lundi 13 septembre 2021

Le succès occulté, mais grandissant, du Brexit

Bien sûr, les Bremainers essaient encore de noircir la situation en Grande-Bretagne, en pointant le départ de quelques banquiers millionnaires, ou en s’inquiétant de pénuries, comme si la sortie de l’UE allait plonger notre voisin au stade de pays en voie de développement. Mais au contraire, notre voisin d’outre-Manche va de mieux en mieux, globalement, et surtout, en fait profiter toute la population.

 


Des échanges équilibrés et des salaires en hausse

 

Les Bremainers n’ont pas abandonné l’affaire. La moindre statistique est l’occasion pour eux de faire le procès de la sortie de la Grande-Bretagne de la tour de Babel institutionnelle européenne. En janvier, la forte baisse des exportations britanniques vers l’UE avait fait le tour des rédactions. Pourtant, cette statistique n’était guère inquiétante : non seulement il s’agissait du mois qui suivait la sortie de l’UE, forcément exceptionnel, mais ils n’avaient pas vu que si les importations depuis l’UE baissaient moins en pourcentage, elles baissaient plus en valeur absolue, faisant que le déficit commercial avec l’UE de la Grande-Bretagne s’était réduit, et contribuait donc de manière positive à la croissance de l’économie britannique… Les bons chiffres des mois suivants ont logiquement fait disparaître cette information de l’actualité.

 

En outre, même s’il faut attendre la fin d’année pour émettre un jugement plus solide, le bilan des six premiers mois de l’année reste positif pour Londres. Sur 6 mois, par rapport à 2020, les importations en provenance de l’UE progressent de 2%, contre une hausse de 9% pour les exportations vers l’UE, ce qui permet de réduire le déficit commercial de 3,7 milliards de livres. Mieux, la comparaison avec 2019 est encore plus favorable à Londres, puisque si les exportations britanniques reculent de 15%, les importations venues de l’UE baissent de 24% : le déficit commercial avec l’UE est tombé de 52 à 32 milliards de livres en deux ans ! La réalité, c’est que, depuis le début de l’année, le commerce avec l’UE est une source de croissance pour Londres, si on dépasse les ruptures de stock montées en épingle

 

De même, les Bremainers sautent sur la moindre information qui pourrait faire croire que Londres va perdre sa place de premier centre financier européen. Le départ de 95 banquiers de Londres en 2019 a ainsi fait l’objet d’une dépêche AFP. Mais dans le détail, on constate surtout que 70% des banquiers millionnaires de l’UE étaient encore à Londres… contre 10% à Francfort. Mieux, le Telegraph pointe que les exportations britanniques de services financiers vers l’UE augmentent ! Et l’examen des statistiques commerciales montre à nouveau que si les échanges reculent, à nouveau, les importations reculent plus que les exportations (à l’exception des services financiers, en hausse), ce qui permet à Londres d’améliorer également son solde sur les échanges de services, soutenant sa croissance…

 

Bien sûr, il y a des pénuries, mais leur impact est négligeable, tant pour la croissance, qui sera plus forte en 2021 outre-Manche que dans l’UE, que pour le commerce, puisque la Grande-Bretagne réduit son déficit avec ses anciens partenaires. Les baisses de certaines exportations sont plus que compensées par d’autres, au global. Et si la situation du marché du travail se tend, avec les restrictions mises en place à l’immigration, cela a un effet bénéfique sur les salaires, qui affichaient une progression historique de 8,8% en juin. Cette progression est particulièrement marquée pour les bas salaires. Tout aussi important, le reflux de l’immigration était aussi une demande de beaucoup d’électeurs favorables au Brexit, faisant de cette baisse une réalisation politique positive majeure de l’édifice global du Brexit.

 

Bien sûr, cela n’empêchera pas les Bremainers contrariés de prendre le moindre épiphénomène pour tenter d’en faire un arbre qui cacherait la forêt des réussites du Brexit. Mais finalement, le meilleur juge de paix sur le sujet, c’est sans doute le peuple britannique, qui continue d’exprimer une nette préférence pour la majorité en place et Boris Johnson sur les très tièdes travaillistes.

2 commentaires:

  1. On peut dire tout ce qu'on veut sur les rosbifs mais eux, au moins, ils défendent leurs intérêts.

    RépondreSupprimer
  2. LE PRÊT ENTRE PARTICULIER SERIEUX ET FIABLE
    Mme ELEDGE Anne , vous disposez d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme à toute personne sérieuse voulant de ce prêt. Effectuer votre demande de prêt urgent? Demandez Votre Crédit Facilement et l'obtenez sous 48H !
    Prêt de particuliers à particuliers, prêt financier, prêt entre particuliers facile et rapide.
    Contacte :
    Eledgefinance@financier.com
    Eledgefinance@gmail.com
    https://wa.me/c/33751945409
    Merci à vous. 

    RépondreSupprimer