samedi 12 juin 2021

Quand Mélenchon joue au Trump islamo-gauchiste

La sortie de Jean-Luc Mélenchon dimanche parlant « d’attentats écrits à l’avance » a déclenché une nouvelle polémique qui a dominé l’actualité politique de cette semaine, générant réaction, réaction aux réactions, contre-feux et polémiques dans tous les sens. Mais qu’a-t-il pu passer par la tête du chef de la France Insoumise pour faire une telle déclaration ? Tentative d’explication.

 


Nouvelle étape dans l’autodestruction

 

Avant de juger, il faut citer, de manière assez exhaustive le candidat à la présidentielle : « Vous verrez que, dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Cela a été Merah en 2012. Cela a été l’attentat la dernière semaine sur les Champs Elysées (en 2017). Avant on a eu Papy Voise, dont plus personne n’a jamais entendu après. Tout ça, c’est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau. Nous aurons l’événement gravissime qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile. Voilà, c’est bateau, tout ça ». Rien ne va dans cette déclaration qui accumule les faussetés et verse dans une interprétation assez délirante de la réalité, y compris la partie sur un « candidat du système »…

 

Car tout ceci n’a aucun sens. En 2012, il serait ridicule de qualifier Hollande de candidat du système, « sorti du chapeau ». En 2005, il posait déjà aux côtés de Sarkozy en une de Paris-Match comme possible candidat du PS. Le candidat sorti du chapeau, cela n’a été le cas qu’en 2017, et rien ne semble indiquer que 2022 suive la même direction. Ensuite, sous-entendre que des attentats pourraient avoir été écrits d’avance est tout de même effarant. Enfin, indiquer que cela servirait à « montrer du doigt les musulmans et inventer une guerre civile » est ridicule. En 2012, cela aurait dû servir Sarkozy, et c’est Hollande qui a gagné. Et en 2017, cela aurait dû servir Marine Le Pen, et c’est Macron qui a gagné. Fabien Roussel, candidat du PCF, n’a pas manqué l’occasion pour condamner ces propos.

 

Quelques jours avant, il avait également tenu des propos complètement absurdes sur la panne des numéros d’urgence, qui serait un moyen pour pousser à la privatisation d’Orange. Le Canard Enchainé a beau jeu de rappeler que la privatisation de France Telecom a été décidé en 1997, par une majorité dont il était sénateur, et que le gouvernement Jospin, dont il a fait partie, a mené la baisse de l’Etat dans son capital, qui n’est plus que de 23% aujourd’hui. Bien sûr, l’Etat peut encore baisser sa participation, mais une sortie complète du capital ne semble pas à l’ordre du jour, et cet incident pourrait au contraire ne pas la faciliter. De tels propos semblent n’avoir aucun sens de la part d’un intellectuel comme Mélenchon, qui aspire à devenir président de la République. Qu’est-ce qui peut expliquer un tel discours ?

 

Et si le chef de la France Insoumise était engagé dans une stratégie à la Trump, où la vérité n’a plus aucune importance et où seule la construction d’une histoire de lutte contre une oligarchie malfaisante importe ? Même s’il défend des idées radicalement différentes sur le fond, la forme actuelle et la posture globale de Mélenchon me semblent avoir beaucoup à voir avec la façon dont Trump a construit son succès. Mais cette stratégie a-t-elle du sens avec les idées qu’il défend ? L’ancien président des Etats-Unis avait une certaine cohérence de fond et de forme sur le discours, à défaut de l’avoir toujours gardé en pratique. Cela lui avait permis de réconcilier avec le Parti Républicain une partie importante des classes populaires abandonnées par un parti démocrate, qui a basculé du côté des élites.

 

Le problème pour Mélenchon est que le complotisme victimaire et agressif à la Trump n’est probablement pas soluble avec sa ligne islamogauchiste. C’est ce qu’indiquait le fiasco de sa liste aux européennes et sa perte de statut de premier opposant à Macron, gagné dans la première année du quinquennat, chose oubliée depuis. Mais à l’incohérence de cette stratégie s’ajoute le caractère révoltant de ses deux volets. La ligne islamogauchiste renie complètement la ligne républicaine #JesuisCharlie du passé, et pousse à des compromissions inacceptables sur nos valeurs. Et le discours complotiste et victimaire le décrédibilise et inquiète, au point qu’un Raphaël Enthoven en vient à s’imaginer un tout petit peu moins hostile à une accession au pouvoir de Marine Le Pen que de Mélenchon

 

Cette séquence représente probablement le chant du cygne pour Mélenchon. Ce qu’elle signifie sans doute, c’est qu’il persiste dans la ligne qui a échoué depuis 2018, un virage indigéniste couplé à une attitude toute trumpienne. Ce mélange d’eau et d’huile ne fait qu’augmenter le rejet qu’il suscite, et par ricochet celui des Insoumis, dont la défense sans nuance de leur chef ressemble au pire des politiciens, Adrien Quatennens, un des rares députés que je suivais, s’y perdant totalement.

30 commentaires:

  1. "La ligne islamogauchiste renie complètement la ligne républicaine #JesuisCharlie du passé, et pousse à des compromissions inacceptables sur nos valeurs."

    En tout cas, on constate une nouvelle fois que les valeurs herblayblicaines sont solubles dans la démographie, à l'approche d'élections.

    Ce que vous dites vouloir défendre sera de moins en moins facile à défendre, compte-tenu de la politique migratoire que vous favorisez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @troll RN

      Ce que vous dites vouloir défendre sera de moins en moins facile à défendre, compte-tenu des délires haineux que vous favorisez.

      Supprimer
    2. Merci d'avoir répondu au troll RN qui sévit ici. Visiblement, c'est un spécimen un peu dérangé, qui a des visions ou entend des voix. Il raconte n'importe quoi en général, ce qui explique bien sûr qu'il ne peut jamais, ou presque, illustrer ses dires, qui ne sont que délires imaginaires.

      Supprimer
  2. Je ne suis pas du tout d'accord avec vous : en 2007, il y avait deux candidats présélectionnés par les médias : Royal et Sarkozy ; en 2012, c'était François Hollande qui était privilégié contre Montebourg et Aubry ; en 2017, comme vous le dites, c'était Macron. Donc, oui, il y a bien des candidats qui sont préchoisis par le système et dont on peut dire qu'ils sont sortis du chapeau des médias (même si leur carrière politique avait commencé avant).

    Et, oui, Mélenchon a raison : les médias ont décidé que la campagne se ferait autour de la sécurité. C'est ce qu'ils disent déjà, si vous prenez la peine de les écouter. Non pas qu'il n'y ait pas de problème de sécurité, ce n'est évidemment pas la question. Mais il y a eu les tribunes de militaires parlant de guerre civile, il y a Zemmour qui parle de grand remplacement et qui envisage d'être candidat. Et pendant qu'on parlera de tout ça, on ne parlera pas de l'UE, de l'euro, de la crise économique et du chômage. La campagne passera à côté des sujets essentiels, comme d'habitude. Et ceux qui auront été élus sur le thème de la sécurité ne feront absolument rien, comme d'habitude, comme Sarkozy en 2007, sur la sécurité.

    RépondreSupprimer
  3. @ Moi

    En 2007, il y a bien eu une candidate un peu sortie du chapeau, Royal, dans le sens où elle est arrivée plus tard que Sarkozy. Mais, elle n’a pas été vraiment épargnée. Sarkozy était peut-être le candidat davantage soutenu par le système, mais il ne sortait vraiment pas du chapeau, son ambition étant claire depuis très longtemps. Sur 2012, le « système » pouvait préférer Hollande vs Aubry ou Montebourg, mais Hollande n’était pas sorti du chapeau (cf couverture de Match de 2005). Tant Hollande que Sarkozy avaient depuis très longtemps une ambition présidentielle : ils ne sont vraiment pas sortis du chapeau. Ils ont suivi leur trajectoire personnelle, avec de vrais revers.

    Sur la sécurité, les média choisissent d’en parler en effet. Mais les média font aussi ce qui fait de l’audience et intéresse. En outre, il y a tout de même une augmentation des violences les plus graves, ce qui interroge et justifie une place importante dans les médias, d’autant plus que le sujet coronavirus doit commencer à saturer et ne doit plus intéresser tant que cela.

    Le problème sur les sujets européens, c’est que les grands mouvements d’opposition (LFI et RN) ont décidé d’esquiver le sujet. Idem sur l’économie pour le RN et LFI est bizaremment très mauvais sur le sujet économique avec un manque de pédagogie incroyable alors que cela devrait leur offrir un boulevard. Un Mélenchon qui ne serait pas indigéniste et serait social aurait été un adversaire redoutable pour Macron. Mais il a choisi. Même sur France Telecom, il trouve le moyen de le tourner d’une manière qui éclipse les sujets économiques. Mélenchon porte une lourde part de responsabilité dans la mauvaise qualité du débat politique des dernières années, au même titre que MLP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, LFI a un programme économique, social et écologique ambitieux : "l'avenir en commun". Mais il est très difficile dans les médias d'aborder les sujets économiques, les journalistes cherchent surtout à le piéger, et apparemment, ils y réussissent mais nous ne sommes pas obligés d'être dupes.

      Supprimer
    2. C'est juste, mais leur programme est mal articulé et souvent mal expliqué. En outre, leur parti-pris communautariste, leur discours incompréhensible sur l'UE, et certaines sorties achèvent de les affaiblir.
      Pour mémoire, mon papier de mars 2017 : http://www.gaullistelibre.com/2017/03/melenchon-est-il-une-alternative.html

      Supprimer
    3. Méluche a dit pas mal de conneries sur la Syrie, la Russie, le Covid... mais vos attaques sur le plan de l'islamogauchisme tarte à la crème sont ridicules. Vous perdez votre temps et en faites perdre aux autres, fermez là.

      Supprimer
    4. En l'absence du moindre argument sur l'islamo-gauchisme de Mélenchon, c'est plutôt vous qui feriez mieux de vous abstenir de commentaire. Cet épisode, où Mélenchon invente un système qui voudrait stigmatiser les musulmans dans la dernière ligne des présidentielles, en est un nouvel exemple.

      Supprimer
    5. Qu'attendre de vous, fanatique du Brexit ?

      https://london.frenchmorning.com/2021/06/10/venue-voir-son-petit-ami-anglais-une-francaise-finit-7-jours-en-centre-de-retention/

      Supprimer
  4. « La ligne islamogauchiste renie complètement la ligne républicaine #JesuisCharlie du passé, et pousse à des compromissions inacceptables sur nos valeurs. Et le discours complotiste et victimaire le décrédibilise et inquiète »

    Je suis d'accord sur l'inquiétante dérive complotiste victimaire de JLM qui le décrédibilise et "plombe" sans sdoute définitivement sa candidature, mais que vient faire le hashtag "Je suis Charlie" dans cette histoire ? Pour ma part, je reste farouchement anti-Charlie Hebdo, torchon immonde, véritable naufrageur des idéaux républicains.

    RépondreSupprimer
  5. @ Marc-Antoine,

    Très bon papier de Caroline Fourest sur le sujet :
    https://www.marianne.net/agora/les-signatures-de-marianne/meme-statufie-dans-lopposition-le-bilan-de-melenchon-est-a-rougir-de-honte

    Pas d’accord du tout sur Charlie. Je pense que l’existence d’un tel journal est un marqueur d’une société vraiment libre, que l’on adhère ou pas à ce qu’ils font. Il s’inscrit aussi dans une longue tradition française. Et c’est le gaulliste que je suis qui le pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Caroline Fourest me pousserait presque à défendre Mélenchon plus que je n'en ai envie... De même d'ailleurs que toutes les attaques des médias contre lui qui témoignent surtout qu'il est insupportable pour la classe dirigeante qu'un mouvement radical soit en tête à gauche. Ils veulent nous ramener dans le droit chemin des Royal, Hollande, Faure et Jadot...

      Supprimer
    2. "De même d'ailleurs que toutes les attaques des médias contre lui"

      Le simple fait que vous placiez toutes les critiques énoncées contre JLM sur le même plan suffit à discréditer votre avis. JLM est critiqué, donc c'est la preuve qu'il a raison, indépendamment de l'origine ou de la nature des critiques ? Quel "raisonnement" indigent ! JLM ne dit pas que la campagne se fera sur la sécurité, ou que les médias monteront en épingle de fausses affaires, il dit textuellement que des attentats seront commis dans le but de provoquer une crise sécuritaire susceptible de profiter à certaines forces politiques, exemples du passé à l'appui. C'est stupide et c'est obscène. Et que dire de votre affirmation selon laquelle la campagne électorale contournera par conséquent les "vrais sujets" ? Parce que le massacre du Bataclan ou la décapitation de Samuel Paty, ce ne sont pas de "vrais sujets" ? Ce que fait JLM actuellement, c'est donner des arguments supplémentaires au RN. Et vous êtes aveugle au point de ne pas le voir.

      Supprimer
    3. « Pas d’accord du tout sur Charlie. Je pense que l’existence d’un tel journal est un marqueur d’une société vraiment libre, que l’on adhère ou pas à ce qu’ils font. »

      Je dirais que c'est plutôt le marqueur d'une société vraiment immature. D'ailleurs, quel pays au monde nous envie de posséder un journal aussi répugnant ? La France s'imagine qu'elle est toujours un phare de la liberté alors qu'elle n'est plus qu'un fanal de naufrageurs.


















      Supprimer
    4. @ Anonyme14 juin 2021 à 08:50

      Peut-être devriez-vous prendre la peine de lire les messages avant que d'y répondre. Je n'ai pas dit que les attentats n'étaient pas des « vrais sujets », j'ai même pris soin de spécifier le contraire. Mais tout le monde est contre les attentats, il n'y a pas besoin d'en débattre durant la campagne. En revanche on peut discuter des interventions militaires de la France, mais je ne pense pas que ce sera le principal sujet de la campagne. Ce sera l'immigration comme cause d'insécurité.

      Non, Mélenchon n'a jamais dit que les terroristes commettront des attentats dans le but d'avantager certaines forces politiques, vous interprétez ses propos à votre façon, comme le font les médias.

      Oui, je mets toutes ces critiques sur le même plan, car elles sont toutes semblables : « Mélenchon est agressif, c'est un islamo-gauchiste, etc. » Jamais on ne discute du programme de LFI, jamais du fond, on cherche continuellement à interpréter de façon malveillante ses propos pour lui faire des procès d'intention. Mais je ne suis pas un partisan inconditionnel de LFI ni de Mélenchon, je suis le premier à le critiquer, mais pas de cette façon malhonnête et systématique.

      Supprimer
    5. @Moi

      Malheureusement, je vous ai bien lu. Et j'ai bien lu aussi les propos polémiques de JLM. Il faut être aveugle pour y voir simplement une mise en garde contre le risque de l'instrumentalisation d'éventuels attentats. Même un observateur non partisan comme Guillaume Denoix de Saint Marc, président de L’Association française des victimes du terrorisme, a été choqué de retrouver dans les propos de JLM l'expression la reprise de thèses complotistes (https://www.bfmtv.com/societe/propos-de-jean-luc-melenchon-c-est-d-une-indignite-complete-estime-le-directeur-de-l-association-francaise-des-victimes-du-terrorisme_VN-202106070446.html). Mais je suppose qu'à vos yeux lui non plus ne sait pas lire ou s'est laissé manipuler...

      Supprimer
    6. @ Anonyme14 juin 2021 à 16:34

      Je pense qu'il n'a pas été clair dans ses propos, c'est sûr. Mais il a rectifié le tir et précisé sa pensée depuis, alors pourquoi continuer à répéter qu'il aurait dit ce qu'il ne cesse de démentir, si ce n'est pour le dénigrer ? Et comment pourrait-il penser que les terroristes islamistes seraient soudoyés par la droite ou l'extrême droite française ? Ça n'a aucun sens et Mélenchon n'est pas stupide.

      Supprimer
    7. @Moi

      Un homme politique de cette envergure qui commet une bourde de ce niveau sur un sujet aussi sensible... Cela ne vous interpelle pas ? C'est justement parce que JLM n'est pas un imbécile qu'il n'aurait pas dû se laisser piéger. Souvenez-vous de la manière dont il a géré la fameuse perquisition au siège de son mouvement. Il est parfaitement capable de délirer et de déraper sans qu'on ait à beaucoup le pousser. Qu'il y ait une campagne médiatique de dénigrement contre lui ne fait aucun doute, mais cela ne peut suffire à l'excuser.

      Par ailleurs, l'erreur, le dérapage, ne sauraient tout expliquer. La dérive gauchisante de JLM et de la France insoumise est un phénomène de fond qui remonte au moins à fin 2018, lorsque l'aile populiste du mouvement (Coqc, Kuzmanovic) a commencé à être poussée vers la sortie. La conséquence n'en est pas seulement la reprise de la rhétorique de victimisation islamophile de l'aile gauche de LFi. On a déjà commencé à stigmatiser un homme aussi peu réactionnaire que François Ruffin, en lui reprochant des propos "rouges/bruns", pour le punir du réalisme de bon sens consistant à signaler que la France ne pouvait accueillir tous les migrants (Clémentine Autain s'en est chargée).

      On peut parier sans risque que la force du discours eurocritique finira elle aussi par en être affectée, dès lors que la remise en cause des traités européens, réclamée dans le projet du mouvement, apparaîtra comme susceptible de faire le jeu des affreux populistes et de la méchante extrême-droite islamophobe et xénophobe qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire, etc.

      Je précise que je ne suis pas obsédé de vous contredire, me trouvant assez souvent en accord avec vos interventions ici. Mais l'évolution des insoumis depuis plus de deux ans me pose problème et la récente sortie de Mélenchon ne fait que me conforter dans ce malaise.

      Supprimer
  6. @ Moi

    Caroline Fourest est une journaliste qui fait honneur à sa profession. Des convictions, de l’éthique, de la densité intellectuelle. Sur les attaques des média, même si certains sont de parti-pris, il faut aussi reconnaître que Mélenchon dit beaucoup d’âneries, au point que des gens qui étaient proches, ou qui pouvaient voir en lui une alternative, finissent par s’en éloigner. Il y a une gauche non social-libérale qui est sévère avec lui.

    Anonyme n’a pas tort de pointer que vous dites « toutes les attaques des médias ». Sa formulation sur Orange, notamment, ou sur le candidat du système et l’épisode de la dernière semaine sont tout de même critiquables de bonne foi, même si tout le monde ne le fait pas de bonne foi.

    Sur le programme, j’avais sincèrement essayé de m’y intéresser en 2017, mais il a de vraies limites, comme je le pointais il y a plus de 4 ans : l’UE, le manque de chiffrage, un vrai défaut pédagogique. Pour mémoire :
    http://www.gaullistelibre.com/2017/03/melenchon-est-il-une-alternative.html

    Et je persiste à penser que les critiques ne portent pas tellement sur des interprétations malveillantes de ses propos, mais sur des propos ou une forme qui posent vraiment problèmes, chose trop fréquente avec lui. Orange, c’est tout de même effarant, non ?

    @ Marc-Antoine,

    Pas d’accord sur l’immature. Bien sûr, il y a de la pure satire, excessive, et parfois grossière, mais je persiste à penser que je préfère vivre dans un pays où cela est possible plutôt qu’impossible. C’est un vrai marqueur de liberté. Et Charlie Hebdo a aussi souvent plus de fond que certains média sérieux, avec une plus grande ouverture d’esprit que beaucoup.

    RépondreSupprimer
  7. "le manque de chiffrage" ? Non, le programme "l'avenir en commun" a été chiffré.

    https://www.youtube.com/watch?v=T7b67QCjibc&ab_channel=JEAN-LUCM%C3%89LENCHON

    RépondreSupprimer
  8. Ne l'étant pas du tout moi-même, je ne ferai jamais à Mélenchon le reproche de ne pas être suffisamment "Charlie". En revanche, je pense qu'il a tort de considérer les attaques djihadistes comme de simples "faits divers" montés en épingle par les médias pour faire croire à l'existence d'une guerre de civilisation et crédibiliser le discours d'extrême droite. Il n'a jamais su prendre la mesure de ces évènements qui n'entrent pas dans sa grille de lecture. À cet égard, mettre sur le même plan les crimes de Merah et l'affaire "papy Voise" est une erreur tragique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a dit que les 2 affaires avaient été exploitées politiquement, pas qu'elles étaient comparables.

      Supprimer
  9. Highly descriptive blog.. Very nice article 바카라사이트

    RépondreSupprimer
  10. 온라인카지노 Excellent items from you, man. I have take into account your stuff previous to and you're just too magnificent.

    RépondreSupprimer
  11. Thanks for sharing your info. I truly appreciate your efforts
    and I will be waiting for your next write ups thanks once again. 토토사이트


    RépondreSupprimer
  12. Some truly quality articles on this website , bookmarked . 토토

    RépondreSupprimer
  13. I like this web site very much so much great info. 스포츠토토


    RépondreSupprimer
  14. pleasant piece of writing and fastidious urging commented at this place, 섯다
    I am genuinely enjoying by these.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai lu certains des témoignages du Grand Maître Comlan AMANGNON sur la façon dont il a aidé de nombreuses personnes à ramener leurs amants en seulement 9 jours avec un sort d'amour. J'avais un problème avec mon petit ami alors j'ai décidé de le contacter parce que j'aime tellement mon petit ami. Il a quitté la maison et a dit qu'il n'était plus intéressé par la relation sans raison, j'étais sous le choc. J'ai contacté le Maître Comlan AMANGNON et il m'a dit que mon petit ami me reviendrait dans les 9 prochains jours, le Maître Comlan AMANGNON a lancé un sortilège d'amour et cela a ouvert les yeux de mon petit ami pour voir à quel point nous nous aimons et il est rentré à la maison. Au moment où j'écris ce témoignage, je suis la femme la plus heureuse du monde. Mon petit ami et moi vivons une vie heureuse et notre amour est maintenant plus fort qu'il ne l'était avant notre rupture. Tout cela grâce au Grand Maître Comlan AMANGNON pour le travail excessif qu'il a fait pour moi, m'aidant à retrouver mon petit ami. Si vous rencontrez un problème relationnel et souhaitez une solution rapide, contactez le Grand Maître Comlan AMANGNON par e-mail: contact.maitreamangnon@yahoo.com ou par WhatsApp: +229 97788791, il est un homme digne de confiance.


    Clotilde Lapage

    RépondreSupprimer