vendredi 1 novembre 2013

Quand Causeur et Zemmour rejoignent les bobos libertaires


C’est un des buzz de la semaine : la tribune lancée par Causeur de « 343 salauds » pour la « liberté d’aller aux putes ». Elle réunit, dans un attelage improbable, les néo-réacs Eric Zemmour ou Yvan Rioufol avec les bobos libertaro-libéraux Nicolas Bedos et Frédéric Beigbeder.



Libertaro-libéralisme réactionnaire

Par quel miracle Nicolas Bedos et Eric Zemmour peuvent-ils d’accord ? A priori, tout les oppose, tout comme Frédéric Beigbeder et Elisabeth Lévy. S’étant battus les uns contre les autres de manière souvent vive sur le projet de mariage pour tous, jamais on aurait pu imaginer le moindre accord avec ces quatre personnes sur une question de société. C’est un peu comme si l’huile et l’eau pouvaient se mélanger ! Le « miracle » a eu lieu avec leur opposition commune à toute pénalisation des clients de la prostitution, à l’orgine de la tribune et de la pétition lancée par le magazine Causeur de novembre.

Que des libéraux-libertaires comme Bedos ou Beigbeder soutiennent cette initiative n’est pas surprenant. Après tout, ils sont des représentants de cette pensée où il est interdit d’interdire, où la liberté est la seule rescapée du tryptique républicain. En revanche, l’alliance de circonstance avec les habituels ennemis que sont Zemmour et Causeur est plus surprenante. A moins que la défense de la tradition n’inclut celle du plus vieux métier du monde ? En outre, cela leur permet de se payer les féministes qui défendent le projet. Mais cela révèle quand même un fond libertaro-libéral chez ces néo-réacs.

Papa, maman, les enfants, et la pute ?

Mais du coup, certains arguments de ces opposants virulents au « mariage pour tous » sonnent un peu faux. Comment peut-on dénoncer la marchandisation des corps ou les excès du libéralisme, qui auraient mené à ce projet de loi (ce avec quoi, je n’ai jamais été d’accord), et signer ensuite un tel texte ? Comment peut-on refuser les mères porteuses payantes et défendre « le droit de vendre librement ses charmes » ? Demain, pourquoi ne pas non plus autoriser le commerce des reins humains à partir de ce principe, comme l’a fait l’hebdomadaire The Economist il y a déjà quelques temps.

Bref, si on peut comprendre la logique des uns, celle des néo-réacs semble plus contestable. On peut se demander s’ils ne cèdent pas à un réflexe réactionnaire irréfléchi. Jean-Claude Michéa a fort bien dit « qu’un militant de gauche est essentiellement reconnaissable, de nos jours, au fait qu’il lui est psychologiquement impossible d’admettre que, dans quelque domaine que ce soit, les choses aient pu aller mieux avant ». On se demande si, ici, ce n’est pas l’inverse qui arrive à Zemmour ou Lévy, d’où l’étrange compagnonnage de cet appel pour défendre « le plus vieux métier du monde ».

Najat Valaud-Belkacem a fort bien répliqué : « les 343 salopes demandaient à disposer de leur corps, les 343 salauds demandent à disposer du corps des autres ». Je partage aussi largement la tribune de Bruno Roger-Petit (au coup de griffe contre Frédéric Taddéi près). L’argumentation de cette tribune est affligeante, entre libertarisme enfantin (en se prétendant adulte…) et des tirades ridicules, comme celle invoquant le danger que cela porterait pour la littérature (???), l’évocation de l’humour (on se demande bien ce qui est drôle ici) ou le service minimum sur la vie des prostituées.

Que Beigbeder et Zemmour soient d’accord sur une question de société ne peut pas ne pas interpeller. Mais ici, à titre personnel, j’y vois surtout un machisme de bas étage camouflé derrière la quête de liberté et que les néo-réacs ne sont pas hermétiques à la marchandisation des corps et à l’anarchie néolibérale.

57 commentaires:

  1. Sur les 343 salopes nous pouvons facilement répliquer qu'elles disposent du corps des autres puisqu'elle les assassinent . Posez vous la question est ce qu'en pénalisant les clients cela ira mieux qu'avant sur la grande misère sexuelle il faut être a minima pragmatique ?
    J'ajoute que l'hygienisme dont font parties ce genre de lois est sans doute la pire des dictature et les français en on soupé également . Souvenez vous des paroles de Georges Pompidou apocryphe ou pas "Arrêtez d'emmerder les français avec vos lois"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @patrice lamy,
      [Sur les 343 salopes nous pouvons facilement répliquer qu'elles disposent du corps des autres puisqu'elle les assassinent]

      Bravo pour ce parallèle! Les féministes enragées du gouvernement sont les premières à vouloir disposer de leur corps, de fait, elles empêchent d'autres femmes à en faire autant!
      Tout dans la proposition de loi laissent entendre que les prostituées ne sont libres de disposer d'elles-mêmes au prétexte qu'elles sont opprimées par les hommes! Et le consentement, le libre-arbitre, qu'est-ce qu'elles en font?
      La loi doit lutter pour qu'un citoyen est le plus grand libre-arbitre possible, et non prescrire une conduite individuelle...

      CVT

      Supprimer
    2. Certainement et c'est une loi contre les plus pauvres les autres faisant des fins de semaine en Belgique en Hollande en Allemagne ou a Pattaya
      Homme ou femme confondu c'est le cas de le dire!

      Supprimer
  2. @Laurent Pinsolle,
    autant je trouve la forme de ce manifeste critiquable (ils affirment ne pas défendre la prostitution, pourtant rien que le slogan "touche pas à ma pute" laisse entre le contraire), autant je comprends les protestations contre la proposition de loi punissant le micheton sans interdire la prostitution: c'est sexiste (on part d'un préjugé, celui où l'homme est un bourreau et la prostituée une victime, donc on nie le consentement), hypocrite (exactement comme la loi promulguée par Sarkozy en 2003 contre le racolage, où cette fois, c'était la prostituée qui était la délinquante...) et surtout LIBERTICIDE, d'autant que la loi actuelle réprime très sévèrement le proxénétisme, donc la prostitution forcée!
    Ce qui est choquant dans cette affaire, c'est l'exploitation qui est faite des prostituées victimes de la traite des blanches par des féministes bobos extrémistes, afin de régler des comptes contre les hommes en général. Alors que la plupart du temps, ces nouvelles dames patronnesses, néo-puritaines, se fichent royalement du sort des pauvres femmes que leur politique jettent dans les affres du plus vieux métier du monde...
    En plus, votre argument sur le machisme est réversible: les ressorts de cette loi sont fondamentalement du racisme "anti-mec", de l'androphobie. Ensuite, que faites-vous du consentement des deux personnes? Les féministes enragées supposent qu'il n'existe pas car, encore fois, l'homme est un bourreau pour la femme: c'est la pire forme de sexisme qui existe car elle nie le libre-arbitre de la prostituée (encore une fois, le proxénétisme est sévèrement réprimé...).
    La meilleure solution serait ou d'interdire carrément la prostitution (bon courage!), ou alors, mieux se donner les moyens de faire respecter les lois existantes, au lieu de faire des lois encore plus intrusives dans la sphère privée, donc liberticide. Mais comme d'habitude, ce gouvernement va toujours à la facilité, sachant qu'en plus, cette loi ne touchera que les plus pauvres des clients, et qu'elle rendra encore plus difficile la lutte contre le proxénétisme...
    Pour finir, je pense que cette loi sera rejetée par le Conseil Constitutionnel, pour les mêmes raisons que la loi sur le harcèlement sexuel avait été rejetée par les Sages l'an dernier: elle est attentatoire aux libertés publiques.


    CVT

    RépondreSupprimer
  3. @Laurent
    Et que Guillaume Peltier fasse front commun avec Caroline de Haas... et toi, ça ne t'interpelle pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @DD,
      ah bon? Moi, ça m'interpelle beaucoup plus que l'attelage Zemmour-Nicolas Bedos!
      Comme quoi, Peltier est beaucoup moins subversif qu'on aurait pu le croire...

      CVT

      Supprimer
    2. Il a qualifié le manifeste " d'affligeant".

      Supprimer
  4. En même temps, la boucle est bouclée : car une mince feuille de papier à cigarettes sépare les libéraux-libertaires des libéraux-répressifs, à l'origine de ce projet de loi.
    En vieillissant, les libéraux-libertaires finissent par devenir des néocons. C'est largement réalisé, en fait, avec l'ex-chienlit 68tarde qui pond interdit sur interdit, il n'y en a jamais eu autant.

    Pour la prostitution : ce qu'il faut détruire, c'est le proxénétisme. Il y en aura toujours ; si déjà elles travaillaient seulement à leur compte, ce serait l'ultime progrès envisageable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Rodolphe Dumouch,
      désolé, mais les conservateurs ont toujours défendu les bordels (dont ils étaient de fervents clients, à l'époque). C'était le prix à payer pour afficher en public un puritanisme de bonne aloi... Eux étaient plus cohérents que ne le sont les libéraux-libertaires d'aujourd'hui, dont certains sont aussi féministes...
      Sinon, d'accord avec vous pour le proxénétisme: la position française sur cette question est la plus réaliste: ni prohibitionniste comme en Suède, ni abolitionniste comme en Allemagne, elle s'assure non seulement du consentement de la prostituée, mais également de son libre-arbitre...
      Faute de lutter contre les "Julot Casse-Croûte" et autres exploiteurs, le gouvernement veut s'attaquer au client: c'est de la lâcheté, comme il était lâche de la part de Sarkozy de s'en prendre aux professionnelles du trottoir en instaurant un délit de racolage...


      CVT

      Supprimer
  5. Les néo-réacs aiment la liberté et c'est bien.
    Lolo, tu soutiens le droit à la prostitution lié à la sanction du client? J'ai l'impression d'entrer dans un monde dément. Les gens ont le droit de se prostituer mais vous ne pouvez pas y aller et certaines ont le culot d'appeler cela "L'abolition de la prostitution".
    jard

    RépondreSupprimer
  6. Cher Laurent Pinsolle,

    Comme à chaque fois que vous attaquez à un sujet sociétal, vous n'arrivez pas à vous défaire de la vision de votre temps puisque vous êtes un homme de votre temps comme nous tous mais que vous refusez d'avoir une vision sur le temps long.
    Zemmour est plus vieux que vous et est un fondu d'histoire. Sa position est très cohérente qu'on soit d'accord avec lui ou non.
    En gros pour lui l'homme est par nature un prédateur sexuel et la femme n'ayant qu'une ovulation par mois et devant porter un enfant 9 mois est un gibier qui cherche à sélectionner son chasseur. Ceci étant dans nos gènes.
    La civilisation et en particulier en France aidée par l'Eglise a établi un compromis entre les sexes: aux femmes le pouvoir (le vrai, c'est à dire avoir ce qu'elle veulent au plus profond de leurs gènes pour leur progéniture, mais le rôle domestique) aux hommes l'autorité (donner leur nom, se croire le chef, etc..., mais devoir protéger sa famille) et le droit confidentiel d'aller aux putes ou d'avoir une maitresse du moment qu'ils n'abandonnent pas leur famille, contrepartie au fait qu'ils abandonnent leurs désirs inscrits dans leurs gènes d'aller se tremper la nouille partout. En étant opposé au mariage homosexuel et en revendiquant le droit d'aller aux putes, Zemmour est donc tout à fait cohérent avec sa ligne et en profite simplement pour en glisser une petite aux bienpensants dont vous semblez faire partie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Signé Le gars Huzac

      Supprimer
    2. J'ajoute que le simple fait de voir les réactions offusquées de tout ce petit monde qui prône l'impertinence dès qu'il s'agit de détruire tout ce qui nous rattache à nos racines, mais représente en réalité les nouveaux bigots me rend cette pétition très sympathique.

      Le Gars Huzac

      Supprimer
  7. Ce projet de loi est absurde en raison, parmi d'autres, d'une asymétrie de considérations.

    Condamnation du client(e) sous prétexte qu'il abuse de la misère économique de la/du prostitué(e).

    Inversement, on devrait aussi considérer que le/la prostitué(e) abuse de la misère sexuelle du/de la client(e).

    RépondreSupprimer
  8. Laurent,

    Je peux comprendre votre sentiment mais pour rappel dans tous les pays limitrophes de la France la prostitution est encadrée et controllée, ce qui évite les trafics d'êtres humains, comme on le constate en France, mais aussi permet un contrôle sanitaire et enfin que des impots soient perçus par l'Etat.

    Plus on mettra des contraintes à la prostitution et plus elle se clandestinera avec son lot de drames et de conditions à faire pleurer dans les chaumières.

    Votre papier semble plus être une piqure de rappel sur le mariage gay que sur la prostitution. Autant de volontarisme sur le mariage gays amène à se poser des questions sur vos réelles motivations à remettre ce sujet dans le débat.

    RépondreSupprimer
  9. Zemmour qui soutient sur Causeur "la liberté d'aller aux putes" : quand la manif pour tous devient "papa, maman, les enfants et la pute"

    Zemmour = la manif pour tous ?

    Très déçu que vous écriviez cela.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne suis pas d'accord avec vous, M. Pinsolle.

    Il y a de la logique avec le fait d'être contre la gpa: on ne veut pas que quelqu'un marchandise le corps d'un autre (d'un enfant par exemple). Dans ce cas, les péripatéticien(ne)s font ça de leur plein gré, ou pas, on va voir ça tout de suite.
    -des prostitué(e)s font ça consciemment, en toute liberté. A ces gens-là, on veut leur supprimer leur gagne-pain (au pire, ils mourront la conscience tranquille, car des bonnes âmes ont pensé pour eux...). Aux dernières nouvelles, on ne leur a jamais demandé leur avis. On leur applique la même formule qui pousse des fanatiques à imposer de force leur mondialisme avec ses corollaires à des gens qui n'ont jamais donné leur avis.
    -d'autres le font pour des raisons économico-sociales, ce qui est tragique, cf les jeunes filles américaines et leur golden dadies. Mais dans ce cas, il faut une politique pour l'emploi, les études, ce qui n'existe pas avec notre gouvernement de p*tes aux banquiers (à qui on ne fait rien payer).
    -enfin, inévitablement, il y a les prostitué(e)s des proxénètes, proxénètes qu'on ne fait rien pour arrêter. Et 'est surtout pas avec le trou béant dans nos casernes de police que cela s'arrangera.

    C'est contre l'esclavage qu'il faut lutter. Le vrai combat est là. Peut-on parler d'esclavage quand il y a liberté de choix de l'intéressé(e) sur la prostitution? Donc contre le proxénétisme. Évidemment, cela n'aura jamais lieu, car ces mêmes proxénètes fournissent les p*tes à ns chers dirigeants, pour se faire un bon Carlton jovial et bien arrosé, ou bien même aux réseaux masochistes, (qui renverraient à un autre débat, notamment sur l'implication d'employés de l'Etat dans ces affaires).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je poursuis.
      Il me semble que cette taxation du client ne défend à aucun moment les péripatéticien(ne)s. Elle permet:
      1/au gouvernement de ne pas bouger son derrière de phoque, car taxer est plus simple que d'encadrer la profession comme en Allemagne, et de lutter pour l'emploi et contre le proxénétisme.
      2/piquer encore plus de fric à ses habitants, donc.
      3/créer de la frustration sexuelle chez certains clients (laids notamment, qui n'ont pas la chance de pouvoir séduire et qui trouvent dans l’accessibilité de la prostitué un réconfort).
      4/pousser des péripatéticien(ne)s encore plus vers le précariat
      5/de faire diversion (encore!) pour taire les vrais sujets
      6/de justifier la présence de Belkacem, qui n'a jamais été dans la situation des prostitué(e)s, elle qui n'est qu'une bourgeoise de gogoche qui a picoré dans la main de Collomb et des réseaux maçonniques.
      7/aux associations dites féministes de justifier le détournement des impôts de leurs concitoyens
      8/à la gauche bien-pensante (blanche comme sperme, hein) (ça vire au bolchévisme là) d'imposer son avis vertueux à d'autres qui n'ont rien demandé, et à qui on ne demande rien
      9/finalement, car là est le plus sadique dans cette affaire, les riches et certains réseaux (fanas de partouzes et autres) pourront continuer de jouir sans entrave car eux peuvent payer.

      Questions de fin (plutôt oratoires):
      les gigolos dans cette affaires, faut taxer les femmes aussi?
      quid des assistances sexuelles pour handicapés (riches j'imagine, ça doit être la préparation de la retraite de l'ami dsq...)
      le gouvernement qui se fait su fric sur le dos des péripatéticien(ne)s, c'est-y pas de la marchandisation aussi? (si tu paies l'Etat, tu peux, mon mouton)
      quid de cette jeune péripatéticienne qui se présentait aux présidentielles, qu'a-t-elle a proposer, elle, qui vient de la profession?

      Cordialement

      Supprimer
  11. Au delà de cette loi, il y a surtout le fait que des gens d'obédiences politiques très différentes s'unissent pour dénoncer un projet du gouvernement.

    Ce n'est pas très éloigné de la révolte bretonne qui rassemble des mouvements de gauche, syndicalistes, mais aussi d'extrême droite régionalistes.

    Quand un gouvernement parvient ce tour de force d'unir des courants très différents en un seul mouvement d'opposition contre lui, alors c'est que ça sent fortement le roussi.

    RépondreSupprimer
  12. @Laurent Pinsolle,
    [Mais du coup, certains arguments de ces opposants virulents au « mariage pour tous » sonnent un peu faux. Comment peut-on dénoncer la marchandisation des corps ou les excès du libéralisme, qui auraient mené à ce projet de loi (ce avec quoi, je n’ai jamais été d’accord), et signer ensuite un tel texte ?]

    Il ne me semble pas que Nicolas Bedos (qui semble s'être récusé, aux dernières nouvelles) ou F.Begbeder étaient de farouches opposants au mariage gay...
    Pour autant, ils sont bien plus cohérents que vous car vous savez pertinemment qu'accepter ce mariage revenait à inscrire dans les faits un droit à l'enfant. En caricaturant, vous êtes également dans le camps des Pierre Berger et cie, partisan de, je cite, "toutes les libertés, y compris celle de louer son ventre".
    Vous voyez, l'amalgame est une arme à double tranchant. Je suis déçu que vous y ayez recours dans ce sujet, qui pour moi, ne devrait pas relever de la politique mais du droit...


    CVT

    RépondreSupprimer
  13. Une partie des prostituées le fait par contrainte, mais ce n'est pas le cas de toutes. Une partie des clients sont des gros dégueulasses mais ce n'est pas le cas de tous.

    Un rapport entre une prostituée non contrainte et un client non dégueulasse n'est pas mutilant, à la différence du transfert d'organe, et ne dispose pas de la vie d'un enfant comme la GPA.

    Vous voyez donc que vos comparaisons sont fallacieuses, et alimentent un raisonnement conformiste basé sur l'émotivité.

    Il n'y a pas d'incohérence à être conservateur et à ne pas être abolitionniste. La fermeture des bordels date du lendemain de la seconde guerre mondiale, et Paris a longtemps eu l'image d'une ville "coquine", y compris jusqu'à ce stade, je vous le rappelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ignoriez-vous vraiment, Mr Pinsolle, l'histoire du Chabanais :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chabanais
      "De très nombreuses personnalités fréquentèrent le Chabanais2. C'était une étape obligée des hôtes de marque prestigieux qui venaient découvrir Paris à la Belle Époque, hommes d'État, diplomates, ministres, hauts fonctionnaires3. Outre les membres du très sélect Jockey Club qui le fréquentaient régulièrement, notons :

      Le futur Edouard VII, surnommé « Bertie » par ses favorites.
      Le roi Charles Ier de Portugal4.
      Jagatjit Singh, maharadjah de Kapurthala, prince des Indes britanniques.
      Les écrivains Pierre Louÿs et Guy de Maupassant.
      Le comédien américain du cinéma muet Roscoe Arbuckle, connu pour l'affaire Roscoe Arbuckle.
      Marlène Dietrich, au bras d'Erich Maria Remarque."

      du One two two :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/One-Two-Two
      "C'était un lieu fréquenté par la haute société, où l'on se rendait tant pour y être vu (certains hommes y allant uniquement pour dîner avec leur compagne) que pour goûter du charme de ses « pensionnaires ».

      Le maharadjah de Kapurthala et sa suite, dont un prince d'Afghanistan.
      L'Aga Khan, le roi des Belges Léopold III, Randolph Churchill.
      L'escroc Alexandre Stavisky.
      Les comédiens Raimu, Fernandel, Tino Rossi, Sacha Guitry, Jean Gabin, Chaplin, Cary Grant, Humphrey Bogart et Katherine Hepburn, Mae West, Mistinguett, Marlene Dietrich, Édith Piaf, Suzy Solidor, Martine Carol.
      Pendant la guerre, le capitaine Radecke de l'Abwehr, le miliardaire Joseph Joanovici, de très nombreux officiers allemands dont le One Two Two était un bordel officiel, et les membres de la Gestapo française, la « Carlingue » avec les hommes de Pierre Bonny et Henri Lafont."

      Supprimer
    2. Plus surprenant est, je vous l'accorde, la promiscuité entre F. Beigbeider et des membres de la rédaction de Causeur. Et il est vrai que le coup de Causeur n'est peut-être pas très réussi.

      Sur la promiscuité, faut-il voir un lien avec le financement accordé par C. Beigbeder au magazine ? Ce qui n'implique pas que les membres de la rédaction de Causeur en soient réduits à tapiner*, car leur position est compatible avec leur ligne habituelle. Mais sur la composition de la liste de signataire, ou peut-être en se laissant emporter jusqu'à adopter une telle idée, qui surprend un peu.

      * "R : Voilà quinze ans qu'on fait le trottoir pour le mexicain. J'ai pas l'intention de continuer à tapiner pour son fantôme.

      MM : Le trottoir, le tapin, c’est drôle ça on croirait que tu cherches les mots qui blessent.

      Paul : C'est des images.

      MM : Les images ça m'amusait quant j'étais petite, j'ai passé l'âge. J'dis pas que Louis était toujours très social, non, il avait l'esprit de droite.

      R : Oh, dis, hein !

      MM : Quand tu parlait augmentation ou vacances, y sortait son flingue avant que tu ai fini. Mais y nous a tout de même apporté à tous la sécurité."

      Supprimer
    3. Dans le rapport d'information de l'Assemblée, on voit que la prostitution s'est fortement modifiée depuis 20 ans suite à l'ouverture des frontières.

      http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i3334.asp

      et il y a une partie de prostitution "libre", en particulier sur internet.

      Il y a donc d'autres façons possibles pour aborder le sujet que l'abolitionnisme.

      Supprimer
  14. Bonjour Laurent,

    Votre analyse me parait quand meme tres superficielle. On dirait que vous vous offusquez de l'existence du plus vieux metier du monde, dans une pudibonderie pour le moins desuette.

    La loi du gouvernement n'est pas satisfaisante pour plusieurs raisons. D'abord, elle est illogique puisqu'elle entend punir le recours à une activité qui n'est pas interdite. Ensuite, plutot que supprimer la prostitution, elle va contribuer à la releguer encore plus dans les milieux marginaux et hors-la-loi, ceux-la meme dans lesquels le droit des femmes est le plus fragile. De plus, elle meconnait l'immense diversité des situations que recouvre cette activité, de l'escort-girl de luxe independante à la pute de rue qui rembourse son immigration clandestine.

    Enfin, cette loi ne s'attaque en rien aux deux veritables problemes. D'abord celui de la repression du proxenetisme et de la traite humaine, qui necessiterait de toute evidence une reponse à l'echelle européenne pour à la fois demanteler les reseaux mafieux et controler davantage les frontieres nationales. Ensuite, celui de la misere sexuelle, qui est simplement un des multiples reflets de cette "exclusion sociale" dont souffrent de plus en plus de nos concitoyens. Prefere-t-on que ceux-ci finissent par transformer leur frustration en agressions ?

    Au lieu de traiter ces problemes de fond, qui meriteraient un veritable changement de notre société, dans son organistaion comme dans les valeurs sur lesquelles elle repose, la proposition du gouvernement est un bel exemple de demagogie, qui contribue en outre à entretenir un climat malsain de "lutte des sexes" ainsi que l'idée dangereuse que derriere tout homme se cacherait forcement un pervers en puissance.

    A mon sens, en tant que gaulliste social, plutot que monter sur vos grands chevaux tel le puritain moyen, vous devriez surtout defendre le role de l'Etat comme garant de l'interet général et des dignités humaines (toutes les dignités !) face aux interets purement marchands
    et leurs derives.

    Dans ce cadre, la solution me parait celle d'un veritable "service publique de l'epanouissement sexuel", avec des maisons tenues par l'Etat, des hotes et des hotesses ayant un veritable contrat de travail et la protection sociale correspondante, et fournissant des services tres variés, allant de la simple tendresse physique pour garcons solitaires à l'education des adolescents aux risques liés à la sexualité, en passant par un accompagnement psychologiques des personnes en trouble avec leur identité ou leur orientation sexuelle.

    Au plaisir de vous lire.

    Talisker.


    RépondreSupprimer
  15. Voici deux points de vue de bon sens sur ce sujet :

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/963710-manifeste-des-343-salauds-je-l-ai-signe-et-j-assume-stop-aux-insultes.html

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/31/prostitution-penaliser-le-client-n-arrangera-strictement-rien_3506605_3224.html

    Ces deux points de vue sont plus nuancés que beaucoup d'autres points de vue de politiques ou de médias.



    Et cela pose une question de fond, certainement pas limitée à ce sujet.

    Les hommes politiques sont, grâce aux lois de financement des partis et à leurs électeurs, payés non seulement pour diriger mais aussi pour s'opposer.

    Si la seule utilisation concrète de ces fonds et des moyens considérables de l'audiovisuel, par exemple public, ou des subventions et avantages directs accordés à la presse se résume à ce que l'on voit, c'est à dire une cacophonie simpliste parfois entrecoupée de "buzz", sans visibilité de long terme (voyez l'euro), et à un niveau de connaissance et de raisonnement simplement affligeant, est-ce qu'il n'y aurait pas comme un petit problème, parfaitement localisé au demeurant ?

    Les hommes politiques et médiatiques ont pour rôle de se renseigner, de réfléchir, et d'informer. Et, pour les premiers, de décider, idéalement en fonction de connaissances précises et de l'intérêt général.

    S'ils ne sont pas capables de le faire, à quoi servent-ils ? Pourquoi auraient-ils une position prééminente ? Est-il normal que les articles de presse soient en général plein d'erreurs et de parti-pris, et que le débat politique soit en dessous du niveau de celui des bistrots ?

    RépondreSupprimer
  16. Avant de vouloir pénaliser les prostituées ou/et les clients, en pondant une loi idiote qui ne sera pas plus respecté et appliqué que les autres mais qui permettra de dire : "on l'a fait", que l'on s'occupe des proxénètes et de leurs réseaux, la loi dispose de tout ce qu'il faut pour cela.
    Ce sera bien plus efficace, et la société y gagnerait bien plus que de s'attaquer a de pauvres filles et pauvres gars qui ne sont qu'esclaves de mafieux.
    Et que l'on foute la paix aux "indépendant(e)s", oui, il y en a, et à leur client(e)s qui ne font de mal a personne.

    Mais bien sur, c'est beaucoup plus facile et rentable de s'en prendre aux clients. Oui, oui, rentable, car on va leurs coller des amendes et ils vont payer. Tout se fera encore plus caché, et les filles trinqueront encore plus...
    Le problème n'est pas la prostitution mais le proxénétisme !!!

    RépondreSupprimer
  17. N'avons nous pas mieux à faire que de perdre son temps là dessus ? la FRANCE se MEURT. Agonisante vous ne la respectez même pas et le faite dans l'anonymat !!!!!

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a plein de fautes mais je n'ai pas le temps de corriger et en plus je m'en fous.

      Supprimer
  19. Mariage pour tous ?

    Faut-il comprendre qu'auparavant (avant la loi) tous les individus majeurs n'avaient pas le droit de se marier ?

    RépondreSupprimer
  20. Qu'alliez-vous faire dans cette galère, Laurent ? Ce n'est ni votre style, ni votre genre, ni votre sujet.

    Sancelrien

    RépondreSupprimer
  21. Je signale que pendant que 17 branleurs et demi qui se font passés pour 343 gémissent sur la viande de femme qui va être taxées à la source, les célébrités allemandes signent un appel pour abolir la prostitution en Allemagne. Et le plus drôle c'est qu'elles utilisent aussi le manifeste des 343. Sauf qu'elles sont 1700 (hommes et femmes confondus).
    La France est toujours en retard d'une guerre comme sous le grand Charles !

    http://angrywomenymous.blogspot.de/2013/10/343-schlampen-salopes-343-dreckskerle.html

    RépondreSupprimer
  22. @ Tous

    Papier de Laurent de Boissieu, assez proche du mien, publié un peu avant, mais que je n’avais pas lu :

    http://www.ipolitique.fr/archive/2013/10/31/343-causeur.html

    @ Patrice

    Pas du tout d’accord sur la question de l’avortement.

    Je n’ai pas d’opinion très ferme sur le projet de loi, mais en revanche, sur la tribune, oui.

    Une loi contre les pauvres ? Il ne faut pas exagérer. Je ne pense pas que les plus pauvres fréquentent des prostituées, cf DSK… Ce sont des personnes comme lui que les 343… protègent.

    @ CVT

    Liberticide ? Consentement mutuel ? Mais je m’en fiche. Je pense que le propre de l’humanité, c’est de refuser la loi de la jungle, et de mettre de temps à autres des interdits, qui sont justement le signe de notre humanité. Avec un tel raisonnement, on pourrait aussi autoriser le commerce de reins humains !

    Après, d’accord sur la différence de traitement entre les clients et les prostituées. Mais j’avoue ne pas suffisamment m’être penché sur la question pour avoir une opinion ferme sur ce qu’il faudrait faire (même si, a première vue, je penche plutôt pour l’interdiction.

    Vous n’avez pas bien compris ce paragraphe. Je visais Causeur et Zemmour ici. Pas de problème de cohérence pour Bedos et Beigbeder, comme je le soutiens dans le papier, mais plutôt pour les néo-réacs.

    @ David

    Cela ne répond pas aux questions que je pose, et notamment la contradiction qu’il y a dans le discours de Causeur & Zemmour vis-à-vis du mariage pour tous et cette prise de position.

    @ Rodolphe

    D’accord

    @ Jard

    Comme expliqué plus haut, je n’ai pas une position ferme sur la question. Je pencherais naturellement pour une interdiction totale, mais je n’ai pas assez travaillé sur la questin pour me prononcer.

    @ Le gars huzac

    L’inné, cela compte, mais il y a aussi l’acquis. Libre à certains de ne pas vouloir sortir de leurs pulsions animales, mais le propre de l’humanité, c’est justement d’être capable de le faire à mon sens.

    Et sur les questions sociétales, ce n’est pas juste. Je suis totalement opposé à la libéralisation du cannabis, très ferme sur les questions de sécurité ou d’immigration. Et sur cette question, certains bien pensants (Bedos ou Beigbeder) sont sur la ligne de Zemmour.

    @ Anonyme

    Je trouve qu’il y a une énorme contradiction dans la position de Causeur et Zemmour sur ce sujet et le mariage pour tous. C’est tout.

    @ ER-DLR

    Ils faisaient partie des soutiens médiatiques de la manif pour tous.

    @ Anonyme

    Je pense que vous faites une présentation assez honnête des choses, soulignant les trois types de prostitution. Les auteurs de l’appel auraient gagné à suivre votre exemple. Mais je me pose quand même des questions pour la 1ère question. Ce n’est pas forcément parce qu’on le fait en toute liberté qu’il faut le permettre. Le propre de l’humanité, c’est de se mettre des limites il me semble. En outre, c’est aussi l’existence de la 1ère catégorie qui explique les 2ème et 3ème car cela rapporte beaucoup plus qu’un travail standard. Et si les 3 catégories étaient liées ?

    Après, d’accord sur la différence de traitement, qui ne me semble pas cohérente.

    En revanche, je ne partage pas certaines de vos réflexions, notamment dans le 2nd commentaire.

    @ Talisker

    Je n’ai jamais écrit que la loi du gouvernement est satisfaisante : d’accord sur l’incohérence. Je critique l’initiative de Causeur.

    Je penche a priori (mais je n’ai pas encore d’opinion ferme sur le sujet) plus pour l’interdiction que pour un service public.

    @ Anonyme

    Merci pour ces liens

    @ Alain34

    D’accord sur le fait qu’il faut une loi d’ensemble et ne pas seulement se soucier d’un maillon de la chaine.

    @ Gilco

    Libre à ceux qui le souhaitent de le faire anonymement. Ils ont peut-être des contraintes professionnelles.

    @ Euterpe

    Il y a des éléments de votre commentaire qui m’ont fait décidé de le supprimer car potentiellement sous le coup de la loi.

    @ Sancelrien

    La lecture de cet appel m’a effaré.

    RépondreSupprimer
  23. @Laurent Pinsolle,
    [Liberticide ? Consentement mutuel ? Mais je m’en fiche. Je pense que le propre de l’humanité, c’est de refuser la loi de la jungle, et de mettre de temps à autres des interdits, qui sont justement le signe de notre humanité. Avec un tel raisonnement, on pourrait aussi autoriser le commerce de reins humains !]

    Refuser la loi de la jungle? Mais je ne dis pas le contraire et encore une fois, LA LOI REPRIME LE PROXENETISME!
    Pour le reste, une fois le consentement de deux adultes assurés dans une relation sexuelle (tarifée ou non), la société n'a pas à mettre son nez dans les affaires intimes...


    CVT

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour,

    Je decouvre cette "polemique" sur votre blog, et j'approuve tout a fait votre position. Je ne connais pas les details de ce projet de loi, et je ne sais pas s'il est bien fichu, mais je trouve aussi assez ecoeurante la tribune de ces "celebrites"...

    On voit que si les bobos-libertaires et les reacs se disputent sur leurs moeurs, ils sont d'accord pour consider que leur "confort/desir" passe avant le soucis d'autrui... Les uns veulent legaliser les drogues et avoir le droit de tout faire, les autres veulent que l'on respecte les traditions qui leur plaisent a eux, mais derriere leurs lecons de morale ils sont prets a sous-payer une bonne philipinne ou a "profiter" hypocritement de la prostitution..

    Surtout les arguments sur la prostitution "librement" consentie (libre comme la concurrence libre et non faussee et la liberte du creve-la faim,,, ce mot est completement detourne) sont assez affligeants. Comme les excites qui sont prets a envoyer les enfants des autres faire la guerre, est-ce que ces gens seraient contents si leur fille leur disait qu'elle a envie de faire carriere dans la prostitution plutot que de continuer ses etudes d'ingenieur ?

    A propos des manifs anti-marriage gays, je trouvais deja desolant que ces gens manifestent en masse contre une mesure qui ne touche qu'une infime minorite de francais, mais ne bronchent pas (sauf certains comme Boutin) a propos du travail le dimanche, qui me semble bien plus destructeur de la vie en commun...

    Apparamment, bobos-libertaires et neo-reacs se rejoignent dans la defense des interets egoistes particuliers (mais qui en general sont differents) et la reverence devant le fric...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "A propos des manifs anti-marriage gays [et] du travail le dimanche"

      Je pense que beaucoup de "ces gens" ne souhaitent pas le travail le dimanche. Vous jugez la mobilisation des autres, pouvez-vous nous dire quelle a été / est la vôtre sur ce sujet ?

      Supprimer
    2. @anonyme 18:41,
      Je vous trouve particulièrement condescendant: que savez-vous du consentement entre adulte lors des relations sexuelles? A partir du moment où le viol et le proxénétisme sont punis, est-ce à l'Etat de dire des gens doivent s'envoyer en l'air, gratuitement ou pas? Je ne défends pas la prostitution, et je prendrais acte d'une interdiction pure et simple, mais ce projet de loi est une saloperie!
      Le vrai problème, c'est que le gouvernement, ou plutôt les tenants de cette loi, sont des lâches: un coup, on s'en prend aux prostituées (cf loi de Sarkozy contre le racolage), un autre, au client! Soit on interdit la prostitution en bonne et due forme, soit on maintient le status quo, à savoir un renforcement de la lutte contre le proxénétisme, cette dernière solution me paraissant plus réaliste, et plus respectueuse de la liberté individuelle...
      Encore une fois, les tenants du sociétal veulent outrepasser le droit, et refuse de répondre à cette question: est-ce qu'il faut aller plus loin dans l'intrusion de la sphère privée pour lutter contre le proxénétisme? Pénaliser le micheton n'arrêtera pas la prostitution, qui est un sujet éminemment intime. En fait, c'est une guerre contre les plus fauchés, sachant que les plus riches pourront toujours se payer des escort-girls...


      CVT

      Supprimer
    3. J'adore la langue française ou nous trouvons condescendant mais aussi concupiscent par exemple !

      Supprimer
  25. Que l'on soit pour des raisons morales opposés à la prostitution c'est un point de vue que l'on peut discuter, mais cette loi est d'une grande hypocrisie.
    Comme d'habitude, il faut avec ce gouvernement un texte qui ne résout rien et faire diversion.
    C'est mieux de parler de cela que de ses échecs innombrables depuis 2012.
    Après le débat prostituée libre des macs ou pas, je n'en sais rien.
    Mais je ne vois pas pourquoi certains pays semblent régler le problème comme l'Allemagne avec les éros center où au moins les conditions d'hygiène sont respectées et que nous ne pourrions pas en faire autant.

    RépondreSupprimer
  26. Je vous suis Laurent sur le fait que l'initiative de Causeur est maladroite. Notamment qu'il donne l'impression de se moquer des 343 salopes, dont le combat etait à mes yeux legitime. Disons que c'est un "coup de buzz" mal maitrisé. Apres, je trouve que certaines réactions effarouchées sont tout aussi ridicules, pour dire vrai.

    Je ne suis par contre pas vraiment d'accord pour la supposée absence de cohérence de la part de Causeur et d'Eric Zemmour. Leur ligne est que la facon dont chacun a de vivre sa sexualité doit rester d'ordre strictement privé. Une "laicité sexuelle", si vous voyez ce que je veux dire. Ils s'opposent donc autant au fait que l'Etat change une institution comme le mariage civil au profit d'une orientation sexuelle donnée qu'au fait qu'il intervienne pour punir les clients de la prostitution. Ils combattent dans les deux cas le melange de la sphere publique et de la sphere privée. Je ne suis pas forcément en phase avec eux, mais je n'y vois rien de si illogique.

    En outre, ce n'est pas à vous que je vais apprendre que des personnes tres différentes (ici Zemmour et Bedos) peuvent se retrouver dans l'opposition à une meme loi. Rappelez vous par exemple de l'alliance entre le "Non identitaire" et le "Non social" lors du referendum de 2005.

    Bien à vous.

    Talisker.

    RépondreSupprimer
  27. Vous avez pris une juste volée de bois vert sur ce sujet ; également raz le bol de ces lois qui sont surtout la pour faire chier le peuple et qui participent a l’écran de fumée sur les vrai problème de la France ; sur la prostitution il n'y a qu'une lutte c'est contre le proxénétisme ; point barre .-.
    Éviter de vous lancer et DLR par la même occasion dans le sociétal bobo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.youtube.com/watch?v=GiQ9YmaJm2g

      Supprimer
  28. La prohibition du cannabis ne marche pas, point barre, et n'a jamais fonctionné nulle part. C'est de même pour la prostitution. Que l'on soit défavorable à la prostitution pour des raisons morales ou simplement en raison de ses propres conceptions d'hygiène mentale n'entraine pas qu'il faille une prohibition qui ne fera qu'empirer la situation. Ca me fait vraiment marrer ces censeurs qui pondent une loi pour se donner une bonne conscience totalement égoïste qui se fout ensuite avec la plus parfaite hypocrisie cynique des conséquences réelles, comme des petits curetons bornés et démagogues se prenant pour des maitres.

    olaf

    RépondreSupprimer
  29. Il y'a d'autres cas ou le consentement mutuel entre adultes n’empêche pas l'interdiction. Comme les concours de lancers de nains qui furent interdits sur le principe "d'atteinte à la dignité humaine". On pourrait étendre le raisonnement au voile intégral.

    RépondreSupprimer
  30. TeoNeo

    Au titre de la dignité humaine alors on interdit les éboueurs, les égoutiers, les médecins légistes, les embaumeurs...tous métiers par vraiment glamours.

    Et on finit par une société de castes comme en Inde, dirigée par des brahmanes purs et insouillés. Les politiciens sont des brahmanes new age, qui par des lois veulent infantiliser les gens en leur imposant ce qui est bon ou pas pour eux. Pour moi, c'est non merci. Je n'ai pas besoin de trous du cul incompétents déjà sur le plan économique qui en plus vont me dire comment je dois vivre, baiser, picoler, dormir, bouffer, respirer, penser... Qu'ils aillent se faire foutre. L'époque des lumières du XVIII ème siècle français est vraiment en train de s'éteindre avec tous ces peignes culs qui vont nous expliquer la vie
    parce que leur vie est un gros tas de merde puante de connerie présomptueuse.

    olaf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Olaf,
      même si c'est un peu véhément, j'approuve complètement votre commentaire :)!
      Il me rappelle un propos du sulfureux Alain Soral, qui sur ce coup, a visé juste: "depuis près de trente ans, nos élites ont privatisé la politique (i.e.: donc la sphère publique), et politisé la vie privée". Et pour cause, puisque nos dirigeants ont organisé leur propre impuissance (merci l'UE), et elle se rabatte sur ce qu'il reste, à savoir nos préférences individuelles...


      CVT

      Supprimer
  31. "Le rapport propose de dissuader le client de pérenniser les situations de violence que son comportement crée et entretient. L'objectif est de faire de la pédagogie", a martelé Mme Olivier, rapporteur du texte adopté à l'unanimité par la Délégation aux droits des femmes (DDF) de l'Assemblée nationale."Il faut faire entrer dans les mentalités que ça n'est pas normal de payer pour un service sexuel".

    Les sociaux-libéraux, sortes d'ecclésiastiques-croisés de la morale et de l'amoral (selon les cas), qui veulent réguler notre sexualité sans prendre aucune mesure sur les plans économique et social, sont en plein délire. Des lois, des lois et des lois sans aucune réflexion, ni débat (contrairement à ce qu'ils serinent). Mais puisqu'il en est ainsi, pourquoi ne pas condamner pénalement les victimes d'agressions avec arme à feu, pourquoi ne pas punir les enfants battus par leurs parents ou embastiller ceux qui fument ou qui boivent ? Et demain, pourquoi ne pas traîner devant les tribunaux les chiens qui mordent les petits vieux ou les tempêtes, qui détruisent les récoltes. Franchement, je pensais, comme d'autres, que nous avions touché le fond avec les provocations et les ignominies de Sarkozy, mais la chute continue.

    Au lieu de vouloir faire entrer de force dans nos têtes les idées ou concepts débiles qu'ils portent, voire qu'ils partagent avec quelques libertaires acharnés, de nous agresser en permanence sur tout et n'importe quoi, que les sociaux-libéraux s'occupent des questions vitales et essentielles, qui nous préoccupent.

    Pour ce qui concerne la prostitution, le plus édifiant, c'est que les résultats obtenus avec ce genre de méthode en Suède, premier pays européen poursuivant pénalement depuis 1999 les "clients" des prostitués, ne sont pas au rendez-vous. Si l'on croit certains articles de presse, la prostitution de rue semble avoir diminué en Suède, mais elle s’est déplacée dans la clandestinité.

    Belle et grande victoire de féministes odieuses et de crétins désinvoltes, qui ne représentent qu'eux-mêmes et leur petit monde étriqué !







    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je crois que les exemples que vous donnez nous n'en sommes pas loin , je n'ai pas le temps de faire cette recherche mais je suis quasi certain que devant chacun d'eux nous pourrions trouver un jugement qui va dans ce sens

      Supprimer
  32. @ Olaf

    Sur ce coup là (sans jeu de mot douteux) c’est vous le meilleur. Au moins sur le fond, cent pour cent d’accord avec vos commentaires… Pour une fois !

    @ Laurent

    La faiblesse de votre argumentaire, que je trouve assez tripal d’ailleurs (il vous arrive parfois comme ça de laisser entrevoir l’écorché qu’il y a en vous), est de lier la prostitution au « libéral-libertarisme ».
    Le « plus vieux métier du monde » (rien n’est moins sûr) a pourtant pour caractéristique d’être totalement protéiforme autant parce qu’il remonte très loin dans le temps, que parce qu’il touche aux multiples facettes de la perversion humaine.
    Lisez ou relisez Zola ou Mirbeau, pour constater qu’il y eu des époques bien pires que les nôtres sur ce sujet, bien qu’elles aient eu plus à voir avec le puritanisme moral propre au premier âge industriel qu’avec ce trop commode « libéral-libertarisme ».
    (Si la littérature vous gave, je vous recommande un document de vulgarisation historique extraordinaire : « La main courante » de Pierre Miquel, chez Albin Michel. Hallucinant commentaire des rapports de la police parisienne de 1890 à 1950, surtout pour la période précédant la première guerre mondiale. Vous verrez que cette époque, que l’on disait aussi belle que la France, était d’une violence inouïe dans tous les domaines, incomparablement plus que la nôtre en tout cas, en particulier pour tout ce qui touchait à la prostitution et à la pédophilie).
    C’est ce qu’ont bien vu certains commentateurs ici, en montrant qu’il était impossible de traiter la question en fourrant tous les cas de figure dans le même sac sociologique, philosophique ou psychologique.
    Aujourd’hui comme hier existe la prostitution / exploitation classique, avec ses « proxos » sans foi ni loi et ses « pauvres filles » d’ici et d’ailleurs, la seule que semble être capable d’investir les féministes et leur philosophie d’Epinal.
    Aujourd’hui comme hier, et plus gênante pour ces dames, existe la prostitution mondaine, où le portrait du « client bourreau » est déjà beaucoup plus difficile à tirer.
    J’en connais une à sur la côte (encore belle créature de près de soixante pige mais qui en fait à l’aise quinze de moins), qui a quarante ans de métier dont la moitié « à domicile » et qui finit sa carrière en roue libre avec SA clientèle et SES exigences techniques. En tout cas, c’est de cette manière qu’elle vous parle de son boulot et de ses perspectives de retraite, comme si elle avait tiré parti de ses études de gestion d’entreprise (sic, et cela s’entend quand elle vous parle). Celle-là, difficile de la faire rentrer dans votre tableau.
    Sûr maintenant que son discours a sa face d’ombre. Elle est « indépendante » mais verse à tous les coups son obole à des protecteurs obligés, là où elle est placée (à deux pas d’un hôtel célèbre et d’un bâtiment public classé !). Sans parler de la non moins conséquente obole obligée qu’elle verse au premier proxénète de France via entre autre la police ; l’Etat !
    Ce dernier aspect là, et pas des moindres, manque aussi à votre analyse, et il ne date pas du « libéral-libertarisme » à ce que je sache.

    La Gaule

    RépondreSupprimer
  33. @ Laurent (suite)

    Dans mon métier, il est une forme de prostitution contemporaine que je rencontre sans cesse et qui cadrerait à la rigueur mais en apparence- avec votre critique très sociale.
    Ce sont les nouvelles franc tireuses, issues surtout des pays de l’est (un article récent de la célèbre revue Ogoniok parlait d’au moins cent mille prostituées occasionnelles dans la seule Moscou, prostituées « de consommation » dont de nombreuses étudiantes, qui utilisent cette activité à des fins complémentaires de revenus).
    Elles utilisent les grandes centrales de réservation hôtelières, comme booking.com, pour de multiples réservations de quelques jours à travers le pays (ce que j’appelle des réservations de petit poucet), et les garantissent avec des numéros de carte bancaire bidon achetées sur internet.
    Une fois sur place, elles cumulent le tapinage à l’extérieur et des passes plus longues (et plus chères) à l’intérieur de l’établissement avec des gens qui s’annoncent comme des camarades d’études, et qu’elles recrutent par internet sur des sites de rencontre très classiques.
    Elles décrochent rapidement en payant rubis sur l’ongle leur note en espèces.
    Ces réservations causent beaucoup de tort aux hôteliers, car ces nanas ont pour tactique de faire plusieurs réservations dans des endroits différents le même jour pour être moins facilement repérables, et elles annulent au dernier moment les résas surnuméraires.
    Un jour ou vous êtes en principe complet, vous pouvez ainsi vos retrouver avec deux ou trois piaules qui passent à l’as !
    Inutile d’aller vous plaindre de la chose à la police, ils s’en foutent (Quant aux centrales requins, elles sont intouchables).
    Même si ces marginales activités doivent probablement cacher une conséquente forêt (dans une poubelle de chambre, on avait ramassé des bordereaux de transfert de fonds de la Western Union –vous savez, anciennement la poste- portant sur une quinzaine de jours maximum. Il y en avait quand même pour trente mille euros, et il n’y a pas un hôtelier en France qui ne vous certifiera pas ce que je raconte).
    Les flics ont de toute façon bien trop à faire avec les réseaux d’africaines ou de roumaines mineures qui se mettent en cheville avec des hôtels borgnes, soit la prostitution du premier type.
    En tout cas dans mon exemple, ô combien banal je le répète, il m’est difficile de ne pas sourire à ceux qui tiennent absolument à trouver un bourreau et une victime dans leur drôle de drame.
    Vous n’avez pas non plus parlé de la prostitution masculine, ce huitième continent…

    LG

    RépondreSupprimer
  34. Effectivement le manifeste est plus que maladroit. Peut-être pas du côté de Beigbeder et de Bedos. Mais en ce qui concerne Causeur et Zemmour, ils se tirent une balle dans le pied au regard par exemple de cette phrase : "nous considérons que chacun a le droit de vendre librement ses charmes – et même d’aimer ça. Et nous refusons que des députés édictent des normes sur nos désirs et nos plaisirs."
    Cela ressemble fort à "il est interdit d'interdire" de mai 68.
    Je pense qu'il convient d'analyser les choses. Je ne pense pas, en vérité, que Zemmour ou Causeur soient contradictoires ou soient devenus subitement des libéraux-libertaires.
    Il y a en fait deux positions. La première consiste à refuser tout ordre moral, tout ordre sexuel, toute limite pouvant entraver la liberté de chacun. C'est la position des soixante-huitard, de la gauche libertaire en général. C'est aussi le positionnement de Bedos et de Beigbeder. C'est très certainement le positionnement d'une grande parti de l'extrême-gauche non féministe.
    L'autre position semble une position de réaction. Il s'agit de réagir violemment à une énième atteinte à la sexualité masculine. En effet la loi préparée par le gouvernement cherche à pénaliser le client. « Les victimes sont presque toujours des femmes. Les clients sont toujours des hommes : ils achètent et imposent leurs propres désirs », selon la « Pétition des jeunes pour l’abolition de la prostitution ». L'argument se retourne. Allez voir des putes, n'est-ce pas le signe pour un homme de sa détresse sexuelle. La misère sexuelle de certains hommes en ferait-elle des coupable ? Ni les putes, ni les clients. Ce sont les réseaux mafieux les coupables. Mais la logique du gouvernement socialiste et des féministes c'est de considérer que toute forme de sexualité masculine est mauvaise. Les hommes sont des beaufs, machos, violeurs, brutaux etc. Il faut donc punir le client comme le réseau proxénète. Les féministes sont pour les 3/4 des lesbiennes ou des bourgeoises (ou les deux) qui n'ont à coeur que de castrer l'homme et de défendre une "dure réalité féminine" que pour la plupart elles ne vivent pas.
    Il y a eu une volonté délibérée de Causeur et de Zemmour de prendre la gauche issue de mai 68 à son propre piège en réutilisant ses idées, ses propos, ses concepts afin de les retourner contre un ordre moral féministe contraire aux idéaux libertaires.
    Bien évidemment, et c'est là que vous avez tout à fait raison Laurent, Zemmour et Causeur se font prendre dans leur propre piège. En reprenant à leur compte l'esprit de 68 pour attaquer les féministes castratrices, ils se sont eux-mêmes fait prendre en flagrant délit de contradictions au regar de leurs positionnements habituels, surtout si l'on tient compte qu'ils furent des opposants acharnés au mariage gay.
    En signant cette appel il y a bien eu deux logiques. Une libérale-libertaire. L'autre réactionnaire, utilisant par ironie, les préceptes des soixante-huitards pour les retourner contre les féministes castratrice. Logique de défense de l'homme avec des couilles. Donc compatible avec la pensée néo-réac. Mais néo-réacs qui auront bonne mine désormais pour contrer les volontés du gouvernement qui veut le GPA et la PMA ou devant un Pierre Bergé qui veut ... (je m'autocensure, mais c'est un secret de polichinelle).
    Donc si au départ, Causeur et Zemmour ont cru jouer un tour au gouvernement socialiste et aux féministes, à long terme ce n'est pas très malin.

    FranceLibreGaullisme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ce genre de sujet qui impulse l’adrénaline vous avez fait un texte bien équilibré

      Supprimer
  35. @ Anonyme

    Merci. Bien d’accord avec votre argumentation.

    @ CVT

    Assez d’accord sur le manque de cohérence des projets de loi.

    @ André

    A priori, je penche plutôt pour une interdiction complète. Je pense que la prostitution n’est que rarement véritablement librement consentie et je juge que certaines limites peuvent et doivent être fixées.

    @ Talisker

    Merci. Très juste pour 2005. D’accord sur l’idée de laïcité sexuelle, mais l’incohérence que je note est le fait que Causeur et Zemmour n’ont cessé de dénoncer la marchandisation des corps dans le débat sur le mariage et qu’ici, ils l’acceptent et la défendent.

    @ Patrice

    Volet de bois vert de certains commentateurs peut-être, mais pas forcément de la majorité des lecteurs et je ne cherche pas à plaire, mais à dire ce que je pense pour échanger et faire progresser ma réflexion et / ou mes idées. Je ne trouve pas du tout que la dénonciation de l’initiative de Causeur soit du « sociétal bobo », si on considère que la tendance néolibérale pousse plutôt à la libéralisation de la prostitution.

    @ Olaf

    Non. La libéralisation du cannabis en république tchèque (non suivie par la Slovaquie), a eu beaucoup de conséquences néfastes.

    Il y a de la marge (cf 2ème commentaire)

    @ TeoNeo

    Merci. Idem pour l’amour en-dessous d’un certain âge…

    @ Démos

    Tout d’abord, j’ai largement expliqué que je n’étais pas d’accord avec le projet de loi. Ensuite, je pense que vous exagérez.

    @ LG

    Pas vraiment étonné que notre pays soit nettement plus violent il y a un siècle.

    Si je ne prends pas position fermement sur la prostitution, c’est parce que c’est une question à laquelle je n’ai pas assez réfléchie (mais cette conversation me permet de le faire). A priori, je penche spontanément plutôt pour l’interdiction. Mais ici, l’objectif du papier est plutôt de dénoncer la démarche de cet appel.

    @ FLG

    Bien vu, j’aurais pu faire un angle : quand Causeur et Zemmour jouent aux soixante-huitards… D’accord sur les deux logiques. L’autre point qui pose problème, c’est la marchandisation et certains détails de l’appel.

    Merci pour votre commentaire.

    RépondreSupprimer
  36. "La libéralisation du cannabis en république tchèque (non suivie par la Slovaquie), a eu beaucoup de conséquences néfastes."

    Navrant que vous preniez pour exemple des états minuscules sans même argumenter, tandis qu'ailleurs la prohibition est un échec flagrant. Les Pays Bas où j'ai habité 2 ans ne sont pas dévastés par la légalisation.

    La prohibition est une connerie sans nom. Ras le bol des curetons de l'hygiène!

    olaf

    RépondreSupprimer
  37. La tartuferie du camp du bien
    http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2013/11/manifeste-des-343-salauds-la-t.html

    http://www.causeur.fr/le-manifeste-des-343-salauds,24825

    RépondreSupprimer
  38. Je n'approuve pas le sexe tarifé en tant que chrétien mais je considère que sa répression serait encore pire car les prostituées se cacheraient pour exercer ...Et donc il sera plus difficile de lutter contre les réseaux de mac ...Je passe sur les clients qui se rendraient la ou c'est légal ce qui posera encore plus de problèmes sauf à vivre en autarcie ou à fliquer les citoyens se rendant dans des pays étrangers...Que l'on face comme la Suisse avec des lieux organisés et sécurisés pour ce genre d'activités me parait plus intelligent...

    RépondreSupprimer