vendredi 23 octobre 2015

DPDA : la faute de Marine Le Pen

Hier, Marine Le Pen était l’invitée de Des Paroles et Des Actes sur France 2. Après des jours de polémique sur sa participation à quelques semaines des élections régionales, le service public a annoncé à la dernière minute avoir invité ses deux principaux rivaux pour décembre. Du coup, elle n’est pas venue.



Abus de mauvaises polémiques

La nouvelle invitation de la présidente du Front National a beaucoup agité le milieu politique, certains allant jusqu’à y voir une promotion du parti d’extrême-droite par le service public. D’autres y ont vu un traitement inégalitaire de la campagne des élections régionales, quelques jours avant le début de la période d’égalité de traitement du CSA. Xavier Bertrand s’est agité en dénonçant la participation de sa rivale, rejoint ensuite par Nicolas Sarkozy et le Parti Socialiste. Tous ont écrit au CSA pour se plaindre. Puis, nous avons eu droit à la polémique sur les opposants refusés (Dany Cohn-Bendit) et acceptés par Marine Le Pen. Puis, coup de théâtre mercredi soir : France 2 annonce l’inclusion d’un débat entre les trois principales têtes de liste de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie à la fin de l’émission.

Dernier coup de théâtre : Marine Le Pen refuse le changement d’agenda de dernière minute et décide donc d’annuler sa participation. L’émission est carrément annulée. Au début, je trouvais que la polémique était assez ridicule. Même si la présidente du FN est souvent invitée, son quota de participation est parfaitement légitime étant donnés les scores de son parti lors des élections. Ses fréquentes invitations sont le reflet de son audience démocratique. Ce n’est pas la première fois qu’un leader national bénéficie d’une audience supérieure à celle de ses concurrents locaux. Et on peut imaginer que France 2 aurait davantage reçu la présidente d’un des trois premiers partis du pays plutôt que la candidate régionale. Toutes ces polémiques reposaient sur beaucoup de mauvaise foi du PS et de l’UMP.

Que penser de la réaction du FN ?

Bien évidemment, le changement de dernière minute du programme et la capitulation de France 2 devant les demandes de Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon pouvaient être irritants pour Marine Le Pen, qui a vu le programme qui lui était proposé changer moins de 24 heures avant l’émission. Cependant, le refus de participer peut être considéré comme une faute. Après tout, il n’était pas totalement illégitime que le service public organise au sein de l’émission un débat avec les deux autres têtes de liste qu’elle affrontera dans quelques semaines. Les habitants de la région auraient sans doute été heureux de pouvoir regarder un tel débat. Dans une véritable démocratie, même si un participant peut ne pas tout accepter, il est normal que les médias puissent avoir un mot à dire sur leur programme.

Du coup, la réaction extrême de Marine Le Pen peut nourrir les critiques à son égard. On pourra y voir un manque de préparation. Mais surtout, on peut y voir un refus des règles démocratiques et une attitude qui donne une autre perspective à l’admiration qu’elle dit avoir pour Vladimir Poutine. Cela ne caractériserait-t-il pas la tentation autoritaire d’un parti bien peu nuancé vis-à-vis de régimes qui prennent des libertés avec la conception de la démocratie que nous avons ? Si le FN ne doit pas être interdit, cela renforce l’idée que ce parti serait capable de prendre certaines libertés avec ma vision de la démocratie s’il est au pouvoir et qu’il n’est pas de la même nature que le PS ou les Républicains. Je ne pense pas que Hollande, dans la même position qu’elle en 2010, aurait annulé sa participation.

Bien sûr, il y a eu beaucoup de mauvaises polémiques sur la venue de Marine Le Pen à Des Paroles et Des Actes, parfaitement légitime dans l’état des votes des Français aujourd’hui. Le service public imposait de l’inviter. En revanche, son refus de participer en dit long sur elle et son parti…

49 commentaires:

  1. Refus des règles démocratiques, rien que cela ??

    Ridicule

    Vous savez parfaitement que les émissions avec lepen ne sont que des interrogatoires ou tous les journaleux essayent de démontrer à leur corporation comment ils luttent contre le fa schisme fn.Les entretiens avec Hollande sont du plus mielleux, relaxant.

    "Vous n avez pas honte"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous lis de temps et en général je suis en désaccord total avec vos propos.

      Mais pour le coup, je pense que vous avez raison de dire qu'il est ridicule de déduire un "refus des règles démocratiques" parce qu'un leader politique auquel on a clairement manqué de respect se décommande d'une interview au dernier moment...

      Il faut arrêter au bout d'un moment : à force de reprocher tout et n'importe quoi au FN, on finit par en perdre toute crédibilité.

      Supprimer
    2. Il me semble difficile de dire si elle a eu tord ou raison. D'un côté, il peut-être compréhensible que l'on s'offusque de ce qui s'apparente à un chantage de la part de partis politiques frères ennemis (qui pour croire que la différence entre le PS et l'UMP n'est pas cosmétique en dehors des clientèles qu'ils cherchent à séduire?). D'un autre côté, c'est un dirigent politique national et l'on peut également considérer qu'elle pouvait s'accommoder d'une situation qui transformait l'émission en débat "régional".
      L'analyse que j'en fait de mon côté c'est que Mme Lepen en agissant de la sorte, fortifie son image "anti-système" et du "tous contre moi". Et là où je peux au final rejoindre M. Herblay c'est qu'en agissant ainsi, elle ne choisit pas le débat/la confrontation. C'est ce qui peut être inquiétant justement, puisque de deux mots elle a estimé qu'il était préférable de ne pas débattre, ce qui est tout de même consubstantiel de la démocratie. Toutefois, je pense aussi qu'elle a un caractère de cochon et qu'elle est prompte à "bouder" parce qu'on ne lui a pas servi la soupe comme elle l'entendait (je conçois également que le traitement qu'elle reçoit n'est sans doute pas aussi complaisant que certains journalistes offrent à des politiques fréquentables...).

      Supprimer
    3. Je suis assez d'accord avec votre analyse, sauf sur un point : si effectivement PS et LR partagent beaucoup plus qu'ils ne le disent, je ne les mets pas pour autant dans le même panier.

      Sur les questions sociétales en premier lieu : il est très probable que la droite n'aurait pas mis en place le mariage pour tous avec reconnaissance de la double parentalité.

      Mais c'est vrai aussi sur les questions économiques : la droite n'aurait probablement pas mis en place les 35 heure, erreur fatale que nous payons encore aujourd'hui et qui a été non seulement dans les faits une catastrophe mais plus encore dans les esprits.

      Bien sûr, sur l'Europe, PS et LR sont main dans la main. Mais des différences très importantes demeurent (et heureusement, l'inverse serait inquiétant).

      Supprimer
    4. @ Tythan, les différences que vous évoquez plus clairement sont celles auxquelles je faisais allusion par les "clientèles". Voter socialiste lorsque l'on est gay avait du sens en 2012 si l'on considérait que cette évolution sociétale justifiait à elle seule de voter pour eux.
      Pour ce qui est des 35h, c'est une "erreur" dans une contexte mondialisé. Sur le principe, limiter le temps de travail pour réduire le chômage peut se défendre mais cela implique de pouvoir jouir d'une certaine souveraineté.
      Actuellement, la France est partie prenante dans la course au moins disant social, s'imaginant peut-être que nous arriverons à être plus compétitif que le Bangladesh... De manière plus crédible, il s'agit surtout d'être plus compétitif que le voisin, nos soi-disant partenaire qui ne sont rien d'autres que nos concurrents.
      Au final sur l'essentiel, L'UMP et le PS sont quasi identiques et les seuls points sur lesquels ils divergent sont leur clientèle (gays, retraités, minorités...) mais se font les défenseurs de l'homo oeconomicus avec la version pseudo humaniste et la version pseudo patriotique, les deux ayant oublié le peuple et la nation dans les faits (dire que l'on craint l'Islam parce cela nuit à la France alors que l'on ne supporte juste pas "l'autre" ou bien avancer sur la GPA, pour promouvoir l'égalité alors qu'il s'agit juste d'octroyer des privilèges)

      Supprimer
    5. "e l'on ne supporte juste pas "l'autre""

      C'est de la connerie, il y a plein d'autre qui sont parfaitement supporte/admis, l'islam est une ideoligie tres particuliere, et il n'y a pas d'exemple de pays islamique qui puisse etre un role model pour un democrate de culture francaise.

      Il est siderant de penser souverainiste et se foutre de la population/demographie/culture.

      pas besoin de faire du relativisme culturel, toute les cultures ne se valent pas, toutes les religions ne se valent pas.

      Supprimer
    6. Je pense que c'est confondre excuses (placer son mode de vie en haut de l'échelle vs celui des autres) et les raisons (l'autre n'est pas toléré). Mais si vous voulez nous fournir votre avis sur la proximité ou la différence entre ces deux courants n'hésitez pas.

      Supprimer
    7. bidon,

      si vous aimez les modes de vie musulmans il y a 50 pays ou aller, pas de raison que la France soit l'un de ceux la, meme sans echelle de valeur ( encore votre relativisme culturel) il peut etre bon de ne pas vouloir importer ces modes de vie.

      Supprimer
    8. Est-ce que je dois m'attendre à des invectives/ordres à chaque fois que nous aurions la possibilité d'échanger? Si vous n'êtes pas capable de rester un minimum courtois, j'en resterai là.

      Supprimer
    9. Pour rappel : l'islam est un pur plagiat du christianisme !

      N.B. : il est vrai que les valeurs modernes de l'occident sont totalement contraire aux christianisme... d'où incompréhension totale des musulmans (sans parler des préjugés racistes, hein Lowcarber ?)

      Supprimer
  2. Une fois de plus l'hostilité de Laurent Herblay envers le FN de Marine Le Pen l'aveugle.Trouve-t-il normal que le contenu et la forme de l'émission soit changé à peine 24 heures avant et de façon unilatérale, sans qu'elle puisse changer quelque chose? Trouve-t-il normal l'intervention conjointe de Sarkozy et Cambadélis modifie le cours d'une émission qui ne leur est pas consacré? Trouve-t-il normal qu"elle se voie imposer un débat régional alors que l'émission est nationale? Qu'elle se voie imposer 40 minutes supplémentaires à une émission déjà fort longue de 2 heures dont 7 débats contradictoires avec 7 adversaires? En conséquence de quoi il est légitime de penser que cela conforte la thèse de Marine Le Pen qu'elle a toute l'oligarchie politico-médiatique contre elle avec la connivence de LH. En fait tous ses "adversaires" sont ces meilleurs agents électoraux, comme toujours puisque par leur action ils la placent au centre du jeu politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis asssez d'accord avec certains de vos points : le traitement qu'a entendu réserver France 2 à Marine Le Pen est quand même problématique et je trouve qu'elle a très bien réagi en refusant de se rendre à l'émission.

      Contrairement à ce que pense Laurent, ce n'est en rien une faute et la polémique sur cette émission sert bien plus Marine Le Pen, qui encore une fois a beau jeu de se poser en victime, que si elle y avait participé.

      En revanche, il y a un point sur lequel je pense que votre argument n'est pas tout à fait exact : Marine Le Pen, figure politique de niveau national, a choisi de se présenter aux régionales du Nord Pas de Calais Picardie. Il n'est donc pas illogique qu'elle se voit proposer de débattre avec les candidats des 2 autres grands partis dans la région.

      Supprimer
    2. Le débat face à ses concurrents régionaux n'intéresse pas le public national donc il peut avoir lieu dans le cadre d'une émission-débat de France3.

      Supprimer
  3. Etant sur des positions politiques anti-système de l'oligarchie européiste et de ses relais médiatiques je suis plus porté à penser que Marine Le Pen a raison sur le fond et la forme et que, malheureusement, cela ne peut que lui profiter. Si Mélenchon faisait une mue anti-euro et UE selon les avis, analyses et propositions de Jacques Sapir il aurait un boulevard pour mieux contrer le FN de Marine Le Pen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certain que cela amène Mélenchon au pouvoir que d'adopter ces positions. Il est probable qu'il absorbe une partie de l'électorat "social" du FN sans en attirer l'électorat "conservateur" (du sud est en gros). La majorité des Français s'opposent à une sortie de l'UE et de l'Euro. Mélenchon au final, ne servirait qu'à réduire le poids du FN et donc à laisser un boulevard aux partis Eurolibéraux au vu du système électoral actuel... Contrairement à des pays comme l'Allemagne, où la proportionnelle a obligé des partis opposés (SPD-CDU) à gouverner gentiment ensemble et donc à révéler qu'il s'agissait de différences de degrés et non pas de nature, en France, le système permet à des partis cumulant 30 % des voix au premier tour de s'accaparer une majorité parlementaire confortable. De ce fait, l'illusion de l'alternance est présente.

      Supprimer
    2. En tous cas cela lui donnerait une crédibilité bien supérieure à celle de la présidentielle de 2012 pour battre MLP et le candidat "socialiste". S'il adoptait la thématique souverainiste en mettant en évidence les conséquences sociales actuelles de l'UE et que ce sont les catégories populaires qui votaient à gauche qui en sont le plus victimes.Il reprendrait cet électorat qui s'abstient et/ou vote FN de MLP. De toutes les façons l'électorat conservateur qui soit du sud-est ou pas ne votera jamais pour lui. Dans le jeu actuel où le candidat socialiste est crédité de 19% des intentions de vote on ne peut pas totalement exclure cette hypothèse qui me semble, toutefois, bien improbable. En effet l'électorat de gauche se trouve en déshérence d'un vrai candidat de gauche.
      Quant au fait qu'une majorité de Français soit opposé à la sortie de l'euro d'abord rien n'est prouvé puisque c'est un tabou et que le seul argument des partisans de l'euro c'est la peur d'en sortir. Aucun sondage sérieux n'est fait ou publié en général et en particulier selon des classes sociales parce que c'est un tabou.
      Si Mélenchon adoptait une position souverainiste de gauche il serait rapidement bien conseillé selon les avis, analyses et propositions de Jacques Sapir qui expose clairement les modalités très concrètes de sorite de l'euro sur son blog"russeurop.hypotheses.org". Comme en 2005 il pourrait emporter la partie.

      Supprimer
    3. L'erreur serait de croire que pour convaincre les gens il suffirait de faire preuve de rationalité. Dans les faits, l'argumentation politique s'en passe régulièrement et s'en tire à bon compte. S'il suffisait d'être cultivé, savoir parler, avoir une démarche rigoureuse (à défaut de scientifique) pour être élu, Nicolas Sarkozy n'aurait même jamais pu se présenter en 2007... Mélenchon a voté oui à Maastricht, il est européiste même si peu porté sur le libéralisme. Quand bien même le PG commence à changer sur ces sujets, il n'est pas certain que la sauce prenne d'un claquement de doigt. Les stratégies de communication du PG est à la fois dépassée et n'a pas les moyens des partis politiques "classiques" comme le PS ou l'UMP qui bénéficient d'un relais à travers les médias qui inondent "d'analyses" sur la base de la "science économique" (on peut même lier mon propos avec un précédent billet de M. Herblay sur l'analyse du Monde contredite par the economist). Le petit livre de Bourdieu sur la télévision est également très intéressant au sujet du fonctionnement de la télévision et de la communication. Jacques Sapir à la TV, cela intéresse combien de personnes? C'est trop compliqué, trop long, on va lui couper la parole, on va l'anathémiser...Ce n'est pas Levy Strauss et ses "effets tunnels" qui invitaient à zapper à cause de ses phrases interminables mais ça n'a pas la simplicité d'un BHL qui a beau dire des énormités et ne proposer que des analyses que ne résisteraient pas justement à l'analyse, pourtant un type comme lui arrive à déclencher une guerre, parce que... Voilà. Pour renverser la table il faut soit la force de frappe adéquat, soit une situation extrême (on n'est pas en 1929 ni en 1917).

      Supprimer
    4. " soit une situation extrême (on n'est pas en 1929 ni en 1917)."

      Non mais cela pourrait tres vite devenir assez drole.

      Supprimer
  4. Quelle démocratie ? Celle d'aujourd'hui ? MLP ne pourra guère faire pire !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Marine Le Pen était la détentrice du plus grand nombre d'invitations à cette émission ; c'est en soi fort discutable. Mais la collusion implicite entre le PS et l'UMP pour saisir le CSA apporte de l'eau au moulin du FN. Enfin les contorsions de l'ineffable Pujadas dont les postures de maître d'hôtel ne trompent plus personne : oléagineux avec les invités qui pensent bien, agressif - pour faire "indépendant"- avec ceux qui ne sont pas les perroquets de la pensée unique, dégradent le service public de l'audio-visuel, ou ce qu’il en reste. Transformer l'émission en émission relative aux régionales, appeler in extremis les "principaux" candidats du Nord-Picardie (qui a décidé qu'ils étaient les "principaux" ? qu'est-ce qui justifie l'éviction des autres ?) pour faire face à la bronca qu'on a déclenché, et leur demander donner la réplique, ne pouvait qu'amener au refus -justifié- de Marine Le Pen, de se plier à ce caprice de dernière heure. Naturellement, si dans les jours qui viennent, Pujadas organise des débats avec les concurrents qui s'opposent dans les 14 autres régions, je ne dirai pas qu'il s'agit d'un caprice, mais que l'audio-visuel public redécouvre sa mission de service public. On peut toujours rêver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Marine Le Pen était la détentrice du plus grand nombre d'invitations à cette émission"

      Certes mais... les partis les plus invités sont évidemment les républicains et le PS... CQFD

      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/10/22/marine-le-pen-politique-la-plus-invitee-a-des-paroles-et-des-actes_4795142_4355770.html

      On notera pas ailleurs la faible présence de tout ce qui n'est pas UMPSFN... (Melenchon parfois faisant exception)

      Supprimer
    2. Il est tout à fait normal que MLP soit plus invitée que les autres leaders de partis politiques, puisqu'elle est dans son parti le seul leader, ayant réussi à s'imposer. Chez les "Républicains" ils sont au moins 4, donc les journalistes sont bien obligés de partager le temps d'antenne entre eux. Ce qui rend d'ailleurs la communication de ce parti un peu cacophonique, puisque sur de nombreux sujets ils ne sont pas d'accord entre eux...

      Supprimer
  7. Votre blog est intitulé "blog gaulliste libre" C'est un beau nom.
    Je suis gaulliste depuis toujours, par mimétisme familial. Je le suis encore plus depuis 25 ans lorsque j'ai commencé à réaliser que tout ce que de Gaulle avait dénoncé était en train de se réaliser. Une Europe "ectoplasmique" fabriquée par l'oligarchie financière d'origine anglo-saxonne dont l'annexion va être finalisée par le traité euro-atlantique.
    Vous vous livrez à des attaques en règle contre Marine Le Pen. C'est curieux car elle reprend de facto en les défendant les idées de Gaulle, notamment sur intangibilité de la souveraineté nationale y compris le contrôle de notre monnaie et de nos frontières, et vous nous gratifiez d'un poncif digne de l'UMPS avec des phrases du style; " la réaction extrême de Marine Le Pen peut nourrir les critiques à son égard. "
    Où donc voyez-vous une réaction extrème. Marine Le Pen est une femme politique qui sait faire passer ses intérêts personnels derrière son engagement. Tirait-elle avantage, de ce point de vue, à participer à cette émission "bricolée"?
    Elle à jugé que, compte-tenu du climat général dans lequel cette émission allait se réaliser, ce n'était pas le cas et les sondages montrent que cette décision a été comprise et approuvée par l'opinion publique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à vous, je ne pense pas que Mme Lepen soit dans la lignée du Gaullisme. Le fait de reprendre certaines idées ne la transforme pas en ce qu'elle n'est pas. Il y a chez Mme Lepen, une vision de la France et des Français qui à mon avis est très restrictive pour ne pas dire réactionnaire. On peut être d'accord sur le retour au Franc, à la souveraineté nationale mais tout ce qu'elle dit dont le but est de créer des sous groupes d'indésirables en France est à mon avis contraire avec l'idée gaulliste.

      Supprimer
    2. Pour Marine Le Pen c'est exact mais son mentor, inspirateur Florian Philippot qui n'est au FN que par le soutien de MLP est sur une ligne gaulliste patriote. De toutes les façons il faut se souvenir que les gaullistes ont largement contribué à détruire l'héritage politique du gaullisme notamment par le quinquennat et depuis le virage libéral de Chirac en 1980 puis européiste à partir de 1992; .

      Supprimer
    3. Il ne suffit pas de brandir le drapeau français à tout bout de champ et de glappir souveraineté ! souveraineté ! (pourquoi pas en sautant sur sa chaise comme un cabri), pour pouvoir se dire gaulliste. D'ailleurs à tout militant du FN qui a le culot de se réclamer du gaullisme, le plus simple est de demander sa conception des relations entre la France et l'Afrique Noire. En général, le résultat est assez édifiant. Il ne faut pas oublier non plus que ce qui restait du gaullisme dans son expression partisane, a disparu en même temps que l'UDR quand Chirac après avoir trahi Chaban, a créé le RPR. Reste aujourd'hui, de manière diffuse, de Dupont-Aignan à Régis Debray en passant par Chevènement et quelques autres, quelques porteur des valeurs du gaullisme sur l'impartialité et l'autorité de l'Etat, la régulation de l'économie, l'investissement public, l'indépendance nationale, une Europe européenne, ni inféodée à l'atlantisme, ni hystériquement russophobe etc.etc.

      Supprimer
    4. @ Thomas Moreau;
      Marine Le Pen est certainement la plus "gaulliste" des personnalités susceptibles d'arriver au 2ème tour de présidentielles en 2017. Je n'ai jamais entendu le moindre propos raciste émanant d'elle.et je ne vois pas à quels "sous-groupes d'indésirables en France" vous faites allusions. Pour votre gouverne, de Gaulle a eu des propos en son temps qui le ferait passer pour un affreux raciste, qu'il n'était pas.Seulement, il considérait qu'il y avait des peuples capables de creer des nations et d'autres pas.
      @ Paul Bouvrais:
      Je ne considère pas Chirac comme "gaulliste" ni aucun de ceux qui aujourd'hui veulent une Europe fédérale et supranationale. maintenant, vous avez le droit de penser ce que vous voulez concernant les militants FN;

      Supprimer
  8. On se calme et on boit frais à Saint-Tropez :

    - Maurice Clavel quitte le débat :

    https://www.youtube.com/watch?v=x-v4lU1efMM

    - la CGT refuse de venir à une émission, comme l'explique le présentateur dans les 3 premières minutes :

    http://www.ina.fr/video/CAB8102192201

    déjà à l'époque, les socialistes commençaient leurs magouilles démagogiques contre le nucléaire civil.

    - Chirac quitte le Stade de France :

    https://www.youtube.com/watch?v=E8LXOOw1kDs

    Vous voyez, il arrive parfois qu'on sorte du script. Mais faut-il en tirer des conclusions ? Peut-être pas, à moins d'être aveuglé par la passion...

    RépondreSupprimer
  9. Quand une émission veut s'accaparer ainsi; de la crème, de l'argent de la crème et du sourire de la crémière, il faut s'attendre a des déconvenues! Si l'on accepte ce diktat où va t on s'arrêter la prochaine fois? Au bâillon sur la bouche?

    RépondreSupprimer
  10. Êtes-vous sûr de vos priorités, Herr Herblay ?

    http://www.theguardian.com/world/2015/oct/23/refugee-crisis-germany-push-compulsory-eu-quotas

    je crois qu'il y a franchement plus urgent en ce moment...

    RépondreSupprimer
  11. Elle fait comme Onfray, elle se débine dès que les interlocuteurs n'ont pas ses opinions. Comme Pépé Le Pen qui s'est toujours débiné dès qu'il s'agissait de faire autre chose que le clown fortuné par héritage dont héritera sa fifille.

    RépondreSupprimer
  12. @LH,


    1. Sur le titre, "la faute", de quelle faute s'agit-il ? Faute politique, faute morale ? De quels éléments s'agit-il ?

    2. J'avoue m'interroger également sur la qualification d'extrême lorsqu'elle est attachée au fait de refuser de participer à une émission de télévision, et ce d'autant plus quand les règles semblent avoir été changées juste avant que cette émission ait lieu.

    3. De quel manque de préparation s'agit-il, puisqu'elle ne semble pas être à l'origine du changement de format de l'émission ? Le manque de préparation de France 2 ?

    4. Sur un refus des règles démocratiques : la télévision est le système démocratique ? La démocratie n'existe pas avant la télévision ?

    5. Le système d'information n'existe pas en dehors du champ télévisuel ?

    6. Quelqu'un a interdit d'émettre, de faire cette émission sans MLP, voire de commenter ce refus ?

    7. Le "conducteur" d'une émission ce sont les règles de la démocratie ?

    8. Un article de la Constitution imposerait de ne pouvoir refuser de participer à une émission de télévision ? Quel article ?

    9. La Constitution française et ses principes de droit cela serait les règles de programmation sur les chaînes de télévisions ?

    10. Quel est le rapport avec Poutine ? Il a refusé de participer à cette même émission ? La Constitution Russe interdit ou autorise de retirer sa participation à une émission de télévision ?

    J'avoue ne pas comprendre.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  13. De toute manière ce type d'émission intéresse-t-elle encore quelqu'un? On connait la mollesse thématique et l'absence totale d'analyse de fond qui caractérise la télévision. C'est un média en déclin rapide et dont l'influence sur l'opinion baisse au même rythme que la crédibilité des deux partis néolibéraux qui nous dirigent. Au final ce n'est pas Marine Le Pen qui a besoin de cette émission, mais bien l'émission qui a besoin d'elle pour faire de l'audience. Comme l'on dit certains commentateurs, il y a des sujets nettement plus graves à aborder aujourd'hui mon cher Laurent. Et l'obsession anti-FN ne mène à rien. Il faut avant tout parler du fond.

    RépondreSupprimer
  14. @ Tous

    Refuser de participer à la 1ère émission politique du pays est une faute, une erreur de jugement pour qui dit viser le pouvoir. Elle se prive d’une énorme audience et d’un plateau pour les idées qu’elle dit défendre. Le fait que Le Monde juge qu’elle a eu raison et a été habile m’encourage à penser qu’elle s’est trompée. Je ne vois pas le bénéfice qu’elle en tire. Refuser de débattre avec ses concurrents pour la région, même si c’est une demande venue un peu tard, ce n’est pas glorieux pour un leader politique.

    @ Tythan

    J’y vois une réaction très poutinienne face au manque de docilité des médias. Que serait la France sous sa présidence ? Les 35 heures, même si ce n’était sans doute pas une bonne mesure, ne sont pas une mesure fatale, c’est un détail dans les erreurs économiques du PS et de LR. Je pense que cela peut aussi apparaître comme un manque de courage.

    @ Thomas

    Bien d’accord sur les 35 heures

    @ Anonyme 8h43

    Je n’ai jamais dit que cela était normal. Je l’ai écrit dans le papier. Mais je pense que la réaction de MLP est exagérée, est une erreur politique et révèle un fond pas très démocratique.

    @ Cliquet

    MLP n’est nullement gaulliste. Pour le moment, le FN défend la souveraineté nationale, mais pourquoi y croire étant donné le 180° qu’il a fait sur l’économie. Ce parti est allié avec des régionalistes dans le Sud-Est… Sacrée incohérence.

    @ 1984

    Vous êtes un sacré sophiste.

    @ Yann

    Je pense parler assez souvent du fond, depuis près de 9 ans et environ 3000 papiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu surestimes le poids de la télévision dans l'influence politique moderne. Si la télévision avait tant de poids, le FN n'existerait pas et les Français auraient voté "oui" en 2005. D'autre part tu parles énormément du FN. Je connais ton blog depuis longtemps, tu le sais bien, on se croise depuis l'époque du blog de Malakine, et il me semble que tu fais une fixation assez importante sur ce parti politique depuis longtemps. Je pense que tu te trompes en le visant comme tu le fais avec obsession, c'est contreproductif. Mais ce n'est que mon humble avis.

      Supprimer
  15. @LH,

    Sur lequel des 10 points énoncés ?

    RépondreSupprimer
  16. Eh bien pour une fois je suis d'accord avec "Le Monde" le quotidien de référence de l'oligarchie. Marine Le Pen a eu parfaitement raison de boycotter DPDA dans ces conditions, N'en déplaise à LH qui, dans son hostilité systémique de MLP qui ne conçoit pas qu'elle puisse avoir raison un tant soit peu. Elle s'en remettra facilement et le préjudice n'est grand que dans un microcosme parisien.

    RépondreSupprimer
  17. @Paul Boulvrais,
    Faites pas d'amalgame ; je n'ai pas dit que tout militant FN était gaulliste seulement que Philippot s'en réclamait.
    Chevènement, un gaulliste ? Vaste blague ! Un lâche, un homme qui s'est toujours couché et s'est toujours comporté comme le porte-serviette de la gauche néolibérale et européiste.
    Enfin tous les gaullistes ont trahi plus sûrement que les autres l'héritage du Général de Gaulle ! Ce gentil Dupont-Aignan n'ira jamais très loin. Il n'a pas l'autorité, ni le crédit, ni le charisme nécessaire et indispensable. L' Histoire ne se répète jamais, il n'y aura plus jamais de De Gaulle !

    RépondreSupprimer
  18. @ LH
    Reprocher à Marine Le Pen son absence de fonds démocratique manque de toute crédibilité. Cela reste à prouver. Je suis convaincu que si, ou plutôt quand elle arrivera au pouvoir (en 2022) elle respectera les formes démocratiques de notre pays sinon ce sera la guerre civile dans laquelle elle et ses amis seraient les premiers perdants. Vous devriez savoir que c'est toute la classe politique et ses relais médiatiques qui n'a pas de fonds démocratique depuis le 29 mai 2005 et les évènements de Grèce cet été montrent que nous sommes en train de sortir de la démocratie. La preuve en a été aussi en 2012 l'élection de Hollande qui a promis des choses qu'il savait qu'il n'allait pas respecter (mon ennemie, la finance) notamment, et pour faire finalement faire la même politique que Sarkozy. C'est classique depuis au moins 30 ans, la gauche fait le sale boulot que la droite n'ose pas ou ne sait pas faire. Fi de vos illusions !

    RépondreSupprimer
  19. Mr Herblay

    tout ça n'est que gesticulation de politique politicienne, j'ai l'impression qu'il s'agit d'une nouvelle technique de comm : parler et évoquer avec passion des évènements qui n'ont pas eu lieu,

    franchement ne pas suivre une émission où il n'y a plus rein à dire puisque tous les projets de politique économiques ou sociétaux sont contraints par la politique budgétaire d'austérité en vigueur, vaut peut être mieux que d'écouter soliloquer une heure durant un politique, fut il président ou ex président de la république er se rendre compte quelques jours plus tard qu'il ne s'agit qu'un tissu de mensonges et/ou d'approximations quand il ne s'agit pas de "promesses qui n'engagent que ceux qui y croient".

    finalement dans l'histoire, tout le monde a gagné du temps"

    Stan


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les événements appellent deux types de commentaires sur des thèmes dont nous pourrions débattre très largement :
      1. quel est le rôle et la place des médias dans la politique ?
      L'attitude de France 2 démontre que la télévision publique est aux ordres,
      2. Madame Le Pen est peut-être habile (ou pas) ou a peut-être évité de participer à une émission qui ne comportait plus de risques que d'avantages, la formule initiale étant plus de nature à faire reluire un invité.
      Bref, ce qui est le plus intéressant, dans cette affaire comme dans d'autres, n'est pas de gloser sur la réaction de l'individu concerné, mais de savoir ce que la décision concernée met en lumière, ici l'absence de courage, la soumission inconditionnelle de la plupart des médias au pouvoir politique ou économique (ou les deux).

      DemOs

      Supprimer
    2. Bien lire en retirant les coquilles :

      Ces événements appellent deux types de commentaires sur des thèmes dont nous pourrions débattre très largement :

      1. quels sont le rôle et la place des médias dans la politique ? L'attitude de France 2 démontre clairement que la télévision publique est aux ordres,

      2. Madame Le Pen est peut-être habile (ou pas) ou elle a peut-être choisi de ne pas participer à une émission qui comportait plus de risques que d'avantages, la formule initiale étant plus de nature à faire reluire un invité.

      Bref, ce qui est le plus intéressant, dans cette affaire comme dans d'autres, n'est pas de gloser sur la réaction de l'individu concerné, mais de savoir ce que la décision, dans ce cas la modification significative du contenu, met en lumière, ici l'absence de courage, la soumission inconditionnelle de la plupart des médias au pouvoir politique ou économique (ou les deux).

      DemOs

      Supprimer
    3. @DemOs
      Comme bien souvent, j'applaudis des 2 mains tes commentaires.

      Ne pas trop s'appesantir sur les conséquences et l'écume mais plutôt bien analyser les origines et les causes.

      ***Jacko***

      Supprimer
  20. @ Frontistes anonymes…

    On verra en 2017 si elle a eu raison ou non (avec un avant-goût en décembre). Chevènement me semble un vrai gaulliste, mais qui s’est trompé en pensant influence le PS. Il a su dire non souvent, et pour des causes justes (3 démissions du gouvernement, candidature de 2002, campagnes de 1992 et 2005). Pas vraiment quelqu’un qui s’est couché…

    Je persiste à penser qu’elle ne gagnera jamais.

    @ Stan

    L’événement, c’était refuser de venir ici (et les circonvolutions d’avant)

    @ Démos

    On peut aussi imaginer que la réaction de France 2 était de bonne foi, qu’ils se sont dits qu’à quelques jours du début de la campagne officielle, il n’était pas injuste de compenser quelque peu l’émission de MLP vis-à-vis de ses rivaux de sa région en mettant en place ce débat, tout de même pas illégitime démocratiquement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laurent,

      Je respecte ton avis et ne rejette pas a priori les hypothèses, mais je ne crois plus à la bonne foi face aux abus, dérives et manipulations du pouvoir politique et des politiciens en général d'ailleurs. L'actualité regorge d'exemples, qui démontrent qu'ils sont cyniques, hypocrites et vénaux.

      DemOs

      Supprimer
    2. @Laurent
      "On peut imaginer que la rédaction de France 2 était de bonne foi"... c'est :
      - une bonne blague (destinée à nous faire rire jusque la fin des temps, amen)
      - une hallucination personnelle et/ou collective (sous l'effet de psychotrophes autorisés bien entendu :)
      - une conviction du style "méthode couet"
      - une langue qui a fourché malencontreusement
      - un optimisme farouche, digne d'admiration, mais quand même, avec une pointe de circonspection...

      ***Jacko***

      Supprimer
  21. " L’événement, c’était refuser de venir ici (et les circonvolutions d’avant)


    aie, je suis hors sujet ? j'ai dû me laisser aller à ma joie de réécrire quelque chose sur votre blog

    je suis très moqueur à propos des politiques, mais ils ne font pas grand chose pour qu'on les prenne au sérieux..


    Stan

    RépondreSupprimer
  22. @ Laurent

    Nous sommes heureux, par la contradiction, d'avoir pu vous aider dans vos convictions mais l'erreur des uns n'est pas l'erreur des autres, et .... quoi que l'on fasse nous attendant toujours un résultat pour preuve! N'avez vous pas fait une erreur en parlant des erreurs des autres?

    RépondreSupprimer