samedi 16 mai 2015

La défense indécente de la réforme du collège

La réforme du collège portée par Najat Vallaud-Belkacem a déclenché une vive polémique. La majorité a déclenché une contre-offensive dont les principales lignes de défense ne sont pas la défense des mesures mais bien plus une caricature outrageuse de ceux qui osent s’y opposer.



Insultes et caricatures

Le débat sur la réforme du collège prend une mauvaise tournure, avec l’alliance de la droite, plus par réflexe d’opposition que par réflexion puisqu’elle prolonge ses propres réformes, ainsi que le note Natacha Polony, et d’une partie de la gauche, avec la pétition lancée par Marianne notamment (que j’ai signée et que je vous invite à signer également). De nombreux intellectuels sont montés au créneau pour en dénoncer les dangers ainsi que l’argumentation effarante de la ministre, qui y voyait un moyen pour lutter contre l’ennui des élèves à l’école. Pour sauver cette réforme, la majorité n’a plus recourt désormaisqu’à l’anathème et la caricature, se contentant d’essayer de disqualifier les opposants.

Trois lignes de front ont été ouvertes, aussi ridicules l’une que l’autre. D’abord, on instille le soupçon que les opposants seraient racistes et viseraient la ministre pour cette raison. Argument effarant pour la quasi totalité des opposants, de Marianne à Jean-Pierre Chevènement en passant par Natacha Polony. Puis, la ministre a osé qualifier les opposants de « pseudo-intellectuels ». Argument aussi effarant quand on parle de Marcel Gauchet, Jean-Paul Brighelli ou Alain Finkelkraut. Enfin quelques membres de Terra Nova et des amis ont écrit dans le Monde pour dire « Halte à l’élitisme conservateur » et ainsi sous-entendre que tout opposant refuserait de vouloir traiter l’échec scolaire par refus arriéré du progrès.

Un problème de fond et de forme

L’attitude des défenseurs de la réforme a des aspects totalitaires. En ressortant à ces arguments, ils refusent de facto le débat intellectuel, préférant les invectives qui escamotent l’échange d’arguments rationnels. Et ils ont un sacré culot de prétendre vouloir « combattre l’échec scolaire (…) par des programmes moins lourds et des stratégies pédagogiques pensée à l’échelle de l’établissement » ! C’est précisément en agissant de la sorte que cela a abouti aux « médiocres résultats du collège français dans les comparaisons internationales ». Pire, le triste visage du système éducatif étasunien démontre bien que la direction qu’ils souhaitent prendre ne réduira en aucun cas l’échec scolaire.

Comme le note un professeur de lettres membre du collectif « Sauver les lettres » dans Marianne, « encore heureux que l’école sélectionne », car cela valorise le mérite et évite de finir dans un système aristocratique où l’effort ne sert à rien puisque l’enfant travailleur et doué de milieux populaires ne pourra jamais franchir le mur d’argent qu’il aura devant lui et les enfants de familles riches n’auront plus besoin de travailler pour réussir, comme aux Etats-Unis. Et il tout de même effarant que l’on ne souligne pas davantage à quel point cette réforme s’inscrit dans la droite lignée des réformes menées depuis 30 ans, qui ont abouti à la situation désastreuse dans laquelle nous sommes aujourd’hui.


Bref, il faut absolument continuer à mener le combat et signer la pétition lancée par Marianne, qui a suscité des réactions extrêmement encourageantes. Et pour cela, il faut absolument dissiper les rideaux de fumée que représentent ces lignes de défense effarantes pour revenir sur le débat de fond.

19 commentaires:

  1. Rappelons aussi que les contestations ne sont pas que politiques ou inspirées par des réflexions d'intellectuels universitaires. La plupart des associations professionnelles d'enseignants (je ne parle pas des syndicats) ont émis les plus fortes réserves sur la réforme (voir sur le site de l'APHG le communiqué de la Conférence des associations de professeurs spécialistes : http://www.aphg.fr/Communique-des-associations-sur-la).

    YPB

    RépondreSupprimer
  2. Il ne semble pas que les associations de parents d'élèves y soient opposées, et même au contraire. Hormis les explications habituelles (faible représentativité et proximité idéologique), les mesures ne seraient - elles pas taillées pour plaire à ces représentants ?

    Amike

    RépondreSupprimer
  3. Nous voyons se définir de plus en plus une pensée selon laquelle le progrès vers le bonheur et la paix dans le monde ne peut venir que d'une régression dans le domaine culturel. Les réactions de défense des partisans de la réforme le montrent bien : la médiocrité qu'elle installe n'est pas accidentelle mais voulue. Et les attaques contre les intellectuels désignent bien l'ennemi : l'excellence d'une pensée construite et savante.
    Dans les années 1990, on entendait monter l'idée selon laquelle le nazisme s'était développé dans le pays ayant la meilleure éducation au monde et ayant atteint le plus grand développement culturel. L'intention à peine cachée étant de montrer un lien entre les deux. Cela s'appuyait sur une tradition d'anti-académisme et sur l'image du solide ouvrier soviétique terrassant l'officier allemand raffiné et cruel.
    Cela repose sur un vieil atavisme voyant celui qui veut réfléchir comme un coupeur de cheveux en quatre corrompant la bonne simplicité native des hommes. Socrate en fit les frais.
    C'est cet atavisme qui s'exprime le plus aujourd'hui sur la scène politique et médiatique. Il est le signe de l'installation d'un totalitarisme qui veut empêcher toute réflexion contraire. Ceux qui dirigent le mouvement le font souvent inconsciemment : ils s'imaginent que le progrès ne peut pas être arrêté, qu'il est uniquement technique et qu'il doit libérer l'homme de ses états d'âme et ainsi de la guerre.

    Guadet

    RépondreSupprimer
  4. Tiens Todd il dit quoi de la réforme du Collège ? On ne l'entend pas la dessous. On entend en revanche Coralie Dealume parler de démarche scientifique sui ne ferait aucun doute, c'est ça comme celle des mariages mixtes totalement bidonnée pendant vingt ans. Coralie Delaume n'a sans doute pas lu les critiques des démographes et des sociologues très pertinentes.

    RépondreSupprimer
  5. Laurent,

    Tu écris que "l’attitude des défenseurs de la réforme a des aspects totalitaires." Leur politique n'en a pas que des aspects, mais elle est, dans tous les domaines, autoritaire, anti-démocratique, cynique et manipulatrice, la stratégie étant de faire passer celles et ceux qui s'y opposent pour des populistes, des corporatistes, des peureux (cf. les discours de Flanby). Plus facile de disqualifier que d'argumenter.
    J'ajoute, et je pèse mes mots, que le danger vient, pour nous, non pas du FN avec lequel ils nous occupent, mais de ces gens-là : les socialauds. Ils sont des ennemis de la société française, de la République, des dictateurs qui ne disent pas leur nom. Il va falloir qu'ils ne les fassions partir au plus vite.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  6. @ YPB

    Merci pour ce rappel

    @ Amike

    L’idéologie de la FCPE est tout simplement effarante. Je me rappelle avoir participé à un débat qu’ils organisaient pendant la campagne des régionales de 2010 et j’avais potassé leur documentation… Mais ils semblent particulièrement influents

    @ Guadet

    En effet, il y a une forme de totalitarisme dans le comportement des défenseurs de cette réforme et des réformes malheureuses menées depuis des décennies

    @ Fiorino

    Votre obsession est maladive. Comme je vous l’ai dit plusieurs fois, dans son livre avec Le Bras, Todd prend en compte les critiques sur les statistiques des mariages mixtes (qu’il ne me semble pas avoir bidonné, mais simplement avoir pris trop au premier degré) pour prendre en compte les origines des mariés de manière à avoir une vue plus précise.

    @ Démos

    L’UMP faisait très souvent la même chose que ce que les socialistes font. Le passif de Sarkozy est au moins aussi lourd. Et le FN serait, à mon avis, probablement pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laurent,
      Je n'appelle pas de mes vœux l'arrivée du FN au pouvoir. Je constate uniquement les dégâts provoqués par les socialauds, qui se servent du FN comme d'un repoussoir (voir leurs déclarations perverses sur les risques de leur loi sur le renseignement). La bassesse et la vilénie des socialauds sont sans limites. Ils sont dangereux, au moins aussi dangereux que le FN.

      DemOs

      Supprimer
    2. @ Laurent
      Parce que vous n'arrivez pas à admettre que ce monsieur nous a trompé. Comparer une enquête de la fin des années '90 imprécise avec les statistiques précises de 2001 sur les mariages mixtes au RU c'est une démarche de charlatan. Si non il se garde bien de s'exprimer sur la réforme du collège qui soit disant est faite pour l'egalité son cheval de bataille.

      Supprimer
  7. Dans son dernier article "Sortir de l'euro" disponible sur son site, Jacques Sapir explique de manière aussi claire que convaincante pourquoi nous devons absolument sortir de cette monnaie, qui est un formidable outil de régression sociale au service des puissants. Ainsi écrit-il : "il convient enfin de rappeler que l’Union Economique et Monétaire n’est pas principalement une monnaie, mais avant tout un système assurant la domination de la finance libéralisée, et censé « discipliner » les sociétés, c’est-à-dire les obliger à se conformer aux dogmes sociaux du néo-libéralisme." Comment se peut-il que des millions de gens ne le comprennent pas et que devons-nous faire pour que cela change ?

    DemOs

    RépondreSupprimer
  8. @ Démos

    Je pense malheureusement que les dirigeants des trois grands partis sont tous d'un niveau déplorable. Je suis d'accord pour dire que les socialistes sont une calamité. Malheureusement, l'équipe de Sarkozy ne l'était pas moins. Merci pour l'info concernant Sapir. C'est aussi notre responsabilité d'arriver à mieux l'expliquer.

    @ Fiorino

    Todd a sans doute utilisé les statistiques qui étaient disponibles à l'époque car nous refusons certaines statistiques et vous devriez lui faire crédit d'avoir revisité ses chiffres sur les mariages mixtes dans un autre livre, ce qui montre qu'il écoute sans doute plus ses critiques que des critiques comme vous n'écoutent ce qu'il dit...

    http://www.gaullistelibre.com/2013/11/todd-et-le-bras-lisent-dans-les-cartes.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Todd a comparé des statistiques frappé des nombreux interdits de la fin des années 90 a de statistiques ethniques du Royaume UNI de 2001 précise sans erreurs. Scientifiquement est une stupidité pour dire que la France intègre mieux que le Royaume UNI. Vous aviez dit vouloir écrire un billet sur Tribalat mais apparement vous préfèrez écouter les balivernes de Todd.

      Supprimer
    2. Il a fait avec le matériel disponible, et depuis, a comblé ce travail avec une étude plus approfondie, dont vous avez un aperçu dans le lien, que vous ignorez superbement.

      Je ne peux malheureusement pas tout faire

      Supprimer
  9. Il y 2 revendications qui reviennent sans cesse dans les discours néolibéraux et qu'il faut combattre à tout prix. Tant qu'ils n'auront pas obtenu satisfaction sur ces deux points ils reviendront à la charge et donc cette réforme n'est certainement pas la dernière. Ce n'est pas parce que les enseignants s'en foutent (il n'y a jamais de moyens pour appliquer les réformes donc elles glissent sur eux sans rien changer à leurs habituelles et déplorables conditions de travail) que nous devons baisser la garde :

    1) Donner aux chefs d'établissement le pouvoir de recrutement. Les concours ne vaudraient plus rien, seuls compteraient le piston, la corruption ou dans le meilleur des cas la carte du bon parti ou du bon syndicat. La décentralisation serait achevée, tout marcherait comme dans la fonction publique territoriale et la France serait définitivement une république bananière,

    2) supprimer les programmes nationaux. Ils appellent cela adapter le programme (et le calendrier) aux spécificités locales, élaborer des projets pédagogiques, d'établissement...

    Peu importe comment ils appellent cela à chaque fois le résultat sera le même : l'enfant dont les parents déménagent une ou plusieurs fois pendant l'année ou la scolarité n'aura pas droit à un programme complet voire cohérent, il pourra aussi en voir deux fois une moitié et l'autre pas du tout.

    Je trouve cela inadmissible et ce projet est déjà beaucoup trop avancé.

    Accessoirement je ne comprend pas comment on peut reprocher aux parents d'élève de refuser toute carte scolaire qui les obligerait à inscrire leur enfant dans l'établissement le plus proche si de toute façon les programmes ne sont pas partout les mêmes, si les programmes voire les méthodes sont supposées répondre, ou expérimenter des réponses, à des spécificités locales qui ne les concernent pas et sur lesquelles ils n'ont pas toujours été consultés.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  11. notre plombier issy les moulineaux se déplace immédiatement chez vous pour vous dépanner et réparer votre fuite et déboucher votre toilette. Il est toujours à votre service même les weekends : plombier issy les moulineaux

    RépondreSupprimer