mardi 21 février 2012

Sarko l’embrouille

Il paraît que plus c’est gros, plus ça passe. Il faut espérer que l’adage ne soit pas vérifié d’ici deux mois car le président candidat démontre une capacité incroyable à dire et faire tout et son contraire, et inversement. Mais dix ans de ce spectacle semblent avoir eu raison de la patience des Français.

Candidat du peuple contre les élites ?

C’est la dernière ficelle trouvée lors de ses premiers meetings de campagne. Lui, le président de la République, au pouvoir depuis dix longues années, serait le candidat du peuple contre les élites, qui soutiendraient François Hollande ! Mais de qui se moque-t-on ? Bien sûr, une partie non négligeable des médias soutient le candidat socialiste, mais lui aussi a droit à ses troupes de choc, à TF1, au Figaro, à Europe 1 ou dans une partie du service public !

En outre, de telles déclarations sont totalement ridicules de la part du président qui a fêté son élection au Fouquet’s avec les patrons du CAC40, avant d’aller fêter son élection, non pas dans un monastère, comme il l’avait évoqué, mais sur le yacht de Vincent Bolloré ! Bonjour le président du peuple contre les élites ! Et ces dernières peuvent le remercier pour la baisse de l’impôt sur les successions, le temporaire bouclier fiscal ou la baisse de l’ISF, qui a échappé aux plans d’austérité.

L’idée peut paraître habile, mais la ficelle est tout de même énorme. A moins d’être un sarkolâtre sans le moindre recul, comment gober cette histoire ridicule ? Son seul espoir est sans doute qu’à force de s’agiter, il finisse par tellement donner le tournis aux Français qu’une proportion suffisante finisse par perdre tout repère politique et croît à cette « story » sans queue ni tête inventée par se communicants. Attention, bientôt il s’attaquera au bilan du gouvernement !

Le candidat du référendum et de la proportionnelle ?

Mais dans la série des déclarations complètement contradictoires, le fait de construire sa campagne sur le fait de proposer des référendums est également totalement risible. Outre le fait de ne pas avoir toujours été très favorable à cette pratique historique de la Cinquième République, il faut rappeler ici qu’il est le seul président de la République avec Valéry Giscard d’Estaing à ne pas en avoir fait usage, ce qui permet de grandement relativiser ce nouveau virage idéologique.

Pire, il restera à jamais le président qui a osé s’asseoir sur les résultats d’un référendum pour faire passer le texte que les Français avaient refusé avec le traité de Lisbonne. Comment le nouvel héraut du référendum ne peut-il pas voir que sa position est totalement contradictoire et par conséquent absolument pas crédible ? D’ailleurs, pourquoi n’utilise pas cette procédure pour adopter le nouveau traité européen aujourd’hui, plutôt qu’une procédure d’urgence au Parlement ?

Dans la série des incohérences, il a alourdi son cas dimanche à Marseille en évoquant une Assemblée réduite dont une partie serait élue à la proportionnelle. Encore une fois, on peut lui opposer qu’il se réveille un peu tardivement, qu’il aurait pu mener une telle réforme pendant son mandat et qu’il est curieux qu’il en attende la fin pour le proposer, à un moment où il est trop tard pour aller jusqu’au bout ! Bref, il demande aux électeurs de voter pour qu’il fasse ce qu’il n’a pas fait.

Nicolas Sarkozy parie sur une agitation désordonnée en espérant que les Français gobent ce qu’il dit et le préfèrent à François Hollande malgré ses contradictions. Mais cela ressemble aussi à l’agitation d’une personne prise dans des sables mouvants qui fait exactement tout ce qu’il ne faut pas faire.

16 commentaires:

  1. Sur le référendum, Nathalie Kosciusko-Morizet a précisé sur BFM l'idée de sarkozy, l'homme-proche-du-peuple : en substance, les référendums sur les institutions, c'est trop compliqué pour les Français, là on va faire des référendums sur des choses concrètes (chômage, immigration, ..) que les Français, ces crétins terre-à-terre, comprendraient mieux.

    Nous sommes d'accord, c'est du foutage de gueule de très haute volée...

    http://www.bfmtv.com/bourdin-2012-nathalie-kosciusko-morizet-actu23187.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nathalie Kosciusko-Morizet va finir dans ma liste spéciale dans laquelle on trouve Nadine Morano, Xavier Bertrand, Jean-François Copé et même Borloo... c'est tout l'UMP finalement !

      Supprimer
    2. Haaa l'argument massue du "c'est trop compliqué".. c'est comme dans les interviews ou débats, le "c'est trop technique"
      Vive l'idiocracy ! (cf le film du même nom)
      "dormez tranquille, on s'occupe de tout"... quand on voit la situation actuelle, c'est clair qu'ils comprennent et contrôlent tout pour le bien de tous....

      @Sylvain : dans la liste faut surtout pas oublier et rajouter Besson et Lefebvre !

      Supprimer
  2. Plus c'est gros, plus ça passe, hélas ! surtout quand on ne doute de rien et qu'on peut dire tout et son contraire avec des accents de sincérité redoutables... (NS est un excellent candidat à défaut d'être un bon président).

    Malheureusement, il y a encore beaucoup de gens qui n'ont pas Internet, que ce soit pour une question d'âge (beaucoup de +70ans ont du mal avec l'informatique -alors que majoritairement électeurs de NS), d'argent (coût du matériel et de l'abonnement) ou de réception (zones sans ADSL), beaucoup de gens encore accros au journal de TF1 ou simplement qui manquent de temps -ou d'envie- pour s'informer...

    RépondreSupprimer
  3. Sur le papier, Sarkozy a perdu, et il le sait certainement. Etant donné qu'il n'a rien à perdre, il peut donc tout se permettre. Sachant que sa meilleure chance de gagner, c'est François Hollande, hélas...

    RépondreSupprimer
  4. Hors sujet, mais je sens que vous allez en faire un prochain billet: le nouveau plan d'aide à la Grèce.
    http://www.les-crises.fr/grece-tout-faux/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

    RépondreSupprimer
  5. De manière générale je suis assez favorable et aux référendums et à une Assemblée à la proportionnelle avec un président aux pouvoirs gaulliens en matière de politique étrangère.

    La proportionnelle me semble être le seul moyen d'avoir un parlement indépendant vraiment capable d'être critique du président, et ne pas avoir se pouvoir absolu que représente le président avec sa super-majorité permanente (du fait du système électoral). Néanmoins, en ayant le président, on évite la chute constante de dirigeants de type Italie/4ème République.

    Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer
  6. Dans la famille l’embrouille je préfère François
    http://www.youtube.com/watch?v=qwJnzHFCy_Q

    RépondreSupprimer
  7. Le pire étant peut etre le fait que nos amis de l'UMP relaient ce message.

    Cf le XVeme, arrondissement de classe moyenne .
    <A HREF="http://leparisienliberal.blogspot.com/2012/02/les-hommes-politiques-sont-deconnectes.html</A>

    RépondreSupprimer
  8. Il ne reculera devant rien !

    Un axe Marine-NDA les mettrait tous en calbute !

    RépondreSupprimer
  9. @ Pinsolle
    En tout cas je ne savais pas que NDA était si pote avec Cantona pour lui racconter tout ce qu'il ne dit pas en revanche dans les médias. J'aime bien quand les politiques se font piéger par un canular. NDA s'est totalement ridiculisé après cela aucune chance qu'il puisse representer une alternative.
    http://www.lefigaro.fr/politique/2012/02/21/01002-20120221ARTFIG00578-piege-par-un-canular-dupont-aignan-se-lache-sur-sarkozy.php

    RépondreSupprimer
  10. @ Fiorino

    Pas du tout d'accord. Au contraire, beaucoup de gens m'ont dit qu'ils avaient apprécié son ton, honnête et pas politicien pour deux sous.

    @ Anonyme

    Non.

    @ CJ

    A titre purement personnel, je crois qu'il faudrait conserver l'Assemblée telle qu'elle est aujourd'hui mais en revanche, on pourrait introduire 50% de proportionnelle au Sénat pour permettre à tous les courants d'être représentés. Comme cela, on garde l'efficacité de la Cinquième tout en améliorant la représentativité.

    @ Claribelle

    Bien vu et j'en ai parlé ce soir dans l'émission Le Débat sur France 24.

    @ Nicolas

    Juste. Sauf qu'il est probable qu'il croit pouvoir gagner.

    @ Ovide

    Avec un peu de chances, je vais débattre avec elle !

    RépondreSupprimer
  11. @ Pinsolle
    Ah sans doute les gens de gauche l'ont aprecié (comme Cantona d'ailleurs), il fait campagne pour l'élection de Hollande, c'est clair..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si dire " c'est parce que je ne peux pas accepter ce que font les trois candidats du système" c'est soutenir Hollande ...
      Si dire " François Hollande, c’est un type bien, au fond. Et le pansement Hollande est bien mieux que le pansement Sarkozy [mais]De toute façon, ça ne changera rien." c'est soutenir Hollande ...

      Moi je lis ça "c'est un type bien, mais nul ..." (bon c'est mon interprétation et j'ai même des doutes sur "le type bien" )

      Supprimer
  12. @Laurent

    Quelle chance !! Plus sérieusement, à mon avis, vous devriez attaquer sur son point faible : le pétrole et le prix de l'énergie. Cela vous évitera d'être stigmatiser sur l'euro ou l'union européenne et de tomber dans la nasse du fn. Une fois que vous y êtes (et ça va très vite comme vous le savez) même si vous vous en défendez, vous y êtes...

    Or, vous avez encore le temps d'avoir un discours franc et sincère sur l'avenir énergétique de la France. Balayer l'argument du pétrole de Guyane (inévitable), cela ne suffira pas et Total préfèrera l'exporter (mondialisation oblige, ce n'est plus une "ressource nationale"). Dans ce contexte, la sortie de l'euro aurait un point positif : c'est une taxe carbone générale, payée par l'ensemble de la population, de 25 à 30% (tout dépendra de la façon dont le dollar évolue). Donc c'est une bonne manière de préparer la France à l'avenir de pénurie énergétique (du moins en ce qui concerne les transports routiers et aériens) et de pénurie alimentaire (il faut absolument décarboner massivement notre agriculture) et au final de stimuler l'innovation..

    RépondreSupprimer
  13. @Fiorino : pas d'accord, au contraire cela me semble plutôt bénéfique pour NDA. Un homme politique qui dit la même chose en off qu'en public ! Les termes sont justes un peu plus directs :-)

    Il parait que Gérald Dahan a été viré pour cela. NDA s'honorerait à le soutenir au nom de la liberté d'expression.

    RépondreSupprimer