corruption en fonction du nombre d'infractions aux règles de stationnement par les diplomates aux Nations-Unies...).

    Le deuxième indicateur se passe de commentaires.

    Pour le premier, vous pouvez rechercher le document récapitulatif de la commission sur cet indicateur, dans Google.
    Comme toujours avec ces indicateurs, il faut regarder comment ils sont construits. Il y a un tableau récapitulatif page 80, dans celui de 2018, qui permet de voir qu'un grand nombre de critères portent sur les petites et moyennes entreprises.
    Or, l'innovation en France se fait dans les grands groupes...ce sont eux (quand ils n'ont pas encore été vendus par Micron et sa clique) qui vont l'effort de R&D privé, et cela marche nettement mieux qu'en Allemagne.

    Donc le classement est en fait construit pour avantager ceux qui sont organisés autour de leurs PME...comme l'Allemagne (surprise).

    Le reste du document est du même tonneau : il est bien connu que les pays ont des modes de fonctionnement différents, et c'est ce qui motive le refus de l'européisme, qui voudrait que tout le monde fasse la même chose (et que cette même chose soit allemande, comme...la référence de votre document).

    En France, la fonction publique d'Etat est plutôt un garde-fou contre les politiciens. Si on la supprime, comme votre document voudrait y inciter, que restera-t-il ?

    Ce qu'il faut, c'est donc au contraire travailler dans la logique centralisatrice du système français, mais en le redressant.
    Les réformes entreprises depuis 40 ans vont contre cela : privatisations, décentralisation, etc. C'est donc bien l'inverse qu'il faut faire, quoi qu'en disent les auteurs de votre document et tous les bourdieusiens de France et de Navarre.

    RépondreSupprimer
  17. Anonyme du 9 décembre 2018 à 15:02

    Déjà, ce n'est pas « mon document ». Je ne l'ai pas produit et je n'ai pas dit que j'y adhérais intégralement. J'ai signalé cette étude comme « intéressante » et je maintiens ce jugement. Ce qui est dit dans cette étude des problèmes posés par le mode de formation et de recrutement des élites dirigeantes françaises et des effets pervers que les relations incestueuses entre la haute fonction publique et les cadre dirigeants des entreprises entraînent me semble pertinent.

    Ceci étant dit, le tropisme libéral ou ordolibéral (le modèle allemand...) qui fonde son analyse ne m'a pas échappé, mais je ne souhaitais pas le commenter dans un post qui était déjà long et où j'avais inséré une synthèse en français qui mettait l'accent sur ce qui me paraissait le plus juste dans ce travail. Pour un post rédigé après minuit, vous reconnaîtrez que c'est déjà pas mal de boulot...

    Vous placez dans le même sac les auteurs de ce document et les bourdieusiens, du fait de l'allusion à la théorie de la reproduction des élites. C'est un raccourci un peu rapide, pour le moins (par ailleurs, je n'aime pas du tout Bourdieu, mais il n'a pas toujours tort). Je rajoute que j'ai pris connaissance de ce document via un retweet de Jacques Sapir, qui n'est pas exactement un européiste admirateur de l'Allemagne et ennemi de l'État... Il y a à boire et à manger dans cette étude. Je retiens ce qui me semble valable et je vous accompagne volontiers pour rejeter le reste.

    YPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait favorable aux "relations incestueuses" entre grandes entreprises et haute fonction publique, car :
      - c'est cela, le colbertisme qui a fait la France
      - et car le contraire signifie ce qu'on voit en ce moment, la vente à la découpe qui va très mal se terminer.

      Le Japon fonctionne un peu comme la France de ce point de vue, le pantouflage s'y appelle amakudari c'est à dire, plus poétiquement, "descente du ciel". Je ne crois pas que le Japon veuille changer ce modèle, la France aurait donc mieux fait de prendre exemple, et pas que sur ce point d'ailleurs.

      L'analyse faite d'une haute fonction publique monolithique est de toutes façons une ânerie, comme le rappelle ici Esambert :

      https://www.lenouveleconomiste.fr/bernard-esambert-la-resilience-industrielle-est-possible-17802/

      conseiller industrie de Pompidou. Comment parler d'un modèle stationnaire alors que les privatisations signifient une perte d'influence des corps d'ingénieurs....?? Sarkozy comme Hollande veulent imposer aux écoles d'ingénieurs la "discrimination positive", qui va contre leur modèle et contre le bon sens, ce n'est certes pas un hasard.

      Supprimer
    2. La discrimination positive est une sottise contre-productive. Mais je vois mal comment vous comptez compenser la perte d'influence du corps des ingénieurs en mettant des énarques un peu partout... C'est cela qui est largement mis en cause dans l'article de Granville et alii, pas la « République des ingénieurs », dont l'étude constate au contraire qu'elle a bien fonctionné durant les Trente Glorieuses. Il n'y a pas, sur ce point, de contradiction entre le papier du CGR et les propos de Bernard Esambert.

      Vous citez l'exemple japonais, mais la récente affaire Ghosn illustre justement les tares d'un mode de gouvernance à la française qu'il conviendrait de réformer. L'amakudari japonais concerne d'anciens hauts fonctionnaires retraités (alors que Macron a démissionné de l'Inspection des Finances pour rejoindre le privé au bout de six ans de services publics seulement) ; il a par ailleurs été à l'origine d'un certain nombre de scandales retentissants.

      YPB

      Supprimer
    3. C'est quoi cette histoire d'ingénieurs. Je suis ingénieur et ai déposé de nombreux brevets exploités, ma conclusion c'est qu'être ingénieur en France c'est être brimé et mal payé par des patrons français pourris et ignobles.

      Supprimer
    4. Olaf ta gueule !

      Supprimer
    5. Non, l'article de Granville et co s'en prend aussi au corps des mines, et c'est une erreur.

      Le Japon a conservé son organisation autour de grands groupes qu'il est hors de question de laisser passer sous contrôle étranger (le beau Carlos est en train de le comprendre) alors que la France, sous diverses influences mais notamment celle des sociologues débiles qui ruinent la société française, laisse les siens partir à gauche et à droite.

      L'article que vous citez, qui pousse à la roue en ce sens, est donc tout à fait contre-indiqué.

      Supprimer
  18. Herblay,

    Puisque vous signez à présent des tribunes dans le "un peu spécial" Boulevard voltaire, que pensez-vous de cet article ?

    http://www.bvoltaire.fr/une-journee-jaune-en-belgique/

    c'est demain le grand jour, parait-il.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tatanka,

      Vous semblez décidément mal à l'aise sur cette question, pourtant d'une grande importance aujourd'hui.

      Pour vous aider à répondre à son incarnation du jour :

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/12/10/97001-20181210FILWWW00110-rn-et-lr-contre-l-approbation-du-pacte-mondial-sur-les-migrations.php

      http://www.debout-la-france.fr/actualite/nicolas-dupont-aignan-denonce-lapprobation-par-emmanuel-macron-du-pacte-de-lonu-sur-les

      et même :

      https://www.youtube.com/watch?v=5K3amF3BGi8

      qui nous dit : "que l'Allemagne reste l'Allemagne, que la France reste la France...".
      (je l'ai écouté jusqu'au bout, toutes les 15 mn, rien que pour vous).

      Supprimer
  19. Comme ça ne marche pas, la déchéance intellectuelle LREM a encore descendu d'un cran...
    Désormais, ils racontent que ce sont les Russes qui dirigent les Gilets Jaunes.
    Et ce sont les mêmes qui, à longueur d'année, nous expliquent que le "complotisme", c'est pas bien.
    On sent la fin de régime.

    RépondreSupprimer
  20. J'ai vu l'article de Lordon "votez Moubarak", je le trouve absolument consternant.

    Je préfère de loin celui-ci :

    https://www.atlantico.fr/decryptage/3560889/europe-moment-utiliser-arme-politique-atomique-francaise-est-venu-nicolas-goetzmann-remi-bourgeot-

    qui est aussi l'occasion de rappeler que Blanquer met le cirque au lycée avec ses mauvaises réformes (pour changer).

    RépondreSupprimer
  21. Acte 5 : samedi 15 décembre 2018.

    https://www.facebook.com/events/198356007780029/

    RépondreSupprimer