lundi 28 juin 2021

Rien changer, parce qu’on veut tout changer

Hier, le second tour des élections régionales et départementales a consacré la fossilisation des instances locales, avec la victoire de tous les sortants au niveau régional, et un niveau d’abstention équivalent au premier tour. La plupart des analystes y voient un succès de la droite, qui rassemble 38% des voix et semble en mesure de troubler le duel Macron / Le Pen. Et si le message était plus complexe ?

 


Les nombreux messages des citoyens, électeurs ou non

 

Le choc du niveau de l’abstention au premier tour a été très intéressant. Une partie des médias, comme France Inter, et certains politiques, y ont vu un manque d’éducation et une forme de « je m’en foutisme », pour reprendre le terme de François de Rugy, ratatiné dans sa région. Nous avons également eu droit à un concours Lépine d’idées pour changer les modalités du scrutin. Les résultats du second tour démontrent que Marine Le Pen s’est totalement trompée sur le fond de son intervention du dimanche 20 au soir, où elle dénonçait un « désastre civique » et appelait ses électeurs à « déconfiner leurs idées ». Plutôt que de critiquer de facto ses anciens électeurs qui ne s’étaient pas déplacés cette fois-ci, comme le font beaucoup de partis, elle aurait été bien mieux inspirée de les appeler à l’aider au second tour. Mais pour cela, il aurait fallu être gaullienne, et elle apparaît ici comme une dirigeante politique comme une autre.

 

Car cette grêve des urnes a un sens, comme le souligne un sondage Sopra Steria, et c’est bien pour cela que le niveau de l’abstention est resté quasiment le même entre les deux tours, malgré le choc du premier. Il y a un vrai message que les Français envoient à leur classe politique en ne se déplaçant pas. La première raison est le mécontententement à l’égard de la classe politique qui les dirige depuis des années. Et cette fracture avec le monde politique est particulièrement fort pour les plus jeunes, qui ont été les premières victimes des confinements des quinze derniers mois. Cela représente une forme de sanction à l’égard du pouvoir, mais aussi à l’égard de toutes les oppositions, dont aucune ne justifie la mobilisation d’une majorité des électeurs pour une élection locale. Le désenchantement est extraordinairement profond, et quatre années de Macron ont encore détérioré la situation. Plutôt que des bisbilles dérisoires sur les plateaux, les Français méritaient un vrai mea culpa, des dirigeants politiques, mais aussi des média.

 

Les leçons politiques sont assez claires. Le socle électoral de la majorité est extraordinairement faible, avec à peine 3% des inscrits et amène à relativiser les scores de popularité ou les sondages. Et le RN, qui semblait s’imposer comme la principale alternative à Macron, sort également affaibli : il ne parvient pas à mobiliser les électeurs, et le grand écart avec les résultats de 2015 va amener à questionner la pertinence de la normalisation de la ligne politique du parti depuis 2017. La droite peut se penser plus forte en vue de 2022, mais ce n’est pas si évident. Xavier Bertrand avait réuni près de 1,4 millions d’électeurs, 32,8% des inscrits, lors de sa victoire en 2015. Cette année, il gagne avec moitié moins de voix ! En outre, tous les sortants étant reconduits, son sort est seulement celui de douze autres présidents de région sortants. En fait, cette reconduction des sortants est trop uniforme pour être enthousiaste.

 

En outre, la droite a affronté les polémiques liées au cavalier seul de Renaud Muselier, qui a choisi de s’allier dès le premier tour avec la majorité présidentielle, faisant de lui le seul président de région sortant à ne pas arriver en tête au premier tour. La gauche n’a pas traversé cette campagne de manière sereine non plus, avec les polémiques sur l’alliance avec La France Insoumise, qui a poussé Jean-Paul Huchon et Manuel Valls à dire publiquement qu’ils voteraient Pécresse au second tour. Sans affinité pour ces hiérarques socialistes, il faut tout de même reconnaître qu’ils sont beaucoup plus proches idéologiquement de la présidente sortante d’Ile de France que de Bayou et Autain. Plus globalement, Mélenchon sort à nouveau affaibli, lui, premier opposant en 2018, devenu 6ème candidat dans les sondages, dont le caractère et les sorties communautaristes ou fantaisistes inquiètent une part grandissante des électeurs.

 

Il semble surtout que dans un paysage politique d’où rien ne surnage, et où tous les partis politiques nationaux sont largement déconsidérés, finalement, les sortants de ces élections locales n’avaient en face personne qui pouvait motiver un changement. Et parce que les élus locaux sont plus populaires que les élus nationaux, il y avait une forme de logique à ce qu’en l’absence de motivation pour changer, les votants privilégient les sortants. C’est le paradoxe de cette élection : parce que les Français ont probablement majoritairement envie de tout changer dans le paysage politique, et sont aussi insatisfaits par l’opposition, institutionnelle (PS, LR, qui ont tant déçu), comme plus radicales (LFI, RN, qui suscitent beaucoup de rejet), les sortants finissent par être réélus, en partie par défaut. Quand une très grande envie de changement profondément insatisfaite peut aboutir paradoxalement à une absence de changement…

 

En somme, le message envoyé par les Français me semble finalement très clair : le refus de voter est une expression de l’insatisfaction vis-à-vis de l’ensemble du paysage politique, majorité et oppositions. Après, on peut tenter d’en tirer des leçons en matière de rapport de force, mais il semble que ce ne sont que des châteaux de carte que les citoyens pourraient aisément balayer à tout moment. Et si la seule leçon, c’était que tout, ou presque, pourrait finalement advenir dans l’année à venir ?

7 commentaires:

  1. Ce rejet massif de tous les partis politiques n'ouvre-t-il pas la voie à un candidat hors parti comme Zemmour?

    RépondreSupprimer
  2. Le message, c'est qu'il n'y en a pas : habituellement, les élections locales servent à sanctionner le pouvoir ou plus rarement à le soutenir, mais comme cette fois le parti au pouvoir n'a pratiquement pas de sortants, il n'y avait personne à sanctionner. Ajoutons à cela le fait que les gens ont la tête ailleurs avec le déconfinement et les vacances qui approchent... Résultat : abstention et statu quo. Ceux qui en tirent des conséquences politiques pour 2022 prennent leurs désirs pour des réalités : ils s'imaginent déjà que le vieux monde politique d'avant 2017 va revenir.

    RépondreSupprimer
  3. @ Antoine

    En effet, je pense qu’il y a de la place pour un candidat hors système. Aucun des grands partis ne génère une envie importante. Zemmour, je me pose la question. Il a de vrais fans et des sympathisants, mais j’ai l’impression que son audience reste limitée. Un Asselineau avec une audience un peu plus grande ? Et même si son positionnement sociétal a de la résonance, il ne sera pas seul. L’absence de discours alternatif sur les sujets économiques et européens le limiteraient grandement à mon sens

    @ Moi

    Bien d’accord

    RépondreSupprimer
  4. @Laurent Herblay
    Et une candidature de Philippe de Villiers? Il critique la mondialisation et l'UE et il a une vraie expérience politique.
    @Moi
    Il y a quand même clairement un rejet de Macron qui ne représente que 3% des inscrits!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu certains des témoignages du Grand Maître Comlan AMANGNON sur la façon dont il a aidé de nombreuses personnes à ramener leurs amants en seulement 9 jours avec un sort d'amour. J'avais un problème avec mon petit ami alors j'ai décidé de le contacter parce que j'aime tellement mon petit ami. Il a quitté la maison et a dit qu'il n'était plus intéressé par la relation sans raison, j'étais sous le choc. J'ai contacté le Maître Comlan AMANGNON et il m'a dit que mon petit ami me reviendrait dans les 9 prochains jours, le Maître Comlan AMANGNON a lancé un sortilège d'amour et cela a ouvert les yeux de mon petit ami pour voir à quel point nous nous aimons et il est rentré à la maison. Au moment où j'écris ce témoignage, je suis la femme la plus heureuse du monde. Mon petit ami et moi vivons une vie heureuse et notre amour est maintenant plus fort qu'il ne l'était avant notre rupture. Tout cela grâce au Grand Maître Comlan AMANGNON pour le travail excessif qu'il a fait pour moi, m'aidant à retrouver mon petit ami. Si vous rencontrez un problème relationnel et souhaitez une solution rapide, contactez le Grand Maître Comlan AMANGNON par e-mail: contact.maitreamangnon@yahoo.com ou par WhatsApp: +229 97788791, il est un homme digne de confiance.


    Clotilde Lapage

    RépondreSupprimer
  6. LE PRÊT ENTRE PARTICULIER SERIEUX ET FIABLE
    Mme ELEDGE Anne , vous disposez d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme à toute personne sérieuse voulant de ce prêt. Effectuer votre demande de prêt urgent? Demandez Votre Crédit Facilement et l'obtenez sous 48H !
    Prêt de particuliers à particuliers, prêt financier, prêt entre particuliers facile et rapide.
    Contacte :
    Eledgefinance@financier.com
    Eledgefinance@gmail.com
    https://wa.me/c/33751945409
    Merci à vous. 

    RépondreSupprimer
  7. Ciao a tutti. Conoscevo il signore Virgolino Claudio creditore in particolare in un forum che è davvero onesto e veloce, non posso che ringraziarvi per il vostro lavoro serio, ma file elaborato in meno di una settimana e ho ottenuto un credito di 45.000 euro. Testimonierò anch'io per aiutare i bisognosi. Il suo indirizzo e-mail: virgolinoclaudio7@gmail.com

    RépondreSupprimer