dimanche 13 décembre 2015

Du vin, de l’humanité, de la culture et de la mondialisation

La globalisation a une sérieuse tendance à aplatir la terre : même fast-food, même chaine d’habillement, mêmes sodas, mêmes marques, mêmes films, mêmes musiques, même langue. En quelques décennies, le monde entier est devenu le terrain de jeu de bien des multinationales, réduisant la diversité de la planète. Mais il y a un domaine où cette marche en avant connaît une résistance : le vin.



Eloge de la terre et de l’humanité

Bien sûr, quelques maisons ont réussi à s’imposer dans la planète entière. Cependant, en comparaison de l’évolution de bien des catégories de produits, qui s’uniformisent et où la diversité recule, le vin conserve une spécificité, une unicité que cette globalisation ne semble pas parvenir à réduire. Déjà, le vin n’est pas tout à fait un produit, il a une dimension culturelle et son procédé de production ne peut pas suivre les modalités de tant de produits que nous consommons. Le vin, c’est un terroir, qui lui donne sa personnalité, la Bourgogne nous apprenant que quelques centaines de mètres peuvent changer le caractère d’un même cépage. C’est aussi un millésime : son caractère varie chaque année, l’effet millésime continuant à jouer, pour tous les vins, grands ou petits, dans un puzzle aux multiples facettes.

Mais outre le fait d’être ancré dans une géographie, et dans le temps, le vin est aussi le fruit du travail des hommes. Sa singularité ne vient pas seulement de son terroir, de son millésime, de ses cépages, mais aussi de tout le travail des vignerons qui le conçoivent : densité des cultures, soin de la vigne (effeuillage, produits utilisés), puis choix du jour de la récolte et élevage du vin jusqu’à sa mise en bouteille. Autant de choix qui façonnent des vins à la personnalité différente, parfois même quand ils sont voisins. Et enfin, le vin n’est pas un produit qui se dégrade dans le temps, il évolue, pendant des années, parfois même des décennies. Le vin nous impose la patience dans un monde où tout va trop vite, ce ne peut pas être mauvais. Au final, c’est un éloge de choses qui nous dépassent (le terroir, le climat), de notre travail et parfois de notre génie, de la diversité, du temps, à rebours des recettes trop uniformes et souvent insipides, quand elles ne sont pas trop sucrées, que produit cette mondialisation qui veut aplatir le monde.

Anti-thèse de la globalisation ?


Bien sûr, les esprits chagrins pourront, pas totalement à tort, regretter la globalisation des cépages, que l’on retrouve aux quatre coins du globe, parfois interprétés d’une manière caricaturale ou convenue. On peut aussi regretter l’influence de certains critiques, qui pousseraient à une forme d’uniformisation des vins, que l’on retrouve dans le succès de vins plus mûrs, souvent plus boisés, même s’il faut bien reconnaître que leur réussite devrait être respectée et repose sur un certain talent. Mais au final, je ne crois pas que nous allions vers une standardisation des vins, loin de là. Comme amateur, j’ai plutôt l’impression d’assister au contraire au succès et au renforcement de la diversité, comme si, dans le vin, l’humanité y retrouvait aussi sa richesse ainsi que sa propre diversité. Le plus impressionnant finalement, c’est qu’il n’y a pas qu’une démarche qui fonctionne, entre Moët et Chandon, les grands vins de Bordeaux, la famille Perrin dans le Rhône, Thierry Germain dans la Loire ou Alain Brumont dans le Sud-Ouest.

Ce qui est formidable avec le vin, c’est le foisonnement de propriétés attachantes, qu’une vie ne suffirait pas pour découvrir, à rebours de ces marchés standardisés dominés par une poignée de multinationales ou un seul acteur, le graal de cette nouvelle économie uniformisante et à la recherche de rente. J’ai l’impression que jamais la logique de la globalisation n’imposera sa logique et que le vin ne sera jamais, heureusement, transformé en un nouveau Coca. D’ailleurs, il suffit de voir comment les jeunes générations se passionnent pour le vin pour être optimiste. Et puis, par la logique du terroir et d’innombrables petits producteurs, le vin est structurellement en contradiction avec la logique uniformisatrice de la globalisation. On peut espérer que dans vingt ou cinquante ans, les choses n’auront pas changé.

Merci donc à tous les vignerons de faire vivre ce magnifique symbole de l’humanité, ancré dans le temps et la géographie, mais aussi sublimé par le génie humain, malgré certains excès, sans doute inhérents à l’humanité. La vigne est et restera un petit village qui résiste encore et toujours à cette envahissante et uniformisante globalisation, nous rappelant que l’homme vaut beaucoup mieux.

35 commentaires:

  1. il y a une part de vrai, le vin d'aujourd'hui, c'est quand même autre chose que le 5 étoiles des années 70 et des mélanges de la CEE...reste encore quand même des vinaigres ici et là mais bon...

    Mr Herblay, votre comparaison avec le coca est un peu juste, essayer donc de vous souler avec un coca...à partir de là..

    avec l'amélioration des techniques agroalimentaire, il faut espérer qu'un jour on nous fasse pas du vin à base de feuilles ramassées après l'automne ou d'os de croupions de poulet ou encore d'écorce d'affouages locaux

    il apparait toutefois que vous devez en consommer beaucoup pour en parler aussi bien, tant mieux il faut soutenir l'économie française et rester patriote comme disait coluche.."le pinard ça devrait être obligatoire"


    Stan

    RépondreSupprimer
  2. C'est clair, la diversification progresse : ainsi de ces producteurs de Muscadet, qui dorénavant, et depuis des années déjà, font d'énormes efforts pour réussir à faire naître des sous-appellations Château-Thébault, Saint Fiacre, dans un ensemble où les bouchons sont ouverts au bout d'un ou deux ans, réussir à créer des millésimes vieux de cinq ans, de dix ans...

    RépondreSupprimer
  3. Dans cinquante ans la France sera très probablement à majorité musulmane avec interdiction de l'alcool à la clé ou alors une baisse énorme de sa consommation c'est quand même incroyable que vous n'envisagiez sérieusement cette hypothèse. Il sera intéressant de voir avec la baisse annoncée des naissances pour 2015 quelles sont les catégories à l'origine de cette baisse. La part des femmes immigrées dans les naissances ne cesse d'augmenter. C'est curieux qu'au lieu de vous intéresser au vin dans cinquante ans vous ne vous intéressez jamais à ce que sera la France dans cinquante ans. Sur le site de l'Insee il y a des tas de données que ces questions, sans compter les nombreux français qui partent à l’étranger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par ailleurs dans cinquante ans le climat sera plus favorable à l'Angleterre pour la production de vin. Pays qui voit une forte immigration européenne y compris française dont plus protégé de l'islamisation.

      Supprimer
    2. Ne nous affolons pas.

      La vigne commence à peine à revenir timidement dans les régions septentrionales où elle n'avait pas survécu à la crise du phylloxera. Ce n'est pas demain la veille qu'il fera trop chaud en France pour faire du vin. On en produit en Espagne, en Afrique du Nord depuis des millénaires, et maintenant aussi en Californie.

      Le génie du vigneron français est plutôt d'avoir adapté avec de si belles réussites la vigne qui lui a été apportée par les Grecs et les Romains à un climat bien plus rigoureux que son climat d'origine.

      Les vignerons ont plus d'un tour dans leurs sacs. Ils avaient déployé des trésors d'ingéniosité pendant des siècles pour protéger leurs ceps contre le froid, ils sauront trouver les solutions contre la chaleur.

      Ivan

      Supprimer
  4. Mouais… On dirait du Natacha Polony ou du Périco Légasse. Les amateurs de vin sont souvent des bobos, il entre beaucoup de snobisme et de préciosité. Tous ces chichis, ça m’énerve. J’ai jamais réussi à concevoir qu’on doive « apprendre » à apprécier un vin, ça me semble une totale hérésie : on ne décide pas d’aimer quelque chose. Pour moi, rien ne vaut un bon vieux steak-frites-coca. J’ai l’impression de retomber en enfance. Mmm…

    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. etrangement un poil de coca dans le vin ameliore souvent quelques piquettes (cher ou non)

      Supprimer
  5. "Dans cinquante ans la France sera très probablement à majorité musulmane"

    Euh... t'as lu ca dans quelle boule de cristal ? Ou alors t'as bu trop de canons à midi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme si rien ne change bien sûr qu'elle deviendra musulmane, la population non musulmane est en déclin alors que celle musulmane est en constante augmentation ça me semble logique.

      Supprimer
  6. Le papier est d'un lyrisme un peu ridicule. Laurent Herblay devrait modérer sa consommation de vin.

    Charles

    RépondreSupprimer
  7. @ Stan

    J’ai l’impression que ce qui fait le vin devrait fermer la porte aux délires modernistes. En effet, je suis amateur

    @ Babelouest

    En effet, j’ai goûté il y a quelques temps un Muscadet 2002 délicieux… Le Domaine de l’écu produit des vins remarquables

    @ Fiorino

    Nous avons eu ce débat mille fois. Une telle idée est ridicule pour qui regarde les chiffres avec la tête froide. Même avec un solde nette migratoire de 50 mille personnes par an en provenance de pays à forte majorité musulmane, même au bout de 50 ans, cela ne ferait jamais que 2,5 millions de personnes, moins de 4% de la population française. La population non musulmane n’est absolument pas en déclin. Comment voulez-vous que cela arrive ? En outre, vos raisonnements partent du principe que tous les musulmans seraient uniformément pratiquants, pour ne pas dire plus, alors que la grande majorité s’intégre et s’assimile pour une bonne partie.

    Ensuite, sur l’Angleterre, vous exagérez complètement l’impact du réchauffement climatique. Aucune région française n’est menacée si l’Espagne et l’Italie produisent aujourd’hui de très bons vins, alors que nous sommes plus tempérés. Et la Grande-Bretagne accueille 3 fois plus d’immigrés que la France, dont une forte proportion issue de pays d’origine musulmane et la culture communautariste freine bien davantage l’assimilation qu’en France.

    @ Ivan

    Merci

    @ Charles

    A chacun de faire comme il le souhaite. Merci de montrer une nouvelle fois votre grande ouverture d’esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc si on ne partage pas votre passion du vin on est fermé d'esprit ?

      Charles

      Supprimer
    2. Non, mais quand on prend tout amateur de vin pour un bobo snob et précieux, oui.

      Supprimer
  8. @ Laurent Herblay
    Bien sûr que la population non musulmane est en déclin. L'indice de fécondité des femmes non musulmanes est inférieure aux taux de remplacement qui est de 2,07 et il est même inférieur à celle des française d'origine maghrébine née en France qui est de 2,06.

    "Même avec un solde nette migratoire de 50 mille personnes par an en provenance de pays à forte majorité musulmane, même au bout de 50 ans,cela ne ferait jamais que 2,5 millions de personnes"

    Déjà un très gros erreur de calcule 50.000x50 = 2.500.000, comme si cette population qui est très jeune ne ferait pas d'enfants !!
    Le solde migratoire de 50.000 est le solde entre les entrées et les sorties y compris des français non musulmans donc il ne vous dit absolument rien sur les musulmans qui repartent.

    "Et la Grande-Bretagne accueille 3 fois plus d’immigrés que la France, dont une forte proportion issue de pays d’origine musulmane et la culture communautariste freine bien davantage l’assimilation qu’en France."

    Non Herblay 9% de naissances au Royaume Uni sont le fait de citoyens de l'UE avec les polonaises en tête. Les pakistanaises né au Pakistan quand à eux contribuent pour 2,1% de naissances contrairement aux femmes né dans le maghreb qui en France contribuent pour au moins 8%. Et ce chiffre est un constante augmentation après la stagnation pasqua Ensuite en quoi les musulmans en France s'assimilent ?

    " En outre, vos raisonnements partent du principe que tous les musulmans seraient uniformément pratiquants, pour ne pas dire plus, alors que la grande majorité s’intégre et s’assimile pour une bonne partie."

    Sans doute mais s'intégrer ne veut pas dire boire du vin. Je crois que vous avez très peur d'affronter ce débat. Pourtant bien que n'étant pas FN je pense qu'il est légitime de le poser. Regardez les chiffres de l'Insee noir sur blanc la population non musulmane ne cesse de diminuer année après années dans le nombre de naissances au profit des naissances issus de l'immigration dont une majorité sont bien sûr musulmanes. Ajoutant à cela la fecondité supérieure des musulmans. Dommage que vous soyez aussi fermé sur ce sujet. Avec les yeux bien fermé comme Tribalat dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il suffit d'aller visiter une maternite ou meme une creche pour se rendre compte de l'evolution de la population.

      Comme dit Sarko le metissage est obligatoire, cela va finir par une France avec des barreaux au fenetres/enclaves securisees pour les souches.

      Supprimer
  9. Donc Laurent Herblay prétend sans rire qu’au bout de 70 ans d’immigration extra-européenne en France, il n’y a aujourd’hui en 2015 que 2,5 millions d’allogènes en France (moins de 4% de la population).

    Sur quelle planète vit-il ?

    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent Herblay

      Vous n’avez pas remarqué que la population française avait considérablement changé par rapport à 1950 ?

      Vous prétendez donc que la proportion d’allogènes est restée stable en France sur la période 1950-2015, que depuis 1950 elle n’a pas régulièrement augmenté ?

      Etes-vous aveugle au point de ne pas voir le remplacement de population à l’oeuvre ? La France est passée en 60 ans d’immigration massive de 0 à 30% d’allogènes. Et le chiffre continue de grimper.

      Le chercheur (et ancien ministre) Azouz Begag estime à 15 millions le nombre de musulmans en France :

      http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20151022.OBS8134/azouz-begag-ex-ministre-il-fallait-refuser-la-semantique-guerriere-de-sarkozy.html

      https://www.youtube.com/watch?v=VWjL5RLls_E

      http://www.dailymotion.com/video/xiwsnc_arithmetique-migratoire-azouz-begag-il-y-a-15-a-20-millions-de-musulmans-en-france_news

      Aux Etats-Unis, où les statistiques ethniques sont autorisées, les démographes ont calculé qu’en 2042 les euro-américains seront minoritaires. Les naissances de bébés blancs sont d’ores et déjà minoritaires (depuis 2011).

      Charles

      Supprimer
    2. Les françaises de souche européenne ont un taux de fécondité inférieur au seuil de renouvellement : la population européenne diminue en France (même si l’augmentation de l’espérance de vie permet pour l’instant de masquer un peu cette baisse).

      Les allogènes ont un taux de fécondité (très) supérieur au seuil de renouvellement : la population allogène, qui reçoit de surcroît des apports extérieurs massifs, augmente en France (pour des raisons donc à la fois endogènes [surnatalité] et exogènes [immigration]).

      En France, les allogènes remplacent donc mathématiquement les indigènes.

      Charles

      Supprimer
    3. Si l’immigration massive combinée avec la surnatalité immigrée n’avait pas fait exploser la population allogène en France, la population française n’aurait pas continué d’augmenter malgré un taux de fécondité inférieur à 2,1 (l’allongement de la durée de la vie étant insuffisant à expliquer cette augmentation continue, n’ayant qu’un effet retard).

      Le taux de fécondité en France étant inférieur à 2,1, l’augmentation de la population française est uniquement due à l’immigration (très majoritairement extra-européenne).

      Charles

      Supprimer
    4. @Fiorino

      C’est très juste. Si Laurent Herblay est autant dans le déni, c’est parce que la vérité lui fait très peur. Le déni lui permet de conjurer sa hantise d’affrontements communautaires, d’épisodes violents, d’une guerre civile. Il faut voir son empressement systématique après chaque attentat à les relativiser (un simple malentendu entre nous et quelques jeunes de banlieue radicalisés se sentant discriminés et rejetés par la société française, qu’ils ne demandaient au fond qu’à aimer), à s’autopersuader que l’extrémisme musulman est marginal en France et que l’intégration fonctionne, et à chercher des motifs d’espoir (trouvant les attentats finalement bénéfiques pour la France !). C’est un type qui a énormément besoin de se rassurer, et de voir la vie en rose.

      Charles

      Supprimer
    5. Et puis les bebes avortes sont tres majoritairement Blancs, 1 million elimines tous les 5 ans.

      Supprimer
    6. Il ne faut pas oublier non plus que la France exporte des bac+5 de souche en même temps qu’elle importe des bacs-5 étrangers. Ce chassé-croisé entre indigènes qui s’expatrient et allogènes qui débarquent est une preuve supplémentaire du remplacement de population à l’œuvre en France.

      Charles

      Supprimer
    7. @ Charles
      15 millions c'est un chiffre complètement fantaisiste. Quand aux USA je ne suis pas d'accord avec vous. 40% des latinos sont blancs de souche européenne et les autres métisses avec des origines européennes.
      @ Lowcarber
      Les avortements n'ont aucune influence sur la natalité la Pologne a interdit l'avortement mais la natalité est toujours la même (basse inférieure au taux de remplacement), faut pas non plus exagerer c'est justmeent pour cela qu'il faudrait ouvrir les yeux pour avoir des chiffres sérieuses.

      Supprimer
    8. *15 millions de personnes de culture musulmane

      Les Latinos et les Blancs sont deux catégories distinctes dans les statistiques ethniques. Les Latinos ne sont pas ethniquement des Blancs.

      Charles

      Supprimer
    9. Dans les statistiques américaines, les Blancs (les euro-américains)sont désignés par le terme de "Caucasien".

      Charles

      Supprimer
    10. @ Charles
      Mais il le sont des factos pour bcp. Quant à 15 millions de personnes de culture musulmans c'est tout simplement impossible. 25 % de la population française ?

      Supprimer
    11. Les Latinos ont souvent un peu de sang européen, mais descendent majoritairement des populations amérindiennes du sud-continent (à part en Argentine et au Paraguay, majoritairement européens), et dans une moindre mesure des anciens esclaves (Brésil, Cuba). Les élites sont dans les sociétés d’Amérique latine la seule catégorie de la population qui soit uniformément européenne.

      15 millions de personnes de culture musulmane (en incluant les enfants et les ados) sur 66 millions d’habitants, soit 22,7 % de la population française, ça n’a rien d’extravagant et ça semble assez conforme au paysage démographique de la France d’aujourd’hui. Marseille, Roubaix, Beaucaire, Béziers, Tarascon, les banlieues de Lyon, Lille et du nord de Paris, la ville d’Evry, sont autant de villes qui sont d’ores et déjà à majorité musulmane, et très islamisées (Robert Ménard est payé pour le savoir, lui qui a subi les foudres de la classe politique et médiatique pour avoir révélé que 2/3 des enfants scolarisés dans sa ville étaient de culture musulmane [64,6% pour être précis]). Montpellier, Strasbourg et Nice ont également une population musulmane très importante. Les estimations de Azouz Begag sont donc tout à fait plausibles, d’autant qu’elles n’incluent pas les asiatiques, discrets mais assez nombreux, et les africains de confession chrétienne.

      Charles

      Supprimer
    12. @ Charles
      Sauf que les estimations de Ménard ne tiennent pas compte des nombreuses écoles privées à Béziers ensuite oui 15 millions c'est totalement extravagant et Azouz Begag n'est pas un démographe. Par ailleurs la France métro ne compte pas 66 millions d'habitants mais 64 millions.
      Les latinos aux USA sont à 40% blancs selon leur propre définition. De plus ils sont catholique donc les USA n'ont pas du tout ce problème là.

      Supprimer
    13. On peut donc estimer à 30% la proportion d’allogènes en France. Si on prolonge les courbes, dans 30 ans les européens sont minoritaires en France. La France sera alors devenue « la colonie de ses anciennes colonies » qu’avait prophétisée Poutine en 1995. Aux Etats-Unis, c’est en 2042 que la bascule aura lieu. Les européens ne font plus d’enfants, alors que l’Afrique connaît une explosion démographique et aura doublé sa population d’ici la fin du siècle.

      Charles

      Supprimer
    14. @ Fiorino

      15 millions de personnes de culture musulmane en France, c’est le chiffre communément admis, c’est tout. S’il n’était que 5 millions, ils ne pourraient pas devenir majoritaires dans 50 ans comme vous le prédisez. 5 millions, c’était leur nombre il y a 30 ans.

      Charles

      Supprimer
    15. Non ce n'est pas le chiffre communément admis. 5 millions c'est le chiffre donné par Tribalat. Ensuite Poutine devrait se préoccuper de la natalité musulmane en Russie et dans les ex république soviétique bien supérieure à la natalité russe. Aux USA la bascule de quoi ? Les latinos sont pratiquement tous métissée et bcp de blancs parmi eux de plus ils sont de culture chrétienne. On parle ici de religion pas de "race blanche".

      Supprimer
  10. @ Fiorino & Charles

    Quel grand délire. Les chiffres que vous avancez (jamais sourcés bien sûr) ne reposent que sur des fantasmes. D'abord, le taux de fécondité n'est pas la même chose que l'indice de descendance finale (les femmes nés en 1960 ont fait 2,1 enfants malgré un taux de fécondité toujours inférieur à 2 quand elles étaient en âge de faire des enfants, du fait du recul de l'âge auquel sont faits les enfants). Ensuite, la corrélation entre taux de fécondité et populations d'origine immigrée est loin d'être aussi évidente (l'Ouest intérieur étant en tête des départements les plus féconds, avec très peu d'immigrés).

    Enfin, passons sur la xénophobie latente qui consiste à faire de toute personne qui a du sang immigré ad vitam aeternam un étranger à la France. Même si l'assimilation est loin d'être parfaite, partir du principe qu'elle n'existe pas du tout est ridicule.

    Et je pense sur les critiques de propos que je n'ai pas tenus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Laurent Herblay
      Ce n'est pas l'ouest intérieur mais le département de la Mayenne (vous aussi vous ne sourcez jamais vos sources). Ensuite vous pouvez aller sur le site de l'Insee, le pourcentage d'enfants né de mère immigrée ne cesse d'augmenter. Donc oui la population française est en recul sans l'apport des immigrés inutile de tourner autour du pot. Et encore vu la baisse des naissances qui s'annonce (dont vous ne parlez pas bien sûr) il sera intéressant de voir quelle catégorie cela va frapper. Ensuite l'indice de fecondité des femmes étrangeres en France est bien superieur à celui des femmes française. 3,5 pour les algériennes par exemple vous pouvez vérifier sur le site de l'Insee. Quand à l'assimilation elle n'existe plus du tout au contraire on voit même des enfants d'immigrés non musulmans qui s'assimilent à la culture musulmane où celle-ci est majoritaire. Ensuite on parle ici d'indice de fecondité et non de taux de fecondité.

      Supprimer
  11. Certes, la globalisation permet une évolution de biens, sauf quand contrepartie elle est moins diversité . Et bien qu'en quelques décennies, le monde entier est devenu le terrain de jeu de bien des multinationales.

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer