mercredi 6 novembre 2013

Bayrou-Borloo : l’alternative en carton


Hier soir, François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont scellé leur alliance sur le plateau du journal de TF1. L’UDI et le Modem ont signé un contrat de mariage mais pas de fusion, comme au temps de l’UDF, qui rassemblait divers partis. Une union totalement dans le débat public actuel.



L’UDF 2.0, petit filet d’eau tiède

Bien sûr, il y a une opportunité tactique, du fait du profond désamour des Français, tant pour la majorité actuelle que pour l’UMP, qui ne s’est pas remise de la tragi-comédie de l’élection de son président. Mais c’est une chose de surfer sur un mécontentement, cela en est une autre de rassembler des suffrages aux élections. Car quelle politique cette « Alternative » va bien pouvoir porter ? Quelle serait la différence en matière d’Europe, de mondialisation, d’immigration, de sécurité, d’éducation entre les centristes et les politiques menées sous Nicolas Sarkozy et François Hollande ? Ce n’est pas l’indigent filet d’eau tiède qui leur sert de charte qui va nous éclairer sur la question.

Les centristes ont voté tous les traités européens, accepté la camisole budgétaire, soutiennent le traité transatlantique, l’indépendance des banques centrales et la privatisation de la création de la monnaie, le libre-échange dérégulée, la course à la compétitivité. Pire, en 2012, alors que le candidat PS voulait équilibrer le budget en 2017, que le président sortant annonçait 2016, François Bayrou annonçait 2015. Aurait-il alors pratiqué une politique d’austérité sauvage pour y arriver, coupant plus encore les dépenses et augmentant plus encore les impôts qu’aujourd’hui ?

Quel espace politique ?

Alors, bien sûr, la droitisation de l’UMP créé un certain espace politique. Le virage anti-Etat et anti-impôts de plus en plus assumé de la formation dirigée par Jean-François Copé créé un espace politique. Ce dernier a ainsi proposé de réduire la dépense publique de pas moins de 130 milliards d’euros, sans naturellement s’appesantir sur les détails. Les jeunes actifs de l’UMP ont carrément proposé de supprimer l’impôt sur le revenu, faisant passer Reagan et Thatcher pour de dangereux progressistes adeptes de la redistribution des revenus. Naturellement, le financement n’est pas précisé.

Néanmoins, il ne faut pas surestimer l’espace politique de l’UDF 2.0 car sur l’Europe ou la mondialisation, on peinera à distinguer les différences avec l’aile la plus libérale du PS (Moscovici & Co) et l’aile plus modérée de l’UMP. On ne voit pas bien en quoi ils pourraient proposer des solutions différentes pour lutter contre le chômage. Ils proposent ce même cocktail indigeste qui étouffe le pays, à savoir plus d’Europe et de compétitivité, en l’habillant d’humanisme et d’écologie. Mais il sera difficile de voir la différence avec le PS. D’ailleurs, les deux propositions faites hier soir (une meilleure représentation des partis et une baisse de charges) sentaient le réchauffé et qui ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Du coup, le choix des européennes comme première élection nationale pour la nouvelle alliance apparaît très hasardeux. En quoi les électeurs pourraient être motivés pour soutenir cette liste qui soutient comme tant d’autres cette mauvaise Europe qui les torture. Le succès est, heureusement, tout sauf certain.

26 commentaires:

  1. Encore un montage qui ressemble à un collage de bobos de gamins bien au chaud qui ne reflète plus la réalité dramatique dans laquelle se trouve 25 millions de chômeurs européens et sans rapport avec la puissance des multinationales , fonds d'invests, bad banks , etc.... Seule chose positive : Bayrou a retrouvé un job ....

    RépondreSupprimer
  2. Du côté FN ça recrute...

    «Des hauts fonctionnaires, on en trouve assez facilement. Moi j'avance à découvert mais je ne suis pas du tout le seul. Beaucoup envoient déjà des papiers et donnent des conseils. En revanche, l'expérience de la gestion de l'intérieur d'un parti politique est quelque chose de plus rare»

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/05/01002-20131105ARTFIG00633-un-proche-d-alain-juppe-rejoint-marine-le-pen.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @olaf,
      regardez Florian Philippot, enarque et trentenaire. Il est l'incarnation de l'institutionnalisation du FN qui est en marche. Dans quelle mesure ce phénomène va réussir à changer la PME Le Pen, c'est un mystère car d'autres tentatives d'organisations ont échoué par le passé, notamment lors de l'épisode Mégret en 1998.
      Quoiqu'il en soit, c'est le signe que le parti de la famille Le Pen est en pleine mutation, et ne ressemblera pas au parti démagogue et protestataire qui a explosé médiatiquement il y a presque 30 ans. En effet, tous les grognards du parti d'alors (ex-collabos, ex-Algérie Française, ex-OAS) sont soit morts, soit vieux, ou ont quitté le parti lors du putsch raté des mégrétistes. Donc la composition interne des militants a profondément changé, bien qu'il reste des scories, comme le montre le tweet scandaleux et insultant envers C.Taubira de la candidate FN publié la semaine dernière.
      Ce parti est probablement l'un des plus jeunes de l'échiquier politique, et ça le rend particulièrement dangereux, car s'il pose de vrai question, comme le disait jadis L.Fabius en 1985, il y a apporte toujours de mauvaises réponses...

      CVT

      Supprimer
  3. Devant la montée des partis anti-systeme (FN, DLR, FG), les partis du systeme vont bientot etre obligés de s'allier pour conserver le pouvoir (comme c'est deja le cas dans plusieurs pays d'Europe, favorisé par les regimes parlementaires). Dans ce cadre, un Centre fort et uni peut tirer son epingle du jeu en apparaissant comme le point d'equilibre entre UMP et PS. Je pense que c'est le calcul de Bayrou et Borloo, dont l'un d'eux pourrait rapidement devenir le premier ministre d'une majorité de coalition. Ce sont indeniablement des adversaires pour DLR, mais des adversaires à ne pas negliger.

    Talisker.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Talisker,
      désolé, mais comme on dit chez les anglo-saxons, "I don't buy it" ( je ne marche pas...).
      Si vous ne l'avez pas déjà fait, réécoutez la rubrique d'Eric Zemmour d'hier, elle est forte instructive, et il a raison, et elle va plutôt dans le sens de Laurent Pinsolle: électoralement parlant, le centre n'existe plus! Si les partis existent, ils n'ont plus d'électeurs, car les Français se sont radicalisés: les plus pauvres votent FN, les enfants des classes moyennes déclassées votent FDG, le reste vote UMPS, car ce duopole
      représente le VRAI centre!
      Au fond, toutes les idées défendues par Borloo et Bayrou sont défendues plus efficacement par le PS et/ou l'UMP, qui ont un seul programme en commun: l'UE!


      CVT

      Supprimer
    2. Oui, vos arguments et ceux de Zemmour sont pertinents.

      Mais l'on peut aussi imaginer un scenario en 2017 dans lequel le candidat UMP (au hasard, Fillon) se retrouve au second tour contre Marine Le Pen. Des lors, il est obligé de rassembler large et de faire appel à la Gauche, d'autant plus qu'il sent son aile droite assez tiraillée. Il annonce des lors Borloo ou Bayrou comme futur premier ministre. Est-ce si improbable ?

      Talisker.

      Supprimer
    3. Et cela marche aussi dans un cas Hollande vs Le Pen, avec une partie consequente de l'UMP qui rejoint Le Pen, le Front de Gauche qui decide de ne pas soutenir Hollande apres un quinquennat jugé desastreux, et le PS contraint de s'ouvrir vers la Droite modérée en mettant Bayrou premier ministre.

      Talisker.

      Supprimer
    4. @Talisker,
      en gros, vous misez sur un gouvernement d'ouverture, voire d'union nationale contre le FN? Ce serait désastreux, car que se passerait-il si ça échouait? Le FN serait pour le coup la seule alternative crédible...
      Le calcul cynique fait par l'UMP et le PS d'être seul au second tour contre le FN est une version soft de la politique du pire: ce n'est jamais bon signe car ça signifie qu'on fait passer les calculs politiques AVANT la gestion des affaires de l'Etat. En clair, on fait une politique contraire aux intérêts des Français, tout en espérant se faire réélire grâce à cette martingale. L'ennui, c'est que si la situation économique se dégrade, une frange de la population pourrait se soulever et mettre le pays à terre...

      CVT

      Supprimer
    5. Il s'agit bien entendu de pronostiques de ma part, en aucun cas de souhaits. Pour reussir, il faut combiner union nationale et rupture programmatique, reunir les Francais tout en changeant les paradigmes. C'est bien en cela que la demarche de DLR est interessante.

      Neanmoins, je suis assez pessimiste et je vois se profiler exactement ce que vous decrivez :
      - un deuxieme tour X vs Le Pen en 2107
      - X gagne et fait un gouvernement d'ouverture et applique un programme tres centriste. Le RBM s'installe comme la principale opposition.
      - Le programme echoue. Le Pen est elue en 2022

      Gageons qu'alors, apres cinq ans de desastre, la politique francaise se regenerera et se refondera completement sur des racines plus saines. Mais ce serait mieux que cela soit fait "avant" que le pire n'arrive.

      Talisker.

      Supprimer
    6. @ CVT. "On fait passer les calculs politiques AVANT la gestion des affaires". C'est pourtant bien ce que font les socio-libéraux. Ils continuent sur la même voie avec le même logiciel, le même aveuglement, insensibles à la souffrance, à la détresse des Français et aux conseils donnés par des intellectuels avertis. Ce mépris de caste et cette morgue se paieront au prix fort pour eux, pour notre pays et pour beaucoup d'entre nous.

      Supprimer
  4. @Laurent Pinsolle,
    j'ai une question à vous posez à propos de ce détestable personnage qu'est Jean-Louis Borloo: comment se fait-il qu'il arrive toujours à échapper aux conséquences des décisions qu'il prend?
    Je m'explique: l'écotaxe, sujet du moment, a été imaginée il y a quatre par ce même Borloo, en tant que ministre de l'écologie. Le même qui a imposé ce scandale de partenariat public-privé pour ce qui est de la perception de cette taxe, qui va coûter près d'un milliard d'euro aux contribuables en cas de dédit. Comment les socialistes ont pu laisser passer une SALOPERIE (désolé, je ne vois pas d'autres mots...) pareille?
    Egalement, il semblerait que lors de son intérim au ministère des Finances en 2007, Borloo aurait eu une influence décisive dans une affaire importante, celle de l'arbitrage rendu dans le règlement de l'affaire Tapie: il se dit qu'il aurait suggéré à Sarkozy d'imposer un arbitrage privée, peu avant son départ au ministère de l'Ecologie. Sa remplaçante, C.Lagarde ("Lagaffe") n'ayant pas eu d'autres choix que d'obéir aveuglement à un ordre de l'Elysée. Or chacun sait que Borloo et Tapie sont des intimes depuis plus de 30 ans...
    Enfin, pour les fans de football, Borloo a aussi trempé dans l'affaire VA-OM en 1993, tentant d'user de son influence pour étouffer l'affaire de corruption. En effet, Borloo est...Valenciennois, et à l'époque, un notable suffisamment puissant pour imposer ses volontés à Jacques Mellick, le maire de la ville, pour que celui-ci se parjure devant un tribunal pour sauver Bernard Tapie... Là encore, cette ordure a échappé à toute poursuite...
    Bayrou ne sait pas forcément où il met les pieds avec cet aigrefin, d'autant qu'historiquement, les deux partis n'ont pas grand chose à voir: quand l'UDI, ultime avatar des Radicaux valoisiens, était un parti anti-clérical et chauvin, le Mo(u)dem lui, est le lointain successeur des chrétiens-démocrates, dont tout le monde sait qu'ils ont longtemps regardé vers Rome avant de regarder vers Bruxelles et Washington...


    CVT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet éclairage intéressant.

      Supprimer
  5. Il faudrait que ces 2 clowns nous expliquent comment on évite la déflation, puis la récession avec plus d'austérité, idem à l'UMP :

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20131106trib000794376/l-europe-et-les-etats-unis-vont-finir-par-entrer-en-deflation.html

    RépondreSupprimer
  6. l'antisystème se renforce !!! avec François BAYROU ?

    RépondreSupprimer
  7. @ Olaf

    Par l’odeur des places, alléchés…

    Ils en sont incapables.

    @ CVT

    Pas d’accord sur la transformation. Elle n’est que partielle, et on peut soupçonner qu’il s’agit principalement d’un affichage. Louis Aliot, N°2 du mouvement me semble s’inscrire dans la lignée historique du mouvement. Et les derniers évènements (déclarations de MLP sur les otages, démission de la candidate d’origine maghrébine, les déclarations du père sur le « lobby musulman », la visite au BNP, affaire Taubira) confirment un tel jugement à mon sens.

    Après, sur 2017, je crois que tous les scénarii sont possible pour le second tour, entre PS, UMP, FN, FG et un 5ème larron (NDA j’espère). On pourrait même avoir Mélenchon contre Le Pen, ce que je redoute.

    Sur Borloo, je crois qu’il est sympathique…

    @ Talisker

    Assez juste. Mais les Français pourront-ils croire qu’ils présentent une vraie alternative, alors qu’ils ont été ministre, et que leurs idées sont si proches du PS et de l’UMP. Là est la question. Les européennes permettront de juger. Il me semble que ce qui pouvait marcher en 2007 ne peut pas aujourd’hui.

    Votre pronostic semble être le chemin logique aujourd’hui, mais il y a toujours des cassures et des surprises par rapport à ce que l’on peut anticiper 3 ans et demi à l’avance. C’est ce qui me fait espérer. Un autre choc économique pourrait rebattre les cartes et achever de discréditer PS et UMP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent Pinsolle,
      concernant le FN, les derniers dérapages sont pour moi des scories: les vieilles habitudes ont la vie dure... Attention, je ne défends ABSOLUMENT PAS le FN, je dis juste qu'il ne faut pas se tromper de diagnostic: la meilleure preuve en est que plus le FN attirera des gens "bien comme il faut" (cf le poste d'Olaf...), et plus ils feront le ménage, comme ce fut le cas dans l'affaire de la candidate A.Leclere. Je dis juste qu'il ne faut pas se tromper de combat. L'avenir dira qui de nous deux a raison....

      Concernant Borloo, je maintiens mon diagnostic: c'est un fourbe et un sournois...

      CVT

      Supprimer
  8. Je ne crois pas qu'il soit très sérieux de faire des pronostiques sur 2017 en 3ans et demi il peut y avoir une multitude de coup-pourris

    RépondreSupprimer
  9. Cette alternative ne va rien apporté de nouveau en France, la ligne défendue sera celle de l’Europe libérale qui jusqu’à présent n'a pas faits ces preuves
    De plus le doute persiste pour savoir si cette alliance va perdurer, car au niveau local les mariages ne passent pas aussi bien qu'entre Borloo et Bayrou.
    http://enfantdelapatrie.blog4ever.com/alliance-pour-lalternative
    En outre cette alliance arrive un peu tard, Bayrou s'est selon moi totalement discrédité en critiquant hollande et en appelant à voter pour lui, Borloo ayant fait similairement la même chose avec Sarkozy.
    La vraie alternative se trouve ailleurs, DLR me semble aussi la meilleure, maintenant il reste à convaincre une majorité de Français.

    RépondreSupprimer
  10. Accord fantôme entre appareils politiques qui n'existent plus, au sujet d'un programme qui n'existe pas, en vue de mettre en oeuvre une politique qui échoue depuis 30 ans, et devant être pérennisée par des personnalités sorties de l'Histoire : "L'avenir, c'est maintenant !"

    RépondreSupprimer
  11. Laurent,
    Je propose aux deux B, Bayrou et Borloo, un nom pour leur mouvement : le MODI. Un acronyme qui donne une idée très claire de ce que va produire l'attelage de ces deux chevaux sur le retour aux prochaines élections avec un Bayrou, dont le leitmotiv a toujours été le retour à l'équilibre budgétaire (ça nous changerait bigrement d'Hollande) et un Borloo, toujours affublé d'une veste fripée, tellement il l'a retournée ces dernières années.

    RépondreSupprimer
  12. CVT

    "la meilleure preuve en est que plus le FN attirera des gens "bien comme il faut" (cf le poste d'Olaf...), et plus ils feront le ménage, comme ce fut le cas dans l'affaire de la candidate A.Leclere"

    Parfois c'est l'inverse, les gens bien comme il faut permettent de justifier le pire, toutes les sectes recrutent ainsi pour embobiner leurs prises.

    Leclere a été éjectée parce que pas dans le tempo tactique, pas forcément parce que pas dans la ligne. Une zélote un peu trop zélée maladroite et un peu indisciplinée.

    olaf

    RépondreSupprimer
  13. @ CVT

    Je crois que la capacité du FN a changé d’image est sous-estimée, non seulement du fait de ses dérapages permanents, mais aussi parce qu’à sa tête, il y a une Le Pen, pas vraiment un signe de changement.

    @ Patrice

    Très juste

    @ Enfant de la patrie

    C’est bien ce que je pense et j’espère que les européennes le démontreront. Il y aura trop de monde sur la ligne euro-béate étant donné le scepticisme des Français pour l’Europe aujourd’hui.

    @ Démos

    Très bon !

    RépondreSupprimer
  14. M.Pinsolle,
    Je partage beaucoup de vos analyses et j'estime la rigueur que vous mettez pour les appuyer. Je suis de fait assez étonné par l'indépendance de vos positions vis-à-vis du parti que vous défendez. Les postures de NDA depuis la présidentielle semblent dériver toujours plus pour se rapprocher du FN. La couture républicaine donne l'air de vouloir céder. Pourriez-vous faire un point sur ce qui vous rattache encore à DLR?
    Je vous sens davantage porté sur une formation encore inexistante mais qui proposerait une synthèse entre antilibéralisme écologique d'un côté et autorité républicaine concernant le vivre-ensemble.
    J'ai créé mon blog récemment avec un texte qui serait un avant-propos à un Grand Compromis National de ce type:
    http://1frontplushaut.eklablog.com/a-minuit-moins-cinq-l-heure-est-au-rassemblement-a103054355

    RépondreSupprimer
  15. erratum,
    j'ai dit l'antisystème se renforce, je voulais dire le système vous avez bien fait la rectification ????
    Ils y sont tous regroupés dans ce CORPORATISME MAFIEUX....
    Même à DLR, il y a des partisans. OU VA T'ON ?

    RépondreSupprimer
  16. @ jauresist :

    Votre demarche me parait tres interessante. Je suis également décu par le tournant droitier pris par NDA depuis la présidentielle, et j'aimerais que se cree un grand mouvement de centre-gauche, à mi-chemin entre DLR et le Front de Gauche, et pouvant rassembler toutes les composantes critiques de la mondialisation liberale : patrotiques, sociales et ecologiques. Peut-etre quelque chose à faire avec le MRC ou un Montebourg emancipé du PS ?

    Talisker.

    RépondreSupprimer
  17. @ Jauresist

    Merci. Beaucoup de choses me rattachent à DLR :
    - NDA, un homme de conviction, un élu de terrain, un Homme d’Etat
    - les militants, ma famille politique depuis 6 ans et demi : cela créé un lien
    - le programme et les idées que nous défendons, avec lesquelles je suis d’accord à plus de 99% (il serait illusoire d’attendre 100% à mon sens)

    Absolument rien n’a été fait avec le FN. Il y a beaucoup de bruit médiatique pour rien et je crois qu’il faut s’en tenir. Je vais lire votre texte.

    @ Talisker

    Attention à ne pas surestimer la présentation des choses par les médias.

    RépondreSupprimer