mardi 24 mars 2015

Le PS use la grosse ficelle des sondages


Résultats des élections cantonales de 2011
(source : France Politique)


Et si les sondages avaient été différents ?

Petit retour en arrière : imaginons un instant que pendant toute la campagne des élections cantonales, les sondeurs aient placé l’UMP et le PS au coude à coude autour de 30%, tandis que le FN aurait été donné à 20%, ce que tous les journalistes auraient interprété comme le renforcement de son implantation locale. Avec de tels sondages, les média auraient titré sur le « rebond de la majorité, revenue au coude à coude avec l’opposition, signant l’échec de Nicolas Sarkozy ». Et si le tripartisme continuait à s’enraciner, le parti lepéniste serait rejeté à une position, certes forte, mais éloignée du pouvoir, rassurant les journalistes et les deux principaux partis dominants après les élections européennes.

Avec un tel scénario, les résultats de dimanche soir auraient été accueillis avec stupeur : large victoire de l’UMP, le FN au coude-à-coude avec le PS, qui aurait alors été présenté comme lourdement sanctionné par les électeurs. Les journalistes auraient insisté sur le danger pour François Hollande d’un nouveau 21 avril en 2017. Mais voilà, parce que les sondages donnaient le PS autour ou sous les 20%, loin derrière l’UMP et le FN qui faisaient la course en tête, aujourd’hui, certains décrivent, outre le succès de l’UMP, la bonne résistance du Parti Socialiste, et, bien paradoxalement, pour une élection qui n’est pas celle où il brille le plus habituellement, un relatif échec pour le Front National.

Prendre du recul sur les sondages

Ce petit exercice de politique fiction a l’intérêt de montrer à quel point les chiffres donnés par les sondages avant l’élection déforment complètement l’interprétation des résultats, au-delà du rationnel. Ce qui compte, ce n’est pas le score par rapport aux élections précédentes, mais par rapport à ce que les sondages annonçaient, alors qu’ils se sont pourtant souvent trompés dans le passé. Il y a quand même quelque chose de totalement effarant à voir les commentaires des résultats des élections se concentrer sur l’écart avec des sondages qui ne sont que des chiffres virtuels et quasiment oublier la comparaison avec les résultats de l’élection précédente, comme dimanche soir pour les cantonales.

Il aurait été intéressant de rappeler, comme le montre le site France Politique de Laurent de Boissieu, qu’en 2011, l’UMP et ses alliés avaient réuni environ 32% des voix, le FN, 15%, le PS 32%, et les Verts 8%. Ce simple rappel montre que l’UMP a donc gagné 4 points, le FN, environ 10 points, alors que le PS en a perdu 4 et les Verts ont vu leur score divisé par 4. Quand on pense que NKM osait soutenir que le FN était déçu par son score… Dans les faits, le FN poursuit son implantation locale et répète son record des européennes, même s’il n’est pas le premier parti de France. L’UMP gagne ce que le PS perd et les Verts subissent une déculottée électorale, ce que personne ne semble avoir noté…


Pour une fois, je suis donc d’accord avec Olivier Duhamel. Il est totalement absurde et superficiel de juger des résultats de cette élection par rapport aux saondages. Il faut le faire par rapport aux élections cantonales de 2011, et là, la conclusion est claire : c’est une défaite historique pour la gauche.

54 commentaires:

  1. @LH,

    http://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2015/FE.html

    L'élection ayant eu lieu par binôme les résultats exposés par le ministère, sauf erreur de ma part, sont exposées par binôme également, et font apparaître qu'il est le seul parti à plus de 25%.

    L'UMP ou le PS font plus de 25% ?

    Il est également le premier parti, sauf erreur de ma part là encore, en nombre de voix.

    Qu'on m'indique où je me trompe.

    RépondreSupprimer
  2. Dans la Nièvre, symbole de Tonton et du PS :

    http://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/nievre_58/

    RépondreSupprimer
  3. Concernant le protectionnisme "intelligent" du FN et la taxation des pneus chinois importés aux USA, à la fin c'est une dépense supplémentaire pour les consommateurs américains, mais surtout une destruction nette d'emplois aux USA :

    "But when the retail job loss figure is offset against the highly visible figure of a maximum of 1,200 manufacturing jobs saved, it appears that safeguards actually cost the American economy around 2,531 jobs. A net loss of jobs may surprise many observers (including those in the White House), but in fact trade protection often takes more jobs from the retail sector than it saves in the manufacturing sector."

    http://www.iie.com/publications/pb/pb12-9.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien connaître le tour de passe-passe pour faire croire que fabriquer des pneus sur place -donc sauver des emplois de production- ferait perdre des emplois de ventes...

      Au final, les pneus fabriqués localement, il faut les vendre aussi ; non ?

      Alors quelle est l'astuce des anti-protectionnistes pour diaboliser le protectionnisme ?...
      (en français svp, tout le monde n'est pas bilingue)

      Supprimer
    2. Concernant la première arnaque/astuce, soi-disant une dépense supplémentaire ; le coût du protectionnisme sert à équilibrer les choses entre le coût des pneus fabriqués localement et les pneus fabriqués dans les pays pauvres...

      Il n'y a donc pas de coût supplémentaires... au pire, les pneus chinois coûtent le même prix que des pneus fabriqués aux USA.
      La seule différence, y'a des américains qui ont du boulot !

      Puisque pour les investisseurs, y'a aucun ou très peu d'intérêt à détruire l'emploi aux USA pour faire travailler des Chinois.

      Le coût supplémentaire terrible pour les consommateurs, c'est lorsqu'il y a plein de produits pas chers -made in China- ET pas de salaire pour les acheter.

      Supprimer
    3. Au lieu de raconter des âneries de beauf, faites un effort en lisant l'article et évitez nous votre fainéantise qui regarde pas plus loin que le bout de son nez. Les emplois qui sont créés dans un secteur détruisent des emplois dans d'autres secteurs, donc le bilan est négatif.

      Supprimer
    4. Je sais que je suis bête... mais ça ne vous dispense pas d'expliquer le mécanisme qui fait que la création d'emplois dans un secteur détruise des emplois dans un autre secteur...

      Il suffit pas d'affirmer, quelques explications et/ou arguments seraient pas inutiles.

      Supprimer
    5. Vous m'emmerdez, j'ai expliqué ici souvent, l'article cité explique aussi, si vous ne voulez rien entendre, c'est votre problème, et ça sera votre problème aussi quand suite à des mesures protectionnistes vous perdrez votre boulot. Faudra pas vous plaindre à ce moment là.

      Supprimer
    6. Vous confirmez que l'idée, c'est juste d'être contre le protectionnisme pour être contre le protectionnisme.

      J'en prends note.

      Dommage par contre que vous n'expliquiez pas votre savoureuse affirmation :
      - de la création d'emploi qui détruit des emplois dans d'autres secteurs.

      Vous n'expliquez rien, mais vous martelez vos dogmes régulièrement. Je vous le concède volontiers.

      Supprimer
    7. Il n'y a pas d'explication possible pour les gens comme vous, seul le mur de la réalité les convaincra. C'est à dire quand ils seront massivement au chômage, pire que maintenant.

      Supprimer
    8. Après la lessive qui lave plus blanc que blanc, le plus pire que pire...

      Ah, ces sacrés ultra-capitalistes qui se prennent pour des libéraux...
      Ils nous menacent toujours du pire si nous n'acceptons pas le pire.

      Et nous devons renoncer à nous protéger afin d'être protégés. Logique.

      La guerre, c'est la paix. Et le protectionnisme, c'est l'absence de protection, dirait Orwell.

      Supprimer
    9. S'il pouvait acheter moins cher des pneux chinois l'automobiliste américain pourrait s'acheter plus d'autres choses avec l'argent économisé, et donc cela créerait des emplois dans le commerce.

      Jusque là je suis.

      Mais de là à affirmer que le nombre d'emplois perdus dans le commerce est supérieur à celui des emplois qui ont été sauvés dans l'industrie US du pneu, même en tenant compte des effets sur l'emploi dans le commerce du licenciement éventuel des ouvriers du pneumatique, je suis sceptique.

      Ivan

      Supprimer
    10. @ Ivan,
      L'américain qui a un boulot qui lui permet de s'acheter un voiture -made in Korea-, pourrait avec l'argent économisé sur le prix des pneus "made in China" s'achetait plus de produit "made in China"...

      Le paradis sur terre...

      Supprimer
    11. ou des produits "designed in California" et "made in China"...

      Ce qui prouve bien que tous nos malheurs sont la faute au protectionnisme ; c'est bien cela votre démonstration, Monsieur Anonyme ?

      Car si les patrons n'embauchent pas, voir licencient aux USA, c'est uniquement et strictement la faute au protectionnisme dans l'industrie du pneu...

      Y'a pas d'autres facteurs.

      Supprimer
    12. A l'anonyme. Votre discours tenant de la pensée unique mondialiste est totalement déconnecté de la réalité. En effet, de nombreux économistes dont Maurice Allais, ont démontré par les chiffres que vous avez tort. En outre, comment expliquez-vous que ce sont les pays protectionnistes, qui réussissent le mieux économiquement, sont les plus prospères et ont un taux de chômage moindre que les autres. Vos idées sont appliquées par l'UE dont les frontières commerciales sont de véritables passoires. Résultat : chômage de masse, misère et désindustrialisation.

      Supprimer
  4. Puisqu'hier vous m'avez dit que je suis ridicule, lisez-donc cela : je ne suis pas le seul grotesque en France. Il y a d'autres stupides qui sont intéressés par des comparaisons directes de parti à parti.

    http://www.les-crises.fr/25-des-voix-deroute-electorale-du-fn/

    Et puisque nous parlons de ridicule, il est ridicule de confondre un parti et une alliance de circonstance.

    Sans rancune,

    Thierry_st_malo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/03/23/31001-20150323ARTFIG00197-andre-bercoff-quand-une-soiree-electorale-tourne-a-l-enfumage.php

      Supprimer
    2. Et puis lisez donc aussi cet extrait du blog d'Ivan Rioufol, dont on peut d'ailleurs penser ce qu'on veut :

      "Voici les données : une union UMP-UDI-Modem arrive en tête avec 29,4% des suffrages, suivie par le FN avec 25,19%, puis par le PS et ses amis à 21,85%. Ce sont donc des alliances, y compris avec le Modem accusé de trahison par Nicolas Sarkozy, qui permettent au président de l’UMP de revendiquer la première place. Ce sont également des additions diverses qui permettent au PS de limiter sa dégringolade. Mais que représentent l’UMP et le PS, seuls, afin de les comparer avec le FN ? Il est, pour l’instant en tout cas, impossible de le savoir. II se pourrait bien que, sur cette introuvable photographie des partis, le FN passe en tête. Sans doute ne faut-il pas chercher plus loin la raison du peu d’empressement des autorités à révéler l’état réel de la représentation politique dans ce scrutin, qui a connu une abstention de 50%."

      Comme vous le voyez, il y a en France d'autres débiles que moi, et vous ne les ferez pas disparaître en expliquant qu'ils sont ridicules.

      Ce qui vous dérange surtout, je pense, c'est de constater que le PS SEUL représente deux fois plus d'électeurs que l'UMP SEULE et que DLF ne représente plus rien. Cela me dérange aussi, d'ailleurs.

      Mais je n'aime PAS que l'on m'explique que je suis ridicule alors que je suis simplement sensible à d'autres choses que vous.

      Avec un peu de rancune quand même, finalement.

      Thierry_st_malo

      Supprimer
    3. Il n'est PAS ridicule de se poser les questions que je me suis posées. Grrr ! Ce qui est ridicule, c'est de ne pas vouloir les entendre.

      J'étais habitué à mieux de votre part, Laurent.

      Thierry_st_malo


      Supprimer
  5. Attention sur le score des écolos ou du FDG, il y a une grosse magouille du PS dans la façon dont sont présentés les résultats qui leur permet de faire croire qu’ils sont les seul à « gauche » (alors qu’ils mènent une politique économique néolibérale similaire en quasiment tout point avec celle de l’équipe précédente de Sarko and co…) . Dans ma ville par exemple, les listes EELV, PG, ensemble, nouvelle donne qui font entre 12 % et 17%, ce qui n’est pas un mauvais scores sont considérées comme divers gauche et ne comptent donc ni dans le score national de EELV ni dans celui du FDG… A Grenoble ou dans certains cantons EELV alliés au PG fait plus que le PS, c’est divers gauche! De plus dans de nombreux canton de campagne il n’y a simplement pas de liste EELV ce qui minore leur score national… bref a prendre avec des pincettes, on est pas loin de la grosse propagande à l'ancienne!
    Enfin, je ne comprend pas trop la posture du PS qui se ment à lui-même, oui ils vont à la catastrophe électorale, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir et ce n’est les rodomontades de Valls qui changeront quoi que ce soit… Le nombre d'élus par parti et la carte des majorités départementales lundi prochain parleront de toute façon d'eux même, mettant la supercherie a jour. Toute ces bêtises pour gagner une semaine, je vois pas trop pourquoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.20minutes.fr/politique/1569631-20150323-elections-departementales-eelv-conteste-chiffres-officiels-assure-score-97

      http://www.20minutes.fr/politique/1569799-20150323-departementales-2015-front-gauche-conteste-score-evoquant-manipulation

      Supprimer
  6. Le vrai problème, avec ces résultats, c'est surtout que le - très stupide - mode de scrutin les a rendus totalement illisibles, à partir du moment où un même ticket peut être composé de candidats appartenant à des partis différents et que les alliances ont varié en fonction des cantons.
    Pour cette raison, seuls les résultats du FN, parti qui n'a pas noué d'alliances, peuvent être interprétés avec une certaine précision. Et ils sont hélas sans appel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faites attention à ne pas être ridicule :-)

      Thierry_st_malo

      Supprimer
  7. Premier tour des élections départementales :

    Ouvriers :

    49 % des ouvriers ont voté Front National
    15 % des ouvriers ont voté Parti Socialiste
    13 % des ouvriers ont voté UMP – UDI – Modem
    7 % des ouvriers ont voté Front de Gauche

    Employés :

    38 % des employés ont voté Front National
    24 % des employés ont voté UMP – UDI – Modem
    18 % des employés ont voté Parti Socialiste
    7 % des employés ont voté Front de Gauche

    Professions libérales, cadres supérieurs :

    33 % des professions libérales, cadres supérieurs ont voté UMP – UDI – Modem
    28 % ont voté Parti Socialiste
    13 % ont voté Front National
    8 % ont voté Divers Gauche

    http://www.ifop.com/media/poll/2976-1-study_file.pdf

    RépondreSupprimer
  8. Hé, les copains, ne vous y trompez pas, les sondages d'aujourd'hui ne feront pas les victoires de demain.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  9. @ Anonyme

    Je pense qu’il est plus juste d’additionner les blocs qui font partie d’une même alliance pour avoir une vue fidèle de ce qui s’est passé.

    @ Anonyme antiprotectionniste

    Cette étude me semble farfelue, pour ne pas dire plus, comme le soutient Abd_Salam

    Un livre qui montre que le protectionnisme est la clé du développement asiatique :
    http://www.gaullistelibre.com/2013/07/quand-le-modele-asiatique-contredit-le.html

    Une étude d’économistes de la Fed et de Yale, pour qui le commerce des Etats-Unis avec la Chine a coûté 30% de ses emplois industriels à l’Oncle Sam :
    http://www.gaullistelibre.com/2013/01/la-chine-pirate-du-libre-echange.html

    Bien sûr, cela permet d’acheter des produits moins chers, mais cela créé du chômage et met une pression à la baisse sur les salaires. Ce qui est gagné d’un côté est plus que perdu de l’autre.

    @ Abd-Salam

    Merci

    @ Thierry

    Bien sûr, le FN a pris 10 points en 4 ans et confirme le score des européennes. Mais parler d’alliance de circonstances entre l’UMP et l’UDI est tout de même ridicule. Le PS seul ne représente pas deux fois plus que l’UMP. Honnêtement, je m’en fiche.

    @ Red2

    Tout de même, les européennes ont également montré qu’il n’y avait pas de dynamique de ce côté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La feinte de l'étude, c'est de prendre les prix des produits importés des pays à très bas coûts comme la situation de départ, la situation normale...
      L'introduction du protectionnisme est donc ensuite présentée comme une augmentation inutile des prix !
      Augmentation qui va (soi-disant) peser sur la demande.

      La question est : quelle demande si la majorité des gens n'ont pas de salaire ? ou/et si les salaires des autres sont tirés vers le bas pour s'aligner sur les coûts des produits importés ?

      Et une demande résiduelle qui va tracter encore davantage sur l'import à très bas prix.

      Supprimer
    2. Vous vous en fichez ? Pourquoi pas ? Mais alors il fallait le dire tout de suite.
      Thierry_st_malo

      Supprimer
  10. Ce qui est farfelu c'est de prétendre l'étude farfelue sans aucun argument à l'appui.

    Joe Studwell n'est pas un économiste, il ne parle même pas des faibles coûts salariaux à l'origine de la croissance chinoise, bien plus à l'origine de la croissance qu'un quelconque protectionnisme.

    Vous citez des rigolos ou illustres inconnus pour défendre le protectionnisme, alors que la majorité des économistes reconnus disent que c'est une pure connerie avec études et publications académiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens qui partagent votre opinion sont des génies qui travaillent dans les règles de l'art, et les autres sont des cons.

      Excellent argument !

      Mais si tout le monde est un travailleur à très bas coût bon pour le prix de revient de la fabrication ;
      qui seront les consommateurs qui vont crâcher la marge pour réaliser le retour sur investissement dans le prix de VENTE ?

      Les prix de ventes devront être adaptés aux salaires bas... quid des profits ?

      On voit de manière évidente l'intérêt qu'il y a à fabriquer dans les pays à très bas coûts pour vendre dans des pays à salaires élevés...

      Mais que des très pauvres produisent pour des très pauvres ; on cherche !

      Supprimer
    2. Le protectionnisme ne change rien au problème et Herblay ne cite que des guignols pour le défendre. De plus, ses études ne parlent que de l'industrie, la plupart des destructions d'emplois de l'industrie sont liées à l'automatisation. Fermer les frontières et revenir aux Luddites, voilà le programme stupide d'Herblay.

      Supprimer
    3. A l'anonyme libre-échangiste. Ouvrez donc les yeux. C'est vous qui êtes totalement déconnecté de la réalité. Les français qui eux vivent et travaillent à l'intérieur de l'économie nationale se rendent comptent que le chômage augmente et que les emplois disparaissent. Comme je vous ai répondu plus haut, ce sont les nations protectionnistes qui réussissent le mieux économiquement, ne vous en déplaise. De plus, des économistes sérieux défendent le protectionnisme, qui contrairement à ce que vous voudriez faire croire, n'est pas l'autarcie. Mais pour des irréalistes comme vous, il est plus intéressant de se faire envahir par des produits Made in China, sous prétexte que l'on vend quelques malheureux Airbus à la Chine, qui plus est avec les plans et le fait que ceux-ci doivent être en partie construits sur le territoire de ce pays. Logique, quand tu nous tiens... Les chiffres, les faits et l'histoire vous donnent tort, alors svp, faites preuve d'un peu plus de modestie.

      Supprimer
    4. "des économistes sérieux défendent le protectionnisme"

      Ah bon, lesquels ?

      Les chiffres montrent que les emplois industriels ont progressivement disparu à cause de l'automatisation, les délocalisations ne représentent qu'une faible part.

      Quel est l'intérêt de maintenir des emplois industriels de faible qualification et répétitifs, qui sont de toute façon condamnés par la robotisation, au détriment d'emplois dans d'autres secteurs ? C'est totalement con comme stratégie.

      Faut vraiment rien connaitre à l'industrie pour ne pas voir son évolution. D'ailleurs la plupart des guignols comme Herblay qui parlent de l'industrie n'y connaissent rien, n'y ont jamais travaillé, ce qui leur permettre de raconter n'importe quoi sur le sujet et de défendre des théories complètement aberrantes.

      Supprimer
    5. Même planter des arbres ou désherber devient automatisé :

      http://www.liberation.fr/terre/2015/03/23/des-drones-capables-de-planter-un-milliard-d-arbres-par-an_1226858?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

      http://naio-technologies.com/produit/oz/

      Supprimer
    6. Le seul cas de protectionnisme qui fonctionne ponctuellement est quand un pays est en retard technologique, comme la France de Napoléon qui avait bloqué les importations de tissus anglais moins chers car automatisés. Les fabricants français ont eu le temps d'espionner les fabricants anglais et d'automatiser leur fabrication. Résultat, l'automatisation croissante en France des fabricants de tissus a détruit de la main d’œuvre progressivement dans le textile en France en augmentant la productivité du secteur. Ceux qui y ont gagné sont les consommateurs et les fabricants français de machines à tisser modernes.

      Supprimer
  11. A l'anonyme. Mon cher, vous prétendez vous y connaître en économie alors que vos idées ont largement prouvé leur échec. Vous écrivez que les délocalisations ne représentent qu'une faible part de la perte des emplois industriels, alors qu'elles sont à l'origine de la perte de pans entiers de notre industrie (et le secteur des services se délocalise malheureusement également). En outre, vous ne me répondez pas sur le fait que ce sont les pays protectionnistes qui réussissent le mieux économiquement. Des économistes sérieux favorables au protectionnisme il y en a et a eu beaucoup : Paul Bairoch, Maurice Allais (prix Nobel d'économie, Alain Cotta, Jacques Sapir, etc. Une économie forte est une économie DIVERSIFIEE et non pas spécialisée. Mais pour des irréalistes comme vous, il est probable que la France doit devenir un pays uniquement touristique. Ce qui est inconcevable car comment peut-on imaginer un seul instant que notre nation pourrait employer l'ensemble des français dans celui-ci. Ridicule !!! Une fois de plus, les faits, l'histoire et les chiffres vous donnent tort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes idées ? Vous les connaissez pas. Je dis simplement que le protectionnisme ne peut pas fonctionner pour un pays développé.

      Les travaux d'Allais sont largement datés et obsolètes, de l'eau est passée sous les ponts en recherche économique...

      Sapir est un farfelu complètement isolé, pris pour un bouffon par la plupart des économistes, quelques soient leur spécialité et orientations politiques. Et il est tout à fait faux de prétendre qu'il y a beaucoup d'économistes en faveur du protectionnisme.

      C'est grotesque de prétendre que seuls les pro-protectionnisme sont des économistes sérieux.

      Je n'ai nullement dit que la diversification n'était pas utile, vous mélangez tout et n'importe quoi.

      Vous n'arrivez même pas à comprendre que l'industrie s'automatise de plus en plus en détruisant massivement les emplois peu qualifiés, tout comme l'agriculture a détruit des emplois avant. Vous êtes complètement borné, c'est avec vos solutions idiotes que le chômage ne peut qu'exploser.

      Supprimer
  12. Si la mécanisation était la seule cause des pertes d'emplois de l'industrie, la part de produits manufacturés importés aurait du rester la même depuis 40 ans non ?
    Mieux vaut faire revenir de l'industrie très automatisée que pas d'industrie du tout.
    L'automatisation est une bonne chose à la base, elle permet l'abaissement du temps de travail vu que l'on parvient à produire tout le nécessaire et même le superflu avec moins de 35 h par semaine si on gardait la même quantité de main d’œuvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La production de produits industriels a augmenté dans les pays développés mais avec de moins en moins de main d’œuvre.

      Par ailleurs, vous ne savez pas d'où viennent les sous composants et machines nécessaires pour fabriquer les produits importés de Chine ou d'ailleurs. Les panneaux solaires chinois sont souvent fabriqués avec des machines allemandes par exemple.

      Supprimer
    2. Dans un premier temps, les Chinois ont besoin du savoir-faire des autres...
      Et seulement dans certains secteurs industriels !

      Les Chinois ont bien l'intention de devenir indépendants, vous savez très bien qu'ils exigent comme condition à l'importation vers la Chine que les entreprises étrangéres s'associent avec une entreprise locale et que tout soit le plus possible fabriqué sur place en Chine avec livraison des plans et/ou procédés de fabrication.

      Rassurez-moi, vous êtes un troll ? c'est en toute connaissance de cause que vous opposez les différents paramètres de la situation pour vous moquer de nous, hein ?

      Un coup vous partez vers l'automatisation VS le protectionnisme ; puis vous faites semblant que la Chine joue vraiment le jeu du "libre-échange"...

      L'Europe est la seule zone économique au monde à jouer le libre-échange intégrale véritable !

      Les pays comme le Japon et la Corée du Sud n'acceptent les importations que dans la mesure où ça ne mets pas en danger leurs champions locaux !

      Supprimer
    3. Et rappelez-vous de l'appel d'offre remporté par Airbus et ensuite annulé par le gouvernement des USA...

      Pour permettre à Boeing de revoir sa copie...

      Supprimer
  13. Le Japon n'est pas protectionniste et ce qui fait la "réussite" de la Corée est que les salariés y travaillent comme des forcenés, que l'innovation y est fortement encouragée :

    http://www.senat.fr/rap/r06-017/r06-01721.html

    Mais continuez à raconter des conneries...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme25 mars 2015 19:12

      Plus de libéralisme, c'est assurément la solution. Plus de communisme, c'était aussi la solution préconisée dans les années 80 pour parer la catastrophe en cours à l'est. C'est là peut-être le "destin" rhétoriques des économismes, qu'ils soient de "droite" ou de "gauche". Je ne suis pas persuadé par ailleurs que l'économie moderne soit apte à proposer des solutions aux enjeux politiques fondamentaux qui mènent nos sociétés depuis que celles-ci existent. De mon point de vue l'économie reste un discours pseudo-scientifique, éminemment idéologique, dont l'influence a grandit à mesure que l'idéologie de l'argent, ce capitalisme total à l'oeuvre depuis le 19ème et dont le bilan est assez terrifiant, s'imposait au sein de nos sociétés technicisées. La "science" économique reste attachée à une période historique du développement de nos sociétés capitalistes ; et l'on rira de tout cela dans 1 ou 2 siècles, comme on a ri des compilations théologiques des moines du 12ème siècle. Cela vous paraîtra probablement dérisoire, mais pourtant je reste persuadé que face à la machine utilitarisme capitalistique il faut obstinément opposer la poésie, le don, la concorde. La guerre économique est inlassable et inlassablement justifiée depuis bien trop longtemps. Il n'y a pas de pensée économique, pas de solution opérante par cette discipline dont il n'est pas acquis qu'elle a un quelconque lien au réel. Je n'ai par ailleurs et pour ma part, jamais autant ri, mais ri, qu'en lisant les auteurs libertariens.

      Supprimer
  14. A l'anonyme libre-échangiste. Vous écrivez que l'on dit des co.....es mais c'est vous qui n'arrêtez pas de le faire. J'ai l'impression que vous êtes un troll du PS déçu par le résultat des élections. Je me trompe ? Pour vous répondre :
    1) Les travaux de Maurice Allais sont toujours et même plus que jamais, d'actualité.
    2) Le Japon et la Corée du Sud sont protectionnistes (ce qui est confirmé pour cette dernière par le lien que vous avez envoyé).
    3) J'ai oublié de citer Keynes parmi les économistes protectionnistes (celui-ci l'était devenu par la suite dans sa carrière).
    Mais bon, manifestement vous souffrez d'aveuglement intellectuel et vous faites mumuse à porter la contradiction sur un sujet que vous ne maîtrisez pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Keynes était protectionniste quand c'était possible et à son époque, nous ne sommes plus à l'époque de Keynes et encore une fois d'autres études montrent que les cas de protectionnismes pertinents maintenant sont minuscules.

      Le Japon n'est pas protectionniste et la Corée est à peine protectionniste. C'est vous qui êtes aveugles et comprenez de travers ce que vous lisez. A l'évidence, c'est vous qui ne maitrisez pas le sujet... Les travaux d'Allais sont périmés et enterrés. Allais est un archaïsme dans les temps actuels.

      Le troll qui raconte des conneries, c'est vous.

      Supprimer
  15. Anonyme25 mars 2015 20:32

    Les économistes non-protectionnistes sont loin d'être tous des libertariens, c'est juste ridicule de classer les économistes selon qu'ils sont protectionnistes ou pas. C'est la démonstration crasse d'une ignorance complète concernant les domaines d'études de l'économie, un discours simpliste stupide.

    "il faut obstinément opposer la poésie, le don, la concorde"

    Vison complètement naïve et stupide, le don entraine toutes sortes d'obligations en contre partie et n'est jamais gratuit, la poésie cache souvent une bêtise inouïe, la concorde ne tombe pas du ciel mais de conditions de vie matérielles satisfaisante, pas d'un vœu pieux.

    C'est pas avec vos prêchi-prêchas cul cul la praline que quoique ce soit s'améliorera. La capitalisme a permis des réussites qui ont un lien avec le réel, pas la peine de le nier pour le réformer.

    Si l'économie n'a aucun lien avec le réel pourquoi alors fustigez vous le libéralisme par exemple, puisqu'il n'aurait aucun lien avec le réel, pas plus que le protectionnisme d'ailleurs, ou le communisme, lequel d'ailleurs ?

    En fait, vous êtes un ignare qui se croit au dessus des contingences matérielles et qui fait son frimeur en allant se réfugier dans les nuages sirupeux de la poésie ringarde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme25 mars 2015 20:49

      Je n'ai jamais dit que tous les économistes non-protectionniste étaient des libertariens, et à vrai dire la question ne m'intéresse pas. Je vous proposais un débat plus large sur les valeurs politiques, voire les valeurs tout simplement, contemporaines. Le réel et les hommes qui le vivent souffrent de cette inadéquation entre les valeurs fondamentales qui nous justifie comme être humain et ces théories occupant l'espace public et empêchant une vraie réflexion de fond. Je ne sais pas ce que vous appelez réussite.

      "En fait, vous êtes un ignare qui se croit au dessus des contingences matérielles et qui fait son frimeur en allant se réfugier dans les nuages sirupeux de la poésie ringarde".

      Je ne peux que vous opposer la réponse suivante :

      « La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu'elle fleurit,
      N'a pour elle-même aucun soin, – ne demande pas : suis-je regardée ? »
      — C.W., I, 289

      Deux visions du monde, assurément !

      Cordialement.

      Supprimer
    2. "les valeurs fondamentales qui nous justifie comme être humain"

      Oui, lesquelles ? Chacun a les siennes, mon bon monsieur vous parlez dans le vide en croyant réunir une unanimité sur vos fadaises nombrilistes. Les Djihadistes ou le FN ont aussi des valeurs fondamentales, tout comme les Nazis avaient des valeurs fondamentales. Vous constaterez donc que la notion de valeurs fondamentales fait l'unanimité, sauf qu'elles sont différentes selon les uns et autres.

      Votre problème est là, vous croyez bêtement que vos valeurs fondamentales sont celles des autres qui en ont d'autres que les vôtres, et sont persuadés comme vous qu'elles sont les meilleures.

      Supprimer
    3. Anonyme25 mars 2015 21:20

      Vous vous êtes vraiment en colère. Un peu d'apaisement et de poésie :

      "... mille ans ? Non, dix mille ans ? Un point, et moins qu'un point,
      Rien qu'un fragment de point dans un temps sans mesure,
      Imperceptible rien..."

      "Demain, n'y compte pas. Ce frêle bonheur d'homme
      N'espère pas qu'il dure en ce monde agité,
      Car tout passe, tout fuit, tout nous échappe comme
      Un vol de libellule au fond d'un soir d'été."

      (Simonide, Vème siècle avant J-C)


      Supprimer
  16. On s'y perd avec ces anonymes, qui interpellent des anonymes, ces derniers d'en prenant à d'autres anonymes. Ca ressemble à un monologue, les gars. Choisissez -vous un pseudo, ce sera plus simple : ha ! Nonyme, âne-nonyme, Anne Onyme, anneau-nyme ... A vous de jouer

    DemOs-onyme

    RépondreSupprimer
  17. Salam

    Boeing fait appel à de la sous traitance française... donc est loin d'être un produit 100% US... c'est ça que vous êtes incapable de vous rentrer dans votre petit crâne obtus de névrosé de la protection Maginot.

    http://www.lefigaro.fr/societes/2013/01/16/20005-20130116ARTFIG00467-boeing-787-un-enjeu-pour-les-sous-traitants-francais.php

    RépondreSupprimer
  18. Piketty, un grand libéral..., considère lui aussi que le protectionnisme est contre productif, ca ne peut être qu'une menace pour faire pression sur les paradis fiscaux :

    Si l’Union européenne parle d’une seule voix et cesse de se comporter comme un nain politique, alors on pourra même éviter de mettre les menaces d’embargo et de protection à exécution. Ce qui serait préférable, car si le protectionnisme - comme la police - est une arme dissuasive essentielle que les Etats doivent garder à portée de main, il n’est pas en soit une source de prospérité (contrairement à ce que certains «démondialisateurs» enthousiastes semblent s’imaginer). Mais si l’on choisit d’approfondir la construction européenne sans réelle avancée dans cette direction, alors on court le risque de susciter des replis nationalistes extrêmement violents.

    http://www.liberation.fr/economie/2011/12/20/le-protectionnisme-une-arme-utile-faute-de-mieux_782934

    RépondreSupprimer
  19. @ Abd_Salam

    Bien d’accord

    @ Thierry St Malo

    Quand je disais je m’en fiche, c’était sur le fait que vous évoquiez que le PS pèserait deux fois plus que l’UMP. De cela, je m’en fiche complètement, même si je pense que cette analyse est fausse ?

    @ Anonyme

    Comme je l’indique dans mon lien, le modèle de développement chinois (comme le Japon et la Corée avant) est protectionniste : 100% de droits de douane sur les voitures pour imposer à tous les constructeurs d’y construire des usines d’assemblage. Une fois fait, remontée des droits de douanes sur les pièces détachées pour récupérer toute la chaine de valeur. Et le tout en imposant des partenariats 50/50 pour permettre à des constructeurs locaux d’y gagner l’apprentissage de l’industrie. Même The Economist le reconnaît.

    C’est vous qui êtes ridicule avec vos dogmes et vos qualificatifs.

    Justement, une étude citée par The Economist dit que l’emploi industriel aurait monté aux USA sans ouverture anarchique aux importations chinoises.

    Et puis, le protectionnisme, ce n’est pas forcément l’autarcie.

    Le Japon, pas protectionniste ? Quelle blague ! Et l’automobile, l’agriculture ? Je vous renvoie aux références de mon précédent commentaire. Au moins, je me base sur des études quand vous ne faites qu’énoncer des contre-vérités, logiquement non étayées.

    @ JJS

    Merci

    RépondreSupprimer