mercredi 22 août 2012

Sécurité : l’arbre Valls peut-il cacher la forêt socialiste ?


Quelle est la ligne du gouvernement en matière de sécurité ? Faut-il se fier au martial Manuel Valls ou à la compréhensive Christiane Taubira ? La polémique sur la question de l’expulsion des roms, où la politique du nouveau ministre de l’intérieur rappelle celle de l’équipe précédente, repose à nouveau la question.

Fermeté médiatique n’est pas efficacité

Manuel Valls a décidé de mettre ses pas dans ceux de Nicolas Sarkozy. Ce n’est sans doute pas surprenant pour un aspirant à l’Elysée. Il a tout fait pour obtenir la place Beauvau (arrivant même à écarter François Rebsamen) et met ses pas dans ceux de son pas si lointain précédesseur : omniprésence médiatique, discours extrêmement ferme à toutes les occasions, y compris à l’égard des roms, qui sont expulsés de leur campement comme il y a quelques ans.

Mais ce n’est pas tout de tenir un discours ferme. Il faut également mener une vraie réflexion sur les causes de cette violence, qui sévit à Amiens mais aussi dans nos écoles, et sur les moyens de mettre fin à cette spirale de violence qui gangrène notre société. Et pour l’instant, derrière le discours martial et la réactivité médiatique de Manuel Valls, qui rappelle tellement Nicolas Sarkozy, on peine à discerner une véritable direction politique qui pourrait venir à bout de ce problème.

En effet, derrière l’agitation verbale, médiatique et législative des dix années, les violences aux personnes n’ont cessé de progresser, 60% depuis 2001, ce que le chiffre global de la délinquance camoufle en mélangeant choux et carottes. Bref, même s’il n’est sans doute pas inutile d’afficher la fermeté de l’Etat, cela ne remplace pas une réflexion et une politique globales de sécurité que ne peut rassembler un assemblage baroque de lois rédigées à la hâte en réaction à l’actualité.

Le PS a du mal à sortir de l’angélisme


Mais outre le fait que Manuel Valls risque de ne pas faire mieux que cela, il est aussi un peu seul dans cette équipe gouvernementale qui retombe dans l’angélisme du gouvernement Jospin après le départ de Jean-Pierre Chevènement. Même si François Hollande a mis en avant cette thématique le 14 août, à part une augmentation des moyens, il n’y avait pas un vrai projet pour mettre fin à l’augmentation de l’insécurité. Mais le pire reste la petite musique qui émane de l’équipe au pouvoir.

Entre Martine Aubry et Cécile Duflot qui critiquent les conditions de l’expulsion des roms et Christiane Taubira, toujours prompte à critiquer la sévérité de notre système, la majorité présidentielle ne manque pas de grandes âmes pour dénoncer le traitement trop dur infligé aux délinquants ou aux criminels. Il est effarant que ce qu’on appelle la gauche se soucie autant des coupables et aussi peu des victimes, oubliant pourtant que ces dernières sont souvent les plus faibles et les plus jeunes.

Bref, Nicolas Dupont-Aignan avait bien raison de prévenir que « la gauche revient à ses vieux démons ». Certes Manuel Valls va donner le change par des discours martiaux, donnés dans un style et une fréquence toute sarkozyste, mais les projets de la ministre de la Justice, qui veut vider les prisons, semblent indiquer que la véritable direction du gouvernement n’est pas vraiment à la fermeté. Alors que l’impunité règne pour de nombreux délits, le gouvernement veut assouplir les peines !

François Hollande aime le double langage. Pendant la campagne, il faisait de la finance son ennemi, tout en allant rassurer les banques à Londres. Pour la sécurité, Manuel Valls assurera une partition sécuritaire sensée camoufler un projet laxiste. Comme Montebourg avec la désindustrialisation en somme…

20 commentaires:

  1. L'angélisme c'est bien connu c'est toujours la gauche et la droite est forcément dans la réalité qui s'est toujours contenté de multiplier les lois comme du temps de NS: à chaque fait divers une loi en remplissant les prisons toujours surpeuplées au point d'exempter certains condamnés de leur peine sans trouver de vraies solutions à ce qui rend pénible la vie commune comme toutes les formes d'incivilités par manque de réflexion de fond. Je pense que Madame Taubira est lucide sur sur la prison qui n'est pas forcément le seul remède aux maux de la société comme le fût en partie Madame Dati. Construire de nouvelles prisons ou aménager des casernes est un appel d'air pour emprisonner toujours et encore qui a un coût économique qu'il faut dire à nos concitoyens, des impôts en plus!
    De plus un changement complet de politique économique et social réduira l'importance de ces problèmes et produira un changement conséquent d'état d'esprit de nos concitoyens.

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas Gonzales22 août 2012 à 12:37

    Laurent, il ne s'agit pas me semble t-il de dénoncer le traitement trop durs infligé aux délinquants aux criminels. Les prisons sont au contraire tellement pleines qu'on ne peut même plus appliquer les courtes peines ! Face à cela, soit on construit de nouvelles prisons, soit on développe les peines alternatives. Les deux solutions sont aussi couteuses l'une que l'autre. Mais les secondes tirent la conclusion avérée par un nombre impressionnant d'études, tant en France qu'à l'étranger, que la prison fabrique la délinquance. A quoi ca sert d'envoyer tout le monde en prison si ça favorise la récidive ?

    Et qui peut croire qu'en construisant 20 000 places de prisons supplémentaires on va résoudre le problème de la délinquance ? L'Etat pénitence à droit de cité depuis des années dans le monde anglo-saxon : on peut y admirer les résultats.

    De même on peut tout à fait dénoncer l'angélisme de certaines bonnes âmes de gauche sur ces questions. On peut aussi se réjouïr globalement que la ligne suivie par le gouvernement soit celle de Valls. Qu'elle ne soit pas parfaite, c'est une chose, mais qui l'aurait cru il y a seulement quelques années encore ? Surtout après tous les échecs et les discours de Sarkozy en la matière ?

    Je pense depuis longtemps que la politique de sécurité est une chaîne à quatre éléments : prévention-répression-justice-peine. Le grand trou noir aujourd'hui de cette chaîne, c'est la justice, sur un point précis : la loi doit être appliquée rapidement si l'on veut qu'elle est un effet visant à limiter le plus possible la récidive. A quoi bon être condamné des mois après les faits si entre temps on a continué sur une pente glissante ? De ce trou noir, nul ne parle. On commence enfin à parler de l'autre trou noir, celui de la prison, mais ce ne sera de toute façon pas suffisant.

    Bref, un certain équilibre, avec bien moins d'angélisme qu'auparavant, caractérise l'action de la gauche en la matière. Ca me paraît incroyable au vu du passé de la gauche, et c'est indiscutablement positif par rapport aux dix années précédentes. Mais si quelqu'un à une recette miracle pour "venir à bout de ce problème", qu'il n'hésite pas à la développer longuement ! Je suis sincèrement curieux.

    Bref, c'est le 1 article sur 100 ou je ne suis pas d'accord avec vous ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec vous.

      Emmanuel B

      Supprimer
  3. Mouais je ne suis pas sur que la fermeté, les grosses peines de prison ou même la peine de mort en extrapolant serve vraiment a diminuer le crime on voit bien que au USA ca ne marche pas du tout...

    RépondreSupprimer
  4. Vu sur Agoravox ; pas mieux !

    Les plus pauvres en France vivent aujourd’hui à la campagne. Ils sont pour l’essentiel des gens âgés, qui ont travaillé toute leur vie sans brûler quoi que ce soit et qui ont vu la mondialisation miraculeuse amenée par les élites urbaines ruiner leur équilibre économique, compromettre leur environnement et, cerise sur le gâteau, leur expliquer que c’était des beaufs

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/reveillez-vous-picards-121472?fb_action_ids=489124087766560&fb_action_types=og.recommends&fb_source=timeline_og&action_object_map={%22489124087766560%22%3A10151363860214517}&action_type_map={%22489124087766560%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]

    RépondreSupprimer
  5. Robert Lohengrien22 août 2012 à 14:46

    Sans vouloir défendre le PS, mais il faut prendre en considération le poids de Bruxelles. Si vous appliquez simplement les droits de République pour reconduire les Roms, par exemple, Bruxelles vous dira que cela est contre certains principes, comme le principe de la libre circulation, entre autres. Et puis il faut être humaniste, il faut bien que l'Europe néolibéral du fric montre un côté humain. Par conséquent, le gouvernement n'est pas libre de ses actes. On passe facilement pour un raciste ou pour un nationaliste, ce n'est pas politiquement correct ni admis.

    La violence augmente pour des raisons connues: insécurité économique galopante, une immigration mal maîtrisée, changements sociologiques. Le nouveau gouvernement est aussi impuissant face à ces phénomènes que le précédant. Ce qui m'a étonné: la nomination de Montebourg. Il est porteur d'une mission impossible. On sait que, grâce à la mondialisation, l'exode des sociétés continuera, le chômage augmentera pour atteindre un seuil insupportable...... On dirait que l'on lui a proposé ce poste pour qu'il foncera droit dans le mur - pour s'en débarasser.

    RépondreSupprimer
  6. "Mais les secondes tirent la conclusion avérée par un nombre impressionnant d'études, tant en France qu'à l'étranger, que la prison fabrique la délinquance. A quoi ca sert d'envoyer tout le monde en prison si ça favorise la récidive ?"

    Il faut arrêter de dire ce genre de contre-vérité.
    Ce n'est pas la prison qui fabrique la délinquance. Si la société met quelqu'un en prison c'est parce qu'il a au préalable commis un acte délictueux.
    Il faut plutôt dire que la réinsertion de la personne condamnée est ce qui pose problème.
    On voit bien qu'il faut agir à deux niveaux : d'un côté les conditions institutionnelles du plein-emploi et des moyens alloués à la réinsertion des ex-prisonniers et de l'autre la fermeté a l'égard de la délinquance.

    RépondreSupprimer
  7. Sur un tout autre sujet : voici un lien vers un édito de Laurent Joffrin, qui prêche une dévaluation de l'euro et semble assez conscient de la possibilité d'une explosion de la monnaie unique à moyenne échéance (éventualité qu'il ne souhaite pas, bien entendu):
    http://tempsreel.nouvelobs.com/laurent-joffrin/20120822.OBS0116/alerte-maximale-sur-l-euro.html

    Intéressant pour suivre l'évolution idéologique du PS à peu près en son centre de gravité.

    Emmanuel B

    RépondreSupprimer
  8. @ Emmanuel

    Joffrin qui recycle les recommandations du Che : ce serait tellement drôle si qqun le lui rappelait sur un plateau. Dommage, cela n'arrivera pas... En même temps, Sarkozy disait cela en 2007.

    @ Cording

    Ce n'est pas exactement mon propos, même si l'angélisme est plutôt à gauche. En revanche, il est bien évident que le bilan de 10 ans de Sarkozy est catastrophique : rien n'a été réglé (violences aux personnes qui ont fortement progressé malgré l'agitation).

    @ Cording et Nicolas

    Je suis d'accord que la prison n'est pas la solution à tout, bien évidemment. En même temps, condamner qqun à 6 mois fermes et ne rien lui faire faire est-il la bonne décision ? Je crois qu'un sentiment d'impunité se développe et cela est calamiteux. Je crois qu'il faudrait être plus dur sur les petits délits (je vais revenir dessus) et surtout systématique. Cela pourrait sans doute freiner les gros délits et les crimes.

    Trois grands principes pour moi :
    - appliquer les peines de manière plus fermes (car l'impunité aussi favorise la récidive), quitte à mettre en place des peines alternatives si cela semble plus adaptée
    - l'impunité zéro pour les petits délits (et il ne s'agit pas de faire faire de la prison, mais des peines de type TIG) pour stopper la délinquance quand elle est moins grave, stopper le mal à la racine en sorte
    - restaurer le sanctuaire éducatif, qui en a bien besoin

    @ Robert

    Très bien vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joffrin sent simplement le vent tourner et se repositionne ce type finira a minute si c'est son intérêt il a deja fait un beau parcourt dans ce sens

      Supprimer
  9. Nicolas Gonzales22 août 2012 à 21:13

    @Laurent

    Je suis ok sur tes trois grands principes, et je pense qu'en réalité, Valls aussi. Cela dit les nouvelles peines préférées à la prison, l'impunité zéro qui nécessitent une décision judiciaire rapide, etc, cela suppose plus de moyens en direction des condamnés : tout politique préférera toujours "le parti des victimes" selon une présentation manichéennes (qu'on trouve d'ailleurs dans ton billet) et qui est vraiment grotesque. Ce sera toujours plus payant de dire : "prison, prison, prison" même si ça coûte plus cher en argent et que cela favorise la récidive. C'est bien pour ça que la condamnation bien trop rapide de la politique de sécurité de la gauche ne me paraît pas adaptée. Je crois précisément que la gauche essaye, au moins un peu, d'aller dans le sens de ces principes (sous des mots de gauche). Suis je trop angélique ?

    RépondreSupprimer
  10. si nous disons que la prison cela ne fonctionne pas en référence aux USA nous pouvons aussi nous demander si le laxisme aux USA ne générerait pas encore plus de délinquance et lycée de versailles en France ; il faudrait que toutes ces convictions soient appuyés par des études sérieuses .
    Sur Valls je crois que c'est un politicard de la pire espèce de ceux qui ont des idées en inéquation avec leur parti et qui y reste par confort

    RépondreSupprimer
  11. Je me trompe peut-être, mais j'ai comme l'impression que dans leur immense majorité les "syndicats" d'enseignants sont toujours dans une logique purement soixante-huitarde : ZERO répression, "il est interdit d'interdire", "l'enfant va à l'école pour s'épanouir ( de préférence avec un enseignant pédophile, voyez notre cher Dany ) et pas pour apprendre".
    Quant aux "Parents d'Elèves" et à leurs sacro-saintes "associations" ils ne valent guère mieux, apparemment.

    J'ai tort ? Les syndicats d'enseignants ne sont pas plus représentatifs que les autres syndicats ? Alors pourquoi les enseignants ne les boycottent-ils pas, forçant par des taux de participation plus que ridicules les crapules des gouvernements successifs ( Vous vous souvenez de Luc Chatel ? On n'avait pas vu depuis des dizaines d'années un Ministre de l'Education Nationale aussi stupide ni aussi abject, voulant supprimer les livres, supprimer l'Histoire de France et remplacer l'enseignement du français par celui de l'anglais ? Qui cela a-t-il fait protester ? Personne ! Et son brillant successeur ne vaut pas mieux, cela se voit déjà ! ) à se demander si par hasard il n'y aurait pas un problème quelque part ?

    Faire respecter les enseignants ? Mais ils n'ont qu'à être respectables !

    Sancelrien

    P.S : Pour éviter des discussions oiseuses, que les enseignants et parents d'élèves qui seraient choqué(e)s par ce que j'écris commencent donc par se demander POURQUOI j'ai une pareille perception de l'ex Education Nationale.

    RépondreSupprimer
  12. "POURQUOI j'ai une pareille perception de l'ex Education Nationale."
    Par ignorance du terrain, probablement ?
    Votre discours sur la dégradation de l'enseignement ressemble à celui de toutes les salles des profs... à part sur l'attribution des responsabilités, évidemment...
    Les profs anti-autoritaires, laxistes ou tout simplement feignants existent bien sûr mais ne représentent pas la majorité, loin s'en faut. En revanche c'est cette minorité qui est donnée en exemple, ou le plus souvent promue, puisqu'elle est en phase avec les attentes de la hiérarchie.
    Pourquoi ne se révoltent-ils pas ? Pour les mêmes raisons que les autres professions, elles aussi confrontées à des politiques mortifères...
    La désignation de boucs-émissaires n'est jamais la bonne façon d'aborder un problème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour avoir de la famille dans l'Education Nationale assez d'accord avec J Halpen
      Dans certains quartier ( pas que dans le 93 mais dans les bobos aussi ) il faut avoir un moral d’acier pour faire classe et surtout pas de vagues ; je leur tire mon chapeau même a ceux qui par lassitude finissent par laisser tomber

      Supprimer
  13. @ Nicolas,

    Le problème, c'est que l'équilibre global dans le discours du gouvernement penche vers un assouplissement alors qu'il faudrait une "impunité zéro" et des mesures concrètes. A part les sorties médiatiques de Valls (similaires à celles de Sarkozy), il y a un biais que je juge très mauvais. Je ne connais pas suffisamment le sujet pour dire si certaines peines de prison doivent être converties ou pas. Je suis parfaitement prêt à entendre ce discours mais pour des exemples précis à débattre, mais j'ai plutôt l'impression que le gouvernement est parti dans un discours relativiste bisounours (à l'exception de Valls), sans grand projet d'ensemble.

    @ Patrice

    D'accord sur Valls. C'est un bébé Sarkozy, moins doué il me semble.

    @ Sancelrien, Patrice et J Halpern

    Pas d'accord. Quand les professeurs ne peuvent plus sanctionner leurs élèves du fait de la circulaire Lang, ils font aussi ce qu'ils peuvent. Certes, certains étaient d'accord avec cela, mais j'imagine que certaines fédérations de parents d'élèves comme la FCPE ont sans doute poussé dans cette direction absurde.

    Aujourd'hui, je crois qu'il faut serrer les coudes avec eux car ils font leur travail dans des conditions assez scandaleuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est ce que l'on dit

      Supprimer
    2. Je le répète, si les enseignants ne sont pas contents des syndicats qui les "représentent", pourquoi ne s'en débarrassent-ils pas en refusant de les élire ?
      Réponse : parce que ceux qui se soucient réellement de l'éducation des enfants, qui ont la "vocation", comme on dit, et j'emploie le mot sans plaisanter, ne sont qu'une minorité.

      De toutes manières, aussi longtemps que le soixante-huitardisme sera la religion dominante en France ( il l'est, et de très loin, avec trois énormes et inexpugnables bastions : l'Education Nationale, le Syndicat de la Magistrature et l'Eglise de France - je peux en parler, un de mes neveux étant évêque ) rien ne sera possible.

      Pour ce débarrasser de ces gens il faudra une guerre civile et/ou une épouvantable crise économique pour déclencher la guerre civile.

      Désolé d'avoir parlé.

      Sancelrien

      Supprimer
  14. @ Robert
    "Si vous appliquez simplement les droits de République pour reconduire les Roms, par exemple, Bruxelles vous dira que cela est contre certains principes"

    Et bien on s'en fout comme l'a fait sarko il suffit de rappeller à Bruxelles qu'il y a pas eu de suivi sur les millions (ou miliards je sais plus) donné à la Roumanie et à la Bulgarie pour intégrer les roms. Il faut arrêter de réjeter la faute sur l'Europe. Par ailleurs sur l'immigration il y a un certain nombre de loi qui son la conséquence des accords d'Evian (la principale nationalité chez les immigrés qui arrivent en France c'est les algériens). A chaque fois que je pose la question à Pinsolle il me repond Europe, on va recuperer notre souveranité. Sauf que les accords d'Evian ça n'a rien à voir avec l'Europe, DLR ne sera jamais credible, s'il ne mettera sur la table aussi ces genres d'accords. C'est quand même fous que ce soit plus facile d'immigrer d'Algérie que d'Haïti un pays qui a fait le choix de la langue française nonobstant les differents tentatives des USA pour imposer l'anglais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les accord d'evian n'ont rien a voir avec l'immigration magrébine ; l'immigation est environ 50% africaine dont 25% magrébine et selon DLR nous n'avons PAS besoin d'immigration . Voir I comme immigration dans le petit livre mauve de NDA .
      Il faut aussi être cohérent arrêter de jeter la faute sur l'europe et s'en foutre !!!!

      Supprimer